JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 220 (sites) | 388 (forums)Créer un compte
Dark Age of Camelot
Jonction Kattraeth
Répondre
Partager Outils Rechercher
Calipsy [Orgie]
Alpha & Oméga
 
Magnifique

Tres tres beau , Vraiment j adore
Lien direct vers le message - Vieux
Syriel
Alpha & Oméga
 
Message hors-roleplay
<efface le tableau>
Lien direct vers le message - Vieux
Ombre encapuchonnée
Roi
 
Une pèlerine à larges bords recouvre les traits de ce qui semble être un Homme. Le passant inattentif ne remarquerait même pas l'inconnu dont nuls détails ne peuvent attirer l'oeil

Assis au près du feu dans cette auberge glauque, je regarde les flammes danser. Leurs ombres se projette dans le contre-jour et me procurent une cache salvatrice ainsi qu'un spectacle dont je ne me lasse pas. A mes yeux attentifs, dans la lumière rougeoyantes de la cheminée, s'offre le spectacle des plus bas instincts de l'humanité.

Certains s'émerveillent devant les portraits des nobles, d'autre devant les chansons des troubadours...je leur laisse leur art conventionnel. J'aime ce qui est fort, ce qui vous prend à la gorge, et vous empêche de bouger de peur d'en rater une miette.
Ici je suis servi. je contemple l'homme animal fonctionnant par instinct. De l'ivrogne invétéré, prisonnier d'une vie misérable, à la putain défraichie espérant trouver une personne assez entamée pour céder à ses avances, le spectacle de la comédie humaine agresse l'oeil, l'ouïe et les narines.

Mais ce que je préfère, ce sont les moments ou une personne entre ici et...voilà, comme cette enfant sous sa pèlerine. Ses cheveux sales et ses haillons ne dissimulent pas les étincelles de ses yeux. Vous imaginez les pupilles d'un chat dans la nuit? Ou encore un diamants tombé sur un tas de charbon? La misère et la crasse font d'autant plus ressortir ce joyau. Personne ne semble la remarquer, minuscule et insignifiante.

Et voilà, je me doutais de l'issue, mais j'ai ressenti le même frisson qu'elle au moment ou sa lame aiguisée a sectionné la bourse du braillard imbu de lui-même. Souvenirs souvenirs...je vais aller lui glisser une pièce, en espérant que sa fierté ne la lui fera pas refuser. Mais...Je suis sur d'avoir déjà vu cet homme...

A priori il a tout à fait sa place dans le tableau:robe trop grande, barbe mal rasé, teint blafard, tout y est. L'artirail total du pervers d'âge mur en manque de jeunesse.
Les proverbes de ma terre natale me reviennent en mémoire. L'un deux si on le traduit donnerait à peu près ceci: Si tu rencontres un homme sous un dattier te proposant une datte ovale, marron, ferme avec un noyau allongé en son milieu, ne la mange surtout pas, ce n'en est assurément pas une.
Cet homme s'intègre trop bien à cette auberge pour que ce soit naturel, la petiote récupérera sa pièce à son prochain passage.

Il s'approche de ma jolie compatriote.
La salive est précieuse, la parole est une lame sans poignée, tais toi et regardes autour de toi.
J'ignore si on lui a aussi seriné ca dans sa jeunesse, mais dans le doute, je préfère aller me rendre compte par moi même que de lui demander de me rapporter la conversation.

Moui, histoire d'amour, amour toujours, toujours la même rengaine.
Un mangeur d'âme? Assurément il a de l'imagination.
Mais il y a toujours une raison. La salive est trop précieuse pour la gâcher, et cet homme est loin d'être un idiot et le sait pertinemment. Je n'ai pourtant jamais entendu parler de cette créature. Si elle existe, je n'ose imaginer les richesses accumulées durant les si longues années ou elle aurait sévit. Parchemins oubliés vestiges d'une autre époques, bijoux divers, reliquats de la civilisation elfique, tout ceci doit foisonner...mais rien que la vision fugace de cette monstrueuse merveille me ferait sortir de cette auberge...

Le vieillard m'observe maintenant, et un rictus amusé semble se dessiner sur ces lèvres. j'ignore ou je l'ai déjà vu, et j'ai l'impression que ses yeux porcins transpercent mon capuchon, mon front et mon cerveau, et se repaissent de mon interrogation.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Eraelith
Eraelith
Alpha & Oméga
 
Avatar de Eraelith
 
Thumbs up
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Dae
Dae
Alpha & Oméga
 
Avatar de Dae
 
Il y a quelques temps...
«Discorde»

Extrait de la page 114 du journal d’un Sombre, vol…tombé malencontreusement par terre.


Vous savez quand les saisons passent et défilent on voit des êtres chers partir au loin, on perd des amis, on en retrouve, on apprend chaque jour nouvelle leçon, on découvre l’Amour, on apprend aussi sa désillusion, on subit l’horreur de la guerre, les champs de batailles plongés dans la rage, dans la haine et la peine, des batailles qu’on aimerait tourner la page, guerre dont on ne connaît plus les raisons.

Certains nommerait ceci la destiné, d’autres la fatalité, moi je préfère nommer cette chose étrange « La vie ». Dernièrement dans ma vie j’ai dû me résoudre au plus lourd des choix. Vous savez, il n’est jamais facile de punir un de ses enfants, surtout quand la sentence est pire que la mort, mais le devoir passe avant tout, même avant ses enfants.

Est-ce le bon choix ? Je ne sais pas et je pense que personne ne pourra jamais m’apporter la réponse. Je peux me poser que des questions, pourquoi les enfants qui deviennent adultes sont-ils aussi farouches envers leurs aînés ? Pourquoi ne comprennent-ils pas les ordres et le respect dû à chacun ? Pourquoi ont-ils besoins d’une si grande envie de défiance ?

Pourtant on ne fait que les aimer, on ne veut que leur bien, on essaye simplement de les guider, de leur trouver la meilleure voie, on ne veut que le bien de la famille. Ils font le contraire prenant la route de la croisée du hasard, se plaisant à défier l’autorité, à faire peur aux vieux.

L’histoire ici est à la fois compliquée est banale, une enfant dont le cœur à séchée par le temps et un sombre personnage dont le cœur à été oublié depuis si longtemps :

- Mon frère, je te remercie encore et encore, tu as fait vraiment un merveilleux travail sur cette armure, j’ai une dette éternelle envers toi mon frère, je comprends mieux pourquoi tu es un des incanteurs les plus renommés du royaume. Tu le mérites mon frère, tu le mérites…
- Oh tu sais frérot, c’est rien, tu m’as aidé de nombreuses fois, je te devais bien ça.

Les deux frères s’échangèrent des regards complices, on pouvait discerner dans leurs yeux un grand respect mutuel et surtout une fraternité plus forte que nulle autre.

Il faisait bon en cette journée, il y avait comme une douce odeur de printemps, le soleil était à son zénith, pourtant des ricanements moqueurs se firent entendre à l’encontre du chevalier ombragé. On pouvait reconnaître facilement le ton de la voix, il s’agissait d’une ombre bien connue de lui. Malgré tout on ne pouvait la voir, elle était devenue experte dans la dissimulation même en plein jour où soleil tape et éclaire au plus fort.

- Montre toi p’tite, je sais que tu es là
- Pauvre sombre, tu n’arrives pas à me voir ?

Elle sortit de la pénombre, avec un sourire arrogant et fier de sa forfaiture. Le sombre personnage l’observa avec un regard noir et lui dit en murmure :

- Il va falloir que tu apprennes un jour le respect p’tite, à la rigueur que tu te moques de moi, je ne sais pour quelle raison, devant les ombres passe, mais pas devant étrangers et inconnus du chapitre, je te rappelle que nous avons une couverture à maintenir.
- Je n’ai que faire de toi et de tes sermons, tu n’as aucune et n’aura jamais aucune autorité sur moi

Le chevalier, fatigué, se pinçant le haut du nez comme résignait répondit haut et fort :

- Ca suffit p’tite ! Ca te fera une amende de 500 pièces d’or payable maintenant, si mes sermons ne te suffisent pas j’espère du moins qu’une bourse dégarnie te fera un peu plus réfléchir et mettre du plomb dans ton crâne.
- Je ne payerai jamais, autant crever la bouche ouverte !
- Dans ce cas pour ton insubordination je te rétrograde, nous rediscuterons, seul à seul, à l’abri des oreilles indiscrètes du retour à ton rang initi…
- Chevalier, je ne peux l’accepter, je veux mon rang maintenant où je quitte les ombres.

Le chevalier était consterné par la folie de celle qui considérait comme une môme, une enfant depuis toujours, elle venait de dire les mots innommables. Il ne pouvait revenir en arrière, il devait vite et radicalement calmer les ardeurs d’la môme, et lui dit :

- Je suis désolé, ma sœur, mon enfant, je dois te bannir des ombres, je ne peux… je ne peux te laisser faire tel chantage, tel acte…

Il n’avait plus de voix, presque paralysé par ce moment si fatidique si fratricide. Les yeux encore hagards plongés dans une immense solitude, tout s’arrêtait, mais heureusement son frère, le grand magicien, lui attrapa l’épaule et le réveilla en lui disant :

- Frérot, tu sais comment elle est, lunatique et indomptable. C’était juste ce que tu as fait, c’était ton devoir, mais si tu écoutes ton cœur tu verras que tu ne peux pas laissé faire ça. Réintègre-là, laisse-lui une chance, je suis sûr qu’elle comprendra son erreur. Et si tu doutes encore, demandes aux ombres, ils auront paroles de sagesse…
- Je… tu… tu as raison mon frère, je dois demander aux ombres.

- Ô Ombres, vous qui m’écoutez à travers ce lieu, vous qui êtes si vieux, vous dans les cieux, que vous soyez à côté de moi ou dans les contrées les plus reculées, écoutez ma supplique, dites-moi si je dois être bon prince, si je dois réintégrer dans l’obscurité, notre sœur bannie à l’instant…

Toutes les ombres, dans une harmonie parfaite, hurlèrent d’une seule et même voix :

- Oui tu dois à nouveau lui faire partager notre obscurité, réintègre-là Sombre, maintenant et à jamais.
- Bien il sera fait mes frères et sœurs ombragés.

Le chevalier murmurant à travers les vents, à la p’tite il lui dit :

- C’est bon, tu peux réintégrer l’obscurité, les ombres ont parlés, ils veulent ton retour, ils t’aiment malgré tes défauts et ton caractère de peste, enfin bon, bon retour parm....
- Non jamais ! Je t’ébranlerais, te fracasserais ! Tu ramperas à mes pieds !
- Je… Ne sois pas stupide. Tu comprendras peut être un jour p’tite…

Tout bas, dans sa tête, le chevalier disait :

- Lumière, il n’y a pire supplice que de perdre son enfant

Ainsi les deux ombres se séparent chacun de leur côté, opposés, dos à dos, laissant sur place un vieux magicien les poches remplis de gemmes. Laissant les vagues cris d’une dispute futile. On pouvait encore ressentir dans le flottement de l’air une grande incompréhension. Ils laissèrent derrière eux la pire bêtise, la pire erreur qu’une ombre, peut faire « Ne pas écouter son cœur »
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Chonum
Chonum [GN]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Chonum
 
Les ombres attendent son retour. Dans une confusion de honte, de haine et d’amour, les ombres attendent son retour.

Et cela me mets en rage.

Quelques semaines auparavant, son sort était scellé, la trahison découverte, la messe achevée. La mort, ou pire le banissement, aurait dû clore cet épisode, mais non. Une simple mise à l ‘épreuve.

La décision prise par les sombres est d’une cruauté rare.
C’est un homme blessé que l’on a frappé. Une âme perclue de tourment que l’on achève à terre. Obligé de se soumettre à l’épreuve, lui. Quelle dérision.

J’ai un peu honte d’avoir été en partie l’artisant de cette chute. Maintenant, il va falloir supporter son regard. J’aurai préférer qu’il meurt. Cela aurait été tellement plus simple.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ashley
Ashley [Cy]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ashley
 
Heu sublime,magnifique,j'adore.

Vraiment
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de boudje
boudje [CO]
Alpha & Oméga
 
Avatar de boudje
 
Il est des ego insatiables,
des désirs inavouables,
des sentences inébranlables,
et des jugements inacceptables.

Je poursuis toujours ma route,
oeil ouvert et bouche close.
Et je pense ainsi sans doute,
éviter les pires des choses.

Mes mots sont pour moi même
ou pour le vent à la limite,
mais pas un compagnon n'hérite
du venin que j'égraine.

Seul au milieu de nulle part,
sous ma capuche au coin du feu,
ou sur les tombes d'anciens preux,
je ressasse à loisir
et sans le moindre plaisir
dernières nouvelles et départs.

Je n'aime guère la hiérarchie
et ne supporte ni les ordres

ni l'arrogance ni le dédain
des supérieurs sombres crétins
au cerveau vide, à l'air hautain
qui se sentent très malins
nous nommant esclave ou vilain.

Je n'aime guère la hiérarchie
mais ne supporte pas la corde.

Appliquant cette philosophie
j'espère pouvoir garder la vie.
Et si les mots de seigneur
[i]chef[/i ] ou autre maître
ne sont ni en mon coeur
ni même sur mes lèvres,
les mots de mon cerveau
vérité de mon être
sont gardés bien au chaud
sans rien laissé paraitre.

Spectateur de toujours
prudent ou timoré?
associable est-ce un fait?
je ne me risquerai pas
à donner mon avis
sur des jugements pris
par plus gradés que moi;
même pas dans ce sonnet
que je récite au rocher
mon public de toujours.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sydoine
Sydoine [LBH]
Reine
 
Avatar de Sydoine
 
Message roleplay
Choisir un jour
IL y a parfois des décisions que l'on prend pour le bien de tous, par amour, même si elles font plus de dégâts au coeur que la lame d'un troll.
Il y a parfois des décisions qui deviennent indispensables, par pudeur, même si l'on sait la tristesse que cela va générer.
Il y a parfois des décisions enfin, dictées par la rage et la honte de n'être que soit même , qui ne peuvent ni ne doivent êtres cautionnées.

Ceux qui me connaissent savent ce qu'il m'en coûte de retenir cette leçons.

Une P'tite magicienne, qui vieillie ...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Dae
Dae
Alpha & Oméga
 
Avatar de Dae
 
Et cela se termina ainsi
« Voyez-vous au commencement il y avait la Lumière… Et ensuite… »

Extrait de la page 117 du journal d’un Sombre, vol…tombé malencontreusement par terre.


Il y avait toujours la même atmosphère en cette taverne, glauque et lugubre, des odeurs désagréables chatouillant le nez, ce lieu est toujours aussi noir et aussi sale. Dans la pénombre se déplacèrent furtivement les ombres, étrangement il n’y avait presque aucun ricanement mais les regards en disaient longs. Sans amertume, je laissais glisser ces mauvais regards qui pesaient sur moi.

Je pris le parchemin avec appréhension, le lisais calmement et découvris la sanction. Dans un tel moment m’importe qui aurait eu un choque de lire blâme donné par sa famille. Mais voyez-vous aucune colère ni haine émanait de mon esprit. J’acceptais tout simplement cette lourde sanction, pourquoi ? Car par-dessus tout on m’avait apprit le respect et l’autorité.

Le monde change, la parole d’un clerc ou d’un paladin ne fait plus office de témoignage divin. Je dois avouer que j’en ai entendu de belle sur certains paladins à la moralité douteuse, j’en suis peut être un, même si je n’en n’ai jamais croisé aucun qui n’ait au fond de son âme courage et bravoure. Il est vrai que nous sommes toujours prêts à nous battre dans des conditions désespérées juste pour la beauté et l’honneur du geste, même si parfois nous sommes capables de cruautés innommables. Mais j'ai dû mal à comprendre les reproches qui me sont faits, on me parle de manipuler et tromper, même si ma voix pouvait être ennuyeuse, ma plume, mes écrits ont toujours dit vérité, je n'ai jamais pu me mentir en écrivant.

Cette cause là est perdue d’avance en mon cœur. Comment me battre si je n’ai pas la conviction de gagner et de démontrer mon espérance et ma foi. Pendant des années les ombres furent ma seule famille, j’ai essayé de les protéger du mieux que j’ai pu, j’ai sûrement fait des erreurs, après tout je ne suis qu’un homme, mais en mon cœur jamais je n’ai défaillis en mon devoir.

Je suis Paladin, je suis porteur de la Lumière et pourtant depuis des années, depuis ma folie, depuis ceux qui n’existent pas, j’ai été le porteur de l’Ombre. Il m’arrive des fois de me réfugier dans un sanctuaire, il s’agit d’un petit lac cristallin non loin de Camelot situé entre les deux flancs d'une colline cabossée. J’aime m’allonger sur l’herbe et me recroqueviller sur moi-même, j’aime cet havre de paix, j’aime plonger mon regard dans ce lac qui brille de mille feu lorsque le soleil illumine sa surface.

J’hume l’air dans mon sanctuaire et elle sent une bonne odeur de pain chaud, je ne sais pas comment ce prodige est possible, mais je l’accepte. J’ai envie d’y détendre mes bras et mes jambes posés sur le sol, mon corps dessinant une étoile. J’ai envie que mes pensées vaquent au loin de ce monde éphémère pour oublier tous mes soucis. Je me laisse aller et je me sens bien comme ça.

La nuit se met à tomber lentement sur mon sanctuaire de cristal. La nuit recouvre toutes lumières. On se prend à croire que les ténèbres vont envahir nos espoirs mais je cherche désespérément à parler à un Ange de douceur, lui montrer mon étrange douleur et j’ai peur car je ne suis qu’un homme qui veut trouver au fond de lui une lueur.

Mes frères, mes sœurs de l’ombre voici mes paroles, je vous regrette et je regrette déjà ce que je suis devenu. Je sais que maintenant il n’y aura plus de haine ni de peine en mon encontre. Je suis soulagé de ce poids, je n’aurais plus de railleries ni de moqueries de l’ombre que je voulais protéger et aimer. Souvent je me suis demandé si je servais à quelque chose, je me demandais si mon travail dans l’obscurité serait reconnu, mais j’étais résigné ça n’avait pas d’importance à mes yeux. Maintenant j’ai la réponse à ma question. Souvent je pensais à vous, j’étais juste une personne qui cherchait une réponse en vous, j’étais juste à la recherche de la chaleur qui me manquait depuis si longtemps...

Je sais qu’il y aura des combats épiques et mythiques, je sais que par mon acte je serai traqué et abattu comme une bête sauvage, mais vous pouvez envoyer vos chiens, je défendrai chèrement ma vie, car c’est le plus beau cadeau que la Lumière m’ait donnée.

Vous savez, j’ai si honte de moi, de ce que je suis devenu sans m’en rendre compte. Vous savez je n’ai jamais quitté les ombres au contraire de beaucoup qui considéraient cet acte comme désinvolte et sans conséquence, jouant sur les mots même parmi les plus Sombres, mais je ne les blâme pas, je ne leur en veux pas. Vous savez, j’ai si honte de moi, pourtant je sais que je suis bon, vos mots ne pourront plus me blesser. Qu’importe ce que je suis, qu’importe ce que nous sommes, je ne serai pas regretté.

J'efface le titre et les armoiries de mon bouclier, que je ne mérite plus car je ne veux plus être ténèbres. Je pense que la vie va reprendre son cours et déjà la nuit disparaît face au soleil. Mon sanctuaire, mon lac est baigné d’une nouvelle lueur à peine perceptible pour celui qui ne regarde pas avec son cœur. Je sais que je suis une personnalité fragmentée et difficilement pénétrable, mais je sais que je suis bon, je suis soulagé vos mots ne pourront plus me blesser.

Vous savez j’ai si honte d’avoir perdu ma Lumière, ai-je une excuse et des circonstances atténuantes ? Je ne sais pas…
Je sors ma lame de mon fourreau, et dans un geste rapide je plante mon épée dans le sol, genoux à terre je suis imprégné par la Lumière du jour, je pose les paumes de mes mains l’une contre l’autre. J’avais presque oublié ce rituel, pour la première fois depuis si longtemps je me mets à prier.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thealin Avallach
Thealin Avallach [North]
Roi / Reine
 
Avatar de Thealin Avallach
 

Que j'aime !! Non que dis-je, j'adore !!!
Merci, ce fut de fabuleux récits.

Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Arakine | Ocynead
Arakine | Ocynead [MCh]
Bagnard
 
Avatar de Arakine | Ocynead
 
Magnifique !!
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Lyséa
Lyséa [CO]
Reine
 
Avatar de Lyséa
 
-Que veux-tu gamin ?

Le jeun garçon afficha un air contrarié, puis sortit de sa furtivité.

-Je croyais avoir fait des progrès pour me cacher, visiblement j'ai tords.

Sans mots dire, elle leva les yeux vers lui comme pour l'inciter à répondre à sa question.

-Il y a bien longtemps que vous n'êtes plus venue me voir Ma Dame, depuis que vous m'avait laissée au Capitaine Rion, j'attends avec impatiente votre visite.
Puisque rien ne venait, je suis venue à vous moi-même!


Amusée par le ton fier qu'il prenait, elle l'invita d'un geste de la main à s'asseoir à ses côtés.

-Tu as bien progressé, l'môme, avant tu n'osais mettre les pieds en dehors de Camelot, et te voila jusqu'en Avalon.

-J'suis le plus fort !


Il gonfla le torse à ces mots, relevant la tête tel un jeune coq.
Elle lui donna une claque derrière la tête.

-Bah alors ! On est fort et on n'évite pas une misérable baffe ?!

Il bougonna avant d'éclat ait d'un rire cristallin, propre aux gamins.
La Sicaire ne pu cacher un sourire, l'entendre rire lui avait manquait.Il avait été le symbole de l'innocence, le seul qu'elle avait rencontrée dans ce royaume.
Car tout autour d'elle n'était que mensonges, calculs sombres, manipulations.
Même si parfois la confiance semblait s'installer, il y avais toujours ce pincement à la poitrine qui vous ordonnes d'être sur vos gardes, de ne pas relâcher si facilement votre attention.

-Vous, vous manigancez encore quelques choses! Vos yeux pétillent, Dame Lyséa, c'est mauvais signe !

Lyséa se redressa prèstement, sortant de sa torpeur.Combien de temps était-elle restée silencieuse à ressasser ses pensées amères.

-Et toi tu parle trop.

-Mais ..

-Pas de mais, fripon !Je t'ai demandée maints fois de ne pas hurler mon nom.

-Mais<renchérit-il, borné> Y'a personnes ici !
Rien qu'un arbre d'un taille incroyablement grande !


Ils s'étaient adossés au pieds de l'arbre, qui longeait les abords de Wearyall, cet arbre gigantesque, entouré de pierres mystiques frappé du sceaux de Morgane.

-Tu crois ?

Le jeune homme la fixa d'un air ahuri.
Lyséa lui tendit la main, comme une invitation, elle fini par rire à son tour devant l'hésitation du gamin à joindre sa main à la sienne.

-Allons tu te méfie de moi ?

-Ben..Non Ma Dame ! Non.


Il dit ses paroles sans grandes convictions, puis céda à l'invitation.
Lyséa le tira vers l'arbre, se collant contre le tronc de celui-ci.

Elle lui jeta un regard emplis de malice, presque complice.

-que se passe t-il lorsque tu essais de passer en furtivité pres d'un ennemis ?

-Je ne peux pas: Je suis trop prés d'un ennemis pour passer en furtivité.

-Bien...Tente.

-Pardon ?

-Essais de passer en furtivité, bougre d'idiot !

-Mais...

-Vas tu cesser avec tes mais !


Le jeune homme abdiqua, coller contre l'arbre, il tenta de se cacher.

"Vous êtes trop prés d'un ennemis pour vous dissimuler"

Il écarquilla de grands yeux.
La sicaire sourit, satisfaite d'obtenir l'effet souhaité.

-Comment est-ce possible ?

-Tu crois toujours que nous sommes seuls ?


La Lune atteignait maintenant son paroxysme, tout deux reprirent place sur le sol, assis en tailleur, ils contemplait, chérissais presque de leur regard l'astre diurne.


-Parceque l'ennemi est bien plus prés que l'on ne le pense parfois, parce que l'ennemi peu s'avérer être notre propre conscience.
Perdue entre Ombre et Lumière, ton âme navigue et ne trouve plus le bon ports.
Certains aiment à dire que la Lumière est le 'juste' chemin, d'autres préfèrent croire que l'Ombre est plus efficace.
Mais toi tu reste naufragé de ta destinée, et je quémande muette ment parfois, un phare qui saura te guider.
Car il y a pire que d'être plonger dans les ténèbres lorsqu'on vénère la lumière.
Car il y a pire que de se retrouver élever au grand jour lorsqu'on apprécie le sombre.
Il y a la non-existence entre ces deux points, chancelant, vacillant.
__________________
Lien direct vers le message - Vieux
Ewemek_2
Bagnard
 
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Le panthéon des braves > DAoC - Kattraeth > DAoC - Jonction Kattraeth > [Broc] Les brumes du passé
   

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Les vidéos de Dark Age of Camelot RSS
Les critiques de Dark Age of Camelot RSS
Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 06h58.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite