JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 302 (sites) | 653 (forums)Créer un compte
Forums divers
L'Agora
Répondre
Partager Rechercher
Avatar de Twan
Twan
Alpha & Oméga
 
Avatar de Twan
 

La culture (de masse ou pas) et les arts, problématiques contemporaines

Devant ce constat d'un esprit éclairé (?) :

Citation :
Publié par Worstbobo
Pour certains, la culture c'est toujours HS.
... ou plutôt celui qu'il n'y avait pas vraiment sur l'Agora de sujet dédié aux problématiques propres au milieu de la culture, je me suis dit, pourquoi pas en ouvrir un, où puissent être débattus des sujets allant du statut des artistes, à la critique/analyse sur des bases idéologiques ou tentatives d'influencer les représentations culturelles dans un but d'ingénierie sociale, ou même aux modes de financement du système culturel français (ou autre), de manière générale.

Le tout en les abordant sous l'angle "problématiques relatives à la culture", plutôt que dispersé (évidemment ça n'interdit pas de voir les critiques féministes abordées sur le sujet féministe, les attaques religieuses contre des œuvres culturelles sur le sujet laïcité, les questions sociales sur les intermittents évoqués dans diverses discussions sur le droit du travail, le mode de financement du cinéma français sur un certain sujet illustratif du Cercle Taberna* etc..).

* où on aurait pu aussi situer ce sujet, MAIS, vu qu'il touche à beaucoup d'aspects politiques...

Mais bon pourquoi pas essayer de les voir dans l'autre sens pour chercher à en identifier les tendances communes, et évoquer leurs liens avec des questions spécifiques au milieu culturel comme le statut de l'artiste (ou la remise en cause de la vision idéalisée de l'Artiste, démiurge tout puissant et totalement libre de parole, pour lui demander de prendre de plus en plus en compte d'attentes, qu'elles soient celles de son public ou sociales ; ce qui va de pair avec l'affaiblissement de la position de l'Auteur, au cinéma notamment - mais je pense demain aussi dans d'autres arts populaires allant jusqu'à la littérature de genre* -, pour d'avantage reconnaître/prôner un travail collectif allant des scénaristes aux producteurs, sous l'influence entre autre de la nouvelle forme d'art audiovisuel dominant que constituent les séries télévisées).

* on le voit par exemple aux appels à George RR Martin de passer la main dans l'espoir que la saga Asoiaf puisse être finie un jour

Je pense que la quasi totalité des problématiques relatives à la culture, sont en lien avec sa démocratisation et son intégration au système libéral, générant un conflit entre les tenants de la vision classique, élitiste, des arts, et des modernes iconoclastes qui n'ont plus la même révérence de l'artiste, étant d'avantage disposés à envisager les produits culturels comme des travaux collectifs et devant répondre à des exigences extérieures (et ceux qui y participent comme des travailleurs comme les autres).
Ce qui évidemment entraîne chez certains tenant de la vision classique le refus de reconnaître certains produits culturels de masse, dont le mode production relève déjà de cette vision, comme artistiques, etc.. (voir les débats sur le jeu vidéo vu comme art, la séparation faite par beaucoup de critiques entre séries "d'auteur" et le gros des séries télévisées - "David Simon ou Vince Gilligan c'est de l'art, mais le reste.....", etc...).
Après loin de moi l'idée de défendre absolument la vision moderne, qui peut tendre à un gros nivellement par le bas, via de plus en plus d'uniformisation et de "démagogie créative" pour répondre à des impératifs commerciaux (œuvres ciblées pour plaire à un public particulier, fan service, etc... -quoique une partie de l'art élitiste, s'adressant justement aux "élites" capables de reconnaître ses références, pourrait lui même être vu ainsi).

Dernière modification par Twan ; 17/11/2017 à 11h52.
Avatar de Doutrisor
Doutrisor
Alpha & Oméga
 
Avatar de Doutrisor
 
Partir d'un troll pour créer un sujet, fallait oser
Avatar de Twan
Twan
Alpha & Oméga
 
Avatar de Twan
 
Citation :
Publié par Doutrisor
Partir d'un troll pour créer un sujet, fallait oser
... Et pour y développer la problématique d'une mini-flame war entre le susnommé et Aloïsius en plus.

Mais bon c'est un sujet intéressant je trouve.

Puis sur des sujets comme le féminisme, l'antiracisme ou la laïcité la question de la critique politisée de contenus culturels revient souvent, mais sans vraiment s'étendre sur les réactions qu'elle suscite en retour de la sphère culturelle, ou la vision de l'art et des artistes que vouloir qu'ils se conforment à ses exigences implique ou semble impliquer. L'artiste doit il se montrer "responsable" ou juste "s'exprimer", etc... ? L'art justifie t'il des modes de vie "limite" pour trouver l'inspiration ? Ceux qui le financent sont ils en droit d'influencer son message ? La culture de masse doit elle être régulée autrement que "l'Art" au sens des plus élitistes ?

Il y a quand même plein de sujets où le(s) monde(s) culturel(s) et politique(s) ont tendance à être en conflit.
Avatar de Doutrisor
Doutrisor
Alpha & Oméga
 
Avatar de Doutrisor
 
Cela fait très longtemps que l'Art est aussi un commerce. Pourquoi ? Parce que même les artistes doivent manger. C"était encore plus vrai dans l'ancien temps, avant les systèmes de protection social, RMI/RSA...
Avatar de gunchetifs
gunchetifs
Alpha & Oméga
 
Avatar de gunchetifs
 
Ils y avait de généreux mécènes à l'époque qui soutenait financièrement les artistes (l'apogée du mécénat ayant eu lieu pendant la Renaissance italienne) c'était autre chose que le RSA .
Avatar de Egelby tout gentil
Egelby tout gentil [ODJ]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Egelby tout gentil
 
Je trouve que le ministère de la culture ( je crois que seuls les pays soviétiques en avaient un ) est un sacré mécène pour des artistes en recherche de financement, rien que la villa Médicis ...
Avatar de Borh
Borh [JLVdM]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Borh
 
Citation :
Publié par Doutrisor
Cela fait très longtemps que l'Art est aussi un commerce. Pourquoi ? Parce que même les artistes doivent manger. C"était encore plus vrai dans l'ancien temps, avant les systèmes de protection social, RMI/RSA...
Le problème aujourd'hui c'est que les riches ont vraiment des goûts de chiotte.
Frescobaldi
Alpha & Oméga
 
Citation :
Publié par Borh
Le problème aujourd'hui c'est que les riches ont vraiment des goûts de chiotte.
Contrairement aux pauvres ?
Avatar de Aedean
JOL Aedean
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aedean
 
Citation :
Publié par Egelbeth
Je trouve que le ministère de la culture ( je crois que seuls les pays soviétiques en avaient un ) est un sacré mécène pour des artistes en recherche de financement, rien que la villa Médicis ...
Tout comme l'Ecosse, l'Australie, l'Estonie, la Grèce et bien d'autres si ça peut te rassurer. L'URSS n' a pas le duopole avec la France.

Après le problème du petit milieu culturel parisien qui a ses entrées au sein du ministère, c'est autre chose...
Avatar de Borh
Borh [JLVdM]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Borh
 
Citation :
Publié par Frescobaldi
Contrairement aux pauvres ?
HS. Les pauvres ont pas de pognon pour financer l'art.
Pourquoi on a des Paul Mc Carthy et Jeff Koons actuellement plutôt que des Rubens ou des Michel Ange ? Parce que les goûts des riches ont évolué, ils veulent du Koons et du Mc Carthy. Le goût des pauvres j'en sais rien, mais ça change rien de toute façon.
Avatar de Avygael
Avygael
Oracle
 
Avatar de Avygael
 
C'est un peu plus compliqué que cela. Des théoriciens pensent que la photographie et le cinéma ont libérés les artistes de la nécessitée de représenter le réel.

Après j'ai toujours, de mon point vus, préféré les artisans aux artistes. Les artistes sont devenus des rhétoriciens modernes à mes yeux. Et je vous rejoints sur le fait que le marché est devenu purement spéculatif aujourd’hui: 450 millions le Vinci cela commence à chiffrer.

Homme ? Femme ? Jesus ? Vrai ? Faux ? C'est très révélateur sur la société contemporaine.
Miniatures attachées
Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle

Nom : leonardo_da_vinci_or_boltraffio_attrib_salvator_mundi_circa_1500.jpg
Taille : 877x1265
Poids : 782,2 Ko
ID : 289493  

Dernière modification par Avygael ; 18/11/2017 à 20h34.
Avatar de Belzebuk
Belzebuk [SBamb]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Belzebuk
 
J’apprécie beaucoup déambuler dans les rues d'une ville et admirer ces gigantesques bâtiments d'un autre temps. Au delà de l’esthétique intrinsèque au bâtiment, il y a également le fait de savoir que le monument a traversé plusieurs époques, qu'il a une histoire.
Je suis donc régulièrement déçu de voir les nouvelles constructions. En plus d'être moche, elles sont biens souvent de mauvaises qualités.
C'est ça qu'on laissera aux générations futurs ?
Huychi
Ange
 
Citation :
Publié par Belzebuk
C'est ça qu'on laissera aux générations futurs ?
Probablement ruine et désespoir. La plupart des constructions actuelles ne tiendront pas dans le temps.
Avatar de Aloïsius
Aloïsius
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aloïsius
 
Citation :
Publié par Borh
HS. Les pauvres ont pas de pognon pour financer l'art.
Pourquoi on a des Paul Mc Carthy et Jeff Koons actuellement plutôt que des Rubens ou des Michel Ange ? Parce que les goûts des riches ont évolué, ils veulent du Koons et du Mc Carthy. Le goût des pauvres j'en sais rien, mais ça change rien de toute façon.
Je ne sais pas si les riches du 16e siècle utilisait l'art comme un marché spéculatif ou un produit de défiscalisation. Sur ce sujet, j'adhère à 99,9% à la vision de l'art contemporain exprimé, entre autres, par Lepage : si l'art contemporain est si souvent du foutage de gueule, genre des pilules dans un frigo, c'est parce qu'il prétend s'être libéré de toute contingence esthétique et de toute expression d'un sens, car il n'est désormais plus qu'un produit financier sur un marché spéculatif. Un clou planté dans un mur vendu 10 000 €, c'est bien plus proche d'un bitcoin, issu d'un gaspillage hallucinant d'énergie et de matières premières mais produit sans la moindre trace de travail au sens humain du terme, que d'un tableau de Vinci ou Velasquez.

La vente record d'un Vinci illustre du fait la "nécessité" de cet art contemporain bidon : les œuvres de vrais artistes côtés sont bien trop rares pour soutenir un marché financier sur lequel joue des milliers d'ultra-riches. Il faut donc de la merde produite en série, mais validée, garantie par les institutions culturelles (musées nationaux, ministère de la culture).

L'autre raison du caractère merdique d'une large part de l'art contemporain est politique : en prétendant faire disparaître la question de l'esthétique et l'idée de message, en déclarant qu'il n'est désormais question que d'apprécier un dispositif, on évacue toute possibilité de critique. L'art devient intouchable, incriticable. L'artiste validé devient un prophète, un dieu et son oeuvre devient son idole. Ou l'inverse. Et les iconoclastes béotiens qui oseraient dénoncer la supercherie sont donc des fascistes blasphémateurs. C'est rudement pratique : si je dis que Pinault et son copain Arnault investissent dans l'art contemporain pour échapper au fisc et faire du fric, et si j'ajoute que les artistes qui bossent pour eux sont les laquais du capitalisme le plus rapace, grâce à cette religion de l'Art, je peux être déclaré "fasciste" ou "salafiste" ou "stalinien", en tout cas, ennemi de la démocratie et de la liberté d'expression.

Or, si l'Art contemporain n'était pas creux, s'il n'était pas bidon, s'il avait un sens, on pourrait discuter de ce sens. On pourrait débattre de son esthétique. Et ce ne serait pas bon du tout. D'abord parce que même le bas peuple peut apprécier Vivaldi ou Vinci, alors que les gimmicks de l'Art Contemporain font tout pour exclure le plus possible ceux qui n'ont pas les moyens de payer. Ensuite parce que tout débat portant sur autre chose que des taux de profit est mauvais pour les affaires. Imaginez qu'on dise à Pinaut "désolé Boss, votre chien rose de Koons, sa valeur est tombée à rien, c'est juste du papier alu rose bonbon" : ça ne le ferait pas.
Avatar de Mimu
Mimu
 
Avatar de Mimu
 
Histoire connue indispensable: http://gawker.com/cleaning-lady-thro...ist-1527595660
Une femme de ménage jette une "oeuvre d'art" qu'elle a confondu avec des merdes jetées par terre. L'article précise également que ce n'est pas la première fois, en citant des faits similaires en 1999, 2001 et 2004. Je suis sûr que ça a du arriver encore d'autres fois. Je trouve ça hilarant perso.

Pour les plus cyniques: l'article précise que le musée "ne blâme pas la femme de ménage", et j'espère que personne ne s'est fait virer pour ça. À part peut-être celui qui a décidé de l'expo.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

© JeuxOnLine / JOL. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Politique de confidentialité - Utilisation de mes données personnelles - ! Signaler un contenu illicite