L'Agora

L'enseignement en France et à l'étranger

Répondre
Partager Rechercher
Ce n'est pas nouveau malheureusement, mais toujours aussi abjecte.
Ces gens là ont bien compris notre faiblesse, ils savent que de toute façon il n'y aura aucune sanction, alors ils s'amusent à nous humilier, sans limite.

[ ... ]

Dernière modification par TabouJr ; 11/10/2021 à 08h15.
Citation :
Publié par Aloïsius
5% de qui ? L'article est payant.
Au temps pour moi, il s'agit de 5% des interrogés sur un panel âgé de 18 à 30ans qui déclarent ne pas condamner à la question de savoir ce qu'ils pensent de l'assassinat de Samuel Paty.

Le sondage vient confirmer les chiffres inquiétants de l'Institut Montaigne sur la religiosité des jeunes générations au travers d'autres questions.
Citation :
Publié par Kitano Must Die
Au temps pour moi, il s'agit de 5% des interrogés sur un panel âgé de 18 à 30ans qui déclarent ne pas condamner à la question de savoir ce qu'ils pensent de l'assassinat de Samuel Paty.

Le sondage vient confirmer les chiffres inquiétants de l'Institut Montaigne sur la religiosité des jeunes générations au travers d'autres questions.
Cela correspond effectivement à des études plus anciennes. Est-ce que l'article fait la distinction en fonction des croyances ou de l'absence de croyance des sondés ?
Citation :
Publié par Aloïsius
Cela correspond effectivement à des études plus anciennes. Est-ce que l'article fait la distinction en fonction des croyances ou de l'absence de croyance des sondés ?
Sans distinction de religion, c'est une étude générationnelle et l'étude a été faite pour l'article. Mais je peux t'envoyer des captures d'écran par MP si tu veux déprimer.
Citation :
Publié par Kitano Must Die
Sans distinction de religion, c'est une étude générationnelle et l'étude a été faite pour l'article. Mais je peux t'envoyer des captures d'écran par MP si tu veux déprimer.
Non merci, j'ai déjà ma dose. Bref, sachant que les Musulmans représentent 10 % des jeunes (un peu plus peut-être), et en prenant en compte ceux qui partagent leurs analyses (l'acculturation est bien violente dans les banlieues), ça doit donner entre 30 et 40 des jeunes Musulmans qui approuvent la décapitation de Samuel Paty.
Et comme ça ne correspond à mon expérience en collège, j'en déduis que cette radicalisation se produit ensuite, sur la tranche 16-25.
Citation :
Publié par HuPi
Plutôt :

- augmenter la durée qu'un enseignant du secondaire passe devant ses élèves à 28h/semaine fixe qu'il soit certifié ou agrégé au lieu des 15-18 actuel.
- Un enseignant enseigne plusieurs matières comme c'est le cas en Allemagne. Et tu trouves des duos de matière complètement opposé comme Français - Physique - Chimie ou Sport - Histoire - Géographie.

J'irais bien plus loin, en instaurant un temps de présence de 35h au sein de l'établissement et la possibilité pour un chef d'établissement de remplacer un enseignant en cas d'absence par un enseignant de la même matière. En contre partie, création de bureau pour les enseignants au sein des établissements.
-Travaillant en CFA mais hors EN, l'année dernière j'avais une semaine sur deux des semaines de cours à 24h devant élève (et l'autre semaine "juste" 20h) et "rien que ca" j'ai fini l'année sur les rotules; à tel point que pour me couvrir cette année j'ai demandé une réduction du temps de travail à 80% appuyée par la médecine du travail.
- Je suis prof de maths / Physique / Chimie / Sciences de l'ingénieur, relais local du service central de l'IT et je gère deux laboratoires.


Pour le temps de présence à 35h dans les locaux j'ai expérimenté avant le confinement, et franchement je préfère A LA CONDITION SINE QUA NON d'avoir un bureau individuel (je parle pas d'une pièce fermée individuelle, juste son propre emplacement dans un open space), l'ordinateur de fonction etc... Au moins je remmenais pas de copies chez moi, et je pouvais faire une vraie coupure.
Citation :
Publié par Mari'
-Travaillant en CFA mais hors EN, l'année dernière j'avais une semaine sur deux des semaines de cours à 24h devant élève (et l'autre semaine "juste" 20h) et "rien que ca" j'ai fini l'année sur les rotules;
Seuls des ignorants peuvent s'imaginer qu'il est possible de faire correctement plus de 20 heures de cours par semaine sans y laisser sa santé. Ou des trolls plus probablement. A titre d'exemple, je suis sur mon PC depuis 18h pour préparer UNE séance d'une heure demain (on a été prévenu un peu au dernier moment pour Samuel Paty) et il est 23h25, je viens juste de terminer. Et les chances que je puisse la recycler l'an prochain sont à peu près nulles.
Citation :
Publié par Aloïsius
Seuls des ignorants peuvent s'imaginer qu'il est possible de faire correctement plus de 20 heures de cours par semaine sans y laisser sa santé. Ou des trolls plus probablement. A titre d'exemple, je suis sur mon PC depuis 18h pour préparer UNE séance d'une heure demain (on a été prévenu un peu au dernier moment pour Samuel Paty) et il est 23h25, je viens juste de terminer. Et les chances que je puisse la recycler l'an prochain sont à peu près nulles.
Les professeurs des écoles apprécieront (27h/semaine devant les élèves).
Citation :
Publié par Douxvalkyn
Les professeurs des écoles apprécieront (27h/semaine devant les élèves).
En même temps tu vas un peu vite

Pour toi, c'est le même boulot de faire 1h de cours en maternelle, en primaire, au collège, au lycée voire à l'université ou en prépa ...
Citation :
Publié par Douxvalkyn
Les professeurs des écoles apprécieront (27h/semaine devant les élèves).
C'est différent quand tu gardes la même classe toute la journée. Il y a des charges qui s'amortissent dans le temps dont les professeurs en collège/lycées ne peuvent pas techniquement bénéficier.
Citation :
Publié par Douxvalkyn
Les professeurs des écoles apprécieront (27h/semaine devant les élèves).
tu oublie le temps de préparation corrections et compagnie en dehors des heures de classes.
Citation :
Publié par Douxvalkyn
Les professeurs des écoles apprécieront (27h/semaine devant les élèves).
Ce que veut dire Aloïsius, et je suis parfaitement d'accord avec lui, c'est qu'il faut concevoir les métiers de l'enseignement dans leur intégralité, c'est-à-dire que le boulot d'un prof, c'est : heures devant élèves + heures de préparations + heures de corrections + heures de réunions.

Du coup, il a raison, pour un prof de collège et lycée, faire plus de 20 heures par semaine devant élèves, c'est décemment infaisable si on fait bien son boulot.

En fonction du niveau où on enseigne le ratio des critères que j'ai données plus haut n'est pas le même. Par exemple, les profs des écoles ont plus d'heures devant élèves, mais moins en correction, etc.
Citation :
Publié par Victhor
Ce que veut dire Aloïsius, et je suis parfaitement d'accord avec lui, c'est qu'il faut concevoir les métiers de l'enseignement dans leur intégralité, c'est-à-dire que le boulot d'un prof, c'est : heures devant élèves + heures de préparations + heures de corrections + heures de réunions.

Du coup, il a raison, pour un prof de collège et lycée, faire plus de 20 heures par semaine devant élèves, c'est décemment infaisable si on fait bien son boulot.

En fonction du niveau où on enseigne le ratio des critères que j'ai données plus haut n'est pas le même. Par exemple, les profs des écoles ont plus d'heures devant élèves, mais moins en correction, etc.
Alors visiblement certains n'ont jamais enseigné en élémentaire.
Personnellement, j'ai enseigné en collège, puis en primaire, donc je connais assez bien les deux.
En collège, 18h/semaine devant les élèves, environ 30h/semaine de temps de travail.
En élémentaire, 27h/semaine devant les élèves, environ 50 à 55h/semaine. Ce que les profs de collège oublient souvent, c'est que les professeurs des écoles enseignent une dizaine de disciplines, et non une seule. De plus, ils sont contraints de corriger tous les cahiers ou écrits des élèves (environ 10h/semaine juste sur ce point). Je ne parle même pas des évaluations, les temps de correction sont également monstrueux car il faut corriger chaque erreur, notamment orthographique et les évaluations sont très fréquentes compte tenu du nombre de matières enseignées. Ils sont également tenus de surveiller les récréations. Bien souvent, un professeur des écoles enseigne dans des classes double ou triple niveau , ce qui augmente encore les temps de préparation.
Au final, quand je vois les profs de collège se plaindre, je leur réponds, allez faire une semaine en élémentaire, et vous comprendrez ou sont les mal lotis du système éducatif.
Citation :
Publié par Douxvalkyn
Alors visiblement certains n'ont jamais enseigné en élémentaire.
Personnellement, j'ai enseigné en collège, puis en primaire, donc je connais assez bien les deux.
En collège, 18h/semaine devant les élèves, environ 30h/semaine de temps de travail.
En élémentaire, 27h/semaine devant les élèves, environ 50 à 55h/semaine. Ce que les profs de collège oublient souvent, c'est que les professeurs des écoles enseignent une dizaine de disciplines, et non une seule. De plus, ils sont contraints de corriger tous les cahiers ou écrits des élèves (environ 10h/semaine juste sur ce point). Je ne parle même pas des évaluations, les temps de correction sont également monstrueux car il faut corriger chaque erreur, notamment orthographique et les évaluations sont très fréquentes compte tenu du nombre de matières enseignées. Ils sont également tenus de surveiller les récréations. Bien souvent, un professeur des écoles enseigne dans des classes double ou triple niveau , ce qui augmente encore les temps de préparation.
Au final, quand je vois les profs de collège se plaindre, je leur réponds, allez faire une semaine en élémentaire, et vous comprendrez ou sont les mal lotis du système éducatif.
Franchement, des profs de collège ou lycée qui méprisent les profs des écoles en pensant que ces derniers ne bossent pas, j'en ai vu un paquet. J'ai toujours pensé que ces personnes disaient n’importe quoi.
Mais ce que tu dis, c'est pas terrible non plus...

Non les profs des écoles ne bossent pas plus que les profs de collège et lycée ; mais je ne pense pas non plus que les profs de collège et lycée bossent plus que les profs des écoles.

Je pense que ta charge n'est pas productive. J'en comprends pas l'intérêt. Enfin si, ça donne du grain à moudre à ceux qui détestent "les profs"... Parce que je te rassure pour beaucoup de gens, on est dans le même paniers de glandeurs.

Mais au final, je trouve que c'est rigolo ce que tu dis, parce que j'avais jamais entendu un prof des écoles dire qu'il bosse plus qu'un prof de collège ou lycée. Dans un sens, ça me rassure presque.
Citation :
Publié par Douxvalkyn
Les professeurs des écoles apprécieront (27h/semaine devant les élèves).
Je ne comprends pas trop pourquoi tu pars en croisade sur la phrase d'Alo avec ça en fait.
Déjà parce que je pense qu'il parlait des collèges/lycées (qui ont l'air un peu différent des écoles comme tu le précises) mais aussi et surtout, parce que selon ton calcul de "50/55h par semaine" au total pour les professeurs des écoles, ça me semble parfaitement rentrer dans le cadre de la phrase d'Alo qui disait en substance "devoir faire plus, c'est au détriment de sa santé". Mec, 50h par semaine, même si tu aimes ton métier, ça doit être extrêmement usant au bout d'un moment.

Du coup, si à la place de jouer à "qui c'est qui est le plus moins bien loti", vous pouviez mettre vos rancunes de collègues de côté et travailler ensemble pour vous faire entendre ?
Citation :
Publié par Douxvalkyn
Les professeurs des écoles apprécieront (27h/semaine devant les élèves).
Figure toi que comme tout prof du secondaire, j'ai fait mon stage en primaire. Je sais ce qu'est le rythme de travail d'un instit, merci. Et un prof du primaire ne fait pas 7x1 heure comme je le fais certains jours, mais 2 x 3 heures. Avec la même classe et les mêmes élèves. Et c'est totalement différent, en particulier en terme de rythme. Je ne peux pas comme mon collègue du primaire prendre 20 minutes à laisser les élèves se calmer juste en restant assis et immobile. Et la quantité d'information que je dois faire ingurgiter à mon public n'a rien à voir non plus.
Tiens autre chose qui pourrait être marrant si Blanquer ne me sortait par les yeux :
Dans l'école de ma fille une campagne de tests salivaires est annoncée depuis la rentrée. Bon... Très bien, on nous donne un formulaire pour dire si on souhaite ou non que notre enfant y participe.
On a dit oui et on attend depuis des semaine.

Aujourd'hui, on reçoit un message qui nous dit que le test aura lieu vendredi prochain, autrement dit : la veille des vacances!
Du coup, même si y'a un cas positif, y'aura pas de fermeture de classe. Les statistiques de Jean-Mi sont sauves!
A l'approche des élections présidentielles, les enseignants cultistes trahissent leur obédience Chtonienne longtemps dissimulée, ils appellent ouvertement à voter pour l'indicible avec le hashtag #LesProfsAvecCthulhu.

https://twitter.com/hashtag/LesProfs...=hashtag_click


En fait, il s'agit de répliquer par la dérision au #LesProfsAvecZemmour, en appelant à soutenir Cthulhu, récemment donné au second tour d'après le site parodique Le Gorafi

https://www.huffingtonpost.fr/entry/...b079111a4a3b15
Citation :
Publié par Victhor
Du coup, il a raison, pour un prof de collège et lycée, faire plus de 20 heures par semaine devant élèves, c'est décemment infaisable si on fait bien son boulot.
Comme ce point de détail est absolument le dernier souci de l'institution, et que le niveau réel des élèves moyens est de toute manière devenu un obstacle infranchissable au regard de la finalité, alors toutes les élucubrations les plus délirantes sont possibles, et seront donc logiquement formulées, et mises en application sous une forme atténuée.
Citation :
Publié par Borh
Je trouve ça toujours très utile de regarder ce qui se fait ailleurs, faut le faire intelligemment, ne pas tout copier en bloc et ne pas tout rejeter en bloc. En France on a souvent tendance à adopter des positions extrêmes quand on se compare aux autres, soit dans l'auto-flagellation, soit considérer que tout ce qui est fait ailleurs est de la merde, sans juste milieu.
Oui, mais pas que.

On a aussi tendance à observer les détails insignifiants ou visibles, sans se préoccuper du reste. Le post est long, et pourrait sembler hors-sujet, mais je vous intime de le lire, parce que c'est très lié à cette perception des français d'une autorité toute-puissante à rétablir de toute urgence, souvent sous l'égide des droites les plus radicales ou extrêmes.

L'école, au Japon, est une expérience complètement différente de la France, et vouloir en adopter certains us et coutumes sans considérer la big picture est, à mon sens, stupide. Faire le ménage dans les salles de classe, ça n'est pas un outil, c'est un résultat. L'école japonaise est un lieu de vie complet. Ca n'est pas un établissement qu'on fréquente, c'est le cœur même de 6, 3 puis 3 années de la vie d'un enfant. C'est un endroit qu'on est triste de quitter, qui est régit par des codes, des traditions, des usages, certains nationaux, d'autre locaux.

Plus haut, certains posteurs parlaient d'autorité, de déférence des élèves face à la figure du professeur. Ca n'existe pas au Japon. Le respect est mutuel. Les conflits se résolvent par le dialogue, pas par l'autorité, et en interne, il faut atteindre un très haut niveau d'escalade pour commencer à en référer aux parents. Et ces principes ne font que renforcer l'autorité, vue comme issue finale d'un conflit. Ma première année, mon prof titulaire, une jeune fille de 25 ans, a fait monter la voix 2 fois en un an : à chaque fois, le résultat a été immédiat et, à mes yeux de français, super impressionnant. 40 gamins qui passent d'une attitude dissipée, bordélique, rigolards, à 40 dos droits, les mains à plat sur la table à regarder leur pompes en silence, en moins de 5 secondes.

Est-ce qu'elle avait une grosse voix ? Un naturel menaçant ? Une personnalité forte ? Nah. 25 ans, rondouillarde, timide, naïve. Pas du tout la mère colère. Par contre, son implication avec ses élèves est jusqu'au-boutiste. Sa classe lui parlait de tout, elle était leur référent. Pourquoi le monde est injuste, pourquoi la société fait chier, pourquoi les mecs sont des cons, pourquoi les meufs me brise le cœur, pourquoi j'ai des notes de merde, qu'est-ce que je vais devenir. J'ai vu des gamines venir lui parler des harcèlements sexuels qu'elles subissaient, ou venir prévenir d'un rôdeur bizarre qui se baladait autour de l'école. Elle arrivait à l'école entre 6 et 7h du mat, emmenait le club de Tennis de l'école faire ses étirements. Passait sa journée à enseigner, à parler avec les mômes en inter-cours. Passait la fin de l'aprem au club de tennis, encore, alors même que le tennis la faisait chier. Plusieurs fois dans la semaine, elle prenait sa voiture en début de soirée et faisait des rondes chez ses élèves, sonnait aux portes, parlait avec les parents, examinait leur cadre de vie, dînait avec les familles. Puis elle retournait à l'école, corrigeait des copies, préparait des cours, et rentrait chez elle épuisée entre 10h et minuit. Elle était impatiente de gagner en expérience et d'avoir du matériel d'enseignement déjà prêt pour pouvoir économiser quelques heures par semaine.

Je mets ça vite fait pour que certains comprennent : les écoles japonais n'ont pas de pions ou de surveillants ou de personnels destinés aux étudiants. Ce sont les profs qui sont en charge de ce travail, aussi.

Résultat, quand elle levait la voix, ça s'entendait. La limite était passée, et c'était le moment de fermer sa gueule. Elle ne gueulait pas parce qu'elle était fatiguée, qu'elle en avait ras-le-bol, ou qu'elle s'en foutait, elle gueulait parce que c'était le moment de démontrer que l'éducation n'est pas QUE pédagogue.

Elle est pas une exception, elle est la norme dans les collèges Japonais. Une implication 7 jours sur 7, constante, et sous pression. J'ai passé des heures entières avec elle dans un studio d'enregistrement pour enregistrer les audios des contrôles de périodes d'examen, parfois finissant une journée supposée se terminer à 18h pour moi à 22/23h. Elle, faisait ça tout les jours. Le dernier coup de pieds dans les burnes : par contrat, elle était payée 40 heures par semaine (J'anticipe ici le contre-argument : elle était payée plus que moi, et j'étais moi-même mieux payé que la plupart des profs de l'EN. Je ne doute pas une seule seconde que ça joue).


--------------

J'en ai plein le cul d'entendre constamment parler d'autorité à l'école. Comme si, par défaut, un enfant se devait de respecter son professeur. Et de brandir en exemple cette société si magique qu'est le Japon. Et bien non, figurez-vous que même dans votre modèle de société à suffixes honorifiques, le respect se gagne et se mérite. Une école paisible, calme, pacifique, et à fortiori la société qui va avec, c'est un travail de tout les instants, de la part de tous, tout le temps, partout. Exiger de l'autre ce respect de l'autorité et de l'ordre lorsqu'on est soi-même incapable de brandir autre chose qu'une forme de hiérarchie naturelle pour justifier de demander aux autres de nous faciliter le boulot, c'est délirant.

L'ed' nat' a d'autre problèmes, c'est indéniable, budget, recrutement, moyens, tout y manque, à tout les niveaux. Mais par pitié qu'on arrête avec les parents et profs qui se blâment les uns les autres pendant que les mômes partent à la dérive en arrière-plan. Cette défiance qui consiste à penser que mettre des uniformes et faire passer le balai pourrait changer quoique ce soit est une illusion, parce que l'autorité et l'ordre n'ont absolument rien à voir avec le respect et l'estime de soi et des autres.


[Modéré par Aedean : ... ]

Dernière modification par Aedean ; 05/11/2021 à 16h56.
Citation :
Publié par Kafka Datura
Exiger de l'autre ce respect de l'autorité et de l'ordre lorsqu'on est soi-même incapable de brandir autre chose qu'une forme de hiérarchie naturelle pour justifier de demander aux autres de nous faciliter le boulot, c'est délirant.
Ben naturellement, c'est exactement ce qu'on trouve dans l'éducation nationale : une masse de profs abrutis incapables de travailler et entièrement guidés par leurs pulsions fascistes.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés