L'Agora

[POGNAX] [Police] Problématiques contemporaines

Répondre
Partager Rechercher
Non la hiérarchie le couvre justement. Il n'y a aucune sanction. Et rien non plus concernant ceux qui s'amusent au téléphone d'utiliser des LBD.

En fait la BAC, c'est un peu la voie légale pour les gens qui ont envie de commettre des exactions passibles de prison pour vous et moi.
Citation :
Publié par N° 44 636
les images accablantes du tir de LBD qui a mutilé Adnane Nassih, mises en parallelle avec le temoignage du policier concerné.

https://twitter.com/libe/status/1389...339452930?s=20
Je me demande combien de temps ça a pris de réaliser cette enquête.
Et d'ailleurs, comment Libé s'est-t-il procuré les images de vidéo-surveillance ?

Bref, accablant c'est le mot.
Ça coûte quoi de dire : "c'était un accident malheureux, j'ai mal jugé la situation" ? Faut obligatoirement essayer de couvrir (mal) la situation ?
Citation :
Publié par Aeristh
La justice lui a interdit d'exercer sur la voie public dans l'attente du procès.
C'est pas la hiérarchie qui la fait qu'il se retrouve en poste administratif.
Ok je n'avais pas entendu ou lu ce message, merci de la précision.
Citation :
Publié par Hark²
Ça coûte quoi de dire : "c'était un accident malheureux, j'ai mal jugé la situation" ?
Ca n'a pas trop l'air d'être un accident, le mec a été tiré comme un lapin si l'on en croit la vidéo.
Citation :
Publié par Hark²
Je me demande combien de temps ça a pris de réaliser cette enquête.
Et d'ailleurs, comment Libé s'est-t-il procuré les images de vidéo-surveillance ?

Bref, accablant c'est le mot.
Ça coûte quoi de dire : "c'était un accident malheureux, j'ai mal jugé la situation" ? Faut obligatoirement essayer de couvrir (mal) la situation ?
Possible qu'une copie ait été demandé par l'avocat d'une partie qui les ait ensuite communiqué à la presse.

Pour ta 2e question je pense que c'est assez simplement un trait plutôt répandu chez tout un chacun de nos jours : la fuite devant sa propre responsabilité. Effectivement il était possible qu'il ait très mal apprécié la situation, entraînant l'action de son tir, sans respecter les règles d'utilisation. Ce qui en soit est déjà grave. Ou alors c'était pour une toute autre raison, ce qui est certainement encore plus grave.
Citation :
Publié par Glor
J'avais été raillé par nos fonctionnaires éclairés quand je soulignais la problématique de la compréhension de la loi par les forces de l'ordre et des conséquences de l'article 24 sur l'interprétation du droit par celles ci, mes craintes semblent partagées.
Joli comeback mais ton article dit lui même que la commission en question s'est prononcée au cours de la navette parlementaire avant la réécriture de l'article 24, l'article unique de cette loi qui gouverne tous les autres articles pour dans les ténèbres les lier.
Citation :
Publié par Kitano Must Die
l'article unique de cette loi qui gouverne tous les autres articles pour dans les ténèbres les lier.
Pas exactement. L'article 24 est le seul dont les médias font écho parce qu'il a été écrit à la bière par un canard sous LSD avec ses petits doigts palmés.

Le reste de la loi n'est pas sujet à polémique parce qu'il a été beaucoup plus travaillé et qu'il est bien rédigé, ce qui n'empêche pas le débat mais a tendance à repositionner les projecteurs ailleurs. Relis l'article 25 de la proposition initiale pour t'en convaincre, y'a pas besoin d'être juriste pour se rendre compte que l'article 24 a été bâclé.

Cette loi dans son ensemble aurait pu passer comme une lettre à la poste si elle n'avait pas été en partie torchée pour respecter le calendrier électoral. Il n'y a pas d'opposition populaire sur le fond de cette loi. C'est la forme qui pêche, et plus particulièrement la forme de l'article 24.
Citation :
Publié par TabouJr
Pas exactement. L'article 24 est le seul dont les médias font écho parce qu'il a été écrit à la bière par un canard sous LSD avec ses petits doigts palmés.

Le reste de la loi n'est pas sujet à polémique parce qu'il a été beaucoup plus travaillé et qu'il est bien rédigé, ce qui n'empêche pas le débat mais a tendance à repositionner les projecteurs ailleurs. Relis l'article 25 de la proposition initiale pour t'en convaincre, y'a pas besoin d'être juriste pour se rendre compte que l'article 24 a été bâclé.

Cette loi dans son ensemble aurait pu passer comme une lettre à la poste si elle n'avait pas été en partie torchée pour respecter le calendrier électoral. Il n'y a pas d'opposition populaire sur le fond de cette loi. C'est la forme qui pêche, et plus particulièrement la forme de l'article 24.
Va falloir préciser quelle version de l'article 24 aurait été écrite par des palmipèdes vu que l'on arrive à voir des articles de presse de mai 2021 qui capitalisant encore sur l'indignation vis à vis de l'ancienne mouture.
Pour l'ancienne version c'est une conjonction de rédaction vague et d'intérêts corporatistes contrariés pour un bénéfice douteux.
Pour la nouvelle c'est une rédaction plus claires mais qui dans la pratique sera totalement bancale pour un bénéfice toujours aussi douteux.

Après je n'ai jamais occulté les problèmes de l'article 24 mais son omniprésence dans le débat public me laisse assez perplexe, la forme c'est bien et indispensable mais ça ne doit pas annihiler le débat sur d'autres articles qui préfigurent de changements beaucoup plus radicaux sur le quotidien des gens.
Citation :
Publié par Glor
J'avais été raillé par nos fonctionnaires éclairés quand je soulignais la problématique de la compréhension de la loi par les forces de l'ordre et des conséquences de l'article 24 sur l'interprétation du droit par celles ci, mes craintes semblent partagées.
Les « fonctionnaires éclairés » comme tu dis de façon ironique (c’est une habitude chez certains), ont si je me souviens bien parlé de notes internes étant là pour justement bien expliquer la loi. Ce qui va dans le sens de ton lien du coup.

Je me rappelle même avoir écrit que ceux interprétant mal (pour casser du portable par exemple) le faisant sciemment et connement.

Mais bon, ton message aurait été moins « percutant »
On en avait pas mal parlé de cette mouture de l'article 24 et le problème se situait surtout du côté de l'interprétation médiatique.
S'en est suivie une focalisation absurde eu égard aux autres problématiques qui méritaient largement que la population s'y attarde mais dont les médias se battaient royalement.Tant pis pour les gens.

Et l'on peut toujours railler vu que l'on a bien évoqué les explications et notes d'informations suffisantes qui ont forcément lieu dans de tels cas sans occulter la mauvaise volonté manifeste de certains contre la loi.
Le problème n'a (pour la énième fois) jamais été du côté de l'interprétation médiatique de l'article mais bel et bien du côté de la crainte de ce qu'il induirait comme comportements chez les policiers.

Pour le reste dont acte en effet, attendons de voir maintenant que le texte est passé.
Citation :
Publié par Kitano Must Die
Après je n'ai jamais occulté les problèmes de l'article 24 mais son omniprésence dans le débat public me laisse assez perplexe, la forme c'est bien et indispensable mais ça ne doit pas annihiler le débat sur d'autres articles qui préfigurent de changements beaucoup plus radicaux sur le quotidien des gens.
C'est la rédaction de la première mouture qui a braqué les feux de la rampe sur l'article 24. Et ça a occulté dans la presse grand public et sur les réseaux sociaux les débats sur les autres articles et les autres propositions de loi dont certains méritaient un débat parlementaire au vu de l'opinion publique plutôt que dans les alcôve des bâtiments historiques, quelle que soit la chambre qui s'y colle et quelle qu'en soit l'issue par ailleurs.

C'est gravé dans le marbre que dans un contexte de tension entre les forces de police et la presse, la moindre défaillance politique à ce sujet va faire les choux gras des médias. Et la rédaction initiale de l'article 24 de la proposition de loi de Sécurité Globale est une défaillance politique, preuve en est l'article 25 de la proposition loi confortant les principe de la République, que Dupont-Moretti a d'ailleurs renommé article 18 tellement tout le monde mélange tout, qui est la preuve qu'il y a des gens qui savent écrire des propositions de loi au gouvernement.

C'est quand même dommage que la rédaction de la proposition de loi sur la Sécurité Globale ait été confiée aux autres.

Après, j'ai du mal à voir ce qui, dans la loi de Sécurité Globale, va radicalement changer le quotidien des français. Selon toi, ce serait plutôt les compétences judiciaires des gardes champêtres, l'application du droit à la vie privée aux images de vidéos surveillance, ou l'extension du transport des personnes en état d'ivresse à la police municipale qui va changer radicalement nos quotidiens ?
Citation :
Publié par Glor
Le problème n'a (pour la énième fois) jamais été du côté de l'interprétation médiatique de l'article mais bel et bien du côté de la crainte de ce qu'il induirait comme comportements chez les policiers.
Exactement.
C'est a été prouvé que la plupart des policiers, principalement en manif, n'ont que cure des articles de loi :
- RIO : Pas affiché
- Destruction des smartphone, tir sur la presse
- Demande systématique de la carte de presse (non obligatoire pour rappel).

Je vois pas en quoi ça va changer grand chose cette loi, a part l'empirer sur ces points.
Citation :
Publié par Hark²
Exactement.
C'est a été prouvé que la plupart des policiers, principalement en manif, n'ont que cure des articles de loi :
- RIO : Pas affiché
- Destruction des smartphone, tir sur la presse
- Demande systématique de la carte de presse (non obligatoire pour rappel).

Je vois pas en quoi ça va changer grand chose cette loi, a part l'empirer sur ces points.
Et ça a été prouvé ou ?
Citation :
Publié par Kerjou
Et ça a été prouvé ou ?
Car j'anticipe cette réponse :
- RIO : https://www.lefigaro.fr/actualite-fr...ation-20200206
https://www.lepoint.fr/societe/manif...2356945_23.php
- La presse et les manifestations :
https://www.liberation.fr/france/202...-dure_1799862/
https://www.liberation.fr/france/202...iseur_1778318/
https://rsf.org/fr/actualites/quand-...ions-en-france
https://reporterre.net/Journalistes-...ces-policieres
https://actu.fr/ile-de-france/paris_..._37664412.html
- Carte de presse : https://factuel.afp.com/non-la-carte...iste-en-france
https://www.20minutes.fr/societe/266...r-carte-presse

J'ai essayé de trouver des sources de droite. J'en ai bien plus sur les médias alternatifs qui suivent sur le terrain les manifs.

Si tu as besoin d'autres liens, n'hésite pas
Citation :
Publié par Kerjou
Et ça a été prouvé ou ?
Ca a été largement constaté et a nécessité un rappel du directeur général de la police nationale fin fin 2019.
Ca n'a pas empêché de nouveaux constats en 2020.

Citation :
Problème de taille: les innombrables manifestations ces derniers mois ont mis en évidence le fait que les policiers ne portent pas toujours leur RIO. Matérialisé par un scratch sur l’uniforme ou le brassard «police», ce numéro cristallise la colère des militants radicaux sur le terrain. Selon eux, l’absence de ce numéro permettait aux fonctionnaires d’échapper aux enquêtes pour «violence policière». Le 30 décembre 2019, l’ex-directeur général de la police nationale, Éric Morvan, s’est même fendu d’un rappel des règles à l’ensemble des effectifs. «Il me semble important dans le contexte de fort engagement des forces de sécurité que les directeurs et chefs de service […] puissent rappeler à l’ensemble de leurs personnels que le port du RIO est impératif», a-t-il indiqué. Avant d’ajouter: «Cette instruction s’applique quelle que soit la tenue de travail, y compris la tenue de maintien de l’ordre».
https://www.lefigaro.fr/actualite-fr...ation-20200206

Citation :
«Pas d’emplacement pour mettre le RIO»

Malgré la loi et les déclarations politiques, il était difficile, à de très nombreuses reprises, de trouver le RIO des agents qui participaient aux opérations de maintien de l'ordre face aux gilets jaunes depuis la fin de l'année 2018. Et cela n'a rien de nouveau.


Déjà en 2016, Libé écrivait : «Matricules des policiers : y a rien à voir». A l'époque, Buzzfeed avait compté, parmi les policiers et gendarmes encadrant une manifestation parisienne contre la loi travail, combien portaient leur RIO. Réponse : 3 sur plus de 200 agents recensés.

Buzzfeed obtenait alors la même réponse que CheckNews aujourd'hui, auprès des syndicats policiers : «Les éléments de la tenue nécessaires au maintien de l'ordre ne disposent pas d'emplacement pour mettre le RIO, ou parfois, le cachent», résume Philippe Capon, secrétaire général d'Unsa Police.
Même réponse du service d'information et de relations publiques des armées (Sirpa) de la gendarmerie à CheckNews : «L'ajout d'équipement, comme des protections corporelles, sur certaines séquences de maintien de l'ordre, peut dissimuler partiellement ou totalement le RIO.»
https://www.liberation.fr/checknews/...tions_1768552/

Citation :
Mise en application
Les syndicats de policiers dénoncent cette mesure qu'ils trouvent « stigmatisante »2. Par ailleurs, ils prétendent que le matériel n'est pas adapté, en particulier, il n'y a pas d'emplacement sur le gilet tactique ou sur les coques de protection de la tenue anti-émeute3.
De nombreuses sources ont indiqué que le RIO n'était pas visible sur les tenues des policiers participant au maintien de l'ordre lors des manifestations contre la Loi Travail du printemps 20164.
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A...en_application

Citation :
Depuis les premières manifestations de Gilets jaunes, plus de 200 enquêtes pour violences policières ont en effet été ouvertes par l'IGPN, les fonctionnaires mis en cause n'ayant pu être retrouvés dans nombre de ces procédures, souvent faute de RIO apparent. Régulièrement, notamment pour ce qui concerne les forces dédiées au maintien de l'ordre, celui-ci n'est toujours pas porté de manière visible.
« C'est un simple rappel aux obligations »
A tel point que le 30 décembre, selon nos informations, le directeur général de la police nationale a dû rappeler ses troupes à l'ordre. « Il me semble important dans le contexte de fort engagement des forces de sécurité que les directeurs et chefs de service […] puissent rappeler à l'ensemble de leurs personnels que le port du RIO est impératif, écrit Eric Morvan. Cette instruction s'applique quelle que soit la tenue de travail, y compris la tenue de maintien de l'ordre. Je souhaite que vous diffusiez ce rappel sans délai. »

« C'est un simple rappel aux obligations », nuance le service communication de la police (Sicop), lequel souligne que cette question du respect du port du RIO est du ressort des premiers maillons hiérarchiques. « Ce sont aux chefs de section de s'assurer qu'il est bien porté, souligne-t-on au Sicop. C'est une question de management. » Jusqu'à aujourd'hui, aucune sanction n'a jamais été prise pour un manquement à cette règle. Les seules qui pourraient l'être le seraient pour un gardien de la paix rappelé à l'ordre, et qui refuserait de s'exécuter. Mais là encore, aucun dossier disciplinaire n'a jamais été ouvert pour de tels faits. En clair : si non-port du RIO il y a, c'est le plus souvent avec accord de la hiérarchie de base. « En période de tension sociale, par exemple pour ce qui concerne les CRS, ce n'est pas toujours la priorité de la hiérarchie, reconnaît un haut fonctionnaire. Et quand celle-ci l'exige, c'est assez mal vu de la part des policiers de terrain… »

« Le scratch ne tient pas très bien »
Pourtant, cette situation est spécifique à la police. Car dans la gendarmerie nationale, le port du RIO semble être entré dans les mœurs. « Ce n'est pas la priorité de nos collègues, note cet autre cadre policier. Après une opération de maintien de l'ordre, les encadrants ne vont pas vraiment insister sur ce point une fois de retour au service. » Le même justifie certains non-ports par des raisons pratiques.
https://www.leparisien.fr/faits-dive...20-8231658.php
Article repris par Le Point : https://www.lepoint.fr/societe/manif...2356945_23.php
J'essaye toujours de trouver ou il est "prouvé" qu'il s'agit d'agissements de "la plupart" des policiers. J'ai pourtant mis en gras les éléments m'interessant.
On va me dire que c'est pas important, mais ça en a l'air vu la désinformation courante sur ce sujet (souvent par toi d'ailleurs).

Le fait qu'un rappel soit fait n'est pas une preuve qu'il s'agit d'un agissement majoritaire mais de l'existence de cet agissement, qui mérite un rappel (qui est bien sûr fait à la majorité, on peut pas faire autrement ).

Je pinaille bien sûr mais si ce fil n'était pas une tribune politique, les mouches s'en porteraient mieux.

Citation :
J'ai essayé de trouver des sources de droite. J'en ai bien plus sur les médias alternatifs qui suivent sur le terrain les manifs.
Je ne vois pas trop pourquoi tu précises cela, je remet en cause ce que j'appelle les source "militantes", qu'elles soient de droite ou de gauche m'importe peu, bien qu'évidemment sur ce sujet les sources militantes sont très souvent (voire systématiquement ne nous voilons pas la face, d'EG), mais c'est bien, ça traduit ta pensée profonde.
Citation :
Publié par Glor
Le problème n'a (pour la énième fois) jamais été du côté de l'interprétation médiatique de l'article mais bel et bien du côté de la crainte de ce qu'il induirait comme comportements chez les policiers.
Tout le battage médiatique était sur le thème de : "on ne pourra plus jamais filmer les flics" ou "on devra obligatoirement flouter tous les flics".
Ce qui a été repris aveuglément un peu partout alors que cela ne correspondait pas du tout à ce qui était dit dans le texte, qui visait spécifiquement une intention de nuire.

Tout texte réformateur est expliqué aux fonctionnaires : en 2011 a eu lieu la réforme de la garde à vue, changement majeur s'il en est. On a pas mis au placard tous les flics actifs d'avant la réforme parce qu'ils n'ont pas été originellement formés sur le nouvelles lois : explication de texte et du changement de façon de travailler et application de la nouvelle loi. Tout simplement.
Et toutes les boîtes font pareil,privé ou public : le boulot change, le personnel est informé et change sa façon de faire.

Il n'y a rien à craindre en particulier et un mec qui décide de faire de la merde la fera dans tous les cas et n'a pas besoin d'un quelconque changement pour ce faire.

Mais bon, tout a déjà été dit là-dessus la dernière fois, on peut éviter la boucle temporelle (quoique au final je pense qu'on pourrait faire un cycle de thèmes avec "tous fichés", "assermentation", "classement sans suite" ).
Une obligation plus fermement suivie du port du RIO, avec sanction en cas de non respect, permettrait sans doute d'améliorer le traitement des plaintes, et dissuaderait peut être certains de faire n'importe quoi. Ce serait une mesure à peu de frais. Evidemment il faut que les équipements soient adaptés, mais afficher un numéro n'est pas insurmontable. Les policiers n'ont pas à "mal prendre" le fait d'être identifiables.
Citation :
Publié par Don Patricio
Une obligation plus fermement suivie du port du RIO, avec sanction en cas de non respect, permettrait sans doute d'améliorer le traitement des plaintes, et dissuaderait peut être certains de faire n'importe quoi. Ce serait une mesure à peu de frais. Evidemment il faut que les équipements soient adaptés, mais afficher un numéro n'est pas insurmontable. Les policiers n'ont pas à "mal prendre" le fait d'être identifiables.
Il me semblait (mais alors de très très loin, sans m'être intéressé au sujet à l'époque des débats de 2014) qu'à la base le RIO devait permettre d'identifier les FDO tout en conservant une sorte d'anonymat. Un pseudonymat. Ou numéronymat quoi.

En gros un policier dont on ne voit pas le visage mais dont on voit le RIO pourrait être identifié si besoin par l'IGPN, sa hiérarchie ou whatever, mais pas par la populace.

Alors je sais pas si je suis passé à côté d'un annuaire inversé des RIO en accès libre, ou si il y a une crainte que les données soient piratées et rendues publiques, ou si la "peur des représailles" est justement celle de la hiérarchie, mais sans dire que le RIO a été un échec, il semblerait que ça n'ait pas marché

Dans la police du moins, puisqu'un des articles que je linkais plus haut semblait dire que dans la gendarmerie, il a été bien intégré.
Bah oui mais la gendarmerie c'est pas pareil, ce sont des gens respectueux, qui font simplement leur métier, et qui le font bien.
Alors que la BAC, c'est de la racaille légalisée.

C'est pas étonnant que les gendarmes détestent les flics et inversement, ils ne font pas le même métier et n'y sont pas pour les même raisons. Comme les fdo le disent souvent: "quand on a rien à se reprocher, on n'a rien à cacher".
Citation :
Publié par TabouJr
Après, j'ai du mal à voir ce qui, dans la loi de Sécurité Globale, va radicalement changer le quotidien des français. Selon toi, ce serait plutôt les compétences judiciaires des gardes champêtres, l'application du droit à la vie privée aux images de vidéos surveillance, ou l'extension du transport des personnes en état d'ivresse à la police municipale qui va changer radicalement nos quotidiens ?
Pour voir vers où une loi nous dirigé il faut consulter le livre blanc de la sécurité intérieure dans le cas qui nous concerne.
Ça a déjà été débattu ici même mais oui cette loi préfigure des changements plus importants.
La montée en gamme de la police municipale, la fiabilisation des ressources de sécurité privée (magie magie sur les activités de Fauvergue) la mise en avant de continuer de sécurité, c'est des bases sur lesquelles le quotidien des français peut changer et va changer.

Alors oui je déplore une pauvreté des débats sur cette loi qui confine au ridicule.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés