JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 669 (sites) | 1225 (forums)Créer un compte
Forums divers
La Taverne
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > George Orwell, un "Big Brother" de la guerre froide RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de FautVoir
FautVoir
Alpha & Oméga
 
Avatar de FautVoir
 
J'ai trouvé ce texte de 98 du même Timothy Garton Ash cité par l'article comme ayant "mis la main" sur le fameux carnet :
Citation:
A word is due about the already notorious list of crypto-Communists and fellow travelers, which he is popularly thought to have handed over to the British secret service. ("Socialist Icon Who Became an Informer," trumpeted the Daily Telegraph when "breaking" the story in 1998.) The facts are these. Orwell kept a pale blue notebook in which he noted names and details of suspected communist agents or sympathizers. The content of this notebook is disquieting, with its sharp judgments—"almost certainly agent of some kind," "decayed liberal," "appeaser only"—and especially its national/racial annotations: "Jewish?" (Charlie Chaplin) or "English Jew" (Tom Driberg) as well as "Polish," "Jugo-Slav," "Anglo-American," and so on. There is something unsettling—a touch of the old imperial policeman—about a writer who could have lunch with a friend like the poet Stephen Spender and then go home to note "Sentimental sympathizer and very unreliable. Easily influenced. Tendency to homosexuality."

However, two very important things need to be said in explanation. First, there was a Cold War on. There were Soviet agents and sympathizers about, and they were influential. The most telling example is the man Orwell had down as "almost certainly agent of some kind." His name was Peter Smollett. During World War II he was the head of the Russian section in the Ministry of Information, and it was on his advice that T. S. Eliot, no less, rejected Animal Farm for Jonathan Cape. We now know that Smollett was indeed a Soviet spy.

Second, Orwell did not give this notebook to the British secret service. He gave a list of 35 names drawn from it to the Information Research Department, a semisecret branch of the Foreign Office that specialized in getting writers on the democratic left to counter the then highly organized Soviet communist propaganda offensive. Absurdly, the British government has not declassified this list or any letter that accompanied it. So we still don’t know exactly what Orwell did. But from the available evidence it is quite clear that Orwell was not putting some British thought police onto these people’s tails. All he was doing, in effect, was to say: "Don’t use these people for anticommunist propaganda because they are probably communists or communist sympathizers!"

A dying man, but still in complete command of his faculties, Orwell judged this to be a morally defensible act for a writer in a period of intense political struggle, just as he had earlier judged that it was proper for a politically engaged writer to take up arms against Franco. I think he was right. You may think he was wrong. Either way, he exemplifies for us—he is that exemplar—of the dilemmas of the political writer.
Ce que je ne comprends pas bien, c'est que le contenu du carnet était déjà connu en 1998, et que T.G. Ash le commentait déjà abondamment, sans d'ailleurs charger Orwell. L'article du Temps n'apporte absolument rien de neuf par rapport à celui que j'ai quoté. Qu'est-ce qui a fait rebondir le truc ces derniers jours ?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Darth Corwin
Darth Corwin
Alpha & Oméga
 
Avatar de Darth Corwin
 
Citation:
Provient du message de FautVoir
De même que la Ferme des animaux, où les trois cochons figurent Staline, Lénine et Trotsky.
Il y a même eu un dessin animé. Quoi, chacun ses références (bon je l'ai quand même lu hein...).
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Nof Samedisþjófr
Nof Samedisþjófr [Einhs]
 
Avatar de Nof Samedisþjófr
 
Citation:
Provient du message de Iko
Donc, si je comprends bien, il a bel et bien donné une liste de noms au gouvernementt. Est-ce que quelqu'un conteste ce point?
Parceque si la réponse est oui, pas la peine d'aller plus loin.
Oui. Je n'ai plus le canard sous la main, et donc dans l'impossibilité de donner des détails, mais de mémoire, l'organisateur d'un débat l'a contacté pour lui demander qui il était pertinent, selon lui, d'inviter. Orwell a répondu en donnant la liste de ceux qu'il ne considérait pas comme pertinent d'inviter. Si Mind me demandait la liste des personnes à inviter pour un débat sur le PvP dans SWG, que je lui fournissais la liste des joueurs de DAoC comme étant à ne pas inviter car non concernés, et que Mind vendait en douce cette liste au gouvernemen français, ce ne serait pas la même chose que d'aller dénoncer moi même ces joueurs dans le but de leur nuire.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Iko
Iko
Empereur / Impératrice
 
Avatar de Iko
 
Citation:
Provient du message de Nof Samedisthjofr
(...)
Ok, ok

Et le carnet dans lequel il tenait des fiches sur les gens qu'il côtoyait, de l'intox aussi?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Nof Samedisþjófr
Nof Samedisþjófr [Einhs]
 
Avatar de Nof Samedisþjófr
 
Ca, je n'en sais honnêtement rien. Cependant, étant donné que cela provient du même article qu'une rumeur récurrente et erronée, la prudence est de mise.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Atalantis Witchcraft
Atalantis Witchcraft [DS]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Atalantis Witchcraft
 
plus rien ne m'étonne au fond... c un peu comme Walt Disney qui penserai qu'il était nazi derrière son studio de dessin animés
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Darth Corwin
Darth Corwin
Alpha & Oméga
 
Avatar de Darth Corwin
 
Et Céline antisémite.
Oups
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Nof Samedisþjófr
Nof Samedisþjófr [Einhs]
 
Avatar de Nof Samedisþjófr
 
Libé du 26/6 venant, pour fêter le centenaire du décédé, de ressortir lui aussi le faux scoop périmé (l'histoire avait déjà été "révélée" par le Guardian en 1996), le Canard republie un article à ce sujet, ce qui va me permettre de compléter mes propos: l'affaire est démentie dans "George Orwell devant ses calomniateurs", chez Ivrea/l'Encyclopédie des nuisances.
En 1949, Orwell est malade (il meurt de la tuberculose l'année suivant), et il reçoit au sanatorium la visite de Cecilia Kirwan, qu'il avait effectivement demandé, un an au par avant, en mariage). Elle lui parle alors de la lutte qu'elle mène, au Foreign Office, contre la propagande stalinienne, et lui demande de l'aide. Orwell, effectivement anti-stalinien depuis son expérience en Espagne dans les Brigades internationales, et la vue des bolchevique à lœuvre, lui donne alors une première liste, celle des personnes dignes de confiance qui pourront l'aider, puis une seconde, de 38 noms, de sympathisants communistes avoués, qu'il est inutile de contacter. Il n'y a là aucune volonté de dénonciation (il n'y alors aucune chasse aux sorcières en Angleterre, et ces personnes ne cachaient pas leurs idées politiques), simplement d'éviter à une amie de perdre son temps à prendre contact avec des personnes qui, de toute façon, n'auraient pas voulu travailler avec elle. La seule conséquence fut d'ailleurs leur non-invitation à la campagne antistalinnienne, chose reconnue par l'auteur de l'article du Guardian, Garton Ash.

Aucune mention, nulle part, du prétendu "carnet". D'ailleurs, la source de l'information sur la "liste" ne vient pas des documents d'Orwell, mais de ceux de Cécilia Kirwan, retrouvés par sa fille.

Quelqu'un se rappellerait il du nom qu'Orwell avait donné à la réécriture permanente de l'histoire dans le but de dés-informer les foules?
Lien direct vers le message - Vieux
LoneCat
Invité
 
Le genre de "révélations" dont je me méfie énormément, à moins que ça ne soit tiré des archives officielles.

Pour complêter, ce petit commentaire trouvé sur le oueb et dont je me sens très proche.

EDIT: grillé par Nof

Bah alors cet extrait d'un article du Monde, qui retrace un peu la vie militante d'Orwell:

Citation:
George Orwell, auteur de Homage to Catalonia (Hommage à la Catalogne), 1938, a inspiré au cours du temps un indiscutable respect. Une fois le fascisme, le communisme et l'anarchisme libertaire disparus d'Europe, son livre acquiert une portée symbolique. Il fut l'ultime cri désespéré pour la survie de la liberté. C'est ainsi que les Britanniques, en particulier, le considèrent aujourd'hui. La preuve en est le succès obtenu par Ken Loach avec son film Land and Freedom, adaptation du livre d'Orwell.

A son arrivée en Espagne comme volontaire, George Orwell s'enrôle, un peu par hasard, dans les milices du POUM (Parti ouvrier d'unification marxiste). Et là ses idéaux deviennent réalité. Très vite, il se convainc que le Parti communiste est la principale organisation contre-révolutionnaire. Il affirmera : " Le gouvernement républicain craignait plus la révolution que les fascistes. " A Barcelone, communistes et anarchistes s'entretuaient, et George Orwell en arriva à la pessimiste conclusion que l'unité de la gauche était impossible " à cause de la nature même de la gauche ". Malgré ses désillusions, Orwell considéra que la guerre d'Espagne avait un objectif central, aussi sacré qu'inaliénable : la liberté.
Source

Ca correspond aussi à ce dont je me souviens des rares cours de français qui m'avaient intéressés.

Ciao,
LoneCat
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > George Orwell, un "Big Brother" de la guerre froide
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 23h29.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite