JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 806 (sites) | 1426 (forums)Créer un compte
Dark Age of Camelot
Général
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Général > Chapitre XXI: Plouf ! RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Grenouillebleue
Grenouillebleue
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grenouillebleue
 
Message roleplay

Chapitre XXI: Plouf !

Aaah, le désespoir de la défaite.
Le goût amer de cendre dans la bouche.
Ca fait mal, hein ?
Mais regardez-moi dans les yeux, et répondez-moi sincèrement: êtes-vous toujours fier de ce que vous voyez dans un miroir ?
Moi, non.



Introduction
Chapitre I
Chapitre II
Chapitre III
Chapitre IV
Chapitre V
Chapitre VI
Chapitre VII
Chapitre VIII
Chapitre IX
Chapitre X
Chapitre XI
Chapitre XII
Chapitre XIII
Chapitre XIV
Chapitre XV
Chapitre XVI
Chapitre XVII
Chapitre XVII
Chapitre XVIII
Chapitre XIX
Chapitre XX


----------------------------------------------

Laath n'aimait pas ce palais. Il ne se sentait pas à sa place, malgré ses beaux vêtements et les rapides leçons de maintien que lui avaient prodiguées Malek. Il avait l'impression d'être un rat au milieu de chats qui ronronnaient doucement, et la sensation était tout sauf agréable.
Depuis près d'une heure qu'il tournait dans les couloirs, tentant de se fondre dans la foule, ses recherches n'avaient rien donné. Il ne savait pas très bien à quoi il s'était attendu. Il y avait des centaines de personnes qui arpentaient le palais dans tous les sens, commentant les dernières nouvelles de la santé de l'empereur. Essayer de découvrir la personne qu'il avait vu dans une telle cohue, cela revenait à chercher une pièce de cuivre particulière dans la recette d'un colporteur. Autant dire qu'il n'y avait aucune chance.

Pourtant, il s'obstinait. Laath avait toujours eu la tête dure. Têtu comme un âne, sa mère disait. S'il n'y avait qu'une chance sur deux cent de découvrir la personne qui avait attiré Deria dans ce piège mortel, eh bien il y passerait deux cent fois plus de temps. Ce n'était pas plus compliqué, après tout. Laath ouvrait l'œil, et le bon.
Se promener dans le palais était une vraie torture pour ses mains, cependant. Des plats en or, des couverts en argent, de riches tentures de soie, des statuettes d'ébène incrustées de pierres précieuses… Il n'avait jamais vu une telle fortune réunie au même endroit. C'en était tout bonnement aberrant. La moindre de ces gemmes permettrait à plusieurs familles de manger à leur fin, et qu'en faisait l'empereur ? Il les entreposait dans des coffres, à la vue de tout un chacun, pour exhiber sa puissance et sa fortune.

Lorsque le tocsin sonna, Laath sursauta. Il ne connaissait pas ce bruit. Mais les cloches étaient lourdes de tristesse, un bruit fort et sourd à la fois, capable d'être entendu dans toute la ville. Laath ne mit pas longtemps à comprendre, à voir la mine des nobles autour de lui, le sens qu'avait le tocsin. L'empereur venait de mourir… Le jeune homme ne ressentait aucune tristesse, aucune peine, ni même une quelconque sensation de vide. Les gens vivaient et mouraient, c'était le cycle habituel. L'empereur ne représentait rien pour lui. Mais il avait visiblement de l'importance pour Shareen et Malek, aussi prit-il le temps d'envoyer une prière au Dieu des Morts pour qu'il facilite le passage de l'âme du souverain.

"Seigneur Licornéen ?"
Laath leva les yeux, surpris et vaguement inquiet.
"Oui ?"
Il était censé passer inaperçu, ici. Si quelqu'un s'avisait de vouloir discuter avec lui des derniers événements, il ne se sentait absolument pas préparé. Il lui faudrait fuir, alors, et vite; ce serait une catastrophe. Aussi offrit-il son plus beau sourire.
L'homme qui venait de lui adresser la parole n'était pas seul. C'était un garde du palais, coiffé de l'habituel casque à plumes qui indiquait son rang. Trois hommes étaient derrière lui, traînant les pieds. Un regard suffit à Laath pour s'alarmer sérieusement. Il avait toujours été très bon juge de caractère, et ces hommes-là ressemblaient à des soudards de la pire espèce. Les cloches résonnaient toujours, comme une alarme, l'incitant à adopter une posture défensive sans même y réfléchir.
"Nous avons un message pour vous" fit l'homme au plumier. "De la part d'une certaine personne, que vous auriez rencontré sur les berges du Verdoyant"
C'était bien connu. Les méchants, dans les contes, aimaient toujours à parler plus que de raison, et perdaient ainsi souvent l'initiative. L'homme n'avait pas terminé son discours que Laath tournait brutalement les talons et se mettait à courir, esquivant ainsi le coup de dague que le sergent cherchait à lui porter.
"Arrêtez-le !" hurla une voix derrière lui. "C'est un voleur et un assassin ! Arrêtez-le, pour l'amour de l'empereur !"
L'empereur ne devait pas être très aimé, car les nobles restaient figés sur place tandis que Laath slalomait entre eux, courant aussi vite qu'il le pouvait en direction de la porte du palais. Il entendit des jurons derrière lui. En courant ainsi, il les empêchait de faire usage de leur arbalète, sous peine de blesser un des membres des dix Maisons présent sur son chemin. Eh bien, tout était pour le mieux. Il n'avait pas l'intention de se faire tirer comme un lapin.
Quelques gardes réagissaient, cependant. Alors qu'il cherchait à atteindre la porte principale du palais, il vit un groupe s'interposer. Au temps pour cette bonne idée.
Avisant le muret qui donnait vers la petite chapelle, il bondit par-dessus, et les jurons redoublèrent alors qu'il atterrissait de l'autre côté. La terre meuble amortit sa chute, alors qu'il roulait de côté. A partir de maintenant, les choses étaient plus faciles. Il se rappelait le chemin qu'il avait pris lors de la nuit fatale où Deria avait trouvé la mort, il ne s'agissait plus que de retrouver l'endroit où il était monté.
Ses pensées tournoyaient furieusement dans son esprit. Quelque chose clochait. Il ne savait pas quoi, mais quelque chose clochait.
Les cris de la poursuite s'éloignaient progressivement derrière lui. Il avait toujours été rapide, et des hommes en cotte de mailles ne pouvaient tenir ce rythme très longtemps. Le seul ennui, c'était que le mur était long à escalader. Il ferait une parfaite cible en plein jour, épinglé comme un papillon. Non, escalader maintenant n'était pas possible. Jetant un regard derrière lui pour vérifier que personne n'était encore à portée de vue, il s'enfonça de nouveau dans le palais.
Ce ne fut qu'une fois dissimulé de manière satisfaisante dans une pièce que personne ne songerait à visiter, qu'il comprit soudain le détail sur lequel il ne parvenait pas à mettre le doigt: Personne n'était au courant de sa présence dans le château, et personne ne savait qu'il était déguisé ainsi. Pourtant, les gardes étaient allés directement vers lui.



Il y avait beaucoup de courant, à cet endroit-là.
Le Verdoyant portait un nom heureux et bénéfique. C'était lui qui, plus loin vers le sud, fertilisait les terres et apportait le limon nécessaire pour des plantations saines et en bonne santé. Ses crues annuelles apportaient l'eau et la richesse aux plantations qu'il arrosait, et de nombreux villages avaient fleuri autour de son cours. Pour certains, le Verdoyant était un Dieu.
Mais c'était un Dieu cruel et exigeant. Tout les citoyens de l'empire se souvenaient encore avec inquiétude et angoisse de la dernière crue non contrôlée, voici neuf ans, lorsque l'eau avait envahi les terres, noyant paysans et bêtes avant de se retirer, une semaine après, en laissant une terre vidée, détrempée, et trop saline pour que les récoltes puissent être sauvées. Parfois, au contraire, la crue avait du retard, ou bien ne touchait que les bords directs du fleuve, et les cultures en pâtissaient également.
Le Verdoyant avait d'autres tours dans sa manche, également. Ses courants violents, lorsque les berges se rapprochaient, faisaient de sa navigation un tour de force. La plupart des marchandises arrivant à Musheim par voie fluviale étaient généralement débarquées à Gloasgas, à une demi-journée de cheval, et terminaient leur voyage dans de lourds chariots de transports, empruntant la Voie Impériale par le sud. Bien peu de bateaux osaient venir plus près. Les abords de la ville subissaient en effet un courant contraire d'une violence certaine, et le paroxysme en était atteint au pied du Palais. On prétendait d'ailleurs que la ville de Musheim avait originellement été construite ici lorsque les envahisseurs du Nord, avec leurs grands bateaux plats, ne cessaient de piller et de massacrer sur les berges du Verdoyant. Musheim n'avait alors été qu'un avant-poste, duquel on pouvait envoyer des soldats sans craindre une attaque directe. Mais tout cela remontait à près de mille ans, et ce n'était plus que conte et légende murmurée au détour d'une veillée.
La dernière pensée qui passa par l'esprit de Shareen alors qu'elle chutait de la tour, était empreinte d'ironie morbide.
Quel magnifique endroit pour apprendre à nager….
La fenêtre donnait bien sur le fleuve, mais c'était un plongeon de près de vingt-cinq pieds. Lorsqu'elle heurta la surface de l'eau, le choc fut terrifiant. Elle sentit ses membres se disloquer et son estomac se retourner, alors que le fleuve lui giflait méchamment le bassin. La douleur jaillit en elle, et elle ouvrit la bouche pour hurler, mais l'eau s'engouffra alors dans sa bouche, sentant le poisson mort, et le sel, et la mort. L'eau était glaciale. Elle cracha, et cracha, mais toujours les vagues revenaient, alors qu'elle se faisait entraîner vers le sud, ballotée dans tous les sens. Le fleuve jouait avec elle, lui permettant parfois de prendre une grande respiration avant de lui replonger la tête sous l'eau et de la noyer de nouveau. Elle se sentait comme une branche morte, comme un roseau dans le vent, comme un fétu de paille, alors qu'elle tourbillonnait. Lentement, elle se sentit sombrer.
"Shareen !"
Dans la mort aussi, il semblait bien que l'on puisse toujours entendre les voix des gens. Dérivant dans son univers de vert et de bleu, la jeune fille entendait maintenant une voix frêle, luttant contre le grondement des vagues.
"Shareen !"
Malek avait toujours été un bon nageur. Le château du Duc de Licorne était situé au sud-ouest de Musheim, en suivant la Voie Impériale sur sa quasi-totalité. Il donnait directement sur la Mer des Brumes, et sur une petite crique de sable fin réservée à la noblesse, bien loin des effluves du port de pêche tout près. Le jeune homme avait passé son enfance à plonger dans les vagues, et nager avec plaisir jusqu'aux petites îles qui constellaient la crique, luttant contre le ressac, poursuivant son précepteur ou son frère pour tenter de leur mettre la tête sous l'eau. Il ressortait généralement couvert de sel, la peau incrustée de grains de sable, et il pouvait alors s'abandonner aux plaisirs du bain et du massage par les mains agréables de la servante. En y réfléchissant bien, venu un certain âge, il plongeait dans la mer uniquement pour retrouver ces mains.
Mais maintenant, il avait besoin de toute l'habileté qu'il avait acquise, de tous ses réflexes, et de toute son endurance, pour parvenir à garder la tête hors de l'eau et nager vers Shareen, d'un crawl puissant qui accompagnait le courant au lieu de résister. C'était dans des moments comme ça qu'il était heureux d'avoir laissé sa cotte de mailles pour venir au palais. Ses lourdes bottes de cuir épais suffisaient déjà à handicaper ses mouvements, et il n'avait pas le loisir de les enlever maintenant. Toutes ses pensées étaient concentrées vers la touffe de cheveux bruns qu'il pouvait voir s'agiter devant lui, alors que l'écart se rétrécissait.
"Shareen !" hurla-t-il de nouveau lorsqu'il parvint à reprendre sa respiration.
Il lança sa main en avant. Il y avait de l'eau, de l'eau, rien que de l'eau. Puis ses doigts accrochèrent enfin un bras flasque et sans force. Avec effort, il tira. Le courant les entraînait avec violence, et par deux fois il glissa, luttant pour reprendre sa respiration et conserver sa prise. Il connut un moment de panique alors que Shareen cessait de lutter et s'enfonçait lentement dans l'eau, l'entraînant avec elle. La lourde fabrique de ses vêtements était maintenant imbibée d'eau, et le poids n'en était plus négligeable du tout. Il toussa, battant des jambes avec force pour essayer de la sortir de là.
Le Verdoyant devait se sentir d'humeur miséricordieuse. Dans de grandes gerbes d'eau, Shareen apparut enfin au-dessus de la surface, et Malek put assurer sa prise, posant la tête de la jeune fille sur son épaule.
Le reste fut un océan de douleur et de fatigue. Le jeune homme sentait dans tous ses muscles le combat qu'il venait de mener et le manque de sommeil dont il souffrait depuis quelques temps. Shareen n'était pas bien lourde, pourtant elle pesait son poids, ainsi inerte. Lorsque Malek atteignit enfin la berge, il ne sentait plus ses bras ni ses jambes. Ce fut en rampant à moitié qu'il parvint à s'extraire de l'eau. Dans un brouillard, il hala Shareen également.
"Shareen" balbutia-t-il.
La jeune fille était bleue de froid. Ses yeux étaient fermés, et elle ne respirait plus.
"Tu ne vas pas me faire ça" grogna Malek, ôtant avec précipitation les vêtements trempés de la jeune fille. Le bliaut résistait, et il s'énerva, jusqu'à ce qu'enfin le tissu se déchire par le milieu et qu'il se retrouve avec deux morceaux en main. Il les regarda stupidement, avant de les jeter de côté. Ils étaient trempés comme des éponges. En quelques secondes, Shareen était nue comme au premier jour. Sa peau était couverte de chair de poule, et d'une pâleur mortelle.
"Respire, par le Sang ! Respire !" Il appuya doucement sur son ventre, comme il avait vu son père le faire, des années auparavant, lorsque l'embarcation d'un pêcheur s'était retournée et que l'homme avait dérivé jusque dans leur crique. Il mettait ses mains comme ça, et… "Respire !"
Le froid paralysait lentement ses muscles. Lui aussi était trempé. Avec fureur, il arracha ses propres habits, et se pencha de nouveau vers la jeune fille. C'était stupide. C'était trop injuste. Avoir tant souffert, pour finalement la voir mourir ainsi ?
Déterminé, il lui pinça le nez et commença à souffler de l'air dans sa bouche. Souffler, respirer. Souffler, respirer. Il s'arrêta, et pressa de nouveau son abdomen, puis revint souffler de l'air. Etait-ce comme ça que son père avait fait ? Il ne se souvenait pas, ça remontait à tellement longtemps ! Mais qu'est-ce que je peux faire d'autre ? Déesse de la Chance, ne m'abandonne pas maintenant !
Il se penchait de nouveau pour souffler de l'air, quand un gargouillis caractéristique le fit sursauter. Une seconde plus tard, un flot d'eau de mer envahissait sa gorge, alors que Shareen se cambrait brusquement, vomissant l'eau qu'elle venait d'ingurgiter. Ses yeux s'ouvrirent soudain, et elle se tourna sur le côté, glissant entre les mains de Malek pour venir rendre le contenu de son estomac sur le sol. Un spasme la secoua, et elle cracha de nouveau, avant de retomber sur le dos, anéantie.
"Shareen" murmura Malek, grelottant.
Il fallut un instant à la jeune fille pour lever les yeux vers lui, et ce fut uniquement pour les détourner aussitôt et vomir encore une fois.
"Shareen…" répéta Malek. "Ca va ?"
Elle le regarda, puis porta lentement sa main à la joue du jeune homme, incrédule.
"Je… suis vivante ?" finit-elle par balbutier.
"On dirait bien. Bienvenue parmi les vivants, ma grande" sourit Malek, avant d'éternuer. "Tu m'as fait une sacrée peur"
"C'était vert… et bleu.. et c'était froid, si froid…"
Elle grelottait encore, nue sur l'herbe de la berge. Le temps s'était considérablement adouci ces derniers temps, mais le printemps n'était pas encore totalement là, et le froid de la nuit leur déchirait les os. Malek la prit doucement dans ses bras. Sa peau était glacée.
"C'est fini, maintenant" murmura-t-il. "Mais il faut qu'on parte d'ici rapidement"
"Les gardes ?" Ses yeux s'arrondirent. "Je me souviens… Ils vont nous chercher ! Et Rekk ! Qu'est devenu Rekk ?"
Malek haussa les épaules, claquant des dents.
"Je ne sais pas, j'ai sauté avant lui. Il ne faut pas qu'on reste ici, Shareen. On doit rejoindre la caverne, d'une manière ou d'une autre. Il nous faut un feu et des vêtements, sinon on va geler sur place"
"Des vêtem… oh !"
Pour la première fois, sans doute, Shareen venait de réaliser qu'elle était complètement nue. Instinctivement, ses mains vinrent protéger ses seins et son bas-ventre. Malek se contenta de rire, alors qu'elle s'empourprait.
"Ce n'est vraiment pas le moment de te préoccuper de ça. Il fallait que je t'enlève tes habits trempés, sinon tu serais probablement morte maintenant. Je n'attends pas de remerciements, mais cesse de me regarder avec ces yeux furieux et viens !"
Shareen jeta un regard rageur au jeune garçon. Je n'ai pas des yeux furieux ! Mais elle se détourna bien vite en constatant qu'il était lui aussi complètement nu.
"Tu as raison" murmura-t-elle enfin. "Je suppose que je te dois des excuses. Merci beaucoup pour…"
"Pour ça non plus, on n'a pas le temps ! Tu arrives à tenir debout ?"
La jeune fille se haussa péniblement sur ses jambes. Le sol tanguait désagréablement. Elle retomba presque aussitôt.
"Je ne crois pas. Pas tout de suite. Il faudrait que je me repose un peu…"
"Te reposer, nue, la nuit ? Tu as besoin de chaleur ! Viens, je vais t'aider !"
"Ce n'est pas la peine" murmura mollement Shareen.
Mais, sans attendre son consentement, Malek s'accroupit et passa son bras derrière la nuque de la jeune fille. Lentement, il la fit se lever, la laissant s'appuyer contre son torse.
"Tu peux marcher, comme ça ?"
"Je vais essayer" Elle claquait des dents, et la chair de poule envahissait son corps. Malek détourna les yeux, embarassé. Il était nu, lui aussi. Il n'avait aucune intention que son corps le trahisse en un moment comme cela, mais il ne pouvait contrôler certaines réactions physiologiques.
"Allons-y, alors" murmura-t-il, les joues brûlantes.

Ils devaient avoir une solide avance sur leurs poursuivants, si jamais le Prince avait envoyé du monde à leur recherche. Le fleuve les avait recrachés largement en aval du palais, à plusieurs lieues de distance. Même à cheval, cela prendrait un certain temps de les rejoindre; mais ce n'était pas une raison pour traîner
Ils formaient un beau spectacle, clopinant de concert en suivant le fleuve, nus tous les deux, se soutenant mutuellement. Les berges du Verdoyant étaient couvertes de branches mortes et de cailloux pointus. Marcher pieds nus ne se révélait pas très agréable, et ils finirent par se résoudre à se traîner encore plus lentement, pour éviter les obstacles. Néanmoins, lorsqu'ils arrivèrent enfin en vue du renfoncement qui cachait la caverne, leurs pieds étaient en sang. C'était le moindre de leurs soucis.

"Enfin" croassa Malek, titubant sur les dernières coudées. Sa respiration était saccadée. Il avait beaucoup trop forcé aujourd'hui, entre le combat et le sauvetage dans le fleuve. La lieue à parcourir pour atteindre la caverne avait achevé ses dernières réserves. Il ne se souciait plus de savoir s'il pouvait y avoir du danger, si l'endroit était sûr, si Dani s'y trouvait toujours, si Laath était là ou non. Avec un râle, il s'effondra à l'entrée, couvrant à moitié Shareen de son corps. Elle avait la peau douce, si douce.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Grenouillebleue
Grenouillebleue
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grenouillebleue
 
Trois couvertures reposaient sur lui. Un bon feu brûlait à un mètre à peine de son visage. Les vagues de chaleur étaient agréables, drainant le froid de ses muscles et de ses tendons, mais au fur et à mesure que les sensations revenaient, revenait également la douleur et la souffrance. Il avait l'impression d'avoir passé sa journée à se battre. Il avait l'impression d'avoir passé sa journée à se battre et perdu. Il avait mal.
"Où suis-je ?" murmura-t-il.
"En sécurité" sourit Dani. "Repose-toi, maintenant"
Il se rendormit.

Deux couvertures reposaient sur lui. Le feu brûlait encore, moins fort cette fois-ci. Il avait des courbatures partout, et la douleur était omniprésente. Pourtant, il se sentait mieux qu'avant. Une main large, aux doigts épais, descendait vers lui, une cuillère de soupe dans la main. Le liquide était brûlant, et il toussa.
"C'est bien, comme ça. Bon garçon" murmura Dani, lorsqu'il eut tout avalé.
Il se rendormit.

Une couverture reposait sur lui. Le feu était presque éteint, mais une vive chaleur irradiait encore des braises. Il avait mal, mais la douleur était ténue, distante. Il se sentait mieux. Lentement, il remua sa main. Il leva son pied, et agita ses orteils. Il sourit en les voyant bouger. C'était amusant, des orteils. C'était loin, distant, on avait l'impression que ça ne nous appartenait même pas.
"Tu vas mieux ?" fit une voix bourrue, à côté de lui.
Il se retourna avec peine. Dani revenait, une brassée de bois dans les mains. Laath suivait sur ses talons, l'air anxieux.
"Je crois" murmura-t-il. "Je… j'ai beaucoup dormi ?"
Dani plaça quelques bûches stratégiquement dans le feu, puis souffla sur les braises. Quelques brindilles firent repartir la flambée. Ce ne fut qu'alors qu'elle se tourna pour répondre, essuyant ses mains poussiéreuses sur son tablier.
"Une dizaine d'heures, je dirais, pas plus. Tu es résistant, gamin, tu as récupéré très vite. Tu as déjà meilleure mine"
Malek haussa les épaules, et grogna alors que ses courbatures se réveillaient.
"Le sang des licornéens, courage, honneur, tout ça" marmonna-t-il. "On récupère vite, dans la famille." Puis les souvenirs lui revinrent brutalement. "Et Shareen ? Et Rekk ?"
Dani agita la main vers un des coins de la caverne, de l'autre côté du feu.
Shareen dormait paisiblement, elle aussi recouverte de plusieurs épaisseurs de laine. Elle avait de belles couleurs, maintenant. A la regarder, on ne pouvait imaginer qu'elle soit passé par autant d'épreuves.
"Elle va… bien ?"
"Maintenant, oui. Je dois dire que j'étais inquiet, au début. Elle était complètement frigorifiée. Il va falloir que tu me racontes ce qui s'est passé, mon garçon. Si vous n'étiez pas en si mauvais état, j'aurais trouvé plutôt amusant de voir deux gamins nus comme ça, enlacés comme vous l'étiez. Mais j'ai bien l'impression que ça n'a rien à voir, je me trompe ?
"C'est une longue histoire" grommela Malek, rougissant furieusement. Puis son visage se crispa. "Rekk… Il n'est pas venu, n'est-ce pas ?"
Elle secoua la tête.
"Non seulement il n'est pas venu, mais la nouvelle a fait le tour de la ville. Rekk, le démon cornu, l'épée de feu, est retenu prisonnier par l'empereur, qui l'a vaincu en combat singulier. Il sera pendu sur la place publique, comme un vulgaire voleur de chevaux, demain dans la soirée."
"Quoi ?" s'exclama Malek, interloqué.
"Pas si fort, tu vas réveiller Shareen. Elle a besoin de repos"
"Quoi ?" répéta Malek, moins fort. "Comment est-ce que vous savez tout ça ? Qui vous l'a dit ?"
"C'est moi" intervint Laath, le visage fermé. "Lorsque je me suis finalement enfui du palais pour revenir ici, les crieurs publics étaient déjà en train d'annoncer l'exécution à la cantonade"
Malek s'assit, malgré les protestations de son dos.
"Mais c'est absurde. Qu'est-ce que c'est que cette histoire d'empereur ? L'empereur est mort"
"Non, je ne parle pas de Marcus. Son fils s'est fait couronner dans l'après-midi, pendant que tu dormais. Il a le soutien de la plupart des maisons. C'est lui, l'empereur, désormais"
"Ce n'est pas possible" balbutia le jeune homme. "Ce petit monstre ? Empereur ?" Il cilla. "Et qu'est-ce que c'est que ces absurdités sur avoir vaincu Rekk en combat singulier ? Il n'a pas osé ne serait-ce que tirer son épée, ce sale serpent !"
"J'en suis convaincue, j'en suis convaincue" fit Dari d'une voix dure. "Mais maintenant, j'aimerais que tu commences par le début, et que tu me racontes tout ce qu'il s'est passé là-bas. Je veux savoir comment vous avez réussi à vous échapper, quand Rekk s'est fait capturer"
"Ca…"

A voix basse, Malek entreprit de narrer la totalité de leur aventure, essayant de rassembler tous les détails pour brosser le portrait le plus réaliste possible. Laath écoutait, ouvrant de grands yeux, poussant parfois des exclamations d'incrédulité. Dani restait silencieuse, se contentant de hocher la tête de temps en temps. Lorsque Malek en vint à sa chute dans l'eau, elle serra les dents à les faire crisser
"Le sombre crétin. L'abruti fini ! C'est bien lui, ça, de réfléchir avec ses pieds !"
"Comment ça ?" fit Laath, intrigué.
"Quoi, comment ça ? Tu parles d'un démon cornu ! Tu parles d'une légende du mal ! Il s'est sacrifié pour sauver les gamins, voilà ce qu'il a fait !" Elle hocha la tête en direction de Malek. "Je ne dis pas que c'est une mauvaise chose, et je suis très content que vous soyez en vie. Mais si vous n'aviez pas été là, il aurait pu sauter par la fenêtre et s'enfuir, lui aussi. S'il n'avait pas eu à retenir les gardes et à vous donner de précieuses minutes d'avance…" Elle gémit doucement.

Malek resta un instant interloqué devant le soudain accès de colère de la grosse femme. Ce qu'elle disait était vrai, cependant…
"Je ne suis pas sûr qu'il ait sauté, que nous soyions là ou non. Ce n'est tout simplement pas son genre" murmura-t-il.
"Tu as raison" renifla Dani. "Tu as tout à fait raison. Je suis sûr que c'est ce qu'il aurait fait. Il ne se soucie pas du tout de ce que les autres pensent. Tout ce qu'il veut, c'est une sortie digne de lui. Pah ! Je crache sur sa fierté et son orgueil !" Elle avait l'air misérable, se balançant ainsi d'avant en arrière, fixant le feu avec des yeux embués de larmes. "Et maintenant, il va finir pendu, sans même avoir vengé sa fille. C'est ridicule…"
Malek resta silencieux. La vieille femme n'avait pas tort. Il n'avait été qu'un poids mort. Et maintenant, il était probablement recherché. Il avait failli à sa famille, et à son père. Et il se sentait faible comme un nouveau-né.
"Je ne peux pas croire qu'un homme comme lui finisse comme ça" fit-il. "Il va forcément se passer quelque chose…"
"Pour ça, oui, je peux te dire qu'il va se passer quelque chose. Demain soir, je viendrai avec mon arbalète, et ce foutu nouvel empereur n'a pas intérêt à mettre le nez dehors. La vieille Dani a encore un bon coup d'œil, et je lui enlèverai l'idée de faire du mal à Rekk. Je veux le voir souffrir, ce fils de sagouin"
"Dani…. Ca ne servirait à rien, tu le sais bien. Le prince est trop bien protégé, et de toutes façons tu te ferais tailler en pièces. Tu peux me dire à quoi cela servirait ?"
"Rekk n'aurait pas hésité" murmura-t-elle. "Il n'a pas hésité, quand j'étais en danger. Il est venu me chercher, au milieu de plus de vingt brigands qui avaient déjoué mon réseau de contrebande et cherchaient à s'en emparer. Il est venu, et il n'a pas réfléchi au danger"
"Rekk, c'est Rekk. Tu n'es pas lui, et moi non plus. Nous n'avons pas sa force ni sa volonté. C'est un fait"
Dani le regarda avec mépris.
"Rekk me disait un jour ce qui motivait ses gestes. Il disait qu'il voulait se voir dans un miroir, et être fier de ce qu'il voyait. Fier de voir l'homme qu'il était devenu. Lorsqu'il a quitté Musheim, voici vingt ans, il m'a laissé un miroir. Il m'a dit qu'il ne supportait plus de se regarder dedans. Et toi, Malek ? Que vois-tu dans un miroir ? Que vois-tu quand tu te rases ?"

Le jeune homme resta un instant silencieux.
"Je n'arrive pas à y croire. Tu veux que nous l'aidions, n'est-ce pas ? C'est ça, que tu veux. Que nous nous lancions à son aide, et que nous le sortions du donjon avant qu'il soit pendu ! Tu sais qu'on n'a aucune chance"
Dani soutint tranquillement son regard.
"Je ne te demande rien" fit-elle doucement. "Je sais juste que, moi, je vais essayer de l'aider. Parce que c'est ce qu'il aurait fait"
"C'est de la folie ! C'est de la folie pure ! Mais que veux-tu que je fasse ? Que je me présente aux portes du palais en disant Oh, Bonjour, je chercherais à savoir si vous voudriez bien nous rendre notre ami Rekk, pas trop abîmé si possible, sinon je vous tranche la gorge ? Ou bien tu veux que j'escalade les murs du palais comme notre ami Laath, ici, et que je me taille un chemin jusqu'aux prisons pour l'en sortir tranquillement ?"

Dans le coin, Shareen remua. Elle s'étira, bailla, puis se leva sur un coude.
"Ca me paraît un bon plan. Mais d'abord, j'aimerais manger un peu. J'ai faim".
Lien direct vers le message - Vieux
Myclas
Roi
 
c'est trop bon
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ekios
Ekios [SdM]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ekios
 
Deu'z !

Raaaaaaaah ! ze suiiiiiiiteuh !!

Grenouille, jte previens, jveux ce fils de catin de prince mort !!
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Helnea/Semiramis
Helnea/Semiramis
Alpha & Oméga
 
Avatar de Helnea/Semiramis
 
C'est trop court didiou !
vivement demain

bisou ma grenouille
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Laurys
Laurys
Alpha & Oméga
 
Avatar de Laurys
 

comme tjrs, c'est aussi bon
/em allume son imprimante et sort tous les chapitres disponibles
/em hallucine car un peu plus d'une centaine de pages
la suite ptite grenouille
Lien direct vers le message - Vieux
Dyllan Lionheart [INT]
Roi
 
Voila je lis tes post depuis le premier et j'ai jamais pensé a poster pour te dire a quel point j'adorais ce que tu fais c vraiment génial et continue!!!!
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Olwenn
Olwenn
Alpha & Oméga
 
Avatar de Olwenn
 


Bon il sort le bouquin ?

Bien sinon, mais je peux plus critiquer, tu t' améliore à chaque fois
Lien direct vers le message - Vieux
Ahlmael
Roi
 
Vraiment génial, de mieux en mieux
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Grenouillebleue
Grenouillebleue
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grenouillebleue
 
Merci pour les commentaires
Je ne sais pas si le chapitre 22 pourra sortir aujourd'hui, bicoz jour férié, donc je ne serai pas là de l'après-midi. On verra bien, je m'y mettrai ce soir !
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Mystz
Mystz [Gtz]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Mystz
 
Jusque là, j'avais toujours plus ou moins une (souvent fausse ) idée de la suite... Mais là, nan

Bravo encore.
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Général > Chapitre XXI: Plouf !
   

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Les vidéos de Dark Age of Camelot RSS
Les critiques de Dark Age of Camelot RSS
Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 19h42.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite