JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 434 (sites) | 796 (forums)Créer un compte
Forums des temps anciens
L'âge de la Graine
Les forums JOL > Forums des temps anciens > Ryzom > Ryzom - L'âge de la Graine > Nanoko & les sentinelles d' Atys RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Suho
Suho [banni]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Suho
 
ceci se passe durant la nuit où Bhalou médite
La nuit était sombre. Les feuilles des hauts arbres ne laissaient passer aucune lumière.
Un jeune Tryker enveloppé d'une cape noire traversait la forêt d'une course rapide.
Après dix minutes de voyage, il s'arrêta pour se repérer, en pensant qu'il avait réussi à partir sans attirer l'attention plus facilement que prévu.
Il arriva alors à un poste et se faufila dans une hutte. Un homin au visage caché dans l'ombre l'attend.

-Te voici, jeune combattant. As-tu pu remplir ta mission?
-Oui, Maître... en partie. Les Guerriers de Feu ont installé un poste avancé près d'une plage Tryker à une heure de course d'ici. Je ne connais pas encore les raisons de ce poste... Il faut que je m'intègre aux Sentinelles d'Atys, provisoirement du moins... J'ai pensé bon de vous en informer...
-Fais ton devoir, Courseur d'Ombres. Reviens-moi lorsque tu en sauras plus.
-Je vous reviendrai.
Et Ellsworth disparut à nouveau dans la nuit, rejoignant le camp des Sentinelles...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de nanoko
nanoko
Alpha & Oméga
 
Avatar de nanoko
 
" Une journée tranquille ... "

La fyros était repartie s'allonger dans son hamac qu'elle avait fixé cette fois ci à l'extérieur
de la tour, à l'ombre de deux palmiers,

Elle se balançait, nonchalamment,

poilu le varynx était parti tot le matin comme parfois,

il était revenu à l'aube repu, rapportant une belle proie à ce qui pour lui était plus sa meute qu'une dresseuse,

ces instincts de varynx du désert étaient respectés, chasse juqu'à l'aube et repos pendant la journée,

Pour lui la chasse ici était un jeu,

les proies abondaient et il était bien plus véloce que la plupart des mammifères locaux.

Il était allongé à present sous le hamac, silencieux.


Aeya la trykette était toujours en train de travailler, elle allait discrètement, pensant ne pas etre
vue, vers le stock de matières premières du chariot,

Mais pour une fois qu'elle pensait à autre chose qu'à s'amuser, la fyros se gardait bien de dire
quoi que ce soit,

apres tout c'était de la valorisation de matières premières,

Elle arrivait à faire à elle seul plus de bruit que la forge des sentinelles,
Nanoko se demandait bien ce qu'elle allait sortir de tant d'effort,

Les guerriers etaient partis chassés pour la journée,
Peut etre Assassin le matis profiterait de l'occasion pour s'intégrer au clan


Quand à elle, elle avait bien l'intention de fainianter toute la journée,


Elle avait fait d'excellentes affaires hiers avec orphéa et son voyage était déjà concluant.



- hum hum entendit elle pres d'elle

Un jeune artisan fyros se tenait pres du hamac

- je me presente dit il Odyss nouveau artisan des sentinelles

- Et bien félicitation dit elle, veux tu quelque chose

- on m'a envoyer chercher des matières premières dit il

- Et bien prends ce qu'il te faut dans le chariot dit elle sauf dans la partie droite reservée à la citée interdite,
je m'arrangerai avec les guerriers plus tard

Voulant faire bonne impression, odyss s'empressa de saluer à nouveau et reparti

- On ne touche pas à la partie droite cria nanoko, voyant aeya qui profitant de l'arrivée d'Odyss s'interessait à nouveau
au chariot,

La trykette fit la moue, tapa du pied un morceau de racine et reparti vers son ouvrage

La fyros s'assoupit à nouveau quand ...

- hum hum entendit elle pres d'elle

Un jeune tryker etait maintenu de force entre deux gardiens fyros,

- on l'a surprit en train de fouiner dans la tour dit un gardien, il n'a pas voulu dire son nom mais il connait Ellsworth semble t-il,

- Il se dit marchand Tryker rajouta t-il,

- un drole de marchand dit le second fyros en rigolant, tous des agents de renseignement Tryker oui,

- Et alors dit la fyros je suis marchande, pas gardienne fyros.

- Mais on pensait que dit le gardien, pensez un espion chez nous dit il vexé,

la fyros se dit qu'elle n'arrivera jamais à farnianter, la journée avait pourtant bien commencée

- Vous avez quelque chose à cacher dit elle,

- Le gardien fyros sembla réflechir intensément puis repondit : euh non,

- Vous avez reçu des ordres pour emprisonner les trykers locaux,

- non

- Vous avez une prison,

- non

- Ce tryker a t il fait quelque chose de préjudiciable ?

- non, mais que faire alors chef ?

- peut etre pourriez vous le relacher et reprendre votre poste et je suis marchande dit elle,

- A vos ordres chefs dit les deux fyros relachant le prisonnier,

- et je suis marchande cria elle,

- oui chef repondit les fyros en repartant vers leur poste,

le tryker ne dit pas un mot, la salua puis reparti inspecter en direction de la forge

- on va peut etre pouvoir etre tranquille dit elle à son varynx endormi bien loin de toutes ses preoccupations d'homins.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aëya
Aëya
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aëya
 
Malgré les bruits que faisait Aëya avec son ouvrage, Nanoko avait finalement réussi à s'assoupir, bercée par la douce chaleur des rayons du soleil sur sa peau.
Le soleil du désert était bien trop chaud pour s'adonner à ce genre de plaisirs, mais ici, une légère brise rafraichissait l'air.

Pendant ce temps, Aëya s'affairait sur une étrange construction.
L'ensemble était constitué d'une grosse conque qu'elle avait ramassé la veille sur la plage, au bout de laquelle était fixée une vessie. Tout autour venait se greffer un mechanisme compliqué de planches de poulies et de cordes, le tout terminé par une manivelle en os.

Au bout d'un moment, la Trykette semble satisfaite de son travail. Elle approche son oreille de la conque et tourne très doucement la manivelle.
Elle entend un léger sifflement, et sourit.

Tirée de sa torpeur par un bruit de tempête, de vent hurlant contre les racines, Nanoko se redresse d'un coup dans son hamac, manquant de tomber.
Au pied du comptoir, elle voit Poilu tout aussi surpris qu'elle, et dans tout le campement, des Sentinelles accourent l'arme à la main.

Au centre du campement, Aëya, tourne la avec vigueur la manivelle d'un engin qui semble être la cause de ce bruit désagréable. Elle est radieuse et quand elle arrête de s'acharner sur la manivelle, au plus grand bonheur des oreilles de tout le monde, c'est pour pousser un cri de victoire.


- Ca marche!

Puis elle courre vers Nanoko, portant son engin dans les bras.

- Regarde, j'ai fait ça, et ça marche bien!

- Tu as fait une machine à casser les oreilles... C'est Gozmoth qui va être heureuse, elle va trouver que tu y arrivais déjà assez bien sans machine.

- C'est pour donner l'alarme. Faut leur vendre à eux qui font la guerre. Ils la mettent sur la tour, et quand y'a un ennemi, il suffit de tourner et hop, tout le monde sait. Chez Onc'Bara, on faisait sonner quand on voyait un Clap-clap, alors tout le monde sortait de l'eau, et les chasseurs plongeaient.

- Donner l'alarme? Oui, tu as peut-être raison, ça peut leur être utile... La Fyros se dit que c'est ce genre de choses qui peut l'aider dans ses négociations avec les Sentinelles. Si elle peut leur montrer concrètement les bienfaits que Somalis peut leur apporter, c'est presque gagné. Elle montre l'appareil, je peux le garder?

- Oui, je fais les trucs, et tu les vends. On va à la plage ce soir, tu te rappelles?

Nanoko se rappelle bien que la Trykette l'a harcelée toute l'après-midi de la veille pour aller à la plage ce soir, mais elle n'a pas le temps de dire un mot qu'Aëya l'entraîne par la main vers le gros morceau de la carapace de cococlaw.

- Viens alors, il faut s'entrainer. Tu dois apprendre les cerf-volants.

La carapace de Cococlaw a bien changée depuis la matinée. Aëya l'a retournée, comme un bac, et sur la partie avant un essieu est fixé, portant deux roues.
Sur l'arrière, une planche verticale s'articule, au bout de la planche est accrochée une roulette. Des cordes partent de chaque côté de la planches et arrivent vers l'avant, guidées par des petits anneaux en os disposés sur le rebord de la carapace.
Enfin, toujours sur le bord de la carapace, à gauche et à droite du véhicule, deux anneaux de plus grosse taille sont fixés. Ils ne guident encore aucune corde, mais le soin apporté à leur fixation laisse supposer qu'ils vont beaucoup travailler.


- Qu'est-ce que c'est que ça encore, demande Nanoko dubitative. On dirait un chariot, mais il n'y a rien pour accrocher un mektoub, et la carapace n'est sûrement pas assez solide pour bien le remplir.

- C'est pour faire la course! Annonce Aëya avec fierté. Ce soir, on va faire la course de la Luriah. Normalement, c'est sur l'eau, mais j'ai mis des roues pour s'entrainer sur la terre, et...

- La course? la Luriah? mais de quoi tu me parles?

- La Luriah, c'est un truc.. juste un nom comme ça. Y'a la course ce soir, et on y va ensembles. Comme t'es plus forte qu'un Tryker, on va pouvoir mettre plus de cerf-volants, alors on va aller plus vite. On va gagner, tu vas voir.

- Ouh la.. calme toi, je ne comprend plus rien là... Explique-moi tout dès le début, et lentement s'il te plaît.

Aëya prend un respiration et se calme. Elle monte dans la carapace et se place à l'avant.

- Ce soir, il y a une course sur l'eau. Ca, c'est le bateau, pour tourner, je tire sur les ficelles, comme ça joignant le geste à la parole, la Trykette tire tour à tour sur les cordes à sa gauche puis à sa droite, la planche à l'arrière de la carapace pivote alors selon son articulation. Aëya passe alors sur l'arrière de la carapace.

- Toi, tu te mets ici, et tu tiens les cerf-volants. On passe d'abord les fils dans les gros anneaux, sinon tu t'envoles et le bateau ne bouge pas. Tu as deux ficelles, et tu tire à gauche ou à droite pour avoir le meilleur vent. Aëya ne tient plus, et se remet à parler vite, trahissant son enthousiasme débordant. Et comme tu es forte, on va pourvoir prendre quatre cerf-volant, alors on aura plus de vent, et on ira plus vite.

- Mais je ne sais pas me servir de cerf-volant

- Tu apprends maintenant, viens.

Et la Trykette met deux poignées dans les mains de Nanoko et la pousse vers le centre du campement.
N'écoutant pas les protestations de la Fyros, elle lance le cerf-volant en l'air et il se gonfle immédiatement sous l'effet de la brise continue qui souffle sur le camp.
Elle vient alors se placer sur les pieds de Nanoko et lui prend les poignets, pour guider ses gestes.

Assez rapidement, sous les conseils éclairés d'Aëya, la Fyros arrive à faire voler le cerf-volant seule, et se risque même à quelques figures.
Elle se prend même au jeu et a oublié ses premières protestations.


- Il faut essayer avec plusieurs maintenant, dit la Trykette en interrompant le vol du cerf-volant. Jouant sur les longueurs de fils, Aëya accroche alors un deuxième cerf-volant aux poignets, puis relance les cerf-volants en l'air.

Dans un premier temps, les deux cerf-volants retombent aussitôt, mais finalement, Nanoko parvient à les maintenir en vol, et à les diriger. Elle se risquerait bien à des figures, mais Aëya l'en dissuade, ça emmêlerait tous les fils.

Ainsi de suite, au bout de deux heures, la Fyros est capable de faire voler les quatre cerf-volant en même temps, Aëya agrippée à ses jambes pour qu'elle ne décolle pas du sol.

Aëya est satisfaite de son élève et décide alors de passer à l'étape suivante.


- Vient, on va sur le bateau maintenant

Et rapidement, les deux amies se retrouvent à parcourir le campement en lignes droites sous les yeux intrigués des Sentinelles.
Sous les cris de joies d'Aëya et les rires de Nanoko, le chariot file à bonne allure, avec Poilu essayant de le rattraper.

L'après-midi touche sur sa fin quand elles arrivent à faire virer convenablement leur embarquation.
Pour Aëya, il est temps d'aller à la plage, mais Nanoko est embêtée de partir alors que les chasseurs ne sont toujours pas revenus. Elle n'a pas encore eu l'occasion de discuter avec Gozmoth et Khalzaam, et elle n'aime pas voir les choses trainer.


- Aëya, écoute, il faut attendre le retour des chasseurs..

- Ils ne rentrent pas ce soir.

- Pas ce soir? Comment tu sais ça?

- C'est un garde qui l'a dit, quand tu dormais. Il discutait avec un autre. Ils doivent chasser loin, alors ils ont pris des tentes pour dormir. Ils reviennent sûrement demain. Nous on va faire la course, y' des cadeaux a gagner, et puis y'aura ptet Orphéa aussi.

Nanoko se dit que si les chasseurs ne rentrent pas dans la soirée, elle n'a rien de spécial à faire au camp, alors pourquoi ne pas suivre la Trykette pour aller faire sa course.
Après tout, elle avait l'air de beaucoup y tenir, et l'après-midi sur le char l'avait bien amusée aussi.

Le char est donc attaché au mektoub, les cerf-volants pliés, et Nanoko et Aëya partent ensembles vers la plage.
Contrairement à la veille, la plage est noire de Trykers, mais la majorité sont venus pour voir le spectacle, car il faut avoir un bateau pour pouvoir participer.

Aÿea fouille dans le fond du bateau et ressort un paquet qu'elle tend à Nanoko.


- Tiens, mets ça pour aller dans l'eau.

Un Tryker passe les voir, et leur indique où se mettre pour le départ. Aëya essaye de négocier une meilleur position, mais ses talents de négociatrice ne sont vraiment pas au point.

Aëya bricole un peut le bateau pour enlever les roues qu'elle avait mises, et elles le traine jusqu'à la ligne de départ.
Une amarre prête à être coupée les retiens jusqu'au signal de l'arbitre.

Le bateau à leur droite est tout en bois et bien plus lourd que le leur, quand à celui de gauche les ficelles de son cerf-volant sont trop fines et Aëya ne leur donne pas longtemps pour céder.


- Partez! crie l'arbitre, suivit d'un court mugissement d'une sirène semblable à celle d'Aëya.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de YaPaDeSouci
YaPaDeSouci
Alpha & Oméga
 
Avatar de YaPaDeSouci
 
Une petite expedition etait partie en quete de ravitaillement pour la campement. Il fallait parcourir une assez longue distance afin d esperer trouver quelque chose de commestible.

Gozmoth s approcha du Matis et lui dit :
Tu vois le Goo a pourri cette region. La faune a quitte les lieux suite a la pollution de la flore. Nous sommes maintenant oblige de nous rendre de plus en plus loin pour pouvoir nous nourir. Nous combattons le Goo sous toutes ces formes mais pour l instant nous ne sommes pas assez nombreux pour l eliminer.

AsSaSsiN l ecouter attentivement pour tenter de mieux saisir les motivations de ce groupe de guerrier. Il avait du mal a comprendre que quelque chose invisible pouvait avoir autant d effets nefastes. Puis, il se souvint comment les mages de son peuple manipuler la nature pour leur propre profit et se dit qu apres tout pourquoi pas.

Les heures de marche se succederent interrompu de temps en temps par des pauses dans des points d eaux necessaires a la survie du petit groupe.
La troupe arrivera sur le point de chasse lors de la descente du soleil. Les eclaireurs repererent un troupeau d herbivore en train de brouter l herbe fraiche et tendre d une grande plaine.

Khalzaam decida qu ils tenteraient leur chance sur cette occasion. Il donna la repartition des taches pour l attaque. Elle devait etre rapide et precise pour empecher les males dominants du troupeau de comprendre d ou venait le danger et de tenter de se defendre.

La cible designe etait un jeune male un peu a l ecart du groupe.
Sans soute etait il plus faible que les autres. Or le Fyros savait que lorsqu un animal etait plus faible les autres ne tenteraient rien pour lui venir en aide.

Le Fyros s approcha d AsSaSsiN pour lui donner son ordre de mission comme aux autres :

- Tu lancera la premiere attaque. De toi depend la bonne marche de cette chasse dit il d une voix solennelle.
- Mais... Je n ai jamais chasse auparavant pensez vous que cela sois prudent ? repondit le Matis etonne d avoir deja une telle responsabilite.
- Tu as peur ? Si c est le cas, il vaut mieux que tu quittes les lieux immediatement !
- Non je n ai pas peur ! repondit un peu vexe le Matis. Comment dois je m y prendre ?
Khalzaam esquissa un sourire et dit : Improvise et impressionne nous !

Tous prirent leurs positions cache dans les broussailles... sauf AsSaSsiN qui se presenta sans meme tenter de se cacher devant le jeune mal un peu a l ecart du groupe.

Gozmoth interpella Khalzaam :
Mais il est fou ?!? Il va se faire tuer ! Il faut intervenir !
Khalzaam attrappa le bras de la Fyros et dit d une voix seche : Non ! Laisse le faire a sa maniere...
Gozmoth se resigna et marmonna des sermonts pour exterioriser sa colere.

Le Matis etait bien en vu de l animal. Il commenca par gratter la terre et a grogner pour eviter l affrontement. AsSaSsiN de la meme maniere que son premier combat sorti les deux lames recourbees de ses bottes et pendant qu il se redressaient lentement ses yeux se viderent de toutes emotions.

Khalzaam dit a Gozmoth :
Ses yeux ! Regarde ses yeux ! C est les meme que contre les soldats Matis !
Gozmoth les avaient vus avant meme que son frere d arme ne s exclaffe. Jamais elle n avait vu un tel regard.
Khalzaam enchaina :
Regarde bien ce qu il va faire de ses dagues ! Tu vas avoir du mal a le croire !

L animal devant l insistance du Matis engagea le combat en le chargeant. Les deux lames furent catapultes dans les airs dans un sifflement assourdissant et creverent les deux yeux de l animal en un eclair.

Gozmoth ne pu s empecher de lacher une parole :
Par tout les Saints Guerriers, ce Matis est d une precision et d une violence extreme. Je suis sur qu il ne nous as pas tout dit sur son passe. Aucun soldat Matis ne maitrise aussi bien les armes !
Khalzaam aquiesca d un signe de la tete. Il en etait convaincu depuis qu il l avait vu se battre contre les soldats.

La victoire n etait plus qu une formalite apres cela. Les deux Fyros situes a l arriere chargerent et transpercerent les pattes de l animal pendant qu AsSaSsiN degaina sa longue lame dorsale et doucement egorgea l animal d un geste vif et precis.

Le Matis recupera les lames et les redeposa dans leur fourreau a ses chevilles. Ses yeux reprirent une expression normale dans l instant.

Le soleil etait deja en train de se coucher. Les Fyros commencerent a depecer l animal pendant que le reste de la troupe preparait le camp afin de passer la nuit en securite.

Le silence de Gozmoth et de Khalzaam face au Matis l inquietait un peu. Et si sa maniere d agir ne leur avait pas plus ? Que deviendrait il ? Il ne le savait meme pas lui meme...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de nanoko
nanoko
Alpha & Oméga
 
Avatar de nanoko
 
La course sur l'eau de coquilles à cerf-volant avait mal débuté,
la fyros était peu habituée à ce genre de jeu mais les conseils de la trykette Aeya s'avèraient tres précieux,

C'est vraiment pas difficile avait elle dit, en fait c'est avant tout une question de force et toi tu es forte, bien plus forte qu'une trykette meme si c'est pas ton élément,

Au dernier moment poilu le varynx s'était échappé des mains d'Aeya, il était devenu fou furieux à l'idée de se voir éloigner de la dresseuse,

En trois bonds il avait sauté dans la coquille manquant de tout faire chavirer,

Reprenant le dessus sur la situation périeuse, la fyros avait décidé de tenter le tout pour le tout, elle déplia tous les cerf-volants à son bord les accorchant à tout ce qu'elle pouvait,

Par moment la coquille se soulevait un peu au dessus des flots,

Avec plus de chance que d'adresse elle négocia les bouées de vessie de Mektoub gonflée, toujours à la limite de ses forces dans des gerbes d'écume,

A nouveau les sirènes à air retentirent, elle lacha épuisée la grappe de cerf-volants qui s'envolèrent au loin,

Une foule de tryker applaudissaient dans sa direction, elle se retourna, non il s'agissait bien d'elle,

par on ne sait quelle chance elle avait gagné la course dépassant d'une tete les autres concurents trykers,


- Et bien félicitation étrangère pour cette course si peu conventionnelle mais efficace dit le maire de la cité tryker,

- Notre marchand local va vous remettre le trophée d'honneur,

- oh mais je vois que vous vous connaissez déjà, encore fécilitation dit le maire en s'éloignant,

le vieux marchand lui tendit le trophée, qui semble t'il était une tete d'un poisson locale sculptée en bois précieux et ivoire,

Aeya s'empressa de débarrasser nanoko d'un air malicieux serrant contre elle le trophée tryker,


- quel plaisir de vous revoir dit nanoko au vieux marchand tryker, cela fait déjà pas mal de soleil,
[voir autres récits]

le vieux tryker réajusta ses lunettes d'ecaille, puis la regarda à nouveau,

- Ah oui la jeune fyros rebelle dit il en fouillant dans ses souvenirs, comme tu as changé, tes traits d'enfant ont disparu,

- Oui dit il avec satisfaction, un regard avisé de marchande, c'est bien dit il c'est tres bien en tapotant sa main,

- Orphéa m'a parlé d'une fyros nanoko mais je n'étais pas certain que ce soit toi,

-Ah et voilà poilu, mon dieu ce ne doit pas etre facile de nourir ce monstre, est il adulte ?,

- pas encore, c'est encore un jeune varynx dit la fyros en souriant,

Prenant la fyros par le bras et la trykette aeya par l'autre,

- viens dit il à la fyros

- je vous invite chez moi, tu connais déjà, nous avons à discuter,

- Mais mes affaires dit elle et les sentinelles, je dois les avertir,

- mes trykers s'en occuperont répondit il, ne t'inquiète pas pour ça,

- vous voulez faire des affaires ? demanda la fyros,

- mais non dit le vieux marchand tryker perdu dans ses pensées,

- tu n'ignores pas les règles d'Atys,rajouta t-il celui ou celle qui jouit d'une renommée étrangère se voit ouvrir les portes de la connaissance,

- tu es appréciée chez nous, bien que fyros,

- Ces portes se sont entre-ouvertes, il est temps de saisir l'occasion et d'ouvrir les premières pages du grand livre de la connaissance tryker,

- Pour nos plus grands profits marchands mutuels dit le marchand tryker malicieusement

("/")

Les guerriers fyros étaient rentrés, la chasse était un succes,
Gozmoth en un regard avait cette faculté de connaitre l'etat d'un camps,

Elle se dirigea immédiatement vers les gardes d'entrée de la tour,


- Que fait ce tryker à roder du coté des fours de la forge dit elle aux sentinelles

- Nous l'avons surpris dans la tour dit la sentinelle et nanoko nous a dit de le relacher,

- et depuis quand une marchande prends des décisions concernant la sécurité dit elle

- mais euh ... dit la sentinelle

- tu es un imbécile ! cria gozmoth dans les oreilles de la sentinelle

- oui chef ! répondit la sentinelle

un petit groupe de trykers s'avancèrent, déplièrent les hamacs de aeya et de nanoko et prirent l'ensemble de leur affaires,

- nous avons reçu des ordres dit l'un d'entre eux en repartant, passant devant Gozmoth,

- mais qui donne des ordres ici ?dit elle, c'est une place forte ou un moulin,

[ Gozmoth va t'elle reprendre son camps en main ? ]
[ A quel connaissance culturelle va accéder nanoko ? ]
[ Va t-on pouvoir faire lacher le trophée à Aeya ? ]
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aëya
Aëya
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aëya
 
Empruntant un long ponton, le vieux marchand les emmena chez lui.
Poilu, qui semblait connaître le chemin, marchait devant.

La maison du marchand, ou son bateau plutôt, faisait penser à une large coupole, sur laquelle reposait un dôme. Tout autour du dôme un passage était laissé pour permettre à deux Trykers de marcher.
Emergeant du dôme comme deux antennes, des piliers effilés laissaient pendre les cordages nécessaire au déploiement d'urgence de la voile.

Le marchand écarta la tenture qui masquait l'entrée de sa demeure et s'effaça devant ses invitées.


- Merci Pilem, lui dit Nanoko en entrant. Le passage était légèrement bas pour elle, mais elle pouvait tout de même passer sans se baisser. Après tout, c'était une maison de marchand, elle était aussi conçue pour recevoir des clients de toutes espèces.

Aëya traînait derrière, accroupie à faire des recommandations à Poilu qui s'était déjà allongé sur la coursive du bateau.


- Tu restes bien sage ici, Poilu. Fais pas de bêtises, on va revenir.

Passant devant Pilem, la Trykette lui dit avec un air sérieux:

- C'est Poilu, il est gentil, mais des fois, il ne fait pas très attention...

Nanoko ne peut s'empêcher un petit sourire en entendant ces mots.

Aëya entre et admire l'intérieur avec émotion, tout ressemble tellement à la maison de son oncle Bara.
Elle court sauter dans un sofa moelleux et compare chaque détail.

De la charpente en bois nacré renvoyant un léger reflet de la pièce au cerf-volants suspendus au plafond, à la sphère translucide contenant le poisson lumière au centre de la pièce.

Juste devant elle, la table est un classique des Trykers fortunés, en écorce du désert, et vernie par un mélange de sève et de graisse de baldusa. Trois couverts sont déjà servis.

Sur le sol, des tapis variés laissaient voir par endroits le bois terni du plancher, sur les murs, des gravures de paysages des onze continents. Aëya pouvait identifier la provenance de certains, mais la majorité lui étaient totalement inconnus.

Dans le bateau de son oncle, il n'y avait pas de tableaux, mais il y avait plein d'objets utiles ou mystérieux, et des coffres de trucs pour fabriquer aussi.

Le regard de la Trykette est arrêté par une gravure dans l'ombre d'un pilier. Elle se lève pour aller le voir de plus près.


- Oh Nanoko, il ressemble aux tiens celui-là.

- Oui, c'est un tableau de Tarr.. Le visage de la Fyros exprime une légère nostalgie. Mais quand as-tu vu mes tableaux? Tu as encore fouillé partout!

Aëya ignore la remarque avec une décontraction naturelle et change astucieusement de sujet.

- Tu sais ce qu'il va te dire comme secret?

- Non, je ne sais..

- Tu est bien curieuse.. Aëya, c'est bien ça? interrompt le vieux Tryker.

- Oui, avec un E et deux A.

- Allons nous asseoir pour manger, nous pourront discuter en même temps, propose le colporteur, cédant à ses vieux instincts. "Toujours faire affaire devant un bon repas, le client est plus docile le ventre plein".

Chacun prend place autour de la table, et Aëya dépose enfin le trophée, son trophée, sur la table, à côté de son assiette.

Servant ses invitées, Pelim engage la conversation.


- Alors tu as finalement réussi à mettre en place ton projet de comptoir, Nanoko. Ca n'a pas été trop dur?

- Pendant longtemps je n'ai pas réussi à vraiment démarrer, mais j'ai récemment réussi à trouver de puissants associés.

- Des associés, répète innocemment le Tryker.

- Les Sentinelles d'Atys, répond machinalement Nanoko.

- Les Sentinelles d'Atys... LES Sentinelles d'Atys? Pelim semble perplexe. Ce n'es pas très bon ça, beaucoup de rumeurs sur ces gens là.. Et les rumeurs font peur au clients..

- Les rumeurs font aussi peur aux brigands! rétorque avec assurance la Fyros.

- Hmm.. Et tu as établit beaucoup de contacts dans les villes et sur les continents?

Nanoko profite d'une grosse bouchée pour réfléchir à sa réponse. C'est une question piège, elle vient juste de commencer et n'a pas encore passé beaucoup d'accords, même son alliance avec les Sentinelles n'est pas encore finalisé.

- J'ai déjà plusieurs contacts, oui.. dans mon peuple, avec les artisans de la cité interdite, et même avec ton peuple.

- Je vois.. tu connais Aëya que voilà, et tu as rencontré Orphéa... Une lueur maligne passe dans les yeux du colporteur. Que dirais-tu de travailler pour moi? J'ai déjà un réseau établit, de bonnes relations sur tout Atys.. En travaillant pour moi tu pourrais te faire des relations, puis le jour où je me retirerai, tu pourras lancer ton comptoir.. C'est très dur de démarrer sans relations, tu sais?

- Pelim, ça fera combien de fois que tu essaies? répond Nanoko dans un rire. Ma réponse n'a pas changé.. Somalis n'est pas qu'un commerce pour moi, j'ai aussi des raisons personnelles de faire revivre ce comptoir, et je le ferai. C'est Somalis que je veux avant tout, pas uniquement un commerce florissant.

- Soit.. toujours aussi têtue, hein? Tu as raison, il faut pour les affaires. Le vieux colporteur se rejette en arrière dans son sofa, et mâchouille son morceau de poisson pensif. Que dirais-tu de t'associer à moi alors?

Le repas se continue ainsi animé par la négociation entre le vieux renard colporteur et la jeune louve caravanière des sables. Les chiffres et les conditions ennuient vite Aëya qui se lève de table avec son assiette et va manger à côté de Poilu.

Elle s'assied sur le rebord du bateau et laisse ses orteils caresser la surface sombre de l'eau. Elle pose la main sur le cou du varynx et lui fait la conversation.


- Pfiouhhh ils travaillent même quand ils mangent... avec pleins de chiffres et tout.. Ca m'a coupé l'appétit, moi.

Comme le varynx ne répond pas, elle regarde la lune et les étoiles.

- Il n'y avait pas les même dessins dans le ciel sur le bateau d'onc'Bara. Je me demande comment est la nuit ailleurs sur Atys.

Soudain elle repère une forme lumineuse nageant dans l'eau.
Sans réfléchir, elle enlève ses sandales et plonge vers la forme. Le poisson-lumière n'est pas timide et se laisse approcher par la Trykette, mais fuit dès qu'elle le touche.
Pendant cinq minutes Aëya essaie d'attraper le poisson, remontant après chaque tentative pour reprendre son souffle.

Enfin, trop fatiguée, elle remonte sur le bateau, et entre dégouilinante dans la maison pour s'affaler sur un sofa.


- Aëya, qu'est-ce que tu as encore fait? s'inquiète Nanoko.

- J'ai vu un poisson lumière, et j'ai voulu l'attraper. Mais dès que je le touchais, il s'en allait. En plus sa peau est toute glissante. Formant un espèce de cercle avec ses bras: il faudrai un truc comme ça en fait, pour le coincer dedans, y'en avait un chez mon oncle.. et aussi une vessie avec des os dedans pour emmener de l'air sous l'eau, j'étais obligée de remonter souvent.

Intrigué par l'imagination d'Aëya, Pelim va fouiller derrière une porte et revient avec une sorte de perche terminée par un assemblage de côtes de mektoub.
En voyant l'objet, la Trykette sursaute.


- C'est un truc comme ça qu'il faut. Elle attrape la perche dans les mains du Tryker et l'examine de plus près. Oh, y'a le même dessin que sur les trucs d'onc'Bara!

- Tu es donc de la famille de ce vieux Bara?

- C'est mon oncle! répond la Trykette en filant essayer la perche. Quelque seconde après, un plouf annonce qu'elle est retournée dans l'eau.

- Si elle est aussi douée que son oncle, tu t'es trouvée là une bonne associée, Nanoko. C'est aux créations de Bara que je dois ma fortune, tu sais. Depuis qu'il est mort, je maintiens mon commerce sur des produits plus classiques, mais... soupirant enfin, je me fais vieux aussi.


[I]Sur le chemin du retour, Nanoko et Aëya doivent s'en remettre à la lumière de la lune, et au flair de Poilu pour retourner au campement.
La Fyros ne comptait vraiment pas rentrer si tard, mais la soirée s'est tout de même avérée très positive et elle ne regrette rien.

- Alors tu n'as pas réussi à l'attraper ton poisson-lumière? Même avec la perche de ton oncle?

- Non, il était trop rapide, et c'est trop dur. La Trykette baille. C'est amusant de chasser le poisson-lumière, mais c'est très fatiguant. Et toi, t'as fait du bon commerce avec le vieux Pelim?

Nanoko reste songeuse un moment.
- Je ne sais pas.. Il est rusé et connaît bien plus d'astuces que moi.. Mais je pense que j'ai quand même réussi à obtenir un accord qui peut être intéressant, on verra. J'ai au moins une liste de contacts, je ne sais pas ce qu'elle vaut.

- C'est ton oncle qui t'a appris à fabriquer des objets, Aëya?

- Un peu, répond-elle d'une voix faible.

- Comment ça, un peu?

Mais elle n'obtient pas de réponse, et cherchant la Trykette, elle la retrouve endormie dans le bateau à roulettes, serrant sa tête de poisson contre elle.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Gozmoth
Gozmoth
Alpha & Oméga
 
Avatar de Gozmoth
 
La Fyros passa par dessus son épaule une lourde fourrure avant de s'allonger. Khalzaam l'avait convaincue de se reposer à leur retour au campement, le maître guerrier avait vite remarqué les efforts qu'elle faisait pour passer outre la douleur et avait lourdement insisté pour qu'elle se repose encore. Elle avait bien évidemment nié avec force mais une fois Khalzaam décidé rien ne pouvait lui faire changer d'avis.
C'est donc de mauvais gré qu'elle était partie dans ses quartiers.

Elle dormait paisiblement depuis maintenant une heure. La chasse de la nuit l'avait complètement vidée et malgré les tiraillements et la douleur lancinante, elle s'était rapidement assoupie. Elle respirait calmement et régulièrement, profondément endormie. Roulée en boule dans des toiles épaisses, et recouverte par une lourde peau de Mektoub, elle n'entendit pas l'ombre qui se glissa discrètement dans la pièce où elle se trouvait.

L'individu était particulièrement grand, un Zoraï peut-être ? Une longue cape grise, poussièreuse et déchirée par endroits, le couvrait complètement. Ses mouvements étaient souples et mesurés et, sans bruit, il s'approcha de la figure féminine qui se dormait du sommeil du juste. Il extirpa d'une de ces manches un long poignard d'os, effilé comme un croc de Varynx, long comme une corne de Jungler et lui retira avec délicatesse son fourreau en cuir. L'assassin se pencha un peu au-dessus de la Fyros et arma son bras pour frapper.

Un bruit. Une voix.


Oui ça a l'air parfait ici ... fit doucement la Trykette en passant la tête par l'entrée.

Aëya franchit sur la pointe des pieds le seuil de la porte et fit un signe à quelqu'un derrière elle.


Vas-y rentre voyons ! Ne reste pas dans l'encadrement ! Quelqu'un pourrait te voir. souffla t'elle.

Un Tryker passa à son tour dans la pièce, il l'examina rapidement. Un tas de linge, quelques meubles, une petite fenêtre couverte d'un panneau de bois. Le tout baignant dans l'obscurité. Caché derrière un panneau en bois, le sombre individu écoutait sans voir, respirait sans bruit. Les deux nouveaux venus parlaient à voix feutrées.


Bon allez montre la moi ! demanda Aëya.

Je suis pas sûr, tu seras la première à la voir ... Le Tryker marqua une pause. j'ose pas ...

Allezzzz tu m'as promis ! elle éleva un peu la voix. Sinon tu n'auras -rien- à voir en échange !

Le Tryker soupira. Voila ... Un bruit d'étoffe. L'assassin se demandait franchement ce qu'ils pouvaient bien faire.

Oohhh ! La Trykette marqua à son tour un temps de pause. Mais ... mais ... elle est toute petite ?

La voix du Tryker semblait gênée. J'y peux rien c'est comme ça.

Aëya soupira. Bon je peux la toucher ? la prendre ?

L'individu, toujours caché, maudit silencieusement les Kamis de lui avoir joué un tour aussi ridicule.

D'accord mais tire pas trop dessus. Et toi ? je peux voir comment elle est aussi ? c'est pas que je sois curieux mais tu m'as promis que ... Le Tryker s'arrêta brutalement.

Quoi ? fit un peu distraitement Aëya.

Je savais que c'était une mauvaise idée. Il regardait par-dessus l'épaule de la Trykette.

QU'EST CE QUE VOUS FAITES ICI ?! La voix de Gozmoth tonna. La Fyros s'était relevée, entourée de la peau de Mektoub, et semblait visiblement de très, très, mauvaise humeur. Le Tryker lui sourit niaisement et remit rapidement le pendentif qu'Aëya tenait entre ses mains sous sa chemise.

VOUS ALLEZ ME FAIRE LE PLAISIR DE SORTIR D'ICI AU GRAND GALOP ! La Furie avança vers eux, serrant la fourrure contre elle et se libérant les pieds des linges dans lesquels elle avait dormi. Les Trykers prirent leurs jambes à leur cou sans demander leur reste.

Elle resta un moment silencieuse, les regardant s'enfuir en courant. Visiblement il y avait encore des personnes qui n'étaient pas des Sentinelles près des abris, c'était une mauvaise chose, surtout si c'était des Trykers. Surtout ces Trykers en fait.
La jeune Fyros se rhabilla prestement, fixant avec habileté les croutes de cuir habituelles qui lui servaient d'armure, et sortit de la pièce vérifier que cette partie du camp était désormais sûre.
__________________
"I've seen things you people wouldn't believe. Attack ships on fire off the shoulder of Orion. I watched sea beams glitter in the darkness at Tan Hauser Gate. All those moments will be lost in time like tears in rain. Time to die."
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de nanoko
nanoko
Alpha & Oméga
 
Avatar de nanoko
 
Le remue ménage en pleine nuit provoqué dans la chambre de Gozmoth avait amené tout le monde à son palier de chambre,

les gardes, nanoko et son varynx qui reniflait partout, khalzaam à moitié habillé était aussi arrivé rapidement son épée à la main,

Assassin avec ces deux fines lames à la main était aussi là pret à faire face à toute éventualité.

Gozmoth tentait de s'expliquer en se demandant quand elle allait pourvoir aller se reposer à nouveau.


- mais que ce passe t-il ici dit khalzaam

- mais rien répondit Gozmoth tapant du pieds c'est aeya et son copain qui était dans ma chambre.

- mais pour quelles raisons etes vous dans la chambre de Gozmoth à cette heure et dans la pénombre demanda khalzaam à la trykette

- pour rien répondit la trykette on se montrait nos ...

elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase

- veux pas le savoir dit khalzaam, ça vous regarde mais allez faire ça dehors

Un grognement et un cri de douleur se fit entendre dans la chambre de Gozmoth, puis un gros boum en bas de la tour

- quoi ?! mais qui est dans cette chambre encore ? cria khalzaam

Au grand désespoir de Gozmoth tout le monde se retrouva dans sa chambre, chacun fouillant de son coté, les trykers poussant la recherche jusqu'a ouvrir chaque tiroir et coffre,

- ici dit nanoko sur le balcon il y a des choses de renversé, c'était derrière le rideau et la un poignard, l'homin l'a perdu en sautant par le balcon,

les gardes qui s'étaient précipités à nouveau dans les escaliers,armés de torches, fouillaient à présent les fourrés pres du pied de la tour,

Et au bout de quelques minutes ...

- rien ici cria le capitaine de garde

- rien ici non plus chef dit un autre garde

- quoi que ce soit c'est parti dit khalzaam

- par contre nanoko, ton varynx ne l'a pas loupé ajouta t-il prenant un morceau de tissus de sa gueule

la marchande regarda le tissus et le poignard, le retournant afin d'analyser chaque détails

- c'est un tissus tout ce qui a de plus commun dit elle

- en peau de chonari je pense ajouta t-elle

- et le poignard ?demanda Gozmoth

- désolé, il semble que ce soit un objet culturel matis mais je n'ai que peu de connaissances en ce domaine répondit elle

assassin prit le poignard

- c'est bien matis mais je ne reconnais pas ces signes cabalistiques confirma t-il

- Pourrait il s'agir d'un tribu non homin genre frahar ou cute demanda la marchande

- Possible répondit assassin redonnant le poignard

- bien dit khalzaam on n'est pas tellement plus avancé si ce n'est que ce poste est un moulin ou rentre qui veut, je vais donner des ordres et faire doubler la garde de ce pas.
Lien direct vers le message - Vieux
bhalou
Roi
 
La demande de Gozmoth quand à la localisation de zones infectées par le goo risquait d'être une tâche fatale pour celui qui n'en connait pas tous les dangers.
Et Bhalou le savait bien.
Mais étant donné le fait que personne dans le camp n'avait les aptitudes requises il fallait que ce soit lui.
Cela serait très loin de l'enseignement de son défunt maître qui touchait aux voies de la guérison et de la récolte des matières premières.
Mais à quoi bon expliquer cela à des guerriers.
De toute manière il avait lié sa Sève à la leur et l'heure n'était plus à l'atermoiement.
En premier lieu il lui fallait trouver un lieu propice pour entamer cette difficile tâche.
Se laissant guider pas son instinct il contourna la tour et ne tarda pas à trouver dissimuler par les broussailles une sente praticable.
Celle ci après quelques mètres d'un chemin à la limite du praticable débouchait sur une petite corniche juste sous l'aplomb d'écorce d'où s'élançait la tour de guet.
Ecartant délicatement la flore présente, il trouva dans la muraille d'écorce une faille suffisamment large pour le laissé passer.
Cette cavité naturelle peut profonde serait l'endroit idéal une fois aménagé, ce qui fut fait en quelques heures à peine.
Il passa une première nuit à y méditer de façon à préparer le lieu pour une sanctification.
Puis le matin très tôt il partit dans la sylve pour y chercher les éléments nécessaire à sa tâche.
Vers midi aillant rassemblé tous ce qu'il pensait nécessaire il revint au camp pour y prendre une collation rapide.
L'après midi fut consacré à sanctifier la grotte et à installer les défenses magiques nécessaires à ce genre de travail.
De nouveau il consacra la nuit à une profonde méditation, passant en revue tous les enseignements qu'il avait reçu.
Enfin au matin du second jour il se sentit prêt à plonger dans une transe qui lui permettrait de localiser les zones infectées.

Juste avant de plonger dans sa transe un étrange sentiment l'envahit.
Son esprit au lieu de s'étendre sur la sylve environnante fut aussitôt aspirer par les profondeurs d'Atys.
La peur l'envahit aussitôt.
Une chose monstrueuse se tenait tapis juste là sous l'écorce.
Une souillure immonde tentait de s'infiltrer en lui.
A la limite de la folie il mobilisa toute ses ressources pour ériger une forteresse dans son esprit déjà en partie envahit.
Puis grâce aux techniques maintes fois répétés il parvint à se couper de toute influence extérieurs.
Mais cela ne pourrait pas durer.
Car, comme lui avait appris son maître la chaire ne peut supporter cette coupure plus de quelques jours.

Dans le même temps l'énorme champignon corrompu par le goo, loin sous l'écorce entrepris d'attaquer physiquement son adversaire.
Lancant ses radicelles à l'assaut de l'écorce il se creusa un chemin jusqu'au refuge sanctifié.
Là les radicelles ne pouvant anéantir le corps protéger par les défenses magiques mis en place se mirent à pousser pour remplir tout l'espace formant ainsi comme un cocon.

Sous la douleur de cette invasion l'écorce d'Atys se mit à frémir.
Mais à part poilu, personne au camp ne se rendit compte de ce phénomène.
Mais cela fut trop bref, et après quelques minutes il cessa de gémir et replongeât dans un profond sommeil.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Gozmoth
Gozmoth
Alpha & Oméga
 
Avatar de Gozmoth
 
Les personnes présentes quittèrent alors la chambre sous l'ordre de Khalzaam. Lorsqu'Assassin entreprit de sortir à son tour, une main se posa sur son épaule.

Attends Matis ... fit la Fyros.

AsSaSsiN ne se retourna pas. Il savait que la dirigeante des Sentinelles avait le poignard en main. Est ce qu'elle le suspectait ?


Ce n'est pas moi qui laissé cet dague ici, d'ailleurs vous avez apparemment des ennemis assez ... acharnés. Amener un maître assassin matis, ici, en plein milieu du camp des Senti... AsSaSsiN sentit l'aiguille du poignard lui piquer le dos. La Fyros approcha son visage de l'oreille du Matis et lui siffla :

Voila qui est étrange, n'est ce pas ? Elle serrait des dents. Il se trouve justement qu'un Matis du nom d'AsSaSsiN se trouve dans le camp, en plein milieu du camp même.

Le Matis retint sa respiration. Que devait-il faire ? Tenter de s'échapper ? Il avait été pris par surprise et avec maintenant une lame posée sur son dos, il n'avait aucune chance de bouger sans sentir l'arme lui transpercer un poumon. Il expira doucement et répondit :

Ce n'était pas moi.

Prouve le moi Matis. La Fyros semblait s'énerver. Je t'ai vu au combat tu es un solitaire, Djyrkan m'a parlé de ton passé, qui me dit que tu n'es pas un de ces torturés de la Cabale ?

AsSaSsiN se tut. Son passé n'allait pas l'aider à prouver sa bonne foi ... Ses actes présents et futurs seulement.

Je retrouverai le maître assassin et je vous l'apporterai. Je le ferai choir devant vous et il vous avouera qui est l'investigateur de ce complot. La Fyros le relacha et la pression du poignard se fit moins sentir.

Tourne toi Matis. Que je vois tes yeux lorsque tu me promets cela. Gozmoth avait pris un ton solennel.

AsSaSsiN s'executa et fixa droit dans les yeux dorés de la Fyros. Ils ne clignèrent pas un instant lorsqu'il lui répéta son engagement envers elle.


Cette dague sera le témoin de ta promesse. La furie releva légèrement le poignard pour le montrer au Matis. Si tu dis vrai et que tu tiens ta parole, tu seras le bienvenu parmi les Sentinelles, si tu m'as menti ... ton corps servira à nourrir les arbres de tes forêts, Matis.

AsSaSsiN hocha de la tête en signe d'assentiment. Il la regarda une dernière fois droit dans les yeux et sortit prestement de la pièce.

Gozmoth examina le poignard qu'elle porterait désormais. Le Matis était un grand guerrier, elle le savait, nul doute qu'il allait retrouver sa proie ...
__________________
"I've seen things you people wouldn't believe. Attack ships on fire off the shoulder of Orion. I watched sea beams glitter in the darkness at Tan Hauser Gate. All those moments will be lost in time like tears in rain. Time to die."
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de YaPaDeSouci
YaPaDeSouci
Alpha & Oméga
 
Avatar de YaPaDeSouci
 
Khalzaam s approcha de la Fyros. Elle faisait tourne le poignard dans ses mains. Ses yeux etaient rives sur l arme.

Khalzaam lui posa la main sur son epaule. Elle releva la tete doucement.

Tu lui as mis une lourde responsabilite sur le dos. Il peut ne pas parvenir a trouver la solution... As tu pense a cela ? demanda Khalzaam d une voix douce.
Il n est pas comme les soldats que l on a deja croise. Tu l as vu se battre, tu as eu cette sensation toi aussi... Djyrkan m a parle de son passe mais je suis persuadee qu il ne nous a pas tout dit...
Oui mais son passe ne regarde que lui continua Khalzaam
En effet, tu as raison... mais je veux avant tout pouvoir lui faire confiance... termina Gozmoth tout en se derigeant vers son lit.
Bien j espere que tu as pris la bonne decision... Passe une bonne nuit... lanca Khalzaam avec un leger sourire aux levres.

AsSaSsiN etait heureux. Enfin on lui avait assigne une tache d importance. Il se dirigea vers ses quartiers. La petite Aëya sautillait autour de lui :
Gozmoth t a fache ? hein dis moi ? Elle est pas gentille quand meme Gozmoth je trouve... Vous avez parle de quoi ?
Le Matis ne repondait pas. Il pressait le pas un peu excite.
La Trykette continua :
Pourquoi tu me parles plus ? Tu boudes ? T etais gentil la derniere fois... Pourquoi tu as change ?
Arrivé dans sa chambree, il commenca a prepare son equipement.
Intriguee la jeune homin poursuivit :
Pourquoi tu ranges tout ? Tu es pas bien ici ? Tu pars ou ? et pour faire quoi ?
AsSaSsiN savait qu il lui devait une petite explication mais il fallait qu il reste vague : Je dois partir... je reviendrais te voir... Je te le promet.
Aëya affichait maintenant un visage plutot inquiet : Ca va etre dangereux ? Je veux venir avec toi !
Il la fixa et avec un petit sourire crispe : Tu dois rester ici. Nanoko a besoin de toi... et Poilu ? Qu est ce qu il fairait sans toi ?
Elle repondit les levres tremblantes : Nan je veux pas... Nanoko et Poilu ils ont pas besoin de moi...
AsSaSsiN reprit une voix ferme : Tu ne peux pas venir ! Je suis desole. Mais je veux te faire un cadeau avant mon depart.
Aëya surprise, regarda le Matis cherchait quelque chose au fond de ses affaires.
Ah le voila ! Tiens prend ceci...
C est quoi ? demanda Aëya tournant l objet dans ses petites mains tout en essayant de comprendre son utilite.
C est un ocarina. Ca sert a faire de la musique. Tu souffles ici et en bouchant les trous astucieusement tu peux en tirer de jolies melodies.
Wahouuu ! s exclaffa Aëya. C est super ca ! Je ne connaissais pas. Tu l as eu ou ?
Il appartenait a ma mere...
Mais je ne peux pas l accepter alors... Il doit etre important pour toi... repondit la jeune Trykette en tendant ses petits bras.
AsSaSsiN referma la main de la jeune homin :
Non garde le... Quand je reviendrais tu me joueras une jolie melodie. Ce sera ta facon de me dire merci...
Aëya serra fort l ocarina contre elle et aquiesca d un signe vif de la tete. AsSaSsiN apres avoir finit de rassembler ses affaires deposa un baiser sur le haut de sa tete et parti sans se retourner.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de YaPaDeSouci
YaPaDeSouci
Alpha & Oméga
 
Avatar de YaPaDeSouci
 
AsSaSsiN se mit en route et trouva rapidement dans quelle direction se diriger. Le pistage est un cercle vicieux lorsque l on est la proie : la présence du chasseur entraine la peur, la peur entraine la panique et la panique laisse des traces facilement suivable par le chasseur. La boucle est bouclee.

De plus, sa " proie " ne devait pas avoir beaucoup d avance. Une ou deux heures tout au plus. Cela n avait que peu d importance de toute facon, lorsque le Matis recevait un ordre il ne s arretait qu a complete execution de sa tache. C etait une question d honneur.

Apres un peu plus d une heure de marche soutenue, il ralentit le pas. Des murmures se faisaient entendre. Apperement un petit campement etait base non loin. Avec la plus grande prudence, AsSaSsiN se rapprocha des lieux. La nuit etait encore profonde et passé inapercu ne fut pas vraiment un probleme.

L etonnement l envahit un instant : c etait un campement de l armee Matis. Certainement une division d eclaireur au vu du petit nombre. Que voulaient ils ? Que cherchaient ils ? Le meilleur moyen etait encore d aller leur demander pensa t il.

Lentement, il sorti ces deux lames recourbes. Comme les fois precedentes, ces yeux se libererent de toutes leurs ames, de tous sentiments inutils. Un pas apres l autre, sans aucune peur il se dirigea vers les deux gardes postes a l entree d une des tentes. Certainement, celle de l officier responsable de l expedition. Qui d autre aurait le privilege d etre protege ?

Halte la, etranger ! firent les gardes a la vue d AsSaSsiN en pointant leurs longues lances en sa direction.
Que cherches tu ici ?
Le Matis ne repondait pas et continuait a avancer imperturbable.
Halte ! Ou tu mourras au nom de l Empire ! lanca l un des deux gardes.

Alerter par les cris venant de l exterieur, l officier sorti accompagne d un inconnu en long habit noir.

Que se passe... tenta de questionner l officier mais ses yeux se porterent sur l etranger qui marchait toutes armes sorties.
Mais... Mais... C est le traitre !!! cria t il.

Les deux gardes etaient abasourdis. Le traitre ? Ici ? Cela ne pouvait etre vrai, et pourtant...

Dans un souffle l officier ordonna a ses hommes :
Tuez le !

Les deux gardes avaient entendus parler d AsSaSsiN. Le genre d histoire qui grossissent pas mal les faits pensaient ils. Mais si elles etaient vraies ? Ils n avaient pas vraiment envi de mourir. Tremblant, ils firent un pas ou deux vers AsSaSsiN pour engager le combat.

Le Matis n etait plus qu a une demi-douzaine de metres des deux gardes.

Fuyez ! Je n ai rien contre vous deux. Fuyez avant que je sois a votre portee ou... leur lanca t il d une voix glaciale.

Les deux gardes se regarderent. Aucun Matis ne pouvait accepte le deshonneur en prenant la fuite. Ils rassemblerent leurs courages et partirent a l assaut dans un cri terrible.

Imbecile ! pensa AsSaSsiN au fond de lui.

Le premier soldat arriva au contact et tenta une premiere attaque mais son arme etait lourde a manoeuvrer et l esquive effectuer, AsSaSsiN porta son coup a la gorge. La lame glissa sur la peau du soldat. Il se crispa sous la douleur. Le Matis fit plusieurs rotations sur lui meme et a chaque face a face avec le soldat l une de ces lames caressait sa peau rougissante. Apres quelques secondes, le corps inerte s ecroula dans un bruit sourd. AsSaSsiN reprit sa marche lente et sure vers l officier. Le deuxieme garde etait maintenant terrifie a la vue de son camarade a terre. Dans un elan de survie, il lacha son arme et pris la fuite en direction de la profonde foret.

L officier fit un pas en arriere et ordonna a l ombre d attaquer. Elle s executa sans un seul geste qui aurait pu mettre en doute son obeissance. AsSaSsiN se devait de ramener ce tueur vivant au camp.

L ombre sorti de ses chevilles deux lames recourbees comme celle qu utilise AsSaSsiN et se redressa doucement. Le combat s engagea dans une tornade de sifflement. Aucun des deux homins ne semblaient vouloir quitter le combat sans la mort de l adversaire. Apres plusieurs minutes de deluges de coups AsSaSsiN prit l ascendant sur le tueur grace a une perte d equilibre de ce dernier. Vulnerable, il ne put rien faire a part subir le coup de pommeau d AsSaSsiN et il tomba a terre inconscient.

L officier etait maintenant terrorise. Il suppliait le Matis de ne pas lui faire de mal. Ce dernier le pris par le col le souleva legerement du sol et commenca a le questionner :

Pourquoi etes vous en ces lieux ?
Je... Je... ne vous dirai rien...

AsSaSsiN taillada l un des bras de l officier d un geste vif et reprit son interrogatoire :

Pourquoi etes vous en ces lieux ?
La... Lachez moi...

Le Matis libera son emprise. L officier ricana tout en se reculant lentement.

Sale traitre ! Tu crois sincerement que je vais te dire quelque chose ? Tu es a mille lieux de savoir ce qui est en train de se passer...
Comment ca ? Explique toi ou meurt !

Sans mot dire, l Officier avala une petite graine et tomba au sol suffoquant. Il mourrut en quelques secondes.

AsSaSsiN retourna aupres du tueur qui commencait a reprendre ses esprits et retira sa capuche. Il decouvrit le doux visage d une jeune Matis. Solidement, il l attacha, la mit sur son epaule et repartit en direction du camp des Sentinelles.

A son arrive, tout le monde etait encore assoupi. Le petit matin venait tout juste de pointait le bout de son nez. Il se rendit vers les quartiers de Gozmoth. Il poussa la porte. Elle dormait profondement mais il se dit qu un rapport de mission ne devait pas attendre son reveil. Il lacha la tueuse qui s ecrasa lourdement sur le sol. Le bruit reveilla en sursaut la Fyros qui degaina immediatement son arme.

Le Matis mit un genou a terre et baissa la tete attendant les nouvelles instructions de Gozmoth.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aëya
Aëya
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aëya
 
Cela faisait déjà un bon nombre de jours qu'Aëya était arrivée au camps des Sentinelles avec ses compagnons d'aventure, et la lune nord avait presque fait la moitié d'un tour de Sélène la plus grosse des lunes.

Après les remouds des premiers jours, la vie s'était bien organisée et connaissait à présent un rythme stable... monotone aux yeux de la Trykette qui commençait à bien s'ennuyer.
Chaque matin, une patrouille partait, pour revenir le soir. De temps en temps, un chasseur revenait blessé.

Les récits de patrouille l'avait amusée au début: l'attente du guetteur, attentif au moindre bruit, au chant des oiseaux, aux mouvement des feuillages, le courage des rabatteur qui se dressent sans faillir devant une proie qui pourrait bien souvent les tuer d'un coup de griffe, et le coup fatal de l'exécuteur.

Mais tout cela, c'était surtout son imagination.. Chez les Sentinelles les récits de patrouilles avaient plutôt l'air de rapports succincts.. "Aujourd'hui, on a tué un Kitin, ps de blessé"

Elle n'était pas venu pour ça, elle était venu pour voir l'aventure!
Alors Aëya tapait rageusement sur ses morceaux de matière, elle fabriquait des trucs, pour s'occuper, mais aussi pour se défouler.
Et puis, elle se disait aussi, quand elle aurait fait plein d'trucs, Nanoko voudrait les vendre. Mais elle avait fait exprès de faire des trucs qui ne plaisent pas au Trykers, et pas des trucs de guerriers non plus. Comme ça, elles seraient obligées d'aller ailleurs pour les vendre.


Soudain, elle s'arrête de taper, et elle se lève, laissant son ouvrage sur place, et inachevé.
C'est souvent ainsi que ça se passait. A part quelques affaires auxquelles elle tenait particulièrement et qu'elle rangeait soigneusement dans son sac ou dans les sacoches de son mektoub, la Trykette ne rangeait pas grand chose. Souvent, c'est Nanoko qui s'empressait de mettre à l'abri ses créations, avant qu'une sentinelle ne s'emporte sur le désordre créé et ne détruise ou ne jette l'objet.

Elle monte sur son mektoub et sort du camp. Au moment de passer la sentinelle, Nanoko l'interpelle:


- Aëya, ou tu vas? Et ton.. miroir? tu le laisses là? Il n'est pas fini.

- Nan, je vais à la plage, c'est trop ennuyeux ici... Tout le monde attend qu'Elle dise quoi faire, mais elle est toujours occupée, enfermée dans sa chambre avec ses plans, c'est pas drôle l'aventure ici, on ne bouge jamais.

Ne laissant pas à la Fyros le temps de répondre, elle frappe les flancs de son mektoub et prend le chemin de la plage.
Après quelques instants, elle se retourne et voit le camp disparaître derrière les arbres.
Satisfaite, elle sort alors l'ocarina que lui avait offert AsSaSsiN, et tente d'en jouer. Les trous sont un peu espacés pour ses petite mains, mais les premiers trous lui suffiront bien assez pour faire de la musique.

Elle n'est pas très musicienne, mais elle essaye tout de même de jouer un air qu'elle entendait sur la plage près de chez elle.
Au son laborieux de ses essais, le trajet passe rapidement, et elle arrive en vue de la plage sans s'en rendre compte. Ce n'est que le sifflement des cerfs-volants qui la ramène à la réalité.

Aëya se dépêche alors de ranger l'instrument de musique dans son sac. Elle ne sait pas encore s'en servir, il ne manquerait plus qu'on lui demande de jouer un air.

Aëya passe une après-midi agréable sur la plage, racontant aux enfant ses Aventures avec les Sentinelles, des récits un peu plus passionnants que les rapports de missions des mêmes Sentinelles. Dans les récits de la Trykette les kitins ont au moins douze pattes, les junglers font deux mètres de hauts et les chasseurs donnent le coup de grâce toujours au dernier moment quand tout semblait perdu.


Après quelques heures passées à raconter ses histoires, à jouer au cerfs-volant et à rester allongée sur la plage, elle se lève et emprunte un ponton menant à une jonque à l'aspect un peu plus exotique que les autres. Partout sur la coursive, sont entassés des morceaux de carapace, d'écorces, des fagots de feuilles et de branches diverses, ainsi que des jarres soigneusement scellées.
Se frayant un chemin entre tout ce bazar, la Trykette arrive à la porte, qu'elle pousse sans frapper.

A l'intérieur, un Trker d'âge moyen fait des stries dans un morceau d'écorce avec une dent de baldusa


- Oui, demande-t-il sans lever les yeux de son ouvrage. Je ne vends pas directement, allez voir Pilem pour ça.

- Ben.. moi je ne veux pas acheter, c'est Nanoko qui a les graines de toute façon. Mais j'ai un dessin que je ne comprend pas dans mon livre, et..

- Je ne suis pas gribouilleur, je suis maître des lacs, je pensais que ça se voyait, non?

- Onc'Bara, il était maître des lacs, toi tu fais juste des trucs... même pas beaux en plus! Conclue la Trykette en ponctuant sa phrase d'un claquement de porte.

Elle s'engage sans réfléchir sur un autre ponton et va s'accroupir dans un coin.
Elle sort un livre de son sac et essaye de comprendre le dessin sur lequel elle bute depuis plusieurs jours. L'explication se trouve sûrement dans les annotations en dessous, mais elle ne lit pas très bien et son oncle a utilisé des symboles mystérieux par moment

Non loin d'elle, un vieux Tryker laisse danser sa ligne sur la surface de l'eau.
A tout hasard, elle s'approche de lui et lui montre le livre:


- J'arrive pas a comprendre les symboles là...

- Humm comment? tu dis, ptiote?

- Les symboles là, je ne les comprend pas, vous les connaissez vous? En mettant son livre sous le nez du Tryker.

- Ces symboles? ... Oui, j'en connais quelques uns, celui-là par exemple, mais pas tous.. celui qui a écrit ce livre a une bonne connaissance de notre peuple, meilleure que la mienne en tout cas.

- Alors, ça veut dire quoi? Comment je peux construire ce qu'il y a sur le dessin?

- Ca, tu devras le trouver toi-même, les symboles de la Luriah sont les secrets de notre peuple, et c'est la quête de chacun de trouver leur sens. Personne ne te dira sans raison valable la signification de ces symboles.

- Ahh...

Au regard ferme du vieux Tryker, Aëya comprend qu'il ne servirait à rien d'insister.

Le soir commence à tomber, alors elle va rejoindre son metkoub et rentre au campement.
Sur le chemin du retour elle réessaie de faire sortir une mélodie de l'ocarina avec guère plus de succès.

Quand elle arrive au camp, il fait déjà noir, mais à la lueur de quelques torches, elle peut remarquer que de nombreux mektoub sont chargés de paquetages, et que la roulotte de Nanoko est bien rangée aussi.

Avec joie, elle saute de son mektoub et se précipite vers le hamac de Nanoko.
La Fyros est endormie, mais ce n'est pas ça qui arrête Aëya, qui la secoue pour lui demander:


- C'est quoi tout les mektoubs, on va partir? On retourne faire des aventures? dis?...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de nanoko
nanoko
Alpha & Oméga
 
Avatar de nanoko
 
Secouée dans tous les sens alors qu'elle venait juste de s'endormir la marchande fyros grogna et d'une main poussa la trykette loin d'elle ,

Ce qui ne l'empècha pas de revenir pour la secouer à nouveau de toutes ses forces ,

Poilu en dessous du hamac comme à son habitude avait appris à ne pas se soucier des gesticulations autour de lui ,

Du moment que sa maitresse n'était pas en danger ,les homins avaient parfois une façon étrange de se comporter ,

Finalement en ralant la fyros ouvra les yeux


- tu ferais mieux de te coucher dit elle ,demain nous ne lèverons tot car nous aurons des préparatifs à faire ,

- ou la caravane part ?demanda la trykette ne tenant plus en place

- Nous partons pour la baie de lune , répondit la marchande la caravane passera par la foret matis avec les mektoubs et la chariole pour passer les pics intincellants

- La baie de lune dit la trykette chouette alors, je vais revoir mes cousins germains mais c'est loin dit elle ,

et faut passer par la foret matis ça j'aime pas ajouta t'elle en faisant la moue

- J'ai dit que la caravane y allait mais pas que nous y allions précisa la fyros

- Comprend rien dit la trykette alors je verrai pas mes cousins

- mais si puisque je te dis que nous nous rendons à la baie de lune dit la fyros à moitié endormi ,

au fait prends cette bourse sur le tabouret ce sont les graines qui restent, elles te reviennent

La trykette pris la bourse compta les graines regardant autour d'elle


- Et tes graines a toi, elles sont ou ?dit elle surprise

- J'ai investi répondit la fyros tu verras demain et puis prépare tes outils ,tes affaires ,laisse ton mektoub à la caravane ils s'en occuperont

- On va partir tout seul dit elle sans les guerriers ,l'air hésitant

- Je croyais que tu voulais l'aventure ,et puis assassin et Gozmoth viennent avec nous et puis il y a poilu, et ça sera compl ...

la fyros ne termina pas ses mots, le sommeil avait eu raison d'elle

- l'aventure oh chouette alors mais c'est quoi c'est quoi dit c'est quoi ?



Mais la fyros ne l'entendait plus ,la trykette installa son hamac la tete remplis de questions sans réponse ,

D'ailleurs le seule chemin pour se rendre à la baie de lune passait par la foret matis ,

elle en était sure et c'est avec difficulté qu'elle trouva enfin le sommeil


Apres une nuit de repos ,la trykette assommait de nouveau tout le monde par ses questions ,

Gozmoth se contentait de pousser la trykette de son chemin ,

apres avoir donné ses instructions à la caravane ,elle salua tout le monde en leur souhaitant un bon voyage ,

et leur donna rendez pour deux soleils à la baie de lune .



Elle avait décidé de suivre la marchande quand elle lui avait appris que la baie de lune serait atteinte tard dans la soirée ,

et n'avait pas cherché à comprendre ,peu importe les moyens ,une marchande n'aurait pas pris de risque ,

une journée d'avance lui permettrait de préparer l'arrivée de la caravane à la baie de lune et de rencontrer les

autorités locales .



Assassin toujours désireux de faire bonne impression s'était levé immédiatement lorsque Gozmoth avait demandé un

volontaire pour la suivre .

khalzaam avait donné ses ordres aux sentinelles demeurant à la tour ,puis il avait inspecté la caravane ,

Il avait enfin disparu avec elle en direction de la foret Matis .



Toujours innondé de questions de la trykette ,le petit groupe se dirigea vers la cité maritime puis vers un des pontons ,

un vieux baroudeur des mers attendait la marchande fyros .



- 'lut ma belle dit il saluant la marchande Vin'diou jamais le rafiot aura eu une si belle cap'taine ,

v'la tout est pret ,

le 'fiot est à vous enfin au comp'oir euh ... (il regarda sur les papiers de son contrat)

ah oué vot' com'oir marchand Somalis ,sur que vous allez faire des affaires avec mon 'fiot ,

t'nez j'ai mis aussi des pièces détachées ,ça pourra servir et pis chai dans l'prix .


- c'est tres gentil à vous dit nanoko Somalis à effectivement de grands projets pous votre chalutier tryker


- oué ben chai bien dit le marin n'empèche marin d'eau douce comme vous etes sauf vot' respect ,

vaudrait p'etre mieux pas vous éloigner des cot' ,


- c'est bien mon intention répondit la fyros


- é ben bon voyage dit le marin que les vents vous soient agréables ,vous verrez ça se conduit tout seul ,

passez voir mon vieux pot' Ardil à la baie de lune si vous avez besoin de quelque chose .



Le marin salua la troupe et repartit en boitant légérement ,reste d'un p'tit connard de clapclap, avait il dit à Nanoko

dont la tete décorative ornait le salon de son logis ,



La trykette aeya était restée sans voie ,inattendu chez une trykette ,puis avait vite pris les commandes du chalutier ,

tout était à sa taille et manoeuvrer un navire lui incombait forcément ,pas parce que c'était tryker mais surtout parce que

c'était amusant ,



Nanoko lui avait demandé aussi d'en profiter pour le réparer ,un bon travail de maitresse des lacs ,

Gozmoth et assassin avait hésité puis monté à bord ,en regrettant de ne pas avoir posé plus de question ,

La marchande n'était pas dans son élèment mais l'opportunité de voyager rapidement sans risque d'une baie à l'autre ,

de transporter facilement du matériel et des homins ,

sans compter jetter le chalut durant la traversée pour rentabiliser davantage ,tout cela suffisait à tout lui faire oublier .



Les sacs avaient été mis à bord ,

poilu n'avait pas tardé a faire le tour du navire reniflant partout pour marquer son territoire .



La trykette qui avait touché à tous les instruments de bord en un temps record ,

actionna un lévier et le moulin à vent libéré se mit à tourner rapidement ,

de chaque coté du navire une roue à aube se mis à battre l'eau et le chalutier avança .



Longer la cote par la voie maritime permettait d'eviter les pics intincellants et donc de gagner une journée de marche

sur la voie terrestre ,

la trykette à l'aise réparait à present le mat porteur du moulin à vent et maintenait du pied le guidon de direction ,

la marchande avait pris un de ses tubes, sorti parchemins et crayons,

assise sur l'avant avec poilu à ses cotés humant l'air marin ,

elle dessinait la cote ,effectuant avec précision un relevé du chemin parcouru .



Gozmoth et assassin avaient accepté de s'occuper du chalut ,laissant trainer le panier à maillage fin ,

Puis manoeuvrant la roue crantée pour remonter à bord les prises .

Avec discretion Gozmoth s'isolait et s'agenouillait de temps à autre sur un coté du navire ,

C'est rien avait dit la trykette ça fait parfois ça au début quand on est jamais allé sur la mer ,

Assassin qui avait mis ses plus belles étoffes pour le voyage commençait à le regretter ,

Une odeur de poisson envahissait tous ses beaux habits .



Chahuté par les flots le navire avançait rapidement entre les pics rocheux étincelants sous un beau soleil ,

D'un commun accord Nanoko et Aeya avait décidé de rebaptiser le navire mais quel nom choisir ?



le chalutier sans nom :
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aëya
Aëya
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aëya
 
L'embarcation file sur les flots et les vagues qui se heurtent à la coque forment des gerbes d'écume qui capture les rayons du soleil.
Parfois, dans l'ombre de la cabine, on peut voir un arc-en-ciel fugitif se former, et le spectacle n'a pas échappé aux yeux de la Trykette qui s'efforce avec application à briser le plus de vagues possibles pour avoir l'opportunité de revoir des arcs-en-ciel, au plus grand malheur de Gozmoth, peu habituée à être ainsi chahutée.


- Tu ne pourrais pas manoeuvrer plus doucement, au lieu de nous secouheuhhh La main devant la bouche, la Fyros est interrompue par une soudaine contraction abdominale qu'elle contient avec grand peine.

- Ben je fais ce que je peux, mais y'a beaucoup de vagues, tu sais, répond avec malice la Trykette, derrière un masque d'innocence sans faille.

Délaissé par Gozmoth allée faire des bruits bizarres dans un coin discret du bateau, AsSaSsiN remonte péniblement le chalut.
Aëya le regarde faire et trouve plus marrant de ne pas lui expliquer tout de suite comment marche le treuil.

C'est quand il ne reste plus que quelques mètres de filets à remonter qu'elle vient tourner une manivelle fixé à la grue du chalutier. Sous le regard ébahit et vexé du Matis, le filet sort sans peine de l'eau.

D'un air moqueur Aëya lui dit:


- Je t'ai bien aidé,mais maintenant, tu vas trier les poissons tout seul, je ne peux pas laisser le bateau aller où il veut après Gozmoth va encore râler...

Tu sais comment elle est, à ne jamais être contente, conclue-t-elle dans un soupir en grimpant au poste de pilotage sur le toit de la cabine.

AsSaSsiN la regarde faire perplexe, avec une vague impression que la Trykette s'est moquée de lui. Il hausse les épaules et regarde les poissons étalés sur le pont avec dégoût. Ils sont luisants et leurs yeux globuleux, il répugne à les toucher, surtout qu'il est bien habillé.

Perdu par ses considérations philosophiques sur la répugnance du monde marin, le Matis ne voit pas venir la truite qui se débat sur le ponton. Dans un spasme plus violent, elle vient d'un bond percuter son visage.

AsSaSsiN pousse un cri de surprise et Aëya qui s'était retournée en haut de l'échelle laisse échapper un rire franc.
Piqué au vif, AsSaSsiN ramasse la truite et la lance vers la Trykette, mais ce genre de jeu fait partie de l'éducation des Trykers, et Aëya esquive sans peine, le lancé de truite si prévisible.
Riant et heureuse d'avoir trouvé un jeu marrant, elle courre chercher la truite pour la relancer au Matis, qui l'évite grâce à ses réflexes de guerrier.

Mais la guerre est déclarée, et rapidement, un nuage de truite volante flotte au dessus du bateau, contre son gré, Nanoko est prise dans le jeu lorsqu'une truite vient s'étaler dans un bruyant splatch non loin d'elle.
Concernée par le gâchis de la pêche, elle essaie de raisonner AsSaSsiN et Aëya, mais se retrouve vite prise dans les tirs de truites et ne peut que répliquer.

La Trykette essaie bien de faire entrer Poilu dans le jeu, mais elle s'en dissuade rapidement lorsqu'il saisi au vol la première truite lancée pour la dépecer entre ses pattes: il n'a rien compris au jeu, ce n'est pas la peine de gâcher plus de munitions pour lui.

Pendant un long quart d'heure, les trois homins se bombardent de truites dans une joie non contenue.
Esquivée par AsSaSsiN, une truite lancée par Aëya vient percuter la nuque de Gozmoth penchée à contempler l'eau: verte, bleue, miroirante, bougeante, bougeante...
Par réflexe, Gozmoth se retourne et se prépare à laver l'affront, mais elle est retenue par un hoquet qui l'incite à retourner regarder l'eau bleue, verte, colorée... et l'incident et clos sans même que les trois lanceurs de truites ne se soient aperçu de quoi que ce soit.

Une fois l'euphorie retombée, Nanoko regarde désolée le spectacle de truites en charpies sur le pont arrière:


- C'est malin ça.. notre pêche. On aurait pu gagner des graines avec ça, maintenant, ça ne vaut plus rien..

- Ben on n'a qu'à les jeter dans l'eau, y'a des pêcheurs qui font ça pour avoir des plus gros poissons. Ils jettent les poissons en miette dans l'eau, et ils attendent avec le canon.

- hum.. t'es sûre? Nanoko inspecte le canon, il s'agit en fait d'un harpon assez imposant avec des traces d'usure manifeste sur la pointe. Après tout, pourquoi pas... tu sais t'en servir?

- ben.. j'ai vu comment ils faisaient, mais quand j'ai voulu essayé, j'arrive pas, ça bouge trop quand on tire. Faudrait qu'AsSaSsiN le fasse ptêt.

Pendant quelques minutes, Aëya montre au Matis comment utiliser le harpon, mais ce dernier à un peu de mal avec la logique Tryker.
Après s'être assuré de la bonne prise en main de l'engin par AsSaSsiN, les truites sont jetées par dessus bord pour appâter une proie.


- Hey!!! répond immédiatement une voix en contrebas, suivie d'un essaim de truites atterrissant sur le pont arrière.

Aëya est prise d'un fou rire et ne peut plus s'arrêter:


- De l'eau qui rebondit et qui crie, hihi.. hihi.. hihihi.

Dépassés par l'humour très Tryker de la Trykette, Nanoko et AsSaSsiN se penchent par dessous bord pour trouver un explication au phénomène.
Debout dans une petite barque, un Matis essaye d'aborder le chalutier en s'agrippant comme il peut aux interstices entre les planches de la coque.


- Euh.. Bonjour... Gilthoniel, se présente le Matis avec une légère inclinaison du torse qui fait dangereusement tanguer sa barque. Je voyageais dans ma barque et une bourrasque a fait voler ma carte.

AsSaSsiN tend une main pour aider le Matis a monter à bord, mais garde sa deuxième main près de ses dagues.
Voyant une tête de Matis faire surface au niveau du pont, le fou rire d'Aëya s'éteint comme il était venu.


- Il faut que j'aille à la cabine pour piloter le bateau moi...

Elle laisse Nanoko et les deux Matis parlementer et va prendre son poste aux commande du chalutier. Tournant quelques manivelles, elle rentre les moyens de propulsion et stabilise le navire. Si ils veulent pêcher au harpon avec un appât, il ne faut pas bouger. Elle se contente de présenter le flanc du chalutier face aux vagues, pour le plaisir de voir des gerbes d'écumes, et de temps en temps un arc-en-ciel.

Au bout de quelque temps, Nanoko vient la rejoindre.


- Il va voyager avec nous...

- humm, marmonne la Trykette en feignant une indifférence qui témoigne de son mécontentement.

- Il a offert son aide aux tâches courantes et quelques graines en dédommagement.

- hmmm...

- Il reste avec nous jusqu'à la baie de la Lune, on verra pour la suite une fois là-bas.

Un long silence s'ensuit, jusqu'à ce qu'un arc-en-ciel sorte Aëya de son mutisme:

- Oh regarde comme il est beau l'arc-en-ciel, montrant le dégradé de couleurs flottant dans la brume.

- Oui.. dans un sourire c'est pour ça que tu avais proposé Arc-en-ciel pour le nom du bateau?

- Ben c'est un joli nom, non? Moi j'aime bien en tout cas.

- Oui, c'est joli, répond la Fyros en s'appuyant au bastingage.

Puis après un moment de rêverie elle se redresse et va rejoindre les deux Matis à l'arrière du bateau.
De la cabine, Aëya l'entend annoncer:


- Je pense qu'elle l'a bien pris, notre invité va pouvoir rester sans trop de heurts.

~ * ~

Aëya est tirée de ses rêveries par un choc du bateau. Elle n'a guère bougé de la cabine depuis que Nanoko est venue la voir: elle n'a pas très envie de tomber nez à nez avec le Matis inconnu.
Elle tourne vivement la tête vers l'arrière du bateau, d'où semblait venir le choc et voit le harpon finir son envol dans une tache sombre de déplaçant sous la surface de l'eau vers le bateau.

Le harpon reste planté vertical et accompagne le mouvement de la masse.
Près du canon, AsSaSsiN pousse un cri de victoire, tandis que la masse s'efface sous l'eau et le harpon disparaît du paysage.

Quelques instants après, une secousse met le chalutier en mouvement, et voilà le bateau tracté par sa proie.
Aëya est un peu paniquée car elle n'avait jamais vu les pêcheurs Trykers avec qui elle était allée en mer attraper de si gros poisson.
Le bateau est solide et tiendra le coup, mais elle ne sait pas trop comment amener leur prise hors de l'eau...
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums des temps anciens > Ryzom > Ryzom - L'âge de la Graine > Nanoko & les sentinelles d' Atys
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Modérateurs et équipe


Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Les vidéos de Ryzom RSS
Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 01h44.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite