L'Agora

[POGNAX] [Police] Problématiques contemporaines

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Pile
Ca me fait penser que @Suffolke s'étonnait que le préfet n'ait pas sauté après ses déclarations, mais c'était quoi exactement, pas eu de réponse là-dessus
« Les forces de l’ordre interviennent toujours de manière proportionnée. Mais face à des individus avinés, qui ont probablement pris de la drogue, il est difficile d’intervenir de façon rationnelle. Et les individus eux-mêmes étaient immaîtrisables ».

Pendant qu'une personne dont le seul crime était d'être "probablement" aviné et/ou drogué était "probablement" en train de commencer à nourrir la faune aquatique de la Loire, et alors que de l'avis même d'un syndicat de police l'intervention était "probablement" totalement foireuse, et la décision le fait d'un gradé "probablement" coutumier du fait pour ne pas dire "probablement" légèrement nazi.

Bref pour ma part je trouve ce commentaire totalement insupportable et je refuse de me laisser aller à trouver "normale" ce genre de déclarations quand des citoyens manifestement pas plus criminels que moi se retrouvent tués ou mutilés par l'intervention des force de l'ordre.



Merci de m'avoir relancé, j'avais zappé que tu m'avais interpellé là-dessus.
Citation :
Publié par Suffolke
Merci de m'avoir relancé, j'avais zappé que tu m'avais interpellé là-dessus.
Np, ça m'arrive également de zapper aussi dans le flot des conversations
Pour le reste, tu étoffes ce que j'ai grossièrement résumé plus tôt, on est bien d'accord sur le sujet https://jolstatic.fr/forums/jol/images/icons/icon14.gif
Les BACs, ça a été imaginé par Bolotte, ça a été généralisé par Charles Pasqua, et c'est devenu l'alpha et l'omega de la police sous Sarkosy. Quel brillant succès. Et vu la tronche des fées qui se sont penchées sur leur berceau, savoir qu'il y a des ripoux et des bavures dans les BACs c'est à peu près aussi surprenant qu'un happy end dans un Disney.

S'il y a une institution policière qui a besoin d'être réformée en urgence, c'est celle là.
Je n'y connais rien mais je pense qu'il s'agit là d'une minorité visible et la plupart font leur boulot correctement, ce qui est certes moins spectaculaire pour les médias que des histoires de flics violents et corrompus qui finissent quand même par se faire rattraper par la justice. Ces hommes et ces femmes sont confrontés chaque jour à la lie de la société, donc qu'un faible pourcentage se laisse tenter par le côté obscure me paraît difficilement évitable, errare humanum est après tout .

Embaucher des agrégés en philosophie humaniste pour faire le taf pourrait passer une bonne idée anti-bavure et anti-corruption mais je ne suis pas certain qu'ils aient les épaules pour endurer le quotidien du métier de policier sur le terrain (mais à la main courante, pourquoi pas).
Citation :
Publié par Actarus78
Je n'y connais rien mais je pense qu'il s'agit là d'une minorité visible et la plupart font leur boulot correctement, ce qui est certes moins spectaculaire pour les médias que des histoires de flics violents et corrompus qui finissent quand même par se faire rattraper par la justice. Ces hommes et ces femmes sont confrontés chaque jour à la lie de la société, donc qu'un faible pourcentage se laisse tenter par le côté obscure me paraît difficilement évitable, errare humanum est après tout .
Oh ca suffit ce comportement larmoyant pour des gens corrompus, c'est à vomir !
La bac c'est un échec complet, des flics qui font peur aux citoyens, j'ai jamais entendu quelqu'un avoir un contact avec la bac sans que ça soit désagréable voir humiliant.
Se faire palper les couilles en pleine ville à 14h par des gros fils de pute qui ne prennent même pas la peine de vérifier mes papiers avant de m'humilier, c'est bon, j'ai donné, ils peuvent tous crever la gueule ouverte, qu'on les envoie bouffer du sable au Mali ça nous fera des vacances.
Citation :
Publié par Aloïsius
S'il y a une institution policière qui a besoin d'être réformée en urgence, c'est celle là.
C'est un peu ça qui me gonfle.

Combien d'affaires avec la BAC liée à des histoires de grand banditisme, de lien avec le milieu, d'affaires de corruption, de violence, de rackets, de bavures sur ces 10 dernières années ? A chaque fois, c'est "houlalala faudrait réformer". Il serait peut être temps de nettoyer les écuries d'Augias ouais, foutre en taule les coupables et ceux qui les protègent.

Après tu t'étonnes qu'il y a un sentiment anti-flic : tu peux pas respecter une institution où les mecs tolèrent un tel service.
Citation :
Publié par Carminae
Après tu t'étonnes qu'il y a un sentiment anti-flic : tu peux pas respecter une institution où les mecs tolèrent un tel service.
Les décisions pour ce genre de choses ne viennent pas du flic de base. C'est comme si tu reprochais aux instits de tolérer l'existence des lycées français à l'étranger...
La responsabilité, c'est celle des politiques que j'ai nommé, et de ceux qui n'ont pas foutu grand chose pour remédier à ce triste état des choses.
On m'objectera qu'entre les attentats et les émeutes, le pouvoir politique est incapable actuellement de faire quoi que ce soit contre quelque branche que ce soit de la police. Mais l'histoire ne commence pas en 2015.
Citation :
Publié par Aloïsius
Les décisions pour ce genre de choses ne viennent pas du flic de base. C'est comme si tu reprochais aux instits de tolérer l'existence des lycées français à l'étranger...
La responsabilité, c'est celle des politiques que j'ai nommé, et de ceux qui n'ont pas foutu grand chose pour remédier à ce triste état des choses.
On m'objectera qu'entre les attentats et les émeutes, le pouvoir politique est incapable actuellement de faire quoi que ce soit contre quelque branche que ce soit de la police. Mais l'histoire ne commence pas en 2015.
Bien sûr que le flic de base n'y peut rien. Tout comme le cureton de sa p'tite paroisse de village n'y peut rien que son institution a essayé d'étouffer des affaires d'abus sexuel et a protégé des pédophiles pendant des années mais on ne peut pas nier que le silence assourdissant des uns et des autres peuvent créer un sentiment de malaise. Où est la limite du corporatisme et de l'esprit de corps ? Je ne vois pas beaucoup de syndicats de flics dénoncer la BAC, au contraire, dès qu'il y a une polémique, ils ont plutôt tendance à faire du "damage control" qu'autre chose.
Je me demande comment vous feriez pour gérer les gentils petits habitants des cités qui travaillent la nuit à toutes sortes de choses bienfaisantes sans des unités comme la Bac par exemple.
Sinon nous en revenons toujours et immanquablement au même sujet : le manque d'encadrement.
Citation :
Publié par lafa
Je me demande comment vous feriez pour gérer les gentils petits habitants des cités qui travaillent la nuit à toutes sortes de choses bienfaisantes sans des unités comme la Bac par exemple.
Tu as vu quelqu'un dire qu'il faut supprimer la bac ? Tout le monde s'accorde à dire par contre qu'il faut entièrement la réformer.
Citation :
Publié par Anthodev
Tu as vu quelqu'un dire qu'il faut supprimer la bac ? Tout le monde s'accorde à dire par contre qu'il faut entièrement la réformer.
Tout dépend ce que tu entends par réformer...
La création des BAC a été faite dans un contexte. Je pense que le contexte n'a pas tellement changé.

Le hic comme le souligne @lafa, c'est plus l'encadrement. Si tu as des mecs qui ne sont pas tenus par quelqu'un de la hiérarchie, immanquablement, ils déraperont surtout dans la contexte dans lequel ils travaillent.

On pointe les BACs mais ne devrait-on pas pointer la direction de la police qui les a laissé dans ce merdier sans réellement les aider dans leur boulot ?
Bon maintenant, il faut aussi prendre en considération certains éléments ; qui ne justifient et ne justifieront jamais certaines dérives ; sachant qu'être dans de mauvaises conditions de travail n'améliore jamais la qualité de celui-ci et est donc problématique quand on parle de métiers régaliens (les FdO ne sont pas les seuls concernés) :

https://www.lemonde.fr/police-justic...6_1653578.html

Mais bon, en étant totalement provocateur pour le coup et également hors de propos puisque c'est clairement mélangé le chou et les carottes, les priorités sont quand même respectées avec les diners de De Rugy pour qu'il reste au courant de la vraie vie, on peut même espérer qu'il a invité certains représentants des FdO à ceux-ci

Sinon sérieusement, il est quand même assez inquiétant de constater le délabrement du secteur public et en particulier la justice, les FdO et le système pénitentiaire sans parler de l'éducation nationale...

Triste constat.
Citation :
Publié par Gratiano
On pointe les BACs mais ne devrait-on pas pointer la direction de la police qui les a laissé dans ce merdier sans réellement les aider dans leur boulot ?
Je ne dirais rien là dessus.
< insérez le smiley qui va bien >


de Colsk

Citation :
Triste constat.
Entre nous, quand on en est à mendier auprès de Total pour avoir du carburant parce que les carte administratives ne passent pas, faute de crédits, plus rien ne m'étonne.
Tandis qu'à l'état de délabrement du service public, j'ai bien envie de dire aux gens de se poser de bonnes questions surtout celle ci
" alors que l'on a eu de cesse de gonfler les budgets, les services publics sont très endommagés, alors, où est passé l'argent ? "
Citation :
Publié par lafa
Sinon nous en revenons toujours et immanquablement au même sujet : le manque d'encadrement.
Je rejoins complètement ton point de vue.

Le déficit d'encadrement passe par plusieurs considérants. Il y a un déficit d'encadrement politique qui fait que la Police Nationale a vu ses compétences élargies au-delà du raisonnable. Il y a un déficit d'encadrement du fait de l'organisation interne en silos de la Police Nationale. Il y a un déficit d'encadrement par la pyramide des grades qui a fait que trop de personnes n'ont pas les compétences et les qualités attendues pour prétendre encadrer qui que ce soit ou quoi que ce soit. Il y a un déficit d'encadrement par la force des syndicats qui posent un réel problème de capacité à réformer l'institution (interrogez-vous quand vous voyez les syndicats porter systématiquement la bonne parole dans les médias). Il y a un déficit d'encadrement du fait d'une formation trop légère, trop rapide et trop technique (là-dessus la police devrait s'inspirer de la formation des gendarmes, qui est probablement l'une des meilleures au monde). Il y a un déficit d'encadrement du fait d'un corps de conception (i.e. les commissaires et autres feuilles de chêne) qui a largement démontré sa corruption dans de trop nombreuses affaires. Il y a un déficit d'encadrement du fait trop forte porosité politique qui fait qu'une partie du personnel politique se méfie des policiers (c'est en particulier le cas de l'actuel Président de la République... et cela explique largement l'origine de l'affaire Benalla).

Pour la Police Nationale, il est urgent :

D'abord de redéfinir ses missions pour concentrer son activité sur les aires urbaines et la sécurité publique. Cela passe par la suppression de l'alinéa 1er de l'article 1 du décret instituant la DGSI. Cela passe aussi par la suppression du SDLP. Cela passe enfin par une redéfinition complète des missions confiées à la Préfecture de Police (fin de la DRPP et de la DRPJ en particulier). Cela passe aussi par la suppression des offices centraux de Police Judiciaire et la réaffectation des missions de contrôle des enquêtes par le ministère public. Sur les stupéfiants, il faut augmenter considérablement les moyens de la douane et de la gendarmerie pour que les magistrats aient réellement le choix de l'institution avec laquelle ils veulent travailler.

Ensuite de prévoir l'installation dans chaque département ou région d'un responsable de la Police Nationale qui a autorité sur l'ensemble des policiers opérant dans le département ou dans la région. Cette organisation, qui est celle de la Gendarmerie, s'avère plus propice au contrôle et à la maîtrise du corps. L'organisation actuelle de la Police Nationale fait que chaque boutique ne répond qu'à sa propre hiérarchie : DCSP, DCPJ, DCPAF, DCCRS, SDLP, etc.. Il faut des responsabilités croisées.

Il faut aussi rétablir une pyramide des grades qui soit en rapport avec les missions réelles et attendues des hommes. Il y a trop de gradés et il y a trop de gradés qui ne devraient pas l'être. La Cour des Comptes a rédigé un très bon rapport sur ce sujet.

Les syndicats n'ont pas leur place dans une institution de cette nature. C'est un point de vue personnel, mais il font plus de tort que de bien à l'institution et cela dégouline sur l'Etat et le personnel politique. Que l'on organise un système d'associations professionnelles s'il faut, mais que l'on sorte les syndicats de tout les processus de décisions administratives et politiques, en particulier sur l'organisation des services.

De réformer une formation initiale et continue qui est aujourd'hui inadaptée. On passe à côté de l'essentiel : le savoir être. Pendant toute sa carrière un policier va être au contact de la population, il va représenter l'Etat et l'autorité. Il doit être irréprochable. De plus, il faut que la formation écrème beaucoup plus les personnes qui n'ont rien à faire dans une mission régalienne.

Le corps de conception de la Police Nationale doit être dompté et ramené à la réalité. Ils sont au service de l'Etat, et non l'inverse. Leurs subordonnés ne seront grands et irréprochables que s'ils le sont eux-mêmes. Depuis une quinzaine d'années, trop d'entre eux ont montré qu'ils travaillaient en roue libre. Cela passe par un contrôle continue, ferme et proche de l'IGPN : on ne peut plus aujourd'hui se satisfaire d'un contrôle a posteriori chaque fois que des faits sont portés à la connaissance du public. Il faut un contrôle a priori.

Enfin, les policiers doivent quitter le giron des décideurs politiques. La sécurité des membres du Parlement, du Gouvernement et du Président de la République ne doit plus faire appel à aucun policier (donc suppression du SDLP et sortie des policiers du GSPR, du GSPM et des autres groupes de sécurité). Ces mecs sont de véritables taupes qui vont tapinés dans la presse, plus éloignés ils seront des politiques, mieux ce sera pour tout le monde. La gendarmerie a montré pendant 500 ans qu'elle savait faire le job avec discrétion et efficacité.

Dernière modification par Silgar ; 10/07/2019 à 14h25.
Citation :
Publié par Anthodev
Tu as vu quelqu'un dire qu'il faut supprimer la bac ? Tout le monde s'accorde à dire par contre qu'il faut entièrement la réformer.
Le truc c'est que LA bac ça n'existe pas.
Il n 'y a pas d'entité unique et uniforme. Il y a une multitude de bac, partout, indépendantes les unes des autres.
Sur le papier la bac c'est un super outil.
C'est un problème de personnes et on ne peut pas ranger pêle-mêle tous les effectifs des différentes bacs dans un grand fourre-tout. Je connais bon nombre de personnes dans des bacs qui bossent excessivement bien.
Citation :
Publié par Colsk
Sinon sérieusement, il est quand même assez inquiétant de constater le délabrement du secteur public et en particulier la justice, les FdO et le système pénitentiaire sans parler de l'éducation nationale...

Triste constat.
Mais puisqu'on te dit que tout va bien !
Ou mal, parce qu'il y a plus de sous et qu'il faut réduire les dépenses de ces affreux services pompes-frics.
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Silgar
Je rejoins complètement ton point de vue.
Merci bien
Citation :
Il y a un déficit d'encadrement politique qui fait que la Police Nationale a vu ses compétences élargies au-delà du raisonnable.
Oui

Citation :
Il y a un déficit d'encadrement du fait de l'organisation interne en silos de la Police Nationale.
Citation :
Oui et pas ou peu de transversales
Citation :
Il y a un déficit d'encadrement par la pyramide des grades qui a fait que trop de personnes n'ont pas les compétences et les qualités attendues pour prétendre encadrer qui que ce soit ou quoi que ce soit. Il y a un déficit d'encadrement par la force des syndicats
Oui, et les deux sont liées.

Citation :
Il y a un déficit d'encadrement du fait d'un corps de conception (i.e. les commissaires et autres feuilles de chêne) qui a largement démontré sa corruption dans de trop nombreuses affaires.
Oui et non
Oui pour la partie politique, non pour la PJ, mais il faudrait revenir là dessus plus tard.


Citation :
Pour la Police Nationale, il est urgent :
D'abord de redéfinir ses missions pour concentrer son activité sur les aires urbaines et la sécurité publique.
Oui mais cela ne sera pas le cas, parce que le politique ne connait rien à ces choses là.

Citation :
Sur les stupéfiants, il faut augmenter considérablement les moyens de la douane et de la gendarmerie pour que les magistrats aient réellement le choix de l'institution avec laquelle ils veulent travailler.
Cela ne servira à rien, la tâche est telle que vous pouvez démultiplier les troupes par cent ou par mille, le souci sera toujours le même, une procédure pour stupéfiants c'est plus de trente heures de travail au final, le gars en face, en trente heure, il peut avoir fait une centaine de ventes en plus, là ce n'est pas un souci de moyens, c'est un souci de réponse judiciaire.

Citation :
L'organisation actuelle de la Police Nationale fait que chaque boutique ne répond qu'à sa propre hiérarchie : DCSP, DCPJ, DCPAF, DCCRS, SDLP, etc.. Il faut des responsabilités croisées.
Et encore, parfois il y a aussi des sous hiérarchies, certains secteurs sont intouchables du fait de leur étroite proximité avec le politique par exemple.

Citation :
Il faut aussi rétablir une pyramide des grades qui soit en rapport avec les missions réelles et attendues des hommes. Il y a trop de gradés et il y a trop de gradés qui ne devraient pas l'être. La Cour des Comptes a rédigé un très bon rapport sur ce sujet.
Trop de gradés dans les bureaux oui, trop de gradés tout court aussi ( ceci dit l'armée c'est la même chose, combien de généraux ? )
J'irais même à dire que si on revoyait les missions, et que l'on trouvait enfin une solution pour les procédures, il y aurait trop de policiers ou du moins pas assez d'heures de travail par personne en réel.
Citation :
De réformer une formation initiale et continue qui est aujourd'hui inadaptée. On passe à côté de l'essentiel : le savoir être. Pendant toute sa carrière un policier va être au contact de la population, il va représenter l'Etat et l'autorité. Il doit être irréprochable. De plus, il faut que la formation écrème beaucoup plus les personnes qui n'ont rien à faire dans une mission régalienne.
Quand, au concours, on recrute des emplois jeunes au dossier chargé, quand on en est à prendre dans les rangs des gens dont les enquêtes démontrent un avis pour le moins réservé, il ne faut pas ensuite s'étonner du résultat, la politique à deux ronds qui disait que l'on veut " plus de minorités visibles " c'est bien, quand les candidats issus de ces mêmes minorités sont en partie des truands, c'est moins bien, mais comme il faut donner l'image de la diversité à tous prix, et bien voilà.
On se retrouve avec des enquêtes internes de fuites dans les stupéfiants, de policiers radicalisés, de policiers double jeu ...

Citation :
Le corps de conception de la Police Nationale doit être dompté et ramené à la réalité. Ils sont au service de l'Etat, et non l'inverse. Leurs subordonnés ne seront grands et irréprochables que s'ils le sont eux-mêmes. Depuis une quinzaine d'années, trop d'entre eux ont montré qu'ils travaillaient en roue libre.
Bon courage.
Si on veut faire carrière arrivé au grade des feuilles de chêne, voir avant, il faut un " mentor " ou un " patron " et s'affilié à une coterie politique, il n'y a pas grands risques de se tromper parce qu'elles tournent dans la maison, les vallsistes ont leur poste, comme les sarkozystes avant eux, comme ceux qui ont suivi, il y en a même qui s'inféodent à Mr Castaner.
Je dis inféodent parce que la PN est un système féodale, avec ban et arrière ban.

Citation :
Cela passe par un contrôle continue, ferme et proche de l'IGPN
L'IGPN étant elle même pourrie de l'intérieur par le politique, j'ai un doute sur la question.

Citation :
Enfin, les policiers doivent quitter le giron des décideurs politiques. La sécurité des membres du Parlement, du Gouvernement et du Président de la République ne doit plus faire appel à aucun policier (donc suppression du SDLP et sortie des policiers du GSPR, du GSPM et des autres groupes de sécurité). Ces mecs sont de véritables taupes qui vont tapinés dans la presse, plus éloignés ils seront des politiques, mieux ce sera pour tout le monde. La gendarmerie a montré pendant 500 ans qu'elle savait faire le job avec discrétion et efficacité
.
Cela est une urgence immédiate, mais retirer le thermomètre ne résoudra rien, toutefois il y aura moins de fuites.

Je vais revenir sur la corruption des commissaires, un sujet vaste et que je maitrise pas trop mal
Si on prend le cas Neyret, c'est assez typique, il a oublié où étaient les limites, mais c'est je dirais presque prévisible, tant celles ci sont floues.
En effet, comment croyez vous que cela se passe ?
Les gens ne viennent pas pousser la porte du commissariat en disant, " j'ai une super info, je la donne gratos, vous allez faire un bon boulot et un grand coup de filet "
Non, il faut rétribuer les indics, ou bien leur rendre des services, comme la rétribution en numéraire est presque impossible, ils le sont sur les saisies, en gros on retire du marché deux cent kilos et on en redonne dix, c'est une forme de contrôle et d'organisation du crime, plutôt que de tout subir, on tente de distribuer les rôles.

Le commissaire Neyret s'est perdu dans ce jeu, il est allé trop loin dans son rôle et comme dans un film de la guerre des étoiles, est passé du mauvais côté.

Il en va de la guerre contre le crime comme de la guerre économique, si vous jouez le jeu avec les règles de bonne famille, c'est perdu d'avance, parce que en face, ils ne jouent avec aucune règle, et comme dans vos éffectifs il y a des gens pour les renseigner, autant dire que vous partez avec un énorme handicap, donc on va jouer le jeu selon d'autres règles, dont celle qui consiste à se servir des uns contre les autres, afin de réduire les nuisances.

Une remarque, Neyret est tombé, vous croyez que cela a changé quelque chose à Lyon ?
Ca deal toujours autant à Caluire, à Bron, à Villeurbanne, voir bien plus que lorsqu'il était à la PJ, on a coupé les liens avec beaucoup de gens du milieu, résultat, nous l'avons dans l'os.
En termes de morale c'est bien plus présentable, en terme de résultats c'est un véritable fiasco, que vaut il mieux alors, des flics véreux mais un trafic en grande partie sous contrôle et donc moins de merdes à la sortie des lycées et collèges ou bien des flics super nickel et irréprochables avec au final un crime débridé et complètement hors de contrôle ?

Comprenons nous bien, je ne suis pas enthousiaste à l'idée d'avoir des Neyret en action, mais des deux maux, je choisis le moindre, dans la lutte contre la drogue, il n'y a pas de place pour le combat en dentelles, vous arrivez avec des Manurhin, en face ils ont des kalachs et des lance-roquette, vous arrivez avec le code sous le bras, ils ont des hélicoptères et des grosses cylindrées, vous arrivez avec cent euros ? Ils en ont cent mille, vous n'avez pas idée de la disproportion des moyens entre eux et nous.
Et comme la justice se fait dessus dès que l'on commence à taper au delà de medhi et de ses deux cent grammes, comment voulez vous faire autrement ?

Moi je n'ai pas la réponse.
Message supprimé par son auteur.
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Prootch
Tu peux développer ?
Quand tu reçois des menaces à la maison avec l'adresse de l'école de tes enfants, tu as envie de continuer à instruire un dossier ?
Avez vous seulement idée des moyens financiers qui sont dans la balance ?
En gros dans la police ce sont deux cent millions d'euros, dans la justice même pas cinquante, en face le marché de la drogue c'est trois milliards.
Nous sommes dans un rapport de un à quinze voir trente.

Un demi grossiste de cannabis gagne par mois plus de quarante milles euros.
Un magistrat deux milles en début de carrière.
Un grossiste de cocaine gagne par mois un million d'euros
un policier des stupéfiants deux milles en milieu de carrière.

Et tout est comme cela, et vous comptez gagner en jouant selon des règles restrictives ?
30 ans d'Eurocks et c'est la première fois qu'on assiste à ce genre de choses :
http://fr.traxmag.com/article/52523-...mFmEY5eJicuyek
C'est vrai que choper les 3g de shit de Brian et Jessica, c'est une priorité pour la sécurité de la nation...

Mais le pire c'est le concours de mauvaise foi (le lien fait par la préfète entre stup et viols alors que l'alcool est en vente libre et juteuse sur tout le festoche) et la novlangue @1984 "actions offensives de prévention" pour palpation des balloches et reniflage de chien policier.

Inutile de vous dire que l'amour de la jeunesse pour ses fdo en est sorti grandi.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés