JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 756 (sites) | 1353 (forums)Créer un compte
Forums divers
Le Bar de la Taverne
Les forums JOL > Forums divers > Le Bar de la Taverne > Sur les murs de la grotte RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Aloïsius
Alpha & Oméga
 

Sur les murs de la grotte

Il faut d'abord s'éloigner de la maison par le petit sentier qui entre dans la forêt en remontant le vallon. On marche sous les arbres en économisant son souffle et en assurant ses pas car la pente est raide et le chemin traversé de fossés creusés par les sangliers en maraude. Seul dans les bois, on oublie peu à peu le bruit et les odeurs de la ville qui vous avez pourchassé jusque là. Mais ces fantômes s'évanouissent, dissipés par les chants d'oiseaux que l'on devine sans voire, et l'air délicieux qu'on boit plus que l'on respire, à pleine gorgé. Il faut du temps, le sentier est toujours plus long que dans les souvenirs, et le corps souvent moins endurant qu'on ne le souhaiterait.

Les arbres deviennent plus hauts, la forêt plus sombre, la pente, plus forte, on approche du but. Un dernier tournant, une dernière ronce que l'on écarte, et apparaissent les murs, construit de pierres sèches par la main de l'homme. C'est un lieu de passage, ancien déjà, comme toute ces ruines qui parsèment le pays, ces millions de pierres qui, dit on, sont l'équivalent oublié de la muraille de Chine. Et entre les murs effondrés, révélé par un souffle d'air froid, cette ouverture qui plonge dans le flanc de la colline.

On entre dans la grotte, et on descend dans les ténèbres, accompagné par la lumière jaune et faible, qu'on pourrait dire laide si elle n'était pas humble, de la lampe de poche. Le silence se fait. On n'entend plus le vent dans les branches, ni le cri des aigles, ni tous ces bruits affolés d'animaux invisibles s'enfuyant à votre approche. On descend en suivant le boyau sinueux, creusé il y si longtemps par un torrent aujourd'hui disparu. La grotte enveloppe ses visiteurs, elle en a l'habitude, et dans le faisceau de la lampe, on voit danser les traces de ceux qui sont passés avant. Des vaches, sans nul doute s'y sont abritées d'un orage, peut être l'année passée. Un bâton, laissé là par quelque enfant sans doute, traîne sur le sol.

On poursuit, en veillant à ne pas glisser, même si avec les beaux jours, le haut de la grotte est moins humide. Le petit mur apparaît, et comme tout mur, il marque une frontière, une limite. Au delà, si l'on passe cette dernière construction humaine, se trouvent les secrets dont on est venu chercher la compagnie. On saute au bas du mur. Le couloir s'élargit, les espaces vides par devant sont plus présent et les ténèbres semblent plus froides. Une petite peur, juste un frisson approche, elle est la gardienne débonnaire des lieux, et signale sa présence par ce petit *plic*qui résonne dans le lointain. "Tu es seul, dit elle, es tu sûr de vouloir continuer ? Es tu sûr de pouvoir repartir, si tu poursuis ce chemin ? Ta lanterne est bien fatiguée". Il faut sourire à son discours, et elle s'efface poliment, laissant le promeneur libre d'aller plus loin, et de rejoindre les autres.

Les autres ? Oui, les autres, tous ceux qui sont venus ici, déjà, et qui y ont laissé une trace. Ce sont ces lignes maladroites, ces écritures tremblées sur les parois. Ce sont ces prénoms, ces noms, et ces dates qui sourient au visiteur. 1917, 1990, 1948, 1875, 1813... Souvent le texte est plus long, et porte avec lui les échos de joies simples, fêtes, fiançailles, escapades, voyages... Il y a beaucoup à lire pour qui se donnerait la peine de déchiffrer tout ce qui est écrit. Mais il ne faut pas vouloir prendre plus à la grotte que ce qu'elle donne, mais respecter l'intimité de ceux qui sont passés avant. Leur paroles, leur rires résonnent encore, chaque fois que quelqu'un vient pour les écouter, et sans doute même lorsqu'il n'y a personne. Peut être même plus. On n'est comme bercé par la grotte, et si le monde extérieure se limite à un pinceau de lumière, le monde intérieur prend l'allure d'un jardin d'enfant, d'une place de village un jour de fête, d'une cour de récréation, bruissante de souvenirs, de chants, de parlés qu'on croyait perdus ou qu'on n'avait jamais connu.

Un dernier regard au gouffre en dessous, au rocher énorme, plafond déchu, qui y dort comme un géant fatigué, et on commence la remonté, laissant les enfants de la grotte dans les bras de leur mère. Soudain le monde réapparaît, et il y fait encore jour, pour quelques minutes. Les odeurs de la forêt reviennent en force, et un chemin, plus sage et plus large que celui emprunté à l'aller étend son herbe verte comme un ami qui tend la main. Il mène à la route, petit ruban gris qui semble peiner à rejoindre le village presque désert, tout en haut, sur l'éperon rocheux qui lui a donné son nom. On descend le long de la route, en se moquant presque d'elle, qui jamais n'atteint son but.

Le soleil disparaît derrière la montagne, et c'est le moment que choisit une voiture pour se faire entendre plus haut sur la route. Elle est encore bien loin, et le chemin de terre qui conduit à la maison est tout proche. Mais le véhicule se fait entendre de plus en plus distinctement, machine d'acier que l'on sent, que l'on sait hostile. Trois pas de courses, un bond en contrebas,par dessus le talus. Le grondement s'approche, et, entre deux arbres, on entrevoit sur la route au dessus un arrière gris et bête qui s'éloigne vers la plaine, inconscient de la présence d'un promeneur retombé en enfance, qui rit soulagé d'avoir échapper à quelque raseur potentiel, sans parler de la maffia, sait on jamais. La boite aux lettre est vide, il ne reste plus qu'une longue descente jusqu'à la maison isolée, où un clavier attend patiemment la fin du supplice que lui inflige de jeunes assassins virtuels.

Je retourne souvent au mur de la grotte. Un jour, à la lumière de ma lampe, j'y laisserai des mots et une date, pour souffler sur les lettres tremblantes un morceau de mon âme, qui ira dormir avec celles des autres, au coeur de la grotte, pour l'éternité.
Non. Pas juste dormir : rêver.


Et vous lecteurs du JOL, sur quels murs allez vous confier ce même trésor, le plus précieux que vous ayez ?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Kry
Kry
Alpha & Oméga
 
Avatar de Kry
 
Peut être sur le même que le tiens Qui sait.

Très joli récits
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Elladan Araphin
Elladan Araphin
Alpha & Oméga
 
Avatar de Elladan Araphin
 
Sur aucuns murs.

Je n'ai pas envie de laisser quoi que ce soit à la postérité. Et les seules choses que je tiens à dire à quelqu'un j'essaye de m'arranger pour lui dire.

Lien direct vers le message - Vieux
Etherniel
Alpha & Oméga
 
Un sentier inégal, qu poursuit sa route, farouche, malgré les ronces qui veulent l'accaparer de leur tiges longues et molles, telles celles des saules pleureurs, dont elles ont la courbure mais non pas la douceur.

Le chemin devient sente, et la sente sillon à peine deviné dans la foison des branches épineuses. Il débouche sur un mur naturel, une paroi d'ardoise brute. Rugueuse, lichéneuse, tiède du soleil qui la frappe implacablement de toute sa puissance estivale.

L'oeil qui la contemple d'en bas, de son point de vue humble et bas, rêve du jour où ses voeux s'y verront gravés en lettres de feu. Immenses et rougeoyants, vifs et arrogants.

Il rêve.

L'ardoise est mieux telle qu'elle est. Lui susurrer ses secrets, qu'elle gardera fidèlement, muette gardienne, est déjà presque trop la déranger. Chut. Laissons les pensées rester pensées et les actes apparaître, du moins à ceux qui veulent les voir.

Silence. Rien que l'assourdissant silence de la chaleur montant du sol, qui écrase jusqu'aux sons. Gagnons l'ombre rafraîchissante et savourons ce repos de la peau, à l'abri des rayons douloureusement brûlants...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Telefoneur OdO
Telefoneur OdO
Roi
 
Avatar de Telefoneur OdO
 
textes sympathiques
petit retrospection intéressante
on voit ceci aussi sur les monuments ou vieilles bâtisses à la campagne,parfois c'est sale parfois c'est propre et j'aime imaginer ce que les gens qui ont écrit faisait là.
Sur quels mur ?j'en ai pas encore trouvé
Lien direct vers le message - Vieux
Aloïsius
Alpha & Oméga
 
(bump éhonté)
Citation:
Sur aucuns murs.
Pense au générations futures, laisse leur quelque chose, quoi !
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Kaldur
Kaldur
Bagnard
 
Avatar de Kaldur
 
Sur des murs de glace
Lien direct vers le message - Vieux
Xeen
Invité
 
Re: (bump éhonté)
Citation:
Provient du message de Aloïsius
Pense au générations futures, laisse leur quelque chose, quoi !
Ne t'inquiètes pas ils se souviendrons de nous... S'il arrivent à survivre à ce monde que nous leur préparons.
umh... euh sinon joli texte
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Naala
Naala
Roi / Reine
 
Avatar de Naala
 
Citation:
Provient du message de Elladan Araphin
Sur aucuns murs.

Je n'ai pas envie de laisser quoi que ce soit à la postérité. Et les seules choses que je tiens à dire à quelqu'un j'essaye de m'arranger pour lui dire.

Il vaut mieux parler à un mur, c'est bien connu, ils ont des oreilles. Parce que parfois les gens n'ont rien à faire de ce que tu peux avoir à leur dire. Maintenant, j'opte pour le mur, c'est aussi débordant d'émotion.

J'ai adoré le récit, ceci dit, merci.
Lien direct vers le message - Vieux
Aloïsius
Alpha & Oméga
 
Re: Re: (bump éhonté)
Citation:
Provient du message de Xeen
Ne t'inquiètes pas ils se souviendrons de nous... S'il arrivent à survivre à ce monde que nous leur préparons.
Ah, pour l'instant,ce sont les générations d'avant qui sont aux commandes en ce qui me concerne, je décline toute responsabilités, pour l'instant .

Et puis l'important, c'est pas qu'ils se souviennent de nous, c'est de laisser un bon souvenir.

Citation:
Provient du message de Naala
Parce que parfois les gens n'ont rien à faire de ce que tu peux avoir à leur dire. Maintenant, j'opte pour le mur, c'est aussi débordant d'émotion.
Moi même, je discutait poésie l'autre jour avec un pied de radiateur en fonte, et...

Plus sérieusement, je ne sais pas si le mur se soucie de ce que je peux lui dire éventuellement. Mais qu'il soit sourd ou pas, il n'est pas muet. Pour dire quelque chose, il vaut mieux s'adresser à des gens, par exemple au travers d'un clavier. Comme ça on peut leur transmettre le message d'une paroi de calcite et d'argile, qui vous dit "Be Happy", mais n'a pas encore l'ADSL.
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > Le Bar de la Taverne > Sur les murs de la grotte
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 14h57.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite