L'Agora

[POGNAX] Politique et économie aux Etats-Unis d'Amérique

Répondre
Partager Rechercher
Dans l'idéal, il aurait fallu que j'aille chercher quelques posts de l'époque disant qu'il était l'homme de l'année et qu'il méritait le prix nobel de la paix pour son action fabuleuse et extraordinaire avec la Corée du Nord mais je vais me contenter de sourire béatement en me remémorant ces grandes tirades des fans de Trump (si cela se trouve j'aurai peut être aussi trouvé des anciens posts de Sadyre) :

https://www.lemonde.fr/international...4517_3210.html

Bon pour la Corée du Nord, ce n'est pas bon en tout cas.
Pull réussi, et je t'enjoins à chercher. Sérieusement.
Tu trouveras peut être, mais pas tel que tu l'insinues. Ou alors je comprends mal tes sous-entendus.

Je ne suis pas fan de Trump, très loin de là. Je suis encore en train de chercher à déterminer, lequel des deux entre Bush junior et Trump a été le pire.
Le problème que j'ai est le reste de l'establishment américain, qui n'a eu aucune hésitation dans son caprice d'enfant gâté à faire passer le message qu'ils acceptent n'importe qui, à la seule condition qu'il soit du sérail. Dan ce cas, ils sont en rang d'oignons au garde à vous, à quelques coups en douce près, pour la forme.
Dans le cas contraire, comme avec Trump, c'est la guerre ouverte, où tous les coups, en mettant de coté les plus extrêmes, sont permis. Sans masques, au vu et au su de tous, et en totale impunité et absence de conséquences.
Quitte à diviser le pays comme jamais et passer pour des branques devant le reste du monde.
Ils se le serait avalé que Trump se serait sabordé seul, avec une bonne partie de ses défenseurs finissant par voir le personnage pour ce qu'il est.
Et la procédure d'impeachment aurait pu sortir totalement à l'improviste, avec plus que 2 ridicules chefs d'inculpation (pour Clinton c'était combien, autour de 10 devant le sénat ?)

Au lieu de cela, c'est la politique de la terre brûlée, avec je ne sais combien d'imbéciles heureux qui applaudissent et restent aveugle aux dégâts. Ce type de comportement est exactement le même que celui des défenseurs de Trump : du fanatisme.
Et ce seront ensuite les premiers à venir pleurer de le voir dans la course aux prochaine élection, tout en étant incapables d'accepter qu'ils sont aussi les premiers fautifs, à avoir fait tout ce qu'il ne fallait pas faire.

En attendant, ça fait du spectacle, mieux que certaines séries TV.
Petit point sur le financement des différents candidats à l'élection sur le dernier trimestre (Septembre à Décembre) :
  • Trump : 46M$
  • Sanders : 34,5M$, 5 millions de donations (record absolu dans une primaire démocrate dans l'histoire des élections US, les autres candidats étant à moins de 3 millions de donations), presque 2 millions de donateurs (de très loin devant les autres hors Trump pour le moment)
  • Buttigieg : 24,7M$
  • Biden : 23M$, son meilleur trimestre pour l'instant
  • Yang : 16,5M$
  • Gabbard : 3,4M$
  • Warren : non annoncé encore mais sa campagne a prévenu que ce sera sensiblement inférieur au trimestre précédent, donc moins de 24M$
  • Castro : a annoncé qu'il se retirait de la primaire
Et là je ne vais pas parler de Sanders mais de Yang, la somme qu'il a réussi a lever me fait penser que son soutien est potentiellement sous-estimé par les sondeurs (parce que pour le coup je songe que ce sont des primo-votants, donc hors des échantillons des sondeurs US, qui votent en bonne partie pour Yang). Non pas qu'il risque de remporter la nomination mais que son électorat risque d'être plus décisif qu'anticipé pour déterminer la nomination par contre.

C'est d'autant plus impressionnant que Yang était un no-name (indépendant qui plus est, comme Sanders) et que sa campagne, de fait, fonctionne bien mieux que des politiciens de carrière (comme Harris/Klobuchar/Castro/Booker), ce qui indique qu'il y a bien un pool d'électeurs potentiels à capter pour les élections que le DNC ne devrait pas ignorer.
Il y a deux "anomalies" : Yang et Buttigieg. Je pense qu'elles s'expliquent par l'âge des trois principaux candidats, Biden, Sanders et Warren. Mais c'est plus une intuition qu'autre chose.

Sinon, Castro a jeté l'éponge. A voir où ira son 1,5%...
Citation :
Publié par Aloïsius
Il y a deux "anomalies" : Yang et Buttigieg. Je pense qu'elles s'expliquent par l'âge des trois principaux candidats, Biden, Sanders et Warren. Mais c'est plus une intuition qu'autre chose.

Sinon, Castro a jeté l'éponge. A voir où ira son 1,5%...
Buttigieg ce n'est pas vraiment une anomalie à mon sens, plus un plan de backup à côté de Biden (il a une chance de remporter l'Iowa et donc de gagner un peu de momentum) et il semble du genre à un être un pion très docile (au vue de son historique et de la manière dont il gère sa campagne) pour les intérêts de certains groupes (ce qui est visible puisqu'il est supporté par des gros donateurs en majorité).

Sinon pour le petit électorat de Castro, ça se divisera probablement entre Biden et Sanders, du moins s'il est tenté de se mobiliser ce qui n'est pas forcément certain (étant donné le nombre et le candidat supporté).

Dernière modification par Anthodev ; 02/01/2020 à 23h28.
Citation :
Publié par Anthodev
Buttigieg ce n'est pas vraiment une anomalie à mon sens, plus un plan de backup à côté de Biden (il a une chance de remporter l'Iowa et donc de gagner un peu de momentum) et il semble du genre à un être un pion très docile (au vue de son historique et de la manière dont il gère sa campagne) pour les intérêts de certains groupes (ce qui est visible puisqu'il est supporté par des gros donateurs en majorité).
Les donateurs ne font pas les sondages. Par ailleurs, le plan de secours basé sur un no-name que personne ne connaît, bof.
Citation :
Publié par Aloïsius
Les donateurs ne font pas les sondages. Par ailleurs, le plan de secours basé sur un no-name que personne ne connaît, bof.
Ils ne font pas les sondages oui, reste tout de même que la couverture médiatique de Buttigieg était très suspectes pendant un bon moment (où il était poussé comme un underdog jusqu'à dernièrement). Et il faut également se rendre compte que parmi les candidats principaux, le seul à part Biden qui serait compatible avec le "milieu capitaliste", il n'y a que Buttigieg.

Après il reste aussi les inquiétudes au niveau de la santé (en particulier mentale) de Biden qui fait qu'il y a toujours une légère crainte qu'il puisse y avoir un pépin comme il y a eu pour Sanders en Octobre (et si Biden a un accident de santé juste avant ou pendant les primaires, c'est toujours utile d'avoir un plan B).

Une autre raison également de pousser Buttigieg est pour la convention finale où les délégués qui ont été remportés lors des primaires vont effectivement voter pour un candidat (et c'est là qu'il pourrait y avoir un retournement de situation), par exemple Buttigieg pourrait offrir ses délégués à Biden pour lui permettre de remporter la nomination (aidé éventuellement par quelques défections chez Warren et/ou Sanders) puisque la nomination est remportée quand un candidat obtient 50+1% de l'ensemble des délégués.
Plus j'entend Yang moins je suis surpris par ses bons resultats, il est vraiment interressant, il a d'excellentes idees et, comme Trump est compltement different des politiciens classiques.

Je comprend vraiment l'engouement pour lui, et sa campagne est tres bien menee.

Par contre Buttigieg, vraiment de plus en plus je ne le supporte plus, c'est un republicain modere deguise en democrate et sa facon de faire campagne et ses soutiens le prouvent.
Citation :
Publié par Anthodev
Ils ne font pas les sondages oui, reste tout de même que la couverture médiatique de Buttigieg était très suspectes pendant un bon moment (où il était poussé comme un underdog jusqu'à dernièrement). Et il faut également se rendre compte que parmi les candidats principaux, le seul à part Biden qui serait compatible avec le "milieu capitaliste", il n'y a que Buttigieg.
Parce que Harris, Booker ou Klobuchar c'étaient des nains à côté de Buttigieg ? Ou des communistes ?
Enfin bref, l'interaction entre sondages, financement, couverture médiatique et résultat électoraux n'est pas une science exacte. Et parler de "couverture médiatique suspecte" et de "compatibilité avec le milieu capitaliste", c'est avoir une vision un peu trop paranoïaque à mon sens.
Encore une fois, ce qui distingue Yang (44 ans) et plus encore Buttigieg (37 ans) des autres, c'est leur âge.
Biden : 77
Sanders : 78
Warren : 70
Ils ont 30 à 40 ans de moins que leurs aînés. Forcément, ça compte. Buttigieg a aussi l'avantage évident, pour une primaire démocrate, d'être le seul candidat ouvertement gay. Encore une fois, quand on voit que les électeurs de Biden se reporte sur Sanders (et vice-versa) ou que ceux de Harris l'ont fait sur Warren, on mesure que les questions d'identité sont au moins aussi importantes pour les électeurs que les questions de politique. Ces dernières n'intéressent que les militants et les activistes (et encore...).
Citation :
Publié par Aloïsius
Parce que Harris, Booker ou Klobuchar c'étaient des nains à côté de Buttigieg ? Ou des communistes ?
Enfin bref, l'interaction entre sondages, financement, couverture médiatique et résultat électoraux n'est pas une science exacte.
Harris était incapable de gérer sa campagne correctement, Booker était un peu trop à gauche et Klobuchar est également de temps en temps largement plus couverte que son polling lui permettrait normalement, montrant qu'elle est également poussé par les media sans aucune base réelle :


Les images suivantes proviennent de RealClearPolitics (couverture pour toute l'année 2019) :

66682-1578008677-4065.png 66682-1578008697-5847.png

Et là ce sont les mentions en lignes (même source) :

66682-1578008768-8125.png

Et là voici les stats par le New York Times :

66682-1578008996-2956.png 66682-1578009035-3981.png

À noter que plusieurs journalistes et observateurs ont remarqués que les grands media (TV et les titres principaux de presse politique) ont un biais favorisant les candidats centristes (Biden, Buttigieg, Klobuchar, Harris, O'Rourke) par rapport aux candidats de l'aile gauche (Sanders, Warren, Yang, Gabbard)

Citation :
Publié par Aloïsius
Encore une fois, quand on voit que les électeurs de Biden se reporte sur Sanders (et vice-versa)
Les électeurs de Sanders ont comme second choix majoritairement Warren, pas Biden.

Edit : d'ailleurs ça me fait penser, la "hype" Buttigieg est même arrivé jusqu'en France, j'ai vu que ça en parlait sur LCI la semaine dernière, le décrivant comme "l'étoile montante" de la primaire, les mecs ont un mois de retard.

Edit 2 : Et concernant Buttigieg, c'est un faux candidat quand on regarde son électorat : pas de jeune, pas de personnes de couleurs, uniquement les blancs d'âge avancé de milieux aisés des secteurs urbains (en dehors de son État où il a à peu près un électorat acquis), impossible qu'il gagne avec ce type d'électorat.

Edit 3 : Castro drague publiquement Warren, maintenant on sait où son électorat pourrait aller.

Dernière modification par Anthodev ; 03/01/2020 à 01h11.
Citation :
Publié par Anthodev
Les électeurs de Sanders ont comme second choix majoritairement Warren, pas Biden.
ça a changé alors, ce n'était pas le cas au départ.

Citation :
Edit 3 : Castro drague publiquement Warren, maintenant on sait où son électorat pourrait aller.
Warren n'a cessé de lui envoyé des fleurs tout au long de la campagne.
https://www.texastribune.org/2019/10...iendship-2020/

Après, depuis qu'elle a pris l'agro et a vu sa campagne prendre l'eau, il lui reste très peu de temps pour inverser la tendance. Buttigieg justement lui a piqué une partie de son électorat suite au débat où il l'a attaqué et elle n'en a récupéré qu'une petite partie. AMHA, si elle attend trop longtemps, c'est rapé pour elle.
En parlant de blackout, je suis surtout impressionné par l'absence de mentions de Tulsi Gabbard (alias la pire ennemie d'Hillary/l'establishment démocrate, et de médias allant jusqu'à l'accuser d'être un agent russe/syrien/trumpiste pour ses positions divergentes sur la politique étrangère et son discours chomskyste) même dans la plupart des listes censées analyser le blackout.
Après vérification elle n'a pourtant pas retiré sa candidature (si elle lagge loin derrière les autres candidats en donations avec juste 3 millions, et n'a pu participer qu'à 2 débats avant que la règle sur les soutiens/sondages nécessaires change et permette de l'en exclure).

Dernière modification par Twan ; 03/01/2020 à 10h55.
Franchement quand je vois certains candidats democrates jme demande pourquoi une bonne partie sont pas chez les republicains, ca leur ferait plus de voix et ils s'accorderaient mieux avec leur ligne politique.%
Citation :
Publié par Lyfe El Uno
Franchement quand je vois certains candidats democrates jme demande pourquoi une bonne partie sont pas chez les republicains, ca leur ferait plus de voix et ils s'accorderaient mieux avec leur ligne politique.%
Oui, oui, oui : c'est comme Hollande, que faisait-il au PS alors que sa place était manifestement au FN ? Et sans aucun doute, si les Bernie Boys purgeaient tout les traîtres et les RINO du parti, la victoire serait garantie. Après tout, "le parti se renforce en s'épurant", c'est bien connu.
La preuve, Corbyn a gagné largement les dernières élections.
Citation :
Publié par Lyfe El Uno
Franchement quand je vois certains candidats democrates jme demande pourquoi une bonne partie sont pas chez les republicains, ca leur ferait plus de voix et ils s'accorderaient mieux avec leur ligne politique.%
Ils veulent éviter d’être associés à Trump ? ou a certaines idéologies qui ont le vent en poupe en ce moment
Déjà, tous les candidats démocrates à la présidence soutiennent le droit à l'avortement. Rien que ça, c'est "niet" au GOP. Tous soutiennent, désormais, les droits des minorités sexuelles. Idem : l'homophobie est pratiquement inscrite dans l'ADN du GOP.
Enfin, le GOP aujourd'hui, c'est encore Cartman qui le chante le mieux :
Du coup, des gens comme Harris, Yang, Booker ou Castro n'ont pas grand chose à y faire, quelque soient leurs politiques fiscales.

Dernière modification par Aloïsius ; 03/01/2020 à 12h06.
Citation :
Publié par Tzioup
C'est ta conclusion en lisant le post auquel tu réponds ?
C'est un peu ce qu'on lit sur la bernisphere. Je pourrais faire la liste des qualificatifs donnés à Buttigieg : rat, booty-judge, cock-sucking, disgusting, corrupt, fraud... mais il me faudrait des pages. Globalement, à peu près le même vocabulaire que celui utilisé par les fachos pour décrire leurs opposants : négation de l'humanité, assimilation à la vermine, homophobie même pas cachée, hyperbole permanente. Aucun rival, à part Yang -et parfois Gabard-, n'échappe à ces attaques. Warren est aussi une "fraud", une "sell-out" etc. Le DNC dans son ensemble est un amas de criminels corrompus, tout comme les syndicats. Je ne parle même pas de Biden qui est à la fois raciste, corrompu (bien entendu), meurtrier, misogyne limite violeur et gâteux.

Ce qui est drôle, c'est que très rapidement ils se bouffent les uns les autres : David Parkman, un des sandersistes les plus actifs sur youtube, s'est fait traité de vendu et de traître quand il a dit qu'il ne suffisait pas d'élire Sanders pour avoir le M4A, parce que le Sénat, la Cour Suprême, les Etats etc... Les mecs sont dans la surenchères de la pureté politique permanente, un peu comme sur la dénonciation des "blancs, mâles et vieux".
Citation :
Publié par Aloïsius
Oui, oui, oui : c'est comme Hollande, que faisait-il au PS alors que sa place était manifestement au FN ?
Ça m'a fait rire putain.

Bon sinon je pense que Lyfe est dans la confusion Démocrates = Gauche, alors qu'en fait les démocrates c'est pas du tout un adn de gauche, c'est un adn d'esclavagistes devenus des progressistes par opportunisme quand les conservateurs ont pris le GOP.

Aujourd'hui y a pas de droite vs gauche aux usa, y a progressisme vs conservatisme, c'est subtilement différent, cette inversion des valeurs des deux partis qui a eu lieu est en train d'être poussée à l'extrême.

Cest pour ça que la politique américaine vue de l'Europe nous paraît si saugrenue voire complètement inepte. Ces deux partis énormes ont historiquement inversé leurs valeurs, et les residus de la transition sont actuellement épurés de façon assez violente et puante.

Trump est le tournant de la politique américaine.
Avec le recul il est somme toute logique. Il est une conséquence prévisible de l'histoire des deux partis.
Citation :
Publié par Ron Jouçamabenlabeye
Bon sinon je pense que Lyfe est dans la confusion Démocrates = Gauche, alors qu'en fait les démocrates c'est pas du tout un adn de gauche, c'est un adn d'esclavagistes devenus des progressistes par opportunisme quand les conservateurs ont pris le GOP.
Non, c'est le contraire. Les démocrates sont devenus progressistes à partir de Roosevelt (qui affronta une coalition composée des Républicains et des "southern democrats")et surtout de Truman, ce qui a laissé orphelins les racistes (les dixiecrats) du sud . Le GOP a alors mis en place sa "southern strategy", avec Barry Goldwater. Laquelle est encore aujourd'hui l'ossature de la domination politique du GOP sur les USA en dépit de son caractère minoritaire.
Les années 60, c'était il y a 60 ans : l'immense majorité des démocrates sont de gauche et des républicains sont de droite, car la polarisation n'a fait que se renforcer depuis. Les dernières exceptions, usuellement dans des Etats "extrêmes" comme la Louisiane, disparaissent peu à peu lors des primaires où changent de camps (Jeff Van Drew est un des derniers à passer au GOP par exemple).
Répondre

Connectés sur ce fil

 
4 connectés (0 membre et 4 invités) Afficher la liste détaillée des connectés