JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 494 (sites) | 957 (forums)Créer un compte
Forums divers
La Taverne
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Concours d'écriture ! RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Nathas
Nathas
Bagnard
 
Avatar de Nathas
 
apparemment tous le monde va entrer dans un livre ou qqch va en sortir d'après les 2 phrases
P.S sinon tu veux pas mettre le délais a vendredi par ex vu que la plus part des gens font le pont => plus de temps libre
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ziah
Ziah
Reine
 
Avatar de Ziah
 
si on s'inscrit et qu'on poste pas à temps on perd par KO ?

si c'est qu'ça.... *s'inscrit*
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Serafel
Serafel [CdA]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Serafel
 
Re: Concours d'écriture !
Euh je m'inscris et j'ai ma contribution

Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant, elle regardait autour d'elle, un livre ouvert sur les genoux. Ce livre l'avait amene bien loin, bine plus loin qu'elle ne l'avait imagine. Troublant comme le pouvoir des livres peut etre puissant. Celui ci decrivait l'histoire d'un moine boudhiste, adepte des arts martiaux.

Troublant de penser que ce moine avait appris essentiellement par la contemplation. Elle n'avait jamais appris que par les livres. Une associale, ils l'appelait. Elle en souffrait, comme elle souffrait de la douleur de rencontrer les autres. Les livres etaient bien moins blessants. La distance qu'ils imposaient et le respect qu'elle avait pour eux creaient une cloison etanche entre ces miliers de vie et la sienne.

Mais ce moine, lui n'avait pas eu besoin de livre. Il n'avait pas eu peur. A travers ce livre elle voulait rencontrer celui qui avait appris sans lire.

Elle le sentait decouvrir son corps a travers l'exercice physique. L'epuisement, la lutte contre la torpeur et la fatigue apportent des reponses dont elle n'avait pas idee.
Elle le voyait s'emmerveiller de la nature, elle qui preferait la chouette empaillee et docile qui lui servait de repere dans sa chambre vide.
Elle compris ce qu'elle ratait, mais elle ne pu se resoudre a changer sa vie. De depit, elle referma le livre et tout était fini.


voila, premier et dernier jet
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Miss M La Honte
Miss M La Honte
Alpha & Oméga
 
Avatar de Miss M La Honte
 
marrant...la vie au travers des livres ca me rapelle Sartres

BIses serafel

Miss, en train d'écrire, inspirée.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Elphair
Elphair
Roi
 
Avatar de Elphair
 
Début :
Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant....

Milieu...
Ho my God!!! Un livre!!! <étonnement fugace> " hum "se dit elle, qu'est-ce qu'il peut bien faire la?!? ..... tadada...!!! suspense....

Le livre s'ouvrât tout seul et en sortât un Génie tout vert qui lui dit:"Ne Meuuuuu fereeeheerme paaahaaas!! jeune inconnue!!!

prise de panique,

Fin :
... elle referma le livre et tout était fini.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Biquette
Biquette
Alpha & Oméga
 
Avatar de Biquette
 
je m'inscrit
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Tann
Tann
Alpha & Oméga
 
Avatar de Tann
 
Allez je me lance !

Prend les deux bouts de phrases, les colle dans Word et commence à les rejoindre...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Biquette
Biquette
Alpha & Oméga
 
Avatar de Biquette
 
Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant, la petite Maritza était de ces enfants comme nous les connaissons tous, naïfs et curieux.

Comment elle s'était rendue dans cette pièce ? Jouant au ballon avec son amie, voilà que le jouet déambula la rue pour tomber dans cette vieille maison tout au bout du chemin de bitume.

Maritza courut à la recherche de son jouet favori. Lorsqu'elle le prit dans ses mains, un mince filet de lumière dans l'embrasure de la porte de cette salle attira son attention. Intriguée, elle poussa la porte qui grinça sur ses gonds et un nuage de poussière la fît tousser.

Un pas, un autre sur ce plancher de bois usé par le temps et les intempéries. Un objet au milieu d'un cercle captivait son regard.

Un livre.

Combien de fois maman pouvait lui lire une histoire qu'elle aimait tellement ? Lâchant son ballon elle se dirigea vers le centre de la pièce, s'assied et prit le livre sur ses genoux.
Ses doigts glissèrent lentement sur la couverture de cuir rigide, et lorsqu'elle l'ouvrit, une odeur âpre lui monta aux narines. Elle tourna une feuille parcheminée et commença sa lecture.

-Il était une fois...
Un rayon de lumière sembla émaner des lettres calligraphiées à la main sur ces pages vieillies, puis entoura la petite Maritza. L'instant d'après elle n'était plus là.

Une pièce aux murs de chair et de sang l'entourait, des bouches ouvertes et figées en un douloureux rictus semblaient lui dire: La curiosité est un vilain défaut, et des yeux jaunis et glauques la fixaient.

Un lapin à l'oeil percé sautillait ça et là, faisant gicler son sang sur le sol déjà bien sale. Un clown au sourire édenté lui agrippa le poignet.

-Alors petite ? On est perdue ?

Un cri de terreur s'échappa de la gorge de la fillette, et elle se mit à courir vers une porte. Elle tourna la poignée, la tira, et elle s'ouvrit sur un mur. Le clown s'approchait d'elle à grand pas, agitant ses doigts. Les larmes se mirent à rouler sur ses joues.

-Maritza! Maritza!?

Son amie était entrée elle aussi dans la demeure. La petite vit sa copine assise, immobile au milieu d'un cercle ensanglanté. Terrifiée, elle s'approcha tout de même de sa copine figée.

Alors qu'elle toucha le livre, celle-ci se vit aussi transportée dans cet univers macabre où elles dansèrent jours et nuits avec ces spectres qui hantent les cauchemars de l'enfance...


-Grand-mère ? Il est arrivé quoi à Maritza et son amie ?

-Elles furent internées dans un asile, n'arrivant plus à parler, et elles pleurent chaque nuit leur douleur et leur peur.

-Mais comment sais-tu cela ?

-Parceque c'est ici, dans ma maison que tout cela est arrivé.

Après avoir souhaité de passer une bonne nuit à sa petite-fille, la grand-mère sortit de la petite chambre drapée dans le velours rouge.
Elle redescendit au salon, puis se versa une tasse de thé. Elle prit une gorgée du liquide amer puis un rire sadique et cruel s'échappa de sa gorge, alors elle referma le livre et tout était fini.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Asa Gaërdottir
Asa Gaërdottir
Alpha & Oméga
 
Avatar de Asa Gaërdottir
 
Hop un texte pondu à la va vite pcq g peu de tps et que le café me réussi pas

Citation:
« Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant la petite chose jetait des regards ahuris. Un mouvement de recul pour finir par se cogner contre quelque chose de dur... elle lève les yeux et oooooohhh... Une chose iiiimmense se dresse face à elle...

Moment de panique intense !!!

Mais... ce n'est qu'une table. Enfin un pied de table, ou de ce qui est sensé ressembler à une table... Enfin bref. Non décidément elle ne sait pas ce qu'elle fait ici. La vague impression d'être dans Alice au Pays des Merveilles. Enfin dans ce cas précis des Cauchemars.
La petite chose (enfin si pour vous 1m70 c'est petit...) se gratte le sommet du crâne pensivement, se demandant comment elle allait pouvoir réussir à escalader ce pied de table. Elle aurait mieux fait d'être plus attentive lors de la lecture de Jacques et le Haricot Magique...

Enfin l'instant n'est plus aux regrets.

Carole (oui faut bien leur donner un nom à ces bêtes là) décida que finalement, trouver la chaise la plus proche de la table serait l'acte le plus intelligent qu'elle puisse faire. Elle se mit à tourner en rond comme une toupie, zigzagant entre les diverses parties du mobilier avec une dextérité dont elle se croyait fort dépourvue (quand la bise fût venue... hum pardon).
Aucune écharde, aucun endroit où s'agripper pour aller au sommet de cette fichue table. Ce n'était définitivement pas son jour. Elle ne pouvait même pas se servir de sa ceinture puisque par coquetterie elle n'en mettait plus (les femmes j'vous jure...).

Un drôle de bruit soudain. Comme si une locomotive à pleine puissance venait d'entrer dans cette pièce (inconnue je vous le rappelle). Une sorte de ronflement... ronronnement...

...

Le chat !!

Ce sacré matou bedonnant, ronronnant qui faisait autant de bruit que toute une série de formules 1 sur le départ. Ahurissant ! Jamais Carole n'avait fait attention à ça.
Voilà en prime qu'elle se retrouvait dans la peau de Jerry... Avec son propre chat la fixant comme si elle était devenue un simple morceau de viande.

Tout en courant comme une folle vers un abri plus sur, elle se rendait compte que cette pièce était tout bêtement sa cuisine. Drôle de perspective. Et en plus, elle venait de laver le sol. Et c'était gliiissaaaaaaaaaaant...

<silence>

Le ronronnement qui revient !! Elle ouvre un oeil doucement, puis l'autre... Deux prunelles jaunes qui la fixent. Ah non !! Pas lui !!

Euh mais il est minuscule...

Carole se frotte les yeux, se rendant compte qu’elle est perchée sur sa chaise pour éviter de toucher le sol mouillé. Le chat par contre ne s'était pas géné.
Elle allait devoir le flanquer dehors. Mais avant, elle devait oublier ce livre bizarre dont de drôles de vapeurs semblaient s'échapper. Jamais plus elle n'irait chez ce marabou indien et ses drôles d'histoires au sujet de rêves réalistes...

D'un geste sur, elle referma le livre et tout était fini. »
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Un Simple Guitariste
Un Simple Guitariste
Bagnard
 
Avatar de Un Simple Guitariste
 
Chapeau Caith et Kiti! (Comme dit dans un autre post, tu resteras Kiti et non Aina pour moi )
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Cartier
Cartier
Bagnard
 
Avatar de Cartier
 
Re: Concours d'écriture !
Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant, le voleur l'avait assommé, c'est le pourquoi du comment qu'elle ne se souvenait plus du lieu. Elle se releva. Elle courut dans le grenier chercher son livre magique. Elle bredouilla les paroles pour que le voleur disparaisse...elle referma le livre et tout était fini.

Merci, Merci, Merci, j'aime quand la foule est en délire !
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Le Parrain
Le Parrain
Alpha & Oméga
 
Avatar de Le Parrain
 
je m'inscris


Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant, Julie a peur au milieu de tout ce vacarme. La pauvre fillette est inquiète : l’orage grondait de plus belle et elle entendait le saule pleureur claquer ses branches à la fenêtre . A travers la fenêtre, elle discerne une forêt aussi sombre que vaste et au loin, surplombant la colline, une imposante demeure.

Mais dans la pièce où elle se trouve, il n’y a qu’une table délabrée et un chaudron sur un feu qui semble contenir de l’eau bouillonnante. Au fond de la pièce, derrière ce qu’il reste de la table, une porte close.

Julie se relève avec peine, sa plaie béante au genoux lui faisait très mal. Sa jupe était en train d’éponger le sang qui s’en échappait et elle s'etait bien égratignée aux avant bras. Mais qu’a il pu bien lui arriver ? Comment avait elle pu bien se faire ça ? Elle n'en avait aucune idée. Ce qu'elle veut, c'est rentrer chez elle. Elle pleure.

Tout à coup, des bris de verre se font entendre. Elle en déduit d’après l’origine du son que ça venait de la pièce d’à coté, derrière cette porte close qu’elle n’ose pas approcher : désormais des grincements venant du sol, comme si un individu s’introduisait dans la pièce juste à côté. Elle en frémit jusqu’aux orteils.

Le visiteur donne des coup forts dans la porte. La porte craque. C’est atroce.

Julie ne sait que faire. Les griffes de la bête font des entailles dans la porte. Elle regarde en direction de l’autre porte, celle qui débouchait sur le dehors. Et au bruit d’un claquement déchirant, elle sursauta et retourna la bête, une horrible créature avec un puissant corps humain et une tête de loup entra : un loup garou, pense elle, comme celui que son amie Chloé lui avait décrite pour lui faire peur. La créature avançe vers elle, les babines sanguinolentes, les poils ruisselant de l’eau de la pluie. Julie, elle, reculait vers le feu préparant son plan.

Elle renverse la chaudron sur la bête. La bête, devint rose écarlate quand toute l’eau se renversa sur son corps et sembla suffoquer au sol. La fillette prend ses jambes à son cou et court en direction du château. Elle courut, courut et courut encore à travers bois, oubliant la blessure qui la déchirait un peu plus à chaque foulée. La peur était tellement forte...

Sortie de la sombre forêt, elle regarde derrière elle. Vous n’ allez pas me croire mais son histoire rapporte qu’elle vit bien des arbres la poursuive. Des terrifiant arbres qui s’ éveillent et déploient leur racine pour avancer vers elle, comme s’il voulait l’engloutir. Mais Julie voit le grand portail mi ouvert à cent foulées devant elle et garde espoir.

Elle continue sa course à perdre haleine et, arrivée au pied du portail elle crie de tout ses forces de lui ouvrir. Elle tape sur la porte en donnant toute son énergie. Quand elle se retourne, elle voit les arbres, leur écorce formant un terrifiant rictus.

Le portail finit pas s’ouvrir. Elle rentre dans la demeure et elle s’assure de bien refermer le portail derrière elle.

Devant elle, un vieil homme à la barbe blanche et emmitouflé dans une cape rouge. Il semblait étrangement paisible. Souriant légèrement, il lui tendit un livre ouvert au pages jaunies par l’usure. Dessus, du texte et une illustration : une fillette au visage affolé poursuivie par une créature velue sur patte, qui sort d’une ’épaisse forêt.

Elle ne comprend pas bien ce qu’lle voit mais sa situation désespérée la forçait à faire confiance à cet homme. Elle saisit le livre à pleines mains. Elle referma le livre et tout était fini.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Pensée
Pensée
Reine
 
Avatar de Pensée
 
En tout cas, merci pour ce post rafraîchissant, c'est une très bonne idée
Voici ma contribution :

Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant, Ariel mis du temps à reprendre ses esprits. Ses yeux s’habituant petit à petit à la faible luminosité ambiante diffusée par deux candélabres, elle finit par distinguer les contours de cette bibliothèque imposante qui l’encerclait de toute part. Ni entrée ni sortie dans cette salle, juste des étagères remplies de livres semblant plus anciens les uns que les autres.
Toujours sur le sol, elle se demanda ce qu’elle faisait là, et depuis combien de temps.
En elle, des souvenirs embrumés tonnèrent, lui rappelant par flash le passé semblant plus que tumultueux, sa vie.
Pourtant, alors qu’en elle les nuages se dispersèrent, la clarté des visions lui força à fermer les yeux. Les images défilaient en elle, des images de sa vie, des images… de ses vies !
Elle se voyait en des lieux les plus extravagants les uns que les autres, combattant à l’épée dans un monde aux deux lunes rougeoyantes, ou luttant psychiquement contre un elfe noir dans une région marécageuse.

Au prix d’un effort quasi-surhumain, elle réussit à se concentrer pour stopper ce flot d’images incessantes. Elle se leva alors, regardant tout autour d’elle en se demandant toujours comment elle était arrivée en cet endroit.
C’est à cet instant qu’un livre se détacha des autres, tout au moins à ses yeux.
Il était ouvert, posé sur l’une des étagères. Ariel s’approcha de lui, et approcha sa main pour lire le titre de cette œuvre qui semblait l’attirer inexorablement.

Un sursaut !

Au contact du livre, sa main semblait comme s’illuminer. Elle retenta l’expérience avec un résultat similaire. Ne ressentant rien de plus qu’une légère vague de chaleur accompagnée d’un petit bourdonnement, elle pris son courage à deux mains et, tout en faisant attention de ne pas refermer le livre, elle le retourna pour en lire le titre.

Un cri !

Elle ne pu s’empêcher de lâcher un cri de surprise au vu de ce titre : « Ariel – Pensées d’un autre temps ». Le contact de ses doigts sur les lettres semblait l’électriser, et c’est avec peine qu’elle parvint enfin à les retirer et à reposer le livre sur l’étagère.
Encore sous le choc, elle entreprit néanmoins de lire la page où était ouvert le livre, comme si une force supérieure la forçait à lire. Sa main se reposa donc sur le livre, et de nouveau, la lumière sembla rejaillir d’elle.
Au début, la page était vierge, vide de mots, vide de phrases, comme en attente d’une plume bienfaitrice qui l’emplirait de joies, de peines, de sentiments. Ariel se demanda ce qui l’attirait vers cette page quand soudain, les visions reprirent de plus belles. Simultanément, les mots apparurent les uns à la suite des autres sur la page, comme inscrits par une plume invisible.
Les visions déferlèrent de plus en plus rapidement en elle, la lumière envahit tout son corps tandis que sur la page, toutes ses vies s’inscrivirent en détail.
Le rythme s’accentua davantage, les pages tournèrent de plus en plus rapidement au fil des mots, des phrases… au fil des vies.
Soudain, la lumière emplit toute la salle, Ariel cria de douleur, ne sachant pas retirer sa main du livre.

L’obscurité.

La pièce n’était à nouveau éclairée que par les deux candélabres anciens. Ariel n’était plus là. Sur la dernière page du livre encore ouvert, on pouvait y lire le mot « Fin ».

Le temps s’écoula sans repère. Un jour, un mois, un siècle ? En ce lieu, le temps ne semblait pas avoir de prise.
Une femme fit alors son apparition au milieu de la pièce. Elle semblait sans âge, les yeux pétillants de vie, toute enveloppée d’une aura aux teintes violettes.
Un sourire parcouru son visage tandis qu’elle s’approcha du livre ouvert et, lisant le titre, elle se parla à elle-même :

- Ariel… un bien joli nom pour une pensée. Une de plus dans cette bibliothèque de souvenirs…

Une étrange lueur scintilla au fond de ses yeux, elle referma le livre et tout était fini.
__________________
Une pensée écrite est morte. Elle vivait. Elle ne vit plus. Elle était fleur. L'écriture l'a rendue artificielle, c'est-à-dire immuable.
Ecrivain français [ Jules Renard ]
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Soroya
Soroya [FED]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Soroya
 
Ma modeste contribution, sans doute écrite trop rapidement, sans trop d'inspiration. Ne me fouettez pas

Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant, elle ouvrit cet objet étrange, rectangulaire avec des feuilles couvertes de mots qui pour elle n’avaient encore que peu de sens. Ce lieu silencieux, lugubre n’était autre que la bibliothèque de son village, lieu magique et interdit jusqu’à aujourd’hui ; aujourd’hui, sixième jour de sa septième année, elle avait appris le sens des mots, aujourd’hui enfin, ces symboles prenaient sens dans son esprit. Un déclic et pour elle, les mots n’existaient plus, les phrases prenaient forme dans son esprit, la lecture ne lui était plus refusée. Fylnnaë ouvrit donc le livre, plongeant son regard d’ambre dans les runes de ce tome usé par les éons. Sous ses yeux, les lignes prenaient vie, ce qui quelques instants auparavant n’était rien de plus que quelques lettres sur un vieux parchemin se transformait en licorne, mandragore ou moult autres chimères. Assise à même le sol, au centre d’une pièce qu’elle ne connaissait que depuis quelques minutes, elle s’isola du monde extérieur, captivée par ces récits mythologiques. Les heures passèrent, le soleil déclinait rapidement sur l’horizon mais elle ne bougeait pas, les autres lecteurs un à un regagnaient leurs pénates, ne faisant pas attention à la jeune enfant.

Le vieux bibliothécaire annonça la fermeture de l’établissement, mais la gamine l’ignora, prisonnière de ces mondes fabuleux. Le vieil homme n’entendant aucune réponse pensait son antre aux trésors vide et il ferma donc la porte, le cœur léger. Fylnnaë, plongée dans sa lecture ne sentit pas le sommeil arriver et s’écroula rapidement le nez sur son livre, rejoignant par la même occasion, licornes, mandragores et autres créatures imaginaires.

Au petit matin, le bibliothécaire réouvrit le bâtiment et l’inspecta rapidement. En découvrant l’enfant, il ne put etouffé un cri de surprise ; au prises avec un énorme dragon noir, Fylnnaë fut tirée de ce combat par le cri du vieillard, ouvrit les yeux, et dans un cri de surprise, elle referma le livre et tout était fini.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Miss M La Honte
Miss M La Honte
Alpha & Oméga
 
Avatar de Miss M La Honte
 
Voilà ma contribution, je me suis lancée dans le SF et j'ai surtout essayé de palier a cette histoire de Bibliotheque

Miss

Assise à même le sol, au centre d'une pièce qu'elle n'avait jamais vue auparavant une jeune femme se posait des questions.
Qui suis je ? Où suis je ?
Ces interrogations, qui faisaient parti du lot commun de tout les pensionnaires de cet étrange endroit, ne les inquiétaient pas. Ils, les hommes en blanc, étudiaient son comportement comme si elle était une souris de laboratoire. Hamster en cage, mais sans roue…
Ils étaient en transe quand elle a commencé a ne plus en pouvoir. De crises en crises, elle, puisqu’elle n’avait plus de nom, ne semblait plus supporter l’espace clos.
Ils allaient la sortir.
De son univers blanc, elle fut transportée, ou plutôt téléportée vers un espace, une pièce, un cube clos vert, elle ne devait pas comprendre.
Dans sa tête s’enchaînaient les pensées absurdes, folles et euphoriques.

Je suis ici, puis là, mais en fait, je ne sais pas. Ma vie n’est plus dans le blanc, elle est ainsi bordée de vert. Quand est ce que je suis arrivée ici ? Même ca je ne le sais plus, je ne sais même pas qui je suis, et ca ne me dérange plus ! Je vais visiter le monde vert tiens, ca me changera du blanc.
Oui Madame, le monde vert est meilleur il paraît, ca me rappelle un truc…Arbre…Ouais c’est ca, arbre…Le vert est aussi appelé arbre !

Et là ils riaient à gorge déployée de la haut. Elle était si abrutie par leurs expériences qu’elle pouvait à peine penser, et leur but était atteint.
Les hommes en blanc avaient terminé leurs expériences sur le sujet 761986 ils pouvaient la relâcher.

Le lendemain, ils descendirent pour la première fois depuis 4 ans.
Pour l’occasion ils avaient ressorti son dossier, patiente numéro 761986.

Prénom : Audrey
Nom : effacé pour ne pas avoir d’ennuis
Situation familiale :Mariée, enfants en bas âges
Mort fictive : accident de voiture malencontreux, patient n° 698563 brûlé vif et mis dans la voiture en flamme.
Cause de la mise en caisson : De bonnes aptitudes aux chocs, aime la vie et ne pense pas à mourir, sujet résistant.

Et ils entrèrent dans la salle verte.
Deux des hommes la ceinturèrent et un troisième la piqua.
Un coup d’aiguille dans la veine et la voilà partie au pays des rêves…

Audrey se réveilla quelques heures plus tard loin de tout et de tous, elle se leva dans un monde ou les couleurs ne sont plus uniques, ou tout se mélange pour former des teintes, elle qui ne connaissait que le rouge, le vert, le jaune, le blanc et le noir.
D’un coup son monde se peignait de lumières plus ou moins fortes, de couleurs aveuglantes ou de sombres éclairés.
Elle resta là de longues heures bouche bée au milieu d’une ville sans attendre quoi que ce soit de personne parce qu’elle ne se souvenait de son monde que la solitude.

Elle ne bougeait toujours pas quand un homme s’approcha d’elle et posa un revolver sur sa tempe.

-Nom, prénom, âge et matricule.

Elle ne bougea pas, son cerveau était en décalage avec leur réalité, le monde coloré bariolait ses maigres souvenances provenant d’une mémoire effacée.
Le bleu du ciel rehaussait sa vision de la vie, la lumière du soleil la subjuguait.
Mais lui il répétait…

-Nom, prénom, âge et matricule, deuxième rappel !

Elle le fixa et sourit naïvement, sans comprendre ce qui lui était extérieur, sans réagir, alors il lui tendit un livre, code de lois d’un monde en rupture avec son évidence.
Lui arma son pistolet et lui ordonna de lui en lire un passage, en accord avec la loi, il pourrait accomplir son devoir.
Elle ouvrit le code, en lu les quelques lignes qui se finissait par « …ainsi, en accord avec l’agent […] j’accepte la sentence allouée à mon crime ».

C’est alors qu' elle referma le livre, et tout était fini.
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Concours d'écriture !
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 01h27.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite