JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 691 (sites) | 1114 (forums)Créer un compte
Dark Age of Camelot
Le miroir des âmes
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Le miroir des âmes > Broc - Albion - Du concept de création littéraire RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Nosroth Delving
Nosroth Delving [GN]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Nosroth Delving
 
Message roleplay

[broc] Du concept de création littéraire

L'érudit posa sa plume et se massa les tempes, cela faisait déjà plusieurs heures qu'il couchait sur papier l'histoire qui avait germé dans son esprit alors qu'il vagabondait dans les rues de Camelot, quelques jours auparavant.
Il décida de se dégourdir un peu les jambes, se leva de son bureau et quitta l'Académie, se demandant où ses pieds le conduiraient cette fois-ci.
Le marché peut-être ?
Derrière lui, un jeune Avalonien courrait pour le rattraper. Souriant, l'érudit ralentit : il connaissait ce jeune homme, ils avaient déjà beaucoup parlé ensemble.
_Maître ! Merci de m'avoir attendu !
_Mais je t'en pris mon jeune ami. Dis moi ce qui t'amène aujourd'hui.
Et tout en marchant à travers les rues de Camelot, ils discutèrent :
_Maître, je ne parviens pas à écrire ce que je veux faire ressortir.
_Allons donc, et pourquoi, peux-tu me le dire ?
_Je me sens englué par les règles d'écritures, par la peur de l'avis des spécialistes, j'ai le sentiment de ne pouvoir respirer à l'intérieur de mon récit.
_Mon jeune ami, je vais te confier un secret : tous les concepts littéraires que tu as pu apprendre, tels "structure narrative", "unité syntagmatique", "cohésion de l'ensemble textuel", tout ceci ne possède qu'une valeur de repère. Ce ne sont qu'une série de règles érigées par ceux venus avant toi cherchant à uniformiser ta pensée aussi bien que ta prose.
_Maître, je ne suis pas sur de comprendre... Ne suis-je pas censé m'appuyer sur ces règles pour bâtir un texte digne de ce nom ?
_Dans une certaine mesure oui, en effet, mais en aucun cas tu ne dois jurer que par elles ! Maintenant, revenons à l'avis des soit disant spécialistes : dis moi, qu'elle est le plus important pour toi ? Est-ce la reconnaissance de ces hommes, ou celle du lecteur, celui qui tournera fébrilement chaque nouvelle page en attendant la suite du récit ?
_Le lecteur bien entendu, j'écris pour partager ma passion !
_Exactement !
_Mais n'ais-je point besoin de la reconnaissance de mes paires pour atteindre le public ?
_Je te répondrais par une autre question : Pourquoi une histoire devrait-elle être autre chose qu'une histoire ? N'est-ce pas, au final, ce qui importe le plus ? Une continuité narrative, emmenant le lecteur du début à la fin de l'intrigue, lui insufflant le désir de continuer à chaque page tournée ?
_Je crois que je comprend Maître.
_Je n'en doute pas mon jeune ami. Maintenant souviens toi de ce petit dicton : le critique littéraire est comme l'oenuque, il sait mais ne peut pas. Ne l'oublie pas quand tu te heurteras à eux.
_Cela vous est arrivé Maître ?
L'érudit regarda son élève avec la sagesse et la bonté d'un père :
_Plus d'une fois en effet, plus d'une fois.
Le jeune salua l'érudit et s'éloigna, laissant le vieil écrivain de nouveau seul avec ses pensées.
"L'écriture est sans conteste l'une des meilleures sources de création narratives, surpassant tout autre médium en terme de possibilités imaginatives... Elle ne mérite pas d'être bridée par de pseudo consensus intellectuels. Laissez nous écrire de simples histoires !"
Les cris joyeux du poissonnier le ramenèrent à la réalité et il se rendit compte avec joie que Gribouille, le ptit chat de la Mère Michel, se frottait à sa jambe tout en le regardant avec espoir.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Lyséa
Lyséa [CO]
Reine
 
Avatar de Lyséa
 
Une jeune sarrasine d'abord dissimulée par les ombres, esquissait un sourire mutin en écoutant la discutions.
Puis enfin décidée, elle quittait ses ombres protectrices pour aparaitre ainsi à la vue de l'érudit.
D'abord un peu surpris, l'écrivain salua la sicaire d'un bref incline ment de tête.

-J'imagine que vous avez entendue notre conversation.
-Exact.
-Et si vous vous montrez à ma vue, c'est pour intervenir.
-Perspicace ! <Sur un ton taquin>
-Je vous écoute, en ce cas.
-Je ne parviens pas à écrire car mes mots se perdent dans les cris inutiles et les vantardises de ceux qui m'entourent.
-Parmis ces gens, il y a des oreilles attentives.
-Je ne cherches pas reconnaissance, je cherche personnes avec qui partager.
-Le partage est une denrée rare de nos jours, sicaire, il faut savoir la cultiver.


Lyséa sourit de nouveau, un air espiègle se dessinait sur son visage, machinalement elle caressais le fourreau de son arme.
L'érudit contemplait son geste, levant un sourcil interrogateur..puis prenant à son tour un ton Taquin.

-Par contre je me passe volontiers de ce genre de partage sicaire <dit-il en désignant la lame du menton>
-Donc vous imposez des règles au partage ?
-Non, je te donne là mon avis, libre à toi de faire ce qu'il te plais.
-Hum...<hésitante>
-Oui ? Je t'écoute ne sois pas réticente.
-J'ai lu des textes dans votre académie ils sont magnifiques, et rendent les miens médiocres.
-Je ne crois pas, sais-tu pourquoi ?
-Peut-être...
-Exprime toi, tu en as tout le loisir !
-Parceque chacun des auteurs est différents, chacun amènent sa propres essences, sa propre écriture, on ne peut pas les dires plus bons qu'un autre, ou plus mauvais, ils sont..différents seulement.
-Hey! Toi aussi tu deviens perspicace.


Lyséa réprimait un sourire, gagnée par l'amusement et la taquinerie de l'érudit.

-J'aimerais qu'il y est des gens comme vous, des gens chaleureux, qui donne une atmosphère agréable...
-Il ne tient qu'a moi et à d'autre de faire le premier pas, pour que ce souhait se fasse, sicaire.
-Au plaisir, érudit..au plaisir...Et laissez donc vous allez à conter vos histoires!


(Comprendras l'interessé )
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Nosroth Delving
Nosroth Delving [GN]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Nosroth Delving
 
Un début et une fin sont des choses d'une fragilité et d'une douceur infinies...
De retour à l'Académie, l'érudit s'était remis au travail. Penché sur les textes éparpillés sur son bureau, il souriait doucement en pensant à l'agencement narratif qu'il avait mis sur pieds pour surprendre ses lecteurs.
Plus encore, il repensa à cette phrase qui l'accompagnait où qu'il aille : "Le passé nous rattrape toujours". Oui, ils aimeraient la fin de son histoire, il en était persuadé.

Ce qui sera, fut.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sydoine
Sydoine [LBH]
Reine
 
Avatar de Sydoine
 
Message roleplay
Lui saura peut être
Depuis qu’elle coud, Sydoine aime à le faire près de la petite forge, pas trop de monde, pas seule non plus. Elle n’aime ni la solitude, ni la foule, ce t endroit est parfais. Alors qu’elle était tout à son ouvrage, elle entendit, malgré les miaulements désespérés de Gribouille, une conversation entre un homme et un autre plus jeune. Les deux hommes parlaient de littérature, de manière et de forme, de rêve et de règles. Soudain intéressé par ce qu’elle entendait, elle cessait sans même y penser de coudre, pour ne plus faire que prêter l’oreille à cette conversation sur le verbe et la prose. Une fois le jeune homme reparti, et comme elle n’osait pas aller voir l’homme qui était resté et semblait être un maître des mots, elle pût assister à la suite de la conversation, avec celle qui lui donnait des frissons depuis si longtemps, Lyséa. Celle-ci s’en retourna comme le premier homme. Sans trop savoir pourquoi, Sydoine décidait de suivre l’homme pour lui parler mais … dans un endroit calme. Quelle ne fût pas sa satisfaction de le voir entrer en l’Académie, décidément, elle renfermait bien des gens de grande valeur cette Académie. En terrain presque conquis, elle le suivait de loin, discrète avec son habit de toile qu’elle aime porter en dehors des combats. Elle le suivit enfin jusqu’à cette petite pièce qui semble t il lui sert de bureau. C’est presque gênée qu’elle entre avec respect dans le petit bureau, puis enfin se décide à parler, prenant la suite de la conversation entendue cinq minutes plus tôt, comme si l’homme en était encore là.

Bonjour messire, je me présente, Sydoine de Ponthus, j’ai surpris à la fontaine une conversation sur l’écrit et …hésite un instant de peur d’être ridicule … je voulais savoir…

Ressentir des choses fortes et qui font trembler l’âme je sais, se croire morte alors que l’on sent son cœur exploser en milliers d’éclats épars je sais aussi, se prendre pour une déesse à la suite d’un regard aimant enfin je sais. Mais quand je lis les textes, les beaux, je me rends compte que je n’arrive pas à … cherche un mot qui lui semble juste…projeter l’insondable beauté, violence et force des choses que je ressens. Comment faire si on ne sait marier les mots pour leur donner la force de faire transparaître les sentiments ?

Comment puis je faire pour livrer mon âme …

Sa palabre terminée, elle se rend soudain compte de son outrecuidance d’être entrer ainsi sans y être invitée, et d’avoir aussi vertement pris la parole. Elle commence alors doucement un geste de recul vers la sortie, se demandant s’il ne valait pas mieux partir d’elle-même, avant que l’homme ne la renvoie au dehors.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Nosroth Delving
Nosroth Delving [GN]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Nosroth Delving
 
L'érudit parut touché par la demande de la jeune femme, et c'est avec une voix douce qu'il répondit :
_Ma chère, même s'il est vrai que la maîtrise écrite de la langue, tant au niveau grammaticale que syntagmatique, ainsi qu'une bonne connaissance de son vocabulaire constituent la fondation d'un texte, il n'en demeure pas moins que ce qui animera le dit texte sera votre coeur.
La meilleure façon de se livrer soi-même dans un texte est tout simplement de croire en ce que l'on écrit. En cela le texte puisera sa force, et ipso facto, vos lecteurs aussi.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Algha
Algha
Alpha & Oméga
 
Avatar de Algha
 
Le Vieux Ranger désireux de rencontrer ce vieil érudit dont il avait entendu parler au delà des frontières de son royaume , Decida de se rendre en terre d'albion sous un voile noir et ne laissant parâtre que ses yeux perçants

Apres moultes duperie et nombre de pas effacé par le vent , il atteignis Camelot et y entra pour rencontrer ce grand érudit

Le vieux ranger sous son voila s'approcha d'un garde et lui posa quelques questions pour trouver ce vieil homme

_Bonjour Noble garde , pourrais-je troubler votre ronde pour vous quémander quelques renseignements ?

_Oui vieil homme , je suis a vous pour quelques minutes
_Merci Noble Gardien de Camelot , je cherche un vieil érudit qui parcours les rues de Camelot l'auriez vous vu récemment ?
_ Hum laisser moi réfléchir , .... Oui il me semble l'avoir vu pres de la fontaine sacrée de notre Belle Citée
_Où pourrais-je trouver cette fontaine sacrée ?
_Pres de la place de Camelot , non loin d'une dame vêtue de noir y restant toute la journée
_Tres bien merci Noble Garde, je ne vous dérange pas plus

Le Garde fièrement armer de sa plus belle armure d'apparat et Le Vieux Ranger caché sous son voile s'inclinèrent mu tellement

Apres Trente minutes de recherches il trouva enfin la fontaine sacrée dont le garde parlait ainsi que le vieil érudit

Se rapprochant du vieil homme le Ranger resta a l'observer avec admiration sans le perturber

------------
Apres une heure de concentration le vieil érudit se retourna pour faire face au Ranger qui attendait que l'érudit termine ses pensées

_Bonjour
dit t'il d'un air intrigué.
_Bonsoir Noble Erudit des terres d'Albion
_Que me voulez vous vieil homme?
_J'ai fait un très long et tumultueux voyage pour vous parler
_Oui , je vous ecoute
_Mais surtout pour vous donner quelque chose auquel je tiens énormément pour que quelqu'un ,le jour où je disparaitrai, reprenne les ecrits que j'ai mener depuis tant d'année

Menant parole a ces gestes le Ranger lui donna un Receuil de pensées
_Mais que voulez vous que je fasse avec ceci ?
_Beaucoup de précepte que l'on m'as appris étant jeune y sont très minutieusement inscrits ceux que vous avez l'air vous aussi d'inculquer aux jeunes "plumes" ,ainsi que des mémoires concernant beaucoup de Heros Albionnais ,Hiberniens et Midgardiens qui ont fait beaucoup pour leur Royaumes que j'ai moi même connu ou observer de pres,
Leur générosité , leur courage et leur esprit sont un exemple pour chacun de nous , j'ai noter beaucoup de chose pour chacun de ces Heros mais je ne peux malheureusement plus continuer cette Tache ,le temps viens a me manquer et mon corps se meurt

Peut etre l'ecriture ou le style en lui meme vous paraitra inconnu mais c'est ce que l'on m'as appris, j'avais decider de faire selon ma passion pour l'ecriture de recits heroïque si mes precepteurs m'avais vu ecrir cela , ils m'auraient lancé une malediction je pense , mais au diable les normes ...

Intrigué l'érudit pris le livre paraissant très ancien et commença a le lire , avant meme de relever la tete l'érudit s'appercu que l'étranger n'était plus la , avait t'il rêver ? ...

....

En partant et retournant dans son pays , le Ranger vit Un Highlandeur , revetant une armure verte des plus decorée .
Il reconnu son vieil ennemi , Aratorn , il se dirigeait vers la Table ronde dans le centre de Camelot ...

Le Vieux ranger effleura l'epaule du Grand Maître d'Armes Albionnais ,qui etais arreté le temps d'une salutation ,et lui fit une entaille sur sa paume de main avec sa Dague Bleu de la Caverne Galladoria qu'il ne sentit meme pas tellement il le fit avec precautions et delicatesse . Cette marque representait une Rune Nordique qui selon une legende auraient certaines specificités ...

Il se souviendra de cette marque quand il verra le vieux Celte, elle lui fera mal et il ne pourra meme plus combattre en le voyant , mais comme le dit la legende celui qui subit cette blessure sera immunisé de toute forme de blessure faites par l'auteur de cette meme marque ...

C'est avec un leger sourrir que le Ranger quitta l'Ancienne citée .
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Nosroth Delving
Nosroth Delving [GN]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Nosroth Delving
 
Le garde trouva l'érudit assis à son bureau, comme toujours après la tombée de la nuit.
Ecrire alors que les rues de Camelot avaient enfin retrouvé le silence avait toujours été pour lui une source de paix et de satisfaction, mêlée à son manque de sommeil chronique.
C’est néanmoins avec une certaine surprise, aux vues de l’heure plus que tardive, qu’il alla ouvrir la porte de son bureau dans l’Académie et qu’il vit le garde, l’air grave, qui lui tendit une missive.
Dépliant délicatement la lettre, l’érudit profita du rayonnement paisible de la lune qui baignait la cours de l’Académie d’une clarté pure et entama sa lecture :

Mon vieil ami, nous venons de recevoir une nouvelle effarante de part ses différentes implications , si bien que ta présence se voit requise à la cours. En effet, vois-tu, le reliquaire Hibernien de Dun Dagda vient d’être détruit.
Azariel.

Refusant de croire ses yeux fatigués, l’érudit relut plusieurs fois ces quelques lignes, pour finalement passer sa pèlerine et entamer le chemin vers le palais de Camelot, tout en pensant qu’une histoire fantastique venait peut-être de commencer… ou de finir.

Mais personne n’était mieux placé que lui pour savoir que certaines histoires ne finissent jamais…
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Le miroir des âmes > Broc - Albion - Du concept de création littéraire
   

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Les vidéos de Dark Age of Camelot RSS
Les critiques de Dark Age of Camelot RSS
Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 16h48.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite