JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 453 (sites) | 920 (forums)Créer un compte
Forums divers
La Taverne
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Concours d'écriture ! RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Turanar
Turanar
Empereur
 
Avatar de Turanar
 
Pouf voila mon texte =)

Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant, la créature tenta de se remémorer les événements qui l’avaient amené en ce lieu. Mais rien a faire, tous ce qu’elle arrivait a extraire de sa mémoire était des bribes sibyllines, sans aucun sens … Observant autours d’elle, tous lui paru étrange et inconnu. La salle était a moitié dans la pénombre, seul quelques lumières vertes, rouges et bleues partout sur les parois offrait un semblant de clarté à la pièces. Se relevant d’un pas incertain, elle s’approcha des étranges lueurs courant sur les murs.

Les observant de plus prêts, elle remarqua que ces lueurs clignotantes formaient des phrases, qui malgré le brouillard qui régnait dans son esprit, elle arriva à déchiffrer.

« Alerte, intrusion de la coque du vaisseau par un facteur biologique inconnue. Evacuation immédiate du secteur infecté »

Bien qu’elle comprenne les mots, cela n’avait aucun sens. « Facteur biologique », « coque » tous ces mots étaient perdus dans les méandres de ses souvenirs. Titubant encore un peu, elle explora plus en détail la pièce. C’était une pièce circulaire aux parois grises et couvertes de fils et autres voyant lumineux, seul le rectangle de verre au centre avec le message d’alerte semblait encore fonctionner. Alors qu’elle explorait l’obscurité avec ses mains, elle toucha une plaque étrange et avec un bruit métallique une des parois coulissa pour laisser apparaître une ouverture.

Avec prudence, elle passa le seuil et arriva dans un long couloir. Les lampes au plafond clignotaient, et la moitié ne fonctionnait pas du tous. Une longue traînée d’un liquide rouge semblait quitter la salle où elle venait de se réveiller et s’enfonçait dans l’obscurité du fond du couloir. Intrigué, et complètement perdue, elle suivit la piste écarlate et s’arrêta devant une autre paroi sous laquelle la traîné semblait continuer. Ayant compris que la dernière fois la plaque avait ouvert la porte, elle posa sa main sur un interrupteur semblable qui se trouvait a coté.

La scène qui s’offrit a elle lui coupa le souffle. La salle était dévastée, les lumières du plafond clignotaient de manière erratique, et partout ce liquide rouge dans lequel baignaient des corps d’autres créatures. Un frison couru le long de son dos quand elle compris que ce liquide rouge était ce qu’on appelait du « sang », un mot qui trottait dans son cerveau depuis plusieurs minutes et qu’elle n’arrivait pas a comprendre. Et que les corps étaient ceux d’hommes et de femmes tous morts. La peur commença à s’immiscer dans son esprit, et c’est avec crainte qu’elle s’approcha du centre de la pièce. La, sur un immense siège elle trouva un étrange objet rectangulaire. Le prenant en main, elle remarqua qu’il était constitué de plusieurs autres feuilles blanche sur lesquelles était inscrit d’une écriture tremblante d’autre mots et d’autres phrases.

« — Un livre » fit la créature, prononçant pour la première fois quelque chose à haute voix. Le son provenant de sa gorge lui semblait étrange, comme si elle ne lui appartenait pas. Se remettant de cette sensation bizarre, elle ouvrit le livre et se mit à le lire.

« Journal de bord du capitaine Hawk.
Expédition Alpha Centauri.

Jour 678.
Depuis notre sortie de l’hyper espace, plus aucun de nos ordinateurs de bord ne fonctionne, je suis obligé d’utiliser un livre pour tenir ce journal de bord. Je ne sais pas ce qui se passe, mais je crois que nous sommes sortis beaucoup plus tôt que prévu de notre saut. Cela doit avoir rapport avec les étranges phénomènes qui semble se dérouler autours de notre vaisseau. D’étranges lueurs fantomatiques voltigent autours du vaisseau, tel des fantômes de l’espace. Arielle, le médecin et notre meilleure spécialiste en biologie, semble affirmer que ce sont des créatures vivantes. Je ne sais pour ma part si c’est le cas, mais j’ai hâte de réussir à remettre le vaisseau en état de marche.

Jour 680.
Hier alors que nous nous apprêtions à remettre en marche le moteur principal, un incident s’est produit. Une réaction en chaîne incontrôlé a fait explosé un des réacteurs et a provoqué une énorme explosion. Cela a gravement endommagé la coque mais nous avons heureusement pu isoler les quartiers dépressurisés. J’espère que nous allons réussir à nous sortir de ce coin paumé.

Jour 683.
Une des créatures fantomatique s’est introduit dans le vaisseau. Elle a du réussir à passer quand on a ouvert une des salle dépressurisé pour évaluer les dégâts. Le système de sécurité s’est mis en route, et le quartier où la créature s’est introduite on été isolé. Malheureusement Arielle se trouvait dans cette zone, j’espère qu’il ne lui est rien arrivé.

Jour 684.
Des cris terrifiants ont raisonné dans le vaisseau, des cris de femmes. Bon sang qu’est ce que cette créature est en train de faire à Arielle !

Jour 685.
Une créature horrible s’est introduite dans les quartiers d’habitations de l’équipage pendant la nuit. Mon dieu, quel carnage … La moitié des membres de l’équipage ont été tué … Mais d’où viens cette monstruosité. Elle n’a rien à voir avec les bestioles fantomatiques qui flottent dans l’espace autours du vaisseau.

Jour 686.
Que dieu me pardonne, mais c’est la seule solution. La créature est revenue, et elle a tué tous le monde, Yann le pilote, Sandrine la spécialiste en hyperespace, tous … Il ne reste plus que moi a bord, et j’ai mis en marche l’auto destruction. Tous ce que j’espère c’est de pouvoir oublier cette vision d’horreur de la créature éventrant Boris … Quand elle a levé la tête vers moi … J’ai cru reconnaître … C’était le visage d’Arielle, déformé par une grimace horrible. »

La créature resta silencieuse pendant plusieurs secondes, lisant et relisant les derniers mots du livre. Se levant elle s’approcha d’un des écrans éteint et regarda son reflet. Malgré les difformités et les cheveux couverts de sang, elle reconnu le visage … Son visage … Celui d’Arielle. Alors tous lui revint en mémoire …

10 …
La rencontre avec la créature éthéré.
9 …
Sa transformation …
8 …
Le massacre de ses amis …
7 …
Le combat contre le capitaine dans cette pièce …
6 …
Le tir de laser qu’il l’a blessé a l’épaule …
5 ….
La manière où avec ses mains elle lui avait brisé la nuque …
4 …
Sa fuite vers la salle des cartes après avoir été gravement blessé …
3 …
Complètement assaillit par la peine elle retourna s’assoire sur le siège du capitaine.
2 …
Elle rouvrit le livre et relut les dernières lignes de la page, a moitié couverte de sang.
1 …
Une larme tomba de ses joues et atterrit sur la page du livre.
0 …
Elle referma le livre et tout était fini.


Tutu.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Elandil Eldaron
Elandil Eldaron [EcO]
Roi
 
Avatar de Elandil Eldaron
 
*a pas le temps de tout lire et trouve qu'il y a plein de beaux textes*

*aime bcp le texte à la "Stephen King" de Caith et le texte de Miss M*
Lien direct vers le message - Vieux
Qelf
Alpha & Oméga
 
Remonte petit post
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Cyphen
Cyphen
Alpha & Oméga
 
Avatar de Cyphen
 
Etant donné ce qui s'annonce pour mes épreuves d'examen ( A savoir peu de temps ) je passe mon tour cette fois ci (Dommage pour moi ). Le texte de Turanar est en outre trés trés trés bien...Cela n'empeche pas que j'aime beaucoup les autres aussi...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Miss M La Honte
Miss M La Honte
Alpha & Oméga
 
Avatar de Miss M La Honte
 
Citation:
Provient du message de Cyphen
Etant donné ce qui s'annonce pour mes épreuves d'examen ( A savoir peu de temps ) je passe mon tour cette fois ci (Dommage pour moi ). Le texte de Turanar est en outre trés trés trés bien...Cela n'empeche pas que j'aime beaucoup les autres aussi...

Il est genial mais me rapelle etrangement un film...
Le nom m'echappe...
Un film que beaucoup considerent comme hyper mega effrayant, un vaisseau fantome, une nana qui les materialise, ils meurent tous avec des visions de leur pire cauchemard en prime, une espece de boule qui comprime l'espace temps pour les envoyer en enfer....
merde je me souviens pas du nom...

Miss, qui a tout lu et tout aimé
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Turanar
Turanar
Empereur
 
Avatar de Turanar
 
C'était pas un film, je crois que c'était la Serie "Au dela du réel" ...

Un enorme trou noir, un vaisseau fantome, ou même les ames des morts ne peuvent echapper a l'attraction du trou noir, et un autre vaisseau bloqué dans cet espace replié ...

Yup, je doit admettre que ça y ressemble, bah on ça fait un peu Alien aussi ...

Tutu.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Tovaris Nalor
Tovaris Nalor
Roi
 
Avatar de Tovaris Nalor
 
Je remarque une chose, c'est que pour beaucoup leur texte est tourné vers l'imaginaire, la science-fiction.
Peu des personnes ayant participées à l'essai, ne sont restées dans un cadre, une base réel.

Ah ... la société actuelle donnant les modes ... une terrible chose en soit, enlevant tout le coté créatif à la solution d'un problème, la remplaçant par la facilité de l'imaginaire.

Néanmoins, ils ne sont pas plus mauvais que les autres, juste que pour un problème posé, trop ne vont pas le solutionner mais le contourner.

PS : je suis pas sûr d'être bien clair là
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de WWallace
WWallace
Alpha & Oméga
 
Avatar de WWallace
 
Citation:
Provient du message de Tovaris Nalor
PS : je suis pas sûr d'être bien clair là
Mais si..mais si

Bon, je prépare mon texte et je le balance demain si j'ai eu le courage de le faire..
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Brianos
Brianos
Alpha & Oméga
 
Avatar de Brianos
 
J'aurais bien participé mais le fait que le nombre de lignes/mots ne soit pas limité me gêne, parce qu'on ne peut pas comparer ce qui n'est pas comparable. On ne peut juger un récit de 20 lignes sur les mêmes critères qu'un récit de 200 lignes.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aloïsius
Aloïsius
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aloïsius
 
Re: Concours d'écriture !
Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant, elle tenta une fois de plus de retrouver la formule. Le coeur battant, elle leva ses mains ensanglantées au dessus de sa tête et les mots se mirent à danser dans bouche. Encore une fois, la transe la reprit. Les étranges murs lisses vibrèrent de couleurs plus sombres, et les visages grimaçant revinrent à nouveau dans un tourbillon hurlant. Puis le calme revint, lentement. Ouvrant les yeux malgré la lumière blanche, elle reconnut une des pièces déjà visitée, celle où des lépreux difformes et blafards avait failli l'attraper. Ils étaient encore plus nombreux cette fois, et se levant de leurs lits en gémissant s'avancèrent en titubant. Elle cria à nouveau pour quitter ces lieux de souffrance.

Que se passa t-il alors ? Elle ne se l'expliqua jamais par la suite : elle avait quitté les salles maudites de l'Asile, et se trouvait dans un verger en fleurs. Son regard expert lui permit d'identifier l'endroit comme replié sur lui même, elle pouvait se voire elle même dans toute les directions, au même endroit, à l'infini. En réalité, il n'y avait sans doute pas plus d'une vingtaine de pas qu'elle puisse faire sans revenir à son point de départ. Mais, à deux mètres sur sa gauche (et à des distances variables dans les autres directions) se trouvait une petite cabane de planches vermoulues.

Dérangeant les escargots qui avaient choisi la poignée rouillé pour leur amours, elle fit grincer la porte. Comme elle s'y attendais presque, l'intérieur était immense et luxueux. C'était une bibliothèque ancienne, tapissée de velours écarlates et de dorures. Elle s'avança, craintive des pièges qui lui avait peut être été tendu par son frère. Un lourd in folio était ouvert sur un lutrin baigné d'un rayon de soleil. Avisant le dossier d'un fauteuil, elle essuya ses mains avant de s'approcher du grimoire. Sur la page ouverte les runes dansaient dans la lumière. Elle reconnut le piège qui l'avait conduit dans l'antre de la folie. La solution était sous ses yeux, amenée là par quelques intervention malicieuse de la fortune.

Tournant fébrilement les pages, elle retrouva la formule qui la ramènerait dans le monde des vivants. Lentement, elle commença l'incantation. Elle ne pouvait se tromper, cette fois. il n'y eu pas de vertiges, les murs ne tremblèrent pas, mais elle su qu'elle s'était réveillé. Assise devant son bureau, les derniers fragment du cauchemar dans lequel elle était perdu se dissipèrent de sa mémoire. Entre ses mains se trouvait l'ouvrage que son frère lui avait offert pour son anniversaire, afin de se faire pardonner... Elle referma le livre et tout était fini.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Pr Jozhef Kelso
Pr Jozhef Kelso
Alpha & Oméga
 
Avatar de Pr Jozhef Kelso
 
Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant, du moins dont elle n'avait pas le souvenir, ce qui ne me surprend qu'à moitié, vu la taille de l'Université, Margarteh Knight sortit de son fourre-tout une thermos de thé et quelques sandwichs au concombre, sous les yeux médusés des autres membres de l'équipe.
- "Professeur, vous faites quoi...au juste?" demanda Romain Passerel, jeune agrégé d'histoire, maître assistant spécialisé dans les troubles urbains dans la Haute Egypte.
- Vous voyez bien, mon cher, répondit elle de son inimitable accent, je m'installe. Si les étudiants comptent nous séquestrer toute la nuit, autant prendre nos aises. Thé?
- "Elle s'installe!" rugit M. Morgane. "Elle s'installe, alors qu'une bande de petits cons de gauchistes nous bloquent ici pour des revendications idiotes, Miss s'installe. Ca ne se passera pas comme ça, je peux vous le dire" Et il repartit vociférer son torrent d'injures contre la porte désespérément close, où certains mots revenaient, respect, petits branleurs, mai 68...

Dehors, l'ambiance n'était pas au beau fixe non plus. Yasmine commençait à de demander si on allait un jour arriver à quelque chose : le syndicat Ecologie et Etudes venait de rejeter la motion, une fois encore, arguant qu'il était inadmissible que les brouillons d'examen ne soit pas en papier recyclé. Le délégué de Culturance et Gouvernance virait au rouge progressivement, à écouter le discours de son compère du Mouvement Socialiste de Liberation Estudiantine sur la suppression des droits d'inscription en faculté et le financement de la recherche par l'impôt sur la fortune. Evidemment, concilier les sept syndicats derrière un texte commun était du domaine de l'abstraction. Elle en vint même à oser affirmer qu'avoir pris en otage les profs sans s'être conciliés sur leurs revendications était peut-être une erreur. Les rires méprisants de ses petits camarades, spécialisés en action paralysant la faculté pour des problèmes qui ne concernaient pas les étudiants la remirent à sa place.

"D'un autre coté, il y a deux trois ouvrages pas mal dans cette bibliothèque, regardez, on pourra passer le temps, il y a tout Furet!
"Furet? Cette vieille baderne fascisante? Et pourquoi pas les révisionnistes?" dit la voix méprisante du professeur Blin. "Ca ne m'étonne pas que vous l'aimiez, vous cela dit..."
"Que dois je comprendre Blin? Que parce que je n'enseigne pas les beautés du stalinisme je suis un fasciste? C'est parce que j'ai un nom à particule, que vous dites ça?" demanda D'Harcourt, médiéviste de renom.

"C'est parce que je suis gay, que tu dis ça? demanda Lorenzo.

D'un coté comme de l'autre, professeurs séquestres, qui n'avaient jamais eu l'occasion de se parler franchement, et étudiants rebelles s'insultaient copieusement. Au point du jour, mort d'épuisement des deux côtés, ils décidèrent de signer une trêve, le corps enseignant prêt à tout offrir, les étudiants prêts à accepter la moindre miette.

Avant de se séparer, le professeur Blin tînt malgré tout à rappeler que les cours du mardi suivants seraient annulés, pour cause de grève des enseignants du supérieur. Miss Knight, qui s'était confortablement installée, avait passé le plus clair de son temps à glousser en relisant Trois hommes dans un bateau entreprit de ranger ses affaires. Elle referma le livre, et tout était fini.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Cap'tain Doud
Cap'tain Doud [EW]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Cap'tain Doud
 
j'en ai lu quelques uns, on a des vrais gens qui savent ecrire ici Bien joué Tutu aussi, j'ai bien aimé le ton de ton texte , miss aussi (mais bon, e vais arreter de leur dire a ces 2 là, ils vont finir par plus passer dans les portes )
Quand a moi euhhh .... on me harcele sur ICQ pour que je gratte un trcuc, donc message au vil qui se reconnaitra : on verra
Par contre avant ce soir minuit c'est court, tres court poour pondre un truc potable :/ on verra bien
Sinon bravo a tous ceux qui ont ecrt, quelle que soit la qualité ou les differences qu'il puisse avoir entre les recits, c'est deja une belle chose que de se decider a publier ce qu'on ecrit comme ca ^^ Continuez, c'est en ecrivant qu'n devient ecrivain


Doud, gratte papier a ses heures perdues ^^

(EHLP au passage )
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Foehn
Foehn
Alpha & Oméga
 
Avatar de Foehn
 
Citation:
Provient du message de Jack de Nosgoth-CD
Par contre avant ce soir minuit c'est court, tres court poour pondre un truc potable :/
*a le même problème*
*veut des journées de 36h, au moins, voire 48h, pour avoir le temps de tout faire*

Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Grenouillebleue
Grenouillebleue
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grenouillebleue
 
Tiens, voilà quelque chose qui tombe bien, ça va me changer les idées du dernier chapitre

Je vais essayer de pondre quelque chose.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Mab
Mab
Alpha & Oméga
 
Avatar de Mab
 
Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant....
Elle regarde tout autour d’elle, sa poupée de paille sous le bras, le pouce dans la bouche, les yeux brillant de curiosité balayant toute la pièce.
Une grande table, des chaises, des objets et plein de bazar partout sur la table, une cheminée et puis plein de choses tout autour. Du haut de son assise, elle ne voit pas grand chose, mais c’est pas grave, on va aller visiter un peu.
Une ombre bouge du côté de la fenêtre, elle se lève, non sans difficulté, c’est qu’il faut paraître une grande fille devant sa poupée,[ et ne pas la décevoir], et puis surtout pas lâcher son pouce de la bouche. Allez hop, on se relève comme on peut sans poser les mains à terre.
On grimpe sur la chaise, on pousse le livre sur la table, et on s’installe pour regarder à l’extérieur.
Des champs, des arbres, le vent soufflant légèrement, le ciel bleu parsemé de coton blanc.
Tiens, le grand frère, on va lui faire un petit coucou !
Mais.. Une ombre approche..
Grande silhouette.. Qui bouge lentement.. Une Ombre, elle est très très grande, et en plus toute pointue !
C’est la sorcière du marais ?
Elle vient enlever l’grand frère !
Elle va le cuire dans sa marmite.. Non, elle va en faire son apprenti sorcier, il deviendra méchant et puis et puis et puis..
Gloups..
L’Ombre s’approche..
Chuuuut, pas un bruit, faut rien dire, pas bouger, juste regarder ce qu’il se passe…


- Héé béh ! Crédioumiouch ! Brandissant sa faux à moitié rouillée et tordue
Hé bé toué, kestu fous lé ?
T'as pooa vu où ktu mets les pieds, gargaillou ?

Il est la, gesticulant de tous les membres
Il regarde de haut en bas le jeune garçon tout penaud, tremblant presque devant ce vieil homme à l'allure disgracieuse

- Alors Gazeau, tu réponds à Zar’to ?

'Clic clop clic clop', fait le vieux ''Zar’to'' en s'approchant du jeune homme

Le jeune homme, trébuchant presque sur le sac posé devant lui

- Zar’to y tfra poa d'mal si tu dis ske tu fous ici, sur les terres de Zar’to, Malheureux !

Pas de réponse du jeune homme, qui reste planté là, comme un pieux d'bois, planté là, donc.

- Pourqoué ktu restes planté lô ? Kesséksa? *Pointant le bout de la faux vers le sac*
- Beeeeen, M'sieur, c'est que....
- Haaa ben céqu'y parlions l'gazeau ! Kékti boudiou qtu fais lô ? Tveux m'dire qoué ?
- Beeeen, c'est que...
- Haaa t'imites bien l'goblours à beugler, mais tu mdis pas ske tveux !


Ouille Ouille Ouille, comment il se fait disputer le frangin..
Le Pépé, il va lui couper le bras…. Non, la Jambe..
Pire, Une jambe et un bras !
Avec son gros truc en fer là.. Mais .. Mais.. Pourtant.. Maman avait dit que le Môôôsieur était quand même gentil.. Et qu’y f’rait pas d’mal..
Hmm.. Vaut mieux pt’être pas regarder ça..
On se cache les yeux avec la poupée de paille.
Mais bon, on regarde quand même un p’tit peu.



- C'est que.. Enfin c'est difficile m'sieur.. * Dit le grand frère *
- Boaaarf, tmets un mot après l'ôt, spas compliqué *S'grattant la barbiche, un mégot de paille dans l'coin d'la bouche*
- Oui, maaiiiis.. Vous allez m'disputer..
- Arf, *Crachant son brin d'paille* Smon coup d'pied au cul ktu vas r'cevoir stu mdis poa ske tu fous là !


Aie Ouille, Aie, elle se frotte machinalement les fesses avec la poupée de paille. Un coup d’pied au cul, ça doit pas faire du bien..
Faut pt’être pas regarder, hein.. Non, allez, hop, on regarde plus.
Qu’est-ce qu’on peut bien faire pour éviter de r’garder..
Voyons Voyons..
Tiens, la chose devant, c’est quoi ?
Elle ouvre le livre posé devant elle.
C’est tout plein de couleurs vives, on dirait .. On dirait.. On dirait.. Bah, on dirait que c’est à l’envers..
En moins de temps qu’il faudrait au vieux Zar’to à mettre un coup pied au popotin du gamin, elle renverse le livre de façon à mieux regarde les belles images.
Ca ressemble à plein de fruits, et puis plein de légumes.. Ho ! Une belle tomate ! Et puis là, c’est quoi ? C’est tout vert ? C’est marrant..
Elle reste absorbée la nez dans le livre, oubliant son grand frère et le vieux grincheux..



Le frère, serrant le poing pour se donner un peu de courage, devant le Vieux Zar’to

- Bon, mais.. Euhh, ptêtre que ça va être pire si je vou l'dis
- Ohhhlààà, Pti gars, Crédioumiouch, soit tu mdis vite fé, soit tu t'tires d'là *grommelant*
- Bon, voila.. Un jour j'ai pris quelque fruits et légumes de vos terres. et..
- Bruummbl.. De mes terres ? Gazeau, t’as pris quoi d’mes terres ? Brubrmbml *Fronçant les sourcils*
- Oui.. enfin, euhh.. Quelques trucs.. Pour.. pour manger un peu.. Mais… Ma mère m'a dit que .. que c'était pas bien ce que j'avais fait, et.. dès que.. que je suis revenu à la maison, elle a compris ce.. ce que j'avais fait et ... elle m'a demandé de revenir, avec ma p’tite sœur, pour.. pour vous le donner..
- Grumpff.. *Machouillant un autre brin de paille* Bah ça pour une nouvelle..
- Eeet... Donc, je... Je vous rends le sac.. M'sieur, et j'vous promets.. Que j'ferais plus jamais ça.. dit-il tout palô, les larmes aux yeux Mais siouplé; m'sieur, m'faites pas d'mal.. *Suppliant*
- Montre moé ske t'avions pris dans lsac *Bougonnant*

Le jeune garçon ouvre alors le sac et en sort quelque fruits et légumes communs, sauf... sauf.. Un énorme légume, un cucurbitacée, une énoooooooorme courgette, de cinq à six fois sa taille habituelle

- Crénom de nom, fils dédiou j'hallucinions, *S'grattant pendant de longues minutes la barbiche et le cou*
S'pas possible *Ecarquillant les yeux*
Par les balloches du cornu j'ai du abuser du litron ! *Regardant de long en large le gros légume*

- Allez range moué tout ça ! Jva aller voir kéky z’en disent dans mon bouquin..
- Bon alors, tvas rester à gober les mouches longtemps lô ? Allez, bouge tes miches, gazeau

Le vieux accompagné du grand frère entrent dans la petite maisonnée.
Ils trouvent la petite fille assise tant bien que mal sur la chaise en train de feuilleter le livre du grand père.
La petite fille ne parait pas surprise de les voir entrer dans la pièce, elle les accueille avec un grand sourire, elle a vu, de loin, que son grand frère n’avait pas eu le droit au « coup de pied au cul » alors elle est contente, et elle sait que sa maman avait bien raison.


- C’est ma p’tit sœur, là-bas *La désignant par le bout du bras*
- J’avions bien r’marqué Crémioudiouch.. K’ekty kt’es en train d’faire lô toé?
- Ö M’sieur, la disputez pas siouplé, chui sûr qu’elle a rien fait d’mal, elle est gentille et elle fait pas d’bêtises !
- J’avions pas la grondailler, la gazelle ! Tiens, t’as l’truc qu’cherche !

Elle regarde le vieux Pépé et l’énorme cucurbitacée dans les bras. Un sourire lumineux s’affiche sur son visage. Elle feuillette rapidement le livre et ouvre à la page des courgettes.
Elle saute de la chaise, rampe un peu, se relève, oscille de droite a gauche avant de courir vers les deux ‘’grands’’ et vient tendre le recueil au vieux Zar’to. Ce dernier découvre avec stupéfaction que la petite a trouvé la bonne page, il l’a parcourt des yeux, marmonnant les quelques lignes explicatives entre chaque image de courgettes.


- Bah v’la ty pô kle bestio kt’a trouvions p’tit gô, k’c’est rare ! Y z’en parle pas des gros comme ça la d’dans ! *En tapotant le livre de l’index*
- Euh.. *Fait le grand frère* Ben, alors euhh, c’est peut être une bonne chose pour vous, non ?
- Crémioudiouch, t’parls ouais ! J’va aller l’montrer dans l’marchés d’la région, céty pas tous les jours qu’on voit un truc pareil ! Béh l’Gazaeu, sbien kt’é ram’né çô à la maison, t’es un brave chtit gazeau.. Et ta ptiote soeurette, une bien belle brochette !

Une brochette ?
Gloups..
Ca y est, le pépé il veut nous manger.. Il va faire du ragoût du grand frère et des brochettes de … de..
Gloups..


- Une brochette ? Ma pt’ite sœur ?
- Béh Oué, un bô ptit brin d’fillette, enfin, elle est pô née d’la dernière pluie c’te ptiote lô !
- Haaaa, euh..Ben c’est ma p’tite sœur, hein * Dit-il fièrement *
- Oué, enfin, elle, elle vole pas encore chez les gens * En grommelant *

Moue du grand frère, joues qui rougissent.
Il va devenir une pivoine si ça continue..
Ou pt’être bien un poivron..
Il se tortille dans tous les sens, il va même pt’être faire dans son bas de culotte…


- Oh, Gazeau, spas grave, on fait tous des bêtises, allez, prend l’reste du sac et va l’donner à ta maman, elle pourra vous faire un bon r’pas !

Les deux enfants se regardent, étonnés, contents, et heureux d’avoir passé cette épreuve qu’ils redoutaient tant, surtout pour le grand frère.
Pas d'arrière train rosi par les coups de pieds aux fesses du vieux grincheux..
Pas de bosses, pas de gnons, pas de bleus, c’est en fait une victoire, une grande victoire.
Un truc à raconter à tous les copains.
Un truc, où ça seraient eux, les héros.
Ca serait lui, le grand frère, le frangin, le héros, son héros.
La petite montra le livre au vieux pour le lui donner. Elle s'avança timidement vers lui, et les enfants crurent même y voir le premier sourire du grand père, lorsqu'il avança ses mains vers la relique.
Elle referma le livre et tout était fini.



[Edit : Un p'tit dessin que Landri a réalisé en lisant l'histoire, merci boucoup ]

[IMG]http://******************/kikookooki/images/livre.jpg[/IMG]
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Concours d'écriture !
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 09h47.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite