JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 645 (sites) | 852 (forums)Créer un compte
Forums divers>La Taverne
Sciences
Répondre
Partager Rechercher
Avatar de Ghainor/Rodrek
Ghainor/Rodrek [LCD]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ghainor/Rodrek
 

Exoplanètologie

Je me décide à ouvrir un sujet sur l’exoplanètologie car je ne doute pas que les actualités concernant ce domaine vont revenir de manière récurrente sur JOL durant les prochaines années. Autant avoir un sujet qui permet de répondre aux questions des joliens ou de centraliser les informations.
Je pense qu’il important de définir et d’expliquer certains concept afin de mieux comprendre ce qu’est une exoplanète.

I) Définition d’une planète
A l’échelle de l’histoire de l’astronomie dont les prémisses ont commencé dans l’antiquité l’exoplanètologie est une discipline récente, apparu il y’a environ 20 ans, quand les progrès de la technologie ont permis de découvrir des objets aussi petit à des distances aussi lointaine. Paradoxalement l’une des conséquences à été que la communauté scientifique a eu besoin de redéfinir la notion de planète car nous avons découvert des types de planètes que nous ne connaissions pas dans le système solaire.
La 1ere étape de ce besoin a été franchi en 2006 lorsque l’UAI (l'Union Astronomique Internationale) a adopté la définition d’une planète dans le système solaire. La définition dit ceci :
1) est en orbite autour du Soleil.
2) a une masse suffisante pour parvenir à un équilibre hydrostatique (une forme presque ronde)
3) a nettoyé le voisinage de son orbite.
En conséquence Pluton a été exclu du rang de « planète » pour passer en « planète naine » car elle n’a pas fait le ménage de son orbite.
Je rappelle que cette définition concerne uniquement les planètes du système solaire. Alors logiquement les exoplanètes suivent plus ou moins les mêmes points avec ceci en plus : L’astre doit avoir une masse inférieure à environ 13 masses joviennes (au-delà de cette masse la fusion du deutérium pourrait débuter et on parlerait alors de naine brune). Ceci est la théorie. En pratique certains astres ont été classés dans les exoplanètes alors qu’ils possèdent une masse de 25 fois Jupiter car ne possédant pas les particularités d’une naine brune
La volonté de vouloir de définir le mot "planète" se complique encore quand on sait qu’il faudrait prendre en compte la méthode de formation de l’astre. L’astronomie récente nous à montrer qu’une planète pouvait évoluer durant son histoire et changer de « statut » (voir plus bas le paragraphe consacré aux types d’exoplanètes).

Comme vous pouvez le voir le projet de définir ce qu’est une planète et/ou exoplanète est devenu un vaste chantier qui commence à peine…


Nomenclature
La nomenclature consiste à comment nommer (donner un nom) aux choses de manière rationnel et rigoureuse. Concernant l’exoplanètologie on peut résumer de la manière suivante : c’est le bordel
Il existe une norme internationale pour nommer les étoiles multiples (Washington Multiplicity Catalog (WMC)) qui fonctionne selon la brillances des étoiles.
Ainsi l’étoile la plus brillante est A, l’étoile suivant est B etc. Les sous-composants attaché à une étoile prennent une lettre minuscule (exemple Aa). La dérivée de cette norme pour les exoplanètes est que la 1ere planète d’un système (la plus proche de son étoile) prend la lettre b (le a étant réservé à l’étoile). La théorie est sympa.
En pratique ce n’est pas aussi simple pour plusieurs raisons :
- Les exoplanètes ne sont pas découvertes en même temps, c’est pour cela que dans un même système stellaire les lettres des planètes ne suivent pas l’ordre alphabétique. Je vous présente le système 55 Cancri et je vous laisse examiner les lettres associées aux planètes :


- Les planètes circumbinaire (qui tourne autour d’un système binaire) posent quelques problèmes. Ce sont des planètes qui ne sont pas en orbite autour d’une étoile, mais de deux étoiles. Des astronomes ont émis l’idée d’utilisée des parenthèses pour la nomenclature. Un exemple avec la planète Kepler 16 b, surnommé Tatooine. (l’orbite rouge autour des deux étoiles)


- De la même façon les astronomes devront trouver une solution pour nommer les planètes en orbites autour de systèmes complexe d’étoiles telle que la planète PH1 (du nom du programme Planet Hunter) qui tourne autour d’un système quadruple (double double). Pour l’instant cette planète porte le nom du programme de détection le temps que l’UAI prenne sa décision.

Le second couple d’étoiles de ce système quadruple est visible en haut à gauche (ce sont les deux étoiles un peu plus grosse).

La science-fiction nous à habitué à avoir des noms de planètes avec des noms propres mais si les dernières estimations sont exactes, à savoir plusieurs centaines de milliards de planètes dans notre galaxie il sera impossible de toutes les nommées « proprement ».
De la même manière certains univers de romans ou de jeux vidéos ont données des systèmes bien classé (etoile – planete a – planete b – planete c – lune c1 – lune c2 etc). Malheureusement ce système est valable uniquement quand tout les composants d’un système ont été découverts, ce qui est très loin d’être notre cas.
Une petite image de Elite 2 pour l’occasion :

Les exolunes :
Et oui... il faut anticiper et savoir comment nous allons appeler les lunes que nous découvrirons en orbites autour des exoplanètes. Il semble probable que la nomenclature se fera sous la forme de chiffres romains.
Si je peux me permettre un avis personnel : quelque chose me dit qu’à l’instar du mot « firewall » l’auto-prédiction jouera un grand rôle dans cette histoire…

Méthode de détections
Comme ce sujet à pour objectif de suivre l’actualité des découvertes en exoplanètologie il est important de comprendre comment ce font les découvertes. Il faut distinguer les notions de détection et d’observation.
La plupart des exoplanètes ont été découvertes de manière indirecte, sans que l’on puisse les observées directement à cause de la lumière de leur étoile. Même si on ne peut pas les voir la détection indirecte permet de recueillir de nombreuses informations et c’est encore mieux si on peut croiser les informations de deux méthodes de détection.

La vitesse radiale
Il s’agit de la méthode ayant permis le plus grand nombre de découverte à ce jour.
Un corps aussi petit qu’une planète exerce une force de gravitation, aussi minime soit elle, sur son étoile. L’étoile va donc osciller autour du centre de masse (ou barycentre).

Cette méthode de détection fonctionne bien pour les planètes massives proche d’une étoile, c’est pour cela que les premières planètes découvertes furent des « Jupiter chauds ». Il faudra attendre encore quelques années pour avoir la précision nécessaire pour découvrir des planètes similaire à la Terre. De plus cette méthode est sensible à l'inclinaison de l'orbite par rapport à l'utilisateur et ne permet de calculer que la masse minimale d'une planète.
Programme utilisant la mesure des vitesses radiales :
HARPS

Le transit
Le transit consiste à surveiller la lumière émise par l’étoile. Si il y’a des changements de luminosité périodique alors on peut supposer qu’il y’a une planète qui passe devant l’étoile et nous cache une partie de la lumière (il y’a aussi le cas des étoiles variables mais c’est encore autre chose). Cette méthode à permis la détection de corps assez petit. Par contre cela nécessite que l’orbite de la planète soit alignée avec la Terre.

Il existe aussi la méthode du transit secondaire à savoir quand la planète est derrière l’étoile nous pouvons capter de la lumière provenant de son hémisphère éclairée. L’informatique permet de soustraire la lumière de l’étoile afin de récupérer des informations.
La méthode par transit permet, avec des instruments précis, de récupérer des informations sur l’atmosphère d’une planète.
Programme utilisant la mesure des vitesses radiales :
Kepler, Corot

Astrométrie
L’astrométrie consiste à surveiller le déplacement d’une étoile sur la voute céleste, si elle est accompagnés d’une ou de plusieurs planètes sont déplacement sera perturbée. Bien que l’astrométrie est l’une des première discipline astronomique de l’histoire cette méthode n’a pas donne beaucoup de résultat concernant l’exoplanetologie. La raison est la nécessité d’avoir une très grande précision pour faire les mesures.
Il y’a eu VB10b qui aurai été découverte par cette méthode mais on ne retrouve pas trace de cette planète via d’autres méthode de détection, elle est donc non confirmée.


Microlentille gravitationnelle
La détection par effet de microlentille gravitationnelle nécessite qu’un objet stellaire (une étoile, une planète) passe devant une étoile situé loin derrière. La lumière de l’étoile distante va être amplifié comme dans une lentille et selon la courbe de luminosité on pourra déduire certaines choses de l’astre qui est passé devant. Cette méthode est utilisée pour la détection de planètes errantes, sans attache gravitationnelle à une étoile.


Imagerie directe
Le développement technologique permet maintenant de “voir” des exoplanètes sous certaines conditions. Cependant il s’agit surtout de prise de vue en infrarouge ou en onde radio et plus rarement dans le spectre de la lumière visible à nos yeux.

Type d’exoplanètes
Pendant plusieurs siècles les astronomes avait comme seule référence les planètes de notre système solaire. A savoir de petites planètes telluriques (Mercure, Venus, Terre et Mars) ou les géantes gazeuses (Jupiter, Saturne etc). Depuis l’avènement de l’exoplanètologie la gamme de planète s’est beaucoup étendue et à surpris tout le monde, y compris les auteurs de science-fiction. Nous pourrons voir que dans certains cas la définition de « planète » n’est pas évidente.

Les planètes telluriques
Les planètes telluriques sont composées en majorité de roche (silicate) et de métaux. Selon la proportion de l’un et de l’autre on parlera de planètes silicate (la Terre) ou planète métallique (Mercure).
Avec l’exoplanètelogie nous avons peut être découvert l’existence d’autres formes de planète tellurique :
- Planète carboné (possiblement Cancri 55 e ) : Elles seraient composé de carbure métallique et de carbone libre sous forme de graphite. Une hypothèse, particulièrement reprit par la presse, indique que selon la masse et le diamètre de la planète une couche de diamant est possible. A l'heure actuel nous avons aucune preuve permettant de certifier cette hypothèse. En présence d’eau rien ne s’oppose à l’apparition de la vie sous la forme que nous lui connaissons.

- Planète océan (GJ 1214 b) : Entièrement recouverte d’une couche d’eau d’une épaisseur de plusieurs centaines de kilomètres. On reviendra plus bas sur le cas de GJ 1214 b car elle est plus extrême qu’une planète water-world.
- Super-terre (Gliese 581 d) : le terme est assez impropre car il n’indique rien d’autre que la taille. Il s’agit de planète tellurique sensiblement plus grosse que notre planète. A l’heure actuelle on ignore la taille et la masse maximale d’une planète tellurique.

Les planètes gazeuses
Les planètes gazeuses sont des corps principalement composé de gaz avec un petit noyau solide. Dans le système solaire elles sont loin de notre soleil, mais il apparaît que ce n’est pas forcément le cas ailleurs.
- Pégaside (jupiter chaud) : Il s’agit de géante gazeuse tres proche de l’étoile, à moins de 0.5 UA.
- Puffy planet (planete enflée) : il s’agit de géante gazeuse tellement proche du soleil que l’atmosphère surchauffé voie son volume augmenté.

Les planètes exotiques
- Les planètes chthonienne : Prenez une planète gazeuse trop proche de son étoile : en quelques millions d’années sont atmosphère gazeuse est soufflée. Il ne reste plus que le cœur rocheux de l’astre. Autant dire que la composition d’un cœur surchauffé de géante gazeuse est plus ou moins inconnue.
- La (les ?) planètes en diamants : Dans le cas des planètes en diamant on peut penser aux planètes carbonées décrites plus haut mais un autre cas peut se présenter : Prenez deux étoiles en orbite proche l’une de l’autre. Les deux étoiles meurent en laissant derrière elles deux résidus : une naine blanche et un pulsar. Si les deux cadavres sont assez proches le pulsar va absorber la couche supérieure de la naine blanche jusqu'à ce que la masse de cette dernière atteigne des valeurs planétaires. Nous voila avec une « planète » anciennement étoile probablement composé de matière dégénérée. Cette "planète" se nomme PSR J1719-1438 b.
- Les planètes possédant des caractéristiques physiques extrêmes : Sur Terre nous connaissons les états de la matière suivant : solide, liquide et gazeux. Mais sous des conditions extrêmes d’autres états peuvent exister. Ainsi GJ 1214 b est certes une planète océan mais surchauffé et sous forte pression. Il est probable que son océan planétaire soit un océan « supercritique » à savoir ni liquide ni gazeux mais entre les deux.


Les « records » à l’heure actuelle
- Planète la plus petite : Kepler 37b (diamètre 3900km)
- Planète en train de disparaître par absorption : Wasp 12 b. Elle est si proche de son étoile qu’elle à probablement une forme ovale et que sa matiere est absorbé par son étoile, dans 10 millions d’années elle aura disparu.

- Planète dont l’atmosphère est soufflé par l’étoile : HD 209458 b. Il s’agit d’une géante gazeuse proche de son étoile : elle n’est pas assez proche pour que son atmosphère soit attiré par la gravité, mais suffisamment pour que le vent stellaire souffle l’atmosphère. Dans quelques millions d’année ce sera une planète chthonienne.

Planète la moins dense : HAT-P – 1b. Avec 25% de densité de l’eau elle est aussi dense que le liège.
Planète la plus chaude : Kepler 10b. Avec 2500 °C en surface, elle est composé de métaux en fusion et probablement d’une atmosphère de silicate.

L’avenir
De futurs instruments astronomiques sont prometteurs dans la chasse aux exoplanètes.
- Le télescope James Webb : il s’agit du successeur de Hubble mais spécialisé dans l’observation infrarouge. Il sera beaucoup plus puissant que son prédécesseur. Il devrait être lancé par une Ariane 5 en 2018.
- E-ELT (Europen - Extremely Large Telescope) : Comme son nom l’indique il s’agit d’un télescope équipé d’un miroir segmenté d’un diamètre de 39m (le record actuel est un peu plus de 10m). En théorie ce télescope pourra voir des planètes comparables à la Terre à des distances de plusieurs d’années lumières. Il pourra également analyser l’atmosphère des exoplanètes. Date de mise en service : 2021-2022
- ALMA (Atacama Large Millimeter Array) : il s’agit d’un télescope qui étude les ondes radios (des émissions à basse énergie) qui permettant d'étudier les gaz et les poussières. Bien que l’observatoire ne soit pas terminé (33 antennes sur les 66 de prévu) il à permis de faire des observations intéressantes sur la naissances des exoplanètes avec cette image :

Les planètes ne sont pas encore visible car elle sont en train de naitre mais on peut distinguer les écoulements de matieres nécessaire à leurs créations. ALMA sera terminé en 2013 ou 2014.

Source
Wikipedia
Ciel et Espace
Futura Science
Mesure radiale : http://astro.u-strasbg.fr/goutelas/g...p02-bouchy.pdf
Planète de carbone : http://arxiv.org/abs/astro-ph/0504214

Dernière modification par Ghainor/Rodrek ; 26/02/2013 à 18h41. Motif: Relecture
Avatar de Saink
Saink
Alpha & Oméga
 
Avatar de Saink
 
Très sympa a lire, Merci!
Ca laisse rêveur...
Avatar de Deathlight
Deathlight
 
Avatar de Deathlight
 
J'ai pas reçu ton mp, mais merci de l'avoir mit au propre ça pourra documenter pas mal de rêver.
Avatar de Draith
Draith
Alpha & Oméga
 
Avatar de Draith
 
Très intéressant!
Je trouve ça dommage qu'ils se cassent tant la tête que ça pour les noms des planètes (enfin, c'est évidemment nécessaire) alors que si ils donnaient des noms inventés ce serait trop cool. Comme ton exemple avec la planète avec deux soleils que l'on surnomme "Tatooine", c'est trop bien

Et vu que tu as l'air de vraiment t'y connaitre (c'est même certainement ton métier non?), et que le nom d'exoplanète m'évoque instantanément ça: c'est possible d'identifier formellement des planètes pouvant abriter la vie ou c'est plus du "on pense que c'est éventuellement possible que..."?

Franchement, astrophysicien c'est un métier que j'aurais adoré faire, je trouve ça fantastique de découvrir de nouvelles planètes, de nouvelles étoiles et d'alimenter tant les rêveries.
Avatar de Deathlight
Deathlight
 
Avatar de Deathlight
 
Citation :
Publié par Draith
Et vu que tu as l'air de vraiment t'y connaitre (c'est même certainement ton métier non?), et que le nom d'exoplanète m'évoque instantanément ça: c'est possible d'identifier formellement des planètes pouvant abriter la vie ou c'est plus du "on pense que c'est éventuellement possible que..."?.
Disons que c'est un peu compliqué, déjà il faut savoir si elle a une atmosphère, ensuite on peut étudier la composition de son atmosphère notamment par spectrophotométrie (étude de la composition de la lumière émise par la planète lorsque elle passe entre son étoile et notre telescope/satellite) et encore là, on ne connait que la grossière composition de l'atmosphère (plus c'est loin plus c'est dur évidemment d'avoir une composition précise)

A partir de là tu sais ce que l'atmosphère possède, si il y a ou non les éléments qui permettent de reproduire notre modèle de vie que l'on a sur Terre, mais il y a une marge d'erreur. Et comme on n'est pas capable encore de détecter un autre modèle de vie que le notre, on peut aussi dire que sur une exoP il n'y a pas de vie alors qu'il pourrait y en avoir.

@ Draith : Sur le papier ça fait rêver, mais je t'assure, la plus part des images que tu vois sont des images d'artiste (qui sont à foison sur le net) et généralement tu ne vois rien du tout à part des calculs et des calculs et des fichiers excel, après il faut aimer, mais c'est fascinant même la tête fixé sur un écran pour analyser des calculs potentiellement intéressant (cad qui peuvent mener à une découverte)
Avatar de Yortsed
Yortsed
Alpha & Oméga
 
Avatar de Yortsed
 
Sujet passionnant.

L'avenir de l'homme en quelques sorte
Avatar de Ghainor/Rodrek
Ghainor/Rodrek [LCD]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ghainor/Rodrek
 
Citation :
Publié par Deathlight
J'ai pas reçu ton mp, mais merci de l'avoir mit au propre ça pourra documenter pas mal de rêver.
Je t'avais envoyé un mp en décembre tu ne l'a pas reçu ?
De toute façon je prends toutes les doc

Citation :
Et vu que tu as l'air de vraiment t'y connaitre (c'est même certainement ton métier non?), et que le nom d'exoplanète m'évoque instantanément ça: c'est possible d'identifier formellement des planètes pouvant abriter la vie ou c'est plus du "on pense que c'est éventuellement possible que..."?
Ce n'est pas mon métier, je ne suis qu'amateur car j'ai toujours eu trop mal avec les math
Je crois que des joliens bosse dans le milieu comme Septimus et peut être Deathlight.

Sinon pour répondre à ta question et comme le dit Deathlight est il est trop difficile de certifier qu'une planète puisse abriter la vie. Avec nos moyens actuels la seule chose que les astronomes peuvent dire c'est qu'une planète est dans la "zone habitable". Le terme de zone habitable ne veut dire qu'une seule chose : que de l'eau liquide est potentiellement possible.
Et nous somme très loin de pouvoir affirmer que l'eau liquide est synonyme de vie.
Avatar de Elivagar
Elivagar
Alpha & Oméga
 
Avatar de Elivagar
 
Citation :
Publié par Yortsed
Sujet passionnant.

L'avenir de l'homme en quelques sorte
Oui enfin le système solaire le plus proche est à 4 années lumière, c'est à dire 4 années de voyage à la vitesse de la lumière, il faut compter un peu plus avec l'accélération et la décélération. Malheureusement ce système ne possède pas d'exoplanète.
Le système ensuite le plus proche est à 20 années lumière, mais qui n'a pas forcément de planète qui puisse maintenir la vie..
Commençons par dompter notre système solaire, laissons la science faire quelques avancés avant de se projeter plus loin.
Avatar de Deathlight
Deathlight
 
Avatar de Deathlight
 
Citation :
Publié par Ghainor/Rodrek
Je t'avais envoyé un mp en décembre tu ne l'a pas reçu ?
De toute façon je prends toutes les doc
EDIT. Bon je sais sur quoi je vais passer ma soirée je ne te remercie pas, je pourrais te préparer un truc sur la spectro en plus ça ne me dérange pas, j'aurais bien upload mes sources mais c'est des centaines de pages en vrac x)

Citation :
Publié par Ghainor/Rodrek
Ce n'est pas mon métier, je ne suis qu'amateur car j'ai toujours eu trop mal avec les math
Je crois que des joliens bosse dans le milieu comme Septimus et peut être Deathlight.

Sinon pour répondre à ta question et comme le dit Deathlight est il est trop difficile de certifier qu'une planète puisse abriter la vie. Avec nos moyens actuels la seule chose que les astronomes peuvent dire c'est qu'une planète est dans la "zone habitable". Le terme de zone habitable ne veut dire qu'une seule chose : que de l'eau liquide est potentiellement possible.
Et nous somme très loin de pouvoir affirmer que l'eau liquide est synonyme de vie.
Je suis tout comme toi amateur, mes études s'y prêtaient, mais j'ai décidé d'arrêrze non pas par manque de compétence (2nd de ma promo quand même ) mais plutôt par une envie de voir autre chose et surtout de conserver l'amour que j'ai pour l'astro que je cultive depuis tout petit, alors c'est vrai que parfois je m'ennuie avec mes amis mais parfois c'est un plaisir d'expliquer l'horizon d'un trou noir et de sortir en catimini le calcule de la dilatation du temps au niveau des trous noirs.

Je pense qu'on aura fait un grand bon en 2020 (bon il faudra attendre le temps de la mission pour atteindre la zone de Jupiter soit ... 2025) mais avec JEO/JGO, j'espère que ce sera fructueux sur nos recherches sur différents modèles de vie possible.

Pour revenir au wiki, dans les différents méthodes, la vitesse radiale est bonne comme mauvaise si jamais l'étoile est trop grande et la planète trop petite et trop éloignée, on ne pourra pas la déceler de cette façon, du coup ça rajoute un peu de challenge.

J'upload un petit truc tout mignon pour attirer les collégiens vers cette voix (il y a le corrigé mais ne le regardez pas) :

TheEarthLikePlanetGliese581a.pdf

P.S. J'ajouterais qu'un gros soucis de la spectrophotométrie est le paramètre de la température qui est bien souvent inconnu et ne se base souvent que sur des estimations, bien qu'on puisse le déduire des conditions d'excitation/d'ionisation ça reste assez dur à être en dehors de simple "estimation" encore à l'heure actuelle.

Dernière modification par Deathlight ; 26/02/2013 à 02h20.
Avatar de Ghainor/Rodrek
Ghainor/Rodrek [LCD]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ghainor/Rodrek
 
Citation :
Publié par Deathlight
Je vais faire le tri entre mes documents français/russe et anglais mais là j'ai pas mal de taff.

EDIT. Bon je sais sur quoi je vais passer ma soirée je ne te remercie pas, je pourrais te préparer un truc sur la spectro en plus ça ne me dérange pas, j'aurais bien upload mes sources mais c'est des centaines de pages en vrac x)
Ce n'est pas urgent.
Je n'avais pas pensé à faire de ce sujet un wiki mais cela ne serai peut être pas plus mal.

Citation :
Publié par Deathlight
Je pense qu'on aura fait un grand bon en 2020 (bon il faudra attendre le temps de la mission pour atteindre la zone de Jupiter soit ... 2025) mais avec JEO/JGO, j'espère que ce sera fructueux sur nos recherches sur différents modèles de vie possible.
J'ai deux prochains sujets de prévu dans un lointain avenir :
- New Horizon (mais j'ai 3 ans pour le rédiger )
- Juice (anciennement JEO/JGO) (A dans 20 ans !)

Dernière modification par Ghainor/Rodrek ; 25/02/2013 à 23h09.
Avatar de Elivagar
Elivagar
Alpha & Oméga
 
Avatar de Elivagar
 
Sur un sujet connexe afin de se donner une idée des distances :
http://www.youtube.com/watch?v=17jymDn0W6U
Compte #96347
Invité
 
Dsl je réponds juste pour pas perdre trace du sujet.

Keep it upped c'est cool.
Avatar de The Londonian
The Londonian
Alpha & Oméga
 
Avatar de The Londonian
 
C'est quand même fou de pouvoir avoir des informations aussi précises sur des planètes aussi lointaines, cette partie n'arrêtera jamais de m’émerveiller.

Et j'envie pas ceux plongés dans leurs amas de données pour trouver quelque chose dedans
Avatar de Aloïsius
Aloïsius
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aloïsius
 
Citation :
Publié par The Londonian
Et j'envie pas ceux plongés dans leurs amas de données pour trouver quelque chose dedans
Moi, si, justement parce qu'ils peuvent trouver un truc. Pour le commun des mortels, ça ressemblera à une infâme bouillie de 0 et 1 ou quelque chose dans ce genre, mais pour ceux dont c'est le métier, ce sera nettement plus parlant.
Imaginez l'excitation de l'astronome qui trouvera la signature d'une planète terrestre dans la zone habitable avec de l'O2 dans son atmosphère...
Avatar de Septimus
Septimus
Alpha & Oméga
 
Avatar de Septimus
 
Bonne présentation sur laquelle je n'ai pas grand chose à redire. On dirait presque un article de Ciel et Espace (no taunt intended) ^^

Plusieurs remarques toutefois:
- historiquement, la première découverte d'une "planète" remonte à 1992 avec la découverte de "trucs" (j'appelle ça truc parce que l'environnement est très différent d'une étoile normale) autour de deux pulsars. La découverte a été faite en utilisant la datation précise du pulse et en comparant les accélérations/ralentissement de ce pulse on a déduit l'existence de corps autour du-dit pulsar. Comment le truc a pu survivre à la supernova précédent le pulsar, ou si la planète s'est reformé ensuite, on ne le sait pas encore.
- la méthode de la vitesse radiale a donné beaucoup de résultats dans la décade précédente. On lui doit la majorité des centaines de détections avant 2010. Toutefois, elle favorise la détection des "Jupiters chauds" et a peu de chance de découvrir des Terres avant encore quelques années. Autre chose, elle souffre d'une incertitude de base, qui est que la masse de la planète n'est connu qu'à un terme près. Ce , c'est l'angle d'inclinaison de l'orbite de la planète par rapport à l'observateur. Si vous vous rappelez vos cours de math (3e non ? ou seconde ? ), un sinus varie entre 0 et 1, et donc la masse donnée pour les planètes découvertes via la méthode de la vitesse radiale est la masse minimale fonction de cette inclinaison. Alors quand je vois "on a trouvé une planète avec une masse égale à la terre", je me rappelle toujours qu'il y a un facteur 2 statistiquement, et qu'on peut facilement aller au facteur 10...
- ensuite, la définition de "zone d'habitabilité" est relativement souple et ne devrait pas être pris par le grand public comme "oh cool, y a de l'eau là bas donc la vie". C'est un concept qui englobe plusieurs choses, mais il manque encore beaucoup pour franchir l'étape de la vie, voire même de l'eau. La définition, c'est : "zone dans laquelle une planète tellurique comparable à la terre pourrait soutenir de l'eau liquide à sa surface grâce une présence d'atmosphère raisonnable". Moins sexy vu comme ça.
-ALMA est plus ou moins opérationnel, mais ne pourra pas détecter de planètes proches (je parle de 100 fois la distance de la terre au soleil). Les ondes radios, c'est plus pour les gaz et les poussières que pour les planètes en soi.
-dernier truc, et je l'avais dit sur un autre thread, on n'a aucune preuve que la "planète de diamant" est bel est bien en diamant. C'est une hypothèse (qui se défend et se discute) seulement basée sur la masse et le diamètre de la planète. Ce qui fait un peu court pour en déduire précisément sa composition interne (déjà qu'on a du mal pour la Terre...)
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

© JeuxOnLine / JOL. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Politique de confidentialité - Utilisation de mes données personnelles - ! Signaler un contenu illicite