JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 458 (sites) | 954 (forums)Créer un compte
Forums divers
La Taverne
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Le snobisme de culture. RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de baai
baai
Alpha & Oméga
 
Avatar de baai
 
Corwin... ah Corwin, ça m'a l'air dément tyous ces quotes. Sort&nt d'un apéro qui a duré beaucoup trop d'heures, je réécris chaque mot 3 ois et devrais patienter jusqu'à demain pour répondre. hélas c'est irrépressible,.


Compromis : je ne réponds que sur une phrase et on dit que ça a valeur d'ellipse, comme quand au cinéma on montre 11 figurants frottant la chaussée du talon pour signifier la foule, ok ?




Citation:
Provient du message de Corwin Elentári
Là tu apportes plutôt de l'eau du côté de mon moulin, non ? Tous les moyens pour arriver à ses fins, le web donc pourquoi pas, la facilité qui va avec, et la fin avant tout plutôt que le fait.
Je réponds non, pas tellement par esprit de contradiction. Raison : l'un de mes critères objectifs de définition du snob : le milieu endogène, la cooptation. on ne née pas snob, on le devient, les circonstances ou le hasard ont une responsabilité. Ensuite la volonté prend le relai, sous la forme du mimétisme. Une forme de mimétisme social plus que de reproduction sociale (mais elle est souvent là de manière concomitante) à vrai dire.
Le mimétisme porte bien sûr sur des références, je le dis et l'avoue, mais plus encore sur une attitude. Or au niveau de l'attitude, la première chose que le snob apprend, c'est à être le winner dans une situation donné. MOn avis : jamais le snob, à moins d'être un pauvre snob raté donc un non snob, ne prendra le risque de piocher ses biscuits dans le tout-venant citationnel. Il ne s'agit même pas de ne pas prendre le risque, il s'agit d'un orgueil démesuré avant tout.
Un snob qui utiliserait "j'aimerais être une larme pour naitre dans des yeux, etc. " ou "un homme qui en tue un autre est un criminel, un homme qui en tue des millions, etc.", c'est l'antithèse d'un snob.
Experts du web mis à part, le snob ne prend pas ses citations sur le web. Dans quoi son élitisme serait une baudruche crevé d'avance, e loué en soit le web, en somme ? (Non, même pas, comment se vanter de ça).
Le snob, il pioche dans les écrits de jeunesse de Gabriel Matzneff



Je sens que ça va être dur en relisant demain mais je prends le risque - antisnobisme oblige
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ulgrim
Ulgrim
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ulgrim
 
Caepolla a, je crois, bien recentré le débat, ainsi que Fautvoir.
Je me permets de résumer ( par là même, je montre mon puissant esprit de synthèse ), leurs pensées, surtout celle de Caepolla.
Le snob n'est pas celui qui se veut supérieur aux autres, car celui-là est pédant.
Le s(ine) nob(ilia), le sans noblesse, le snob donc, est celui qui veut imiter, mimer, mais surtout pas singer, alors même que c'est le résultat qu'il obtient, les gens de plus haute condition culturelle et sociale que lui. L'exemple-type sorti de mes hautes pensées sociologiques serait donc le parvenu qui se met au golf car le chirurgien du coin ainsi que le notaire y jouent. Exemple applicable à la culture littéraire, évidemment.
De fait, Corwin parlait donc bien de pédanterie, et non de snobisme, au sens étymologique du terme.

Je crois que ces deux posts de Caepolla et Fautvoir m'ont montré la voie. Ou plutôt la solution.

D'après ces exposés, j'en conclus que le snob a soif d'apprendre. Seulement, il veut apprendre non pas pour s'enrichir, pour cultiver sa différence et sa façon de pensée, mais bien pour imiter les gens qu'il croit supérieurs à sa personne.
L'état "snob" est donc la forme primaire de l'état "parvenu", en somme.
Ces discours me font penser à ces romans, où le personnage cherche désespérément à ressembler à ses "supérieurs sociaux". Pour finalement se rendre compte que derrière le verni culturel se cachent les mêmes peurs, ressentiments, pensées, que les gens de sa condition. Mais là où le système devient vicieux, c'est que cette nature humaine, cachée sous une couche de culture, est toujours présente. Tellement camouflée qu'elle ressort de façon beaucoup plus crue que chez les couches sociales "moins aisées"( je développerai ce point si besoin est ).
Je crois que Baai, ou Fautvoir, donnait cet exemple du "cultivé", de l'intellectuel en somme, qui après une argutie de plusieurs minutes, arrivait à une conclusion qui ne valait pas mieux ( ou pas pire ? ) qu'un boniment populaire, une rengaine proverbiale.
D'où le vice du pédant, et l'erreur du snob. L'un méprise, l'autre envie. L'un est mauvais, puisqu'il ne partage pas, l'autre est très moraliste, puisqu'il cherche à atteindre son paradis, en copiant tant bien que mal les gens qu'il s'est posé en modèle.

Pour conclure cette subtile redite ( ), je finis donc par croire que le sort du snob est plus enviable que celui du pédant. Ceci car le premier est aveuglé par une éventuelle mobilité sociale ascensionnelle, alors que le second est déjà au sommet, et attend de voir qui pourra y parvenir, et à quel prix. Seulement le snob peut se rendre compte de son erreur. Le pédant ne fait pas d'erreurs, il est conscient de sa supériorité, et en joue. En cela, le pédant est méprisable.
Finalement, le seul pédant qui mérite considération serait le professeur, et les seuls snobs qui méritent d'avoir la considération du pédant serait l'étudiant.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Loengrin Ismelüng
Loengrin Ismelüng
Alpha & Oméga
 
Avatar de Loengrin Ismelüng
 
Erf merci Cæpolla, je vient d'apprendre ce qu'étais un snob... j'utilisais donc ce terme de façon erroné... il ne me reste plus qu'à retenir cette définition...

Donc impossible de parler de "snobisme culturel" autrement qu'en parlant des gens inculte qui voudrait singer les gens cultivé en utilisant d'une mauvaise manière un vernis de culture glané ça et la...
La ce serait plus proche de la définition du snob culturel alors je pense...

Autrement :

Citation:
Provient du message de Cæpolla
(d'ailleurs pourquoi tout le monde parle de Kant comme si c'était exceptionnel d'avoir quelques notions sur le bonhomme, sachant qu'il existe une épreuve de philo au Bac, que la plupart passe désormais cette épreuve, et que Kant est un des auteurs essentiels du programme ?)
En terminale le livre de Kant abordé serait-il : "idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique" ?
Parce que ce livre est facilement abordable mais n'est qu'un livre "mineur" dans la philosophie de Kant...
En revanche, son livre le plus connu est "critique de la raison pur", et la c'est autre chose... c'est deux années complètes de cours de fac sur ce livre et je suis loin d'avoir vraiment tout saisi...
Kant le disait clairement, il écrivait pour les spécialistes c'est pourquoi ses livres sont difficilement abordable si on ne connait pas les "clés" du vocabulaire Kantien...
Pour Hegel le problème n'est pas tant la manière dont il à écrit (encore que ce soit loin d'être si facile, mais après du Kant ça passe tout seul ) c'est plutôt la somme phénoménale de travaux qu'il a écrit...
Lien direct vers le message - Vieux
Lilith_666
Alpha & Oméga
 
Je vous conseil d'écouter la chanson de Boris Vian : "J'suis snob"
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ulgrim
Ulgrim
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ulgrim
 
Citation:
Provient du message de Lilith_666
Je vous conseil d'écouter la chanson de Boris Vian : "J'suis snob"
Désolé, je n'aime pas les gens pédants qui donnent des "conseils". ......................................
Lien direct vers le message - Vieux
Lilith_666
Alpha & Oméga
 
lol, j'suis snob moi
Lien direct vers le message - Vieux
Lilith_666
Alpha & Oméga
 
Voici la chanson "J'suis snob" du grand Boris Vian. S'y reconnaisse qui veut ou qui ne veut pas ...


J'suis snob
J'suis snob
C'est vraiment l'seul défaut que j'gobe
Ça demande des mois d'turbin
C'est une vie de galérien
Mais quand je sors avec Hildegarde
C'est toujours moi qu'on r'garde
J'suis snob
Foutrement snob
Tous mes amis le sont
On est snobs et c'est bon


Chemises d'organdi
Chaussures de zébu
Cravate d'Italie
Et méchant complet vermoulu
Un rubis au doigt
De pied ! pas çui-là
Les ongles tout noirs
Et un tres joli p'tit mouchoir


J'vais au cinéma
Voir des films suédois
Et j'entre au bistro
Pour boire du whisky à gogo
J'ai pas mal au foie
Personne fait plus ça
J'ai un ulcère
C'est moins banal et plus cher


J'suis snob
J'suis snob
J'm'appelle Patrick, mais on dit Bob
Je fais du ch'val tous les matins
Car j'ador' l'odeur du crottin
Je ne fréquente que des baronnes
Aux noms comme des trombonnes
J'suis snob
Excessivement snob
Et quand je fais l'amour
C'est à poil dans la cour


On se réunit
Avec les amis
Tous les vendredis
Pour faire des snobisme-parties
Il y a du coca
On deteste ça
Et du camembert
Qu'on mange à la petite cuiller


Mon appartement
Est vraiment charmant
Je m'chauffe au diamant
On n'peut rien rêver d'plus fumant
J'avais la télé
Mais ça m'ennuyait
Je l'ai r'tournée
D'l'aut' cote, c'est passionnant


J'suis snob
J'suis snob
J'suis ravagé par ce microbe
J'ai des accidents en Jaguar
Je passe le mois d'août au plumard
C'est dans les p'tits détails comme ça
Que l'on est snob ou pas
J'suis snob
Encor plus snob que tout à l'heure
Et quand je serai mort
J'veux un suaire de chez Dior
Lien direct vers le message - Vieux
follet
Alpha & Oméga
 
Bonsoir :)
ne peut lire la totalité pour raison de caprices foromesques.

Ne confondez-vous pas snobisme et pédantisme ?


Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ulgrim
Ulgrim
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ulgrim
 
Re: Bonsoir :)
Citation:
Provient du message de follet
ne peut lire la totalité pour raison de caprices foromesques.

Ne confondez-vous pas snobisme et pédantisme ?


Follet, tu devrais au moins lire mon post-synthèse présent sur la quatrième page, tu aurais la haute émanation des débats qui ont eu lieu ici, et par là-même la réponse à ta question.
Lien direct vers le message - Vieux
follet
Alpha & Oméga
 
Maître Ulgrim

Il est vrai.
Sottement, j’ai oublié, après avoir dû mener une haute lutte pour vaincre les divers messages d’inaccessibilité, que la dernière page peut être lue lorsqu’on ouvre la fenêtre de réponse.

Bien m’en a pris car j’aurais été tentée alors de mettre mon grain de sel, notamment sur l’association snobisme / littéraire ; de même sur les diverses réflexions (ne) plaçant les snobs (que) dans des couches inférieures (par rapport à quoi) briguant le statut (illusoire) d’une parenté avec une classe supérieure (au nom de quoi).
D’autant que les vrais snobs se croisent essentiellement dans les milieux aisés et développent, entre autres, un sentiment de supériorité par rapport à ceux qui ne sont pas eux (groupe) voire même à ceux qui n’est pas lui (individu). A différencier, comme dit, du parvenu.

C'est pourquoi il est curieux de parler, par ailleurs, de snobisme littéraire.
A mon petit avis : le plus souvent le snob s’écoute parler, le pédant est persuadé qu’on est accroché à ses lèvres.

Peut-être celui-là ne cite-t-il pas, mais copie. Il ne semble pas stupide d'avancer : D’autres useront de la même citation pour illustrer leur propos ou en raccourci d’un exposé personnel qui, autrement, s’avérerait être plus long.
Ne pas oublier, peut-être, celui qui aime partager le peu qu’il connaît, tout en restant conscient qu’il s’agit d’un rien au regard de l’immensité des choses à approcher.
Comme il a été dit, je crois, il faut tenir compte aussi du lecteur qui verra du pédantisme chez celui qui écrit, parfois par incompréhension de l’idée développée, ou divergence d’opinion, etc.

Sans compter qu’il faudrait, je pense, circonscrire les réflexions en tranches lieu : (au départ n’est-il pas question seulement de forum) ; éducation ; âge, etc.

Au sujet de la réflexion concernant la blessure d’un soeur ramenée au désir d’expression de soi....... (n’est-ce pas tout simplement l’expression d’une douleur qui demandait à être évacuée ?), cela me fait poser un mot que je pensais mettre ailleurs :

se moquer du manque de culture d’un tierce.

Cela peut sembler hors sujet et pourtant….

Quant à l’hermétisme de certains mots ou phrases pour une personne possédant un peu moins de vocabulaire :
c’est peut-être l’élément le plus essentiel à retenir des questions initialement posées car riche de conséquences tangibles.

Quant à savoir si tous les phraseurs sont des pédants…. Si possibilité de jugement il était donné, ne faut-il pas, entre autres, considérer l’ensemble des écrits ? Ne faut-il pas faire la différence entre ceux qui s’écoutent parler et ceux qui posent leurs opinions ? Ceux qui affirment comme vérité première et ceux qui proposent leurs réflexions ? etc.

arg de zut. Pour quelqu’un qui voulait faire très court voire pas du tout, me voilà pérorant......

En conclusion rapide, je crois que nous sommes quasi tous un peu pédants d’avoir voulu répondre à ces questions *rit*

Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ulgrim
Ulgrim
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ulgrim
 
Citation:
Provient du message de follet
Maître Ulgrim
Tu préfères le fouet ou les menottes ?

Quant à savoir si nous sommes pédants en répondant à ces questions, je me suis moi même posé la question et j'en suis arrivé à la conclusion suivante : Oui.

Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Loengrin Ismelüng
Loengrin Ismelüng
Alpha & Oméga
 
Avatar de Loengrin Ismelüng
 
Citation:
Provient du message de follet
[b]Bien m’en a pris car j’aurais été tentée alors de mettre mon grain de sel, notamment sur l’association snobisme / littéraire ; de même sur les diverses réflexions (ne) plaçant les snobs (que) dans des couches inférieures (par rapport à quoi) briguant le statut (illusoire) d’une parenté avec une classe supérieure (au nom de quoi).
D’autant que les vrais snobs se croisent essentiellement dans les milieux aisés et développent, entre autres, un sentiment de supériorité par rapport à ceux qui ne sont pas eux (groupe) voire même à ceux qui n’est pas lui (individu). A différencier, comme dit, du parvenu.
Pour vous éviter d'aller chercher en bas de l'immense page 3 de ce fil je vous remet ce que nous à écrit Cæpolla :

"Si je puis me permettre donc (ce qui est une formule absurde dans notre cas, puisque sauf à m'enlever mon clavier des mains, je ne vois pas comment on pourrait ne pas me permettre), petit détour par l'étymologie.
Snob est un mot qui vient de l'anglais. A l'origine et dans cette langue, il semblerait qu'il désignait les cordonniers. Au XVIIIème siècle, dans l'argot de Cambridge, il s'est mis à désigner ceux qui ne faisaient pas partie de l'Université. Et par extension, il a servi à nommer les personnes de basse condition des grandes écoles britanniques qui cherchaient à être assimilées aux gens distingués de la bonne société en étalant des manières qu'elles leur empruntaient sans discernement. D'ailleurs, il a également été proposé comme étymologie de snob, une construction sur s(ine) nob(ilitate) (sans noblesse).
En ce sens, le mot français qui correspond le plus exactement au sens original anglais est "cuistre" (mot péjoratif pour désigner les valets de Collège sous l'Ancien-Régime)."

Il s'agit donc bien la étymologiquement de gens peu aisée voulant singer les gens aisée.

Citation:
C'est pourquoi il est curieux de parler, par ailleurs, de snobisme littéraire.
A mon petit avis : le plus souvent le snob s’écoute parler, le pédant est persuadé qu’on est accroché à ses lèvres.
Non, si l'on prend donc l'origine étymologique du terme "snob", le "snob littéraire", qui ne correspond plus du tout à notre cher Oscar dans ce cas, est celui qui cherche à "s'intégrer" dans la "famille" des "grands érudits", pour cela il pense qu'il devra ressortir à tout bout de chants des citations et des termes peu usité, qu'il utilisera d'ailleurs souvent à mauvais escients, afin de se sentir "cultivé" ou du moins de pouvoir le "paraître" au yeux des autres.
Le pédant cherche plus à bien montrer qu'il fait partie d'une élite en utilisant des termes suffisamment compliqués pour que la majorité ne comprenne rien mais trouve ça "joli".

La différence entre les deux c'est qu'un "snob littéraire" continuera à parler avec un érudit, cherchant même sa compagnie et redoublera d'efforts pour réussir à placer un "bon mot" ou une citation alors que le pédant face à un vrai érudit traitera celui-ci de "pédant" car il utilise des termes que lui ne comprend pas.

Citation:
Peut-être celui-là ne cite-t-il pas, mais copie. Il ne semble pas stupide d'avancer : D’autres useront de la même citation pour illustrer leur propos ou en raccourci d’un exposé personnel qui, autrement, s’avérerait être plus long.
Ne pas oublier, peut-être, celui qui aime partager le peu qu’il connaît, tout en restant conscient qu’il s’agit d’un rien au regard de l’immensité des choses à approcher.
Comme il a été dit, je crois, il faut tenir compte aussi du lecteur qui verra du pédantisme chez celui qui écrit, parfois par incompréhension de l’idée développée, ou divergence d’opinion, etc.
Je pense de même, quoique sur la longueur on puisse finir par réussir à juger si une personne est vraiment pédante, snob littéraire ou simplement érudit ou amoureux de la discussion.
Juger sur un seul poste ne rime à rien.

Citation:
Au sujet de la réflexion concernant la blessure d’un soeur ramenée au désir d’expression de soi....... (n’est-ce pas tout simplement l’expression d’une douleur qui demandait à être évacuée ?), cela me fait poser un mot que je pensais mettre ailleurs :
se moquer du manque de culture d’un tierce.

Cela peut sembler hors sujet et pourtant….
Oui je pense plutôt, tout comme toi, que c'est quelque chose qu'il avait sur le coeur et qu'il à trouvé la une occasion de le faire savoir. Cela soulage et un peu de réconfort et de compréhension ne fait jamais de mal.

"Se moquer du manque de culture d'un tierce."
Pour moi c'est la l'expression même de la pédanterie, vouloir "dominer" l'autre par les mots et le faire savoir.
Surtout que comme on dit, "qui peut le plus peu le moins", l'érudit peut très bien, en prenant un peu plus de temps, rester clair pour tous.
De toute façon, se moquer de quelqu'un pour quoi que ce soit c'est un manque de respect intolérable je trouve.

Citation:
Quant à l’hermétisme de certains mots ou phrases pour une personne possédant un peu moins de vocabulaire :
c’est peut-être l’élément le plus essentiel à retenir des questions initialement posées car riche de conséquences tangibles.
Oui on peut parfois tomber sur des phrases ou des mots que l'on ne connait pas. La il existe pourtant deux solutions : le dictionnaire et interroger la personne sur ce qu'elle à voulu dire.
Il ne faut jamais hésiter à demander je pense, c'est quand même un bon moyen de progresser.
En tout cas moi je n'hésite jamais.

Citation:
Quant à savoir si tous les phraseurs sont des pédants…. Si possibilité de jugement il était donné, ne faut-il pas, entre autres, considérer l’ensemble des écrits ? Ne faut-il pas faire la différence entre ceux qui s’écoutent parler et ceux qui posent leurs opinions ? Ceux qui affirment comme vérité première et ceux qui proposent leurs réflexions ? etc.

arg de zut. Pour quelqu’un qui voulait faire très court voire pas du tout, me voilà pérorant......

En conclusion rapide, je crois que nous sommes quasi tous un peu pédants d’avoir voulu répondre à ces questions *rit*
Je ne voit aucune pédanterie dans al recherche de la vérité moi.
Et pour les phraseurs qui serait forcement pédant je dis non, pas forcement, les pédants sont seulement les phraseurs qui se réjouissent du fait que les autres ne l'ont pas compris et maudissent intérieurement celui qui oserait répondre encore plus "intelligemment" que lui à ses écrits...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Malypa
Malypa [Tzm]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Malypa
 
Je dois avouer avoir un peu survoler pas mal de messages pour cause d'heure tardive.

Cependant, il me semble avoir remarqué une constante dans ce qui s'est dit, que je vais essayer de transcrire ici:

Le snobisme est un mécanisme qui intervient entre des personnes de conditions sociales différentes, l'une dominant l'autre dans le cadre d'un conflit mettant en jeu des valeurs qui sont loin d'être limpidement décrites ici.

Ce conflit est évoqué dans le sujet, mais sans s'y attarder, on préfère digresser soit vers des références Littéraires parfois obscures ou peu accessibles soit vers une réflexion plus générale et subjective sur le snobisme.

Ce conflit donc, entre deux personnes de classes sociales différentes, et qui cherchent implacablement à se distinguer l'une de l'autre n'est il pas au centre du débat ?

A savoir que dans l'optique d'un conflit (c'est à dire être dominant ou dominé au sein de la discussion, ceci est l'enjeu) on s'arme, et dans le cas du snobisme on s'arme avec des références culturelles.

Ces références culturelles sont classées selon une axiologie, c'est à dire un barème gradué allant du mieux/meilleur au pire/moins bien.

Cet ordre des jugements de valeur n'est JAMAIS évoqué dans la discussion car l'enjeu de la discussion est également de transformer cette axiologie (en sa faveur, ou en la faveur de son groupe social suivant les cas, c'est à dire de placer sa référence culturelle en haut) et reconnaître le classement de tel ou tel référence culturelle à telle ou telle place au sein de l'axiologie reviendrait parfois à jouer contre son camp.

Percevoir cette axiologie et ce système de lutte pour la domination des groupes sociaux dans l'arène publique revient à comprendre à quel point même lorsque l'on croit donner son avis propre sur tel ou tel sujet on ne fait jamais qu'obéir à un ordre des choses, et à une logique.. de lutte des classes !!!

Pourquoi sommes nous obligés de tenter souvent de manière très pathétique (je parle pour moi également) de placer nos billes au sein de ce conflit ?

Par volonté altruiste de partager ses références ?
Par volonté de dominer symboliquement les autres participants à la discussion ?

Je ne sais pas répondre à cette question, néanmoins j'ai une piste sérieuse:

Depuis que nous sommes nés on nous apprend par le biais des institutions qui nous fabriquent (écoles, famille etc.) que ce que l'on nomme la réussite sociale passe par la supérioté sur "les autres", les concurrents, les ennemis, dans le cadre de la course à l'ascension sociale (érudition, salaire, épanouissement personnel et professionnel etc.).

Cette fonction étrange de l'être humain (la compétition) est au centre de la dynamique de notre société (je ne vais dire ni capitaliste, ni libérale, ni utilitariste, merde je l'ai dit.) et il n'est pas étonnant outre mesure qu'elle s'exprime aussi sur ces forums notamment sous la forme de snobisme (culturel en l'occurrence).

Vous n'en avez peut être pas conscience mais vous aussi vous participez à votre échelle à la (nouvelle) lutte des classes !

<Je pense que je vais rire en me relisant demain>

(je tiens à préciser que je fais explicitement appel aux réflexions de Pierre Bourdieu ou de Karl Marx, il faut rendre à César etc.)
__________________

Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Loengrin Ismelüng
Loengrin Ismelüng
Alpha & Oméga
 
Avatar de Loengrin Ismelüng
 
Citation:
Provient du message de Malypa
Cependant, il me semble avoir remarqué une constante dans ce qui s'est dit, que je vais essayer de transcrire ici:
Le snobisme est un mécanisme qui intervient entre des personnes de conditions sociales différentes, l'une dominant l'autre dans le cadre d'un conflit mettant en jeu des valeurs qui sont loin d'être limpidement décrites ici.
Ce conflit est évoqué dans le sujet, mais sans s'y attarder, on préfère digresser soit vers des références Littéraires parfois obscures ou peu accessibles soit vers une réflexion plus générale et subjective sur le snobisme.
Ce conflit donc, entre deux personnes de classes sociales différentes, et qui cherchent implacablement à se distinguer l'une de l'autre n'est il pas au centre du débat ?
On ne parle pas la de deux classes sociales voulant se distinguer, mais bien d'une classe social voulant ressembler à l'autre si on prend le contexte étymologique, ou alors de personnes voulant se distinguer des autres à l'intérieur même de sa classe sociale si on prend le snobisme tel que décrit par Vian ou Proust (et la ce serait bien Mr Wilde qui serait mon référent si on prend cette définition du snob).

Citation:
A savoir que dans l'optique d'un conflit (c'est à dire être dominant ou dominé au sein de la discussion, ceci est l'enjeu) on s'arme, et dans le cas du snobisme on s'arme avec des références culturelles.
Ces références culturelles sont classées selon une axiologie, c'est à dire un barème gradué allant du mieux/meilleur au pire/moins bien.
Cet ordre des jugements de valeur n'est JAMAIS évoqué dans la discussion car l'enjeu de la discussion est également de transformer cette axiologie (en sa faveur, ou en la faveur de son groupe social suivant les cas, c'est à dire de placer sa référence culturelle en haut) et reconnaître le classement de tel ou tel référence culturelle à telle ou telle place au sein de l'axiologie reviendrait parfois à jouer contre son camp.
Hum... parler d'axiologie revient à dire que la personne parlant voudrait imposer son système de valeur morale, hors on parle de gens utilisant la culture non pas pour défendre un système axiologique quelconque mais bien de personnes sans morale voulant avoir raison ou se "mettre en avant".
Si vraiment l'axiologie était si importante on verrait plus souvent les philosophies "totalitaires", c'est à dire les philosophies non discutables tel que les philosophies religieuse ou même le communisme venir "clore" une discussion.

Citation:
Percevoir cette axiologie et ce système de lutte pour la domination des groupes sociaux dans l'arène publique revient à comprendre à quel point même lorsque l'on croit donner son avis propre sur tel ou tel sujet on ne fait jamais qu'obéir à un ordre des choses, et à une logique.. de lutte des classes !!!
Erf, c'est le problème du communisme... si on parle d'un point de vue communiste, TOUT provient du problème de la lutte des classes... c'est l'une des raisons pour laquelle cette philosophie est totalitaire.
D'un point de vue religieux on aurait pu dire que si on faisait cela c'est tout simplement parce que c'était la volonté de Dieu, ou qu'Il nous mettait à l'épreuve...
Voilà pourquoi je ne ferai pas intervenir la lutte des classes ici...

Citation:
Pourquoi sommes nous obligés de tenter, souvent de manière très pathétique, (je parle pour moi également) de placer nos billes au sein de ce conflit ?
Par volonté altruiste de partager ses références ?
Par volonté de dominer symboliquement les autres participants à la discussion ?
Je ne sais pas répondre à cette question, néanmoins j'ai une piste sérieuse:
Depuis que nous sommes nés on nous apprend par le biais des institutions qui nous fabriquent (écoles, famille etc.) que ce que l'on nomme la réussite sociale passe par la supérioté sur "les autres", les concurrents, les ennemis, dans le cadre de la course à l'ascension sociale (érudition, salaire, épanouissement personnel et professionnel etc.).
Cette fonction étrange de l'être humain (la compétition) est au centre de la dynamique de notre société (je ne vais dire ni capitaliste, ni libérale, ni utilitariste, merde je l'ai dit.) et il n'est pas étonnant outre mesure qu'elle s'exprime aussi sur ces forums notamment sous la forme de snobisme (culturel en l'occurrence).

Vous n'en avez peut être pas conscience mais vous aussi vous participez à votre échelle à la (nouvelle) lutte des classes !

(je tiens à préciser que je fais explicitement appel aux réflexions de Pierre Bourdieu ou de Karl Marx, il faut rendre à César etc.)
La société nous apprend bien des choses, ce n'est pas pour cela que nous sommes toujours d'accord avec ces choses ou que nous y participons.
La "réussite sociale" n'est pas si importante pour tous, certains s'en fichent totalement...
Il existe des gens, dont je suis, pour qui la discussion se suffit à elle même, sans aucun but de domination ou autres.
Oui, ça peut paraître étrange mais je voit souvent la discussion comme un fin et pas comme un moyen... d'ailleurs en y réfléchissant bien ce serait un moyen pour quoi ?
Avoir raison ? C'est si facile d'avoir raison quand on y réfléchit bien...
Lien direct vers le message - Vieux
follet
Alpha & Oméga
 
Bonjour :)
Ulgrim
*malicieuse*
Peut-être, puisque le lieu est à la science, pourrions-nous en profiter pour voir les différentes définitions de Servante et Maître.
*lui chuchote*
Permettez-moi de vous donner l’humble sentiment que j’ai de vous, hors certaines considérations..... : estime.

Loengrin
Voyons, voyons, s’agit-il ici d’une manière de thèse ou bien d'imprudemment débattre sur d’éventuelles vanités foromesques ? Donc actuelles ?
Comme chacun sait, le sens des mots évolue et les signifiants d’il y a quelques siècles parfois années, n’ont plus la même résonance. N’est-il pas ?

Il m’est impossible d’associer snobisme et littéraire. Malypa, à mon sens, a posé un mot plus juste : culturel. Snobisme culturel.

Sur l’hermétisme…… vocabulaire :
Il s’agissait d’un autre angle de questionnement. Mais ne retrouvant pas le passage qui le mentionnait, et ne voulant pas faire une interprétation personnelle en la redonnant en substance, je ne peux me permettre de la reprendre. Dommage, pour moi bien sûr, car elle paraissait importante.

Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Le snobisme de culture.
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 01h39.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite