JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 722 (sites) | 1306 (forums)Créer un compte
Forums divers
Le Bar de la Taverne
Les forums JOL > Forums divers > Le Bar de la Taverne > [Nouvelle] J'ai huit ans RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Morethil
Morethil
Roi
 
Avatar de Morethil
 

[Nouvelle] J'ai huit ans

J’ai 8 ans

Il pleut. Il est tard, trop tard pour laisser les enfants courir dans les rues boueuses, même dans les favelas de Rio. La pluie cogne les toits de tôles ondulées. Les murs de bois absorbent l’humidité à en devenir friables. Les briques des maisons inachevées sont passées du orange au rouge. L’eau coule depuis le haut des collines et forme des ruisseaux de boue qui se mêlent aux ordures laissée à l’abandon. Les grosses goûtes qui tombent du ciel forment sur le sol des cratères miniatures, qui s’effacent sous l’averse. Avalé par la terre l’eau claire prend des couleurs brunes. Ici, même ce qui tombe du ciel est sali par la crasse d’une vie à l’abandon.

« Léo ! » hurle une voix lointaine. Ce n’est pas une femme qui appelle.

Le souffle d’un coureur se rapproche. C’est une respiration à bout. Il laisse des traces sur le sol. Comme dérangé par les pas de l’homme, l’eau conquérante recouvre aussitôt les marques. Les coupables sont des petits pieds d’enfant maculés de boue. Ses chaussures sont en lambeau, peut-être même plus vieilles que celui qui les porte. Léo a huit ans.
Ses jambes maigres ont du mal à le maintenir. Effrayé par quelque chose qui le poursuit, l’enfant blond ne peut s’empêcher de regarder vers l’arrière. Léo court depuis la colline, tenant en main un objet métallique. Ses yeux écarquillés ruissellent d’une eau transparente. Son visage est bruni par le soleil et la terre. Il porte des vêtement vieillot. Un T-shirt bleu à la couleur délavée et un bermuda beige qui s’arrête à mi-cuisse. Il est trempé, bien entendu, et ses mains et ses pieds sont noire de boue.

« Léééééo ! » cette fois le cris est colérique, agacé même, comme lassé de courir. L’a-t-il vu celui qui le poursuit ?

Une petite ruelle transversale croise l’allée des collines et l’enfant s’y précipite. A bout de souffle il saute derrière un tas d’ordure, se met dos à un mur, s’agenouille et reprend sa respiration. Déjà la boue emporte ses traces, tendis que la pluie tombe sur le visage juvénile.
A y regarder de plus près, Léo a les yeux verts. son visage arrondi est maculé de tâches de rousseurs. Une ligne de sang coagulée croise son sourcil gauche, témoignant d’un coup qu’il a reçu il y a peu de temps. Son nez est droit et ses lèvres son fine. Une bouche timide pincé par la peur. A moins que ce ne soit de la rage… Dans sa main droite il tient un objet de métal. C’est un revolver. Un objet bien trop lourd pour un enfant de 8 ans.
Angoissé, Léo regarde vers la rue. De l’autre côté un vieil homme se cache derrière un rideau blanc pour observer la scène. Il a entendu les cris, cela ne fait aucun doute. Il a vu la course, et à présent il regarde vers la ruelle.

« pardon maman. » murmure Léo contre le vent. Les deux main sur la crosse, a qui Léo fait-il sa prière silencieuse ?

Fidel est un octogénaire méfiant. Ses yeux son cernés de rides qui accentuent son côté curieux. Les yeux plissés comme pour projeter sa vue, il tarde à réagir. Ces scènes son presque commune dans les favelas. A 80 ans Fidel a vu plus d’un enfant mourir sous les coups d’une bande d’adolescents. Parfois sans aucune raison.
Fidel a les yeux gris, neutre. Les cheveux blanc et la peau presque noir. C’est le soleil qui lui a donné cette couleur mais ce n’est pas lui qui l’a rendu méfiant. Fidel a déjà vu des adolescents rentrer chez les gens, et les menacer d’un revolver pendant que des complices vidaient la maison de tout ce qu’ils possédaient.
Mais Fidel n’a pas grand chose. Sa maison est une simple pièce au parquet craquelant. Une porte donne sur la rue, une autre sur la cour. D’un côté trône le lit, de l’autre règne un poêle a charbon qui fait office de réchaud. Le premier à une table de nuit pour l’accompagner, l’autre une commode massive. Au centre une table nappé de lino sépare les deux camps. Fidel n’a presque plus rien, il a même emprunté des sous pour que son fils puisse quitter Rio.

« Sainte Marie, mère de Dieu, protège nous » balbutie le vieillard.

De l’autre côté de la rue, le regard de Léo se projette dans les yeux de Fidel, et le vieil homme ne sait pas s’il voit un criminel ou un petit garçon.
Accourant par la rue un garçon de 10 ans passe en trombe. Ses pas de course claquent dans les flaques de boue, éclaboussant les alentour d’une eau nauséabonde. Il portait un T-shirt jaune et vert. Quel sens ce drapeau peut-il avoir sur les épaules d’un enfant criminel s’interroge Fidel.
Derrière lui accourt un autre enfant, un peu plus grand. Celui-là doit avoir 12 ans. Grand et maigre il flotte dans ses vêtement et court mollement. Celui là court parce qu’on lui a dit de courir, il ne cherche personne.
Pourtant c’est lui qui s’arrête à proximité de la ruelle. C’est lui qui a entendu le bruit que vient de faire Léo contre la poubelle métallique. Et c’est lui qui commence à scruter la rue autant avec ses yeux qu’avec ses oreilles, curieux de comprendre ce que lui disent ses sens. Il va même jusqu'à renifler l’air comme s’il voulait sentir la peur.
Fidel commence à regretter de ne pas avoir ouvert sa porte au petit garçon. Fidel se demande s’il aurait pu faire quelque chose. Fidel secoue la tête… Négation ou regret ?

« Vient par là ! » crie l’enfant au T-shirt jaune.

Happé par le bras de ce dernier le grand dégingandé est tiré d’un geste brusque. Comme au sortir d’un rêve il se laisse emporter vers le bout de la grande rue basse sans protester. Seul son bras, tendu vers la ruelle fait signe d’un désaccord.
Ils s’éloignent et Léo pousse un soupir. Il se lève en regardant des deux côtés et se précipitent vers la porte de Fidel. Ce dernier qui l’a vu s’approcher hésite à nouveau. Il est venu se cacher derrière sa porte, et s’interroge. Combien de temps a-t-il avant que les deux chasseurs ne reviennent ?

« Ouvrez moi ! Demande Léo.
Fidel ne répond pas.
« Aidez moi monsieur, ouvrez moi !
- Comment tu t’appelle ?
- Léo.
- Pourquoi est ce qu’ils te courent après ?
- Pour me tuer.
- Pourquoi ?
- Je ne sais pas, Ouvrez moi ! S’il vous plait ? »

Fidel lui-même se demande s’il est cruel, trop méfiant, presque fou ? Un enfant est il capable de commettre un crime ? L’enfant pleure, et Fidel ouvre.
Pour sécher rapidement les goûtes qui ruissellent depuis ses chevaux, Léo passe sa main gauche sur sa joue. Comme s’il connaissait la maison Léo va s’asseoir sur l’une des chaises au centre de la pièce, se tourne vers Fidel, et pointe son arme dans sa direction.

« Attend ! », hurle Fidel.
Léo Tremble.

« Pablo à dit…, commence Léo.
- Attend ! le coupe Fidel »

Et tendis que le vieil homme se précipite vers sa commode, l’enfant continue de le viser. Fidel, doucement, sort une veste de l’un des tiroirs. C’est un haut de costume bleue découpé dans un tissu épais. Une veste au teint délavé. Un joli habit du dimanche.
Le vieil homme rapidement l’enfile, et va s’asseoir en face de l’enfant. Il a ses réponses a présent. Oui, un enfant peut.

« Pablo a dit qu’il est contant pour ton fils, mais qu’il ne peut pas te laisser encore. Il a dit que comme tu ne le rembourse pas, il faut qu’il te punisse, ou alors tous les autres feront comme toi. Pablo a dit qu’il est désolé.
- Je comprend. »

Et Léo tire.

Si Léo sort par derrière, c’est parce qu’il ne veut pas être seul. Dans la petite cour, Hugo, l’enfant au T-shirt jaune, l’attend avec son comparse. Léo s’approche d’eux, sans un mot, il a du mal a marcher.
« Allez vient Léo, l’encourage Hugo en passant un bras sur ses épaules pour le soutenir. De toutes façon, c’est pas ta faute. »

HC aka Morethil
(Honteux Complice)

Léo, tueur à gage de huit ans, a déjà vécu la moitié de sa vie. Il mourra à 16 ou 17 ans s’il a de la chance.
Quelques autres enfant sont comme lui au Brésil. Payé une vingtaine de dollars par meurtre, il sont utilisé par les gangs.
Protégé par des lois qui interdisent d’emprisonner des mineurs, ils font de parfait assassins… A condition de ne pas vivre trop vieux.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Gannon Darmon
Gannon Darmon [MegaT]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Gannon Darmon
 
trés beau texte ,
malheureusement exact reflet d'une horrible realité ...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Alkord
Alkord
Roi
 
Avatar de Alkord
 
Citation:
Provient du message de Gannon Darmon
trés beau texte ,
malheureusement exact reflet d'une horrible realité ...
entierement d'accord, j'en est meme la larme a l'oeil de cte connerie mwa
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Crabier
Crabier
Alpha & Oméga
 
Avatar de Crabier
 
Choquant et émouvant à la fois. J'adore.

C'est bien toi, Morethil.

Un fan,
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Dame-Flo/Llyane
Dame-Flo/Llyane
Alpha & Oméga
 
Avatar de Dame-Flo/Llyane
 
c'est pas ta faute...



C'est affreux, mais malheureusement une réalité
Lien direct vers le message - Vieux
Elle
Alpha & Oméga
 
Arfeu.
Kan je pense a mon petit bout ki a 9 ans et ki est a l'école..
tous les enfants n'ont pas cette chance.
Lien direct vers le message - Vieux
Pipo géène
Alpha & Oméga
 
J'aime beaucoup ce texte, très bien écrit, et à ce que j'en sais, l'histoire me semble vraiment très proche de la réalité, bravo.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ligeia Zenox
Ligeia Zenox
Reine
 
Avatar de Ligeia Zenox
 

Très bien écrit, la fin m'a surprise et l'histoire m'a bcp touchée, mais surtout tu as su montrer la fragilité du personnage principal, qui est á la fois bourreau et victime . Parfois le monde réel est la plus effrayante des histoires d'horreur...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Wizzy
Wizzy [FED]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Wizzy
 
J'ai eu du mal a lire ce pavé comme tout les autres mais la j'avoue qu'il en valait la peine
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Morethil
Morethil
Roi
 
Avatar de Morethil
 
Merci de l'avoir lu, et merci des compliments qui me vont droit au coeur
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Le Pacifiste
Le Pacifiste
Roi
 
Avatar de Le Pacifiste
 
Très beau texte.
Agréable de lire un truc si bien quand on reviens sur les fora Jol jeter un coup d'œil
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Raziel BackOnJoL =)
Raziel BackOnJoL =)
Alpha & Oméga
 
Avatar de Raziel BackOnJoL =)
 
C'est une honte...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Kritchek
Kritchek
Bagnard
 
Avatar de Kritchek
 
Très beau texte.
J'adore.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Teddy
Teddy
Alpha & Oméga
 
Avatar de Teddy
 
Très beau, sincèrement

Bravo
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ekios
Ekios [SdM]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ekios
 
Texte violement touchant pour moi. Que se soit dans la peau de l'enfant qui tien l'arme, ou du viel homme qui sait qu'il va mourrir.

C'est impressionnant.

Bravo !

Ekios.
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > Le Bar de la Taverne > [Nouvelle] J'ai huit ans
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 23h26.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite