Sciences (La Taverne)

[Sujet général] Actualité de l'espace

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par 'Az
Si effectivement elle continue à s'accélérer, on va commencer par ne plus voir les galaxies lointaines, puis les galaxies proches, puis la voie lactée va se disloquer, les étoiles disparaîtront de notre univers observable elles aussi. Puis le système solaire. Puis les molécules elle mêmes.
C'est la thérorie du big rip ? Mince le programme donne pas envie...

Citation :
Selon les calculs (cf #Formalisme), le Big Rip se déroulerait selon la chronologie suivante :

  • Quelques centaines de millions d'années avant le Big Rip : dislocation des superamas de galaxies
  • Plusieurs dizaines de millions d'années avant le Big Rip : dislocation de la Voie lactée
  • Quelques années avant le Big Rip : arrachage de Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune du système solaire
  • Quelques mois avant le Big Rip : arrachage de la Terre de son orbite
  • Quelques dizaines de minutes avant le Big Rip : dislocation de la Terre
  • Quelques minutes avant le Big Rip : dislocation du Soleil
  • 10-17 seconde avant le Big Rip : dislocation des atomes
Space X :

Le prototype MK1 du Starship à explosé lors du remplissage des réservoirs. Ce prototype devait voler jusqu’à 20 km d'altitude.


https://twitter.com/NASASpaceflight/...mk1-boca-chica


A cet heure Space X n'a pas communiqué sur cet incident mais cela retardera le développement du StarShip. Après l'une des forces de Space X qui apprends beaucoup par l'échec.

Un point important à connaitre sur le MK1 c'est que le dôme (la partie supérieure que l'on voit s'envoler sur la vidéo) à été soudé à la main, et non par une machine. Les rumeurs se tourne vers un problème de soudure.

Bordel comment on insère un tweet ?

EDIT : un article de NasaSpaceFlight qui indique un test de mise sous pression maximal. Le résultat ne serais dont pas totalement inattendu.

https://www.nasaspaceflight.com/2019...ryogenic-test/

Dernière modification par Ghainor/Rodrek ; 21/11/2019 à 10h49.
Ah merde, triste nouvelle.

Bah Musk dira qu'ils s'attendaient à ça et que c'est pas grave. Mais bon ce prototype là était clairement destiné à voler et je pense que c'est à voir comme un échec assez significatif. Le problème en amont n'est sans doutes pas énorme, mais je pense que perdre le Mk1 sans avoir volé du tout va pas mal compliquer leur calendrier.

Ca remet peut être le SLS en course pour savoir lequel des deux lanceur super-lourd volera en premier
Citation :
Publié par Ghainor/Rodrek
Bordel comment on insère un tweet ?
2019-11-21_15h50_54.png

copier + balise media !

http://www.leparisien.fr/amp/societe...19-8203692.php

J'ai notion que les trous noirs peuvent faire des millions de fois la masse solaire ?
J'ai raté quelque chose, ça parle de 70 fois la masse solaire sur tout le web aussi bien en français qu'en anglais et sur le site de Nature, pour la masse est indiquée, j'ai une balise "math error processing"

https://www.nature.com/articles/s41586-019-1766-2

Nature écrit quoi si quelqu'un peut le lire ?
J'ai raté quelque chose ?
Citation :
Publié par 'Az
Un trou noir stellaire, issus de l'effondrement d'une étoile massive, ça fait quelque masses solaires.

Un trou noir supermassifs, les coeurs des galaxies, ça fait beaucoup, beaucoup plus. Jusqu'à 40 milliards de masse solaire d'après wikipedia.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Trou_noir_supermassif
Que d'articles merdiques qui présentent ça comme un record pour un trou noir sans préciser "stellaire" dans les titres/chapeaux/citations.
C'est ridicule d'être aussi mauvais.
C'est la fameuse question des trous noirs "de masses intermédiaires" entre 50 et 1000 masses solaires environ qui est très loin d'être tranchée. Les modèles actuels expliquent pas, ou peu, la présence de trous de ces masses. En gros, il y a deux cas de trous noirs : les trous noirs stellaires qui sont issus de l'effondrement d'une supernova avec des masses inférieures à quelques dizaines de masses solaires, et les trous noirs massifs qui sont au fondement, et co-générés, des galaxies. Les premiers se créent au fur et à mesure des formations stellaires, alors que les seconds ont une origine plus lointaine et concomitante aux formations galactiques il y a environ 10 milliards d'années et ils grandissent au fur et à mesure, en absorbant gaz, étoiles et trous noirs stellaires. Bien sûr que les trous noirs stellaires peuvent fusionner et donc grossir, mais c'est sensé être très inhabituel et donc les modèles actuels ont du mal à en faire. Bref, c'est pas la découverte du siècle, mais ça donne des contraintes sur les modèles pour expliquer leur présence.
Ca ne peut pas simplement être des trous noirs stellaires très anciens, formés à des époques ou des endroits où la densité de matière est très importante, ce qui leur aurait permis de se goinfrer tant et plus ?
Je n'ai pas lu l'article en question, mais ça serait possible, mais dans ce cas là il aurait des caractéristiques de mouvement propre spécifiques aux astres délogés. Mais à 15 000 années lumières, soit environ 5 kpc, donc c'est à priori dans le disque donc ça donne une contrainte de plus. Il faut comprendre que bien sûr que les trous noirs intermédiaires doivent exister, mais que pour le moment ils se font plutôt discrets et que les modèles qui en expliquent la présence et la formation sont pour le moins lacunaire, en particulier pour cause de manque d'observation. Cette première observation est donc un jalon important pour en savoir plus sur eux.
Citation :
Publié par cricri
retrait de permis direct a cette vitesse

la prochaine fois que je me fait arreter a 150 je leur dirais non je suis quasi a l arret selon mon referentiel
Heisenberg conduit une voiture et se fait arrêter par un policier
"Monsieur, vous savez à quelle vitesse vous rouliez ?"
"Non, mais je sais où je suis".
Un robot intelligent conçu notamment pour tenir compagnie aux astronautes a été lancé jeudi de Floride en direction de la Station spatiale
internationale à bord d'une fusée Falcon 9 de SpaceX.

Crew Interactive Mobile Companion 2, ou Cimon 2, est un droïde sphérique doté de micros, de caméras et de toute une gamme de logiciels permettant la reconnaissance des émotions.

L'objectif général est de créer un véritable compagnon.


si on les retrouve tous mort on connaitra le coupable
https://arxiv.org/abs/1911.02765

Un nouveau moyen de propulsion dans l'espace : la voile électrique. Comme une voile solaire, mais utilisant le vent solaire et non la lumière. Physiquement, le miroir très fin est remplacé par un filet chargé positivement, ce qui est sans doute encore plus léger.
Avantage du système, la possibilité de freiner, d'accélérer ou de tourner en arrivant à proximité d'une étoile, de manière plus aisée qu'avec une voile solaire.
Citation :
Publié par Aloïsius
https://arxiv.org/abs/1911.02765

Un nouveau moyen de propulsion dans l'espace : la voile électrique. Comme une voile solaire, mais utilisant le vent solaire et non la lumière. Physiquement, le miroir très fin est remplacé par un filet chargé positivement, ce qui est sans doute encore plus léger.
Avantage du système, la possibilité de freiner, d'accélérer ou de tourner en arrivant à proximité d'une étoile, de manière plus aisée qu'avec une voile solaire.
This strategy can be effectuated by reaching
∼10^5 stars over the span of ∼10 Myr.


Truc peut être idiot mais, vu qu'on en arrive à la fusion nucléaire, les chinois ayant atteint déjà 200M °C (mais sachant qu'il est possible d'atteindre bien plus), n'est-il pas envisageable un jour de miniaturiser des "mini-soleil" avec une durée de vie significative et qui s'auto-alimente, afin de tracer une "route" stellaire que justement les prochains appareils pourraient utiliser comme support de poussées (et d'aide à la direction de par sa visibilité) ?
Permettant peut-être dans quelques milliers d'années de pouvoir voyager sur un vaisseaux sans avoir à planifier un itinéraire dont on aura aucune visibilité une fois lancé.
Citation :
Publié par Memoris
Truc peut être idiot mais, vu qu'on en arrive à la fusion nucléaire, les chinois ayant atteint déjà 200M °C (mais sachant qu'il est possible d'atteindre bien plus), n'est-il pas envisageable un jour de miniaturiser des "mini-soleil" avec une durée de vie significative et qui s'auto-alimente, afin de tracer une "route" stellaire que justement les prochains appareils pourraient utiliser comme support de poussées (et d'aide à la direction de par sa visibilité) ?
Permettant peut-être dans quelques milliers d'années de pouvoir voyager sur un vaisseaux sans avoir à planifier un itinéraire dont on aura aucune visibilité une fois lancé.
Non.

Les tokamaks n'ont rien à voir avec des mini-soleils, si ce n'est qu'il s'y produit des réactions de fusion.

Mais la différence, c'est qu'un tokamaks (ou n'importe quelle future centrale à fusion) va convertir de petites quantité d'hydrogène (quelques grammes) en hélium dans une chambre de confinement magnétique. La température y atteint quelques centaines de millions de degrés, mais la pression y est ridicule, la chambre étant quasiment vide à l'exception de quelques grammes d'hydrogène ionisé.

Un soleil n'utilise pas le confinement magnétique. Le soleil, c'est 1,9891 × 1030 Kg.
1 989 100 000 000 000 000 000 000 000 tonnes. La température du noyau n'y est que de 15 millions de degrés, mais la pression y est démentielle, avec une masse volumique de 150 tonnes par m3. Et il s'y convertit dans les 600 millions de tonnes d'hydrogènes à chaque seconde.

Donc ça n'a strictement aucun rapport et on ne va pas placer des mini-soleils sur la route. Par contre, on aura certainement besoin de l'énergie de fusion, d'une manière ou d'une autre, pour la conquête spatiale.
D'ailleurs, méfiance sur le "on y arrive". Les trucs de vulgarisation ont souvent tendance à insinuer que c'est plus qu'une question d'années, mais pour les spécialistes, c'est totalement hors de portée à cours terme, et pour une industrialisation, il faut sans doutes pas trop y compter avant le siècle prochain.

On est de moins en moins sur que les Tokamak soient la solution, les grosses perturbations du champ magnétiques font que pour l'instant, on a aucune idée de comment arriver à maintenir ça plus de quelque minutes, ce qui est loin d'être suffisant pour avoir un système qui produit plus d'énergie qu'il n'en consomme.

Y'a d'autre pistes intéressantes (genre les bordelais qui bossent sur le confinement par laser, en gros des lasers de très haute puissance qui se focalisent tous sur une petite bille d'hydrogène qui est contraint de fusionner sous la pression des lasers) mais qui ne sont pas encore très matures.

Bref, dans les fait il faudra sûrement un bond technologique assez marqué pour voir la fusion arriver dans la génération d'énergie civile.
Citation :
Publié par Aloïsius
Non.

Les tokamaks n'ont rien à voir avec des mini-soleils, si ce n'est qu'il s'y produit des réactions de fusion.

Mais la différence, c'est qu'un tokamaks (ou n'importe quelle future centrale à fusion) va convertir de petites quantité d'hydrogène (quelques grammes) en hélium dans une chambre de confinement magnétique. La température y atteint quelques centaines de millions de degrés, mais la pression y est ridicule, la chambre étant quasiment vide à l'exception de quelques grammes d'hydrogène ionisé.

Un soleil n'utilise pas le confinement magnétique. Le soleil, c'est 1,9891 × 1030 Kg.
1 989 100 000 000 000 000 000 000 000 tonnes. La température du noyau n'y est que de 15 millions de degrés, mais la pression y est démentielle, avec une masse volumique de 150 tonnes par m3. Et il s'y convertit dans les 600 millions de tonnes d'hydrogènes à chaque seconde.

Donc ça n'a strictement aucun rapport et on ne va pas placer des mini-soleils sur la route. Par contre, on aura certainement besoin de l'énergie de fusion, d'une manière ou d'une autre, pour la conquête spatiale.
Oui mais les astronautes auront de l'eau chaude.
On a commencé à en parler ici dès 02/2018 ... les premiers satellites de Starlink lancés par Elon Musk viennent d’être vus depuis la France : http://www.leparisien.fr/societe/des...19-8224596.php.
42000 engins (objectif de 12000 en 10 ans suivis de 30000 par la suite) en géostationnaire il a de quoi s’interroger sur les multiples impacts que cela pourra avoir si les objectifs étaient atteints.
Citation :
Publié par I3aldou
On a commencé à en parler ici dès 02/2018 ... les premiers satellites de Starlink lancés par Elon Musk viennent d’être vus depuis la France : http://www.leparisien.fr/societe/des...19-8224596.php.
42000 engins (objectif de 12000 en 10 ans suivis de 30000 par la suite) en géostationnaire il a de quoi s’interroger sur les multiples impacts que cela pourra avoir si les objectifs étaient atteints.
C'est une catastrophe pour les astronomes. Ils étaient censés devenir "invisibles" en prenant leurs orbites définitives, mais ce n'est de toute évidence pas le cas.
Par ailleurs, l'accès à internet qu'ils offriront sera conforme aux législations des différents pays. Les dissidents chinois ou russes l'auront dans le huc, comme tous ceux qui espéraient un coup fatal porté à la censure.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés