JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 283 (sites) | 485 (forums)Créer un compte
Forums divers
L'Agora
Répondre
Partager Rechercher
Ce message est en mode wiki. Tous les comptes de plus de 30 jours avec plus de 30 messages peuvent le modifier.

L'enseignement supérieur et la recherche

Ce wiki a pour but de présenter les différents réformes de l'enseignement supérieur et sur la recherche. Il fera aussi office d'analyse des conditions étudiantes (logement, financement, travail, etc.)

Les réformes de l'enseignement supérieur et de la recherche (1999-2008)




1999-2000 : Déclaration de Bologne et Stratégie de Lisbonne


Le 19 juin 1999, à Bologne, les 29 ministres européens de l'éducation signaient la Déclaration conjointe sur l'espace européen d'enseignement supérieur dans laquelle était annoncé le principe d'une « Europe de la connaissance et de la culture ».
Cette Europe ne serait que possible qu'en harmonisant le système d'enseignement au moyen du LMD (Licence, Master, Doctorat) et des crédits européens (ECTS). C'est le départ du « processus de Bologne ».
Moins d'un an plus tard, la réforme prend un tour radicalement différent : en mars 2000, le Conseil Européen de Lisbonne fixait l'objectif de « devenir d'ici à 2010 l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d'une croissance économique durable accompagnée d'une amélioration quantitative et qualitative de l'emploi et d'une plus grande cohésion sociale »

Sources en anglais: http://ec.europa.eu/archives/growthandjobs_2009/
Sources en français: http://www.touteleurope.eu/fr/action...roduction.html

2003: Mise en place du Système LMD (Licence, Master, Doctorat) et ECTS (European Credits Transfer System)


En France, les cours deviennent semestrialisés et se transforment en « unité d'enseignement » (UE) auxquelles sont attribués un nombre de « crédit ECTS ». Ce système doit permettre aux étudiants de circuler plus facilement en Europe et d'éliminer les problèmes d'équivalence entre diplômes.
On supprime ainsi le DEUG (bac+ 2) et la Maîtrise (bac + 4) mais on conserve la sélection entre le M1 et le M2.


2006 : Le pacte pour le recherche



[à modifier]


2007 : La LRU (Libertés et Responsabilités des Universités)


La LRU est la loi permettant l'autonomie des universités.
Dans les faits, elle renforce les pouvoirs du président et du Conseil d'Administration (contrôle du budget, de l'embauche, des primes, de l'intéressement, des emprunts, prises de participations, créations de filiales, etc.). Dans les différentes conseils elle fait entrer des représentants du monde de l'entreprise, un « acteur du monde économique et social » et des élus locaux, au détriment de la démocratie universitaire: le nombre de représentants élus par les enseignements, administratifs et étudiants est réduit de moitié.
D'autre part, cette loin permet la création de « fondations » universitaires chargées de trouver les fonds nécessaires au fonctionnement de l'université. Les universitaires sont contraintes de recourir aux financements privés des entreprises. Parallèlement, l'autonomie financière gagnée par les universitaire s'accompagne d'un renforcement du contrôle d'État dans l'attribution et l'usage des crédits, qui se raréfient.

Cette réorganisation de l'université s'accompagne aussi d'une présélection des lycéens sur base de leur dossier scolaire. L'orientation des lycéens dépendra de l'avis d'un conseiller d'orientation ou d'un psychologue.

Les enseignants ne sont plus recrutés par leurs pairs mais par un « comité de sélection » dont la constitution dépendra entièrement de la décision du Président de l'université.

Les réformes de l'enseignement supérieur et de la recherche (2008-2011)


Le « Plan Campus »


Financé à hauteur de 5 milliards d'euros (dont 3 issues de la privatisation d'une partie d'EDF), le « Plan Campus » vise à créer 10 « pôles d'excellence » de renommée internationale. Les universités qui ne feront pas partie de ces pôles n'auront rien et seront confinées dans un rôle subalterne de formations courtes.

Le « Plan Réussite Licence »


Censé combattre l'échec scolaire, ce plan rajoute des cours dits « fondamentaux » (informatiques, bases juridiques, etc.) qui n'ont pas forcément beaucoup de rapport avec la formation universitaire initialement choisie. Les études ne commencent donc réellement qu'en deuxième année.

De plus, le PRL prévoit de moduler le financement des universités en fonction du taux de réussite des étudiants et de leur insertion professionnelle.

La «mastérisation des concours»


[à modifier]


Création du «contrat doctoral unique»


[à modifier]


Réforme du statut des enseignants-chercheurs


Un décret d'application de la loi LRU modifie celui de juin 1985 régissant le statut d'enseignant-chercheur. Il prévoit que les présidents d'universités modulent les heures d'enseignements. Si les enseignants ne publient plus assez, ils verront leurs heures d'enseignement augmenter.

2009-2010: Application du « LMD 2 »


Quatre après le LMD 1, une nouvelle monture est mise en place.

En L1, les étudiants n'auront plus le droit de choisir une seule discipline mais devront choisir obligatoirement des « socles de matières » (exemple : sociologie/psychologie/philosophie). Ils ne pourront se spécialiser qu'en deuxième année.

2011: Le plan réussite en Licence 2.


Ce plan vient compléter le premier volet et le LMD2. En effet, il prévoit l’élaboration, en partenariat avec l’APEC et le MEDEF, d’un « Guide de compétences » et la mise en place progressive du contrôle continu intégral au 1er et 2ème semestre dans toutes les formations.

2011: L'arrêté Licence


L'arrêté licence, publié lors de l'été 2011 se situe dans la droite ligne de la loi LRU. Concrètement, cet arrêté jette les bases d'une réforme assez profonde de la licence avec comme modifications majeures : la généralisation des stages obligatoires à la fac, le minimum de 20h de cours par semaine (sans recrutements et aides pour les étudiants salariés), la compensation des notes semestrielles, l'évaluation du diplôme de licence à travers des compétences et non plus des connaissances, l'attribution (par le biais des Initiatives D'EXcellence) de l'argent en fonction de la "rentabilité d'une filière", un nouveau calendrier universitaire qui met les rattrapages en juin et des diplômes de licence de différente qualité au sein d'une même filière. Ces modifications majeures seront mises en place dès la rentrée 2012.

La recherche en France


[à modifier et à compléter]

Les conditions de vie étudiante


[à modifier et à compléter]
Dernières modifications :
(Voir) 09/12/2011 02:45:12 : Quito (ajout de l'arrêté licence)
(Voir) (Comparer)08/12/2011 23:40:37 : Carminae ((restructuration des titres))
(Voir) (Comparer)08/12/2011 23:25:16 : Carminae ((Mise en forme bis))
Avatar de Carminae
Carminae [IM]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Carminae
 
Il y a pleins de trucs à modifier. Je le ferai si j'ai moins la flemme.

Le débat pourra se faire ici autour des réformes et des conditions de vie étudiante.
Avatar de Mothra
Mothra
 
Avatar de Mothra
 
LRU: les universites sont proches de la faillite.
Support a la recherche: 2 positions ouvertes au CNRS cette campagne de recrutement...
Avatar de Carminae
Carminae [IM]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Carminae
 
Citation :
Publié par Mothra
LRU: les universites sont proches de la faillite.
Support a la recherche: 2 positions ouvertes au CNRS cette campagne de recrutement...
Oui les universités sont proches de la faillite. Certains sont replacées sous tutelle de l'Etat.

Un exemple ici avec Pau et Bretagne-Sud : http://www.educpros.fr/detail-articl...-d-alarme.html
Avatar de Hipparchia
Hipparchia
Alpha & Oméga
 
Avatar de Hipparchia
 
Je ne sais pas si c'est lié ou si c'est juste une tradition. Ma cousine vient d'être Docteur... Elle part en Hollande travailler, et tous les gens de sa promo idem (Allemagne ou en hollande).
Ce qu'elle me racontait des conditions de travail à Jussieu me semblait assez Folklo.
En fait je crois qu'en France il y a vraiment une excellence scientifique, parce que les gens arrivent à travailler avec pas grand chose

Ca risque de ne pas durer.
Avatar de Tzioup
Tzioup
Alpha & Oméga
 
Avatar de Tzioup
 
Et en attendant l'état finance des boîtes privées pour faire de la R&D en Roumanie (salut crédit impôt recherche), alors que le CNRS et autres universités publiques crèvent la gueule ouverte pour s'acheter des stylos. Et ouais mec, c'est ça l'efficience du privé.
Avatar de Visionmaster
Visionmaster
Alpha & Oméga
 
Avatar de Visionmaster
 
Il se murmure très fortement qu'il n'y aura aucune nomination d'universitaires titulaires en médecine l'année prochaine, à l'exception des spécialités de biologie médicale. Tous les professeurs qui partent à la retraite ne seront pas remplacés et verront leur poste supprimé, et bien sûr aucune création. Dans le même temps, X. Bertrand annonce une nouvelle augmentation du Numerus Clausus.

Cette augmentation serait vraiment une bonne chose pour la démographie médicale, mais j'ai peur qu'à force d'avoir des effectifs constants ou en diminution et de plus en plus de gens à former, la qualité de la formation s'en ressente. Enfin, j'ai peur, c'est même probablement certain. Des internes de chirurgie qui n'opèrent qu'une journée par semaine (soit 3/4 opérations maxi), ça devient banal. Des externes qui ne viennent en stage qu'un 1 jour sur 2 idem. Forcément, l'autre jour, leur "patient" assigné est déjà pris en charge par un autre externe. 2 étudiants pour 1 patient. A mon époque, c'était un rapport inverse de 5 à 10 pour 1... Dans ma fac, les cours de PCEM 1 sont donnés dans un amphi, retransmis en simultané dans 3 autres par vidéo et mis en ligne le jour même pour favoriser le travail à la maison des étudiants (après s'être battus pendant des années pour que les étudiants daignent venir en cours).

Et bien évidemment, je ne parlerai que peu de la blague "médecine générale", avec le Président de la République qui promet solennellement que tous les étudiants devront y faire un stage, mais qui ne donne aucun moyen supplémentaire pour recruter des maîtres de stage (actuellement, dans les meilleures facs, c'est à peine 1/3 du coup) et encore plus marrant avec un engagement dans la loi HPST de 2009 qui dit texto :
Citation :
A compter de la rentrée universitaire 2009-2010 et pendant quatre ans, le nombre annuel d'emplois créés dans chacune des catégories suivantes ne peut être inférieur à :
1° Vingt pour les professeurs des universités de médecine générale ;
2° Trente pour les maîtres de conférences des universités de médecine générale ;
3° Cinquante pour les chefs de clinique des universités de médecine générale.
On est à 0 % du chiffre pour les professeurs, 0.033 % pour les maîtres de conférence et 18 % pour les chefs de clinique pour 2011. Peu ou prou la même chose en 2010. A vrai dire, il y a même encore moins de nominations (titulaires + associés) qu'avant la loi, qui était affichée partout comme volontariste pour le développement de la filière universitaire de médecine générale. "Ne peut être inférieur à" == "paroles, paroles, paroles".

L'Université en France se meurt de tous les côtés, on répète exactement les mêmes erreurs que le secondaire à vouloir donner des diplômes à tout le monde, par contre, on préserve bien la pseudo-filière d'élite (de mes fesses) non universitaire que sont les grandes écoles (parfait pour la reproduction sociale), on travaille dans des conditions lamentables (et il n'y a vraiment aucun autre mot possible) et si en plus, on ajoute à cela une politique fiscale qui fait porter les efforts de contribution principalement à la classe moyenne supérieure, à laquelle appartiennent les chercheurs & universitaires, pas étonnant que le phénomène d'émigration soit massif. Je risque également d'en faire partie si rien ne change.

On évitera également de mentionner les ministères qui, depuis 2002, font massivement faire faire des études scientifiques par des boîtes de conseil à des prix ahurissants, pour un résultat de déjection scientifique de blatte, plutôt que de faire appel aux organismes publics de recherche (qui doivent être trop des nids de gauchistes à toujours montrer qu'en termes d'évaluation des politiques publiques, le gouvernement a quasi-systématiquement toujours tout faux). Résultat, ces organismes, qui se sont réorganisés sur le modèle du privé, en devenant très largement dépendants des appels d'offre publics, sont effectivement en train de crever la gueule ouverte.

Dernière modification par Visionmaster ; 09/12/2011 à 08h50. Motif: 1er paragraphe : remplacé ==> supprimé (gros contre-sens...)
Compte #26268
Invité
 
Il a été appliqué le Plan Campus? Je ne suis plus trop ce genre d'actualité parce que je ne suis plus sur place, mais su peu que j'en sais pas grand chose n'a bougé à Grenoble alors que c'était un des projets les mieux dotés...

Edit: Ah, un petit coup de Google m'apporte la réponse: en 5 ans, seulement 1% des sommes promises ont été versées, mais ça va avancer bientôt...
http://www.leparisien.fr/bordeaux-33...11-1757934.php

Sinon, je sais pas si ça vaut le coup de mettre quelques sources dans le wiki, mais je conseille le livre La recherche biomédicale en danger de Philippe Even (malgré le titre, la plus grande partie du livre parle des problèmes de la recherche en France en général).

Dernière modification par Compte #26268 ; 09/12/2011 à 17h03.
Avatar de Borh
Borh [JLVdM]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Borh
 
Citation :
Publié par Visionmaster
Il se murmure très fortement qu'il n'y aura aucune nomination d'universitaires titulaires en médecine l'année prochaine, à l'exception des spécialités de biologie médicale. Tous les professeurs qui partent à la retraite ne seront pas remplacés et verront leur poste remplacé, et bien sûr aucune création. Dans le même temps, X. Bertrand annonce une nouvelle augmentation du Numerus Clausus.

Cette augmentation serait vraiment une bonne chose pour la démographie médicale, mais j'ai peur qu'à force d'avoir des effectifs constants ou en diminution et de plus en plus de gens à former, la qualité de la formation s'en ressente. Enfin, j'ai peur, c'est même probablement certain. Des internes de chirurgie qui n'opèrent qu'une journée par semaine (soit 3/4 opérations maxi), ça devient banal. Des externes qui ne viennent en stage qu'un 1 jour sur 2 idem. Forcément, l'autre jour, leur "patient" assigné est déjà pris en charge par un autre externe. 2 étudiants pour 1 patient. A mon époque, c'était un rapport inverse de 5 à 10 pour 1... Dans ma fac, les cours de PCEM 1 sont donnés dans un amphi, retransmis en simultané dans 3 autres par vidéo et mis en ligne le jour même pour favoriser le travail à la maison des étudiants (après s'être battus pendant des années pour que les étudiants daignent venir en cours).

Et bien évidemment, je ne parlerai que peu de la blague "médecine générale", avec le Président de la République qui promet solennellement que tous les étudiants devront y faire un stage, mais qui ne donne aucun moyen supplémentaire pour recruter des maîtres de stage (actuellement, dans les meilleures facs, c'est à peine 1/3 du coup) et encore plus marrant avec un engagement dans la loi HPST de 2009 qui dit texto :
On est à 0 % du chiffre pour les professeurs, 0.033 % pour les maîtres de conférence et 18 % pour les chefs de clinique pour 2011. Peu ou prou la même chose en 2010. A vrai dire, il y a même encore moins de nominations (titulaires + associés) qu'avant la loi, qui était affichée partout comme volontariste pour le développement de la filière universitaire de médecine générale. "Ne peut être inférieur à" == "paroles, paroles, paroles".

L'Université en France se meurt de tous les côtés, on répète exactement les mêmes erreurs que le secondaire à vouloir donner des diplômes à tout le monde, par contre, on préserve bien la pseudo-filière d'élite (de mes fesses) non universitaire que sont les grandes écoles (parfait pour la reproduction sociale), on travaille dans des conditions lamentables (et il n'y a vraiment aucun autre mot possible) et si en plus, on ajoute à cela une politique fiscale qui fait porter les efforts de contribution principalement à la classe moyenne supérieure, à laquelle appartiennent les chercheurs & universitaires, pas étonnant que le phénomène d'émigration soit massif. Je risque également d'en faire partie si rien ne change.

On évitera également de mentionner les ministères qui, depuis 2002, font massivement faire faire des études scientifiques par des boîtes de conseil à des prix ahurissants, pour un résultat de déjection scientifique de blatte, plutôt que de faire appel aux organismes publics de recherche (qui doivent être trop des nids de gauchistes à toujours montrer qu'en termes d'évaluation des politiques publiques, le gouvernement a quasi-systématiquement toujours tout faux). Résultat, ces organismes, qui se sont réorganisés sur le modèle du privé, en devenant très largement dépendants des appels d'offre publics, sont effectivement en train de crever la gueule ouverte.
là dessus je confirme, on a vraiment trop d'externes à l'hôpital, on ne sait plus quoi en faire et ils sont plus une gêne qu'autre chose, sans compter leur formation qui ne se fait plus dans de bonne condition.
Je ne suis pas contre l'augmentation, encore, du numerus clausus, mais alors il faut vraiment trouver une autre méthode de formation que l'externat, les CHU n'ont plus la capacité pour ça.
Avatar de Darwyn
Darwyn
Alpha & Oméga
 
Avatar de Darwyn
 
Citation :
Publié par Hipparchia
Ce qu'elle me racontait des conditions de travail à Jussieu me semblait assez Folklo.
Et encore, il faut voir ce que ça sera dans quelques années quand un amphi s'écroulera sur les lignes TGV.
(Cf. Canard d'il y a deux ou trois semaines.)
Avatar de - Caïn Abalham -
- Caïn Abalham -
Alpha & Oméga
 
Avatar de - Caïn Abalham -
 
Citation :
Publié par Tzioup
alors que le CNRS et autres universités publiques crèvent la gueule ouverte pour s'acheter des stylos
Le problème c'est aussi la façon dont les crédits sont gérés en fonction des projets.

Je prends l'exemple du labo où j'ai fait ma thèse: j'étais dans un projet Interreg avec la Suisse donc on avait pas mal de crédits. Perso j'ai jamais eu de soucis à avoir ce dont j'avais besoin (que ce soit pour les transports ou le matos).
A coté de ça d'autres doctorants ne pouvaient pas aller présenter en conf' parce que ça coûtait trop cher, il se tapaient des ordis pourris* etc. Pourtant c'était la même équipe, mais ils étaient pas dans les bons projets donc pas de thunes.

Le pire c'est vers la fin de l'année (scolaire ou civile je me rappel plus) où il faut claquer les thunes qui restent parce que sinon "bah le prochain projet on aura moins de fric alors faut tout finir".
Du coup des glandus se retrouvent avec des chaises en cuir et des écrans Apple 30" histoire de finir le budget ...

*c'était dans un labo d'info, donc les ordis servaient à plus que simplement rédiger les articles.
Avatar de Kerjou
Kerjou
Alpha & Oméga
 
Avatar de Kerjou
 
Citation :
Publié par Visionmaster
L'Université en France se meurt de tous les côtés, on répète exactement les mêmes erreurs que le secondaire à vouloir donner des diplômes à tout le monde, par contre, on préserve bien la pseudo-filière d'élite (de mes fesses) non universitaire que sont les grandes écoles (parfait pour la reproduction sociale), on travaille dans des conditions lamentables (et il n'y a vraiment aucun autre mot possible) et si en plus, on ajoute à cela une politique fiscale qui fait porter les efforts de contribution principalement à la classe moyenne supérieure, à laquelle appartiennent les chercheurs & universitaires, pas étonnant que le phénomène d'émigration soit massif. Je risque également d'en faire partie si rien ne change.
Tous le système est mal foutu.

On envoie les gens mauvais à l'école en apprentissage "car tu comprends, t'es trop abrutis alors tu feras plombier".

Les mecs moyens on les filent dans des filières de merde, ils finissent avec des BTS vente ou random nom ronflant qui mène à téléopérateur ou vendeur chez Darty. Ou dans des filière de fac sans débouchés. Ils viennent ensuite gonfler le nombre de candidats dans les concours.
On se retrouve avec quelques milliers d'inscrits pour quelques dizaines de postes, mieux vaut gagner au loto

Et +1, les grande écoles qui font de la reproduction sociale à grand train. Ou seul quelques élus s'en sortent par leur seul travail/capacités (en école d'ingé par exemple).

Vu que je suis en plein dedans je peux en parler.
Le cas des concours est vraiment symptomatique.

Tout est déréglé. Des cat C sont trustés par des bac+2/3/4 (souvent les fameuses filières sans débouchés)
Les B par des +3/4 un peu plus spécialisés (histoire/droit)
Les A bac des +4/5/scpo etc....

La pauvre type qui n'a que son bac et qui veut entrer dans la fonction publique va se faire foutre
Alors qu'il ferait peut être un meilleur agent (moins présomptueux, plus investis) que le licencié qui vient là par défaut.

C'est la même avec les autres secteurs. Des bac+2 font vendeur, les chefs d'équipes ont du +X ou de l'école de commerce.

Les études supérieures pour tous c'est vraiment un idéal que je trouve bien. Malheureusement le marché du travail me semble mal adapté.

Te taper X années d'études (avec des conditions parfois merdiques) pour finir vendeur :/
Avatar de Maldib
Maldib [TFR]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Maldib
 
Citation :
Publié par Kerjou
Les études supérieures pour tous c'est vraiment un idéal que je trouve bien. Malheureusement le marché du travail me semble mal adapté.
On peut également prendre le problème dans l'autre sens et se demander pourquoi autant d'étudiants choisissent des filières inadaptées au marché de l'emploi. Sans compter les écoles random qui mentent sciemment en indiquant que leurs diplômés finissent tous avec un super poste à 75K€ après deux ans d'expérience
Avatar de Kerjou
Kerjou
Alpha & Oméga
 
Avatar de Kerjou
 
Je sais pas.

- On ne leur dit pas (car les CIO c'est de la daube). Et lorsqu’ils s’en rendent compte, c'est trop tard.

Et ça rejoint une composante de la reproduction sociale. La méconnaissance du système. Si tes parents ne savent pas que telle ou telle filière ne t'offrira pas de job, bah personne ne te le dit

- Ils n'ont pas le choix. Vu que les filières d'apprentissage sont dévaluées. C'est ça ou droit/médecine, mais faut aimer droit ou médecine.

Mais oui je pense que c'est aussi un manque de communication ou une communication mensongère.

Il suffit de voir ce qu'on dit aux étudiants de LEA, blabla M2 Commerce Internachional.

Ou comme tu dis, les fabuleuses brochures des écoles de commerce de seconde zone. Ou le mec finira chef de rayon chez Auchan (les chefs de rayons ne sont pas des cons hein. Mais faut-il faire 3ans d'école de co pour faire ce boulot ?)

Je ne veux pas supprimer les filières sans débouchés. Des lettres, des sciences humaines il en faut. Mais c'est du domaine ou il faut faire de la recherche pour que ce soit viable (ou prof). Et il n'y a que peu d'élus.

Dernière modification par Kerjou ; 09/12/2011 à 11h23.
Avatar de Ataraxie
Ataraxie
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ataraxie
 
Il manque une information claire sur les voies d'avenir et les voies bouchées.
Y'a aucune visibilité a ce niveau la, et même dans les CIO/CIJ
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

© JeuxOnLine / JOL. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Politique de confidentialité - Utilisation de mes données personnelles - ! Signaler un contenu illicite