JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 613 (sites) | 1075 (forums)Créer un compte
Forums divers
La Taverne
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Concours d'écriture ! RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Brianos
Brianos
Alpha & Oméga
 
Avatar de Brianos
 
Citation:
Provient du message de Aërandis
Tiens, un survivant, sa fait plaisir de voir qu'on se souvient encore un peu de moi

PS: Vote pour moi Bribri
Et quel survivant!!!


Ayé, j'ai voté!

PS: quand il y aura un autre concours avec une limite de lignes, je participerai!
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Mab
Mab
Alpha & Oméga
 
Avatar de Mab
 
Tiens, ça me fait penser ( et oui Ninie ça m'arrive des fois de penser ) que tous ceux de Caern qui ont posté ont été bardes ( Ou alors Maeva n'a jamais pu faire de concours, mais je crois bien qu'elle l'a été )
Lien direct vers le message - Vieux
Xeen
Invité
 
Mince j'ai oublié de participer !
Je vais donc voter
Lien direct vers le message - Vieux
rien
 
Ce n'est pas très gentil, vous ne m'avez pas mis dans les participants

Bon, pour la peine, et pour faire plaisir à quelqu'un, je mets un deuxième texte, alors, pour du beurre.



Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant, Juliette avait frémit lorsque Gustave lui avait ôté le bandeau qui lui cachait la vue. Celui-ci avait fait montre de mille précautions pour l'emmener en ce lieu dont il lui avait parlé si souvent. En secret. Temple des voluptés les plus inaccessibles pour une jeune fille de bonne éducation, Juliette émergeait en un univers coupé du monde, dans un lieu de rêve, où les lois même de la physique faisaient outrage à ce qui pouvait lui rester de raison.

Sur les murs, des rideaux. Pour fenêtres, des tableaux, dont la nudité des corps peints donnaient, sous l'éclairage tamisé de la cheminée qui crépitait, une impression de vie muette, d'une vie consacrée toute entière à la contemplation et à l'exhibition charnelle.

Devant la cheminée, la vieille femme l'observait silencieusement. Le visage fermé, les mains posées sur un vieux livre, les pieds droits dans leurs chaussures aux interminables lacets, lacets qui remontaient en tournoyant sous les plis d'une robe terne. Statue impénétrable, cet univers était le sien, et Juliette allait devoir, elle le savait, se plier à ses règles.

Seuls les yeux de la vieille femme semblaient animés d'une vie, d'une infinie jeunesse.. ou d'une infinie perversité. Ils observaient le corps rose de Juliette que Gustave, d'une main délicate, un peu tremblante, dénudait, lentement. Sans qu'elle s'en aperçu, Juliette avait déjà laissé poindre le bout de ses seins hors des plis de sa robe. Alors qu'elle s'en rendait subitement compte, elle eut un mouvement d'agitation et les couvrit, un peu honteuse. L'espace d'un instant, elle plongea son regard dans celui de Gustave, comme pour le sonder. Comme pour y trouver la réponse à un mal qui la rongeait. Mais Gustave, elle le savait, ne la jugeait pas mal pour son indécence. Il ne la jugeait pas comme le pouvaient les gens, là-bas, dans l'autre monde. Comme son éducation lui avait inculqué le mal. Comme ce jour où ses tuteurs l'avaient surprise à...

La voix, sèche, de la vieille femme, fendit l'air. « Mademoiselle. La main. ». La vieille et terrible ancêtre, qui avait vu tant de fois ces choses, semblait contrariée par tant de candeur. Une fois encore, Juliette chercha une réponse dans les yeux de Gustave. Celui-ci la comprenait, il n'y avait aucun doute à cela. Mais c'était aussi en lui qu'il lui fallait puiser la force nécessaire. Chasser de son esprit les enseignements respectables, la gêne, la pudeur : toute pudeur. Doucement, Gustave poussa la main qui cachait mal sa nudité. « Ne t'inquiète pas »,lui chuchota-t-il à l'oreille. Et Juliette y trouva du courage. Et en même temps que du courage, elle se mit à sentir grimper le long de son échine une onde de chaleur qui la saisit bientôt toute entière. Elle sentait enfin, se propageant en elle comme une grande caresse, le désir. En un instant, ses tétons se durcirent. L'instant d'après, Gustave y déposait un baiser. Ils se mettaient debout, et la robe défaite de Juliette finit de dévoiler son corps. Les jambes fermes, la peau blanche d'une Aphrodite, la taille fine d'une vierge, ce corps pur et magnifique était prêt à s'offrir enfin.

Juliette était heureuse. Ses mains jointes dans celles de l'homme qu'elle aimait, elle se sentait belle, elle prenait conscience, en lisant ses yeux, et sentant son corps, en observant son front dont commençait à perler la sueur, de toute la beauté qu'une femme peut irradier. Aujourd'hui, ils allaient pouvoir s'aimer vraiment. Communier enfin, se perdre l'un en l'autre. Il serait son Adam, elle serait son Eve et leur union transformerait le monde. Leurs bouches s'étaient rencontrées. Les mains étonnamment expertes de Gustave la prenaient toute entière. Ses rondeurs encore timides n'étaient plus que volupté sous mille caresses. La voix de la vieille femme n'était plus sèche à ses oreilles. Elle serait la voix qui dirigerait la magie de leur métamorphose. Cette voix, elle le savait, allait les séparer un court instant, comme une respiration, leur redonnerait du souffle, et allait leur permettre de mieux se retrouver. Pour enfin..

« Assez, j'ai dit ! Nous allons commencer. » Le livre était ouvert. A chaque chapitre, Juliette ne l'ignorait pas, elle et Gustave franchiraient un nouveau seuil. Ils passeraient un nouveau cap. Tout au court des enluminures et des descriptions, des comptes et des notes en marge, pierre philosophale, grimoire terrible, artefact écrit de la main de Dieu, flétri mais d'une puissance incomparable, le livre allait les guider, jusqu'au franchissement final, le plus beau, celui que nulle parole ne peut décrire.

Et leur danse commença, sur une partition orchestrée par la vieille femme. Gustave, déjà nu, le vit dur comme la pierre, entama les premières notes, qui retentirent comme le fait la musique, mais en un monde où ce n'est pas le temps qui donne forme à la musique : où le mouvement des corps et la force d'aimer donnent au rythme ses inépuisables ressources. Ils s'aimèrent sans fin, de toutes leurs forces, dans un vertige, dans un frisson des sens que nulle réalité assez belle n'aurait jamais pu leur offrir. La vieille femme tournait les pages, et les amoureux s'aimaient.

Juliette, transportée, accomplissait sans férir les mille et un délices que la voix irréelle de la vieille femme lui susurrait. Son corps, frais et plus souple que jamais, ses doigts, plus experts qu'elle ne les aurait jamais soupçonnés, chaque doigt animé d'une énergie propre, sa bouche, sa langue, dont elle découvrait, émerveillée, qu'elle pouvait donner l'amour comme autant d'étoiles pouvaient briller pour elle en cet instant, son sexe, telle une rivière claire, un temple de chaleur abritant l'amour de son homme, leur amour, celui qu'elle voulait lui donner, jusqu'à la folie, tout en elle s'animait en un dessein qui était le plus sublime d'entre tous, qui ne souffrait ni mort, ni maux, ni fin.

Sa bouche fut un calice, et elle y recueilli la semence chaude, vivante, de son aimé qui exulta en un râle de puissance magnifique, fort, quintessence de cet amour au-delà de tout.

Ils retombèrent tous deux enlacés, et respirèrent, à pleins poumons, les odeurs de leur union, soupirant de bonheur.

Gustave avait levé la tête en direction de la vieille qui hocha silencieusement la tête, le livre à ses genoux à ses dernières pages. Lentement, ils reprenaient leurs esprits. A l'invective de la vieille femme, ils se rhabillèrent, et Gustave invita Juliette à la retrouver dehors, derrière la porte par laquelle elle était entrée. Elle n'aurait pas besoin de bandeau cette fois-ci. Elle était différente. Un bref regard à ses jambes recouvertes des humeurs de l'amour, toutes de sang et de sueur, achevait de lui prouver, s'il le fallait encore, qu'elle était transformée. Elle sortit de la pièce, heureuse et impatiente, nouvelle. « Ma vie vient de changer. Une nouvelle vie commence.», murmura-t-elle et elle sourit à son aimé qui referma la porte.

« Alors ? fit le jeune homme. Vous la prenez ? »
« Oui, elle fera l'affaire. Je note. Nous avions dit deux cents : les voici »

La vieille femme sorti de sous les plis de sa robe une bourse qu'elle lui lança. Puis elle prit une plume et nota sur son épais livre les aboutissants de leur accord.

« Bien, nous en avons terminé ? Je peux y aller ? Peut-être voulez-vous que je l'amène au bordel avec les autres ? »
« Ne t'occupe pas de ça gamin. En ce qui te concerne, c'est fini. Mes filles vont s'occuper de Juliette et lui montrer sa nouvelle maison... »

« ... pour elle, une nouvelle vie commence. »
Elle referma le livre et tout était fini.
Lien direct vers le message - Vieux
Qelf
Alpha & Oméga
 
Citation:
Provient du message de Felomes
Ce n'est pas très gentil, vous ne m'avez pas mis dans les participants
Désolé
C'est fait
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Cap'tain Doud
Cap'tain Doud [EW]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Cap'tain Doud
 
Ouaouh Ferno, joli ^^
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Pensée
Pensée
Reine
 
Avatar de Pensée
 
Hop hop hop, que 15 votes??
*remonte le post*
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aërandis
Aërandis
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aërandis
 
Sa augmente, 18 votes là.
EHLP !!!
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Mab
Mab
Alpha & Oméga
 
Avatar de Mab
 
Euh..
Pour le vote, on peut voter autant de fois qui on veut, et même ceux qui ont participé ont le droit de voter pour leur réalisation ?
Gné ?
Comment kça spasse paske moi gé pas osé wotai :/



Je propose que Prune fasse un petit post pour le vote et un récapitulatif pour les différents textes et participants parce que je ne suis pas sure que ça soit très très clair, les textes, le jury, les votes, patati patata .. Gnagnagni gnagnagna, enfin, hmm, voila quoi.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Pensée
Pensée
Reine
 
Avatar de Pensée
 
Tout comme Mab
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Mab
Mab
Alpha & Oméga
 
Avatar de Mab
 
Prune, est-ce que tu peux nous expliquer le déroulement de vote et comment tu as procédé pour avoir un résultat convenable ?

( Ché pas si ma question est claire, mais moi je me comprends )
Lien direct vers le message - Vieux
Qelf
Alpha & Oméga
 
Toi là bas, oui toi lecteur ! Tu souhaite te prendre pour Dieu et juger les auteurs? Alors c'est simple !
-Tu lis tous les textes
-Tu note dans ta tetes le nom de l'auteur que tu préfères
-Tu Cliques :

-Et tu votes !

S'il te plait, votes pas plusieurs fois... (je pense l'avoir desactivé, mais essayes pas )
Et votes pas pour toi ca se fait pas trop

Voila si tu as reussi tout ca, tu gagnes un niveau...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aërandis
Aërandis
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aërandis
 
Au fait, on arrête les votes quand ?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Mab
Mab
Alpha & Oméga
 
Avatar de Mab
 
Y a pas une option qui permettrait de voter une seule fois et ne pas voter pour soi même ?


Ou alors le jury, pourquoi ne pas envoyer vos votes à une personne neutre, genre l'organisatrice/teur du concours, pour ensuite pouvoir répertorier les différents vote et ainsi pouvoir gérer les éventuelles tricheries
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aërandis
Aërandis
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aërandis
 
Sinon, y suffit de faire un post sondage sur le forum
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Concours d'écriture !
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 11h48.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite