L'Agora

[Wiki][POGNAX] Egalité Homme-Femme ? Le Sexisme dans notre société

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Sakka Purin
J'ai tout à fait conscience de ces risques et pourquoi pas lutter contre mais sans tomber dans l'excès de zèle non plus.

Cela étant, quel est le risque de se faire planter un couteau en pleine rue selon les sexes ? J'ai clairement une vision parcellaire mais je n'ai pas l'impression qu'il fasse bon être un homme non plus quand on sort notamment le soir parce que la sanction, c'est l'hosto ou plus simplement la mort.
La comparaison est un peu malvenue, mais lutter contre le harcèlement de rue et l'insécurité, je vois pas vraiment pourquoi on devrait ramener ça à la seule cause des femmes. Personne n'a les armes pour résister à une agression, qu'on soit un homme ou une femme: la vie, c'est pas un film de Steven Seagal, mais je ne t'apprends rien ici.
[Wiki][POGNAX] Egalité Homme-Femme ? Le Sexisme dans notre société

Parler des risques encourus par les femme dans ce fil ne me semble pas incongru. Je pense même qu'on peut en parler sans nier les risque d'agression en général dans l'espace public. On peut même en faire un autre thread.

"J'ai clairement une vision parcellaire mais je n'ai pas l'impression qu'il fasse bon être un homme non plus quand on sort notamment le soir parce que la sanction, c'est l'hosto ou plus simplement la mort."

Penses-tu sincèrement que tu as plus de risques de mourir d'un coup de couteau en sortant seul, qu'une femme a de se faire agresser sexuellement ?
Citation :
Publié par Drys Kaine
Tu as conscience du ridicule du propos, avec le recul...non? personne n'a à avoir à se sentir en insécurité? Mais c'est d'un ridicule consommé! Surtout au siècle où plus que jamais les gouvernances jouent sur les peurs de leur population! Personne n'a à avoir peur d'un attentat islamiste : hop, cachez moi ces musulmans que je ne saurais voir. Personne n'a à avoir peur d'un clown qui se rend à son cirque après une pause : sauvons les coulrophobes! J'en passe, et pas des meilleurs. A un moment, si le sentiment est dissocié de tout motif pouvant être considéré légitime à le ressentir, ce n'est plus celui qui l'inspire le sentiment le problème, mais celui qui a des peurs pathologiques. Il serait de bon ton de ne pas mettre tous les sentiments possibles et imaginables comme autant de motifs à la censure ou pire, à la condamnation. Ce que juge la justice doit rester factuel, et certainement pas de l'ordre du ressenti. Alors forcément, les quelques femmes qui entre elles vont se laisser entendre que deux hommes sur trois sont des violeurs en puissance, oui, elles vont se sentir en insécurité. La faute à qui? aux hommes prédateurs? ou à des connasses qui font des peurs de leurs comparses leur fond de commerce?

Bref, entre nier un phénomène et le systématiser (comme le racisme tiens!) il y a un juste milieu...
Lorsque le sentiment est crée par des faits, est-ce ridicule ?
Même une femme qui n'est pas une "connasse de féministe" te dira qu'elle fera bien plus gaffe qu'un homme. Je peux rentrer à 3h du mec à 3g je me pose pas de question je prend un uber. Une meuf, elle se pose des questions. Est-ce une connasse de féministe ?

Ptin pourtant qu'est ce que je conchie le féminisme dur, l'écriture inclusive et tout ça, et on arrive à me faire passer pour un militant presque

(franchement, saute des lignes, c'est pas agréable à lire)

Citation :
Publié par Veilugarux
Kerjou :
Appeler un adolescent "mec" par rapport à une "ado" ou "mec" par rapport à "femme" (mais jamais meuf), c'est sexiste.
On voit bien que dans ton lexique les hommes sont des adultes dangereux pour les autres, les adolescents sont ramenés à leur statut de danger et perdent leur innocence.
Tandis que les femmes sont des enfants, des "ados", innocentes, bref tout est coloré selon leur statut de proie des prédateurs (les hommes).

C'est peut être un détail pour vous, mais c'est le genre de détail qu'on remarque, les garçons après 12 ans sont traités comme des dangers potentiels et ont leur statut d'enfant d'enfants niés.

Je vais arrêter la discussion avec toi car tu as une conception sexiste du monde qui colore la façon dont tu vois les interactions sociales, comme ces policiers dans la vidéo.
Ah ouais on en est là. T'as raison arrête.

C'est hallucinant les réactions, on a l'impression qu'on touche à la liberté fondamentale d'être relou dans la rue.
Qui a dit que tous les hommes étaient visés ? Personne. Je ne me sens pas visé par tout ça car j'essaye d'avoir un comportement normal envers mes semblables.
Citation :
Publié par Kerjou
C'est hallucinant les réactions, on a l'impression qu'on touche à la liberté fondamentale d'être relou dans la rue.
C'est tout à fait ça. La vidéo montre deux comportements inacceptables, et on a une demi-douzaine de JOLiens qui viennent s'offusquer que des policiers interviennent pour les empêcher. Je ne comprends pas ce qu'ils défendent : le droit d'agresser autrui dans la rue ? C'est ça la colline sur laquelle ils veulent mourir ? La liberté fondamentale dont ils ont peur qu'on les prive ?
Citation :
Publié par Nof Samedisþjófr
C'est tout à fait ça. La vidéo montre deux comportements inacceptables, et on a une demi-douzaine de JOLiens qui viennent s'offusquer que des policiers interviennent pour les empêcher. Je ne comprends pas ce qu'ils défendent : le droit d'agresser autrui dans la rue ? C'est ça la colline sur laquelle ils veulent mourir ? La liberté fondamentale dont ils ont peur qu'on les prive ?
Raté.
Tout le monde dit que le comportement n'était pas correct.
Les gens qui s'offusquent, ce sont ceux qui tiquent sur le 1 an de prison risqué.

Ca va bien un moment les interprétations foireuses pour taper sur les gens qui sont pas d'accord avec vous. Reprenez vous c'est gênant.
Citation :
Publié par Kerjou
[Wiki][POGNAX] Egalité Homme-Femme ? Le Sexisme dans notre société

Parler des risques encourus par les femme dans ce fil ne me semble pas incongru. Je pense même qu'on peut en parler sans nier les risque d'agression en général dans l'espace public. On peut même en faire un autre thread.

"J'ai clairement une vision parcellaire mais je n'ai pas l'impression qu'il fasse bon être un homme non plus quand on sort notamment le soir parce que la sanction, c'est l'hosto ou plus simplement la mort."

Penses-tu sincèrement que tu as plus de risques de mourir d'un coup de couteau en sortant seul, qu'une femme a de se faire agresser sexuellement ?
J'ai rien contre toi, mais là, c'est toi qui as mis le risque d'agression physique et dit qu'un homme est mieux armé qu'une femme pour y faire face sur le tapis.
Pour rappel:
Citation :
Idem le risque d’agression physique sera plus grand, d’une part car nombre de femme étant moins armées pour faire face, d’autres part car un type seul aura plus de scrupules face à un autre type, ayant le risque de se faire allumer en retour. C’est un comportement complètement con mais c’est comme ça que réfléchis l’agresseur de base...
Alors ouais, une femme a bien plus de chances de se faire agresser sexuellement qu'un homme de se faire agresser physiquement (j'ai pas de sources mais le rapport semble écrasant je le nierai pas). Surtout qu'il faut voir ce qu'on met dans agression sexuelle. Ca commence dès la main au cul voire même selon certaines un sifflement dans la rue. Alors ok c'est certainement très relou pour elles et y'a matière à lutter contre, mais faut pas non plus venir minimiser le fait que les premières victimes de violences physiques du genre qui te mettent sur le carreau, ça reste les hommes. Ta formulation laissait entendre l'inverse donc j'ai repris. Si demande de sources, cf "l'étude" postée plus haut qui, même si elle apparait comme partisane, ne parvient pas à masquer cette réalité.
Citation :
Publié par Kerjou

Ah ouais on en est là. T'as raison arrête.

C'est hallucinant les réactions, on a l'impression qu'on touche à la liberté fondamentale d'être relou dans la rue.
Qui a dit que tous les hommes étaient visés ? Personne. Je ne me sens pas visé par tout ça car j'essaye d'avoir un comportement normal envers mes semblables.
C'est complétement ça.
Hallucinant, c'est bien le mot.
Pareil, je ne me sens absolument pas en danger ou visé par ces lois la.
Citation :
Publié par Nof Samedisþjófr
C'est tout à fait ça. La vidéo montre deux comportements inacceptables, et on a une demi-douzaine de JOLiens qui viennent s'offusquer que des policiers interviennent pour les empêcher. Je ne comprends pas ce qu'ils défendent : le droit d'agresser autrui dans la rue ? C'est ça la colline sur laquelle ils veulent mourir ? La liberté fondamentale dont ils ont peur qu'on les prive ?
Citation :
Publié par Thana Khan
Raté.
Tout le monde dit que le comportement n'était pas correct.
Les gens qui s'offusquent, ce sont ceux qui tiquent sur le 1 an de prison risqué.

Ca va bien un moment les interprétations foireuses pour taper sur les gens qui sont pas d'accord avec vous. Reprenez vous c'est gênant.
Donc Nof, je t'explique. C'est pas le droit d'agresser autrui qu'ils défendent. C'est qu'ils trouvent que la peine encourue pour harcèlement est trop lourde. Ils sont comme toi, au fond, contre les peines de prisons parce que c'est pas comme cela qu'on réhabilite les gens. Tu te méprends, tu n'as pas à faire à des militants tolérance 0 sur d'autres sujets pesteraient contre une justice laxiste, mais à des gauchistes prônant une orientation nordique dans le traitement pénal. Tu te trompes de perspectives.
Des propos ont été soulevés concernant la différenciation entre faits et sentiments aussi bien que dans l'interprétation des faits variants selon les populations. Réponse : néant ou presque. De même que ce que relatif au lien social que nous sommes tant en train de codifier que les procès d'intention le rendront plus que ténu. Là encore, néant. Alors offusquez vous donc, trouvez tout cela hallucinant, mais vous bottez juste en touche pour ne pas voir que, le fond du problème, ce n'est clairement pas la liberté d'être un beauf. Quant aux arguments du type "je ne suis pas concerné parce que", c'est aussi le genre d'arguments à la con qui donne carte blanche aux surveillances étatiques, au fichage, à la délation, aux cancels... Mais bon, c'est rien hein, continuons. Cette société que vous façonnez est tellement fascinante. Bientôt on aura plus d'interactions en ligne que nulle part ailleurs en face à face. Et on s'étonnera du pourquoi du comment... Aberrant. Abject. Et littéralement, inhumain. Vivons tous dans une bulle prévenant de tout, y compris du choc de lire un terme "offensant" dans un livre écrit il y a trois siècles (cela relève du même délire...). Et un jour, vivre n'aura plus aucun sens.
Citation :
Publié par Kerjou
[..]
C'est hallucinant les réactions, on a l'impression qu'on touche à la liberté fondamentale d'être relou dans la rue.
Qui a dit que tous les hommes étaient visés ? Personne. Je ne me sens pas visé par tout ça car j'essaye d'avoir un comportement normal envers mes semblables.
Dans l'égalité homme-femme, il y a le mot égalité.
Je sais pas ... c'est choquant de vouloir une égalité de traitement entre les hommes et les femmes ?

Quand on fait des généralités, par définition on englobe tout le monde.
Plus tôt que de parler des "hommes violents" je préfère autant qu'on les appelle "les agresseurs" sans référence à leur genre; autrement c'est sur: ça prête a confusion.
Citation :
Publié par Drys Kaine
Des propos ont été soulevés concernant la différenciation entre faits et sentiments aussi bien que dans l'interprétation des faits variants selon les populations. Réponse : néant ou presque.
Citation :
Publié par Nof Samedisþjófr
C'est ce qui se passe ici, ce qui est jugé ce sont les actes des délinquants, pas les ressentis de leur victime.
La mention du ressenti n'arrive que lors de la phase d'explication de la part des policiers, afin que le délinquant (et ici, le spectateur), via le phénomène d'empathie, comprenne pourquoi son comportement est à ce point problématique qu'il en a été rendu illégal.
Poum poum
8 femmes supplémentaires dénoncent PPDA.

Ca va devenir difficile pour lui de dire qu'il ne s'est rien passé.
Citation :
Ces témoignages recueillis par Le Monde, et dont la quasi-totalité semblent prescrits, esquissent pourtant le portrait d’un présentateur devenu intouchable, imperméable aux résistances de certaines femmes qu’il rencontre. Bien que la grande majorité d’entre elles ne se connaissent pas, les points communs abondent dans leurs récits – sur les situations, les conversations, les gestes portés – et résonnent avec le récit de l’héroïne de Pandorini (JC Lattès, 220 pages, 18 euros) le roman que vient de publier Florence Porcel, dont elle affirme désormais qu’il décrit en grande partie sa propre histoire.
Citation :
Après le journal télévisé (JT), elle avait eu à subir à plusieurs reprises des questions intimes – « Etes vous seule en ce moment ? » , « Comment ça va avec votre petit ami ? »… . Puis, un jour, elle est appelée dans son bureau. « Il m’a lancé : Vous vous souvenez de la première fois que vous êtes entrée dans mon bureau ? Vous veniez me montrer une infographie et vous avez collé vos seins contre mon dos en passant derrière ma chaise. J’ai bredouillé que je ne me souvenais pas de cela. » La suite, Chloé la raconte ainsi : « Il s’est levé brusquement, m’a enlacée par surprise, m’a embrassée, m’a renversée sur sa grande table, a glissé une main dans mon soutien-gorge puis l’autre dans ma culotte avant de l’introduire dans mon sexe pendant de longues minutes. J’ai essayé de me débattre doucement et de me dégager en murmurant que je ne voulais pas, que j’avais un petit ami, mais j’étais pétrifiée et je n’ai pas osé le repousser vigoureusement. »
Citation :
Joséphine se lève, lui aussi. « D’un coup, il me saute dessus, et plante sa langue tout au fond de ma bouche. Il dégrafe aussi mon soutien-gorge. Je lui demande au moins trois ou quatre fois d’arrêter, je lui dis que je ne veux pas, que je n’ai pas envie. » La jeune femme saisit la poignée de la porte, qui ne s’ouvre pas. « Et là il me répond que j’avais été d’accord pour qu’il ferme la porte. J’avais dit oui pour la fermer, mais pas pour m’enfermer. » Avant de partir, se remémore-t-elle, le présentateur l’interpelle : « Qu’allez-vous dire à vos parents ? » « Là, avec cette question, j’ai compris qu’il savait très bien ce qu’il faisait, qu’il me forçait. » Joséphine s’enfuit, sidérée. Elle a raconté l’histoire à ses amis, jamais à ses parents. « J’ai vraiment pensé qu’il faisait ça tous les soirs, que c’était sa routine. A l’époque, je pensais que ce n’était pas si grave. »
On voit non seulement le problème avec une personne disposant d'un tel pouvoir sur la carrière de ces femmes, mais aussi son incapacité à se remettre en question :
Citation :
Dans une formulation sibylline, il avait déclaré sur le plateau de l’émission « Quotidien », début mars : « Ce comportement où il y a de petits bisous dans le cou, parfois de petits compliments, ou parfois du charme ou de la séduction, n’est plus accepté aujourd’hui par les jeunes générations. Si vous voulez mon avis, je le regrette. »
Il regrette donc que le fait de donner "des bisous dans le cou" sans crier gare ne soit plus accepté. C'est pourtant typiquement une agression sexuelle si ce n'est pas consenti et c'est réellement problématique dans le cadre du travail où il dispose d'une très forte autorité sur ces femmes.

Dernière modification par Aedean ; 16/03/2021 à 00h05.
Citation :
Publié par Nof Samedisþjófr
Poum poum
Oui donc tu n'as pas compris qu'un ressenti n'appelle pas nécessairement à des faits avérés de harcèlement... que ce soit constaté par la police ou non. Parce qu'au vu des exemples belges, il y a de quoi remettre en cause le jugement des forces de l'ordre en la matière.
Citation :
Publié par Aedean
Ca va devenir difficile pour lui de dire qu'il ne s'est rien passé.
Il reconnaîtra rien, parce que c'est un menteur pathologique.

Le personnage en entier a toujours était un mensonge.
Déjà à la base, y'a son interview bidon de Fidel Castro.
Mais y'a aussi une condamnation pour abus de bien sociaux.

Mais quand tu réfléchis un peu. PPDA c'était : présentateur du journal de 20h + émission littéraire sur TF1 et sur LCI + Le droit de savoir + chroniques dans des journaux.
Mais c'est surtout pratiquement l'écriture de deux livres par an.
Alors faudra m'expliquer comment avec un tel emploi du temps, tu pouvais écrire autant?
Et de mémoire il assurait lire les livres des invités de son émission littéraire hebdomadaire.

Alors oui, un de ses livre est plagié, et ça tout le monde peut le savoir en lisant wikipédia.

Mais ce qu'il est plus difficile de savoir, c'est que ce plagiat n'est même pas de lui, mais de son nègre littéraire.
http://lalettrine.over-blog.com/arti...-64434285.html
https://www.acrimed.org/Dix-mauvais-...t-ses-editeurs
https://lopinion.com/articles/litter...aire-ppda.html
Citation :
En effet, comme le souligne l’AFP dans une dépêche du 6 janvier, « Patrick Poivre d’Arvor est un auteur prolixe : il a publié en 2010 un roman, cosigné deux essais, réuni huit anthologies et rédigé six préfaces ». Si l’on observe l’ensemble de la « carrière littéraire » de PPDA, on constate que le « prolixe écrivain » a écrit ou co-écrit, depuis le début des années 1980, pas moins de… soixante ouvrages ! Le tout en présentant quotidiennement, pendant plus de vingt ans, le journal de TF1. Entre autres.

Une telle prolixité a de quoi laisser songeur. Les journalistes, les écrivains, les universitaires… qui rédigent des livres, savent qu’il est impossible de publier à un tel rythme (deux ouvrages par an en moyenne, sans compter les préfaces et autres contributions).
Alors voilà ce que je pense, le mec a toujours eu des nègres pour écrire à sa place.
Tout sa carrière littéraire est une supercherie.
Alors soit disant il dormait très peu, mais qui a pu croire une seule seconde à cette explication?

Et je pense que c'est assez révélateur d'un égo hypertrophié. L'histoire d'un journaliste TV qui se prend pour un homme de Lettres.
Y'a quand même 12 autobiographies dans le lot.
Douze. C'est à dire que le mec se sentait tellement intéressant qu'il se permettait d'écrire 12 autobiographies.

Mais le pire dans tout ça, c'est qu'il est évident que dans le microcosme médiatiquo-littéraire, tout le monde savait la supercherie, et personne n'a rien dit. Il a fallu attendre un plagiat évident pour que ça sorte.
Mais pendant des années, il y a eu des journaux papier, radio et TV pour faire la pub de ses livres.
Donc le mec, vivait en sachant qu'il était un menteur, en sachant que tout le monde savait qu'il était un menteur, et s'est rendu compte que non seulement personne disait rien, mais qu'en plus on lui faisait de la pub pour vendre ses livres.
Rien de mieux pour se sentir intouchable.

Donc persos, ces affaires de viols ne m'étonne pas une seule seconde vu le portrait psychologique de PPDA.

Dernière modification par Attel Malagate ; 16/03/2021 à 01h07.
Lynchage sur internet: on y est.

Je résume:
1)Donc plaintes pour agression sexuelles.
2)Jugé coupable (je vois pas comment il peut s'en sortir etc..), gros pâtés sur le témoignage des victimes, défense de l'accusé en 2 lignes.
Balancé sur le forum.
3)Ça creuse sur sa vie via internet, on l'accuse d'être "en plus" un menteur, d'avoir des esclaves écrivains à sa botte.
Bref: début du passage à tabac.

Belle preuve de lynchage publique et du jugement par les réseaux sociaux.
Tout ça en direct, merci bien.
Je vois que #Balancetonporc a été très instructif pour certains.
Pendant très longtemps, la presse people faisait régulièrement ses unes sur les états d'âme et peines de coeur de PPDA sans que jamais cet aspect du personnage ne soit rapporté. Enfin je sais pas, c'était peut-être entre les lignes.

C'est fou quand ces affaires éclatent d'apprendre à chaque fois que "tout le monde savait".

Y en a un qui est complètement passé entre les gouttes du "metoo", alors que pour le coup tout le monde sait vraiment puisque c'est sorti dans la presse sans que ce ne soit suivi de conséquence, c'est Jean-Marc Morandini. Il a du bol que ce soit sorti avant "metoo", mais je suis étonné que depuis personne ne soit revenu dessus.
Citation :
Publié par Alt0156
Je suis une femme et je ne me suis jamais faite harceler, du moins pas pour le motif d'être une femme. On m'a traitée de pute une fois car je n'avais pas de cigarette à donner (surtout que je ne fume pas, lol), une mésaventure que j'estime pouvoir arriver à un homme, avec un autre juron.
Il y a aussi des demoiselles qui m'ont déjà demandé 2 euros, avec insistance.

Je dois me sentir anormale peut-être ? Trop tard...
Personne n'a jamais dit que c'était pour le motif d'être une femme.
Se faire insulter fait partie de la définition (on utilise le mot "harcèlement" par simplification, ça inclut "agressions" donc sans prendre en compte la nécessité au niveau légal de la répétition des faits).
"Oh on m'a traitée de pute mais c'est pas grave" c'est exactement le type de raisonnement qui minimise ces faits.

Citation :
Publié par Estal'exilé
100% des hommes aussi. Le harcèlement est une notion assez vaste en fait. Maintenant si on reprend l'argument d'Equinoxe, la rue est-elle différente entre la RP et la province?
Je veux bien une source, une étude quelconque, pour le 100% des hommes.
Pour les femmes, il n'y a évidemment pas de source globale parce que c'est tellement différent selon les lieux et les situations, mais à un moment il faut être un peu capable de relier les points de diverses études.
Evidemment "100%" est une exagération (pas de beaucoup), en gros c'est par exemple 100% des femmes ont déjà été harcelées dans les transports en France, 97% des femmes de 18 à 24 au Royaume-Uni, etc etc.
Ça voudra jamais dire qu'on peut pas trouver une femme ici ou là qui dira "je me suis jamais fait agresser", d'autant plus que la perception de l'agression peut varier comme le montre l'intervention au-dessus qui minimise quand même une insulte pas exactement toute douce…

Et enfin, une chose encore plus évidente que tout le reste, c'est que le nombre de personnes agressées/harcelées n'est pas la seule donnée : il y a aussi le nombre de ces événements. C'est beaucoup plus fréquent, dans toutes les stats, pour les femmes.
Citation :
Publié par Quint`
Ça voudra jamais dire qu'on peut pas trouver une femme ici ou là qui dira "je me suis jamais fait agresser", d'autant plus que la perception de l'agression peut varier comme le montre l'intervention au-dessus qui minimise quand même une insulte pas exactement toute douce…
Non mais si se faire insulter est une agression je pense que tout le monde s'est fait agresser une fois dans sa vie. Je me suis déjà fait traité de tous les noms en tant qu'homme parce que :
  • je donnais pas d'argent
  • je fumais pas
  • je ne voulais pas fumer
  • je n'avais pas envie de m'arrêter pour discuter
  • j'avais pas de monnaie
  • ma tête ne leur revenait pas
  • ...
Et j'ai été insulté de gay, de tantouze, de fils de pute, de connard, de bâtard, ... et j'en passe et des meilleures. Mais c'est pas pour autant une agression qui justifie le terme harcèlement. Ce raccourci est foireux. Si je les ignore, ils vont pas venir m'emmerder dans mon sommeil ou le lendemain. Ce genre de raccourci est dangereux imo et fait perdre toute crédibilité à celui qui l'utilise.
Citation :
Publié par Borh
Y en a un qui est complètement passé entre les gouttes du "metoo", alors que pour le coup tout le monde sait vraiment puisque c'est sorti dans la presse sans que ce ne soit suivi de conséquence, c'est Jean-Marc Morandini. Il a du bol que ce soit sorti avant "metoo", mais je suis étonné que depuis personne ne soit revenu dessus.
Ama le problème, c'est que morandini se tape des mecs. Si tu fous ton nez là dedans, le procès en homophobie n'est pas loin. Pire, il se tapaient des jeunes hommes (à peine sortis de l'adolescence si ma mémoire est bonne), donc on arrive doucement sur un truc glauque, limite pédo (organisé en plus). Là c'est bon, si tu t'en émeus on va t'accuser de complotisme et te ranger dans la case "platiste" semi-débile, voire pire.
Citation :
"Oh on m'a traitée de pute mais c'est pas grave" c'est exactement le type de raisonnement qui minimise ces faits.
Citation :
Publié par Angora
Et j'ai été insulté de gay, de tantouze, de fils de pute, de connard, de bâtard, ... et j'en passe et des meilleures. Mais c'est pas pour autant une agression qui justifie le terme harcèlement. Ce raccourci est foireux. [..]
Citation :
Publié par brutal-delux
Ama le problème, c'est que morandini se tape des mecs. Si tu fous ton nez là dedans, le procès en homophobie n'est pas loin. Pire, il se tapaient des jeunes hommes (à peine sortis de l'adolescence si ma mémoire est bonne), donc on arrive doucement sur un truc glauque, limite pédo (organisé en plus). Là c'est bon, si tu t'en émeus on va t'accuser de complotisme et te ranger dans la case "platiste" semi-débile, voire pire.
On m'a traité plusieurs fois de PD.
Est ce que du coup j'ai le droit de prendre ça pour une insulte ou pas ?
Si je me plaint, est ce que je vais être classé comme homophobe ?
Citation :
Publié par Quint`
Personne n'a jamais dit que c'était pour le motif d'être une femme.
Se faire insulter fait partie de la définition (on utilise le mot "harcèlement" par simplification, ça inclut "agressions" donc sans prendre en compte la nécessité au niveau légal de la répétition des faits).
"Oh on m'a traitée de pute mais c'est pas grave" c'est exactement le type de raisonnement qui minimise ces faits.
Tu sais c'est comme pour Macron et le confinement . A un moment quand les branches auxquelles tu cherches à te raccrocher sont complètement pourries, faut lâcher l'affaire et admettre qu'on s'est planté...


Citation :
Publié par brutal-delux
Ama le problème, c'est que morandini se tape des mecs. Si tu fous ton nez là dedans, le procès en homophobie n'est pas loin. Pire, il se tapaient des jeunes hommes (à peine sortis de l'adolescence si ma mémoire est bonne), donc on arrive doucement sur un truc glauque, limite pédo (organisé en plus). Là c'est bon, si tu t'en émeus on va t'accuser de complotisme et te ranger dans la case "platiste" semi-débile, voire pire.
Oui et non, y'a eu le cas avec Kévin Spacey de mémoire et il a pas pour autant été épargné. OK c'était pas en France mais aux USA et c'est pas exactement les plus tolérants sur le sujet.
Oui, effectivement, il y a plus d'agressions sur les hommes.
Sauf qu'il faut contextualiser ces violences afin de pouvoir appréhender le cadre dans lequel elles sont faites et du coup là il pourrait peut-être faire une comparaison pertinente avec celles faites aux femmes. Pour le coup si l'on retire tout ce qui touche en réalité les activités délictuelles (règlement de comptes, vengeance et autres) il y aura une bien grosse différence. Même phénomène que les homicides ou tentatives, si l'on ôte ceux commis sur fonds de trafics crimino-délinquants les chiffres ne sont pas les mêmes.
Alors que les femmes subissent bien peu ce paramètre en comparaison.
Il m'apparaît indéniable qu'elles subissent une plus grande proportion d'actes "gratuits" justement parce qu'elles sont des femmes.
Le fait que ce soit presque normé est du coup assez révélateur. Et que le législateur décide de frapper fort pour justement inverser cette tendance est une bonne chose.

Bref, je ne vois rien de choquant dans toute l'histoire. Et je ne suis pas un enragé pro-féministe, j'aimerais juste que mes frangines, ma mère et ma femme puissent se promener sans avoir à se coltiner du putain de lourdau qui ne fait trois fois rien, il veut juste parler et complimenter et il va pas l'ennuyer ofc.
Qu'elles puissent se balader aussi sereinement que moi. L'égalité dans la liberté de se déplacer quoi.
Citation :
Publié par Kerjou
Penses-tu sincèrement que tu as plus de risques de mourir d'un coup de couteau en sortant seul, qu'une femme a de se faire agresser sexuellement ?
D'après les chiffres donnés quelques messages plus haut, environ 750k agressions physiques sur des hommes, contre 1100k cas de harcèlement/atteinte sexuelle (qui incluent donc les interactions uniquement verbales).
J'ai pas les chiffres viols/homicides (qui doivent sûrement être plus déséquilibrés) sous la main, mais oui les hommes ont raison de s'inquiéter pour leur intégrité physique.
Citation :
Publié par Veilugarux
[Modéré par Episkey :]
Sinon tu lis posément et tu essaies de comprendre ce qui est exprimé.
Et tu évites d'extrapoler en prêtant des intentions aux gens (à moins que tu ne sois télépathe?) et en parlant d'un domaine qui t'es manifestement inconnu, cela évitera de raconter des âneries ce que l'on pense et sur les activités policières.

Vu que c'était compliqué, je le redis simplement : le chiffre des violences physiques sur les hommes n'a aucun intérêt de comparaison car il ne prend en compte aucun contexte de la commission de celles-ci.

Dernière modification par Episkey ; 17/03/2021 à 18h42.
Je trouve toujours un certain problème dans le principe à la répression du harcèlement de rue, qui est de définir un délit non pas objectivement mais à partir du ressenti de la personne s'en considérant victime, et d'aboutir à éventuellement punir une personne pour des propos/actes qui n'ont rien de répréhensible pris isolément, uniquement parce que la victime en aurait subi de plusieurs personnes indépendantes jusqu'à finir par s'en énerver.

Mais sérieusement c'est une pure objection de principe, et je doute que ça arrive régulièrement que des hommes ayant juste dit une banalité flatteuse à une passante ou tenté d'obtenir un 06 sans insister soient punis pour ça, plutôt que des se montrant insistants, ou agonisant d'injures celles y réagissant négativement (ne serait ce que parce que contrairement à la légende entretenue ici par Veigularux je doute que les femmes et les policiers fassent pas parti d'un grand complot misandre pour faire punir des hommes qui ne le mériteraient pas, et ont plutôt tendance à tolérer énormément des hommes que de bondir sur toute occasion de se plaindre/réprimer). Mais l'aspect un peu problématique de la mesure introduite dans la loi Schiappa c'est qu'en ne définissant pas de critère clair de répétition ou de type de propos elle l'autoriserait.

Mais bon c'est le genre de loi visant à être dissuasive bien plus qu'à être appliquée (combien d'applications par an ? je doute que ce soit plus qu'une poignée, et que cette poignée ne concerne pas des personnes connues pour vraiment abuser).
Citation :
Publié par Twan
Mais bon c'est le genre de loi visant à être dissuasive bien plus qu'à être appliquée (combien d'applications par an ? je doute que ce soit plus qu'une poignée, et que cette poignée ne concerne pas des personnes connues pour vraiment abuser).
Mouai visant à être dissuasive ? J'ai des doutes... IMO, la plus part des gens ne seront pas au courant si il n'y a pas "beaucoup" d'applications.

Au niveau code de la route, il a fallut les radars automatique pour mettre un frein aux excès de vitesses... Le comportement de "lourdeau" disparaitrait pas sur des "ouhlala, y a une loi qui a dit que faut pas faire çà bouh ! Mais en faite, y a aucun moyen derrière donc osef".

Et si c'est appliqué avec "application", il y aura tentative de vouloir faire des exemples médiatisés et y a de forte chance qu'un fait "banal" soit monté en épingle pour en faire des caisses... avec tout les soucis que cela pourra poser...
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés