JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 639 (sites) | 1157 (forums)Créer un compte
Forums divers
La Taverne
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > [Télé]Sacré Mitterrand, tout de même! RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Grenouillebleue
Grenouillebleue
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grenouillebleue
 
Ah, Mitterrand.
L'homme des privatisations.
Je l'aime, tiens
Lien direct vers le message - Vieux
Aloïsius
Alpha & Oméga
 
Citation:
Provient du message de Serafel
aloisius fait gaffe il va sortir son troll

Tant mieux, il est cool son troll.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de ßlonÐin°
ßlonÐin°
Bagnard
 
Avatar de ßlonÐin°
 
Citation:
Provient du message de Sakapuss Aello
En lisant vos réponses, on distingue de suite si vous etes de droite ou de gauche.

Tres objectives vos réponses.

Bravo.

Je suis plutôt de gauche, ça ne m'empêche pas de trouver des défauts à Mitterrand.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Charles Dexter Ward
Charles Dexter Ward
Alpha & Oméga
 
Avatar de Charles Dexter Ward
 
je prefere encore chirac c'est dire...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Soroya
Soroya [FED]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Soroya
 
Je crois que Trouveur et Baai ont tout dis...
Le President Mitterand a fait enormement de choses "bien" pour la France ( ya qu'a voir les deux post de Trouveur et Baai ) tout comme l'homme Mitterand etait un genie manipulateur et opportuniste. La ou il a fait fort, c'est qu'il a reussi a rester credible jusqu'apres sa mort, ce que Chirac ne risque pas de pouvoir se prevaloir.

Apres, on aime ou on aime pas l'homme pour ce qu'il a fait ou pas.
Pour ma part si j'avais été un peu plus vieux, j'aurais voté pour lui en 1988 ( mais voter a 6 ans et demi, c'est un peu juste ).

Mais en tout cas, personne ne peut lui retirer les avancées sociales que la France a connue sous son reigne mandat
__________________
Senzhonhion, méchant tauren chaman spé soin Profil
Le DK Faÿhné, un bon twoll mec ! Profil
Soroya, vilain modo spé cadenas. Profil
Lien direct vers le message - Vieux
Gen
Alpha & Oméga
 
Copie/collé, si on me le demande je mettrais la source, mais le passé trouble de Mitterand est une réalité

Naissance de François Mitterrand François Mitterrand est né le 26 octobre 1916 à Jarnac (Charente), dans la famille d'un industriel vinaigrier. Éduqué dans la foi catholique par un précepteur privé puis envoyé en pension chez les frères maristes, à Paris, le jeune homme affiche sa sympathie pour un mouvement fascisant, la Cagoule, sans toutefois y adhérer. François Mitterrand se fait remarquer lors de manifestations estudiantines antisémites comme l'attestent des photos de presse qui ne seront révélées à l'opinion qu'à l'hiver de sa vie, dans les années 1990, par le journaliste et confident Pierre Péan. Séduisant et cultivé, excellent orateur, François Mitterrand se découvre très vite des dispositions pour diriger les hommes. Mais il n'atteint le pouvoir suprême, la présidence de la République, qu'au terme d'un long parcours erratique, parsemé de chausse-trapes. Tout au long de ce parcours, son éclectisme politique et sa fidélité en amitié lui valent des soutiens indéfectibles sur toute l'étendue de l'échiquier politique et social.Ses amis lui donnent le surnom de «Florentin» en référence à l'art de l'esquive pratiqué par des gens de la Renaissance comme Laurent le Magnifique ou Machiavel.Nonobstant sonœuvre politique, François Mitterrand demeure un personnage romanesque des plus passionnants. Les journalistes Catherine Nay, Jean Montaldo et Pierre Péan ont révélé par touches successives les différentes facettes de son itinéraire.De Vichy au PanthéonEn 1942, s'étant enfui d'un camp de prisonniers, François Mitterrand renonce à la sécurité au sein de sa famille installée sur la côte méditerranéenne et prend le train pour... Vichy. Comme beaucoup de jeunes ambitieux de sa génération, il entre au service du maréchal Pétain et le sert avec efficacité, ce qui lui vaut de recevoir la Francisque, le 16 août 1943. Il obtient le n°2202 de cette prestigieuse décoration remise à seulement 3.000 personnes au total. Mais dès le début 1943, prévoyant la faillite inéluctable du nazisme après la défaite de Stalingrad, François Mitterrand met un pied dans la Résistance. Il mène diverses opérations clandestines sous le nom de Morvan. Il bénéficie entre autres de la complicité d'un haut fonctionnaire de la Police, un certain Jean-Paul Martin. Après la guerre, ce comploteur-né le met en relation avec René Bousquet, secrétaire général de la Police sous l'Occupation et principal organisateur de la rafle du Vél d'Hiv, suite à laquelle de nombreux juifs ont été envoyés dans les chambres à gaz. Pour des raisons obscures, Bousquet est blanchi à la Libération par un tribunal d'exception. Reconverti dans les milieux d'affaires, il va dès lors rendre des services importants à son nouvel ami, François Mitterrand, notamment en finançant une partie de ses campagnes électorales (ainsi Pierre Bergé, ami personnel de l'ancien président et auteur d'une biographie, explique-t-il le lien entre les deux personnages). René Bousquet (à gauche) chez les Mitterrand, à Latché, dans les années 70 (photo parue dans la presse quotidienne nationale en 2001)
A la Libération, François Mitterrand, à peine âgé de 28 ans, devient ministre des Anciens combattants. Il est ministre de la Justice sous le gouvernement de Guy Mollet, lorsque les militaires reçoivent les pleins pouvoirs à Alger pour mettre fin au terrorisme, au besoin par la torture. Le brillant politicien ne cache pas son espoir d'accéder à la Présidence du Conseil, le poste le plus important sous la IVe République, avant l'âge de 40 ans! Mais le retour du général de Gaulle aux affaires, en 1958, l'oblige à rentrer dans l'anonymat. En 1959, il organise maladroitement un faux attentat contre sa voiture, avenue de l'Observatoire, à Paris, dans l'espoir saugrenu de regagner les faveurs de l'opinion publique. L'affaire est heureusement étouffée. Candidat contre le général de Gaulle aux élection présidentielles de 1965, François Mitterrand se présente comme le champion de l'alternance au gaullisme. C'est ainsi qu'il réunit les partis de gauche autour de son nom, sous l'étiquette de la FGDS (Fédération de la gauche démocrate et socialiste). L'échec le conduit à fonder un nouveau parti socialiste sur les ruines de l'ancienne SFIO (Section française de l'Internationale socialiste) de Guy Mollet, discréditée par son engagement dans les guerres coloniales. Après un nouvel échec en 1974, François Mitterrand gagne enfin les élections présidentielles en 1981, tirant parti de l'impopularité du président en titre, Valéry Giscard d'Estaing, et de son lâchage par Jacques Chirac, le chef du parti néogaulliste.Un règne à éclipses François Mitterrand entame en mai 1981 un «règne» de 14 ans, comparable par sa durée à celui de Henri IV, de Louis-Philippe ou encore de... Napoléon 1er. Mais les acquis de ces deux septennats s'avèrent des plus minces (abolition de la peine de mort et fête de la musique).La présidence de François Mitterrand s'ouvre sur une fête à la Bastille et une cérémonie au Panthéon, dans l'euphorie de la première victoire de la gauche après 23 ans d'opposition. Elle se termine dans un climat maussade tissé de désillusions.Le premier gouvernement, dirigé par Pierre Mauroy, maire de Lille, rompt résolument avec la politique de rigueur de Raymond Barre, Premier ministre de 1976-1981. Il renoue avec la politique de relance de Jacques Chirac (1974-1976): embauches dans la fonction publique, nationalisations, contrôle des changes... Le ministre de la Justice, Robert Badinter, abolit la peine de mort et met la France au diapason de l'Europe.A l'étranger, après un discours tiers-mondiste à Cancun, au Mexique, François Mitterrand s'engage résolument aux côtés des Occidentaux contre l'URSS, qui prétend pointer des missiles SS20 vers l'Europe occidentale.Il prend aussi parti pour Saddam Hussein, dans le conflit qui l'oppose à l'Iran, d'où une vague d'attentats organisés en sous-mains par les services secrets iraniens.Très vite, l'effondrement de l'économie oblige le président à pratiquer une pratique très libérale, sous la direction de Laurent Fabius, plus jeune Premier ministre (34 ans) depuis Decaze, sous le règne de Louis XVIII: privatisations d'entreprises publiques, abrogation de l'«échelle mobile» des salaires. Les salaires ne sont plus indexés sur l'inflation et de ce moment les inégalités de revenus recommencent à croître pour la première fois depuis... deux siècles (début de la révolution industrielle)!La remontée du chômage et des inégalités sociales entraînent un retournement de l'opinion. L'impopularité de la gauche atteint des sommets. A la veille des élections législatives de 1986, les affiches du parti socialiste avertissent: «Au secours, la droite revient!»Comme prévu, les nouvelles élections ramènent la droite au gouvernement et Jacques Chirac, chef de l'opposition, devient le Premier ministre de François Mitterrand. C'est la première cohabitation de la Ve République entre un président et un Premier ministre de bords opposés. Les maladresses de Jacques Chirac entraînent deux ans plus tard la réélection triomphale de François Mitterrand.Sous la pression de l'opinion, le président appelle son ennemi intime, Michel Rocard, à la tete du gouvernement. En 3 ans, celui-ci pacifie la Nouvelle-Calédonie. Il instaure la CSG, premier impôt équitable et universel, et le RMI, une allocation aux déshérités victimes de la crise rampante des années 80.C'est ensuite le bref gouvernement d'Édith Cresson puis celui du technicien Pierre Bérégovoy. En 1993, première année de récession depuis la fin de la guerre, c'est le retour de la droite avec cette fois Édouard Balladur à la tête du gouvernement.Ce deuxième septennat est marqué par la réorientation du projet européen vers des objectifs économiques: marché unique des marchandises et des capitaux, monnaie unique.Il est surtout affecté par les bouleversements européens (chute du mur de Berlin, guerres en Yougoslavie) et l'effondrement de l'Afrique post-coloniale (génocide au Rwanda).A gauche comme à droite, la fin de ce deuxième septennat est accueillie avec soulagement.[SIZE=4]
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Soroya
Soroya [FED]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Soroya
 
Si kkun arrive a lire le gros pavé de Gen qu'il en fasse un rapide resumé, ca serait sympa pour ceux qui tiennent a leurs yeux

Et je crois que personne n'a remis en doute le passé trouble de Mitterand
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de kilv
kilv
Roi / Reine
 
Avatar de kilv
 
Pour moi c'est un grand farceur ce Mitterrand.
Un homme politique hypocrite, retournant sa veste dans toutes les situations, et un bon menteur.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Serj Tankian
Serj Tankian
Bagnard
 
Avatar de Serj Tankian
 
Faites comme ce smiley :

et arrêtez de débiter des insanités...
Lien direct vers le message - Vieux
Leufar
Alpha & Oméga
 
Mitterrand, grand manipulateur je pense, mais ça a déjà été dit. Après grand homme, trop tôt pour le dire certainement, on verra cela quand on sera des 'tits papys

Et pour Chirac :
Citation:
il est naïf, mais il a du coeur
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de kilv
kilv
Roi / Reine
 
Avatar de kilv
 
Citation:
Provient du message de Serj Tankian
Faites comme ce smiley :

et arrêtez de débiter des insanités...
Merci c'est déjà fait, et ça m'a permis de me faire mon opinion
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de baai
baai
Alpha & Oméga
 
Avatar de baai
 
Et dieu sait que ça a bien dû prendre 5 minutes
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de kilv
kilv
Roi / Reine
 
Avatar de kilv
 
Citation:
Provient du message de baai
Et dieu sait que ça a bien dû prendre 5 minutes
Ok on est pas d'accord, pas la peine de flame, je vois pas ou tu veux en venir.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de baai
baai
Alpha & Oméga
 
Avatar de baai
 
Je ne faisais que souligner le caractère argumenté, solidement étayé, truffé d'exemples, etc. de l'opinion.

Et parfois, j'avoue, j'en rêve : sur la Taverne, que des sujets hautement polémiques tournés en questions fermées, où il n'y aurait qu'une longue succession de "oui/non/oui/non/oui/non..." Que ce serait beau

Citation:
Provient du message de Kilvan Uchiha
pas la peine de flame
Pas vraiment compris le sens.
Lien direct vers le message - Vieux
Leufar
Alpha & Oméga
 
Citation:
Provient du message de baai
Pas vraiment compris le sens.
Pas la peine de s'enflammer, de s'énerver. *traducteur officieux*
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > [Télé]Sacré Mitterrand, tout de même!
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 16h46.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite