L'Agora

[wiki] [Ecologie] Changement climatique lié à l'effet de serre

Répondre
Partager Rechercher
moralité le plus simple serait donc de limiter l'usage de ces saloperies aux cas où vraiment on peut pas faire autrement. Si l'usage de ce genre de produit devient plus anecdotique, on reviendra à une situation plus normal.
Sur les abeilles il est difficile de se faire un avis éclairé je trouve on entend tout et son contraire, et les xp individuelles que j'ai eues sont également très contradictoires.
Par exemple elles sont censées être très sensibles à la pollution mais j'ai une personne dans mon cercle familial qui fait des ruches en pleine ville au japon, à Nagoya, et de l'excellent miel, alors que c'est de la ville bien dense, polluée, avec très peu d'espaces verts... d'un autre coté j'étais en corse à une époque et les apiculteurs te sortent que la radioactivité a tué la moitié de leurs abeilles. Quand un apiculteur corse te dit ça face à face tu y crois mais à postériori, moins.
Bon en plus ce ne sont pas les seuls pollinisateurs. Dans le doute je me dis qu'il faut les favoriser et planter des fleurs mellifères mais je commence à me demander si tout le cirque autour des abeilles n'est pas largement exagéré à cause d'Einstein.

Dernière modification par Don Patricio ; 13/06/2021 à 01h22.
Citation :
Publié par Don Patricio
Sur les abeilles il est difficile de se faire un avis éclairé je trouve on entend tout et son contraire, et les xp individuelles que j'ai eues sont également très contradictoires.
Par exemple elles sont censées être très sensibles à la pollution mais j'ai une personne dans mon cercle familial qui fait des ruches en pleine ville au japon, à Nagoya, et de l'excellent miel, alors que c'est de la ville bien dense, polluée, avec très peu d'espaces verts...
Il est connu que les abeilles vivent bien en ville. Les fleurs des balcons et terrasses sont nombreuses, il y a peu de prédateurs. Et très peu de pesticides.

A l'inverse, en pleine monoculture bourré ras de la gueule des poisons de Bayer & Co, même si elles sont à l'abris du diesel, elles crèvent.
Citation :
Publié par Don Patricio
Sur les abeilles il est difficile de se faire un avis éclairé je trouve on entend tout et son contraire, et les xp individuelles que j'ai eues sont également très contradictoires.
Par exemple elles sont censées être très sensibles à la pollution mais j'ai une personne dans mon cercle familial qui fait des ruches en pleine ville au japon, à Nagoya, et de l'excellent miel, alors que c'est de la ville bien dense, polluée, avec très peu d'espaces verts... d'un autre coté j'étais en corse à une époque et les apiculteurs te sortent que la radioactivité a tué la moitié de leurs abeilles. Quand un apiculteur corse te dit ça face à face tu y crois mais à postériori, moins.
Bon en plus ce ne sont pas les seuls pollinisateurs. Dans le doute je me dis qu'il faut les favoriser et planter des fleurs mellifères mais je commence à me demander si tout le cirque autour des abeilles n'est pas largement exagéré à cause d'Einstein.
Y avait un doc (je retrouve plus le nom... mais j'en ai parlé y a pas longtemps) qui donnait justement l'exemple des abeilles sur le débat scientifique. Et le doc en question laissait clairement entendre qu'en fait l'industrie chimique a tout fait pour détourner l'attention des pesticides néonicotinéïdés sur les autres cause à savoir le varoa ou encore le frelon asiatique alors qu'en réalité le problème viendrait bien principalement des néonicotinéïdés. Seulement voilà les médias sont tombés pied dedans dans le piège et ça fait qu'au lieu que le grand public et les élus s'attaquent à la vraie cause on est parti en guerre sur des causes plus que secondaire.
Au regard de ce qu'on peut observer, j'aurais tendance à croire que le doc a parfaitement raison, y a bien eu manipulation. Résultat les mesures à prendre ne l'ont pas été car le débat scientifique n'était pas officiellement tranché sur les causes.

Dans cette histoire c'est comme avec le changement climatique, on est devant des faits accablant et des évidences, mais toujours avec la même technique de diversion on fait croire que le problème à une autre origine. Et on perd un temps fou à démontrer que c'est vrai ou faux, sans agir bien entendu. Mais bon rien de nouveau cigarette, amiante etc...même combat c'est à chaque fois le même procédé de manipulation.

Et même une fois que l'évidence ne peut plus être nié, on voit comme l'exemple donné par Aloïsius, les mecs te sortent des énormité. Lui veut changer l'orbite de la Terre, y en a d'autres ils veulent envoyer des million/milliard de petit miroir en orbite pour renvoyer une partie des rayons du soleil. Tout ça pour ne rien changé comme si le progrès c'était forcément de vivre avec la pollution et dégradation de l'environnement enfin je devrais dire le saccage.
Oui là dessus on est d'accord mais un autre point autant j'ai aucun mal à croire à la disparition massive d'abeilles, tout comme les papillons et autres insectes mais a-t-on constaté des baisses de fertilité, pollinisation associées, des "catastrophes" liées? J'ai pas trop l'impression. C'est plutôt ce discours catastrophiste qu'on a souvent entendu sur les abeilles qui me parait un peu trompeur, après sur le principe qu'il faille les préserver comme le reste de l'environnement et des espèces (et lutter contre les merdes chimiques qui les détruisent trop massivement) je suis tout à fait d'accord. Mais même si elles étaient pas indispensables à notre propre survie, il faudrait le faire de toute façon comme pour les autres espèces, autant que possible. Quelque part on a rendu plus grave la disparition des abeilles, que celle des nuées de papillons ou de hanetons qui "servent à rien". Mais ce n'est peut être pas vraiment le cas, ni la bonne approche.

Je dis ça parce que des marques par exemple réimplantent des ruches, s'en servent comme argument marketing, et fondamentalement c'est positif, mais d'un autre coté si tu autorises toutes les merdes sauf 2 ou 3 bien ciblées, ça change pas grand chose voire c'est un peu absurde tu vas avoir un monde "mort" mais avec des abeilles implantées plus ou moins de force et maintenues à grands frais, et peut être 1 ou 2 espèces d'oiseaux bien protégées pareil pour maintenir une illusion de nature ... ou les forêts monoculture sans aucune vie, mais on planté des arbres hey ... c'est pas la solution qu'il nous faut.

@aloisus : ok merci bonne explication pour la ville mais du coup l'argument "sensible à la pollution" est pas totalement exact, ça dépend laquelle comme tu dis le diesel ça peut passer.

Dernière modification par Don Patricio ; 13/06/2021 à 02h03.
les effets et conséquences de mauvaises pollinisations ont été très bien expérimentées, expliquées et agrées. C'est tellement conséquent que depuis au moins 20 ans, des apiculteurs aux états unis et en Europe font voyager leurs abeilles sur des milliers de kilomètres. Ce qui est parfaitement anormal et contre économique.
En Californie ça veut dire que la plupart des producteurs d'amandes notamment, ont complètement épuisés leur capital foncier qui doit produire leur revenu. Ca leur coûte des centaines de milliers de dollars, et si ils n'ont pas les abeilles, les amandiers perdent largement 50% de production par arbre.
Le top de l'absurdité c'est qu'ils paient des recherches pour trouver d'autres pollinisateurs pas sensibles aux néonicotines. Qui seront produit en laboratoire de ferme. Pour plus de sécurité. Les bourdons, élevés en ferme et vendu au prix des gemmes sont eux aussi défoncés par les pesticides.

En ce moment d'ailleurs ils ont la sècheresse encore. Et ils font encore pire; au lieu de laisser les amandiers sur pied ils les allongent à coup de pelles mécaniques. Selon le mythe que ça pourrait attirer des parasites. Ils pourraient les tailler, faire des amandiers morts du broyat de paillage, mais rien du tout.

N'importe quel chômeur en formation de caissier à Wallmart ferait aussi bien qu'eux; un chômeur en aciérie a probablement plus de compétences que ces bourrins qui sont sourd comme des pierres.

Dernière modification par Faerune Stormchild ; 13/06/2021 à 02h25.
Citation :
Publié par Thesith
Y avait un doc (je retrouve plus le nom... mais j'en ai parlé y a pas longtemps) qui donnait justement l'exemple des abeilles sur le débat scientifique. Et le doc en question laissait clairement entendre qu'en fait l'industrie chimique a tout fait pour détourner l'attention des pesticides néonicotinéïdés sur les autres cause à savoir le varoa ou encore le frelon asiatique alors qu'en réalité le problème viendrait bien principalement des néonicotinéïdés. Seulement voilà les médias sont tombés pied dedans dans le piège et ça fait qu'au lieu que le grand public et les élus s'attaquent à la vraie cause on est parti en guerre sur des causes plus que secondaire.
Au regard de ce qu'on peut observer, j'aurais tendance à croire que le doc a parfaitement raison, y a bien eu manipulation. Résultat les mesures à prendre ne l'ont pas été car le débat scientifique n'était pas officiellement tranché sur les causes.
La fabrique de l'ignorance, qui est à mon sens un documentaire qu'il faut absolument regarder. Pour les autres : il ne parle pas spécifiquement de cette question, mais de la manière dont des secteurs économiques favorisent la multiplication de recherches scientifiques sur des sujets donnés pour noyer des conclusions issues d'autres recherches scientifiques. Avec les exemples de l'industrie du tabac, des néonicotinoïdes, des perturbateurs endocriniens, etc.
Citation :
Publié par Don Patricio
@aloisus : ok merci bonne explication pour la ville mais du coup l'argument "sensible à la pollution" est pas totalement exact, ça dépend laquelle comme tu dis le diesel ça peut passer.
Ben oui, le consensus c'est que c'est ces saloperies de pesticides et herbicides le problème n°1.

C'est une bonne nouvelle, un peu comme le réchauffement climatique d'origine humaine : ça veut dire qu'on peut y faire quelque chose.

Ya juste un défaut dans le raisonnement : c'est qu'on le fait pas.
Après la farine à Macron, trois personnes ont décidé de jeter une "patate chaude" à Castex, Pompili, Le Maire, Djebbari, et Wargon.
Ces trois personnes ont posé une "petite" plainte pour inaction contre le changement climatique à la Cour de Justice de la République.

https://www.actu-environnement.com/a...res-37731.php4
avec le pdf de la plainte qui fait 60 pages;
https://www.actu-environnement.com/m...climatique.pdf

j'ai aucune idée de l'effet que ça aura, mais c'est intéressant. Ce sujet pourrait aller dans 2 ou 3 rubriques de l'agora, dont celui sur les présidentielles.
Quand je lis les récents articles sur le dernier rapport du GIEC je me dis qu'on échappera pas à une guerre climatique sur fond de géo-ingénierie dans laquelle les plus grandes puissances vont tout faire pour tenter de limiter l'impact du réchauffement climatique sur leur pays.
Je ne pense pas une seule seconde que l'humanité va se réveiller d'un coup et modifier totalement son mode de vie.


Citation :
Dérèglement climatique : l’humanité à l’aube de retombées cataclysmiques, alerte le GIEC
Le projet de rapport rédigé par le GIEC oscille entre un ton apocalyptique et l’espoir offert aux hommes de changer leur destin par des mesures immédiates et drastiques.
Parmi ses conclusions les plus importantes figure un abaissement du seuil au-delà duquel le réchauffement peut être considéré comme acceptable. En signant l’accord de Paris en 2015, le monde s’est engagé à limiter le réchauffement à 2 °C par rapport à l’ère préindustrielle, si possible à 1,5 °C. Désormais, le GIEC estime que dépasser le seuil de 1,5 °C de hausse des températures pourrait déjà entraîner, « progressivement, des conséquences graves, pendant des siècles, et parfois irréversibles ». Et selon l’Organisation météorologique mondiale, la probabilité que ce seuil de 1,5 °C sur une année soit dépassé dès 2025 est déjà de 40 %.
https://www.lemonde.fr/planete/artic...5284_3244.html
Citation :
Publié par Timinou
Quand je lis les récents articles sur le dernier rapport du GIEC je me dis qu'on échappera pas à une guerre climatique sur fond de géo-ingénierie dans laquelle les plus grandes puissances vont tout faire pour tenter de limiter l'impact du réchauffement climatique sur leur pays.
Je ne pense pas une seule seconde que l'humanité va se réveiller d'un coup et modifier totalement son mode de vie.
A côté de ça, la Russie elle, n'attends qu'une chose, profiter de la fonte de la banquise Arctique pour l'ouverture de nouvelles voies maritimes et le dégèle du permafrost pour extraire toujours plus de Gaz sans se soucier des conséquences climatique mondiale.

Comme pas mal d'autres pays d'ailleurs qui ne voient qu'à court termes les conséquences économiques en prime abord.
Citation :
Publié par Jenmir
A côté de ça, la Russie elle, n'attends qu'une chose, profiter de la fonte de la banquise Arctique pour l'ouverture de nouvelles voies maritimes et le dégèle du permafrost pour extraire toujours plus de Gaz sans se soucier des conséquences climatique mondiale.

Comme pas mal d'autres pays d'ailleurs qui ne voient qu'à court termes les conséquences économiques en prime abord.
C'est clair, actuellement on a des pays qui disent qu'ils vont agir mais le font à minima... quand ils le font, des pays qui ne disent rien et des pays qui pensent en tirer des bénéfices.
(Je parle des pays susceptibles d'avoir un impact)
Citation :
Publié par Timinou
Quand je lis les récents articles sur le dernier rapport du GIEC je me dis qu'on échappera pas à une guerre climatique sur fond de géo-ingénierie dans laquelle les plus grandes puissances vont tout faire pour tenter de limiter l'impact du réchauffement climatique sur leur pays.
Je ne pense pas une seule seconde que l'humanité va se réveiller d'un coup et modifier totalement son mode de vie.
Ton point de vue je le partage également. Cela dit, je pense qu'en distillant les bons messages nous pourrons réduire, sur l'échelle du pire, les atrocités que l'on commet. La seule chose qui devrait nous guider est de préserver la civilisation et les paramètres environnementaux qui préside à son développement.

Je me suis résolu à la nécessité de la décroissance et cela implique de réduire nos niveaux de production. Je me suis également résolu à la nécessité de réduire la population mondiale et cela implique un fort contrôle de la natalité. Je me suis enfin résolu à la nécessité de penser en termes de résilience plutôt qu'en termes d'amélioration des conditions individuelles, et cela implique de regarder chaque action dans le temps long d'une situation toujours plus dégradée. Ce sont ces messages que j'essaye de porter parce que je suis aujourd'hui convaincu qu'ils sont les seuls à être porteurs d'espoir pour limiter la destruction de notre environnement.

Choisir et prioriser ses combats, c'est ce que devrait imposer une politique conduite par la raison, et c'est précisément ce qu'échoue à produire les partis qui se réclament de l'écologie comme faux-nez de leur gauchisme tout autant que les autres partis productivistes par essence. Pour moi, il est donc nécessaire de répéter inlassablement les mêmes mots, de revenir sur les mêmes concepts et de rappeler sans cesse qu'aujourd'hui il faut moins raisonner dans un rapport moral (fait de bien, de mal et d'approches subjectives) que dans un rapport de priorité (fait de chiffres et de mesures du potentiel destructif de nos actions).
Citation :
Publié par Lone Bear
Non, du tout.

Si le chat prolifère en Australie c'est parce qu’il a été introduit - par l'Homme - dans un écosystème où il n'a pas de prédateur naturel et vient donc altérer les chaînes trophiques. Le chat n'est pas "adapté".

De même, pour la disparition d'espèces suite à l'introduction et la multiplication des chats, c'est la pression de prédation exercée par un élément extérieur à l'écosystème de ces espèces ou une compétition dans laquelle cette espèce (ici le chat) possède un avantage qui est à l'origine de leur disparition, pas une pseudo non-adaptation à un "nouveau" milieu.

Je passe sur les raccourcis et approximations concernant les mécanismes adaptatifs qui s'approchent plus du finalisme qu'autre chose ici.
Si si on est bien dans un nouveau milieu, avant y'avait pas de chats en Australie, maintenant y'en a, le faune a donc bien changé, c'est factuel.
les espèces locales s'adaptent à ce nouveau milieu ou meurent.
Alors oui le chat a été introduit par l'homme et il a un avantage sur les autres espèces, mais je vois pas en quoi ça contredit ce que je dis, c'est complètement hors sujet.
Citation :
J'ai des amis proches, propriétaires de chat(s), qui ne voient absolument aucun problème à ce que leur petite bête poilue chasse les populations de petits passereaux, de lézards et d'amphibiens du quartier. Quand on sait que les populations de passereaux sont en chute libre en France (avec une baisse d'environ 30% des couples nicheurs sur les 20 dernières années), on pourrait penser que les gens voudraient agir à leur échelle pour remédier à ce problème simple... mais en fait non.
C'est l'homme qui est responsable de la chute de la biodiversité, parce qu'il rase les forêt et accapare tout l'espace pour lui au détriment des autres espèces + la pollution.
C'est pas le chat qui est responsable de la disparition des oiseaux, a partir de la je vois pas l'intérêt de l'empêcher de chasser, le chat est négligeable dans l'histoire.
Mieux vaut agir d'une façon efficace, par exemple planter des arbres, faire moins d'enfants, manger bio, consommer local, acheter d'occasion etc, plutôt que de demander des faire des efforts aux chats, alors qu'ils sont pour rien dans la chute de la biodiversité.
Oui et non les chats tuent beaucoup d'oiseaux mais le manque de niches de vie (disparition des haies, des espaces sauvages, des bois morts etc etc), la réduction des proies et plantes, arbres à baies sauvages, en empêche probablement encore plus de naitre. Je ne pense pas (mais je peux me tromper) que la population de chats ait largement explosé en parallèle de l'extinction accélérée des oiseaux, surtout dans nos campagnes. Mais leur prédation est d'autant plus insoutenable si le stock se renouvelle de moins en moins. Les chats ont une bonne tendance à razzier les nids, alors vus que ceux-ci disposent de moins en moins d'endroits adéquats les chats font effectivement des ravages, mais le problème de base c'est la réduction brutale du nombre d'individus et d'espaces ou nidifier hors d'atteinte, les chats ont toujours chassé les oiseaux (et contrairement à nous ils n'industrialisent pas l'abattage ) et l'équilibre peut se faire même avec notre population de chats assez grande.

Dernière modification par Don Patricio ; 23/06/2021 à 14h08.
Citation :
Publié par Silgar
Tu te trompes.
Y a assez peu de chats à la campagne et pourtant un tiers de la population d'oiseaux spécialisés y a disparu. Donc bon faut arrêter de se cacher derrière son petit doigt, c'est l'activité humaine qui est à l'origine de cette extinction de masse.

https://www.nationalgeographic.fr/an...ythme-alarmant
Citation :
Publié par Silgar
Tu te trompes.

mort-oiseaux-usa-2014.jpg
Il manque la raison principale de la disparition des oiseaux dans ton graphique, que l'homme a rasé touts les arbres.
J'habite à la campagne, et je vois que des champs a pertes de vue (avec quelques morceaux de forêt par ci par là).
Remet des arbres/haies partout, les oiseaux reviendront en masse.
Faudrait aussi arrêter la monoculture et de foutre des tonnes de poison par hectare pour tuer tout, et retuer encore ce qui n'est pas assez mort, en mode "là, ça bouge encore, ahhh !".
A la limite s'ils remettaient des haies et des corridors végétaux, ça serait déjà un premier pas.
La monoculture ça suppose une remise en question de l'ensemble du système, oui ça serait nécessaire peut être mais c'est déjà du très lourd, très long. Forcer les agriculteurs (quitte / en en profitant pour subventionner pour une fois une bonne pratique) à remettre des haies en l'espace de 5/10 ans on pourrait déjà faire des progrès considérables vs l'extinction de la vie animale et insectes. Ca peut se faire très vite, tendre quelques cables mettre des ronces, des fruitiers, des arbustes à baies / mellifères etc ça peut même produire un peu du comestible pour nous humains. Et en plus ça améliore les paysages, la qualité de vie, l'érosion des sols etc.
Pour la monoculture va falloir multiplier les expériences en sol vivant probantes question rentabilité, production avant de convaincre massivement. imo
Après de ce que je vois et entends rien qu'au niveau de l'arrosage donc des besoins en eau on est dans un arrosage quasi quotidien dans l'un et quasi jamais hors sécheresses dans l'autre, avec une forte résistance, des lieux qui restent verts là ou ailleurs c'est tout sec. Pareil niveau travail de main d'oeuvre, très peu d'entretien (en revanche des récoltes "permanentes" c'est compliqué). Le gros problème c'est que c'est pas très adapté à des processus industriels et logistiques comme ceux qu'on a mis en place ... sinon à mon avis c'est viable, mais ça suppose de revoir de fond en comble la distribution aussi.

Je vais souvent en Auvergne ou c'est majoritairement du petit champ avec haies, par rapport aux régions agricoles genre Beauce, Loiret c'est le jour et la nuit question diversité et sentiment de "nature" vivante. Et là bas dans certains coins ils ont commencé à virer les haies, on se rend compte directement en 10 ans que c'est catastrophique.

Dernière modification par Don Patricio ; 23/06/2021 à 14h25.
Les haies bocagères c'est de nouveau en cours de ré-installation.
Mais on est loin de retrouver le volume d'arbres/haies qu'on avait avant. J'ai lu le chiffre y a pas longtemps de mémoire 70% des haies bocagères ou arbres ont disparus des parcelles agricoles depuis 1970.


La surpopulation de chat, le modèle agricole, la pollution, l'effondrement de la biodiversité etc. C'est la même cause racine, nous !
Citation :
Publié par Don Patricio
Pour la monoculture va falloir multiplier les expériences en sol vivant probantes question rentabilité, production avant de convaincre massivement. imo
Le retour sur expérience existe déjà et si tu as l'occasion d'assister à des réunions syndicales ou des sessions d'informations (conf paysanne en fait pas mal), on se rend vite compte d'où le problème émerge :

Toute modification du mode de culture fait courir le risque d'être exclu des différents financements/subventions. Je ne connais aucun agriculteur qui remette en cause la plus value de mode de culture diversifié/'' bio'', là où le blocage apparaît c' est toujours le même '' oui mais 40% de mes revenus c'est de la subvention par rapport aux quotas établit à Bruxelles, je fais comment si je change pour compenser ça ? ''
Et derrière ça, il y a le fait que l'agro-alimentaire fonctionne selon un système absurde où ce sont les distributeurs qui fixent les prix, et non les producteurs.

Tant que tu ne changes pas ça, il n'y a rien à faire. Et ce n'est pas aux agriculteurs qu'il faut parler, mais aux politiques.
Je ne sais pas si toutes ces expériences sont réellement probantes question production "de masse", mais je pense que "globalement" et surtout si on y redirigeait les subventions ça serait viable. Mais il faut continuer à le prouver pour de plus en plus forcer les pratiques à évoluer.

Maiintenant oui faudrait que les politiques se bougent le cul mais tu vas avoir d'une part les paysans non convaincus qui sont des sacrées têtes de lard bien souvent, toute l'agro industrie (secteur très puissant en France), les semenciers, la distribution qui va venir gueuler et faire du chantage à l'emploi. Tu as tous les marchés BIG BUSINESS qui vont te dire "niet, on verra, plus tard". Résultat ça va prendre 50 ans ça sera trop tard.

Je crois plutôt qu'il faut multiplier les actions civiles, que ça soit les producteurs ou les distributeurs, recréer les canaux, ce que font d'ailleurs beaucoup de boîtes et indépendants dans le secteur, mais qui restent faibles par rapport "au système grande distrib" majoritaire. Il faut que ces initiatives continuent de se développer, de se fédérer, de multiplier leurs canaux et marchés. Les politiques et les capitalistes à cigare suivront avec 3 temps de retard et sortiront la grosse artillerie quand ça sera devenu un mouvement inéluctable et puissant. Pour l'instant il faut encore qu'il grossisse.
Perso j'essaie d'imaginer un système "participatif" qui viserait dès qu'une terre agricole se libère à essayer de la "sortir" du mode de production habituel et la faire passer en sol vivant / multiculture, haies etc. Je crois que ça serait possible, mais bon pour l'instant c'est plus de l'ordre du rêve que du concret.
Citation :
Publié par Don Patricio
Je crois plutôt qu'il faut multiplier les actions civiles, que ça soit les producteurs ou les distributeurs, recréer les canaux, ce que font d'ailleurs beaucoup de boîtes et indépendants dans le secteur, mais qui restent faibles par rapport "au système grande distrib" majoritaire. Il faut que ces initiatives continuent de se développer, de se fédérer, de multiplier leurs canaux et marchés. Les politiques et les capitalistes à cigare suivront avec 3 temps de retard et sortiront la grosse artillerie quand ça sera devenu un mouvement inéluctable et puissant. Pour l'instant il faut encore qu'il grossisse.
Perso j'essaie d'imaginer un système "participatif" qui viserait dès qu'une terre agricole se libère à essayer de la "sortir" du mode de production habituel et la faire passer en sol vivant / multiculture, haies etc. Je crois que ça serait possible, mais bon pour l'instant c'est plus de l'ordre du rêve que du concret.
Je te rejoins et je pense qu'il faut faciliter ces initiatives civiles ou les rendre possible, pour qu'elles aient lieux!

Par exemple la politique sur le foncier agricole n'est pas du tout adapté aux jeunes qui veulent se lancer dans le domaine en circuit court. Et ça depuis longtemps.
Alors que la profession est assez âgée.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés