La politique en Europe

Répondre
Partager Rechercher
on leur laisse pas la main, on prend le chèque pour financer la dissuasion nucléaire européenne. C'est un deal, vous donnez un chèque, vous avez le parapluie nucléaire française
Mouais, si l'Allemagne se mettait à la financer elle s'attendrait naturellement à avoir en retour un droit de regard dessus ce qui est totalement inacceptable en ce qui me concerne.

Merci mais non merci comme on dit..
Citation :
Publié par Thesith
on leur laisse pas la main, on prend le chèque pour financer la dissuasion nucléaire européenne. C'est un deal, vous donnez un chèque, vous avez le parapluie nucléaire française
Quand on regarde en arrière, ce n'est jamais ce qui s'est passé dans les deals auxquels prenait par l'Allemagne.
Qu'elles éléments permettent de penser que cette fois ce serait différent ?
Ha ! Voilà qui est particulièrement bienvenu !

Olaf Scholz plaide pour la majorité plutôt que l’unanimité sur la fiscalité et la diplomatie européenne (décisions sur les sanctions ou les questions liées aux droits humains), domaines « où il est particulièrement crucial que l’Europe parle d’une seule voix ».

Par ailleurs, il a évoqué « une Union européenne de 30 ou 36 Etats » dont « Le centre se déplace vers l’est ».

« Dans cette Union élargie, les différences entre les Etats membres vont s’accentuer en ce qui concerne les intérêts politiques, l’influence économique et les systèmes de sécurité sociale »,
« Alors que l’unanimité est requise aujourd’hui, le risque qu’un seul Etat membre utilise son veto et empêche tous les autres d’aller de l’avant augmente avec chaque nouvel entrant dans le bloc ».
[c'est plus que certain, et cela nous bloque déjà beaucoup]

Il a donc proposé ce changement « en sachant pertinemment qu’une telle évolution ne sera pas sans conséquences pour l’Allemagne ».
[oui, mais le Luxembourg, l'Irlande, Malte, ces états [modéré par Caniveau Royal : Aaaah mais si, laisse moi l'écrire ! Non !], il faudra franchir un premier vote à l'unanimité les incluant pour obtenir cet acte plus que majeur. Comment y parviendra t-on ? Car s'y on y parvient, la force qu'on va prendre sur la scène internationale tant sur le plan diplomatique qu'économique, j'en rêve !]
Citation :
Publié par Caniveau Royal
? Car s'y on y parvient, la force qu'on va prendre sur la scène internationale tant sur le plan diplomatique qu'économique, j'en rêve !]
Hum je ne vois vraiment pas pourquoi. Surtout avec une union à 30 ou 36 qui sera encore plus divisée, discordante et condamnée à l'immobilité que jamais. Quand à la disparition de l'unanimité pour la majorité je suis très loin de voir ça comme une bonne nouvelle pour la France surtout avec une Europe dont le centre de gravité se déplacerait vers l'Est.
Quand on va pouvoir mettre en place une fiscalité plus agressive vis-à-vis des grandes entreprises étrangères,
quand nous saurons sur la scène internationale paraître unis,
je pense que nous aurons progressé beaucoup.

Tout comme pour l'Allemagne, cela nous impactera. Mais je crois qu'il en sortira du bien.
Citation :
Publié par Caniveau Royal
[oui, mais le Luxembourg, l'Irlande, Malte, ces états [modéré par Caniveau Royal : Aaaah mais si, laisse moi l'écrire ! Non !], il faudra franchir un premier vote à l'unanimité les incluant pour obtenir cet acte plus que majeur. Comment y parviendra t-on ? Car s'y on y parvient, la force qu'on va prendre sur la scène internationale tant sur le plan diplomatique qu'économique, j'en rêve !]
Ca va bien la santé mentale sinon ?
Citation :
Publié par Caniveau Royal
Quand on va pouvoir mettre en place une fiscalité plus agressive vis-à-vis des grandes entreprises étrangères,
quand nous saurons sur la scène internationale paraître unis,
je pense que nous aurons progressé beaucoup.

Tout comme pour l'Allemagne, cela nous impactera. Mais je crois qu'il en sortira du bien.
Pour moi c'est tout le postulat de base qui ne tient pas la route; comment peut on avoir des politiques unifiées fonctionnelles - fiscales, étrangères, énergétiques, agricoles ou autres- pour des pays aussi différents ? Ce qui marche très bien pour l'Estonie et les autres pays Baltes sera catastrophique pour l'Espagne et le Portugal et vice versa.

Quand à paraître unifié, on en est déjà très loin à 27, ça ne risque pas de s'arranger à 30 ou 36.. Pour moi ces rêves d' Europe fédérale et agrandie sont une aberration quand elle est déjà aussi dysfonctionnelle dans sa forme actuelle.
Et franchement, avant de faire des grands plans, qu'elle arrive à survivre à la crise Ukrainienne et à en sortir en un seul morceau, ce sera déjà pas mal.

Dernière modification par ClairObscur ; 29/08/2022 à 14h29.
Citation :
Publié par ClairObscur
Quand à paraître unifié, on en est déjà très loin à 27, ça ne risque pas de s'arranger à 30 ou 36.. Pour moi ces rêves d' Europe fédérale et agrandie sont une aberration
C'est pour cela qu'il faut une Europe en cercles concentriques : notamment pour pouvoir proposer à ceux qui ne souhaitent pas converger de rester en dehors.
Citation :
Publié par ClairObscur
Pour moi c'est tout le postulat de base qui ne tient pas la route; comment peut on avoir des politiques unifiées fonctionnelles - fiscales, étrangères, énergétiques, agricoles ou autres- pour des pays aussi différents ? Ce qui marche très bien pour l'Estonie et les autres pays Baltes sera catastrophique pour l'Espagne et le Portugal et vice versa.

Quand à paraître unifié, on en est déjà très loin à 27, ça ne risque pas de s'arranger à 30 ou 36.. Pour moi ces rêves d' Europe fédérale et agrandie sont une aberration quand elle est déjà aussi dysfonctionnelle dans sa forme actuelle.
Et franchement, avant de faire des grands plans, qu'elle arrive à survivre à la crise Ukrainienne et à en sortir en un seul morceau, ce sera déjà pas mal.
Les États Unis sont un bon exemple de système fédéral, les grands États ne sont pas hégémoniques et doivent composer avec les plus petits. Ce qui de la compétence du pouvoir fédéral est clair, ce qui est du ressort de l'Etat l'est aussi. Ce qui est bon pour la Californie ne l'est pas pour le Montana ou le Tennessee. Tout est une question de répartition des compétences.

Pour moi, si l'UE souhaite progresser, elle doit s'orienter vers ce type de modèle. Soit elle se federalise soit elle se décompose.

La majorité au lieu de l'unanimité, c'est mettre à mal l'union. Le système américain est loin d'être parfait mais conviendrait parfaitement à l'UE.

Un parlement européen définit selon la population des États qui existe déjà couplé à un Sénat où chaque État possède le même nombre de représentants. Le premier serait revu tous les 9 ou 12 ans pour s'adapter aux démographies.

On met fin à l'aberration que sont la commission et le conseil européen.
Au niveau élection :
Un président nommé par le Sénat, dont les pouvoirs sont les mêmes que le président allemand. Un premier ministre, chef de l'exécutif et représentant devant le parlement.

Pour les sénateurs, élection en même temps que les députés pour un mandat de 6 ans pour les premiers 3 pour les seconds. Proportionnelle pour les seconds, scrutin majoritaire à un tour pour les premiers. ( tu peux en choisir X, les X premiers sont élus ).

Le rapport de force entre les deux chambres, un texte doit être validé par les deux. En cas de refus par l'une des chambres, un vote commun est organisé à la majorité absolue.

Aux compétences exclusives j'ajouterai l'armée, la politique étrangère, la fiscalité fédérale, la nationalité, l'immigration et les protections des frontières. Les compétences partagées ne change pas. Pareil pour les compétences des États, sauf ce qui devient exclusif.

Voilà pour moi un système dans lequel l'UE pourrait se renforcer mais est ce que les européens sont prêts, j'ai des doutes. Rien que la question de la nationalité peut déjà créer un paquet de crispation vu qu'il n'existera qu'un seul passeport et qu'une seule nationalité. J'espère voir ça de mon vivant mais je pense plutôt voir sa décomposition.

Il reste la question du judiciaire. La CJUE n'est pas une bonne cour.
y a pas à dire, j'ai hâte que l'europe puisse décider à la majorité, après avoir créé une "europe de la défense" grâce à cette même majorité, de l'utilisation des forces armées et de l'arsenal nucléaire français.
Je n'ose pas imaginer ca ...
Déjà fini de notre laïcité déjà bien abîmé. Et si demain des pseudo écolos prennent le pouvoir dans l'union et impose à la France de fermer ses centrales ?
"Uniosification" de Dassault pour que l'UE (allemande) puisse construire sous contrôle ses rafales labellisés UE. Prise de contrôle de notre arsenal etc ...

Tout perdre au profit d'un gloubi-boulga qui ne représente rien.

Nous avons abandonné notre indépendance électrique au profit de l'europe, les exemples des échecs ne manques pas mais il faut continuer, tant que ca ne fonctionne pas nous y allons.
Pourquoi pas mais dans quel but ? La nationalité chaque état peut très bien gérer lui même. L'immigration de même si on sort des frontières Shengen. A la limite une police extérieure mais on sait bien que ça sera une emplatre sur la jambe de bois, et la fortress europ est un fantasme.

La fiscalité est d'ores et déjà un problème rien qu'à travers l'euro et le marché commun.
La défense, pourquoi faire. La politique extérieure, pourquoi faire. Travailler pour les autres? Nous sommes les seuls maintenant que les anglais sont partis à y croire, et les seuls à payer pour qu'au final l'allemagne en bénéficie (et dilapide tout).

La nation européenne n'existe pas, le peuple européen n'existe pas, la langue européenne n'existe pas en termes de locuteurs. Tout celà est un doux rêve d'élites mondialisées, fonctionnant sur un modèle féodal, qui j'espère prendra fin le plus tôt possible. La France existe, les français existent, les génies nationaux existent (encore vaille que vaille). Le génie européen c'est du pipeau.

Dernière modification par Don Patricio URSSAF ; 29/08/2022 à 18h34.
Citation :
Publié par HuPi
Les États Unis sont un bon exemple de système fédéral, les grands États ne sont pas hégémoniques et doivent composer avec les plus petits. Ce qui de la compétence du pouvoir fédéral est clair, ce qui est du ressort de l'Etat l'est aussi. Ce qui est bon pour la Californie ne l'est pas pour le Montana ou le Tennessee. Tout est une question de répartition des compétences.

Pour moi, si l'UE souhaite progresser, elle doit s'orienter vers ce type de modèle. Soit elle se federalise soit elle se décompose.

La majorité au lieu de l'unanimité, c'est mettre à mal l'union. Le système américain est loin d'être parfait mais conviendrait parfaitement à l'UE.

Un parlement européen définit selon la population des États qui existe déjà couplé à un Sénat où chaque État possède le même nombre de représentants. Le premier serait revu tous les 9 ou 12 ans pour s'adapter aux démographies.

On met fin à l'aberration que sont la commission et le conseil européen.
Au niveau élection :
Un président nommé par le Sénat, dont les pouvoirs sont les mêmes que le président allemand. Un premier ministre, chef de l'exécutif et représentant devant le parlement.

Pour les sénateurs, élection en même temps que les députés pour un mandat de 6 ans pour les premiers 3 pour les seconds. Proportionnelle pour les seconds, scrutin majoritaire à un tour pour les premiers. ( tu peux en choisir X, les X premiers sont élus ).

Le rapport de force entre les deux chambres, un texte doit être validé par les deux. En cas de refus par l'une des chambres, un vote commun est organisé à la majorité absolue.

Aux compétences exclusives j'ajouterai l'armée, la politique étrangère, la fiscalité fédérale, la nationalité, l'immigration et les protections des frontières. Les compétences partagées ne change pas. Pareil pour les compétences des États, sauf ce qui devient exclusif.

Voilà pour moi un système dans lequel l'UE pourrait se renforcer mais est ce que les européens sont prêts, j'ai des doutes. Rien que la question de la nationalité peut déjà créer un paquet de crispation vu qu'il n'existera qu'un seul passeport et qu'une seule nationalité. J'espère voir ça de mon vivant mais je pense plutôt voir sa décomposition.

Il reste la question du judiciaire. La CJUE n'est pas une bonne cour.
Le problème avec cette comparaison c'est que les états des US étaient des entités toutes neuves, des pages presque vierges avec très peu d'Histoire ou de culture et aucune identité forte.
C'est tout le contraire avec les pays d'Europe qui sont, pour certains, des pays millénaires, avec une Histoire et des cultures extrêmement riches et des identités très marquées.

Franchement il y a des évènements historiques, des bouleversements monumentaux que je pense pouvoir voir de mon vivant, mais l'avènement d'une Europe fédérale ne fait pas du tout partie de ma liste.
D'une part parce que peu de pays Européens accepteront de se laisser dissoudre dans une espèce de super-entité néo-libérale. Et certainement pas la France qui a franchement bien peu à y gagner.
D'autre part parce que c'est le genre de choses qui peut éventuellement arriver en temps d'optimisme et d'abondance mais pas du tout en temps de pénuries, d'incertitudes et de tensions, où les réflexes humains sont invariablement la méfiance et le repli su soi.
Après je ne suis pas certain non plus de la dislocation de l'UE. Je pense qu'elle est probable mais si l'union arrive à rester en un morceau après la pandémie, l'Invasion Russe, et la crise énergétique, elle aura résisté à trois sacré grosses crises en tir groupé et démontré une résilience pas négligeable du tout.

Dernière modification par ClairObscur ; 29/08/2022 à 18h51.
Copier le modèle US bêtement ne fonctionnerait évidemment pas, car celui ci s'est construit dans un contexte qui n'est pas le notre. De surcroît on peut voir régulièrement qu'il est totalement perfectible et totalement immobiliste pour permettre une évolution de ses institutions.

Néanmoins, je rejoins l'idée que l'UE pour avancer doit reprendre le projet fédéraliste, car c'est sa finalité. Après chacun à le droit d'être pour ou contre, mais depuis le refus du traité sur la constitution européenne on est paralysé au milieu du gué et c'est pas satisfaisant du tout. Perso je crois au projet européen et j'ai envie que les choses bougent. L'idée de rapprocher les institutions européennes d'un fonctionnement étatique plus proche des modèles parlementaires/congressistes me semble par exemple très bonne et rajouterait de la transparence (d'autant que le sénat de l'UE évoqué plus haut pourrait parfaitement être une évolution du conseil des chefs d'état et de gouvernement de l'UE actuel, celui-ci nomme déjà les tête d'affiche de l'UE et participe avec le parlement à nommer la commission (qui correspond peu ou prou au gouvernement de l'UE).

L'idée de Scholz d'étendre les votes à la majorité me semble une bonne chose, faire disparaitre l'unanimité me semble illusoire, certains grands sujets devront la conserver (les adhésions à l'UE, la défense collective, la révision des traités), mais on pourrait parfaitement profiter d'une majorité (qualifiée probablement, on a des règles en la matière sur déjà pas mal de sujets) qui pourrait être intéressante pour fluidifier la capacité de décision de l'UE. Après le passage à 30 ou 36, j'y suis pas hostile par principe, mais on doit apprendre des extensions des années 2000, et notamment de celle où on a inclut d'un coup 10 nouveaux membres. L'UE s'est perdue à cette occasion et s'est retrouvée en grande difficulté tant institutionnelle que sur le respect de ses fondamentaux économiques du fait des disparités importantes et du volume conséquent qui rendait difficile de compenser les disparités en un temps raisonnable comme on a pu le faire par le passé avec l'Irlande, l'Espagne, le Portugal ou la Grèce. Bref, avoir une ambition à long terme d'une Union à 30 ou 36 (d'ailleurs pour arriver à 36, va falloir convaincre du monde car les Norvégiens, les Suisses, les Islandais, y'a du boulot avant qu'ils aient envie de nous rejoindre), y'a aussi une réalité que oui aujourd'hui l'agrandissement de l'UE se fera à l'est, dans les balkans surtout.

Bref, qu'on cherche à agrandir c'est bien, qu'on cherche à fluidifier la prise de décision c'est bien aussi, j'aimerai en revanche entendre un peu plus tous les poids lourds européens (Allemagne, France, Espagne, Italie, Pologne notamment) sur leurs ambitions pour le projet européen. Est-ce qu'aujourd'hui y'a une volonté politique suffisamment partagé sur le continent pour reprendre le chemin et sortir du gué ?
À mon sens, il faudrait surtout supprimer le rôle des États membres dans l'UE. Il y a un Parlement européen, à mon sens c'est lui qui devrait être souverain, pas Macron, Scholz ou je ne sais qui d'autre. Quitte à revoir son fonctionnement (par exemple en instaurant un système bicaméral ou un droit de référendum).
Élections aujourd'hui en Suède.

Face à la montée de l'insécurité et à des débordements lié à l'immigration, l'extrême droite suédoise pourrait devenir le premier parti d'opposition.

Alors que l'insécurité n'était pas un sujet en Suède il y a quelques années, il l'est devenu ces dernières années.


Citation :
Alors que les blocs de droite et de gauche sont annoncés sans majorité absolue au Riksdag, le Parlement suédois, les différents partis ont joué la surenchère dans leur proposition. Ce qui a également contribué à la dédiabolisation des Démocrates suédois. Ces derniers joueront au final les faiseurs de Premier ministre, même s’ils ne participeront probablement pas à un gouvernement en cas d’arrivée au pouvoir de la droite. Mais ils surplomberaient alors la politique suédoise en imposant leur agenda, car ils pourraient faire tomber l’exécutif à tout moment.

Le Danemark a été confronté au même problème il y a une ou deux élections. La pragmatisme avait permis de régler une partie des problèmes. La gauche danoise avait dû prendre des décisions nécessaires afin de faire reculer l'extrême droite. J'espère pour les Suédois que leurs politiques s'orientent vers le Danemark plutôt que la France.
Citation :
Publié par Alandring
À mon sens, il faudrait surtout supprimer le rôle des États membres dans l'UE. Il y a un Parlement européen, à mon sens c'est lui qui devrait être souverain, pas Macron, Scholz ou je ne sais qui d'autre. Quitte à revoir son fonctionnement (par exemple en instaurant un système bicaméral ou un droit de référendum).
Oué enfin les gens ont voté pour Macron comme pour le parti de Scholz. J'ai pas souvenir d'avoir été consulté quant à l'abandon de toute forme de souveraineté par mon pays au profit d'une entité supranationale.
Au delà de l'évident problème démocratique que ça pose, il y aussi celle du droit : n'en déplaise aux partisans de la primauté du droit européen, aucun gouvernement en France (et je serais étonné que ça soit différent ailleurs au sein de l'union) ne dispose d'un mandat l'autorisant à engager une telle réforme.
Citation :
Publié par Elric
Oué enfin les gens ont voté pour Macron comme pour le parti de Scholz. J'ai pas souvenir d'avoir été consulté quant à l'abandon de toute forme de souveraineté par mon pays au profit d'une entité supranationale.
ca tombe bien car "l'abandon de toute forme de souveraineté" personne n'en parle à par les propagateurs de fake news
Citation :
Publié par HuPi
Élections aujourd'hui en Suède.

Face à la montée de l'insécurité et à des débordements lié à l'immigration, l'extrême droite suédoise pourrait devenir le premier parti d'opposition.

Alors que l'insécurité n'était pas un sujet en Suède il y a quelques années, il l'est devenu ces dernières années.





Le Danemark a été confronté au même problème il y a une ou deux élections. La pragmatisme avait permis de régler une partie des problèmes. La gauche danoise avait dû prendre des décisions nécessaires afin de faire reculer l'extrême droite. J'espère pour les Suédois que leurs politiques s'orientent vers le Danemark plutôt que la France.
Élections très serrées en Suède. Le bloc de gauche était légèrement donné gagnant au début de la soirée. Le bloc de droite semble se diriger vers la victoire avec l'extrême droite au plus haut.

Au vu de l'écart très faible. Les résultats définitifs ne seront pas connus avant Mercredi.
La commission lance un appel à taxer les super-profits des entreprises du secteur des énergies fossiles

145062-1663152912-1213.png

Citation :
"Les États membres de l'Union ont déjà investi des milliards d'euros pour aider les ménages vulnérables. Mais nous savons que cela ne suffira pas. C'est pourquoi nous proposons de plafonner les recettes des entreprises qui produisent à faible coût de l'électricité (...) et engrangent des recettes qu'elles n'avaient jamais anticipées ni même imaginées", a-t-elle poursuivi.

"Dans notre économie sociale de marché, les bénéfices sont une bonne chose. Mais en ce moment, il n'est pas juste de réaliser des bénéfices extraordinaires grâce à la guerre et sur le dos des consommateurs. En ce moment, les bénéfices doivent être partagés et redirigés vers ceux qui en ont le plus besoin", a souligné la présidente de la Commission.

(..)

"Et parce que nous vivons une crise des combustibles fossiles, l'industrie des combustibles fossiles a, elle aussi, une responsabilité toute particulière. Les grandes entreprises pétrolières, gazières et charbonnières enregistrent elles aussi d'énormes bénéfices. Elles doivent donc payer une juste part – elles doivent verser une contribution de crise", a-t-elle dit.

https://www.lindependant.fr/2022/09/...s-10543032.php
Je conçois pouvoir être le seul à être impressionné par l'Union Européenne, mais je le suis depuis le début de la guerre russe contre l'Ukraine.

Elle s'est trouvée une unité qu'on lui connaissait peu avant, et a montré sa force plusieurs fois.
Aujourd'hui aussi, Google a été éjecté par la Cour de Justice de l'Union Européenne de son appel à payer 4.1 milliards d'euros pour entrave à la concurrence.

Et ce qu'elle est rapide et réactive : la crise de l'énergie, immense avec les ressources bloquées, les déficits de production, en quelques mois réglé pour l'hiver.
Sérieusement, on a tiré le bon numéro là. Moi, je suis content.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés