JeuxOnLineForumsPlusCréer un compte
Forums divers
La Taverne
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > L'hallali de la philosophie RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Lerrant
Lerrant
Alpha & Oméga
 
Avatar de Lerrant
 
La philosophie ne sert à rien. Ou plutôt, elle ne sert rien.

Si on peut lui trouver une utilité de circonstance (bioéthique, morale, politique, psychologique), elle n'est toutefois au service de rien de particulier.
La philosophie fait parti de ces "activitées" (le terme est peut être mal choisi ? ) qu'on peut considérer comme des moyen, mais qui sont avant tout des finse même que l'Art, la philosophie se suffit à elle même. Et ne sert à rien. C'est bien ça qui la rend indispensable.


Ps: J'avoue je ne peux pas m'empêcher de sourire en imaginant le brave Chronos s'insurger et commencer à baver frénétiquement d'une rage mal contenue simplement parce qu'il a entendu un quelconque péquenot assener d'un ton alcoolisé un truisme ( ) aussi subtil que "La philo, ça sert à rien".
Ce même Chronos doit à tout prix éviter de venir faire un tour en cours de philo, en terminale..(scientifique dans mon cas, mais j'imagine que c'est partout pareil, sauf peut être en L, et encore)......les jours de fêtes, on était 3 à écouter cette année. Et j'étais le seul à apprécier la philo (les 2 autres notaient le cours en vue du bac bien entendu ).
Bref, si une simple phrase débile proférée par un pilier de comptoir lambda peut réellement faire sonner l'hallali de la philosophie, mes enfants, on est pas dans la merde (ou dans la merdance, ça a des accents raffarinesques, j'aime bien, dans le genre fransdenba).
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Wilhem Verheilen
Wilhem Verheilen
Roi / Reine
 
Avatar de Wilhem Verheilen
 
Tu dis que la philo est l'amie de la sagesse, et inversement.

si c est le cas, je pense qu'elle est plus qu'importante a notre société, (elle remplacerait la religion qui n'est rien d'autre qu'un sac a connerie qui il est temps de delete), car pour moi, la sagesse, c est le fait d'etre capable de se faire la moral, et d'analiser ses actes avant, pendant et après les avoir commis.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Loengrin Ismelüng
Loengrin Ismelüng
Alpha & Oméga
 
Avatar de Loengrin Ismelüng
 
Re: L'hallali de la philosophie ?
Citation:
Provient du message de Khronos
...
Huhu, ça tombe bien, d'une certaine manière je sors juste de cette "table" que tu décris, même si elle n'était pas à Paris ni si ce n'était pas il y a 107 ans...
Par contre je n'attaquerai jamais le "néophyte" sur sa méconnaissance en matière de philosophie, je lui indiquerai simplement que si il veut vraiment approfondir son domaine de connaissance sur un sujet déjà débattu il lui suffit de lire tel auteur et je relèverai les erreurs utiliser comme argument...

Sans parler des digressions ayant eu lieu autour du sujet central et pour attaquer rapidement, non, je ne suis pas d'accord avec ta proposition... c'est franc, honnête, et, par contre, sans concession...

Bon, attaquons. Et oui, les philosophes remontent toujours a Socrate, ce que je trouve normale, ce sont les premiers écrits vraiment "philosophique" écrits par l'homme... Donc on considère Platon et ses écrits sur Socrate comme les "parents de la philosophie", ceux qui ont décrits et montrés la Philo comme objet d'étude à part entière... comme but pour l'homme... Ce n'est peut-être pas vrai que ce sont eux qui ont réellement "commencé", mais historiquement personne n'arrivera à prouver le contraire... Du moins pour l'instant...

Ensuite se pose le problème de Kant... cet homme n'ayant pu être vraiment, pour l'instant, contredit, plombe pas mal les philosophes, résignés à penser "comme ceux d'avant"...
Ce problème ne se pose pas qu'en philo d'ailleurs, mais dans pas mal de domaine... mais la philo a vraiment, pendant une époque, drainé la totalité des penseurs disponibles... donc les avancés sont difficiles, les gens ayant pensés pour toi avant et le nombre de gens voulant y penser diminuant de jours en jours...

Quand aux philosophes "contestataire", pour un philosophe "contestataire" tu en a 100 "conformiste"... et ce quel que soit l'époque...
Il ne faut pas prendre ceux que l'Histoire a retenu comme forcement représentatifs de leur époque... au contraire, l'histoire de la philosophie ne retient que ceux qui ont fait des "avancées", et il se trouve que ceux-ci étaient des contestataire, c'est tout... et portant cela pourrait expliquer bien des choses... Mais Kant, par exemple était loin d'être un "rebelle" dans le sens on ou l'entend le plus souvent, c'était un homme simple et assez en "conformité" avec son époque...

Mais on peut voir aussi que le philosophe reflète souvent, comme les autres, son époque, Rousseau au siècles de "l'homme", des "Lumières" est profondément optimiste, si l'homme est mauvais c'est la société et le langage surtout qui l'a rendu ainsi pour lui.
Kant l'est largement moins quand même, la part de l'acquis étant très importante chez lui, la société est responsable pour beaucoup mais les "pulsions" négatives sont présentes au départ...
Il s'agit la des "prémices" des la psychologie ni plus, ni moins, la société étant ce qu'elle est, l'homme ne peut qu'en être un "reflet"...

Je réserve un chapitre "spécial" pour Nietzsche qui n'est, tout comme Sade, pas réellement considéré par les philosophes comme un philosophe... Si "La naissance de la tragédie" a beaucoup apporté à la littérature, son apport à la philosophie n'est pas réellement significative...

Pour les pays pauvres ta remarque s'applique à toute les sciences... "qu'est que la physique quantique dans un pays qui à faim ?"... A la différence prêt que, si aucune personne de ce pays n'est physicien nucléaire, quelques uns seront "philosophe"... Avec leurs mots à eux, simple, mais tout de même philosophe...

La philosophie peut elle encore apporter quelque chose (existentiellement, pratiquement) à l'humanité ?

Oui, bien sur, contrairement à Cæpolla, je reste persuadé que la philo à une application pratique certaine... le cartésianisme par exemple, est un état d'esprit assez rependu, certain sont plus proche du stoïcisme etc.
Après avoir lu quelques philosophes tu réfléchis bien souvent à leurs idées et celles que tu trouves bonnes tu auras tendances à essayer de les mettre en application dans la vie...

Voilà, je suis loin de trouver la philo inutile ou "has-been" moi... pour moi ça reste quelque chose qui régit pas mal ma vie de toute les jours...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de baai
baai
Alpha & Oméga
 
Avatar de baai
 
Re: L'hallali de la philosophie ?
Citation:
Provient du message de Khronos
[i]Quant on lit un petit essai sur le kitsch délicieusement placé au coeur d'une insoutenable légereté de l'être (Kundera) on se demande pourquoi on a passé 1h sur 3 pages de Levinas. Camus, Kafka, c'est de la philo ! Je pense qu'en terme de forme et d'accessibilité, la philosophie a perdu du terrain depuis 1 ou 2 siècles[i]
Mais justement : si c'est de la philo aussi, comment en conclure que la philosophie a perdu du terrain ? Parce que ce constat (là aussi il y aurait de la philo), tu l'énonces en sous-entendant un désaccord : d'autres penseraient que ce n'est pas de la philo, ou plutôt qu'on ne peut l'y trouver au-dedans.
Mais qui pense ça ? Les serviteurs du temple, il y en a sans doute de ce genre, et de leur point de vue ils peuvent tout aussi bien avoir raison. Mais de l'autre côté, ne seraient-ils pas bien plus nombreux ceux pour qui Camus, Kafka, (j'ajoute presque au pif mais c'est une ruse: ) Dosto, Broch, Musil, Hasek, etc. apportent aussi à la philo ?

C'est une histoire formelle qui dépasse la notion d'accessibilité. Et c'est par-dessus tout un constat : on ne peut mettre en avant au détriment des philosophies sans y perdre beaucoup au passage.

Je vois dans le questionnement une espèce de faille dès le départ, résumée ici :

Citation:
Provient du message de Khronos
Ma conclusion est interrogative: la philosophie peut elle encore apporter quelque chose (existentiellement, pratiquement) à l'humanité ou s'est elle fait ravir la vedette ? Quelle évolution pour la philosophie ? Influence des principaux philosophes de la 2eme moitié du 20eme siècle ? (Popper, Serres, etc...)
C'est une approche et un questionnement qui vise l'encyclopédique. Mais il me semble que les démarches philosophiques sont par nature opposées aux visée encyclopédiques. Il est facile de se demander (soi et pas une société qui n'existe de toute façon qu'en tant que fiction collective) ce que nous a apporté tel philosophe ou tel texte. La même question mise à l'échelle de tous, comment pourrait-on y apporter une réponse satisfaisante ? Soit on dédaigne l'impossibilité d'en faire des lignes comptables et, de loin en loin, on en arrive contraint et forcé d'en conclure à la défaite philosophique par kO devant le puissant audimat, soit, plus respectueux, on touille le tout et on obtient... une bouillie d'idées reçues qui sera obligée de trier le bon grain pour ne laisser parmi les hommes que le plus facilement simplifiable : Descartes et le cartésianisme, Kant et la loi morale, etc. n'importe quoi pourvu que ça reste disable, mais il faudrait dire tronquable, en 1 phrase.


Je vois beaucoup de points communs avec une autre discipline : les maths.
En parodiant un peu ta question : "A quoi ça sert les maths ?"
Je mets de côté les découvertes mathématiques qui se sont vu offrir ultérieurement des débouchés pratiques, ne serait-ce que pour la bonne raison que même elles ne les soupçonnaient bien souvent pas au moment de la recherche.
Et par exemple, à quoi ça sert de s'être échiné pdt 22 siècles pour finalement découvrir que la quadrature du siècle ne pouvait pas être résolue ?
Dans les 2 disciplines, il y a d'une part une idée de fin en soi (en quoi je rejoins notre représente philosophe Caepolla ; je ne m'en écarterait que pour dire que j'aurais défini autrement le philo-nikos ) , il y a d'autre part et c'est une conséquence une autonomie, qui porte effectivement un risque d'enfermement (n'être compréhensible que de soi, au mieux d'un quarteron de confrères : pas besoin du monde extérieur pour travailler aux preuves capables de vérifier les intuitions : qu'ils s'agissent des règles mathématiques ou des déambulations de la pensée du philosophe, pas besoin d'expérimentation sur le terrain.
Donc forcément, on ne peut de l'une ni de l'autre échafauder de grandes théories "administratives", tout ça peut difficilement aboutir à mettre en place des maisons de quartier ou maisons des amours.

Pour autant, ça ne sert à rien ?
"A force de vous exaspérer, cette solution qui vous échappe sans cesse -et pour cause : elle n'existe (peut-être) pas - vous pousse dans des lieux que vous n'auriez peut-être pas hantés si vous n'aviez eu à résoudre que des problèmes solubles." (Denis Guedj).

Je vais te dire ( ) : au-delà (en +) de ce que raconte Caepolla, il me semble que la philosophie croise tout un tas d'apports personnels et collectifs. Tout un tas parce que, s'agissant des personnels, ce pourra être diversifié précisément. Au minimum il y a là un plaisir : plaisir de se frotter à quelque chose, de le comprendre et d'en sortir différent. Ca ne s'applique pas à tout ni à tous : après tout, si Kant et son style ne font naître aucune exaltation, pas la peine d'insister, tu trouves chaussure à ton pied ailleurs. Mais si, tout en nageant allégrement, tu sens qu'il y a quelque chose à en tirer, ça vaut le coup : de relire un coup, ou plusieurs.
Et pour moi c'est effectivement beaucoup affaire du style d'écriture... comme pour ces romans ou essais non strictement philosophiques que tu évoques, et qui eux aussi,certains, peuvent t'être rébarbatifs, pénibles : en somme , faut-il en conclure que le roman aurait perdu, se serait disqualifié ?
Même raisonnement pour les maths, ne serait-ce qu'au niveau scolaire : si (au pif) 50 % des élèves n'y comprennent rien et n'ont même pas été informé qu'il s'agissait d'un langage, que 40 % arrivent à appliquer les règles et formules sans les comprendre et que 10% comprennent, faut-il en conclure que les maths ont perdu et qu'il faut immédiatement les remplacer par des cours de tir à l'arc ou de marketing ?

La philosophie, si c'est une façon d'appréhender la vie, c'est parce avant tout parce qu'elle vise à aider à penser tout seul, à ne pas recopier. Comment ça ne structurerait pas, quand bien même on s'acharnerait des jours à y trouver des applications pratiques et un moyen de capitalisation ?

Guedj encore : "Si par démocratie on entend ce mode d'être ensemble dans lequel la souveraineté appartient à la totalité des citoyens (...), la question se pose : la démocratie est-elle possible sans une intense pratique sociale de la pensée ?"

Evidemment, si on veut bien se contenter de la démocratie cathodique consumériste, la philosophie devient parfaitement superflue (encore qu'un petit bizness sombrerait ).
En attendant, elle est le seul rempart contre la "pensée-gestion", celle de l'éternel présent.

Finissons façon tripes à la mode de Caen (une mode sempiternelle) avec Deleuze : "Penser suscite l'indifférence générale ; pourtant il n'est pas faux de dire que c'est un exercice dangereux. C'est même quand les dangers deviennent évidents que l'indifférence cesse. Dangereux parce que penser, c'est toujours suivre une ligne de sorcière."

"Et, quand la frilosité s'abat, les sorcières on les brûle." (Denis)



Pour (re) finir en pied de nez : Et quand bien même la philosophie n'apporterait plus rien, mettons plus rien que de petites jouissances individuelles, quand bien même elle serait devenue gratuite, enfin, de nos jours, cette gratuité là, n'est-ce pas un luxe qu'il serait déraisonnable d'abandonner ?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de John Petrucci
John Petrucci
Bagnard
 
Avatar de John Petrucci
 
D'accord, mais nous ce qu'on aimerait bien savoir, c'est ce qu'il s'est passé après le repas...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de baai
baai
Alpha & Oméga
 
Avatar de baai
 
Citation:
Provient du message de Korny[PDGC]
D'accord, mais nous ce qu'on aimerait bien savoir, c'est ce qu'il s'est passé après le repas...
Ben, baignade sans tabou, puis sieste, puis repas re-belotte, puis re baignade, puis grosse sieste. Et Khronos qui a pas mal bavardé entre, gros débit. Enfin ça serait long de tout mettre, ça ne s'est fini qu'avant hier.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de John Petrucci
John Petrucci
Bagnard
 
Avatar de John Petrucci
 
En tout cas ça à l'air chaud de draguer Caepolla :/
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de baai
baai
Alpha & Oméga
 
Avatar de baai
 
Pas plus que de draguer Ubaldis. Faut juste veiller à pas se tromper entre le code civil et les oeuvres complètes de Kant : si tu n'as pas le bon sous le bras, tu ne repartiras pas avec le bon sous le bras.

Edit : le mieux c'est encore de venir avec un bon vieux blues, on sait d'avance avec qui on repartira.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Kashrag
Kashrag
Alpha & Oméga
 
Avatar de Kashrag
 
Citation:
Provient du message de Korny[PDGC]
D'accord, mais nous ce qu'on aimerait bien savoir, c'est ce qu'il s'est passé après le repas...
Ils se sont tous dénudés, et ont forniqué des heures durant, histoire d'assurer aux générations futures leur lot de philosophes...

Quant à l'affirmation selon laquelle "la philo ça sert à rien" la simple mention des noms de Platon et Descartes, la beauté de leurs réflexions et démonstrations suffit à démontrer le contraire. Leurs idées sont des classiques, donc par essence intemporelles et universelles.
La philosophie, qu'on le veuille ou non, a formé des façons de penser et de vivre, depuis la Grèce antique jusqu'à nos jours.
Les stoïques, les cyniques existent encore, cela ne montre-t-il pas que la philosophie fait partie de notre vie, sans forcément que nous y prêtions attention ?

Bon je vais faire court en fait:
Même si la philosophie ne servait plus à rien, si elle permet à ceux qui s'y adonnent de penser et de réfléchir, c'est au moins ça de gagné sur la connerie humaine.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Darth Corwin
Darth Corwin
Alpha & Oméga
 
Avatar de Darth Corwin
 
Désolé de faire court, les aléas de l'existence, comme qui dirait. En l'occurrence, l'arrivée inopinée (mais appréciée) d'un ami de longue date qui revenait seulement de l'étranger, vous saurez tout, 3617 code MyLife, en zo voort.

On a beaucoup parlé étymologie ces temps-ci, et dans ce fil en particulier. Que ce soit l'habitué de la chose ou le converti ponctuel. Mettons que le philosophe soit l'ami de la sagesse. Le dictionnaire, vous le savez, c'est ma grande passion *voix à la Omar Shariff* : Larousse : sagesse : Circonspection, retenue, maîtrise de soi. Pour une fois, je me fendrai d'un "mouais" bien franc. Que ce soit parce que je suis d'humeur poétique (c'est la faute à Garcia Marquez) ou bien par réelle conviction, je trouve que la définition du dictionnaire manque de charme. J'aime à penser que le sage est quelqu'un qui sait beaucoup de choses sur "la vie", quelqu'un qui ne résiste pas forcément à la violence du courant qui menace de l'emporter mais s'arrange au mieux pour le laisser glisser sur lui, en sortir indemne, et même, qui sait, en apprendre quelque chose. Et en cela, oui, il est "circonspect, retenu, maître de lui".

Ces bases négligemment jetées comme la veste sur mon épaule quand j'accomplis sous le soleil de ces jours derniers le trajet de la gare au foyer, ne faisons pas davantage languir le lecteur assidu : mon opinion est non, la philosophie n'est pas morte. Ou en tout cas, pas sous toutes ces formes. Lesquelles sont vraies, lesquelles sont usurpées, c'est quelque chose que ce fil tentera peut-être d'expliquer, ou bien c'est affaire d'appréciation personnelle, ou encore probablement les deux.
Oui, parce que la philosophie est schizophrène, au sens clinique du terme - à savoir qu'elle perd le contact avec le monde extérieur. Mais pas seulement. Elle possède bien des visages.
*se retourne pour hurler sur les touristes de la table d'à côté pour leur intimer l'ordre sans appel de baisser d'un thon* Non mais.
Parce qu'en cet après-midi ensoleillé, bien que ce fut l'intérieur, le coq sautait au-dessus de l'âne avec la fluidité d'un ouin-ouineur sur DAoC, chacun y allait de sa petite anecdote, essayant, vainement parfois, d'attirer l'attention du reste de la tablée, et celle de la dite-Cæpolla en particulier probablement. Donc, la thèse que j'aurais aimé défendre alors, je l'ai gardée pour moi tout en me résignant à reprendre un doigt (vertical) de Tavel. Mais grâce à Avram, l'occasion m'est donnée d'en faire valoir les maigres considérations.

Il y a la philo des cafés philos. Que d'aucuns qualifieraient de vaine et factice, prétextant leur expérience consommée en la matière : "je suis passé par là, j'ai eu ma période, et je peux vous en assurer." Ce n'est pas mon cas, je n'y suis jamais allé, de fait.
Elle fait partie de la branche qui m'apparaît, à travers le prisme kaléidoscopique de ma vision déformée des choses, comme faisant partie de la branche la plus populaire actuellement : la philosophie qui consiste en l'ingestion par Baxter (contresens inside) de pléthore de traités et autres essais dont les noms des auteurs sont tour à tour illustres ou inconnus. Philosopher, pour l'adepte de cette pratique, c'est avant tout connaître la philosophie des autres. De là, partant, on peut entamer une réflexion sur le point de vue des philosophes en question, seul ou en groupe, en débattre, voir ce qu'il y a de pertinent ou ce à quoi on ne peut décidément pas adhérer.
D'un autre côté, on a ce qu'on appelle vulgairement la philosophie de vie. Du bouddhisme au rock metal, l'expression galvaudée sort malmenée d'avoir été roulée dans les sucs des courants les plus divers. Mais profondément, qu'est-ce que c'est ? Une sagesse, vraiment, qu'on aurait acquise par une réflexion sur soi, sur le monde, sur les origines - les grandes questions - ou que sais-je encore, mais qui aurait l'utilité de nous apporter une certaine sérénité dans le dur parcours traître de notre existence sur cette Terre. Une circonspection, une retenue, un contrôle de soi, donc. C'est cette approche qui me semble actuellement la plus appréciable.

Comme on l'a dit, tout le monde est philosophe, à cet air. Et pourquoi pas ? Beaucoup de gens, sans doute, aspirent à un moment ou l'autre de leur vie à cette sagesse, cette quiétude, qui vous rend confiant envers l'avenir. C'est une question de se rassurer. Ceci dit, les deux types de philosophie ne sont pas mutuellement exclusifs : en fait, les plus dignes du nom de philosophe sont probablement ceux qui ont tiré de leurs lectures sur le savoir ou la sagesse qu'on voulu leur transmettre les générations antérieures les bases de la réflexion préalable à l'établissement de leur philosophie de vie d'aujourd'hui.

Maintenant, la philosophie comme fin en soi. Je ne suis pas réellement convaincu par le concept. Par contre, je reconnais que certaines fins s'en rapprochent ostensiblement. Pour déposséder la charmante auteur de l'idée (dans le sens de l'avoir formulée), la philosophie c'est aussi un cadre d'une certaine rigueur que l'on peut placer comme pièce couvrante ou filtrante par-dessus notre quotidien. Ainsi, elle nous aiderait à nous forger l'esprit, un libre arbitre, un regard critique, une culture, une manière d'aborder les choses ou de penser, pour ne plus se jeter tête baissée dans les problèmes. Par analogie, on pense à la théorie statistique des plans expérimentaux qui permettent de déterminer les expériences à faire en un nombre limité et dans des conditions précises pour tirer le maximum d'information d'une campagne d'essai plutôt que de se lancer à l'aveuglette au laboratoire.
Quant à la philosophie passe-temps, oui je la conçois, mais alors à la manière de la lecture, comme on lit un roman ou un essai historique : et il est vrai que de savoir que les Sumériens utilisaient un système sexagésimal de position ne m'apporte pas grand-chose dans la vie ; alors oui peut-être la philosophie comme fin en soi.

Je connais peu la philosophie contemporaine - ce qui doit s'en rapprocher le plus, et j'ai encore peur de dire une bêtise, doit être le Lévinas cité par Khro. Mais quand je lis BHL comme exemple de philosophe uniquement, je ne peux m'empêcher de tiquer et pas seulement parce que c'est un wannabe. BHL est loin, à mes yeux, de ne faire que de la philosophie : c'est par exemple aussi un journaliste, comme en témoigne son dernier opus (Qui a tué Daniel Pearl ?).

Citation:
Provient du message de Cæpolla
Pour ma part, les convives et le menu du restaurant italien m'ont laissé plus de souvenirs que cette discussion-ci.
N'est-elle pas charmante ?

Citation:
Provient du message de FautVoir
Je n'ai absolument aucun souvenir de cet échange verbal. Soit l'alcool me rend aussi amnésique, soit j'étais en train de causer avec baai et Mme FautVoir à cet instant précis.
Moi je pense que c'était les deux.

P.S.: EtAprès ASV ? C'est quand qu'on se pacse ?

Edit : baai, flûte ! C'est ça de poster pendant que je rédige Et il est trop tard, ce sera pour demain.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Malypa
Malypa [Tzm]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Malypa
 
<a lu mais n'a rien à dire pour l'instant>
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Eltsyr
JOL Eltsyr
Alpha & Oméga
 
Avatar de Eltsyr
 
Bon pas le temps de répondre à tous surtout que je suis d'accord avec pas mal de posteurs dont Caepolla et en particulier cette petite phrase "Ca n'intéresse (réellement) pas grand monde et c'est toujours aussi important pour le peu que ça intéresse" avec qui je me sens très en phase. Une sorte de vibration cosmique, un peu comme une phrase porte bonheur en fait. En somme une histoire de résonnance interne.

Petit écart pour Lerrant, juste pour te préciser, mais personne ne t'en tiendra rigueur vu les bourbiers que constituent mes posts en général, l'auteur de la phrase débile c'était bien moi, et mon premier post du fil est une sorte de développement sur cette phrase jetée trop vite et que je regrettai immédiatement après. D'ailleurs, et ça devrait rassurer Kashrag, le sujet corrigé de mon fil est: "l'hallali de la philosophie ?", tout ceci reste une question -un peu appuyée certe- sur l'état de la philosophie "classique" (j'y reviendrai ultérieurement pour Baai qui est un spécialiste de mouche et qui pour le coup s'est fendu d'une pratique que la morale, du moins américaine et encore pas partout, réprouve), et en aucun cas une affirmation franche et massive. A la rigueur la présence même de Loengrin, dont je vois le portrait se matérialiser dans mon imagination sous forme de volutes de scolastique moderne, prouve que la philo n'est pas morte. Est elle au mieux pour autant, ça reste à voir. Et d'ailleurs, pourquoi cette question ?

Avant tout, mais ça n'a aucune valeur d'argumentation, la question d'une éventuelle senescence de la philosophie, je me la pose depuis mon dernier cours de philo, soit il y a environ 10 ans, et je me la repose chaque fois que je repars à l'assaut d'un philosophe "classique" sans succès. Accessoirement j'ai croisé au cours des 6 derniers mois au moins 2 profs agrégés de philo de 2 facs différentes, 1 livre d'histoire de la philo et quelques propos fleuris de Feynman (un nobel de physique) sur Spinoza et la philo en général, tendant à me renforcer dans ma conviction et parlant de la philo comme d'un petit être malade ayant fait son temps. Ainsi, j'ai soumis la question "la philo se meurt elle ?" sur ce forum un peu comme j'aurais pu dire "la religion se meurt elle ?". Une impression générale, que le présent thread ne parvient pas à m'ôter, mais qui nécessitait un besoin impérieux de contradicteurs plus spécialistes que moi.

Tout d'abord et pour dissiper un petit malentendu qui aura au moins eu le mérite de forcer Baai à se départir de son flegme habituel et tout anglais -à la John Steed si vous préférez- : la "philosophie" de mon titre, c'est la philosophie estampillée "éducation nationale", ni plus, ni moins, mais forcément, à travers elle, je vise la pertinence des écrits "classiques" de nos jours (et donc pas Camus ni Kafka). Cette philo, c'est la seule qui touche encore de manière obligatoire la plupart des français. Parce que, si l'on veut parler d'impacts de la philo sur une société, on doit négliger les 3 gars passionnés. A la rigueur, dans une optique un peu plus pratique, mon post est un début de réquisitoire contre cette philo à faible rentabilité (je cite pour exemple Lerrant et ses 2 copains qui seuls suivent le cours), du moins enseignée telle qu'elle l'est à 18 ans. Un mix de sciences humaines serait beaucoup plus "rentable" au sens capitaliste et honni du terme. Regardez à quel point la psycho est passée dans les moeurs (pour bcp Freud est réduit à un vieil obsédé bardu mais qui connait la sédentarité de Kant, ses horaires de promenade à Konigsberg, et la différence entre ses impératifs catégoriques et hypothétiques ?), pensez aux découvertes de la socio, imaginez un cours de communication où l'on dirait aux éleves: "l'important, c'est d'écouter l'autre". Bref, c'est cette philo que je vise, et mes arguments ne visent pas tant à diminuer la pertinence des systèmes philosophiques (je me doute bien qu'on finit forcément par trouver des trucs après une vie de réflexion) qu'à porter atteinte au prestige de cette matière en mettant en doute son utilité relativement à d'autres sciences humaines ayant emergé au 20eme siècle. fin de parenthèse.


@Loengrin
>Après avoir lu quelques philosophes tu réfléchis bien souvent à leurs idées et celles que tu trouves bonnes tu auras tendances à essayer de les mettre en application dans la vie...
Oui mais c'est valable pour beaucoup d'autres écrits. A vrai dire des philosophies de vie, et Corwin l'a bien exprimé, on peut en retirer de la lecture de la chronique "un esprit sain" de VSD ou d'un conseil d'un ami qui aura -une fois n'est pas coutume- fait mouche. Je ne sais pas toi mais pour ma part ce sont souvent des phrases simples, presque vulgaires à force d'être triviales, qui m'ont le plus marqué. Tu as bien de la chance de retirer des ouvrages classiques de la philo mais comme je le disais dans ma longue parenthèse, n'y a t'il pas bcp plus "rentable" que la philosophie ? Par exemple, la philo s'est monstrueusement prit la tête sur la question de l'entendement. Je devine qu'entre rationalistes et empiristes il a du s'écouler des litres d'encres pour savoir s'il y avait ou non une réalité en dehors de notre perception. Pour moi (et pour Serafel par exemple), la philo, c'est "le haut des sciences", le méta-meta-savoir tellement meta qu'il plane à 3000. Non vraiment, en terme d'applicabilité, il y a bien mieux. Par contre, je pense qu'il faut des philosophes, veillant sur le savoir humain, avec leur petite lanterne un peu comme mon avatar, attendant patiemment le jour où ce à quoi ils se triturent les méninges pourra servir de nouveau

@baai
Rah non ça va pas du tout on avait dit qu'on était tous d'accord sur les opinions des autres
Continue comme ça et j'accepte la proposition d'Acarias de rejoindre leur camp

>si c'est de la philo aussi, comment en conclure que la philosophie a perdu du terrain ? [en parlant de Camus et Kafka]
Voir au dessus. Tu essayes, partant du flou autour de la définition de philo (flou qui ne m'est pas propre comme le spécifiait caepolla), d'appliquer ce que j'ai dit à toute forme de reflexion, jusqu'aux maths dont tu reprécises le champ d'application qui te semble aussi réduit que la philo dont je parlais. Honnêtement, est ce sérieux ? Bien sur il y a des points communs entre les maths et la philo, mais il y en a aussi entre la philo et la peinture rupestre. Forcément, plus on se spécialise dans une science, moins on peut rencontrer d'interlocuteurs. Mais les maths et la physique travaillent conjointement tous les jours pour pondre des trucs qui servent. ça s'appelle la recherche, et crois moi, si quasiment chaque découverte est liée à une théorie mathématique qui a permis de débloquer un physicien, chimiste ou sociologue dans son expérience, pour la philo c'est nada. Consulte 30 ans de prix nobel et de numéros de "la recherche": les avancées pratiques dues à la philo sont quasi nulles. On trouve en revanche du Bourdieu (socio) ou du Chomsky (linguiste).

Alors, tu l'as dit de manière plus alambiquée que Kashrag, est ce que parce que c'est inutile que ce n'est pas indispensable ? Je réponds oui, enfin, non à la peine de mort contre les philosophes existants (toi et Kashrag m'avez éclairé: penser peut encore servir), mais surtout oui à un minimum syndical de philo en ce début chantant de siècle (j'évite ainsi le sacro-saint et culé "3eme millénaire", vu qu'il semble que j'ai déjà assez tripé selon Caen pour aujourd'hui). La philo dispose encore de pas mal de richesse, notamment son histoire qui a jalonné la pensée humaine. Est ce que son enseignement obligatoire est plus nécessaire que d'autres sciences humaines ? sincèrement je ne pense pas. Qu'on crée une matière "sciences humaines" et que l'histoire de la philo soit torchée en 2 semaines

Donc pour conclure on va dire que je suis d'accord avec toi, la reflexion est même plus qu'indispensable: elle est utile ( ). Mais en revanche on ne parlait pas de la même philo je pense. Et quand tu parles de Kant qui ne serait pas la bonne chaussure pour mon pied, je te réponds tout de même qu'on m'a forcé à l'enfiler en terminale

@Corwin
BHL un wanabe...le pauvre

Sinon assez d'accord avec ton post. D'ailleurs, on voit bien que comme dans le cadre du snobisme on revient toujours à la même chose: qu'entendais je par le mot "philo". C'est maintenant éclairci, même si comme l'a souligné Caepolla la question est récurrente. Tu auras bien sur relevé "la philo de comptoir" qui est un peu l'équivalent de "la psychologie à 2 balles"

Pour terminer, même remarque que pour Baai...oui, réfléchir, c'est bien...mais c'est pas nouveau

@Malypa:
TOUT A FAIT D'ACCORD AVEC TOI ! ENFIN QQUN QUI ME COMPREND !

---
Pour finir, la petite expérience de Feynman pour le plaisir:

Prenez une phrase A au hasard de l'être et le néant ou de la critique de la raison pure. Inversez la sémantiquement pour obtenir B. Couchez les deux phrases sur papier et soumettez à votre entourage la lecture des deux papiers, en leur demandant de choisir la phrase la plus pertinente. Et bien, statistiquement, et des laboratoires américains indépendants de renommée internationale le confirmeront au besoin, personne ne fait la différence. Jettons tout et alors déguster un bon boeuf bourguignon pour oublier.
---

Khronos
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Darth Corwin
Darth Corwin
Alpha & Oméga
 
Avatar de Darth Corwin
 
Citation:
Provient du message de Khronos
@Corwin
BHL un wanabe...le pauvre
C'est de toi, en fait, mais réexprimé Ceci dit, je ne suis pas loin de partager l'opinion (il me manque de l'intérêt pour les ouvrages du dit-bonhomme pour affiner ma vision). Quoi qu'il en soit, ça marche : on n'a qu'à demander à Arielle.

Citation:

Sinon assez d'accord avec ton post. D'ailleurs, on voit bien que comme dans le cadre du snobisme on revient toujours à la même chose: qu'entendais je par le mot "philo". C'est maintenant éclairci
Ouaip, et du coup ce sont les trois quarts de mon post qui tombent dans le hors-sujet, le reste étant à peu de chose près de la décoration d'intérieur

Une journée de boulot devrait m'aider à dégager une ou deux choses à dire sur le thème "la philo mérite-t-elle autant que les autres branches d'être enseignée de nos jours ?", enfin j'espère
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Loengrin Ismelüng
Loengrin Ismelüng
Alpha & Oméga
 
Avatar de Loengrin Ismelüng
 
Aaaah, la philosophie "scolaire"... bon, oui, celle-la, à moins d'avoir énormément de chance et de tomber sur un bon professeur, elle est, le plus souvent, ennuyeuse et inutile...
Remarquez, j'ai fait un peu d'économie et j'ai trouvé ça pareil, idem pour la physique et la biologie qui est faite en terminale littéraire...

Moi j'ai eu de la chance, mon professeur de philosophie, qui était d'un ennui mortel, est tombé malade et à été remplacé par un professeur qui revenait juste d'Afrique ou il donnait des cours dans les pays défavorisés... avec lui même les terminales S ne s'ennuyaient pas et écoutaient... Mais bon, statistiquement un prof comme ça c'est plutôt rare...

Personnellement je serai pour que les textes de spécialistes s'attaquent à la fac... au lycée abordée des thèmes attrayants ce serait bien mieux pour tout le monde, des choses assez concrètes... bon j'ai pas vraiment d'exemples qui me viennent à l'esprit la tout de suite, mais ça doit être trouvable des sujets de philo attrayants pour l'étudiant moyen...

Sinon il est vrai que la philo de "spécialiste", comme toutes les matières de "spécialiste" (oui, je reparle bien de la physique quantique la, ou de l'astrophysique ) doit rester aux mains des "spécialistes" puisque ce sont les seules que ça intéresse réellement...

Par contre il faut savoir ce que l'on entend par "spécialiste" maintenant... moi par exemple mon métier c'est technicien de maintenance en info (malgré mon DEUG de philo), pas philosophe, la philosophie ne nourrissant pas tellement son homme en fait, surtout au niveau DEUG...
La philo n'est que mon "hobbit" (hein ? commet ça je confonds avec des personnes de petites taille ayant les pieds velues ? ), ma passion personnelle... j'ai aussi les anime comme passion, la littérature, la poésie, Buffy etc. je ne me cantonne pas à la philo, je ne suis pas un "grand spécialiste" de la philo, je m'y connaît un peu c'est tout, contrairement à ce que beaucoup ont l'air de penser...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ulgrim
Ulgrim
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ulgrim
 
Re: L'hallali de la philosophie ?
Citation:
Provient du message de Khronos
Ma conclusion est interrogative: la philosophie peut elle encore apporter quelque chose (existentiellement, pratiquement) à l'humanité ou s'est elle fait ravir la vedette ? Quelle évolution pour la philosophie ? Influence des principaux philosophes de la 2eme moitié du 20eme siècle ? (Popper, Serres, etc...)
J'ai lu. J'ai pensé. J'ai sué. Et je réponds à l'ensemble de tes conclusions : l'éthique.
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > L'hallali de la philosophie
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 22h30.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite