JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 469 (sites) | 776 (forums)Créer un compte
Dark Age of Camelot
Le miroir des âmes
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Le miroir des âmes > [Brocéliande - Albion] Thealin ou les brumes d'Avalon RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Post écrit par Ezoniroel (le 2 avril 2003)
Ezoniroel avait veillé toute la nuit au chevet de Thealin. Au petit matin il s'était levé sans bruit et était sorti pour respirer l'air frais du matin.
Sur l'entre-fait Dame Thealin sortit. Revenant à la chambre il la trouva vide, et, pestant contre cette sortie inopinée courut pour la chercher. Il croisa Anthelme et le pria de l'aider dans sa recherche. Cela ne fut point long, le Gardien revint vers Ezoniroel quelques minutes plus tard et lui expliqua que Leufroy avait pris le relais. Ils étaient tous deux en compagnie de Messire Iathiel et d'autres personnes.
Maugréant qu'on ne l'avait prévenu de cette réunion il partit pour les rejoindre, fit quelques pas puis chancela. La fatigue de la veille et du jeun commençaient à avoir raison de ses dernières forces. Il se releva, fit encore quelques pas et s'écroula au sol terrassé.
Anthelme le souleva doucement et le ramena en sa chambre. Un jour et une nuit s'écoulèrent ainsi sans qu'il montra signe d'éveil. Inquiet le Gardien, venait a heure régulière s'assurer de la respiration du Maitre de Maison. Au soir, il trouva Ezoniroel finissant de s'apprêter. Il tourna vers la Gardien un visage noir de colère, grommelant que l'on n'aurait point du le laisser ainsi dormir tout le ce temps. Il tendit la main vers le bureau et pris avec assurance le verre d'eau qu'il savait l'attendre, en bu une gorgée puis sortit bousculant Anthelme au passage. Il s'arrêta au pas de la porte et son visage changea soudainement pour devenir plus doux. un sourire se dessina sur ses lèvres ... Ce parfum ... ce pas léger ... ce léger rire cristallin ... Thealin sortait également de sa chambrée.
Ezoniroel accompagna Thealin dont le ventre criait famine, il devisèrent un peu, elle lui conta sa mésaventure de la nuit passé et le soin qu'avait pris Aysha pour ne point la perdre de vue et lui assurée une garde rapprochée.
toujours souriant comme un enfant qui aurait trouvé une nouvelle bêtise à faire Ezoniroel se pencha vers Thealin et lui murmura au creux de l'oreille ...>

Dame Thealin ... J'ai peut être moyen de vous faire entrer en Avalon ... Venez ...

Il lui prit la main et l'entraîna à sa suite jusqu'à atteindre le bord Est du lac. Debout face à l'étendue luisante Ezoniroel écarta les bras, se figea quelques secondes puis, dans un murmure, comme si s'en fut le bruit Léger d'une brise de printemps dans les premières feuilles il invoqua les anciennes lois de droit de passage ...
Une longue minute plus tard un léger bruit d'eau se fit entendre, éloigné tout d'abord il semblait se rapprocher bien vite, encore quelques secondes et apparue une barque sombre conduite par deux petits êtres de sombre vêtus. Ils accostèrent sur la berge. Ezoniroel monta dans l'embarcation et tendit la main a Thealin pour qu'elle le rejoignit.
La barque fit silencieusement demi-tour puis s'enfonça dans des brumes bien opaque pour un matin si clair ...
Quelques temps après, nul n'aurait pu dire le temps écoulé, la barque se figea, les brumes se dissipèrent et les berges d'Avalon apparurent. Ils descendirent de l'embarcation et se retournant pour remercier les passeurs s'aperçurent qu'ils avaient disparus. Nulle brume, nulle remous dans l'eau calme, simplement le silence qui s'étirait sur le lac d'argent.
Ils firent quelques pas et arrivèrent au port de Caer Gothwaite. De là ils prirent un cheval pour Wearyall, petit village perdu au creux des vallées, simple village ou Ezoniroel était né.

Au village il longèrent la plage, riant aux éclats, discutant un peu, plus souvent écoutant le silence et les frémissements de l'eau poussée par le vent.
Ezoniroel était bien, son corps ne le faisait plus souffrir, il se sentait libre, semblable à l'oiseau blessé, trop longtemps resté au sol et qui, recouvrant l'usage de ses ailes, ivre de joie, s'envolerait toujours plus haut à la recherche du bon vent, du courant aérien qui le porterais aux nues.
Il ne comprenait pas bien à quoi il devait ce bien-être. Il ne comprenait pas et n'avait nul envie de comprendre. Il voulait simplement profiter de l'instant présent.

En revenant vers le village ils croisèrent Dame Tuonetar. A sa vue Ezoniroel changea imperceptiblement. Une dualité se réveillait en lui et prenait son essor.
Il se souvenait de leurs guerres incessantes, de leurs mots blessants, des affronts, des coups portés et de la cruauté ... Il en frémissait étrangement, à ce souvenir une vague de frissons l'électrisa de plaisirs ... Il tourna alors, sous ses paupières closes, des yeux rouges sang vers la Succube.

Puis vinrent Messires Donnegann et Bahamutt. Donnegann, puissant homme a la voix forte. Il parla avec Thealin, échangèrent quelques amabilités puis se détourna a la vue de la Succube. Ils engagèrent conversation avec Ezoniroel qui du tout ou presque dévoilé de sa nature. Ses yeux et leur histoire fut expliquée. Pourquoi ? Car le nom de Tarlcabot s'était accroché à la conversation. Parce que Donnegann avait d'étranges mots, à propose des succubes, à propos de Dame Tyaa et de son mariage avec le Seigneur Tarlcabot et Ezoniroel ne pouvait admettre que l'on puisse douter de son ami, de son frère, de son Seigneur.
Il avait tout dit a Donnegann, tout ou presque. Mettant par la même sa propre vie sur le fil pour tenter d'expliquer au Sir la bonté, la piété et l'honneur dont faisait montre Tarlcabot.

Durant ce temps Dame Tuonetar s'était éclipsée. Dame Thealin commençait a ressentir la fatigue d'une si longue journée. Ezoniroel alla trouver Cearl le Forgeron qui accepta de loger Thealin pour la nuit. Thealin s'étendit sur le lit offert et sombra dans un sommeil sans rêves.

Ezoniroel et Donnegann sortirent et s'installèrent tous deux, face à face, à la porte du Forgeron pour s'assurer du sommeil de la Dame. Elle ne s'éveilla que fort tard le lendemain.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Post écrit par Leufroy
<Alors qu'Anthelme qu'on aurait pu prendre pour un guerrier farouche semblait penaud et baissait le menton Leufroy posa ses poings sur ses hanches et toisa Moera>

Restez calme je vous prie Damoiselle ... Anthelme est bien assez grand pour se défendre et je défie quiconque de lui faire baisser l'étendard qui lui serait confier ...

<Sur ses mots Anthelme redressa le visage et se gonfla un peu. Retrouvant le sourire il s'excusa auprès de Moera et prétextant de devoir décrotter ses bottes pleines de boue s'éclipsa sur ces bons mots>

En attendant et puisque vous me semblez si prompte à sortir votre langue du fourreau prenez donc le tour de garde d'Athelme. Il n'a point encore trouver le rongeur qui espionne mais je parierais fort que cet infamie ne tardera pas à refaire surface ... Lors nous l'attendrons de pied ferme et me ferais plaisir de le passer à la question !
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Post écrit par Moera
Veuillez excusez mon emportement messire, je ne mettais point en doute la capacité de Anthelme à défendre sa vie et ne craignais pour elle, ni ne cherchais à nuire à son honneur ! Je ne faisais que projeter mes inquiétudes quant à notre communauté s'il n'avait eu le moyen de revenir nous prévenir aussi promptement qu'il le fit !

Et pour ce qui est de ma langue, sachez qu'elle n'est point seule à être vivace ! Mes poignards et mes flèches savent elles aussi être loquace !
Je prends donc le tour de garde de ce soir avec grand plaisir afin de leur preuves faire montre ! Nuada aura justement face entière ce soir et m'y aidera sans nul doute !!
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Post écrit par Donnegann (le 7 avril 2002)
<Donnegann venait à peine de clore la cession du Conseil qu'il se dirigea tout droit vers l'escalier menant à la plus haute tour du Château Swanton. Son fidèle ami Avygeihl comprit qu'il devait comme à son habitude laisser le baron seul, au moins jusqu'à ce que le dernier rayon de soleil ne vienne à disparaître derrière les collines galloises.>

<Donnegann pensa encore à elle, la Dame de son coeur, unique amour de sa vie. Bien sûr, il avait croisé de nombreuses filles de la noblesse, en Camelot ou ailleurs, mais aucune n'avait réussi à effacer le souvenir de cette douceur naïve, de ces sautes d'humeur exaltantes et de ces rires francs et entiers. Elle avait fait chaviré de nombreux coeurs depuis qu'il avait lui-même levé le serment, et le dernier en date, celui de l'incube Ezorinoel, l'éloignerait encore des sentiers de la sérénité. Combien la Queste pouvait être longue et périlleuse !>

<Alors que les dernières lances d'or de l'astre solaire frappaient l'étendard d'Albion, faisant briller de mille feux son Graal légendaire, le sage Avygeihl vint troubler la méditation du baron de la jeune Northumbria.>

- « Mon ami, tes décisions ne sont jamais prises à la légère. Ne crains pas d'en affronter les conséquences, aussi dures soient-elles, car tu as choisi la voie de l'Homme en toute liberté. »

- « Je voudrais parfois être aussi dur que le métal de notre épée clanique, Avy. Mais au fond de moi, je sais que je garderai cette part de sensibilité qui m'a permis de me libérer de l'emprise du Daimon. »

- « Tu as fait preuve de compassion, tu n'as pas à en rougir. Aujourd'hui, dans l'obscurité des Ages Sombres, certains paladins ignorent même jusqu'à l'existence de ce sentiment ! »

- « Tu as sans doute raison mais je devrai en user avec parcimonie... ou faire le jeu de l'Ennemi. Trop de créatures abyssales parcourent librement nos terres, divisant, blasphémant, complotant. Quand bien même certaines seraient sincèrement sur le chemin du repentir, cela permettaient aux plus sournoises de se faufiler jusqu'au coeur même du palais du roy Kyrstennin. Mon meilleur ami en est déjà la victime, te rends-tu compte ! »

- « A chaque nuit, succède un nouveau jour, Donnegann. »

- « Oui... Un nouveau jour... »

<Donnegann ferma les yeux et laissa échapper une larme retenue depuis trop longtemps, un fil d'argent dans le crépuscule des Highlands... avant que l'acier de son regard ne reprenne sa place maîtresse.>
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Post écrit par Ezoniroel (le 7 avril)
< Ezoniroel se perdait, son esprit et son coeur chaviraient et faisaient eau de toutes parts ...
Oh oui il avait aimé Tuonetar ... Oh oui son coeur n'avait eu d'yeux que pour elle ... Mais ce n'était que les yeux du Démon qui vivait en lui qui ressentait cet attrait. L'homme, lui, l'humain que formait l'autre partie du Mage aimait une tout autre femme, une demoiselle au regard doux et à la voix cristalline ... Thealin.
< Il assena un furieux coup de poing sur la table, le broc de porcelaine chancela, hésita puis s'écrasa avec fracas au sol répandant une nappe d'eau claire.>

< Se forçant au calme il s'assit sur le rebord de son bureau. Comment en était il arrivé là ? Il se souvenait des paroles d'Aysha la Succube>

" Tu ne pourras pas éternellement lutter contre toi même ou lors tu mourras ... Laisse le démon qui vit en toi s'exprimer. Vous êtes "un", il est toi et tu es lui, c'est ainsi et tu n'y peux rien ... Tu dois faire un pacte avec lui ... faire un pacte ... "

< Ce mots l'avait frappé comme une onde de choc, s'était mis à résonner en lui puis s'était écouler comme un torrent de lave brûlant tout sur son passage.>

[i]< Nul ne saurait dire ce qu'il adviendra mais une chose était certaine, les chaines furent brisées ... Le mur qu'Ezoniroel s'était ingénié à dresser entre sa part d'humanité et son sang, entre son âme et le Démon avait été brisé ... toutes ces années de lutte étaient partie en poussière.>

< Le pacte avait ainsi été scellé ... Dorenavant il devrait partager son corps et sa vie avec "Lui">

< Ezoniroel serrait poings et dents de rage. Qu'avait-il fait ? Quelques jours auparavant il s'était préparé pour se donner la mort. En finir, une bonne fois pour toute de ce cauchemars ... Mais, il avait retardé ce moment ... Il voulait voir son ami Tarlcabot encore une fois, être présent à son mariage ... Et Thealin était venue aussi ... Et sa raison avait succomber ...>

< De ce moment tout s'était accéléré. Comme un cheval fou partant au galop et trainant derrière lui son cavalier sa vie avait basculée dans un semi-rêve, un semi-cauchemars ... Tantôt éveillé, Thealin à ses côtés lui parlant avec tant de douceur ... Tantôt endormi laissant place à l'Inccube qui se jouait de lui et s'abreuvait, se nourrissait aux sources du plaisir avec Tuonetar.
Enfin il y avait eu cette discussion avec Thealin. Il n'avait pas réussit à exprimer son désarroi. Il avait tenté de lui expliquer la promesse faite à Donnegann de respecter l'amour qu'il éprouvait pour elle et de ne plus s'approcher d'elle ... Il voulait savoir, il voulait être sûr que Thealin aimait encore Donnegann mais rien n'avait été comme il l'aurait souhaité ... Rien.
Thealin était partie en lui laissant comme compagnie un baiser amical. Oui, ... mais il avait senti ses larmes passer de son visage au sien. Il avait laissé les larmes de Thealin s'écouler sur ses joues puis avait courut, tâtonnant, heurtant les passants, tombant à la renverse et se relevant pour aller plus vite ... Il avait courut pour la rattraper, un étrange sentiment envahissant son corps, pénétrant plus avant ses chairs et noyant son coeur, un sentiment d'amour et de crainte, une sourde intuition de malheur.

Il courait encore quand la dernière phrase de Thealin lui revint à l'esprit ... " Je m'en retourne d'où je viens ... "
< La phrase tournait dans son esprit comme une tornade, dévastant sa pensée puis un éclair de lumière se fit
L'eau ... le lac ... son intuition se transforma en terreur, en rage de n'avoir compris sur l'instant ! >
< Il invoqua son familier de pierre pour qu'il lui prêta ses yeux et parcoururent la rive.
Un son ... un clapotis, un étouffement ... le familier se mit a grogner et posant la main d'Ezoniroel sur la sienne lui indiqua la direction.
Le Mage lâcha sa besace et plongea sans même savoir ou il allait, sa robe alourdit par l'eau, ses cheveux se plaquant sur son visage, il ne savait plus s'il avait la tête hors de l'eau ou s'il fut immergé ...
Il tendait les bras à la recherche d'une improbable chance quand il agrippa le bord d'une robe de soie, il la tira a lui, soulevant comme il le pouvait le corps inerte, tentant tant bien que mal de lui conserver le visage hors de l'eau. Il avala une grande lampée d'eau en guise d'air ... manqua de se noyer à son tour, et, enfin, sa main toucha le rivage sablonneux.
Il étendit le corps de Thealin sur la berge et hurla qu'on le vienne secourir mais nulle réponse ne vint. Il plaqua l'oreille sur le coeur pour entendre s'il battait, mais nul son n'en sortait. Il porta ses lèvres au devant des siennes espérant y déceler un souffle, mais nulle brise ne l'effleura ... Il hurla au ciel un "nooon" de rage et de désespoir puis, abaissant ses yeux blancs sur un visage qu'il ne pouvait voir, souhaita simplement pouvoir donner sa vie à son amour qui se perdait.
Ses larmes ruisselant sur son visage il approcha son visage de celui de Thealin, posa ses lèvres sur les siennes et, invoquant la Déesse Mère il offrit à sa belle ce qu'il voulait être sa vie ... son dernier souffle. Puis releva la tête pour pleurer et maudire les hommes.>

<L'air, ce dernier souffle, propulsé dans les poumons de la belle avait remis la nature sur le bon chemin, Thealin toussa, expulsa l'eau contenu dans ses poumons et se mit à respirer de nouveau>

Thealin ... Thealin ma douce amie ! Pourquoi avoir fait cela ?
Thealin, j'ai besoin de vous, j'ai besoin de votre chaleur et de votre amour ...
Thealin ... Je vous aime ...

<un temps infini s'écoula. De regards en caresses, de rires en pleurs, de silence en émois>

quand enfin Thealin se fut remise et qu'ils purent parler leurs mots se bousculèrent, leurs esprit se fermèrent pour ne plus laisser voix qu'à leur coeur>

Thealin : Ezoniroel ? Allez vous rompre la promesse faite a Donnegann ? Resterez-vous auprès de moi ?
Ezoniroel : <serrant la main de Thealin dans les siennes > Oui Dame, j'irais voir Donnegann ... Je ne peux tenir telle promesse sans mentir à mon coeur ou perdre la raison ...

< Ils parlaient encore quand l'aube pointa ses premières lueurs a l'horizon. Comme des enfants savourent le miel chapardé il goûtait cet instant volé. Ils s'allongèrent tous deux sur l'herbe fraiche de la berge et, dans les bras l'un de l'autre, un sourire éclairant leur visage, s'endormirent.>
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Thealin ne cessa de penser à tous les événements récents, mais surtout aux absences répétés d'Ezoniroel... Elle se dit qu'au moins, loin de lui le Nahâssaliari ne chercherait pas à lui faire du mal, ainsi, Ezoniroel ne risquerait pas sa propre vie à vouloir la sauver elle...Elle tenta de se convaincre que tout était pour le mieux pour lui, pour la santé et la sécurité de son bien aimé...

Mais cela ne l'empêchait pas de se sentir triste. Elle se demandait quelle utilité elle pouvais bien avoir en ce monde. Elle n'était pas assez puissante pour aller combattre derrière les lignes ennemis, avec les valeureux combattants du royaume, et n'avais plus la motivation pour continuer son étude de la thaumaturgie à l'Académie.

Le coeur lourd, elle se promena sur les berges d'Avalon. Observant les eaux calmes du lac... Elle se rappelait combien elle s'était sentie bien lorsqu'elle avait voulu abandonner la réalité, lorsqu'elle avait voulu rejoindre la Déesse Mère, et sa propre mère, au fond du lac. Elle avait cru voir une image flou lorsqu'elle était en train de se noyer. Une silhouette rassurante, qui lui tendait les mains...

Elle voulait retrouver ce moment de pur bonheur, et oublier tout autour d'elle... Mais elle savait que c'eût été un choix égoïste. Ezoniroel avait besoin d'elle... Pour combien de temps encore ? ... Combien de temps avant que le Nahâssaliari ne prenne définitivement possession du corps ? ...

Machinalement, Thealin se déshabilla et se dirigea vers le lac. Sans y penser, elle procéda au rituel de purification nécessaire avant tout cérémonie. Elle se purifia le corps puis l'âme. Se laissant ensuite flotter au dessus de l'eau, des images lui revint en mémoire...

De nombreuses personnes s'étaient rassemblées, tous habillés de blanc. Instinctivement, Thealin prononça les mots rituels à haute voix, qu'elle avait apprise il y a fort longtemps...

Je te rend grâce Ô Mère Suprême.
Par Toi la vie coule en moi,
Par toi la vie me quittera.
Puisse ton souffle guider mes pas
Afin que toujours Tes vérités soient miennes.

Les ayant prononcé, le souvenir s'effaça aussitôt... Laissant une grande place vide dans son coeur. Elle resta un moment, ne s'étonnant pas des mots qu'elle venait de prononcer ni de les avoir de nouveau oublié... Elle remonta, lança son sort aura de feu pour se sécher et se réchauffer, puis se rhabilla.

Elle entendait le chant des grenouilles, leva la tête pour observer les étoiles dans le ciel, puis retourna vers la demeure des Enfants de Ceridwen. Elle se sentait apaisée, comme après chaque rituel de purification. C'etait devenue une habitude d'aller au lac s'y baigner, le soir lorsque tous dormaient à point fermé.

Silencieusement, elle pénétra dans sa chambre. Elle était vide mais qu'importait... Elle se demanda si Aysha la succube la surveillait toujours. Elle en avait des frissons dans le dos, se rappelant l'état dans laquelle elle s'était retrouvé au matin, toute engourdis et couturé de plaies. elle éteignit toutes les bougies sauf une à son chevet. Elle s'allongea sur le lit et observa la lueur de la chandelle unique jusqu'à se que ses paupières se fermèrent d'eux-même...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
<L'Ange sentait la présence du Mal. C'était là le moindre de ses pouvoirs. Les Démons de tous bords marchait sur la surface de la Terre au mépris du Codex, aussi l'avait-on mandé pour rééquilibrer la Balance. Larendas pensa.>

<Son incarnation avait de bons côtés. Du Ciel, il ne gardait qu'un souvenir vague de lumière diffuse et de reflets argentés, associé à un sentiment de légèreté et de bien-être. Ici tout n'était que pesanteur mais l'oeuvre du Créateur attisait quelque chose de fort, la flamme passionnelle de la Vie. Larendas sourit.>

<Près du Château de Prydwen, Larendas se plaça au centre d'un vaste champ de cultures verdoyantes puis médita sur la beauté de la Création. Il vibrerait bientôt, en totale harmonie avec la Symphonie Céleste... mais au lieu de cela, il entendit un puissant écho, un Désaccord flagrant dans la partition de l'Unique. Tel était la réponse de Légion. Larendas courut.>

<Les portes de Camelot était ouvertes, la garde désabusée ne prenant même plus la peine de contrôler qui que ce soit. Il se dirigea directement vers le quartier de la Cathédrale, esquivant la foule amère des badauds et aventuriers en quête de fortune et de gloire. Il entra dans la Maison de l'Unique et tous les vitraux étincelèrent pour saluer la venue du Messager. Larendas pria.>

<Les yeux fermés, il vit avec son coeur la voie à suivre. Un humain, une sidhe, un incube portant en eux la flamme éternelle de l'Amour. Sa nouvelle mission. Urgente. Larendas comprit.>
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Post écrit par Ezoniroel (le 11 avril 2002)
<... En la maison des Enfants de Ceridwen... >

<La nuit était déjà bien avancée quand Ezoniroel arriva. Il s'enquit des derniers évènements auprès d'Anthelme.
Leufroy était en salle de lecture et de piètre humeur ces derniers temps mais continuait à veiller sur Dame Thealin aussi discrètement que possible.
Aucune trace à ce jour de l'étrange espion qui avait rôdé ces derniers jours. Mais Anthelme était confiant, son cousin avait partagé sa peine pour ses chiens et avait insisté pour que quatre de ses meilleurs chiens de garde veillent sur la Maison.
Cyrius, le cousin, avait laissé deux des chiens à l'extérieur et deux à l'intérieur de la maison et lui même avait élu temporairement domicile en la demeure pour veiller laissant pour quelques jours son troupeau à ses fils.

Il passa voir Leufroy qui rangea son air renfrogné à la vue d'Ezoniroel, échangèrent quelques nouvelles puis apprenant que Dame Thealin se reposait Ezoniroel pris congé de son ami.>

<Ezoniroel toqua doucement à la porte de la Dame mais nulle réponse ne vint. Il ouvrit précautionneusement. Une odeur acre d'une bougie qui finissait de se consumer sur la table de chevet et un doux parfum lui indiquait que sur le lit, sa Dame dormait.
Il rentra silencieusement, alluma une lampe à huile à la flamme la plus basse et souffla la bougie mourante. La lampe diffusait une lueur faible et orangée, plongeant la pièce dans une sorte de pénombre emplie de volutes d'ombre.

Tsss ... Stupide se dit-il, Encore de vieux réflexes de voyant ... mais il laissa tout de même la lampe pour que Thealin n'ai nulle surprise si elle se réveillait

Il s'approcha du lit, laissa ses mains effleurer les couvertures pour s'assurer de la présence de sa belle endormie et remonta doucement la couverture le laine sur ses épaules, se pencha et avec toute la douceur et la délicatesse déposa un léger baiser sur sa joue. Elle bougea un peu, fronça un sourcil puis un léger sourire se fit au coin de ses lèvres avant que son visage ne replonge dans un sommeil réparateur.

Ezoniroel s'installa sur la chaise jouxtant la tête du lit, il posa sa main sur le bord de la couverture et, rencontrant les doigts effilés de son amour prit délicatement sa main dans la sienne.>

<Murmure>
Je suis prêt de toi ma petite Princesse ... repose-toi ...

Il tendit la main vers la table et éteignit la lampe pour veiller sur le sommeil de sa belle
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Son bien aimé avait décidé de quitter l'Ordre des Porteurs de Lumière pour se rendre en la baronnie de Northumbria. Mais une mésentente vit le jour entre le Seigneur Donnegann et le cabaliste Ezoniroel. Celui-ci ne pouvant supporter de ne pas pouvoir revoir Thealin sans créer une gène déplacé quitta donc Northumbria. Thealin rassembla tous les Porteurs de Lumière présent et réussis à convaincre Ezoniroel de revenir de là ou il n'aurait pas du partir. Ce fut jour de fête...

Quelques temps plus tard, l'Ordre fut dissoute. Thealin et Ezoniroel décidèrent de porter le deuil de ce que fut cet Ordre. Il décidèrent de rester errant en mémoire de l'emblème qu'ils ont porté en leur coeur.

Puis le jour du mariage fut annoncé. Thealin et Ezoniroel s'unirent pour le meilleur comme pour le pire...

Après la cérémonie, lorsque les invités se retirèrent...

Elle rencontra Quamis, l'homme pour qui elle avait eu tant d'amour. Elle voulu le remercier d'être venu. Mais celui-ci, le coeur emplis de mépris, la souffleta. Thealin partis en courant les larmes aux yeux...
Elle se souvenait qu'il y a quelque temps, Orlanth, le Seigneur des Porteurs de Lumière, avant sa dissolution, lui avait ordonné de ne plus lui adresser la parole, pour ne pas créer de tensions au sein de l'Ordre. Ce qu'elle fit non sans regret...
L'Ordre étant dissout, Thealin avait pensé pouvoir lui adresser la parole à nouveau. Mais elle s'était trompée, Quamis lui avait interdit ne serait-ce que le regarder...

Les succubes passèrent à l'action. La reine Tuonetar voulait la tête du Baron Donnegann. Ce qu'elle faillit réussir à obtenir, grâce au Maître d'Arme Argyhll qui détourna leur attention pour permettre à celui-ci de s'éclipser durant le combat. Tuonetar n'avait que faire de la mort du Chevalier. Elle le laissa vivre afin qu'il porte un message à son maître, lui promettant que ses jours étaient comptés.

Le jour qui devait être le plus beau de sa vie était devenu un cauchemars. Un de ceux qu'elle faisait autrefois avant de rencontrer Ezoniroel... Et cela ne faisait que commencer...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Alvi
Alvi [Eveil]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Alvi
 
(superbe histoire, on en redemanderait ^_^)
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Thealin et Ezoniroel Avallach décidèrent finalement de rompre le deuil pour vivre leur vie de couple en la Baronnie de Northumbria, dirigé par le Baron Donnegann, son ami d'enfance depuis toujours. Malgré les dissensions entre le baron et son époux, ils acceptèrent tout deux de s'installer dans un petit village isolé de la Baronnie, appelé Sunderland, en mémoire à ce que fut autrefois l'Ordre des Porteurs de Lumière.

(Texte écrit sur un post par Donnegann)

Les Charpentiers de Sunderland
Sunderland serait le premier Village de la Baronnie à s'enorgueillir d'avoir non pas un, mais deux Bourgmestres !

Les jeunes époux Avallach furent conduits devant ce qui deviendrait bientôt leur foyer. Les charpentiers avaient tout juste fini de poser les poutres porteuses, le Baron voulant accélérer la construction des masures. D'autres Voyageurs étaient attendus dans les semaines à venir, il était important qu'ils puissent s'installer dans de bonne conditions et profiter de la brise maritime qui balayait été comme hiver les côtes de Northumbria.

Dame Thealin et son cabaliste de mari, Maître Ezoniroel, bénirent les murs de leur demeure selon la tradition avalonienne. Elle ne put s'empêcher de lâcher dans un soupir de soulagement :

- « Nous voilà chez nous. »



Ezoniroel avait prêté serment d'allégeance au Seigneur Tarlcabot De Benowic. Quand ce dernier décida de quitter la Baronnie, personne ne s'étonna de voir Ezoniroel partir à son tour. Mais Thealin était devenue une des Conseillère de la Baronnie et ne pouvait suivre son mari sans laisser ses responsabilités, qu'elle devait désomrais assumer seule.

Le couple continua à s'aimer malgré une dure séparation.

Thealin regardait leur maison terminée d’un œil triste et emplis de regret. Le jardin sentait le gazon fraîchement tondue. Une petite fontaine au milieu, où les moineaux venaient parfois se désaltérer, quelques buissons de fleurs de part et d’autre du point d’eau et des lanternes le long de l’allée, venaient égayer ce tableau de rêve… Le soleil commençait à se coucher et Thealin se mit en devoir d’allumer toutes les lanternes qui longeait la route et traversait Sunderland. Le petit village était aussi bien éclairé par le soleil le jour que par toutes les lanternes la nuit. D’où le nom du village…

Assise sur les marches du perron de son foyer, elle s’essuya le front de sueurs et se rendis compte qu’elle devait offrir un bien triste spectacle à qui la verrait. Ses cheveux défaits, sa robe froissée voire déchirée par endroit, et maculé de taches de-là, montrait une femme aux traits tirés, au regard désenchanté, aux joues émaciées et tachées de poussières. Péniblement, la thaumaturge se releva, se tourna vers l’entrée et tendis la main en tremblant pour ouvrir la porte.

Contrairement au village, la maison était sombre et vide. Seuls quelques meubles lui tenaient compagnie, il était parti son époux, son bien aimé… Ils s'étaient promis de continuer à se voir et confirmèrent qu’ils s’aimaient encore tous deux, mais vivaient désormais dans des foyers séparés… Après les derniers travaux, la maison était devenue propre et bien rangée. Thealin alluma un feu de cheminée rapidement en lançant un de ses sorts mineurs de feu, et s’assis en califourchon sur le tapis pour se réchauffer à la chaleur de l’élément qu’elle maîtrisait aujourd’hui à la perfection. Elle observa danser les flammes dans l’âtre durant quelques instants. Son corps la faisait souffrir, ses mains étaient meurtries, mais plus que tout, elle s’était de nouveau retrouvé seule… Elle n’avait pas la force de monter à l’étage retrouver son lit, elle n’avait pas même la force de se relever. Se laissant aller à la langueur qui l’envahis peu à peu, l’élémentaliste de feu s’allongea et plongea dans un profond sommeil entre-coupé de cauchemars. Le long de ses tempes, on pouvait apercevoir un fin filet de larmes qui avait emporté la poussière sur son passage…
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Post écrit par Ezoniroel (le 18 juin 2003)
< Le coeur lourd ... Oui sans nul doute aurait on pu user de ce terme ... L'esprit emplit d'un insondable vide très certainement aussi ... >
< Le mage avait pris un cheval au relais pour rejoindre la Maison des Enfants de Ceridwen, tout du moins pour y loger cette nuit, mais quelques heures d'un pas nonchalant de l'animal avait finit de l'abattre, lui et ses moribondes pensées. Il avait fait tourner bride à l'animal et avait galopé jusqu'à ce que la pauvre bête, toute de sueur et d'écume, n'en puisse plus et réclame repos ou mort. >

< Finissant la route bride à la main il était arrivé en haut de la petite colline qui surplombait Sunderland par le Nord. Un monticule de terre et de roc battu par un vent froid venant des monts plus hauts et plus glacials.
Il s'était assis là, voulant simplement laisser à l'animal le temps de souffler un peu se mentit-il a lui même. Il se releva quand le vent commença a cingler son visage, le lardant d'une myriade de minuscules coups d'épingle. Il se releva mais ne fit pas un pas ...>
< Il étendit les bras, leva les mains paumes vers les cieux et appela a lui son compagnon d'infortune. >

"- Gorky ... Gorky, fidèle ami, prête moi a nouveau tes yeux ... Laisse moi apercevoir la nuit se lever sur une terre qui m'est étrangère mais qui porte en son sein ma bien aimée ..."

< Le Mage posa ses mains sur les épaules du Simulacre et ouvrit ses yeux blanc sur blanc, plongeant dans l'esprit de l'être de pierre pour percevoir ce que voyait ses yeux >

< Un petit village de bois et de tourbe séchée, de toits de chaumes fraîchement coupées et savamment liées, une ruelle, un chemin de terre encore meuble d'avoir vu peu de chariots passer, quelques maisons, récentes constructions, sur lesquelles des paniers de fleurs avaient été accrochés pour égayer un peu les façades grises ... >

<La nuit tombant doucement et voyant les mères au perron héler leurs enfants tardant a rentrer, lançant un dernier assaut dans leur joute de chevaliers rêvés, frappant de taille et d'estoc protégé par un bouclier d'écorce. Les derniers artisans quittant leur échoppe, le maréchal ferrant enfournant bûche sur bûche espérant retrouver sa forge encore chaude au matin, un menuisier, peut être Elhystan, mais impossible de le savoir avec les ombres croissantes, rentrant quelques planches et madriers pour leur éviter une possible pluie, là un fermier tirant nonchalamment sur la corde d'une vache peu pressée de regagner l'étable ... et là une jeune femme au bord d'une fontaine ... >

< Ezoniroel lâcha les épaules de Gorky, rompant d'un seul coup la vision trop dure, étouffant des larmes qui n'arrivaient pas à rendre flou cette image mentale qui meurtrissait son coeur ... Thea ... Sa robe sombre et sa cape bleu rejetée sur ses épaules ... >
< Il n'eut même pas la force de s'asseoir et se laissa choir au sol, ses mains couvrant son visage, mordant ses lèvres au sang pour retenir un hurlement de désespoir ... >

< Gorky hésitait, ne comprenait pas, tournait et virait cherchant désespérément l'ennemi ayant blessé son maître ... Poussant un grognement de rage il s'approcha pour relever son Maître, le porter n'importe ou mais loin d'ici ... en sécurité ... et se vit rejeter comme une vulgaire pierraille que l'on jette au fond d'un lac ... >

< Le temps s'écoula lentement. Gorky s'était assis et regardait son Maître, recroquevillé au sol comme un bête blessée, le visage tourné vers le sol et enfouie dans les herbes qui ruisselaient de ses larmes comme elles recueilleraient bientôt la rosée de l'aube. Quelques brins d'herbes courbées par l'eau de la vie, pliées par le poids d'un visage, écrasées par d'humaines émotions ... >

< Ezoniroel chercha un long moment en lui la force de quitter cet endroit, de lever son visage qu'il aurait voulut enterrer au plus profond de ce sol qui lui prenait son aimée, de plonger au coeur de cette terre ou il aurait voulut s'enfermer ... pour enfin ne plus penser ... Ne plus souffrir ... et dans le silence, mourir ... >

< Le Simulacre, après tant d'années d'errance avec son maître, après tant de luttes et tant de marches ou ses yeux avaient été siens et ses mains de pierre sa seule défense se leva et doucement souleva celui qui l'avait appelé, qui l'avait façonné de sa pensée. Il remit le Mage debout et, au contact de son Maître puisa dans ses pensées l'origine de sa douleur. Aider, protéger ... Là était sa seule vocation. Il prit Ezoniroel dans ses bras, pantin désarticulé et descendit la colline. Il contourna les maisonnettes pour n'éveiller aucun soupçon, les quelques rares torchères encore allumées projetaient un halo sinistre sur les ornières boueuses du chemin et les façades des murs grises de n'avoir encore été peintes de chaux. >

< Il gravit la petite colline sur laquelle trônait la maison de la Maîtresse et se tint un moment devant la petite fenêtre donnant sur la pièce a vivre, regardant danser les flammes et se refléter leur couleur chaude et ambrée dans les cheveux d'argent de sa Maîtresse. >

< Ezoniroel releva la tête, le contact de Gorky lui transmettait chaque image qui le frappait comme un bélier a tête d'acier, fracassant le cristal de ses yeux, brûlant sa rétine d'un fer rouge comme si elle avait été à même les flammes de l'âtre. Il serra la main sur l'épaule du Simulacre, se cramponna a lui puis, doucement, reprenant le contrôle de son esprit se laissa remettre debout par son compagnon >

< A nouveau la magie opéra. Peut de gens avait pu voir ou entre-apercevoir cela mais quand il était proche de Théalin, agissant comme un exorcisme, le démon reculait plus loin encore en lui et le laissait recouvrir la vue. Ses yeux se teintaient de nouveau de ce vert d'eau, reprenait lentement leur éclat originel et l'autorisait a contempler et à puiser dans le sourire de sa douce épouse. >

< Il laissa son regard s'attarder sur la forme endormie au pied de la cheminée, une dernière bûche luttait désespérément contre les petites flammes refusant de mourir et courant sur le dos noircit du morceau de bois. Une fine pluie se mit a tomber, sortant Ezoniroel de sa rêverie amoureuse et le ramenant à la réalité. >

< Eteignant les torchères extérieur pour plonger le perron dans les ombres il laissa Gorky sur le pas de la porte et le chargea de veiller puis il entra doucement, sans faire un bruit, pour s'asseoir au côté de sa Mie endormie. Il releva une mèche de cheveu qui lui mangeait le visage. Thealin avait les traits tirés et son sommeil semblait emplit de fantômes qui tiraillaient ses muscles et griffaient ses songes. Il regarda ce visage si doux, si frêle. Laissant sa main glisser en une légère caresse sur ces doigts si fins que l'aménagement de la maison avait meurtrit, il regarda les siennes que nulle écharde n'avait marquée et se sentit le coeur rongé des remords de n'avoir été là et du dégoût qu'il s'inspirait.>

< Avec infinie douceur il prit Thealin dans ses bras, petite plume de noir et d'argent ou battait un coeur pur. Elle s'agita une seconde, repoussant un nouveau fantôme d'un geste à peine esquissé et d'une crispation des lèvres puis retomba doucement la tête alourdie sur son épaule. Avec précaution et lenteur Ezoniroel monta la volée de marche menant à la chambre, poussa de la pointe du pied la porte qui dégageait une odeur de bois tendre et avança jusqu'au lit. Un drap de coton écru, un édredon épais de lin emplit de plume recouvert d'une couverture de laine drue et épaisse recouvrait la couche. Pas de jonchée de paille, pas d'herbe humide sentant la terre et l'humus mais une douce odeur de bois jeune, de plume légère et de coton parfumée. Il écarta couverture et édredon d'un geste hésitant puis déposa son trésor au creux du nid douillet puis referma sur ses épaules le cocon de plume. >

< Assis sur le bord du lit Ezoniroel resta auprès de son aimée. La regardant simplement dormir, passant une main emplit de tendresse sur sa joue ou dans ses cheveux ou lui murmurant des mots doux. >

< Le visage de Thealin avait repris mine plus sereine et un sommeil réparateur s'était emparée d'elle comme l'oiselet sous le couvert d'une aile maternelle et protectrice ferme les yeux et se laisse bercer. >

< De chaudes larmes avaient marbré le visage du Cabaliste, de ses yeux rougis il contemplait comme l'aurait fait un illuminé ce qui était pour lui toute sa Lumière. Les sanglots s'étranglaient au fond de sa gorge mais il continuait a lui murmurer a voix basse >

"- Thealin ... Ma douce et belle amie. Me pardonneras tu jamais cela.
Thealin ... Toi qui ouvre mon coeur et brûle mon âme plus sûrement que toutes les ferveurs de ce monde de fou, qui emplit ma vie de joies de t'avoir prêt de mon coeur et de craintes de te voir t'envoler au loin.
Thea ... qu'ai-je fait là ... ?
Je serais toujours prêt de toi ma Déesse ... à jamais ... Où que je sois, je répondrais a ton appel. Je supplierais les vents de me porter à toi, je gagerais ma vie pour que les oiseaux m'emportent prêt de toi ...
Pardonne moi de t'aimer ... "

< L'aube Impertinente pointa ses premières lueurs, laissant filtrer aux travers des toiles de chanvres teintées d'ocre pâle qui masquaient la fenêtre les rayons lumineux d'un soleil jamais tant honnis que ce jour ou il aurait souhaité que la nuit dura. >

< Doucement il se leva du bord du lit, déposa un doux baiser au coin des lèvres de sa belle et redescendit dans la grande salle. Il raviva les quelques braises survivantes et déposa de nouvelles bûches qui crépitèrent à leur tour laissant s'échapper une douce chaleur qui envahissait lentement la pièce. Il remplit la marmite d'eau, l'accrocha sur la crémaillère du foyer ... et sortit >

< L'air était frais. Une brise sifflante vint se faufiler dans son vêtement lui piquant les bras et lui extirpant un long frisson. Il rajusta son manteau, tourna le regard vers la maison, mais déjà sa vue se brouillait et ses iris reprenaient leur couleur terne et laiteux >

< Il posa une main sur l'épaule du Simulacre et, mentalement, lui demanda de le ramener à sa monture >
< Gorky ne prêta pas attention à la route qu'il empruntait, il ressentait la fatigue de son Maître et voulait le ramener au plus vite. Il s'avança sur le chemin de terre traversant le village. >
< Ils n'avaient fait que quelques pas sur le chemin quand une pierre venue de nulle part frappa le Mage au coin du front. Ezoniroel serra de sa main l'épaule de Gorky, lui intimant l'ordre de ne pas en faire cas et continuèrent leur chemin. >
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Post écrit par Elhystan (le 18 juin 2003)
<tout guilleret, car amoureux assuré d'être aimé également, s'avance vers la Maison finie !>

<sifflote gaiement>

- hwi, hwu, wiou, wiou, woiu, wiou, fla, vah, bing flop daw gaub, whu, whi, fliic, pchou...

- Quel étrange silence ! Et pourtant je vois la lueur d'un feu, que se passe-t-il donc pour que seul le silence me réponde ? Marraine ? Marraine ? Marraine ?

Etrange, serait-elle malade ? Non, elle doit être occupé !

<glisse la tête par la porte restée entrouverte et la voit silencieuse comme morte>

- Oh ! Marraine ! <s'approche d'elle muni d'un lige humide afin de lui rafraîchir le visage afin de vérifier son état et de lui faire du bien en cas de maladie...>
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
<Elle avait cru voir son époux en rêve. Son bien aimé l’avait porté jusqu’au lit conjugal et s’y était attardé pour la regarder dormir, avant de s’en aller au petit matin. Un doux rêve… après les nombreux cauchemars qui la hantait de nouveau chaque nuit. Elle porta la main à ses lèvres, et passa sa langue à l’endroit où il l’avait embrassé… Etait-ce bien un rêve ? Elle avait un doute. Cela lui semblait si réel. Son doux parfum ambré flottait encore sur l’édredon à coté d’elle… Peut-être était-il passé… Comment se serait-elle retrouvé dans son lit en ce cas ? >

<Thealin s’était réveillé au matin dans son lit, Elhystan était présent et lui épongeait le visage à l’aide de son linge humide. Elhystan, son cher filleul adoré. Elle lui fit un petit sourire, mais les yeux étaient remplis de tristesse. >

Thealin : Bonjour Elhystan.
Elhystan : Bonjour marraine. Tu vas bien ? Je suis inquiet pour toi.
Thealin : Je vais bien cher trésor, maintenant que tu es là… Dis-moi, est-ce toi qui m’as porté dans mon lit cette nuit ?
Elhystan : Non marraine. De quoi parles-tu ?
Thealin : Je m’étais assoupi devant l’âtre de la cheminée cette nuit… Alors… si ce n’est pas toi…

<Thealin ne termina pas sa phrase. Son regard était parti loin et ses pensées dans un autre monde. Elhystan lui posait milles questions, inquiet pour son état. Elle n’entendait déjà plus rien et porta de nouveau sa main à l’endroit où Ezoniroel l’avait embrassé. Quand elle se reprit, elle écarta doucement les couvertures et se leva du lit. >

Thealin : Je suis désolée cher ange mais j’ai la tête ailleurs… Tout va bien Elhystan. Tout va bien à présent. Merci à toi de t’inquiéter. Une journée commence, j’ai encore du travail qui m’attend. Aujourd’hui, est une journée spéciale. Je dois me rendre à l’Académie voir Maître Isareth. Il doit me remettre la robe des Archimages en thaumaturgie du feu. Je vais me préparer pour ce moment… que j’ai attendu depuis si longtemps… Les Chevaliers de la Marche seront à mes cotés, tous les anciens Porteurs de Lumière seront là ce soir… J’aurais tant aimé qu’Ezo soit présent également… Va quérir tous nos amis, dis leur que je serais prête pour ce soir.
Elhystan : Bien marraine. A tout à l’heure.

<Elhystan avait le sourire radieux. Il s’en alla en dévalant les escaliers et couru porter la nouvelle à qui voulait l’entendre.

<Thealin descendit, vit le feu allumé sous le chaudron et l'éteignit d'un geste de la main. Elle sourit et alla à la rivière derrière la maison et fit sa toilette calmement, sereinement. Elle effectua la cérémonie de purification du corps et de l’âme avec grande attention, bien qu’elle ne soit pas prêtresse du Culte, elle connaissait les gestes par cœur. Quand elle termina c’est le cœur léger qu’elle alla rejoindre tous ses amis… >
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 
Post écrit par Tuonetar (le 18 juin 2003)
Un Coursier Spectre s'approche de votre village !
..... Un Nuage sans fin s'élève à l'arrière des sabots de ce fantastique destrier qui s'approche de votre village à une vitesse éclair.......

... Arrivant à destination il se mouvoit doucement pour semble-t-il descendre de son piédestal......

Une fois pieds à terre une voix des profondeurs abyssales s'élève en votre baronnie pour atteindre toutes oreilles présentes dans les environs....

Cette vois assurément vous la reconnaissez si vous l'avez déjà entendu, c'est l'inquiétante et majestueuse voix de Tuonetar Hades, reine des Succubes d'Albion.....

Northumbriennnnnnnnnnnnnn, vos âmes nous réclament, vos égarements m'agacent et votre soit disant foi n'est que leurre au milieu de votre royaume..........

Je tiens de ce fait à vous signifier griefs en particulier auprès de ce mortel qui vous représente, pour ne pas le nommer Donnegann.....

Hier soir, un certain nombre d'Albionnais ont eu la surprise et le désagréable honneur de surprendre plusieurs de vos membres en charmante compagnie de mes plus fidèles Succubes....

J'aimerais comprendre pourquoi certains de vos membres se sentent plus en sécurité en compagnie de mes Succubes plutôt qu'en votre compagnie petit mortel de Donnegann.... Il ne saurait être question d'une quelconque trêve entre nos deux mondes vous le savez bien.....

Je ne croyez en rien que je rejetterais ces personnes à l'avenir, bien au contraire.....

Northumbrienssssssssssssssssssss si votre âme est persécutées, n'hésitez pas une seule seconde et venez priez les succubes pour qu'elles ne vous hantent plus.... Nous connaissons la pitié bien que nous ne la reconnaissions pas et pour vous nous saurons l'appliquez.......

Stoppez cette folie vitale qui vous a pris au détour d'un Donnegann enclin à broyer ses propres démons de nuits comme de jours..... Venez demandez pitié aux Succubes qui sauront vous aider si le besoin s'en faisait sentir pour ceux qui en auraient besoin dans vos rangs......

... Le spectre semble maintenant enclin à se retourner mais il attends encore quelques instants, comme s'il avait reçu l'ordre de ne pas bouger .....
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Le miroir des âmes > [Brocéliande - Albion] Thealin ou les brumes d'Avalon
   

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Les vidéos de Dark Age of Camelot RSS
Les critiques de Dark Age of Camelot RSS
Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 09h25.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite