L'Agora

Politique et économie au Venezuela

Répondre
Partager Rechercher
Pour info, lors de la campagne de 1965, les temps de paroles étaient déjà comptés. De Gaulle et Mitterand en ont autant l'un que l'autre.

Bref, la comparaison avec Chavez est totalement imbécile. Non De Gaulle ne restait pas tant qu'il voulait à l'écran.
D'ailleurs, même si ça avait été le cas, ça ne l'aurait pas pour autant justifié pour Chavez. Mais ça n'est pas le cas, et pas du tout.
J'imagine que de Gaulle n'apparaissait pas à la télé que pendant les campagnes.
Comme Sarkozy qui fut très présent, et qui se déplaçaient, sur la fin, en tant que président mais en campagne quand même.
Citation :
Publié par Borh
Pour info, lors de la campagne de 1965, les temps de paroles étaient déjà comptés. De Gaulle et Mitterand en ont autant l'un que l'autre.

Bref, la comparaison avec Chavez est totalement imbécile. Non De Gaulle ne restait pas tant qu'il voulait à l'écran.
D'ailleurs, même si ça avait été le cas, ça ne l'aurait pas pour autant justifié pour Chavez. Mais ça n'est pas le cas, et pas du tout.
Je ne parle pas lors des campagnes. Maintenant c'était une télévision d'état sous de Gaulle pour ton information, donc s'il voulait passer il passait et basta.
Par ailleurs, il y avait également un controle des informations données par l'état et le ministre de l'information de l'époque qui ne dirigeait pas que la télévision par ailleurs mais presque l'ensemble des médias.

Et non ce n'est pas totalement imbécile, loin de la même.

Maintenant je te rejoins sur le fait que ca ne justifie pas que Chavez puisse le faire. Juste que vous admettez certaines choses pour certaines personnes (voir vous défendez les choses ce qui est quand même totalement contradictoire) et les refusez pour d'autres, c'est juste étonnant mais il y a une constance c'est toujours ou presque dans le même sens.
MAis bien sûr, De Gaulle avait son émission toute les semaines à la télé, la VF de Alo Presidente...
Quelle injustice de l'admettre pour ce bon vieux Général et pas pour Chavez.

Franchement, je ne sais pas jusqu'où peut aller la mauvaise foi, mais visiblement très loin.

Juste pour info, De Gaulle s'est exprimé pas mal à télévision : en moyenne 5 fois par an durant ses 11 ans de mandats.
Chavez avait une émission toutes les semaines, et s'exprimait par ailleurs plusieurs fois par semaine sur les chaînes Hertziennes.
Je ne sais pas si tu me croiras, si n'importe quel président Français faisait pareil, je n'en penserais pas moins que pour Chavez.
Je disais donc

Quelques chiffres et faits objectifs concernant cette élection au Venezuela. Avec un peu de recul, on s'aperçoit que la manipulation et/ou le bourrage d'urnes n'a pas forcément lieu d'être. Les violences actuelles ne sont qu'un sursaut lié aux résultats comme il en advient dans les pays où les clivages sont importants.

Document issu de : mondialisation.ca/25-verites-sur-les-elections-presidentielles-au-venezuela/5331611

Article publié initialement en portugais : ici

Il a été écrit par Salim Lamrani, Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris Sorbonne-Paris IV, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de la Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

Vous pouvez le contacter ici : lamranisalim@yahoo.fr ; Salim.Lamrani@univ-reunion.fr

Citation :
Les enquêtes d’opinion se sont révélées fausses et la campagne de l’opposition a été un succès.

1. Nicolás Maduro a obtenu 7 505 338 voix, soit 50,66% des suffrages exprimés.

2. Henrique Capriles a obtenu 7 270 403 voix, soit 49,07% des votes.

3. 38 756 électeurs ont voté blanc ou nul, soit 0,26%.

4. La participation électorale a été de 78,71%.

5. Seuls 234 935 voix, soit un pourcentage de 1,59%, séparent les deux candidats.

6. Toutes les enquêtes d’opinion qui donnaient Maduro vainqueur avec une marge allant de 10 à 20 points se sont révélées fausses.

7. Le résultat serré ne remet pas en cause la légitimité de Nicolás Maduro. En guise de comparaison, en France, lors des dernières élections présidentielles de mai 2012, la différence entre François Hollande et Nicolas Sarkozy était seulement de 3,28%.

8. Maduro est arrivé en tête dans 16 Etats sur 24.

9. Capriles a remporté 8 Etats.

10. Les observateurs internationaux, dont l’Union européenne et l’Union des Nations sud-américaines, ont reconnu la transparence du scrutin.

11. Henrique Capriles refuse de reconnaitre la victoire de son rival tant qu’un recomptage des voix n’a pas été effectué.

12. Nicolás Maduro a accepté le recomptage des voix.

13. Max Lesnik, directeur de Radio Miami, ville où réside une forte communauté vénézuélienne favorable à Capriles, déclare que le résultat serré confirme la validité des élections. Selon lui, « personne ne braque une banque pour voler 1 000 dollars quand il a possibilité d’en voler 1 million. Personne ne frauderait pour obtenir moins 300 000 voix d’avance ».

14. En guise de comparaison, en octobre 2012, Hugo Chávez avait battu son rival Henrique Capriles avec 8.191.132 voix, soit un total de 55,07%.

15. Capriles avait obtenu 6.591.304 votes, soit 44,31%.

16. 1 599 828 voix séparaient les deux candidats, soit un pourcentage de 10,76%.

17. La participation électorale avait été de 80,48%.

18. Chávez était arrivé en tête dans 21 Etats.

19. Capriles n’en avait remporté que 3.

20. Ainsi, en l’espace de six mois, le camp chaviste a perdu 685 784 voix.

21. De son côté, Capriles en a gagné 679 099.

22. L’immense majorité des 685 784 électeurs qui ont voté pour Chávez en octobre 2012 ont porté leur choix sur Henrique Capriles le 14 avril 2013.

23. Malgré les impressionnantes politiques sociales mis en œuvre en faveur des catégories les plus défavorisées qui ont permis de réduire la pauvreté et d’élever le niveau de vie des plus démunis de manière substantielle, force est de constater qu’un nombre important d’entre eux ont choisi de voter pour le candidat de droite.

24. La campagne électorale du candidat Capriles de 2013, beaucoup plus agressive que celle de 2012, a été un franc succès.

25. La campagne électorale du nouveau Président de la République Bolivarienne du Venezuela a été un échec cinglant.

Dernière modification par Vlad Drakov ; 19/04/2013 à 14h24.
Le .23 reste le souci majeur du concept de choix éclairé. Difficile de voter en connaissance de cause quand les informations accessibles sont tronquées voire mensongères et que l'éducation du citoyen ne lui permet pas de le repérer.
Comme dans toute démocratie, il y a un phénomène d'usure du pouvoir qui doit conduire nécessairement à une alternance. Qui est un critère fondamental d'un régime démocratique d'ailleurs.
Citation :
Publié par Borh
MAis bien sûr, De Gaulle avait son émission toute les semaines à la télé, la VF de Alo Presidente...
Quelle injustice de l'admettre pour ce bon vieux Général et pas pour Chavez.

Franchement, je ne sais pas jusqu'où peut aller la mauvaise foi, mais visiblement très loin.

Juste pour info, De Gaulle s'est exprimé pas mal à télévision : en moyenne 5 fois par an durant ses 11 ans de mandats.
Chavez avait une émission toutes les semaines, et s'exprimait par ailleurs plusieurs fois par semaine sur les chaînes Hertziennes.
Je ne sais pas si tu me croiras, si n'importe quel président Français faisait pareil, je n'en penserais pas moins que pour Chavez.
Tu lis de travers volontairement, tu extrapoles/déformes les propos volontairement, en gros ca fait un moment que tu deviens pénible à lire.
Citation :
Publié par Tenji
Merci pour les précisions d'ailleurs sur ce meme site il y a un article du meme auteur sur le chef de l'opposition Capriles
http://www.mondialisation.ca/50-veri...ezuela/5327706

Comme quoi, Chavez ceci, Chavez cela, mais quand tu as le choix entre lui et un Pinochet, il est vite fait, le choix.
C'est par ailleurs pas anodin qu'en bon chantre de la droite libérale, il aie fait fermer des bibliothèques et des lieux culturels: il faut un peuple bête et mal éduqué pour qu'il vote pour lui.
Par Salim Lamrani, défendeur à demi-mots du bon présipotent aimé de tous Chavez qui ne s'assume qu'à moitié, (50% de "la vérité sur", et encore c'est bien biaisé comme il faut puisqu'il source beaucoup dans les médias d'état vénézualiens, 50% de "mais que El Pais est méchant avec le bon présipotent aimé de tous Chavez"), en fait un obscur petit soutien zélé, entre autres, des petites dictatures classiques sur américaines, on y trouve d'ailleurs le bon bashing en règle traditionnel sur Yoani Sanchez, la France et sa politique d'austérité, le gentil gouvernement de Cuba pas si méchant que ça mais qui pourrait être mieux c'est vrai, etc etc etc...

Tout ceci est bien trop militant pour être digne d'intérêt, encore moins de confiance.
C'est vrai qu'il a l'air de bien aimer Chavez, mais reste que la bonne moitié des points soulevés sont juste des faits objectifs, même si c'est vrai que certains manquent de précision imo.

Après, bon, liens avec le Réseau Voltaire etc..., c'est vrai que ça peut faire douter !
Citation :
23. Malgré les impressionnantes politiques sociales mis en œuvre en faveur des catégories les plus défavorisées qui ont permis de réduire la pauvreté et d’élever le niveau de vie des plus démunis de manière substantielle, force est de constater qu’un nombre important d’entre eux ont choisi de voter pour le candidat de droite.
comment décrédibiliser tout ce qui précède en 2 lignes
Citation :
Publié par Borh
La personnalité qui se rapprocherait le plus de Chavez, ce serait Juan Peron. C'est un style assez typiquement Sud Américain.
Marrant, un article d'un blog du monde qui fait la comparaison 1 mois et demi plus tard.
http://america-latina.blog.lemonde.f...e-comparaison/

Dernière modification par Borh ; 20/04/2013 à 12h06.
Pas mal d'arrestations durant des manifs, dont une centaine de personnes arrêtées pour "détention de casseroles et terrorisme".....

Non ce n'est pas un épisode de Kaamelott, juste le Venezuela chaviste.
Citation :
Publié par Aratorn
Pas mal d'arrestations durant des manifs, dont une centaine de personnes arrêtées pour "détention de casseroles et terrorisme".....

Non ce n'est pas un épisode de Kaamelott, juste le Venezuela chaviste.
Source, parce qu'il y a quand même eu des morts récemment. On peut donc estimer que la situation est tendue.

Sinon, je te rappelle que 70 personnes ont été arrêtées à Paris pour s'être assis aux Invalides, d'autres verbalisés pour avoir porté un sweat-shirt, etc ... juste la France hollandaise. On est mal placé pour critiquer.
Citation :
Publié par Vlad Drakov
Source, parce qu'il y a quand même eu des morts récemment. On peut donc estimer que la situation est tendue.

Sinon, je te rappelle que 70 personnes ont été arrêtées à Paris pour s'être assis aux Invalides, d'autres verbalisés pour avoir porté un sweat-shirt, etc ... juste la France hollandaise. On est mal placé pour critiquer.
Elles ont été inculpées de terrorisme et de possession de casseroles ?
( C'est un peu HS, mais au Chili aussi ils ont passé une loi permettant d'arrêter pour terrorisme d'Etat les personnes en possession non déclarées de casseroles qui manifestent, même si je crois qu'ils ont pas encore eu le culot de l'invoquer contre qui que ce soit dans ce pays-là... Faut faire gaffe avec les ustensiles de cuisine en Amérique du Sud... )
Citation :
Publié par aimeciseaux
Faut faire gaffe avec les ustensiles de cuisine en Amérique du Sud... )
Vu les dégâts que peuvent causer une cocotte minute, ils ont peut-être pas tort.
Politique et économie au Venezuela
Après ces dernières années pleines d'événements similaires, c'est au tour des vénézuéliens d'entrer en conflit violent avec leurs forces de sécurité.

Les médias, interdits par la loi de faire le moindre report de ce type d'événements, n'en disent rien. Les médias colombiens l'évoquent, mais n'étant pas sur place, leurs images sont rares.

Les réseaux sociaux, comme à l'accoutumé, sont par contre en ébullition. Nombreuses images de blessés et de morts, nombreuses vidéos de ripostes armées du gouvernement.

Bref, comment pensez-vous que cela va évoluer ? Quand les médias français commenceront-ils à en parler ? Quelle sera la réaction internationale, selon vous ?
A priori, la même chose que d'habitude. Que pouic et nada. La petite différence, c'est que les voix qui viendront doctement t'expliquer que les manifestants sont tous des pourris au service de la CIA seront plus nombreux et vocaux que d'habitude. Si vraiment la police abuse, il y aura au plus un silence gêné, et on parlera des trucs vraiment importants comme Sotchi, la théorie du genre et les municipales.

http://www.lemonde.fr/ameriques/arti...5347_3222.html
Citation :
Publié par Kafka Datura
Tu ne penses pas que cela pourrait au contraire finir sur un changement de régime, comme on l'a vu en Egypte ou en Tunisie ?
Depuis l'époque de Chavez, il y a des "milices bolivariennes" dans tous les quartiers. La police, l'armée et les médias officiels sont sous contrôle. C'est un mouvement étudiant, donc faible, ( au départ) qui semble protester contre un ensemble de trucs qui énervent certes la population (inflation, insécurité, pénurie), mais que la propagande attribue au complot fascisto-américain. Je peux me tromper, mais je pense que le régime post-chaviste est solidement implanté.
Il y aura une brève sur le sujet ce matin sur France Info, je ne sais pas exactement à quelle heure. J'essaierai d'éditer avec le lien du podcast plus tard, pour ceux que ça intéresse.

Pour ce qui est du changement de régime, c'est a priori pas demain la veille. Il n'y a pas que Maduro qui y gagne à conserver un semblant de stabilité dans le pays, mais également l'ensemble des narcos et des milices para-militaire installées dans les provinces (les mêmes qui contrôlent le système pénitentiaire).
Autant vous dire que c'est relativement bloqué comme situation.

Mon frère qui était sur place m'a rapidement parlé d'une violence impressionnante des affrontements (même pour un des pays les plus violents du monde). J'ai pas pu en savoir plus pour l'instant, et vu la clarté des premières dépêches AFP il m'a même été difficile de comprendre quelle était exactement la teneur des "cortèges".

Pour ce qui est de la situation générale du pays, depuis quelques semaines/mois la population entière à recours au trafic de devises pour essayer de s'en sortir, il n'y a plus conséquemment de billet d'avion ni à destination ni au départ de Caracas pour l'instant (je peux vous expliquer pourquoi si ça vous intéresse). De grosses entreprises viennent de fermer. Ca a jamais été autant le bordel.

Dernière modification par Pierre Desproges ; 13/02/2014 à 09h37.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés