L'Agora

L'enseignement en France et à l'étranger

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par skywise
Autant ton intervention dans sa globalité ne manque pas d'intérêt. Autant ce que je cite me parait fort biaisé : la prof multi dépressive, le mot "fameux", et droit de retrait entre guillemet, ça fait beaucoup de poncif/artifice en une seule phrase

C'est dommage de terminer la dessus.
Ouais ben ça reste une réalité.
Quand en réunion parent-prof elle te fait savoir qu'elle en a déjà ras le bol et qu'elle n'est pas là pour supporter les gosses ( et je ne rigole pas ) je pense qu'il faut songer à se mettre à autre chose
Depuis le début de l'année, elle s'est faite porter pâle 8 fois, elle n'est même pas à une semaine sur deux de boulot, sans les vacances.

Et sur les évaluations, le gamin qui revient en larmes " elle a dit que je suis nul " je m'attendais à un massacre, il est en gros sur une notation autour de 14-15, il est dans les premiers
Quand j'ai eu le rdv avec elle, " oui ben ça arrive de s'énerver "
Ce n'est pas un poncif, elle n'a rien à foutre devant une classe.
Après les 7 autre sont super, et même elles ne peuvent plus trop l'encadrer.

Donc je sais déjà que le petit n'aura pas cours, du moins pas avec elle.
Au pire l'an prochain il ne retournera pas avec, le souci c'est que tous les parents demandent à ce que leur gosse n'aille pas avec cette personne, on en est là.
Résultat l'école privé ramasse des élèves.
Citation :
Publié par Egelby tout gentil
....
Bin oui ... ça arrive.

Et tu articules un argumentaire entier autour d'un cas particulier (particulier dans le sens où c'est ton expérience perso).

Dans tous les corps de métiers, y'a un pourcentage de connards non majoritaire. Si c'est pour faire un amalgame de la profession entière à l'aune de ces cas minoritaires, on avance pas, je pense.

Courage à toi en tout cas.
Les plans de Blanquer et des LREM pour le déconfinement progressif à l'école. (j'ai hésité avec l'autre topic... Mais ça passera peut être moins inaperçu ici et ça peut intéresser certains parents)


A) Par rentrées successives les 11/18/25 mai en fonction des niveaux des élèves (détails dans l'article) et en groupe de 15 élèves maximum (15 !!!)

Retour à l'école non obligatoire (au choix des parents) mais par contre à partir de cette date obligation de suivi scolaire à distance si pas en présentiel (les exclus du numérique démerdez vous)

https://fr.news.yahoo.com/rentree-ec...l?guccounter=1


B) Et alors la suite, là on a des champions du monde qui visiblement n'ont (une fois de plus) aucune conscience des réalités du terrain.

Nous avons donc :

1) Des activités sportives (avec masque pour suffoquer ou avec miasmes pour en crever ?)

2) Donc avec usage de matériel collectif (n'oubliez pas de vous gratter le nez avant/après avoir touché le ballon qui passe entre toutes les mains)

3) En groupe et donc aussi avec des contacts physiques (alors que nous sommes en recherche de distanciation sociale et que les événements sportif, compétitions de clubs associatifs sont tjrs sur off)

4) Tiens subitement on se souvient qu'il y a aussi des professionnels diplômés dans les clubs et pas que des pseudo bénévoles (défrayés bien sûr...) sans carte professionnelle (et donc sans vérification des antécédents judiciaires, notamment de touche pipi...)

5) Bon bah du coup c'est les prof d'EPS qui passent à la trappe, dsl chers collègues

6) Subitement il a bon dos le modèle et l'emploi du temps scolaire allemand, il est bien pratique dans l'urgence et quand ça arrange (cad quand y'a pas les lobbyistes du tourisme et notamment des stations de skis -Ô combien vertueuse pour la planète- pour réclamer des vacances par zones).

Par contre pour plancher réellement dessus et prévoir de le mettre en œuvre à long terme en laissant le temps de le préparer là y'a moins de monde.

https://www.lequipe.fr/Tous-sports/A...nement/1128629
Enfants, asymptomatiques : quelle contagiosité ?
https://pca.st/episode/7d23bd59-e3d9...0-e239f3a90de2

Bonne nouvelle, les enfants semblent particulièrement peu contagieux. Celui qui avait été contaminé en Savoie dans les début de l'épidémie en Europe avait eu des contacts proches à avec 80 personnes et n'en a contaminé aucune.

Par ailleurs on a des retours sur les contaminations par les enfants de soignants qui ont été en classe ces dernières semaines ?

Dernière modification par znog ; 24/04/2020 à 08h10.
Citation :
Publié par znog

Par ailleurs on a des retours sur les contamination par les enfants de soignants qui ont été en classe ces dernières semaines ?
Pas grand chose à dire.
Mon fils va au centre (pas d'école pour les maternels mais centre en commun avec les primaires) dans les Yvelines.
J'étais persuadé qu'il allait l'attraper (contact avec d'autres enfants de soignants, soignants qui pour la plupart seront contaminés).
Résultat, en 1 mois, aucune information sur un éventuel cas dans l'école, ni du côté des enfants, ni des animateurs.
Et pourtant il n'y a aucun geste barrière entre les enfants.
Du côté des adultes, ils portent un masque le premier jour (changement d'équipe toutes les semaines) mais ils l'enlèvent tous au fur et à mesure de la semaine.

En résumé : enfants exposés + aucune mesure stricte et pourtant on ne créé pas de nouveaux clusters.

Par contre on peut imaginer que les écoles seront vides à la reprise. Dans ma ville de 25k habitants, ils sont entre 4 et 20 enfants selon les jours, soit une très faible proportion des personnes autorisées à laisser leur enfants.
Citation :
Publié par znog
Un récit remarquable sur l'école et ce que lui font plusieurs semaines de confinement en Italie

Italian lessons: what we've learned from two months of home schooling
https://www.theguardian.com/educatio...t-weve-learned
C’est très bien écrit, on s’y croirait.
Ça m’a fait penser à « this war of mine », à devoir gérer le moral des gosses quand autour tout se désagrège.
Manque juste le risque de se faire sniper en sortant la nuit pour se ravitailler.
Je vais te dire ce qui se passe en REP. 50% de décrochage au collège. Des mômes dont on a aucune ou très peu de nouvelles.

Bcp n'ont aucun ordi, les parents ne veulent pas prêter leur téléphone pour ceux qui ont accès à un wifi. Certains parents refusent de prendre les écrits à l'école... Trop dangereux.


Par contre, quelques rares avantages : Des élèves bien plus autonomes. Un désamour de l'école qui fait place à un manque pour certains.

PS : je ne capte pas qu'on généralise le cas des lycéens pour la contagion aux parents. Un lycéen s'enferme dans sa chambre là à un petit va se coller comme une limace sur son tas de sel.
encore une étude qui trouve peu de transmission via les enfants malgré des contacts rapprochés


Citation :
Australian study finds little transmission between children. A preliminary report, cited by Australia’s chief medical officer as the government advocates the reopening of the country’s schools, says children are unlikely to transmit Covid-19 between each other or to adults.


Citation :
Examining the spread 18 of coronavirus cases (nine students and nine staff) from 15 schools, the report’s preliminary findings were that only one primary school student and one high school student “may have contracted Covid-19 from the initial cases at their schools”.

“No teacher or staff member contracted Covid-19 from any of the initial school cases,” the report added.

The low transmission rate was despite 735 students and 128 staff being “close contacts” of the initial 18 cases.


le risque dans les écoles viendrai plus "des adultes entre eux"

Citation :
In response to warnings from teachers unions against reopening schools, Scott Morrison told Sky News the risk for educators was “in the staff room” not the classroom.

en tout cas l'Australie ré-ouvre ses écoles vendredi prochain
https://www.theguardian.com/world/20...reopen-schools
Les pédiatres favorables au retour des enfants à l'école https://www.lemonde.fr/planete/live/...7845_3244.html

Les pédiatres sont favorables au retour des enfants à l'école à partir du 11 mai, en respectant des mesures barrières adaptées selon les âges, car le Covid-19 les "épargne en grande partie", selon des communiqués de leurs instances – l'Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA) et le Groupe de pathologie infectieuse pédiatrique (GPIP). Elles y estiment :

Citation :
"Le port d'un masque dans les crèches, les écoles maternelles et primaires pour les enfants sans pathologie sous-jacente grave n'est ni nécessaire, ni souhaitable, ni raisonnable. (...) En revanche, le port du masque pour les adolescents ainsi que pour les adultes en charge d'enfants peut être envisagé."
"Les données pédiatriques disponibles sont rassurantes : depuis le début de l'épidémie en Europe, peu d'enfants ont été touchés et les formes sévères ont été exceptionnelles", poursuivent ces instances, selon lesquelles "ce virus et cette maladie épargnent en grande partie les enfants". Et de poursuivre :
Citation :
"Les facteurs de division du risque par rapport aux adultes sont de l'ordre de 1/ 10 000 pour les décès, de 1/ 1 000 pour les formes graves, 1/100 pour les hospitalisations."
En outre, "contrairement aux situations observées avec de nombreux virus respiratoires, les enfants sont moins souvent porteurs du Sars-Cov-2 que l'adulte". Et les instances de conclure :
Citation :
"Les données disponibles sur la contagiosité des enfants entre eux et vers les adultes sont rassurantes, en particulier en ce qui concerne les jeunes enfants."
Le retour à l'école des enfants atteints de maladies chroniques doit lui aussi être "favorisé", estiment dans un communiqué distinct la Société française de pédiatrie (SFP) et d'autres sociétés de spécialités pédiatriques.
"Différer ce retour apparaît sans avantage pour la prise en charge de leur maladie" et "la poursuite d'une scolarisation à domicile ne peut concerner que quelques cas particuliers, sur avis du médecin référent", selon elles. Pour autant, ces enfants "doivent bénéficier de protections renforcées lors du retour en milieu scolaire", en appliquant "avec une vigilance particulière" les "mesures barrières et les mesures d'hygiène recommandées pour l'ensemble des enfants".
https://www.lemonde.fr/education/art...9_1473685.html

Un catalogue de mesures long comme le bras..




Gérer la circulation des élèves pour limiter le « brassage »

  • Les arrivées des élèves devront être « échelonnées » sur le début de matinée. Les différentes entrées peuvent être utilisées, pour éviter que des flux d’enfants ne se croisent, en définissant des sens de circulation avec une signalétique claire. Le transport scolaire devra être adapté à ces aménagements.
  • Les élèves devront se croiser le moins possible au cours de la journée. Pour cela, il est suggéré – plutôt pour le second degré – d’assigner une salle à chaque classe, en faisant se déplacer les enseignants.
  • Les récréations et les pauses devront être décalées pour éviter que les classes ne se croisent. Si cela est impossible, les élèves devront prendre des pauses à l’intérieur des salles.

Aménager les classes

  • Les bureaux devront être à un mètre les uns des autres, et à un mètre des portes. Les tables « en face à face », même à plus d’un mètre, sont à proscrire. Le mobilier « non-nécessaire » doit être « neutralisé », c’est-à-dire que les élèves ne doivent pas pouvoir s’en approcher.
  • Il est suggéré de « définir un sens de circulation » dans les classes, qui peut être indiqué par un marquage au sol, pour éviter que les élèves ne se croisent.
  • Quand c’est possible, les portes doivent être maintenues ouvertes de manière à limiter les « points de contact ».
  • Le matériel collectif, fréquent dans les petites classes, est proscrit, à moins d’être désinfecté entre chaque enfant. Dans le second degré, il faut éviter l’usage de matériel partagé dans les disciplines qui s’y prêtent d’ordinaire (musique, arts plastique, technologie…).

Désinfecter les locaux scolaires

  • Les établissements fermés pendant le confinement, et qui n’ont pas servi « dans les cinq derniers jours ouvrés avant réouverture » ayant très peu de chance d’être contaminés, un nettoyage « habituel » suffira avant la réouverture des classes.
  • Les écoles qui ont accueilli des enfants de soignants doivent faire l’objet d’un « nettoyage approfondi » en deux étapes (nettoyage puis désinfection avec un virucide). Les écoles qui ont accueilli d’autres personnes (malades, sans domicile fixe) font l’objet d’une procédure à définir avec les Agences régionales de santé (ARS). Après la reprise, toutes les écoles feront l’objet d’un « nettoyage approfondi » quotidien.
  • Une désinfection sera faite plusieurs fois par jour pour les sanitaires, les « points de contacts » (poignées de portes et de fenêtre, interrupteurs, boutons d’ascenseur, rampes d’escalier, télécommandes, écrans, souris d’ordinateur) et pour le matériel pédagogique.
  • Les salles de classe doivent être aérées pendant quinze minutes le matin avant l’arrivée des élèves, à chaque récréation, sur la pause de midi et après leur départ pendant le nettoyage des locaux. Il en sera de même pour le réfectoire, si les élèves l’utilisent.

Organiser le sport, les récréations et la demi-pension

  • Les enfants et adolescents doivent arriver en tenue de sport les jours où cette pratique est prévue, pour éviter d’utiliser les vestiaires collectifs.
  • Les jeux de ballons et jeux de contact sont interdits, de même que l’accès aux jeux et installations d’extérieurs s’ils ne peuvent être désinfectés.
  • La prise des repas dans les salles de classe doit être « privilégiée », « sous forme de plateau ou de paniers repas ».
  • Si le réfectoire est utilisé, les flux d’élèves doivent être organisés pour éviter les files d’attentes et les regroupements.
  • Pour les élèves les plus jeunes, le protocole précise de « rappeler oralement » les règles en début de chaque repas : ne pas partager ses couverts, sa nourriture ou son verre d’eau.

Gérer les « cas suspects »

  • Un élève qui présente des symptômes (toux, éternuements, essoufflement, mal de gorge, fatigue, troubles digestifs, sensation de fièvre) devra être isolé immédiatement, avec un masque, à l’infirmerie, jusqu’à l’arrivée de ses parents. Sa température devra être prise avec un thermomètre sans contact.
  • Les parents devront faire faire à l’enfant un test de dépistage, en lien avec le médecin traitant.
  • Le suivi et l’isolement des « cas contact » de l’élève devront être mis en place.
  • En cas de test positif, les directeurs d’école et chefs d’établissement devront prévenir leur hiérarchie qui, en lien avec les autorités sanitaires, décidera de l’organisation du dépistage des autres élèves et personnels. Les tests pourront éventuellement être réalisés dans l’établissement.
  • Un protocole spécifique de nettoyage des locaux devra être suivi après un dépistage positif.




Dans notre cas personnel (4ème et seconde générale), ce que j'aimerai surtout, c'est qu'il y ai une batterie de DS avant le fin de l'année afin d'avoir des notes pour ce trimestre et surtout un horizon de motivation pour le travail à la maison...

Le lycée a envoyé un sondage sur Pronote, ma fille a répondu qu'elle est OK pour revenir dès la réouverture en juin.

Maintenant, avec ce lycée il était déjà fréquemment fermé "en temps ordinaire" (grève, fuites d'eau...) sans parler des absences de profs de toutes manières, c'est pas gagné.
Madame a reçus le protocole pour sont école (maternelle + primaire) et y a tellement de choses a faire qu'au final tu sert plus de garderie que de vrai école ...
Il y a des mesures complètement irréalistes qui seront inapplicables, mais dont les conséquences retomberont sur les instits. Par exemple ça :
Citation :
Les jeux de ballons et jeux de contact sont interdits, de même que l’accès aux jeux et installations d’extérieurs s’ils ne peuvent être désinfectés.
Tu peux dire "impossible de se toucher" aux enfants, mais va le faire appliquer, je pense aux maternelles ou aux rebelles. Irréaliste .

Juste, pour rappel, l'Espagne, le Portugal et l'Italie ferment jusqu'en septembre, et la Belgique ouvre d'abord pour els grands (lycéens) soit la démarche complètement inverse de celle qu'on nous demande.


Citation :
Les bureaux devront être à un mètre les uns des autres, et à un mètre des portes. Les tables « en face à face », même à plus d’un mètre, sont à proscrire. Le mobilier « non-nécessaire » doit être « neutralisé », c’est-à-dire que les élèves ne doivent pas pouvoir s’en approcher.
. yaura des classes avec 5 élèves, du coup.

Citation :
Le matériel collectif, fréquent dans les petites classes, est proscrit, à moins d’être désinfecté entre chaque enfant
La maternelle, ça va être sympa...

Citation :
Une désinfection sera faite plusieurs fois par jour pour les sanitaires, les « points de contacts » (poignées de portes et de fenêtre, interrupteurs, boutons d’ascenseur, rampes d’escalier, télécommandes, écrans, souris d’ordinateur) et pour le matériel pédagogique.
Par qui ? Avec quel moyen ?
Citation :
Un élève qui présente des symptômes (toux, éternuements, essoufflement, mal de gorge, fatigue, troubles digestifs, sensation de fièvre) devra être isolé immédiatement, avec un masque, à l’infirmerie, jusqu’à l’arrivée de ses parents. Sa température devra être prise avec un thermomètre sans contact.
Les écoles primaires n'ont pas d'infirmerie, ni même souvent de personnel qui soit présent sans classe. Du coup, on ferme ?

Citation :
Les parents devront faire faire à l’enfant un test de dépistage, en lien avec le médecin traitant.
Et si ils le font pas, on appelle les flics qui nous enverront sur les roses ?

Citation :
Le suivi et l’isolement des « cas contact » de l’élève devront être mis en place.
Par qui si tout le monde est en classe?
Citation :
En cas de test positif, les directeurs d’école et chefs d’établissement devront prévenir leur hiérarchie qui, en lien avec les autorités sanitaires, décidera de l’organisation du dépistage des autres élèves et personnels. Les tests pourront éventuellement être réalisés dans l’établissement.
Le directeur appelle à quel moment, du coup, si il est en classe ?


Bref, c'est beau les injonctions hors-sol, la pratique sera bien moins reluisante. SI vous le pouvez, gardez votre enfant pour son intérêt et le votre.
Citation :
Publié par Lugnicrat
Les écoles primaires n'ont pas d'infirmerie, ni même souvent de personnel qui soit présent sans classe. Du coup, on ferme ?
Les collèges pas vraiment non plus, vu qu'une infirmière est en général en poste sur deux ou trois bahuts à la fois, plus ses tâches dans les écoles primaires (4 à 7 en plus des bahuts par exemple).

Quand on fait la comparaison avec d'autres pays, ça en dit long sur la gestion de l'EN.
Citation :
Publié par Aloïsius
Les collèges pas vraiment non plus, vu qu'une infirmière est en général en poste sur deux ou trois bahuts à la fois, plus ses tâches dans les écoles primaires (4 à 7 en plus des bahuts par exemple).

Quand on fait la comparaison avec d'autres pays, ça en dit long sur la gestion de l'EN.
Et si cela se trouve, ils et elles se sont portés volontaires et donc sont réquisitionnés ailleurs et ne seront donc pas présents dans les écoles.
Franchement, s'il y avait un truc à pas reprendre c'était bien le cas des écoles. Juste mettre en place une sorte de garderies multiples et "sécurisées" pour les personnes n'ayant pas d'autres alternatives avec la reprise du boulot.
Citation :
Publié par Colsk
Et si cela se trouve, ils et elles se sont portés volontaires et donc sont réquisitionnés ailleurs et ne seront donc pas présents dans les écoles.
Franchement, s'il y avait un truc à pas reprendre c'était bien le cas des écoles. Juste mettre en place une sorte de garderies multiples et "sécurisées" pour les personnes n'ayant pas d'autres alternatives avec la reprise du boulot.
Le but est de faire reprendre tous le monde et que les employeurs n'aient pas à gérer les absences pour ce motif. Mettre des modes de garde pour l'ensemble des enfants dont les parents travaillent, ça n'est pas possible sans passer par l'école.

C'est complètement cohérent avec la communication du ministère du travail. Comme à chaque fois, il y aura une grande différence entre la pratique et la théorie.

Je le vois déjà au travail avec la distanciation sociale alors que dans la pratique, personne n'applique la règle des 1 mètre. Aucune raison que les écoles y arrivent dans les employeurs ont déjà du mal avec des adultes.
Je viens de lire ça :
Citation :
Dès lors, en cas d’infection voire de décès d'un ou plusieurs élèves, qui serait responsable ? L'Etat qui a pris la décision de rouvrir les écoles dans ce contexte et/ou les personnels enseignants en charge de la scolarité des élèves ?

Dans le cas d’une infection par le Covid 19, les parents pourraient déposer plainte contre le directeur et/ou l’enseignant pour "mise en danger délibérée de la personne d'autrui", "exposition à un danger qu'il ne pouvait ignorer" et, en cas de décès, pour "homicide involontaire", autant d'infractions visées par le Code pénal.

C'est donc bien de responsabilité pénale qu'il s'agit.
A cet égard, il convient de rappeler que dans l’exercice de leur fonction, les enseignants sont responsables civilement (en cas de faute de surveillance ayant directement causé un dommage à un élève - article 1242 al.6 du Code civil) et pénalement en cas d’infraction pénale (ex : blessures volontaires ou involontaires).
Ça sent le droit de retrait massif, du coup.

Source : http://hazan.avocat.sos-enseignants....s-enseignants/
Mail de l'école reçu à l'instant.
Réouverture des classes de maternelle à raison de 6 élèves max par classe (ils sont 29 habituellement) et priorité aux enfants de soignants et des forces de sécurité, ça ne laisse pas beaucoup de place pour les autres même si la majorité des parents préfèrent garder les enfants à la maison.

Hâte de voir les progrès que vont faire les enfants en 1 mois à 6 par classes par rapport à une année à 30.
Citation :
Publié par Tiantai
Mail de l'école reçu à l'instant.
Réouverture des classes de maternelle à raison de 6 élèves max par classe (ils sont 29 habituellement) et priorité aux enfants de soignants et des forces de sécurité, ça ne laisse pas beaucoup de place pour les autres même si la majorité des parents préfèrent garder les enfants à la maison.

Hâte de voir les progrès que vont faire les enfants en 1 mois à 6 par classes par rapport à une année à 30.
Vous allez annoncer comment ça comment aux parents ? Notamment ceux qui n'ont plus/pas le droit au chômage partiel. Ça risque d'être amusant à voir
Citation :
Publié par Huychi
Vous allez annoncer comment ça comment aux parents ? Notamment ceux qui n'ont plus/pas le droit au chômage partiel. Ça risque d'être amusant à voir
Ca va être sympa aussi le "Bon, y a 6 places, mais on a déjà 4 enfants de soignants, du coup y a 2 places, on tire au sort pour savoir qui peut/doit venir ?"

Ca va sentir bon l'égalité ça, après liberté qui a pris le bord, voici égalité qu'on pousse du haut de la falaise...
Citation :
Publié par Huychi
Vous allez annoncer comment ça comment aux parents ? Notamment ceux qui n'ont plus/pas le droit au chômage partiel. Ça risque d'être amusant à voir
Moi j'annonce rien, je suis pas décisionnaire.

Pour le chômage partiel lié à la garde des enfants, c'est pour les parents qui refusent de mettre leur enfants à l'école, pas pour ceux qui n'ont pas de place : A partir du 1er juin en revanche, il faudra « une attestation » démontrant que l’école est fermée ou ne peut pas accueillir un enfant, a-t-on précisé dans l’entourage de Muriel Pénicaud.

[Modéré par Aedean : ... ]

Citation :
Publié par Tiantai
Moi j'annonce rien, je suis pas décisionnaire.

Pour le chômage partiel lié à la garde des enfants, c'est pour les parents qui refusent de mettre leur enfants à l'école, pas pour ceux qui n'ont pas de place : A partir du 1er juin en revanche, il faudra « une attestation » démontrant que l’école est fermée ou ne peut pas accueillir un enfant, a-t-on précisé dans l’entourage de Muriel Pénicaud.
Cela serait un énorme désaveux du gouvernement par le ministère de l'éducation nationale. J'ai très peu d'espoir que ces attestations soient délivrés.

Dernière modification par Aedean ; 01/05/2020 à 15h59.
Pour nous à Genève :

À l'école primaire, les élèves reprennent en demi-groupe le 11 mai. Les élèves viennent soit le matin, soit l'après-midi, mais c'est fixe : un groupe ne viendra que le matin, un autre que l'après-midi. Reprise des cours en classe entière le 25 mai.

Au Cycle d'orientation (équivalent du collège français), reprise des cours en demi-groupe le 11 mai. Concrètement, les élèves viennent chaque jour soit le matin soit l'après-midi, avec inversion chaque semaine. Par exemple, en semaine A, le groupe 1 vient lundi matin, mardi aprem, mercredi matin, jeudi aprem et vendredi matin, le groupe 2 l'inverse, puis on change pendant la semaine B. Reprise des cours en classe entière le 08 juin.

Au collège (équivalent du... lycée français ), reprise des cours le 11 mai, mais seulement pour des groupes de 5 élèves au maximum. Je ne sais pas ce qu'il se passera ensuite.
Répondre

Connectés sur ce fil

2 connectés (1 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés