Warner Interactive (LotRO - La Salle du Feu d'Imladris)

[Actu] La Tolkien Estate en procès contre Warner Bros

Répondre
Partager Rechercher
Cette actualité a été publiée le 21/11/2012 à 10:29 par HoneyBadger sur notre site Le Seigneur des Anneaux Online :

Citation :
Les détenteurs des droits du Seigneur des Anneaux assignent Warner Bros en justice pour sur-utilisation illégale de la licence.


N'hésitez pas à utiliser ce fil pour réagir à cette information.

Dernière modification par Mind ; 03/12/2012 à 12h17.
Bien fait, la Warner n'a pas ménagé l'équipe qui faisait le mod du SDA sur TES, alors que ça n'était pas à but lucratif et que ça respectait la licence, j'espère que la Tolkien Estate obtiendra gain de cause.
Petite note pour comparer: la trilogie des films du Seigneur des Anneaux a généré à ce jour plus de 3 milliards de dollars en tickets de cinéma uniquement.

Si on compte les ventes de DVD & Blu-Ray et le reste, on est bien au-dessus de ça. Donc effectivement 80M n'est pas énorme pour Warner Bros
Ici il faut comprendre qu'on joue avec les termes d'un contrat.

WB games à toujours fait les jeux vidéos SDA Le dernier en date étant le LEGO SDA.

En revanche ils n'ont pas le droit de faire : "des jeux vidéos en téléchargements" ce qui inclut évidemment le mobile.

L'association aurait pu vendre la licence mobile/ Téléchargement à une autre boîte et cela représente donc une perte.

WB s'en sort pour 80M qui aurait été le coût à priori de la licence mobile.

(c'est ce que je comprends)
EDIT 13h42 : ouh là, je crois que j'ai fait un gros contresens en écrivant ça là-dessous... mais alors justement c'est là que l'histoire devient intéressante... Saul Zaentz se ferait enfin remonter les bretelles ? Je vous livre la version anglaise :
In an $80 million lawsuit filed Monday in U.S. District Court in Los Angeles and obtained by The Hollywood Reporter, the Tolkien estate and its book publisher HarperCollins claim that Warner Bros., its New Line subsidiary and Rings/Hobbit rightsholder Saul Zaentz Co. have infringed the copyright in the famous books and breached a contract.

Je ne rêve pas, Saul Zaentz fait bien partie des "accusés" non ?


Citation :
(Post initial)
Saul Zaentz Company, qui est aussi une multinationale californienne, tape tous azimuts et depuis un bout de temps. Pour faire des sous et s'assurer qu'ils restent les seuls à pouvoir exploiter le filon.
(en fait, non = ) Or il s'avère que c'est bien eux qui sont à l'origine de la plainte : http://www.hollywoodreporter.com/thr...er-bros-393212

Quand il s'agit de Warner, ok, il y a de quoi encaisser et c'est de l’ordre de la guerre commerciale entre très gros opérateurs. Mais ils s'acharnent aussi contre les simples fans qui n'imaginaient pas il y a 20 ans que leur passion puisse devenir un jour une succession de marques déposées... Shire®... Hobbit®... etc.
http://rt.com/news/hollywood-produce...copyright-513/

Il y a eu une initiative de Tolkiendils il y a quelques temps contre cette voracité dont on ne sait pas où elle va s'arrêter (bientôt plus le droit de faire des sites webs autour de Tolkien ?)
http://savetheshire.mymiddleearth.com/
Mais le blog n'est plus alimenté depuis mars et le Twitter s'éteint doucement. Je me demande vraiment ce que le professeur en aurait pensé...

Dernière modification par Maerendor ; 21/11/2012 à 13h51.
Oui enfin ... c'est surtout des histoires d'argent tout çà car les ayant-droits veulent aussi leur part du gain et cela ne doit pas être cas sinon il n'y aurait pas eu de dépôt de plainte.

Quoi qu'il en soit, si cette plainte aboutit et qu'elle empêchera Warner de sortir des jeux immondes type DOTA ou par navigateur comme ils ont pu nous en présenter dernièrement tout ceci est une bonne chose. Le géant Warner, comme toute multinational ne respecte rien du moment qu'ils engrangent des millions de dollars.
J'étais tellement dans l'optique "Saul Zentz et sa manière de tomber toujours sur tout le monde" que j'ai loupé l'éléphant dans le couloir... je suis en train de lire la plainte et il s'avère que oui, LOTRO pourrait bien être dans le champ des "développements litigieux", puisque c'est Saul Zentz qui a vendu la licence au départ à Codemaster et Turbine. Il me semble me souvenir d'un article relatant une visite de Christopher Tolkien à l'équipe de développement de LOTRO, mais ça date de tellement loin... ce serait à retrouver. Quelle était sa position à l'époque, il faudrait le savoir ?

Bref, extrait de la plainte, rapidement traduit with google et un peu arrangé pour être plus lisible:


Citation :
PLAINTE
(...)

De 2000 à 2003 (et conformément à une licence limitée obtenue par ses prédécesseurs en intérêt, dont l'un est la Société Saul Zaentz, défenderesse), le défendeur Warner Bros Entertainment, Inc, à travers sa filiale New Line Cinéma et autres sociétés affiliées, a produit et distribué trois films basé sur Le Seigneur des Anneaux. Les accusés ont également obtenu les droits cinématographiques de Bilbo le Hobbit, et trois films basés sur Bilbo le Hobbit sont prévus en Décembre 2012, Décembre 2013 et Juillet 2014.


5.

Lorsque les demandeurs prédécesseurs en intérêts ont vendu les droits du film Le Seigneur des Anneaux et Bilbo le Hobbit en 1969, ils ont aussi accordé aux défendeurs prédécesseurs des droits dérivés limités.

Ainsi, les défendeurs prédécesseurs ont obtenu le droit limité d'utiliser les personnages, les lieux, les objets et les événements mentionnés dans Le Seigneur des Anneaux et Bilbo le Hobbit uniquement
en rapport avec la fabrication, la vente et la distribution d'articles de biens meubles corporels, autres que des romans, des livres de poche et autres imprimés publiés (je souligne). [note de Mae : c'est le rédacteur qui souligne et qui ajoute des gras]

Les parties ont ainsi prévu une subvention limitée du droit de vendre les produits de consommation du type régulièrement commercialisé à l'époque (tels que figurines, vaisselle, articles de papeterie, vêtements, etc.)


Ils ne comprenaient pas tout octroi de ces exploitations que les droits électroniques ou numériques, les droits dans les médias qui doivent encore être mis au point ou d'autres actifs incorporels tels que les droits en matière de services.
Pour souligner le caractère limité de la subvention, les demandeurs prédécesseurs se réservaient "le droit d'utiliser et/ou céder tous les droits et/ou intérêts non expressément accordés aux présentes."


(...)


7.

Toutefois, ces dernières années, et en particulier à la suite d'un succès financier et critique des films sans précédent, les défendeurs se sont, avec une audace croissante, livrés à une escalade continue et une usurpation des droits auxquels ils n'ont pas accès - droits qui appartiennent exclusivement aux demandeurs.

Par exemple, bien que leur permis de merchandising limité ne leur donne le droit que de vendre des marchandises tangibles, les défendeurs ont développé, sous licence et/ou vendu (et continuent à développer, licence et/ou vente) des
jeux vidéo téléchargeables basé sur le Le Seigneur des Anneaux et Bilbo le Hobbit, disponibles uniquement par téléchargement et/ou l'accès via l'Internet, via des applications mobiles, des canaux de distribution numériques, en ligne ou par interconnexion, tels que Facebook.

Il n'existe pas d'élément physique ou tangible des marchandises vendues au consommateur avec ces jeux.

Les accusés ont également affirmé et continuent d'affirmer qu'ils ont les droits relatifs à une grande variété de biens et de services au-delà des "articles de biens meubles corporels" et ont enregistré des marques déposées et/ou des "intentions d'utiliser" des applications dans les mêmes catégories, y compris, sans limitation, hôtels, restaurants, agences de voyages, sonneries, jeux en ligne/télé
.
Et plus loin il y a une "plainte" morale pour dégradation de l'oeuvre avec citation de la colère des lecteurs de Tolkien découvrant leur héros sur des machines à sous en ligne. A mon avis, étant donné que l'accord commercial initial était clair, ça se ne sent pas bon du tout. La famille Tolkien dit avoir tenté de négocier pendant des années, sans succès, et en venir finalement à la Justice en désespoir de cause. Tout est totalement clair au regard de la loi, ils sont 100% dans leur droit... et je crois que le fric leur importe moins (d'ailleurs ils en ont déjà, mais vivent pourtant loin du luxe... et en redirigent un maximum tout vers leur Fondation de bienfaisance) que le respect de l'oeuvre du patriarche.
Rappelons-nous de ceci http://www.lemonde.fr/culture/articl...9858_3246.html
qui a été discuté ici sur Jol.

Dernière modification par Maerendor ; 21/11/2012 à 15h53.
le problème aussi de ces grosses boites (comme Warner) c'est qu'elles cherchent à se renflouer avec les jeux video en faisant des mauvaises copies de jeu à succés déjà existant car il est plus facile d'estimer les recettes de cette manières et de bénéficier en même temps de l'image positive du jeu auquel leur projet se rapproche que de valider des projets plus innovateurs et plus couteux.
Warner n'a pas le droit de vendre de choses non-tangibles. C'est ce qui leur est reproché dans la plainte :

"defendants have developed, licensed and/or sold (and continue to develop, license and/or sell) downloadable video games based on The Lord of the Rings and The Hobbit, available only by downloading and/or access via the Internet, via mobile apps, tablet apps or other similar digital distribution channels, or through other online interconnectivity such as Facebook. There is no physical or tangible item of merchandise sold to the consumer with these games."

Le CD des Cavaliers du Rohan est disponible à la FNAC, donc, stricto sensu, pas de souci pour LotRO.

Oui, les Furets s'en étonnaient un peu aussi, maintenant on comprend pourquoi, brusquement, ce retour du bon vieux CD
http://lesfuretsdugondor.info/2012/1...ohan-en-boite/

Malheureusement, un CD sans les Droits numériques... *tousse*



Citation :
Publié par Svein Einherjar
Warner n'a pas le droit de vendre de choses non-tangibles. C'est ce qui leur est reproché dans la plainte :

"defendants have developed, licensed and/or sold (and continue to develop, license and/or sell) downloadable video games based on The Lord of the Rings and The Hobbit, available only by downloading and/or access via the Internet, via mobile apps, tablet apps or other similar digital distribution channels, or through other online interconnectivity such as Facebook. There is no physical or tangible item of merchandise sold to the consumer with these games."

Le CD des Cavaliers du Rohan est disponible à la FNAC, donc, stricto sensu, pas de souci pour LotRO.

Les droits qu'utilisent WB et SZC sont les droits vendus par Tolkien en 1969. A cette époque là les jeux vidéos n'existaient évidemment pas, et ne sont donc pas explicitement inclus dans le texte, que ce soit sous forme de CD ou par Internet.

WB et SZC n'ont pas hésité à pousser doucement leurs droits en faisant de plus en plus de choses avec la licence, y compris récemment des machines à sous sur le thème du seigneur des anneaux et des lotteries en ligne. C'est officiellement ce qui a poussé les héritiers de Tolkien à se pourvoir en justice contre WB et SZC. Il va falloir maintenant étudier attentivement les termes de la cession des droits en 1969 pour voir ce qui peut en être tiré. Tant que les dépassements de licence sont peu nombreux ils n'amènent potentiellement que peu d'argent pour des frais colossaux. C'est probablement pour cela que ce procès n'a pas eu lieu plus tôt : maintenant les héritiers ont quelque chose de quasi-certains à gagner, et vont donc réduire leurs frais (plus la procédure est évidente, plus elle est courte et bon marché).
Depuis les tout premiers droits d'auteurs (1710, ce n'est pas si vieux que cela), la durée est soit fixe, soit une durée fixe à partir du décès de l'auteur. Donc depuis que cela existe il y a des oeuvres protégées dont les auteurs sont déjà morts. Même sans héritiers pour toucher l'argent, les oeuvres restent protégées (en dernier ressort c'est l'état qui hérite).
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés