JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 600 (sites) | 1195 (forums)Créer un compte
Forums divers
Le Bar de la Taverne
Les forums JOL > Forums divers > Le Bar de la Taverne > Derniers instants. RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Amarezza
Amarezza
Impératrice
 
Avatar de Amarezza
 
Tres agréable à lire et le style est varié d'une nouvelle à l'autre, j'aime beaucoup
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Metellia / Shanree
Metellia / Shanree
Alpha & Oméga
 
Avatar de Metellia / Shanree
 


Encore encore encore
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ljd Leoll
Ljd Leoll
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ljd Leoll
 
Sarah.
La jeune fille s’avance, ouvre la porte vitrée et marche sur la grande terrasse. Dehors il fait gris, mais il fait bon. Un léger vent fait voler ses longs cheveux bruns. Ses yeux brillent. Son visage est souriant. Elle marche un peu, sort une cigarette et l’allume. Elle se penche à la balustrade et regarde en bas. Elle y voit des enfants, qui jouent gentiment. Elle se sent bien. Son téléphone portable vibre, elle ne répond pas, pas envie, ça attendra. Elle regarde toujours les enfants, faire la ronde, jouer à quelques jeux. Quel émerveillement.
Sa cigarette finit, elle rentre dans l’appartement. Elle regarde la pendule qui indique 14h23. Il est temps qu’elle aille à son rendez-vous. Cela fait longtemps qu’elle n’avait pas eu ce genre de rendez-vous. Elle quitte son appartement puis se dirige vers le café « Au petit port », à deux pâtés de maisons de chez elle. En arrivant, elle se regarde dans la vitrine d’un bijoutier pour voir si elle est bien coiffée, ce qui est le cas. Elle entre dans le café, regarde partout mais ne voit pas Sébastien, l’homme qu’elle attend. Elle regarde sa montre, 14h30. L’heure du rendez-vous. Elle décide d’attendre. Une heure passe, les tasses s’amassent sur la table. Il n’est toujours pas arrivé. Que fait-il ? Tout à coup, elle sort rapidement son téléphone cellulaire de sa poche, c’était peut-être lui. Elle écoute le message :
« Sarah, c’est Seb’, excuse-moi mais j’ai été retenu au travail, je ne pourrai pas venir… On en reparlera un autre jour, bonne journée. »
Long soupire… Encore une journée qui tombe à l’eau. Elle décide de partir et d’aller faire un tour au port. Quand elle était petite, son père l’amenait souvent voir les grands bateaux, qui voyaient les océans. Maintenant, ils ne semblent pas si grands, mais la font toujours autant rêver. Comme elle aimerait s’embarquer sur un voilier et partir en mer… Un rêve de gosse, un rêve tout court… 17h00. Elle a assez traîné. Elle rentre chez elle, souriant aux personnes qu’elle rencontre, tout en se disant que sa journée est vraiment gâchée… Le téléphone sonne à nouveau.
« Sarah, c’est moi. Je peux passer la soirée avec toi ?
Oui, passe à 20h00.
D’accord à tout à l’heure. »
Sébastien… Sans doute veut-il se racheter. Les yeux de Sarah pétillent à nouveau. Elle va préparer un bon repas, qu’il ne l’oublie pas. En montant les escaliers, une odeur de gaz se fait sentir… Ce ne doit pas être grave, mais bon… Elle est arrivée et se dépêche de trouver une idée pour le repas… Ce sera filet mignon de porc et pâtes. Elle se met aux fourneaux.
L’heure tourne, il est déjà 19h30. La table est mise, le repas est finit. Il ne manque plus que Sébastien qui se fait désirer.
20h30… Il n’est toujours pas là. Elle a l’impression qu’il se fout de lui… Pour qui la prend-il ? Mais quelque chose inquiète plus encore Sarah… L’odeur de gaz… Qu’est-ce que c’est ? Voilà que l’odeur ce répand chez elle. Elle a peur… Une étincelle et tout est prêt à exploser. Elle qui voulait fumer une cigarette…
Elle court à la porte, pour descendre, elle ne veut pas rester chez elle, avec cette odeur. Dans le couloir, l’odeur est nauséabonde, asphyxiante. Elle ne peut pas supporter cette odeur et retourne chez elle. Affolée, elle court sur le balcon et essaie d’appeler Sébastien, en vain. L’éternel répondeur est lui au rendez-vous. En regardant dehors elle voit déjà des gens s’amasser dans la rue, tous les habitants de l’immeuble sont dehors. Elle se retrouve toute seule, la peur au ventre.
Elle lance des appels au secours, les gens lèvent la tête, livides.

Ses cheveux volent au vent, alors que les premières flammes sortent du rez-de-chaussée. Elle tourne la tête vers l’intérieur de son appartement… Elle sent tout l’immeuble vibré. Les flammes envahissent l’appartement de Sarah. Elle se retrouve au bout de la terrasse. Elle se prend la tête à deux mains, qui regarde tour à tour chez elle et en bas. Elle veut sauter, mais elle risque de ne pas survivre au choc… elle tourne la tête et regarde l’océan. Le soleil se couche. A l’horizon, un bateau vogue au vent. Elle sourit, monte sur la balustrade et saute, les bras en croix.




Ljd.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Khan / Gégé
Khan / Gégé
Alpha & Oméga
 
Avatar de Khan / Gégé
 
Jolis textes/nouvelles mais tes Muses me semblent bien funestes.
Ca ne veut pas dire "vive les textes fleur bleue" etc pour autant
Lien direct vers le message - Vieux
Etherniel
Alpha & Oméga
 
Pas grand chose à ajouter : c'est dérangeant, triste mais beau. Et ça fait du bien de voir des gens qui veulent la Mort non par désespoir (enfin pas toujours) mais par... autre chose
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Kathandro
Kathandro
Bagnard
 
Avatar de Kathandro
 
SAITRAIBO
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ljd Leoll
Ljd Leoll
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ljd Leoll
 
Détention.
Les nuages désépaississent,
Mes yeux s'affaiblissent.
Elle est comme un trésor,
Elle fait parti du décor.
Je ne la regarde pas,
Mais je la vois.
Elle prend plus d'importance,
Son regard me semble intense.
Le décor doucement s'étiole,
Elle est présente. Un viol...
Le viol de mon coeur,
La renaissance du bonheur.
Les flammes s'attisent,
Mon âme est en crise.
Le blanc est omniprésent,
Son visage est présent,
Il est peint au plafond,
De ma chambre...détention.



Ljd.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Dumak
Dumak
Roi
 
Avatar de Dumak
 
j'adore
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ljd Leoll
Ljd Leoll
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ljd Leoll
 
« Une douce lueur envahit les cieux, rien ne bouge sur la plaine, nulle âme qui vive. De la Terre, sort l'étouffante odeur du sang. Le Mort a frappé en ces lieux, sauvagement. Les corps jonchent le sol, étant là, peu a peu resserrés. Habitants alentours, par missive prévenus, arrivent un à un en maugréant. Un horrible spectacle à leurs yeux est présent. Des milliers de corps en ces lieux abattus et mutilés, offrent un festin aux austères rapaces. Ils sont par là, à dépouiller les carcasses se battant déjà pour trouver le plus saignant des morceaux. Des regards morts, vides, observant ce champ de bataille déserté par gueux et preux. Un seul être se réjouit de ce sanglant massacre. Il est le Dieu du Chaos et de la Souffrance. La Douleur le nourrit et le renforce plus que n'importe quelles prières de Ses fanatiques. Il adore le sang, il est démoniaque. Sur le champ de bataille, Il est seul vainqueur. Ce bain de sang est pour un lui heureux spectacle, il se délecte de tous ces grands malheurs. »

Ainsi sont les mots qu’Alain note sur le bout de papier qu’il a posé sur son bureau. Il regarde droit devant lui, le mur de sa chambre, peint en noir. Sur le bureau, à côté du texte, un couteau, ayant un manche en ivoire. Il le saisit, le serrant fortement. Il dépose la lame sur les veines de son bras gauche et les tranches d’un coup sec.

Les parents du jeune homme sont entrés dans la chambre alors qu’il était allongé sur le sol, déjà livide. Ils se sont agenouillés devant leur fils, pleurant toutes les larmes de leurs corps. Leur fils unique venait de commettre un acte irréversible… Peut-être serait-il heureux de ce qu’il trouvera dans l’au-delà. La lettre qu’il avait écrite était rédigée en lettres de sang… Ce jeune homme avait sans doute perdu la raison et ne pensait qu’au mal…




Ljd.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Keldhra
Keldhra
Alpha & Oméga
 
Avatar de Keldhra
 
Merci pour tous ces très beaux textes.
<s'excuse mais n'a pas pu s'en empêcher>

Elle regardait l'homme assis devant elle, elle l'écoutait parler. Les mots glissaient un peu comme des gouttes de pluie. Elle entendait ces sons étranges que produisaient sa bouche. Tout semblait si loin. La fumée bleutée et le bruit du briquet reposé sur la table, léger choc sourd. Une voiture passe dans le verre de bière, légère ombre rouge.
"Tu m'écoutes?"
"Oui bien sur, continue"
Elle a peur de son sourire si bien fait. Que doit-on penser lorsque les lèvres s'ourlent par réflexe, avant même d'y avoir pensé...
Le chiffon du serveur est presque gris, quelque part cela la dégoûte. Elle observe le geste de son bras en va-et-vient sur la table humide. En équilibre sur un pied il a la taille au bord de la table...
"Mais tu sais bien comment est Jean-Marc..." dit-elle.
Elle fouille dans son sac à mains.
Elle ne sait même pas pourquoi au fond elle n'a pas vraiment envie de fumer. Il fallait qu'elle bouge, agisse. Un endroit du sac est élimé, elle n'avait jamais remarqué. Demain elle ira en acheter un autre. Cette décision lui plaît, un discret pincement de fierté.
Elle sourit à nouveau.
"Pourquoi souris-tu?" dit-il en souriant.
"Pour rien..."
Elle regarde la jupe verte de la fille qui passe dehors, elle croise le regard de l'homme dans le reflet de la vitre. Elle le regarde un peu par vitre interposée avec la rue en impression. Un homme sur le trottoir d'en face semble lui marcher sur le nez.
Il lui caresse la main.
"On y va ?" demande-t-elle.
"Si tu veux."
En sortant du café ils rient. Elle a dans les yeux comme un air de victoire, une lueur espiègle.
Et le monde reprend sa place.

<ce n'est pas vraiment le sujet premier de tes écrits mais pardon j'avais envie de répondre avec celui-là.
BISOUS >
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ljd Leoll
Ljd Leoll
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ljd Leoll
 
Attente.
Dans ma bouche un goût de sang,
Je sens une lame glissé le long de mon dos.
Un cri de douleur serait la bienvenue, mais aucun mot
Ne sort de ma bouche entre ouverte, j'attends.

J'attends la Mort, une lueur devant mes yeux,
Une lueur effrayante, froide, morbide.
Je tombe au sol, face contre terre, je rampe, un peu,
Puis plus aucune force dans mon corps, je me vide.

Je me vide de mon sang, je ne ressens plus rien.
Lentement, mes yeux se ferment, je me sens emporté
Vers un autre monde, un monde désolé.

Un monde désolé, dans lequel je ne vois rien.
Tout est noir, j'erre inlassablement, sans rien toucher.
Alors, je me laisse aller, j'erre dans l'infini, seul, abandonné.



Ljd.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ljd Leoll
Ljd Leoll
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ljd Leoll
 
Deux peuples.
Ca n'a pas grand chose à voir, mais c'est l'un des premiers textes que j'ai écrit. Donc rétrospective parmi les nouveautés. Je ne l'ai pas relu donc ptêtre qu'y aura des fautes.




*entend le vent soufflé sur la plaine désertée par les combattants de la veille*

Ici, s'est déroulée une bataille, une bataille sanglante, tragique. Deux peuples se sont affrontés, deux pays qui dans le passé étaient unis comme des frères.
Aujourd'hui, la plaine est vide. Pas tout à fait, les corps qui jonchent le sol commencent à attirer les rapaces. Magnifique journée pour un rapace. Toute cette chair, toute cette nourriture ...
Je vais vous raconter l'histoire de ces peuples si vous le voulez bien.


Oui, bien sûr.


Alors, soit. Je vais vous la conter.

Il y a plusieurs années encore, ces deux peuples étaient liés comme deux pays frères, l'entente était parfaitement harmonieuse, si bien, que parfois l'on se rendait pas compte que l'on passait d'un pays à l'autre quand la frontière n'était pas loin.
Certaines chaumières étaient sur les deux sols, les maisons se ressemblaient de part et d'autre de la frontière que seuls les Hommes habitant les pays alentours appelaient comme telle. Elles avaient toutes le même type. Les couleurs étaient chatoyantes, telles les couleurs d'un jardin magnifique, mes balcons, peuplés de fleurs donnaient une impression de bien être et d'apaisement. La jalousie n'était alors pas présente, tout le monde vivait comme il se devait de vivre en n'enviant pas son voisin.
Tout commerce marchait par troc, par échange. La monnaie n'était pas présente en ces terres. C'était cela qui allait tout changé, la venue d'une monnaie.
Voulez-vous en savoir plus ?


Je vous écoute.


Les années coulaient comme l'eau d'un ruisseau sans rencontrer d'obstacle, toujours dans le même sens. Mais l'arrivée de personnes d’autres lieux vint déranger cette harmonie presque parfaite. Ces personnes amenèrent rancoeur, jalousie et haine dans ces deux pays. Ils firent instaurés une monnaie différente entre les peuples. Alors, les habitants "frontaliers" commencèrent à se battre car la monnaie n'étaient pas la même, l'égoïsme prit place sur le partage. Des disputes prirent place dans les tavernes et auberges. A l'intérieur même des pays, la rancoeur montait.
Les Dieux, omniprésents, les même dans ces pays ne se rendirent pas compte de la gravité de la chose et s'amusèrent avoir les Hommes se chamailler pour si peu.
Alors, les conflits devinrent de plus en plus grave. Les meurtres commencèrent à faire rage dans les deux pays. Les espaces frontaliers devinrent alors matériels ce qui n’arrangeraient pas les choses. Des milices se formèrent, la haine était présente dans les coeurs de tous, les enfants étaient élevés dans la haine du voisin. Les armées se formèrent, les premiers combats armés débutèrent.
Voulez-vous savoir le dénouement, la trame de l'histoire, pour savoir par où l'on a fini par arriver pour en finir sur cette plaine ?


Bien sûr, monsieur le conteur !


Une plaine était encore mitoyenne au deux pays, personne n'osait se l'approprier. La plaine appartenait aux Dieux à ce que l'on disait.

Les personnes ayant connues le monde d'autrefois, le monde de l'entente commençaient à se faire rare, et seuls les jeunes, emplis de haine restaient, n'écoutant pas les sages paroles des anciens. Les conflits devinrent horribles, les milices attaquaient sans relâche.

Et pourtant, un jour, les deux esquisses de gouvernement des deux pays ennemis, décidèrent qu'il y aurait une bataille finale.
Une bataille où seul celui qui aura le mieux armer, entraîner ses hommes gagnera. Les demandes d'engagement dans l'armée de cette dernière bataille affluaient de toutes parts.
Et les mois passèrent, les armées étaient fin prêtes. Le jour de la bataille était venu. Les deux armées allèrent sur la plaine, qui alors était encore verte, et se mirent en place. Les Dieux courroucés ne pouvaient plus rien faire, ils avaient laissé trop de liberté aux Hommes, croyant à une petite guéguerre. Mais l'issu finale était proche.

Vous vous demandez sûrement pourquoi les pays alentours de faisaient rien pour empêcher cette guerre ? Et bien tout simplement car ce pas, pour eux, était déjà franchit, cette partie de leur histoire avait été accomplie, venait maintenant le tour de ces pays.

Revenons-en à cette dernière bataille, les clairons sonnèrent la charge, le nombre de soldats de part et d'autre était égal, la bataille serait sans merci. Les armées avancèrent les unes contre les autres au pas de course, quand les premières lignes de rencontrèrent, le bruit qui survint fit sursauté les Dieux. La bataille avait commencé et les morts jonchaient déjà le sol. Le sang volait, petit à petit, les armées disparaissaient, il devenait difficile de marcher ailleurs que sur cet amas de corps sur le sol. Les derniers combattant voulaient vivre, ils hésitaient mais finissaient par s'entretuer la bataille dura des heures, les morts étaient indénombrables, et plus personne ne restaient sur la plaine.

Comment ai-je assisté à cela ? Je suis un envoyé des Dieux, j'ai observé ces deux pays, et je suis là, pour aller sur d'autres terres, pour leurs apprendre à ne pas faire la même erreur. Les Dieux auraient pu intervenir. Mais ils ne l'ont pas faits. La nature humaine, si elle est poussée par d'obscures pensées amène à la mort, à la destruction.

Dans les pays, il ne reste plus que les vieillards, les femmes et les enfants. Ils sont tous regroupés dans la capitale. C'est à eux maintenant de rebâtir leur monde et de ne pas commettre les mêmes erreurs que leurs aînés. Les vieillards apprendront aux enfants, soyez en sûr.




Ljd.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Telefoneur OdO
Telefoneur OdO
Roi
 
Avatar de Telefoneur OdO
 
un style qui me plaît
j'ai bien aimé le journal et je t'encourage vivement à continuer
de bons thèmes et une écriture qui se lit facilement
Lien direct vers le message - Vieux
Narcissa
Alpha & Oméga
 
Que dire de plus, si ce n'est ce qui a déjà été dit mon leoul !

J'aime bien ta prose (parfois plus que ta versification ! ) et les histoires qui y sont mêlées.

Show must go on.
Lien direct vers le message - Vieux
Narcissa
Alpha & Oméga
 
Que dire de plus, si ce n'est ce qui a déjà été dit mon leoul !

J'aime bien ta prose (parfois plus que ta versification ! ) et les histoires qui y sont mêlées.

Show must go on.
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > Le Bar de la Taverne > Derniers instants.
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 22h22.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite