JeuxOnLineForumsPlusCréer un compte
Forums divers
La Taverne
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > [Congo]Silence, on tue RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Aloïsius
Aloïsius
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aloïsius
 
Unhappy

[Congo]Silence, on tue

Bon, cet article n'est pas tout récent. Je le poste ici, pour donner un autre éclairage à l'actualité récente, à savoir l'envoi d'une mission militaire à l'instigation de la France (au travers de l'ONU).

Je vous préviens, l'article est "succeptible de choquer" comme on dit. Personnellement, ça fait plusieurs mois que j'ai lu cette histoire, et elle continue de me révulser. Donc, spoiler, ne lisez pas si vous êtes sujets à cauchemars.


Citation:
(Cliquez le bouton ou survolez le contenu pour afficher ce spoiler.)
ACTES DE CANNIBALISME AU CONGO
ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 27 Février 2003
Depuis cinq ans de guerre, l'horreur des crimes n'a cessé d'empirer dans l'est du Congo, au point que le cannibalisme y apparaît presque banal



IL a surgi de la pénombre. Un Pygmée en haillons, hésitant, prêt à s'enfuir. Le temps d'une cigarette, il a fait le tour du campement abandonné par les siens. N'en subsistent que quelques huttes de branchages qui s'effondrent déjà. A l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sous le couvert des grands arbres de l'Ituri où perce à peine la lumière du soleil, il n'y a plus âme qui vive depuis que les quelques familles du groupe, une trentaine de personnes au total, ont fui les exactions de soldats rebelles. Dans le silence troublé par le cri des singes dans les cimes, le chef pygmée demande d'abord qu'on taise son nom, puis raconte l'apparition, en septembre dernier, des soldats du Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba. Par vagues successives, depuis plusieurs mois, ces hommes, appuyés par un groupe allié, se sont livrés à une véritable chasse à l'homme dans la grande forêt congolaise : « Ils cherchaient l'argent et les belles femmes. Ils nous ont beaucoup fouettés, ils volaient même les ceintures. Ils ont aussi brûlé nos filets de chasse par méchanceté. Alors, nous avons fui. »

Dans ce groupe pygmée, nul n'a été tué. Un homme, accusé de travailler pour une faction ennemie, devait être décapité. Il est parvenu à échapper à ses tortionnaires à la faveur de la nuit. Mais ailleurs dans l'Ituri, tous n'ont pas eu la même chance. Les soldats du MLC qui ont progressé dans la région à l'automne 2002 sous le commandement de deux chefs, Freddy Ngalimo, dit « Effacer le tableau », qui leur a donné son nom, et « Ramsès », dit aussi « Roi des imbéciles », ont commis des atrocités dans la région de Mambasa, allant jusqu'à des actes de cannibalisme. Une femme pygmée en fait le récit à plus de 100 kilomètres de distance, dans un village où elle se terre : « Au retour de la chasse, mon mari a vu ces soldats qui découpaient sa mère, son frère, sa soeur et deux enfants. Ensuite, les soldats ont commencé à griller des morceaux. Il pouvait sentir l'odeur. Puis ils ont boucané le reste et l'ont emporté. » Déjà, elle voudrait s'en aller mais explique encore : « Les soldats disent que manger de la viande de Pygmée ou boire du sang rend fort, très fort. »

Kakule Mzee Kiana, lui, n'est arrivé à Béni, la grande ville de la région, que début février, après deux mois de marche : « J'étais parti scier du bois en brousse avec mes deux aides quand cinq soldats nous ont attrapés. C'étaient des «Effacer». Nous avons demandé pitié, mais ils ont coupé le cou de l'un d'entre nous, Camille. Ils nous ont obligés à le cuire, puis ils l'ont mangé et nous ont aussi obligés à partager leur repas. Après j'ai erré dans la forêt. Je me sens si mal, je revois tout cela en rêve, la nuit. »

A trois heures de marche du campement pygmée, Mambasa, épicentre des exactions des mois passés, est une ville fantôme. Les hautes herbes qui ont envahi le centre ville racontent la dérive d'une petite agglomération à la croisée des pistes, à l'orée de la grande forêt, dont l'or et les diamants ont attisé la fièvre des pillards. Les portes fracassées des maisons de terre disent les pillages endurés au cours des mois écoulés, et la peur, comme dans la brousse avoisinante, ferme les bouches.

Bien que, selon un accord de « cessez-le-feu immédiat et général » signé par les belligérants de la région le 30 décembre dernier et aussitôt violé par le MLC, Mambasa soit désormais démilitarisée, les différentes rébellions campent toujours à proximité et les espions de tous bords y pullulent. Les témoignages s'y font donc dans une discrétion inquiète, récits chuchotés dans une case amie, ou consignés sur des petits bouts de papier, que compilent et dissimulent des responsables de l'administration locale ou des prêtres. « Il y a eu les viols, les vols, les meurtres, souffle l'un d'entre eux, mais il faudra du temps pour tout recenser. Ce sont des lieux isolés, et les routes sont en faillite. »

Les « Effacer le tableau » prennent Mambasa une première fois le 12 octobre et entament aussitôt le sac de la ville, pudiquement intitulé « vaccination porte à porte ». Des mécaniciens dépêchés spécialement quadrillent les quartiers pour identifier ce qui mérite d'être transporté par hélicoptère vers l'un des bastions de la rébellion. Au cimetière, des tombes récentes sont violées, à la recherche d'hypothétiques trésors enfouis. Des femmes, arrivées dans le sillage des soldats, écument les maisons « pour s'emparer de casseroles, de pagnes et d'huiles parfumées », selon une de leurs victimes.

Le Père Sylvano Ruaro, un prêtre italien présent dans la région depuis plus de trente ans, tente de se cacher au milieu d'un troupeau de vaches. Les soldats abattent le bétail à l'arme automatique. « J'entendais le bruit des balles qui entraient dans leur chair, c'était abominable. » Il est découvert puis molesté. Les soldats exigent, et obtiennent, les dollars de la mission. Au lieutenant-colonel rebelle Freddy Ngalimo, chef des « Effacer le tableau », qui vient lui rendre visite après le passage dévastateur de ses hommes, le Père Sylvano lance : « Éliminez-moi tout de suite, ou je vais faire connaître toutes vos horreurs au reste du monde. » La réponse du chef rebelle, telle que la rapporte le religieux, est désarmante : « De quoi vous plaignez-vous ? Ici, ce n'était rien. Nous avons fait mille fois pire ailleurs. » On venait d'égorger quatre hommes dans une bananeraie toute proche, puis de jeter leurs corps dans une fosse septique, avant de tuer le gardien de la mission devant les fenêtres des prêtres.

Puis Mambasa, perdue à la faveur d'une contre-offensive et de pressions internationales déclenchées par le témoignage du père Sylvano, est reprise trois semaines plus tard. Les « Effacer » entrent alors dans une ville dont la population vient de prendre la fuite, dans une course éperdue, vers Béni, à 130 kilomètres de mauvaises pistes plus au sud. « Quand les «Effacer» sont revenus, nous nous sommes dits : au moins, allons mourir tranquillement quelque part », raconte un habitant handicapé. « Ils ont fait trois semaines dans une ville vide, avant de descendre vers Béni, témoigne un fonctionnaire resté en ville. Ils étaient méchants. Un officier qui se faisait appeler Zorro se vantait de manger de la chair humaine, de couper les pénis des prisonniers et de les boucaner pour ses chefs. Il montrait des organes dans sa gibecière. »

Parmi les fuyards, certains s'égarent en forêt, des enfants sont piétinés, des femmes accouchent sur le bord des routes. Bientôt, plusieurs dizaines de milliers de personnes s'entassent aux portes de Béni, que les hommes de Jean-Pierre Bemba sont à deux doigts de prendre. Ils ne sont stoppés dans leur offensive que par de nouvelles pressions internationales, toujours sur l'impulsion du Père Sylvano. Parmi les réfugiés qui arrivent, épuisés, certains rapportent le récit des atrocités subies ou observées le long de la route ou dans le secret de la forêt. Les viols, souvent collectifs, ont été légion. Près d'Alima, un village sur la route, des fuyards ont vu des cadavres atrocement mutilés, dont certaines parties avaient été arrachées.

Assez vite, il devient clair que ce sont les Pygmées qui ont payé le plus lourd tribut. Déjà appauvris au-delà de la misère par le défrichement de la forêt, qui progresse d'un kilomètre par an et les prive de leurs moyens de subsistance, réduits en semi-asservissement par les ethnies locales, les exactions des soldats les ont poussés, pour la première fois, loin de leur forêt et des villages où ils avaient leurs habitudes. Assis derrière son petit bureau, à Béni, Benoît Kalume, membre du Programme d'assistance aux Pygmées (PAP), avoue son désespoir : « Depuis longtemps, les Pygmées sont déconsidérés par les autres ethnies, bien qu'ils soient les premiers citoyens de ce pays. Mais le fait d'être mangés, spécialement, les a convaincus qu'ils ne sont pas considérés comme des humains. »

Les soldats du MLC ont visé, en premier lieu, ces intouchables de la forêt parce qu'ils les soupçonnaient d'avoir servi de « pisteurs » à leurs ennemis, mais aussi, selon de multiples témoignages, dans le cadre de pratiques rituelles. Un témoin raconte le retour des hommes de Jean-Pierre Bemba à Isiro, plus au nord : « Ils sont rentrés du front avec des têtes de Pygmées autour du cou, exhibant des sexes utilisés comme des amulettes. Ils ont fait le tour de la ville en chantant qu'ils avaient mangé cette chair et qu'ils étaient devenus invincibles. » Un rapport du PAP, rédigé après ces révélations, se conclut par ces lignes : « (...) la communauté internationale focalise son attention sur la protection des animaux comme les okapis, les gorilles des montagnes, les rhinocéros (...) et se désintéresse des humains comme nous, les Pygmées, qui sommes pourtant fortement menacés d'extinction. »

Il est difficile d'établir avec exactitude le nombre des victimes de ces abominations. Les responsables d'un « comité des réfugiés » constitué près de la ville de Béni indiquent avoir comptabilisé neuf victimes d'actes de cannibalisme au total. Rien ne permet encore de déterminer combien d'autres cas demeurent inconnus, les témoins se trouvant encore en brousse. Or le cas n'est pas caractéristique seulement de Mambasa ni des hommes du MLC.

DANS l'est et le nord du Congo, où les factions rebelles ne cessent de se multiplier depuis que la guerre a éclaté en 1998, tous les groupes armés s'adonnent au pire. Un responsable militaire, à Béni, l'admet : « Au front, on souffre de la faim, de la soif, on manque de tout. Alors les soldats font des choses terribles. Quand tu trouves un ennemi, dans certains cas, tu peux le tuer sauvagement et le manger. C'est une chose qui arrive partout, parce que cette guerre est atroce. Mais, normalement, cela reste secret. Les types de Bemba sont juste allés trop loin, ils devaient vraiment se croire invincibles... »

Dans la même région de l'Ituri, à Nyakunde, début septembre 2002, les miliciens d'une ethnie ont méthodiquement massacré, jusque sur leur lit d'hôpital, les membres d'autres ethnies, avant de quadriller la ville, listes en main, à la recherche de ceux qui étaient parvenus à se dissimuler dans les moindres recoins, des faux plafonds aux fosses des latrines. Plus de mille personnes ont été inhumées dans quatre fosses communes après les massacres. Aucune enquête internationale, alors, n'a été organisée pour identifier les coupables avec certitude, bien que des rescapés de ces tueries soient présents dans toute la région. Pourtant, dans de nombreux cas, des cadavres avaient subi les mêmes traitements que ceux de Mambasa. Têtes coupées et exhibées, chair humaine exposée sur les routes et sexes coupés. « C'est la colère et le besoin de vengeance qui ont tellement monté en eux que tuer l'ennemi ne suffit plus pour montrer à quel point on est en colère... C'est aussi pour montrer que l'ennemi n'est rien, rien que de la viande comme les animaux », témoigne un rescapé de Nyakunde dans le rapport confidentiel d'une organisation non gouvernementale.

Mais pour l'heure, Jean-Pierre Bemba est le seul visé par la communuaté internationale. Sur la base des actes de ses hommes et du courage d'un père missionnaire isolé, la Mission d'observation des Nations unies (MONUC) s'est décidée à déployer sur le terrain une équipe d'enquêteurs qui s'est penchée sur les agissements des 'Effacer le tableau'. Un rapport a été rédigé, qui a permis de saisir le Conseil de sécurité et devait initialement fournir la base de poursuites devant la Cour pénale internationale (CPI). Mais entre temps, des tractations discrètes ont eu lieu. Jean-Pierre Bemba a menacé de se retirer du laborieux processus de paix congolais s'il faisait l'objet de poursuites. Depuis New York, au siège des Nations unies, on lui a fait savoir qu'il pourrait être épargné, à condition de condamner certains de ses hommes.

Le leader du MLC vient donc d'organiser un procès express pour vingt-sept de ses soldats dans son fief de Gbadolite. Des peines étonnantes, allant jusque à trois ans de prison environ, y ont été prononcées, notamment pour « gaspillage de munitions » ou pour « avoir emprunté une route non autorisée ». On ignore si elles seront appliquées. Freddy Ngalimo, en particulier, a été condamné à quarante-trois mois de prison, pour « non assistance à personnes en danger ». Il reste à savoir si Jean-Pierre Bemba sera capable de se protéger aussi de la plainte déposée par des organisations de défense des droits de l'homme pour les exactions commises par ses troupes...en Centrafrique cette fois.

Reste que les accusations portées contre le MLC peuvent difficilement faire figure d'exception. La liste des exactions au Congo est longue, et cette dérive fétichiste ne peut les expliquer toutes. En cinq ans de guerre, l'horreur des crimes a subi une inflation constante qui finit par rendre le cannibalisme presque banal, sans jamais provoquer mieux que la rédaction de rapports et de vagues admonestations sans lendemain aux coupables, lorsqu'ils sont identifiés, le tout sous le regard des cinq mille membres de la Monuc.


Jean-Philippe Rémy
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Kry
Kry
Alpha & Oméga
 
Avatar de Kry
 
J'ai pas tous lu, plus que la moitie me suffise

Des bêtes... pire que des animaux.. sont devenu comme ça à cause de nous ? ou ils l'ont toujours été
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aloïsius
Aloïsius
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aloïsius
 
Citation:
Provient du message de Kry
J'ai pas tous lu, plus que la moitie me suffise

Des bêtes... pire que des animaux.. sont devenu comme ça à cause de nous ? ou ils l'ont toujours été
ils sont humains. Comme nous. Et en fouillant un peu notre histoire, on trouve la même chose.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Kry
Kry
Alpha & Oméga
 
Avatar de Kry
 
Citation:
Provient du message de Aloïsius
ils sont humains. Comme nous. Et en fouillant un peu notre histoire, on trouve la même chose.
Oui mais pourquoi ils continuent ? hm c'est notre faute d'un coté peut être.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Fenrhyl Wulfson
Fenrhyl Wulfson
Alpha & Oméga
 
Avatar de Fenrhyl Wulfson
 
Ah, la même chose ?

exemple ? (sincèrement, rien ne me vient à l'esprit qui soit comparable, mais si tu as un exemple ou même des évènements précis à citer ce serait pas mal;.. je ne doute pas que nos armées aient commis des actes de barbarie à un moment ou à un autre... mais associés à des pratiques de magie rituelle et de cannibalisme j'ai comme, un doute.)

Du reste... si la France s'en mêle ça va faire très mal. Je suppose que ce sera à la Légion de nettoyer l'endroit.

Et non, ce n'est pas de notre faute. Pour une fois. On a pas foutu les pieds au Congo depuis que le tyran en titre s'est fait virer de là, sauf erreur de ma part. Quoique, si nous y avions mis le nez avant, peut-être que ça ne serait pas arrivé... mais avec des si...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Tournesol
Tournesol
Alpha & Oméga
 
Avatar de Tournesol
 
Probablement que ces soldats subissent de lourds dérangements mentaux dût à la condition de vie dans certaines armés. S'adonner à de tel actions barbariques sont tout à fait déplacés, sans aucun doute, ces soldats son fous. Pour ça, il n'y a aucun doute.

Canibalisme, exhibition d'organes génitaux en tant qu'amulettes, dénigration, perturbation extrème d'une population en les affichant comme des êtres inférieurs en les transpercant d'un pic et de ce fait décorer la victoire d'une quelquonce vésanie.

C'est tout à fait affligeant.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aloïsius
Aloïsius
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aloïsius
 
Citation:
Provient du message de Fenrhyl Wulfson
Ah, la même chose ?

exemple ? (sincèrement, rien ne me vient à l'esprit qui soit comparable, mais si tu as un exemple ou même des évènements précis à citer ce serait pas mal;.. je ne doute pas que nos armées aient commis des actes de barbarie à un moment ou à un autre... mais associés à des pratiques de magie rituelle et de cannibalisme j'ai comme, un doute.)


C'est plus très récent, mais les croisés ont pratiqué le canibalisme, si je ne m'abuse, lors de la prise de Jerusalem. Ensuite, avec la renaissance et l'invention de l'humanisme, ça c'est amélioré, en quelque sorte. Mais y'a des recoins pas ragoutant, en général outre mer(contre lesautres puissances européennes, mêmesi, à ce jeu, les espagnols étaient les pires; mais aussi contre les natifs du coin, souvent considérés commedes animaux)


Citation:
Du reste... si la France s'en mêle ça va faire très mal. Je suppose que ce sera à la Légion de nettoyer l'endroit.
La mission sera chargé de mettre un terme aux affrontement entre deux ethnie (apparentées aux hutu et tutsi respectivement, qui s'étripent dans la région d'Ituri(je crois).Je sais pas si quelqu'un va s'occuper de protéger les pygmées.

Citation:
Et non, ce n'est pas de notre faute. Pour une fois. On a pas foutu les pieds au Congo depuis que le tyran en titre s'est fait virer de là, sauf erreur de ma part. Quoique, si nous y avions mis le nez avant, peut-être que ça ne serait pas arrivé... mais avec des si...
Pour le Congo, c'est la faute des belges, et de ce cher Léopold, pas des français.
Mais, en ce moment, la faute revient aux états voisins, Ruanda et Ouganda en tête, qui dépècent le Congo depuis plusieurs années à coup de rebellions plus ou moins contrôlées pour s'en approprier les ressources minières fabuleuses...
__________________
Quand on donne le pouvoir aux trous du cul, on ne peut pas se plaindre si ça pue la merde.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Fenrhyl Wulfson
Fenrhyl Wulfson
Alpha & Oméga
 
Avatar de Fenrhyl Wulfson
 
Merci pour les précisions. Intéressant.
Lien direct vers le message - Vieux
B****** ****
Bagnard
 
Citation:
Oui mais pourquoi ils continuent ? hm c'est notre faute d'un coté peut être.
vous en avez pas marre de croire que c'est toujours de notre faute,faut arrêtez la culpabilisation ca devient ridicule
le cannibalisme a toujours existé en afrique,on a rien a voir la dedans,comme chez les melanesiens ( les kanakes ou papous) ou autres peuples,aux Antilles c'était les caraïbes qui ont décimes les arawaks,ce n'est pas juste une question de nourriture ,mais d'un acte magique ou on prends la force de la personne

oui les rebels utilisent des pygmées pour la chasse et ,s'ils rentrent bredouille ,ce sont eux le repas
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Cyphen
Cyphen
Alpha & Oméga
 
Avatar de Cyphen
 
J'avais entendu parler je sais plus où qu'un pygmée avait été obligé de regarder des soldats violer sa femme et sa fille puis ils l'avait obligé à les tuer et à les manger...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Gordon Shumway
Gordon Shumway
 
Avatar de Gordon Shumway
 
Pour info, en Nouvelle Calédonie, au nord de l'île on trouve ce que l'on appelle les îles Belep. Les derniers cas de cannibalisme "officiels" remontent à la fin de la seconde guerre mondiale.
Pour ma part j'ai eu le bonheur de ne pas avoir à y mettre les pieds. A entendre certains locaux à Nouméa il existerait toujours des tribus là bas dont la coutume entretiendrait encore certains rites anthropophages.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thaelassaxia
Thaelassaxia
Alpha & Oméga
 
Avatar de Thaelassaxia
 
J'ignorais que de telles choses se produisaient encore la bas.
C'est vraiment immonde.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aloïsius
Aloïsius
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aloïsius
 
Il y a plusieurs sortes de canibalisme : celui qui consiste à manger les ennemis vaincu, pour s'approprier leur force, et celui qui consiste à manger les membres de la tribu morts, pour leur permettre de vivre dans le corps de leur descendant. Ces deux formes sont très marquées religieusement, et les tribus qui pratiquent l'un ne pratiquent pas l'autre.

Le canibalisme de subsistance existe aussi bien sur, mais n'apparait que dans des circonstances exceptionel, et est généralement traumatisant. Enfin, dans le cas présent ici, je dirais qu'on a affaire à un canibalisme dégénére (les traditions religieuses qui le supportait sont pratiquement éteintes et complètemlent déformées) et criminel ( le but est avant tout de provoquer le désespoir, laterreur et l'humiliation de l'autre).

Dans tout les cas, c'est un bon moyen pour transmettre leKreutsfel-Jacob. certaines tribus papoues ont été décimées jusqu'à l'abandon de ces pratiques par le prion.
Lien direct vers le message - Vieux
Rna
 
Comme quoi on ne peut pas parler du pillage , viol , cannibalisme , comme des pratiques du passé . Elles sont actuelles . La question n'est pas "quand ?" , mais "où ?" .

Douceur , luxe et volupté : on est pas né à la bonne époque mais au bon endroit .
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Gylian
Gylian [Tmpst]
Empereur
 
Avatar de Gylian
 
pour info

apres avoir pompez les resource miniere du congo les begle se sont fais boter le cul et on leur a fillez leur independance

clair que quand il étais sous notre regime (celui des frittes) il se mangeait pas

suis pas demago mais il vont loin quand il tape pas a la machette sur les religieuse il se bouffe

faudrait voir a leur filer de la culture parce que la !!!!
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > [Congo]Silence, on tue
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 01h40.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite