L'Agora

La politique de puissance démocratique.

Répondre
Partager Rechercher
je dis que si tout le monde ne peut pas en bénéficier, personne ne doit pouvoir le faire. en l'état actuel, la représentativité nationale n'existe pas. nos élus de haut rangs sont soit notable, soit bourgeois soit fonctionnaire.
un statut d'élu et la question est réglé.

mince j'avais dis que j'arrêtais
pour ma défense, les petits arrangements entre amis sont largement facilité par cette non mixité parlementaire.
Citation :
Publié par elerazar
je dis que si tout le monde ne peut pas en bénéficier, personne ne doit pouvoir le faire. en l'état actuel, la représentativité nationale n'existe pas. nos élus de haut rangs sont soit notable, soit bourgeois soit fonctionnaire.
un statut d'élu et la question est réglé.

mince j'avais dis que j'arrêtais
pour ma défense, les petits arrangements entre amis sont largement facilité par cette non mixité parlementaire.
(Moi aussi je trouve que parler de représentativité n'est pas HS sur le sujet des accords entre amis, si ça l'est désolé j'éditerais !)

Ta solution remplacerait une injustice par une autre : contrairement au privé, un fonctionnaire ne peut pas interrompre sa carrière et la reprendre où il l'a laissée sans cette mise en disponibilité. Si tu supprimes cette mesure, tu dis ouvertement "les fonctionnaires doivent reprendre leur carrière de 0 après avoir eu un mandat électif" ce qui n'est pas le cas d'un salarié du privé qui pourra prétendre à des postes équivalents à ce qu'il avait laissé derrière lui. En plus de ça, les fonctionnaires qui connaissent déjà bien l'appareil de l'Etat sont des candidats naturels aux fonctions électives, ne serais-ce qu'à des postes techniques (genre des adjoints au maire ...)

Bref, tu proposes un nivellement par le bas qui ne serait bon pour personne. Si tu supprimes aux fonctionnaires cette facilité, tu te retrouveras avec une assemblée encore plus composée de notaires et de médecins, alors qu'il faudrait aller dans le sens diamétralement inverse.
Je crois que tu ne fais pas le bon constat.

Qui est impuissant? Et impuissant à faire quoi?
Qui doit être puissant, et pour faire quoi?

D'emblée tu nous dis
Citation :
Publié par Aloïsius
Dans la crise que connaît depuis des années le pays, la restauration des moyens d’action passe donc avant l’application des idéologies de chacun.
C'est pour moi le point le plus important de ton message. Le rejet des idéologies, qui est très à la mode, est une tentative de faire passer l'ordre actuel pour naturel, relevant de la biologie, de la physique ou de la "nature humaine". Tout ce qui s'y oppose est une "idéologie", autrement dit une dangereuse et irrationnelle déviation de l'esprit. Un coup d'humeur, un enthousiasme charmant mais illogique et très peu pragmatique.

Soyons clairs : ceux qui utilisent cet argument ne rejettent pas l'idéologie de manière générale, mais les autres idéologies, celles auxquelles ils n'adhèrent pas. Il n'y a pas un plan de la politique qui y échappe, il n'y a pas de "technique" politique, il n'y a pas de décisions qui ne relèvent d'aucun système d'idées!

Jouons les naïfs un moment en prétendant que les hommes politiques actuels voudraient oeuvrer pour l'intérêt général, mais qu'ils en sont impuissants.
Qu'est-ce qui les rend impuissants? D'abord le pouvoir remis à des entités de l'Union Européenne qui échappent au contrôle démocratique.
Mais surtout l'adhésion inconditionnelle à l'idéologie du capital qui fait qu'il est hors de question de prendre des décisions qui n'y correspondent pas comme :
- nationaliser des banques au moment où on les sauve à coups de milliards,
- assurer le maintien et l'élargissement des services publics,
- ne pas ouvrir à la concurrence des secteurs importants pour la population (eau, hôpitaux, routes, énergie...),
- avoir du courage diplomatique et ne s'opposer aux Etats-Unis quand il le faut,
- quitter l'OTAN,
- envisager le protectionnisme pour relancer des usines chez nous,
- résister au lobby et se débarrasser du nucléaire,
- lutter contre la fraude fiscale (il suffirait de ça pour avoir un budget positif)...

Tous ces exemples sont des décisions qui pourraient être prises. Elles ne le sont pas, non pas à cause d'une impuissance de la politique, mais parce que ceux qui sont au pouvoir adhèrent à une idéologie qui les rejette en bloc!

Conclusion : les hommes politiques ne sont pas impuissants, ils suivent une idéologie qui consiste à laisser le pouvoir à d'autres. Je vous laisse deviner qui.
L'acceptation d'un projet politique ne viendra que si le citoyen retrouve la place qui lui a été prise : celle où il décide, puisqu'il est citoyen. Voter dans un système parlementaire n'a jamais constitué une démocratie. Et tant que que nous persisterons à confondre république et démocratie, rien ne se résoudra.

Dernière modification par rackam77 ; 28/10/2014 à 10h11.
Citation :
Que faut-il pour sortir le pays du marasme où il baigne ? Lui rendre sa capacité d’action, de décision, en un mot, sa puissance, au sens étymologique du terme : la capacité à pouvoir
Cette capacité n'est pas perdue. Elle est juste utilisée à d'autres desseins que ceux que tu souhaites. Le pays n'est pas dans le marasme. Tout fonctionne très bien. Pour ceux qui décident. Ceux qui ne décident pas n'ont aucune espèce de poids ni d'importance dans le processus. Bref, le problème que tu soulèves n'en est pas un, tu tapes un peu à coté.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés