Cinéma (Le Cercle Taberna)

Les films du moment

Répondre
Partager Rechercher
Vu 1917

Très très grosse claque.
Techniquement c'est très très fort, photographie impeccable, mouvements de caméras et cadrages très très impressionnants (ce travelling à la surface de l'eau dans le cratère...)
On voit clairement les options de raccords par ci par là (c'est tourné comme un quasi unique plan séquence) mais c'est vraiment pour chipoter.

Coté émotion, j'étais agrippé à mon siège pendant tout le film, clairement le scénario n'a rien de révolutionnaire, on a une bonne idée d'où ça va aller, mais tout est bien rythmé, tout est à sa place, rien n'est superflu, rien n'est gratuit.
Y'a des plans d'une beauté à couper le souffle, je pense à 2 ou 3 en particulier qui sont parmi ce que j'ai vu de plus beaux ces dernières années (et dans un "film de guerre" c'est déjà une prouesse pour moi).
La BO est sublime.
Les acteurs sont justes, Strong et Cumberbatch sont tout en retenue, McKay a vraiment la gueule de l'emploi.

On retrouve certaines choses déjà explorées par Mendes dans Jarhead : la thématique de la guerre illustrée sans la montrer, le role de l'individu sous le poids de la masse, certaines iconographies de plan...)

Bref j'ai adoré, j'ai vu aucun faux pas dans ce film.
1917 : tour de force technique et sensoriel, ce que je retiendrai avant le topo "blabla plan séquence" c'est d'abord l'image qui est sidérante, le jeu de lumière et la photo sont dingues, j'avais salué le travail sur la photo dans le lac aux oies sauvages, ici de nuit c'est encore un ton au dessus (la séquence village est impressionnante), ensuite oui c'est immersif, oui c'est très bien fait (les uniformes, les tranchées etc) la bande sonore est au poil, la BO par contre est un poil lourdingue, et j'ai bien apprécié mais je trouve que le film a les défauts de ses qualités.

Quelque part, l'expérience reste assez artificielle et cantonnée au défi technique; le spectateur n'ayant d'autre choix que de rester braqué sur le personnage, le gimmick du plan séquence marche moins bien quand il s'agit d'approfondir les émotions et les personnages, la scène de la cave est un bon exemple et manque le coche contrairement à Birdman qui s'en est mieux sorti à ce niveau. Et à l'image d'un Gravity, ça reste un peu trop propret et lisse, ça tourne parfois à la démonstration technique et ça ne rejoint pas les meilleurs film du genre (La ligne rouge etc). Malgré tout, c'est une expérience spectaculaire et qualitative que je conseille chaudement.

Tommaso : dernier film de Abel Ferrara, comme d'habitude le récit n'est pas son fort, ici c'est décousu et assez plat, mais il a un don pour sublimer ses acteurs et j'adore sa manière de filmer avec cette caméra qui flotte au plus près de ses personnages, le film offre de belles séquences et quelque part on s'attache vite au personnage joué par Defoe (impeccable ici), qui n'est autre que Ferrara lui même.
1917 : Ok c'est beau, mais il n'y a rien dans ce film. Et c'est censé se dérouler où ? Dans le nord de la France on dirait, sauf que les paysages n'ont pas grand chose à voir (salut la cascade de 10m de haut et le torrent de montagne).

Dernière modification par Soumettateur ; 18/01/2020 à 17h38.
Citation :
Publié par Soumettateur
1917 : Ok c'est beau, mais il n'y a rien dans ce film. Est c'est passé se dérouler où ? Dans le nord de la France on dirait, sauf que les paysages n'ont pas grand chose à voir (salut la cascade de 10m de haut et le torrent de montagne).
Les celebres chutes du niagara des plaines francaises tu ne connais pas ?

Perso je n'ai pas aimé. Deja la VF est une daube infame (pas eu le choix) , sauf si c'est tout aussi mal joué et mal écrit en VO..
Ensuite c'est bien beau l'exploit technique de ne faire quasiment aucun cut, mais les cut ca sert a cacher la pauvreté des décors, et la autant certains plans sont splendides, autant d'autres ca sentait vraiment le décor cinéma . dès le début les tranchées, c'etait des tranchées version disneyland serieux, on peut aller y faire un picnic. Meme les plans pour montrer "l'horreur de la guerre" sont cadrés, timés, scriptés comme s'ils cochaient une todo list... Entre ca et les dialogues ca m'a totalement sorti du film.

Tu rajoute a ca une organisation facon gravity, sans aucun temps mort, avec quelque chose qui doit arriver toutes les 20 secondes meme si c'est totalement illogique/etrange ( coucou le changement de camera avec la caravane de GI alors qu'ils etaient seuls en territoire ennemi 10 secondes avant, la fille qui se cache en laissant le bébé de l'autre coté de la piece, mais hors champ "parce qu'il nous faut une autre surprise dans 20 secondes", la cascade, etc etc

Alors oui c'est techniquement monstrueux le nocut, oui certaines scenes sont splendides. Mais ils ont oublié d'en faire un film. J'avais plus l'impression de suivre une cinématique de jeux vidéo avec une tonne de QTE. "appuyez sur Y pour esquiver l'avion !"

Dernière modification par jaxom ; 18/01/2020 à 17h08.
Citation :
Publié par Soumettateur
1917 : Ok c'est beau, mais il n'y a rien dans ce film. Est c'est passé se dérouler où ? Dans le nord de la France on dirait, sauf que les paysages n'ont pas grand chose à voir (salut la cascade de 10m de haut et le torrent de montagne).
Oh putain je suis pas le seul. Il arpente le plat pays pendant une journée et quand il tombe dans la rivière c'est un torrent de montagne.
1917 c'était ok, pas une seule fois je n'ai eu d'émotion sinon visuelle.
Quand un réalisateur considère que le théâtre de la guerre des tranchées en 1917 n'est pas suffisant pour faire un film de 2h, sans rajouter plein d'éléments artificiels ou bidonnés, il y a un problème quelque part.
1917 : je sors à l"instant de la séance. Techniquement c'est bluffant le tout sublimé par une BO grandiose, une photo magnifique et le fait que se soit tourné en "un seul" plan séquence favorise vraiment l’immersion à tel point qu'on a l'impression d'être le troisième soldat. Chapeau à Sam Mendes pour ce tour de force.
En revanche, d'un point de vu émotion, je suis plus mitigé, certaines scènes comme la scène de la cave avec la jeune femme et le bébé, j'ai trouvé que ça sonnait faux.
Autre petit bémol, je l'ai vu en VF et vraiment je déconseille, elle est dégueulasse (c'est peut être pour ça d'ailleurs que je suis un peu sorti du film lors de la fameuse scène avec la jeune fille et le bébé).
A posteriori je pense que je vous rejoins, le film m'a plu, je dois avouer que j'ai une sensibilité particulière pour les belles images, et même si le parti pris du formel sur le fond est assumée, l'expérience reste questionnable : est ce qu'on est devant du cinéma ou une démo technique ? Par exemple la scène de l'avion semble tout droit sortir d'une attraction du futuroscope, c'est artificiel au possible et n'ayant qu'un but : faire frissonner le spectateur, et tout au long du film on est presque continuellement dans ce schéma.

Puis autant c'est magnifique, autant techniquement, on commence à être rôdé au plan séquence, surtout qu'ici @jaxom c'est pas du onecut si je ne m'abuse - l'illusion de la continuité étant assurée par le numérique - après Gravity, Birdman et The Revenant, voilà donc 1917, dernière "expérience immersive" cette fois centré sur la grande guerre. Exception faite de Birdman qui proposait quelque chose, je constate que ces films se contentent +- de dérouler du vide.

Bref, s'il gagne l'oscar du meilleur film, quelque part je serais déçu, je pense que ce ne serait pas un bon signal.
Je vous rejoins totalement sur 1917. Techniquement c'est ouf, mais ça tourne à vide la plupart du temps. Malgré tout, au milieu de ça il a quelques moments, quelques plans magnifiques, qui m'ont vraiment accroché et fait retenir mon souffle. Bref, 1917 a un peu les défauts que l'on s'attend à retrouver dans ce genre de film, même s'il reste intéressant à voir.
Citation :
Publié par jaxom

Alors oui c'est techniquement monstrueux le nocut, (...)
Bof, même ça je trouve que c'est raté. Les cuts étaient trop grossiers et assez nombreux par moment.
Ce qui m'a vraiment dérangé dans le film, c'est mon manque de repères spatio-temporels. J'essayais de visualiser le chemin qu'ils parcouraient mais j'avais souvent l'impression que ce n'était pas possible, et que soit ils se téléportaient (ou le décor changeait après un mouvement de caméra) ou soit le temps s'accélérait. Ca m'a sorti du film et je n'arrêtais pas de me dire que ce n'était pas crédible (le parcours effectué).
Certains plans et scènes sont beaux en effet mais rien de transcendant. Zéro émotion aussi, ce n'est pas forcément un problème si c'est un film qui se veut 100% spectacle mais je ne suis pas sûr que ce soit le cas, et même le côté spectacle mais pas suffisant pour pallier à ce défaut.

J'ai trouvé ce style d'exercice (l'illusion d'un plan séquence) mieux réussi dans Birdman, Mr Robot (saison 3 épisode 5) ou la scène de True Detective.
Le problème de 1917, c'est que le réalisateur a voulu faire un film autour d'un plan séquence, alors que dans les exemples que j'ai cités, c'est l'inverse, le plan séquence est en complément de l'intrigue et sert à renforcer l'immersion et l'intensité. Du coup on se retrouve avec un film vide (de mon point de vue).
Pour 1917 : Je trouve qu'une critique sur un film qui se limite a une cascade d'eau, c'est lège. Surtout que des cascades il y en a dans le NORD (c'est vrai, j'ai tiké).

Car le Pire c'est de DONNER DU LAIT DE VACHE A UN BEBE, c'est de la maltraitance.

Je voulais lui mettre un 18/20 mais a cause du lait ca seras 3/20.


Sinon, c'est beau, tendu. Bien construit tu sens la faiblesse du Soldat qui n'est qu'un objet dans la masse et dans le décors.
Ça change des Blockbusters qui enchainent de l'action pas cohérente.

Dernière modification par Charles Dexter Ward ; 19/01/2020 à 16h59.
Vu Dark Waters (Avant première, le film sort fin février) : Film qui raconte l'histoire vrai de l'avocat Robert Billot qui est spécialisé dans la défense des industries chimique et qui va se retrouver à défendre un paysan contre le puissant groupe chimique Dupont qui empoisonne l'eau de Virginie.
Film très sobre dans sa mise en scène tout comme l'avocat interprété par Mark Ruffalo qui est très bon dans son rôle et porte le film à lui tout seul.
On suit son histoire qui démarre en 1999 lorsqu'il va défendre ce petit paysan de Virginie et qu'il va petit à petit réaliser qu'il s'agit d'un scandale sanitaire monstrueux et que l'entreprise colossale Dupont pollue et empoisonne sciemment la population afin de tirer un maximum de profit.
J'ai passé un très bon moment devant ce film qui est tout en sobriété et qui a réussi à me captiver du début de l'histoire (1999) jusqu'à son dénouement des années plus tard.
Citation :
Publié par Charles Dexter Ward
Car le Pire c'est de DONNER DU LAIT DE VACHE A UN BEBE, c'est de la maltraitance.

Je voulais lui mettre un 18/20 mais a cause du lait ca seras 3/20.
J'avoue, autant laisser le bébé mourir de faim.
Citation :
Publié par Boultox
J'avoue, autant laisser le bébé mourir de faim.
Carrément.

Cuit à la broche il parait que c'est fameux, la chair doit être tendre et puis en période de guerre ...

Blague à part pour 1917, après avoir digéré le film (pas le bébé) je rejoins l'avis de Sayn, techniquement c'est ouf mais je ressens pas vraiment d'empathie pour les personnages, que ce soit pour les deux soldats ou pour la jeune fille et le bébé.
Au final les deux soldats partent d'un point A pour arriver à un point B pour délivrer un message...wait....putin, on dirait Death Stranding en fait !

Et puis les long plans séquence, c'est du déjà vu et même en mieux que ce soit sur des films comme The Revenant, Birdman ou des séries comme dans Daredevil, True Detective ou The Haunting of Hill House.

Et d'un point de vu film de guerre ou série sur la guerre, on est effectivement très loin de la ligne rouge ou des Band of Brother par exemple.
Quelques belles scènes pour 1917 mais niveau scénario, tension et émotion on est complètement à côté de la plaque.
Même le côté technique je l'ai trouvé barbant compare à children of men si on veut parler de référence en plan séquences de guerre...
Bref un film dont je ne sais pas vraiment si il vaut les 12 euros payés pour aller le voir.
Une vidéo (courte) didactique est très intéressante sur le plan-séquence dans l'histoire du cinéma, sur sa fonction d'hier à aujourd'hui.


Pour ma part le plan-séquence, dans le cinéma d'aujourd’hui, je le vois plus comme un procédé technique servant au spectacle et à la promotion du film.

Il en est réduit à l'état d'outil, alors qu'il pourrait servir le film avec beaucoup plus d’efficacité et de justesse dans ses moments importants, pour souligner un événement, une émotion ou une action, le fait de l'utiliser à tir-larigot ou tout le long d'un film, je trouve que ça retire de son impact significatif, pour n'être qu'une simple pirouette technique. Le plan-séquence à la 1917 ou Victoria, ça me fait ni chaud, ni froid, par contre bien utilisé, au moment opportun dans un film d'Orson Welles par exemple, ça a de suite + d'impact et peut magnifier une scène.
Vu Scandale : Film qui retrace le scandale autour de Roger Ailes, le président de Fox News, accusé de harcèlement sexuel par les journalistes de la chaîne.
Au vu des retours que j'ai eu à droite à gauche sur ce film, j'avais pas mal d’apriori mais finalement, le film s'en sort bien.
Certains passages notamment au début du film m'ont fait penser à The Big Short, lorsque un personnage s'adresse à la caméra et donc au spectateur, une très bonne idée.
Les trois actrices jouent très bien, notamment Charlize Theron qui interprète la journaliste Megyn Kelly, et Margot Robbie qui interprète une jeune journaliste qui se fait harceler sexuellement par Roger Ailes.
L'acteur qui interprète Roger Ailes est également très bon et extrêmement malsain
Cliquez ce bouton ou survolez le contenu pour afficher le spoiler
LA scène du film étant celle ou Margot Robbie se retrouve seule dans le bureau de Ailes et ou celui-ci va lui demander de relever sa jupe, bien gerbant.





Au final, j'avais très peur que le film tombe dans le coté "dérive" du mouvement "meetoo" mais ce n'est pas le cas.
Le film dénonce le comportement de Roger Ailes qui est un véritable porc et qui n'a pas conscience d'en être un : il pense avoir un comportement parfaitement normal et il ne comprend pas pourquoi il se fait accuser de harcèlement sexuel, surtout qu'il est défendu par sa femme et même par d'autres employés, aussi bien des hommes que des femmes.
Le film dénonce également la loi du silence et le chacun pour soi qui règne dans cette entreprise, la scène de l'ascenseur que l'on peut voir dans la bande annonce est révélatrice
Cliquez ce bouton ou survolez le contenu pour afficher le spoiler
on sent le malaise de Margot Robbie : Charlize Theron et Nicole Kidman comprennent tout de suite ce qu'il se passe....mais elles n'agissent pas, en tout cas pas dans l'immédiat.
D'ailleurs, Margot Robbie l'enverra a travers la gueule de Charlize Theron peu de temps après.





Le reproche que je peux faire au film et que les personnages auraient pû être un peu plus travaillés, je trouve que toute cette histoire est abordé un peu trop vite.

Cela dit, ce film est à voir, il est nécessaire et pousse à la réflexion, j'ai vu le retour de certains "critiques Pro " qui ont du mal à comprendre comment ces femmes ont pu céder au chantage sexuel de Ailes, ou dire qu'au final le personnage de Ailes était caricatural et que par conséquent on fini par en rire. Mouais. C'est assez glauque d'entendre des trucs pareils.
Ce mec omnipotent faisait la pluie et le beau temps sur Fox News et visiblement, il pouvait détruire une carrière professionnelle en un claquement de doigt, il a fallu un sacré courage à la journaliste Gretchen Carlson (interprétée par Nicole Kidman) pour accuser Ailes d'agressions sexuelles.

PS : une série que je conseille dans ce style est The Morning Show qui est une excellente série.
Il y'a également une série qui tourne autour de Roger Ailes, The Loudest Voice In The Room, avec Russell Crowe dans le rôle de Ailes mais je l'ai pas encore vu.
J'ai vu Scandale également.

C'était très intéressant pour tout ce que ça montre sur le journalisme, sur l'abus de pouvoir, et un peu sur les républicains.
Il y a des passages très durs à entendre, notamment des récits d'agression. Très peu est montré par contre, heureusement. Les actrices sont excellentes, et le film un peu militant.

C'est le genre de film dont je sors à la fois contente que des histoires comme ça soient racontées depuis un point de vue féminin, et en colère que ça arrive en vrai. Et puis c'était compliqué pour moi aussi de me voir en empathie avec des gens qui bossent pour Fox news en en embrassant la ligne éditoriale... Pourtant, les sujets ne sont qu'esquissés, mais rien que sur le port d'armes et l'homosexualité, l'"opinion" de ces gens me fait hurler.


J'ai aussi vu Jojo Rabbit.

C'est l'histoire d'un petit garçon allemand pendant la 2ème guerre mondiale. Il est endoctriné par les jeunesses hitlériennes, et il est à fond dans la haine des juifs, il a un ami imaginaire rigolo et c'est Hitler. Il va se rendre compte que sa mère cache une jeune fille juive, et il se lie d'amitié avec elle au fil du temps, avec forcément un gros dilemme de loyauté entre Hitler/la patrie et sa mère.

C'est une comédie et je trouve ça très casse-gueule de faire rire sur ce sujet. J'ai été assez gênée par certaines scènes du film, et notamment le fait qu'on fait passer les nazis pour des idiots, des allumés qui sont restés en enfance avec des croyances débiles. Au niveau mise en scène c'était élégant et décalé comme du Wes Anderson, donc le film est très agréable à regarder, mais il y a vraiment ce truc gênant.
1917 hormis quelques scènes et tout particulièrement la charge vers la fin n'est pas foufou.

La dimension militaire est problématique, je n'ai pas l'impression qu'ils ont fait appel à des professionnels.
Le trajet en lui-même est incohérent à priori en terme de durée/distance.

En faite, je pense que je n'ai pas dû comprendre le propos du film si ce n'est de faire un plan séquence.
Et ce plan séquence est à la fois le point fort et le point faible du film.
Tout est possible (The biggest little farm)


Citation :
Le film raconte huit années de travail décourageant et d’idéalisme démesuré alors qu’ils tentent de créer l’utopie qu’ils recherchent, en plantant 10 000 arbres fruitiers et plus de 200 cultures différentes, et en faisant venir des animaux de toutes sortes – dont un cochon inoubliable nommé Emma et son meilleur ami, Greasy the rooster. Lorsque l’écosystème de la ferme commence enfin à se réveiller, l’espoir des Chester s’éveille aussi. Mais alors que leur plan pour créer une harmonie parfaite prend une série de virages sauvages, ils réalisent que pour survivre, ils devront parvenir à une compréhension bien plus grande des subtilités et de la sagesse de la nature, et de la vie elle-même.
vf trailer

Vu Jojo Rabbit : Une énorme claque, on passe vraiment par toutes les émotions en regardant ce film qui est beaucoup plus qu'une simple comédie potache et une scène en particulier est extrêmement poignante et m'a vraiment surpris.
Cliquez ce bouton ou survolez le contenu pour afficher le spoiler
la scène ou Jojo découvre sa mère pendue, la mise en scène est bluffante avec le plan sur ses chaussures...et je m'attendais absolument pas à ce qu'on retrouve sa mère pendue


On sent que Taika Waititi s'est fait plaisir en incarnant cette caricature d'Adolf Hitler vu par un enfant de 10 ans, il y'a même un petit coté Charlie Chaplin dans le dictateur dans sa façon de jouer et le fait de voir l'horreur du nazisme par le prisme d'un enfant de 10 ans...je sais pas ou Taika Waititi a trouvé cette idée mais j'ai trouvé ça génial même si le film peut mettre mal à l'aise par moment, et c'est tant mieux.

Au final, c'est une critique du nazisme sur le ton de la pantalonnade mais tout en dénonçant l'aspect abject du nazisme sous toutes ses formes : il y'a des bons gros moments de rigolade mais on oublie pas pour autant l'horreur qu'a été le nazisme.

Chapeau à Taika Waititi pour avoir réaliser ce tour de force car le film aurait pu être une catastrophe alors qu'au final c'est une réussite totale.

Et chapeau également au petit qui incarne Jojo Rabbit, il est vraiment très touchant ce môme.

Vu : The Gentleman : Que dire. Guy Ritchie au sommet de son art. Si vous avez aimé Snatch, foncez voir ce film.
Le casting est monstrueux, Matthew McConaughey est un monstre de charisme (ca y'est j'ai envie de me rematter la saison 1 de True Detective) MAIS je retiendrai encore plus Charlie Hunnam dans le rôle de son bras droit avec son petit coté balais dans le cul et il forme un super duo que ce soit avec le personne du Coach interprété par Colin Farrel ou le journaliste interprété par Hugh Grant.
Citation :
Publié par bealefay
que dites-vous du film Marriage Story?
Un très bon film et ça fait plaisir de voir Adam Driver incarné autre chose que Kylo Ren.
La scène de l'engueulade ou Adam Driver craque est hallucinante.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés