JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 725 (sites) | 1394 (forums)Créer un compte
Forums des temps anciens
L'âge de la Graine
Les forums JOL > Forums des temps anciens > Ryzom > Ryzom - L'âge de la Graine > Nanoko & les sentinelles d' Atys RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de nanoko
nanoko
Alpha & Oméga
 
Avatar de nanoko
 
A quelques mètres du campement, dans un sous bois paisible et verdoyant, le duo s'était finalement arrêté,

L'endroit était tres différent de ce que connaissaient les deux compères,

Ici point de baies parsemées de pics rocheux agrémentées ici et là de plages à la sciure fine et micro fragments de carapaces de crustacés usées par le temps et l'eau,

Point de dunes de sciure sous un soleil étourdissant arrêtées par quelques oasis aux palmiers et à l'eau salvatrice,

Tout était tres différent de ce qu'elles connaissaient, on doit être à la frontière des forets matis,


- j'ai déjà vu ces paysages sur des tableaux de notre grand peintre fyros "Tarr" avait dit la fyros.

- ce qui expliquerait le voleur matis avait rajouté la trykette non sans mépris.

Elles avaient inventé un nouveau jeu avec les moyens du bord, une grosse graine d'un des arbres servait de projectile et deux grosses écorces d'arbres de raquettes.

Le varynx allait de l'un à l'autre des joueuses en aboyant essayant d'attraper la grosse graine.

La trykette semblait à son affaire, le jeu sous toutes ses formes étaient indissociables de la vie des trykers.

La fyros moins joueuse était quand même bien heureuse de se détendre pour une fois,

cela lui rappelait les heures passées dans les oasis à jouer quand elle était jeune.

Subitement le varynx s'arrêta net et commença à grogner en direction des broussailles,

Un groupe de quatre matis en armure étaient la, l'un d'entre eux porta à sa bouche une sarbacane en direction du varynx,

Poilu désormais connaissait tres bien ce que ce geste signifiait, la sarbacane n'était pas encore à la hauteur de la bouche, que le varynx en trois bonds félins était sur lui,

Son bras fut happé par sa gueule,

Le matis déséquilibré tomba en arrière puis cria de douleur,

Aeya lança la grosse graine avec habileté et le matis le plus avancé porta la main à son visage avant de tomber à genoux,

Nanoko lança quelques ordres en dialecte fyros, le varynx changea immédiatement sa course, renversant sous son passage deux matis avant de planter ses crocs dans les mollets de l'un d'entre eux ayant retiré son sabre du fourreau,

Le groupe de matis était momentanément désemparé et désorganisé


- Partons au camps dit nanoko en criant ses ordres à poilu pour lâcher prise et les rejoindre,

- il faut prévenir les autres dit aeya,

le duo arriva au camps en trombe criant pour donner l'alerte

[ Mais qui sont ces 4 nouveaux matis,
Sont ils à la recherche du matis Assassin,
Comment le groupe va t-il se défendre ?,
Les matis sont ils réellement belliqueux ]
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de YaPaDeSouci
YaPaDeSouci
Alpha & Oméga
 
Avatar de YaPaDeSouci
 
La petite bande s ecroulerent a bout de souffle. Alors que tous s approcherent pour savoir ce qui se passait AsSaSsiN resta adosser a son arbre attendant l instant propice pour recuperer ses affaires et s enfuir.

Khalzaam leur demanda calmement :
Que se passe t il ? Pourquoi etes vous si effrayes ?
Des... des Matis... Quatre... La bas... tenta d articuler Nanoko
Ils ont essaye de faire du mal a Poilu enchaina Aëya.

A ces mots, le visage du Matis s illumina. Ils avaient donc reussi a le retrouve. Il s approcha du Tryker et dit sans aucune emotion : Fini de jouer ! Rends moi mes armes !
Il tendit avec hesitation les deux lames courbees dans leur fourreau. AsSaSsiN les arracha des mains du jeune homin et les reequipa le long de ces bottes. On voyait qu elles y avaient leur place.

Il se tourna vers Nanoko :
Ou sont ils ?
Elle tendit son bras dans la direction qu elle pensait la plus juste.
D un pas sur il se mit en route.
Khalzaam l arreta en lui attrapant le bras :
Que vas tu faire ?
Sans meme tourner la tete il repondit d une voie seche : Eliminer quatre problemes...
Il se degagea de l emprise du Fyros et se mit en route.

Arrive dans le sous bois que lui avait designe la jeune Nanoko, il vit les quatre Matis reprendre doucement leurs esprits.
AsSaSsiN brisa le silence tout en s avanca doucement vers le petit groupe :
Vous n auriez jamais dut lever la main sur ces marchands...
L un d entre eux s avanca : Alors te voila Traitre ! Comment oses tu nous defier... Tu n as vraiment aucun Honneur ! Au nom du Grand Mentor nous allons ramener ta tete a l empereur et il nous recompensera pour cela !

AsSaSsiN degaina d un geste lent les deux lames accrochees a ses chevilles. Son regard se vida.

Khalzaam l avait suivi et observait la scene. Il n avait jamais vu un tel regard, meme pas chez le plus guerrier des Fyros.

L officier Matis ordonna a ses trois soldats de se ruer dessus. AsSaSsiN lanca ses deux lames vers les deux premiers. Les gorges des malheureux furent transperce par la violence des coups portes.

Le Fyros fut abasourdi. Ce Matis connaissait les faiblesses des armures de ces ennemis. Peut etre un ancien soldat pensa t il. Mais assurement un tres grand guerrier.

La lutte tourna mal pour AsSaSsiN. Le troisieme soldat ne pris pas peur a la chute de ses compagnons et continuait sa course folle. AsSaSsiN n eut pas le temps de degainer son epee principale qu un coup lui fut porter au bras. L entaille etait profonde et le Matis, un genou a terre, ne pouvait plus riposter de maniere efficace.

Alors que le soldat allait donner le coup de grace, Khalzaam porta un coup meurtrier sur ce dernier qui ne s attendait manifestement pas a un autre adversaire. Devant cette defaite, l officier Matis prit la fuite.

Les deux homins retournerent en silence au campement. Arrive sur place, le Fyros rassura la troupe sur la menace.

AsSaSsiN interpella Khalzaam :
Fyros !
Il se retourna et repondit : Oui, qu il y a t il ?
Le Matis mit un genou a terre : Je vous demande pardon pour mon attitude.
Il s entaya la main avec sa dague et continua : Par cette lame je vous offre mon talent de combattant, par ce sang je vous fais don de ma vie ! Veuillez l accepter...

AsSaSsiN, la tete baissee, tendit la lame au Fyros... Toute la troupe fut abasourdi par cette annonce.

|Comment va reagir Khalzaam a cette demande ?
|Comment les autres vont ils le prendre ?
|AsSaSsiN va t il finir dans le ventre de Poilu ?

Ps : Desole pour l attente, j ai eu du mal a me decider sur le final
Lien direct vers le message - Vieux
bhalou
Roi
 
Alors que le matys du nom d'Assassin s'éloignait en direction de ses congénères suivit très rapidement du grand guerrier fyros un calme surnaturel envahit le sous bois.

Le Mektoub alerté par ce changement subit se releva et commença à mâchonner ses attaches.

Gozmoth toujours coincé dans le chariot à cause de sa blessure interpella la tryker
Hela petite p... Aëya tu pourrais calmer ta sale bête avant que je la transforme en méchoui.

Aëya un peut interloquer se précipita vers filelevent son précieux mektoub. Et entrepris de le calmer.

Nanoko perçut alors comme une puissante volonté en colère rayonner sur l'ensemble du groupe.
Un long frisson lui parcourut alors l'échine.
Il y a quelque chose qui nous en veux put elle enfin dire.

Bhalou entra alors dans une sorte de transe dont il ressortit bien vite.
Atys n'est pas très contente de ce pillage intempestif dit il.
Il vat nous falloir lui faire un don ou nous risquons de subire sa colère.

Il émit alors un chant rapide et la force environnante sembla se calmer pour un temps.
Puis passant auprès de ses compagnon il récupéra leur dons eau, coquillage,morceau de carapace.
Sortant de son sac un pilon et un bol il entreprit d'écraser le tout et de le mélanger a l'eau pour former une boule de pâte.

Puis il se dirigea vers l'arbre fruitier d'où la petite tryker avait arrachée quelques baies pour les consommer
Tout en psalmodiant d'étranges paroles il creusa un trou et y enfouit la pâte.

Le rite fini l'oppression disparut et les animaux qui s'étaient tues reprire leurs activités

Revenant alors vers le groupe il laissa échapper un soupir de satisfaction.

Aëya, Nanoko approchés s'il vous plait.
Aëya la tension disparut cherchait déjà un nouveau jeux lorsque la demande de Bhalou la prit de cours.
Bien dit il, son regard croisa celui de Gozmoth pour voir si elle avait compris ce qu'il se passait et devant son expression rassuré commença à sermonner les deux citadines.

Maintenant vous êtes ici au coeur de la forêt et chacun de vos actes peuvent avoir de lourdes conséquences pour l'ensemble du groupe.
Aëya après les premiers mots commença à jouer avec un bout de ficelle pendant du chariot.
Aëya c'est sérieux tu sait et ton oncle a dut peut être t'en parler.
Oui mon oncle m'a déjà..
Lui coupant la parole avant qu'un flot ininterrompu n'en jaillisse bhalou reprit
Il existe dans la forêt des êtres d'une grande puissance qui sont là pour protéger les arbres et les fleurs.
Et même si dans certaines circonstances ils peuvent être appelé pour apporter de l'aide il ne faut surtout pas les énerver.
Même les matis ces fous impénitents les craignent

Hum c'est bien la première fois que j'entends dire que les matis craignent quelque chose se dit la petite tryker, maintenant captiver par l'histoire raconter par Bhalou.

Ces êtres sont connu sous le nom de Kami et leur colère peut être dévastatrice.
Donc il ne faut pas toucher aux arbres et à leur fruits sans aux préalable effectuer un petit rituel de don au prêt de cet arbre.
De plus il ne faut jammais trops prendre de fruits sinon même un grand don ne suffira pas à calmer un kami en colère.

Ce conseil est précieux et vous évitera bien des misères à l'avenir
Oui mais pourquoi les arbres prêt de chez mon oncle pouvait être cueillis sans risque demanda Aëya contente que l'on s'intéresse à elle.

C'est très simple les Kami n'ont pas leur place pret des communauté homins et donc c'est à ceux ci que revient le devoir de soigner et d'entretenir les arbres.

Ha voila le retour de nos vaillant guerriers
Gozmoth émit un grognement de désapprobation en voyant le matis.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aëya
Aëya
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aëya
 
On reprend après la fin du post d'AsSaSsiN. Le post de Bhalou me semble être un "pendant qu'AsSaSsiN et Khalzaam vont se battre dans les bois".

Khalzaam pris la lame et la considéra. Il comprenait vaguement ce que lui disait le Matis, mais la coutume lui semblait étrange.

- Ton talent de combattant? Tu es brave, je l'ai vu, mais tu m'as aussi montré que tu n'est pas capable de survivre seul. Et ta vie, je n'en veux pas. Les Sentinelles sont des guerriers, la vie d'un guerrier lui appartient, et il appartient à lui seul de la conserver. Dans les combats que nous menons, nous ne pouvons nous permettre d'avoir à veiller sur la vie d'un autre.

- Je comprends... répondit AsSaSsiN d'une voix résignée. Le dépit et la colère faisait trembler ses lèvres. Il se présentait ainsi humblement devant un inférieur et il se voyait méprisé. Vous pensez que je ne suis pas un assez bon guer..

- La valeur d'un guerrier se lit dans ses actes, interrompit le Fyros, pas dans des mots. Nul ne devient sentinelle avec une taillade à la main. Si tu veux te battre à nos côtés, il te faudra surmonter des épreuves, prouver ton courage, ta force et ta détermination. Nous en discuterons au campement.

Tournant les talons, le Fyros mis fin à la discussion. Il fit quelques pas et se retourna.

- Et relève le menton Matis, un guerrier est fier car il croit en sa force et en ses actions. Soit fier de ce que tu es, si tu veux te battre comme un Fyros, tu dois oublier tes minauderies Matis.

Pour AsSaSsiN, c'était un échec. Il avait proposé son aide, et on s'était moqué de lui.
Mais il se rappela de ce qu'on disait des Fyros. Un peuple barbare, de vaillant guerriers, enfermés dans la bêtise de leur fierté, mourant pour des principes plutôt que triomphant pour leur objectif.
Tout cela, il l'avait perçu dans le discours de Khalzaam.
Il se dit alors que le Fyros n'avait pas compris le sens et la portée de son geste. Il lui faudrait don se soumettre à ce test pour prouver aux Sentinelles ce que vaut un Matis.
Il trouvait cela humiliant d'avoir se soumettre à un test, mais il en profiterait pour triompher dans toute sa splendeur et faire comprendre à ces Fyros qui il était.


Aëya trouvait le Zoraï vraiment moins intéressant depuis qu'il l'avait sermonnée. Trop sérieux lui aussi. Elle ne se demandait plus si son masque l'empêchait de rire, elle se disait qu'il ne devait pas rire souvent.
En plus, elle était vexée, il lui avait dit qu'elle mangeait trop de baies. Pourtant elle ne pouvait pas en manger plus que son ventre pouvait contenir, et elle n'était pas grosse..

Elle se regarda le ventre.
Non, pas grosse!

Elle alla fouiller dans ses affaires dans le chariot. Gozmoth la vit approcher et pris un air mauvais pour la décourager, mais la Trykette avait confiance en ses protections et n'en tenu pas compte.
Après avoir un peu tout dérangé, elle parti avec une robe verte dans un buisson. Quand elle sorti du buisson, elle portait la robe sur elle.

Puis elle chercha un avis objectif parmi ses compagnons.
Le Matis, elle se demanda pourquoi elle y avait seulement pensé.
Khalzaam, il n'était pas très amusant, et ne lui répondrait sûrement pas et ferait celui qui est occupé.
Il ne restait plus que Ellsworth, le Tryker.

Elle se mit donc en quête d'Ellsworth qu'elle trouva rapidement, sous la protection du regard de Khalzaam. Elle se planta devant lui et pris une pose bien choisie.[/I]

- Comment tu m'trouves?

Le Tryker dérouté par la question ne sut que répondre et rougit jusqu'aux oreilles.
Il finit enfin par articuler "
bien" pendant que Khalzaam retenait un fou-rire.

- Bien? répéta la Trykette déçue, ah... je suis grosse... prenant une mine dépitée.

Ellsworth tomba dans le piège de la Trykette et pensa avoir été incorrect. Très mal à l'aise, il s'empressa de la rassurer.


- Non, non, tu n'es pas grosse du tout, tu es très bien, ta robe te vas parfaitement, tu ..

Mais Aëya ne l'écoute déjà plus, elle a eu sa confirmation. Elle n'est pas grosse, le Zoraï est un menteur, c'est sûrement les copains Matis d'AsSaSsiN qui ont mangé trop de baies.
Ils étaient quatre, plus gros qu'elle, et quand un Matis fait une bêtise il se débrouille toujours pour faire punir un Tryker.

Elle aimait bien sa robe verte, alors elle alla la ranger vite fait avant qu'elle ne soit abîmée, puis elle va rassurer Nanoko.


- Il a dit n'importe quoi, on n'est pas grosses.

- De? demande la Fyros qui ne comprend pas très bien.

- J'ai vérifié, en fait c'est les copains du Matis qui ont mangé trop de baies. C'est eux qui auraient dû donner des trucs à écraser pour les Kamis. On a perdu un bout de carapace bien pour faire un bouclier de leur faute.

Nanoko ne comprend toujours pas bien la logique un peu chaotique de la Trykette, mais elle a bien compris qu'elle aura un bouclier en moins à vendre et que les quatre Matis qui les ont dérangées il y a peu en sont responsables.

Elle va voir AsSaSsiN toujours plongé dans ses réflexions sur le discours de Khalzaam et lui dit les poings sur les hanches:


- Tes amis nous ont fait perdre un bouclier! Qui va payer pour ça?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de YaPaDeSouci
YaPaDeSouci
Alpha & Oméga
 
Avatar de YaPaDeSouci
 
A l ecoute de la question impertinente de la jeune Fyros, le Matis releva la tete afin de mettre a l epreuve son regard.

Alors comme ca il n y a que l argent qui t importe ? demanda t il. La question avait un peu gene la morale de Nanoko. Elle n avait pas ete eleve de cette maniere.
Bah euh... enfin... euh begueilla t elle pour tenter de se justifier.

AsSaSsiN sorti une petite bourse et la jetta a ses pieds.

La Fyros ramassa le petit sac et l ouvrit. Elle jetta un oeil rapide a l interieur. Il y avait une petite centaine de graines.

Mais... voyons... je... continua Nanoko.
Quoi il t en faut plus ? Je n ai rien d autre. Laisse moi maintenant... J ai besoin d etre seul...

La voix d AsSaSsiN etait triste et tremblante.

Nanoko fit demi tour et rejoigna le petit groupe en recontant les graines pour ses comptes en se disant qu apres tout les affaires sont les affaires.


Aëya etait un peu plus loin. Elle semblait chercher une jolie fleur pour la placer dans ces cheveux. Le Matis l interpella : Tu ressemble beaucoup a ma petite niece...
Aëya se retourna et repondit : Ah bon ? Qu est ce qu elle est devenue ? Pourquoi tu n es pas en train de jouer avec elle ? Elle doit etre triste toute seule...
Le visage d AsSaSsiN se ferma de nouveau et d une voix tremblante il dit : Elle est morte...

La jeune homin sentit qu elle avait fait une erreur. Elle voulut se faire pardonner et tenta d aller plus loin avec lui. Apres tout, peut etre avait il envi de parler ?

Elle demanda d une voix douce :
Que s est il passe ? Tu veux m en parler ?

AsSaSsiN tourna la tete vers la jeune homin assise maintenant a ses cotes. Il prit une inspiration legerement plus profonde que les precedentes pour peut etre evacuer un peu de son angoisse : J etais soldat dans l armee Imperiale Matis. Il y a quelques lunes de cela nous avions pris le controle d un petit village Tryker plus a l Est. Les pauvres etaient traites pire que du betail. Je me suis revolte : j ai mis en place une evasion pour quelques enfants et dans notre fuite j ai dut elimine l un de mes superieurs qui menacait leurs vies.
Pour cet acte, l Empereur a ordonne l execution de mes proches. Les soldats que vous avez croise sont a ma recherche depuis ce jour. L Empereur veut ma tete...

A la rememorisation de ces evenements douloureux, une larme coula doucement le long de sa joue. Il rebaissa doucement la tete et se perdit de nouveau dans ses songes.

La Trykette eut un geste que jamais elle ne pensait offrir a un Matis : elle entoura ces petits bras autour de ses epaules et lui fit un petit calin...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de nanoko
nanoko
Alpha & Oméga
 
Avatar de nanoko
 
La fyros fouillant la charrette apercevait avec amusement la scène, un matis et une trykette s'étraignant, la planète-arbre Atys à l'envers pensa t elle.

La trykette se dégagea et vint vers le chariot en sautillant, puis réflèchissant à ce qu'elle venait de faire pensa devoir se justifier.


- Il a perdu sa nièce dit elle émue et il parait que je lui rappelle.

- Tout le monde porte sa croix répondit la fyros sans la moindre émotion.

- mais c'est triste répondit elle, ça ne te fait pas de la peine.

- les fyros ne vivent pas avec le passé, respecter et faire honneur aux disparus c'est montrer sa force et sa détermination, la vie et la mort font partis de la vie fyros.

Aeya resta silencieuse un moment, ce qui, en soi, est un exploit chez une trykette,
elle était surpris par les paroles de son amie,
et ressentit en elle pour la première fois , une force étrange, l'esprit fyros,
De la fyros elle meme émanait cette force guerrière qui l'envahissait,
Pourtant en la regardant elle savait qu'elle était attristée par la nouvelle,
Elle repartit en sautillant à travers le camps.

Assassin commença à ouvrir grand ses bras pour acceuillir à nouveau la trykette mais celle ci le repoussa,


- Fait honneur à ta nièce dit elle, comporte toi en guerrier et arrète de pleurnicher,

Le matis la regarda passer dépité,
une belle peau de ryzoholo tomba à ses pieds


- Avec cette peau et la carapace que tu a bètement détruit le compte est bon matis mais évite de gacher la marchandise dorénavant dit nanoko

- Je n'ai pas donner le sac de graines pour ça dit il d'un ton hautain

- Elle ne te plait pas cette peau dit elle sèchement.

- Bien sur que si dit il, la question n'est pas la, je n'ai que faire d'un sac de graine.

- Là est bien le problème dit nanoko, pour vous matis, vous vous complaisez dans le luxe et le superflus,

vos marchants sont continuellement à la recherche du beau, pour vous un sac de graines n'est rien, sais tu seulement que des fyros risquent leur vie chaque jour pour quelques graines,

- mais ... répondit Assassin

- et n'oublie pas en cassant une carapace qu'un collecteur à risquer sa vie pour l'avoir.

- bien sur, mais ... tenta de placer le matis

- et arrète tes balivernes avec aeya dit la fyros en s'éloignant, je comprends ta tristesse mais je t'ai à l'oeil,
n'oublie pas ce que ton peuple à fait subir au sien,

- mais ... dit assassin, je me suis rebellé contre mon peuple, je ne suis plus (il hésista longuement)
je ne suis plus rellement matis, je suis un guerrier dit il comme vous fyros

- nanoko se retourna et pointa son doigt vers assassin,
les flammes fyros dansaient dans ses yeux,

Tu veux etre un guerrier dit elle, comporte toi en guerrier.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Gozmoth
Gozmoth
Alpha & Oméga
 
Avatar de Gozmoth
 
Toujours incapable de bouger sans aide, la Fyros laissa tomber lourdement sa tête sur le plancher du chariot. Elle roula ses yeux de braise dans ses orbites. Mais que lui arrivait elle ? Quel était ce cauchemar qu'elle était en train de vivre ? Elle était non seulement estropiée mais devait supporter maintenant deux Trykers et un Matis chignard. Elle aurait donné cher pour pouvoir se retrouver juchée sur sa monture, l'arme au poing, chassant encore et toujours le Goo. Aaahhhh elle pouvait presque sentir l'odeur du sang et de la chair brûlée.

La prétresse est sérieusement blessée à ce que je vois. La voix du Tryker n'était pas loin.

Gozmoth tourna la tête en direction d'Ellsworth. Le Tryker monta sur le chariot, il avait une allure fière et portait une sarbacane ouvragée sur le côté de la jambe. Il se posta devant elle et croisa les bras dans une posture guerrière.


Que regardes tu Tryker ? Une proie facile à achever tant qu'elle est blessée ? lui lança t'elle.

Aëya m'a parlée de vous. Elle m'a dit ce que vous lui avez fait. La Fyros ne doutait pas que la Trykette avait légèrement altéré la réalité. Elle a soufflé à demi-mot que vous l'auriez torturé ... Ah ! de mieux en mieux pensait Gozmoth, bientôt elle mangerait les enfants Trykers pas sages !

La Fyros lui répondit, grognant presque.


Je passe ma vie à chasser le Goo sous toutes ses formes. Les têtes des Cabalistes les plus sombres volent sous les coups de mon clan. Nous vivons et mourrons pour délivrer Atys du mal qui la ronge. Alors évite de me saouler avec les pauvres histoires à deux graines d'Aëya ... Si tu veux te battre, bats toi contre la corruption de notre mère nourricière.

La Fyros soupira. Le Tryker lui jeta un dernier regard et sauta hors du chariot.

---

Quelques minutes tard ...

---

Khalzaam ne vit qu'un point levé au ciel dépasser du chariot. Par contre il entendit nettement Gozmoth hurler :


ON SE BOUGE ! PARTONS VERS LE CAMP !
__________________
"I've seen things you people wouldn't believe. Attack ships on fire off the shoulder of Orion. I watched sea beams glitter in the darkness at Tan Hauser Gate. All those moments will be lost in time like tears in rain. Time to die."
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aëya
Aëya
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aëya
 
La cri de Gozmoth fit sursauter tout le monde.
En effet, chacun s'était trouvé une occupation et en avait même oublié la Fyros au caractère difficilement oubliable.
A son habitude, Bhalou méditait et touchait du bout des doigts les feuilles des plantes environnantes. Moins habituel, AsSaSsiN semblait aussi plongé dans une sorte de méditation.
Les derniers jours qu'il avait vécus avaient été très éprouvant pour lui autant psychologiquement, que physiquement. Il était arrivé au campement à bout de force, et sans repères. Il avait rencontré des gens pour le moins inhabituels... très en contraste avec la "normalité" si chère à la société Matis.

Aëya frottait un éclat de coquillage contre un petit bout de carapace, sous l'oeil intéressé de Nanoko qui profitait du calme pour perfectionner le dressage de Poilu. C'était un bon varynx, mais au contact de tant de gens différents, elle avait peur qu'il prenne de mauvaises habitudes. En particulier avec Aëya qui semblait vouloir lui apprendre toutes sortes de jeux inimaginables.

Khalzaam pour sa part commençait à ne plus trouver d'occupation, et la perspective d'inactivité l'agaçait. Le cri de ralliement de sa compagne fut pour lui un grand soulagement, et il fut le premier à faire démarrer la caravane.

Avec sérénité, Bhalou se leva et étendit ses membre en emplissant ses poumons d'air. Par contraste, les mouvements d'AsSaSsiN étaient marqués du poids de tous ces soucis. Il trainait le pas et se retrouva rapidement derrière tout le monde.

Aëya s'était installé sur un coin du chariot, refusant d'abandonner son ouvrage. Elle était concentrée sur son bout de carapace et pendant ce temps elle ne disait rien, aussi personne ne lui reprocha le foutoir qu'elle avait mis pour se faire une place.

Ellsworth essayait de discuter avec Khalzaam, en abordant des thèmes guerriers pour tenter de délier la langue du Fyros, mais comme Aëya et AsSaSsiN avant lui, il se heurta à l'implacable philosophie du Fyros. Un guerrier ne parle pas, il agit, et son ses airs avenants, Khalzaam n'en était pas moins un homme d'action.

Sans même le voir, Bhalou pouvait sentir la tristesse et le désespoir qui déchiraient le Matis derrière lui. Il se retourna, et s'arrêta pour l'attendre, laissant le chariot s'éloigner. Il connaissait la haine que les Matis vouaient aux siens, mais c'était avant tout un fils d'Atys, il se devait de l'aider.

Sur le chariot, Aëya leva sa création pour l'examiner à la lumière du soleil. Elle y apporta quelques rapide retouches puis sourit de satisfaction. D'un geste vif et précis, elle accrocha le peigne dans les cheveux de la Fyros allongée à côté d'elle.


- Voilà, c'est mieux pour chasser, sinon tu ne vois rien avec tes cheveux.

Les yeux entrouverts, Gozmoth ne fit pas un mouvement pas et continua de faire semblant de dormir.
La Trykette sauta joyeusement du chariot et couru à l'avant du convoi pour jouer avec Poilu, et vivre l'aventure dans la jungle sauvage.
Le moment de calme était fini, la voix de la Trykette les annoncerait aux vigiles des Sentinelles... dans moins d'une demi journée selon les estimations de Khalzaam.
Lien direct vers le message - Vieux
bhalou
Roi
 
Bhalou devant la tristesse non feinte du matis décida de lui faire un don.
Il se raprocha alors du chariot alors que personne ne le regardait et se penchat vers la blessée.
Ne se laissant pas dupé par son faux sommeil il lui murmura quelques phrases.


Gozmoth, mon destin m'a rapprocher de ton clan par d'étrange chemins.
Et je vais te demander, selon les termes que tu souhaitera, si je peut mélanger ma sève à la vötre.
Mais pour le moment, je me doit d'accomplir un certain rituel, et pour ce faire, je vais rester ici même quelques heures.
Cela fait, je reprendrai le chemin qui mène à votre campement et je ferais officiellement ma demande pour être des vôtres et ainsi vous aider à accomplir la terrible tâche qui est la vôtre.
Sache aussi que les kamis approuvent cette tâche, et d'ailleur ceux ci m'ont dit que tes blessures ne laisseraient aucune séquelles, à part quelques cicatrices.

Bien bien, grogna t'elle, mais fait vite nous ne t'attendrons pas.

Je vais aussi demander au Matis de rester avec moi.

Bha, il fera bien ce qu'il veux il est pas des nôtre, du moins pour l'instant, et toi non plus d'ailleur.
D'ailleur si il reste avec toi mon conseil vaux pour lui aussi.

S'éloignant du chariot Bhalou se dirigea alors vers le guerrier matis qui restait en arière.
Celui ci, peu sur des intentions du zorais à son égard, se mit aussitot en garde pret à en découdre.
Bhalou plongeat alors son regard dans celui du matis et une certaine tension se fit jour entre les deux protagonistes.
Le combat silencieux dura quelques longues secondes, puis avant que le matis ne dégaine son arme, Bhalou detourna la tête pour dissimulé une étincelle malicieuse.
Il huma fortement l'air et de nouveau tourna la tête en direction du Matis.


Guerrier,suis moi, il reste quelque chose à faire ici.

Sans attendre de réponse il se dirigea alors vers le lieux où périrent quelques heures plustot les chasseurs de primes.

Le matis d'abord interloqué par la demande incongrue du zorais à son égard se demanda si il allait le suivre ou pas.
Puis en se remémorant l'acceuil peut enthousiaste des autres à son égard, il se dit pourquoi pas.
Aprés tout, malgré l'inimitié existant entre nos peuples ce zorais, si bizard, n'a pas l'air de m'en vouloir spécialement.
Intrigué, mais quand même sur ses gardes il entreprit alors de le suivre tout en laissant une certaine distance.
Très rapidement il comprit que le zorais se dirigeait vers le lieux du combat.

Bhalou entendant les pas du matis ne put, malgré son self contrôle, retenir un léger sourir mais bénit ses ancêtres et leur lois sur le port du masque qui dissimulait ce genre de relachement.

Aprés quelques minute de marche ils débouchérent sur la clairière du drame.
Bhalou entreprit alors de rassembler les trois dépouilles.


Que compte tu faire zorais de ces cadavres dit Assassin pret de nouveau à en découdre.

Ce qui doit être fait.
Atys leur à donner vie et énergie, et maintenant elle réclame leur corps pour pouvoir à nouveau donner la vie.
Si tu souhaite réellement changer ta vie aide moi et aprends.

Hum aprés tout ils étaient venus pour me tuer.
Que veux tu que je fasse Zorais ? demanda t'il encore un peut hautain

Aide moi a rassembler ces corps vers ce vieil arbre là. C'est un endroit ou la Sève est puissante.

Ceci fait bhalou dégagea une racine et y posa un pot de terre cuite dans lequel il placa un peut d'amadou et un petit bloc de charbon de bois.
Puis se relevant il posa au sol une grande piéce de tissus.


Guerrier, récupére les biens matériel de ces homins, ils ne leur seront plus d'aucune utilité la où ils sont partit.
De plus ces biens seront utiles aux membre du clan des sentinelles d'atys dans leur combat contre le goo.
Et pourquoi devrais je faire cela , Zorais
Cela fait partie de cette cérémonie. Et celle ci te sera aussi profitable qu'a eux.
Bha ce ne sont que divagations pour amuser des enfants.
En est tu si sur, guerrier.
Et pourquoi m'appelle tu guerrier d'abord ?
Ne faisant plus partie du peuple matis comme tu l'a si bien dit tout à l'heure il ne te reste plus que cela non?
Après tout pourquoi pas. Peut être vais je comprendre pourquoi mon peuple cherche à vous détruire.

Rapidement Assassin dépouilla les corps et rassembla leur possession sur le tissus posé au sol.
Durant l'opération ils decouvrit quelques graines d'Ephémères et décida de se les aproprier.
Pendant ce temps bhalou repris sa place vers la racine transformée en autel pour la circonstance et mis le feu a l'amadou à l'aide de ses pouvoirs.
Le feu pris rapidement et commenca a attaquer le charbon dans une lente combustion.
Relevant la tête il interpella le guerrier.


Prends place aux pieds de ces homins et surtout, quoiqu'il se passe ne bouge pas.
Comment cela, que doit il se passer ?
Cela seul l'avenir nous le dira, répondit bhalou envant de commencer à psalmodier une lithanie quelque peut lugubre.

Durant le chant et à plusieurs reprises, bhalou jeta dans le petit brazero des poudres qui grésillérent en émettant des nuages aux puissantes effluves.
Le matis tentat à chaque fois de retenir sa respiration mais les fumées stagnantes réussirent a s'insinuer dans ses poumons le plongeant alors dans une sorte de transe.
Aprés quelque minutes, bhalou se releva et sans se préocuper du matys plongé dans une douce béatitude, il déboucha une autre fiole dont il répendit le liquide sur les trois cadavres.
S'arretant quelques seconde pour apprécier son oeuvre il se rassit ensuite et repris sa lithanie.

Les cadavres commencèrent alors à se désagreger puis à disparaître dans l'humus de la clairière.
Au bout de plusieurs minutes le processus pris fin ne laissant aucune trace sur le sol.
Bhalou, qui en attendait autre chose, quelque peut dépiter voulut se relevé quand une main énorme et puissante se posa sur son épaule le forçant a rester assit.
La forme vaguement homin, mais comme sculpté dans l'ecorce même d'atys l'enjambat et vin se positionner devant le matis.
Celui ci sortit alors de sa transe mais resta paralyser de terreur devant cette chose monstrueuse.
Le kami,qui avait enfin daigné répondre à l'appel de bhalou se penchat alors vers le matis.

Ausitot des mots se formèrent dans l'esprit d'Assassin,

Les graines donne moi les graines
Trés vite Assassin, comprenant qu'il avait a faire à un kami plongeat dans ses connaissances pour trouver ce que celui ci lui voulait.
Aprés quelques instant de reflexion qui lui sembla une éternité la vérité se fit jour.
Les graines d'éphémères, voila ce que voulait le kami.

Aprés une courte hésitation il décrocha la petite bourse de sa ceinture et la placa dans l'énorme paume, qui se referma dessus.
Le kami se releva alors et tendit une main vers le vieil arbre y prélevant délicatement un petit bout d'ecorce.
Se penchant à nouveau vers le matis il lui tendit l'écorce

Prends ceci Assassin et la mort passera son chemin, une fois.

Le matis s'écroula alors inconscient ainsi que bhalou.
Quelques heures plus tard ils s'éveillèrent et bhalou comme si rien ne s'était passer entreprit de fermer le balluchon contenant les biens des trois matis morts.

Le matis un peut surexiter tenta en vain de faire parler le zorais


Nous devons y allez maintenant, Assassin, une longue route nous attends.
Pour allez où ?
Au camps des Sentinelles, où veux tu allez à part vers eux ?

Et bhalou suivit d'un matis encore sous le choc reprit la route les menant vers leur destin.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de nanoko
nanoko
Alpha & Oméga
 
Avatar de nanoko
 
La troupe arriva enfin dans la région du campement des sentinelles d'Atys,

tous étaient soulagés apres ce voyage parsemé de rencontres plus ou moins agréables,

Gozmoth recommençait enfin à marcher s'appuyant au bout du charriot,

Aeya ne tenait plus en place, elle en était à son trentième "Alors quand est ce que l'on arrive ?",

Le groupe n'y faisait plus attention meme Gozmoth qui finissait par s'habituer à elle,

Les forets matis avaient été traversées et l'on arrivait à la frontière de la région tryker,


- c'est notre plus lointain campement avait dit Khalzaam, si nous réussissons les sentinelles posséderont notre poste le plus avancé sur Atys en territoire tryker.

- Le Goo ne passera pas avait renchéri Gozmoth,

Nanoko n'avait pas répondu mais cela ne l'avait pas laissé indifférente,
un poste avançé avait elle pensé, de quoi sécuriser un comptoir marchand et une halte de plus pour les caravanes en provenance du désert,

La canopé se faisait plus rare et on apercevait désormais régulièrement le ciel bleu saupoudré de quelques cumulus,

Au détour d'un chemin la foret s'arréta, laissant place à des groupes d'arbres éparses et aux premiers palmiers,


- La mer cria la trykette debout sur le chariot, je sens la mer
de mon village,

- d'apres mes souvenirs de mon ... euh pèlerinage les baies trykers sont encore loin mais nous sommes sur le territoire de ton peuple avait dit nanoko
[ndl : voir autres récits]

- Je sens ma mer d'ici avait répété la trykette sans rien écouter.

- là-bas cria Khalzaam pointant son doigt vers une structure lointaine à peine visible, le clan a fait du bon boulot, le poste est presque terminé avait il rajouté, réjouit.

Le groupe s'avançait vers une structure grandissante à vue d'oeil, le petit point à l'horizon était devenu une tour d'une vingtaine d'homins de haut,

Elle était constituée de coques de bois enchevétrées d'ou dépassaient des sortes de pics acérés,

En approchant le groupe constata qu'elle était située stratégiquement au bout d'un surplomb embrassant l'ensemble du territoire tryker,

Elle dominait fière, immobile, silencieuse, telle une sentinelle,

Décidemment ce clan porte bien son nom pensa nanoko admirative,


- C'est grand dit la trykette Aeya mais agressif comme art je trouve, on peut peut etre voir la mer de la haut, se dirigeant vers l'entrée,

- Un art primaire, guerrier, sans aucun sens de l'esthétique et du beau dit Assasin mais du bon boulot, je dois reconnaitre, voyant les guerriers fyros assemblant les dernières pièces,

- Je me demande si de la haut on ressent mieux la sève dit bhalou désignant un sorte de balcon ouvragé pres du sommet,

- De quoi prétéger nos caravanes marchandes et de loin ne pu s'empècher de dire nanoko, applaudissant le bel ouvrage,

Khalzaam et Gozmoth étaient silencieux et admiratif béat devant la tour fyros ne pouvant plus exprimer quoi que ce soit,

- puis reprenant ses esprits, bon et bien rentrons et visitons chers amis dit Khalzaam féliçitant à grandes tapes dans le dos chaque guerrier de son clan qui passait devant lui,

L'intérieur de la tour tranchait avec l'aspect agressif et spatiate de l'extérieur,
on aurait meme pu dire que c'était coquet et agréable,

Certes il n'y avait que l'indispensable et l'ambiance était guerrière comme le faisait remarqué le matis Assassin si peu habitué à aussi peu de luxe,

Mais pour des voyageurs usés par les camps à la belle étoile, l'endroit était un paradis,


- Que c'est beau, que c'est bien fait disait Gozmoth peinant à chaque marche de la tour,

- Regardez moi ces meurtrières, notre tour est imprenable disait à haute voie Khalzaam enthousiaste à chaque étage,

- Plus je monte plus je ressens la sève disait bhalou,

Aeya deja arrivée au sommet avec poilu, se précipita à la meurtrière et déclara sans hésiter,

- la mer je la vois !

la tour des sentinelles d'Atys :
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aëya
Aëya
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aëya
 
En fait de mer il s'agissait plutôt d'un grand lac, mais de leurs plages, les Trykers ne pouvaient voir l'autre rive.

Tout le monde était appuyé sur le rebord et admirait la vue. Les racines offraient de nombreuses et splendides vues aériennes d'Atys, mais il fallait pour cela les escalader, et ce n'était pas donné à tout le monde.

Aëya se penchait sur le rebord pour essayer d'avoir une meilleure vue sur la mer. Elle cherchait aussi la présence de points colorés dans le ciel.
Sur toutes les plages de leurs territoires, des Trykers font voler des cerf-volants. Pour la majorité des homins, il ne s'agit que d'un autre divertissement inventé par ce peuple oisif, mais pour l'oeil averti d'un Tryker, le vol d'un cerf-volant, et les couleurs qu'il arbore sont une mine d'informations sur la région.

La visite de la vue terminée, chacun vaqua à ses occupations. Aëya, qui n'avait pas grand chose à faire, suivi Nanoko. Après tout, la Fyros lui avait promis d'aller faire la fête avec elle quand elles seraient arrivées au campement des Sentinelles, et elles y étaient!
La peine avait été assez dure pour arriver jusqu'ici, elle méritait d'autant plus d'aller s'amuser.


- Nanoko, on est arrivées au camp, maintenant on va s'amuser.

- Il faut d'abord s'installer Aëya, il y a le chariot à décharger, le comptoir à instal..

- T'avais promis! T'es pas marrante, tu veux toujours travailler...

- C'est pas ça... La Fyros laisse échapper un soupire, ce serait tellement plus pratique si Aëya avait un peu plus le sens des nécessité. Mais c'est des choses qu'il faut faire: on doit bien installer les hamacs si on veut dormir ce soir, et..

- Ben on installera quand on sera fatiguées, y'a pas besoin pour l'instant.

- Oui, mais ce soir il fera nuit, et on ne verra rien pour tendre les hamacs. Il faut mieux le faire maintenant, comme ça on peut dormir tout de suite après s'être amusées.. Nanoko sourit à la Trykette. On pourra faire la fête plus longtemps comme ça, si on sait que tout est prêt.

- Avec toi, c'est toujours pareil... marmonne Aëya en allant voir Poilu. Elle s'assit contre le varynx et lui fait ses confidences. Y'en a marre, elle a toujours des bonnes raisons pour travailler.. C'est pas marrant ça..

Nanoko aimerait bien se détendre un peu, mais il faut avant tout installer le campement. D'autant plus qu'elle veut faire bonne impression sur les Sentinelles, et ce n'est pas en s'alliant aux caprices d'une Trykette qu'elle y arrivera.
Elle est aussi pressée d'avoir une discussion avec Gozmoth et Khalzaam, pour fixer les termes de leur partenariat.

Energiquement, elle vide le chariot, et choisit quelques planches de formes particulières. Elle attache les planches sur le chariot, en s'aidant d'encoches et aspérités prévue pour ça.
Peu à peu, son ouvrage prend forme, et Aëya commence à reconnaître le comptoir dans lequel elle a passé sa première nuit avec la Fyros.

La Trykette se lève et va ramasser un hamac plié. Sur la pointe des pied, elle l'accroche aux poutres sur lesquelles, dans son souvenir, le hamac était accroché dans le village Fyros.
Elle regarde Nanoko faire de même puis déclare avec satisfaction.


- Voilà, tout est installé, on va s'amuser!

La Fyros regarde Aëya embêtée. Elle irait bien discuter avec les Sentinelles de leurs accords.

- Je suis fatiguée Aëya, commence-t-elle, et le visage de la Trykette s'assombri.

Cherchant comment se défiler en ménageant la confiance d'Aëya en elle, Nanoko regarde vers le pied de la tour et voit Gozmoth, Khalzaam et des Sentinelles du camp en pleine discussion.

"Ils on l'air bien occupés", se dit-elle avec déception. Apparement, elle ne pourra pas avoir son entrevue aujourd'hui.


- Je.. reprend-elle en regardant la Trykette.

- Allllerr, et puis tu pourras vendre des trucs peut-être..

Nanoko laisse échapper un rire. Elle devient maline la Trykette. Mais elle n'a pas tort, c'est bien pour prendre contact avec d'autres peuple qu'elle a choisit de partir sur les routes. Aux côtés des Sentinelles pour bénéficier de leur protection, mais avant tout pour commercer.
Un premier contact avec les Trykers de la région ne serait pas une mauvaise chose. Et puis, comme elle avait à ses côté une Trykette disposée à lui faire partager ses coutumes festives, autant en profiter. Finalement, elle ne pouvait rêver mieux: c'est important pour le commerce de pouvoir établir une relation de confiance, et pouvoir pénétrer le mode de vie d'une communauté est un atout favorable pour forger cette relation de confiance.


- Bien, allons y... Montre moi d'abord ce que je pourrais vendre sur une plage Tryker.

La Fyros avait beau avoir passé une partie de sa jeunesse au milieu de Trykers, il y avait toujours une barrière entre leurs peuples qu'elle n'avait pas réussit à abattre, ou évité de le faire. Pour un Fyros, dont la vision du monde est assez pratique, les besoins sont simples: ce qui est utile à la survie. Alors évidement les besoins incongrus et futiles des Trykers leurs sont difficilement compréhensibles.

Aëya hésite puis dit à la Fyros sur le ton du reproche


- Hé, mais on va pour s'amuser, pas pour vendre et travailler.

- On va pour s'amuser, mais je peux voir en même temps si je peux vendre quelques trucs, ça fera plus de graines pour s'amuser. Aller, montre moi ce qui a de la valeur pour un Tryker, s'il te plaît Aëya.

La Trykette reste méfiante et se dit que si elle dit à Nanoko ce qu'elle veut savoir, elle va passer son temps à vendre sur la plage. Mais d'un autre côté, la Fyros ne semble pas prête à bouger sans avoir eu ses informations.
C'est de mauvais gré qu'Aëya désigne divers babioles empilées dans le chariot.


- Ca... ça aussi... et ça, mais je veux le garder.

Nanoko considère les morceaux d'écorce que la Trykette veut conserver, et ne cache pas son étonnement.

- Ca? Tu es sûre? C'est qu'un bout d'écorce, on en trouve plein dans le désert.. elles se détachent des racines. Je me demande d'ailleurs pourquoi y'en a dans le chariot.

- C'est moi qui l'ai mise. Y'en n'a pas de comme ça chez les Trykers, elle est toute durcie avec le soleil. Chuis sûre qu'on peut faire des trucs bien avec... mais chais pas quoi, onc'Bara n'avait pas d'écorce comme ça pour faire des trucs.

- Bon, d'accord, dit la Fyros en reposant l'écorce dans le chariot. D'autres choses?

- Oui, les graines.

- Les graines? reprit Nankoko en plongeant la main dans sa bourse.

Aëya prend la main de la Fyros et l'ouvre sous ses yeux. Du bout du doigt, elle désigne certaines graines.


- Celles-ci, et celle-là aussi.

Nanoko regarde les graines désignées et demande confirmation à la Trykette.

- Tu es sûre? Elles ne valent rien pourtant ces graines, y'en a même une qui va bientôt éclore.

- C'est celle qui vaut le plus. C'est des graines de fleurs du désert. C'est des jolies fleurs et y'en n'a pas près des plages. Pour les mariages, ça fait des très jolis cadeaux.

Nanoko se dit qu'elle aurait pu rendre la monnaie avec ces graines et elle est bien contente qu'Aëya soit si désinvolte avec de tels renseignements.

Aëya aide Nanoko à charger le mektoub et elles se mettent en route.
En quittant le camp, Nanoko prévient le vigile qu'elles vont établir des relations commerciales avec les Trykers.

Sur la route, Aëya planifie toute leur sortie à la plage, énumérant toutes les choses amusantes qu'elles pourront faire jusqu'à ce que Nanoko l'interrompe en lui demandant quel prix elle pourrait tirer des différentes marchandises qu'elles ont avec elles.

Sans grande passion, la Trykette répond très subjectivement avec son imaginaire et selon son jugement esthétique des objets désignes.

Alors qu'elles se rapprochent de la plage, des cerf-volants commencent à se faire voir dans le ciel, et Aëya s'arrête pour mieux les regarder.
Elle pousse un cri de joie et va se coller contre Nanoko.


- On reviendra demain soir, hein? allerrrr...

- Demain soir? mais pourquoi? qu'est-ce qu'il y a?

- Une surprise... répond la Trykette rayonnante de joie. Aller, dit...

Le chemin se poursuit ainsi, Aëya tentant d'arracher une promesse à Nanoko peu disposée à s'engager sans savoir ce qui se cache derrière "demain soir", et les deux amies arrivent enfin sur la plage.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de nanoko
nanoko
Alpha & Oméga
 
Avatar de nanoko
 
Comme à son habitude la trykette était plongée dans une longue discussion ou elle
répondait à ses propres questions.

Quand à la fyros elle était de nouveau silencieuse, regardant les paysages, appréciant la
topographie, imprégnant ses yeux du parcours.

Le soleil était au zénith et la chaleur se faisait ressentir, ce n'etait pas pour lui déplaire
cela lui rappelait le feu du désert,

les trykers au loin avaient disparus avec leurs cerf-volants,

par cette faculté de se fondre dans les paysages en un éclair,


- ou sont ils encore passés dit elle contrarièe, ont ils peur de nous ?

- Non répondit la trykette en souriant, ils savent qui nous sommes et ou nous allons, les
sentinelles d'Atys n'auraient pas pu finir leur tour dans le cas contraire,

- c'est l'heure du repas rajouta t-elle et de la sieste, ils reviendront ...

La fyros se résigna à ne pas les poursuivre,

- et bien attendons les ici dit elle,

Ils s'assirent face à l'immense lac qui devait certainement avoir des canaux secrets vers

une des baies de la mer,

la surface du lac était devenu un miroir étincellant, au loin on pouvait encore deviner
la tour des sentinelles.

Le repas fut rapidement échangé la fyros préférant la viande séché de mektoub et la trykette
la chair de cococlaw,

Poilu ne voulant louper aucune occasion de remplir son estomac s'était aussi résigné à
des bouts de cococlaw meme s'il était évident à ses grimaces de mastiquation
que c'était loin d'etre son plat préféré,

La trykette était sur le point de s'assoupir quand la fyros la réveilla en parlant, ce qui
lui fit pousser un soupir d'exaspération


- Profitons de ce temps de libre pour mettre à jour mon registre marchand dit elle.

Elle saisit un tube circulaire de bois hermétique habilement caché dans le charriot.

- Ah tien ça je ne l'avais pas vu dit spontanément la trykette, étouffant génée sa
phrase pour ne pas apparaitre comme une fouineuse,

la Fyros enleva le capuchon de bois, renversa le tube puis secoua,

des feuilles enroulées de parchemin fin et des craies de couleurs tombèrent


- chouette dit la trykette on va faire des dessins, mon oncle en a plein dans un coffre ...

- ... Et il te dit de ne pas y toucher car c'est fait pour des choses sérieuses et pas pour les
gaspiller bètement.

- oui ... soupira t-elle

- voici le registre de Somalis, il n'y a personne pour l'instant mais je ne désespère pas dit
la fyros dépliant un des parchemins,

[i]Sur le registre figurait les métiers sociaux de base les plus connus de la planète arbre
des récolteurs aux marchands en passant par les artisans, chaque espèce était
consignée.

- Nous sommes une grande famille dit elle mais pour l'instant nous ne le savons pas encore,

- et toi comment sais tu tout ça dit la trykette intriguée,

- Tu ne connais pas tout sur mon comptoir, il y a une vieille bibliothèque cachée, je te la
montrerai un jour.

[i] la trykette parcoura la liste et s'arreta sur un mot qu'elle connaissait bien
"maitresse des lacs",

c'est ça que je veux devenir dit elle d'un ton décidé,

- Alors nous pourrons peut etre nous associer lorsque tu en sera certaine et tu apposeras
ton nom sur ce registre dit nanoko re-roulant le parchemin et le remettant dans le tube.

Poilu assoupi se releva brusquement fixant le lac et humant l'air marin,

pourtant il ne grognait pas,

au bout de quelques instants la fyros pu entendre ce qui captivait le félin,

quelques notes de musiques venaient d'une masse flottante sur l'eau,


Une trykette d'un age moyen était jonchée sur un animal aquatique nageant calmement vers

le rivage,

Il semblait que l'animal répondait à chaque mélodie de la flute placée à l'avant de la

selle,

Une fine ombrelle au dessus de la trykette la protégeait du soleil,

tandis que l'arrière de la selle contenait tout un bric à brac.


- ravie de te rencontrer nanoko dit la trykette, bonjour aeya,

visiblement les trykettes se connaissaient tres bien,

elle connait dejà mon nom pensa nanoko, sans doute ces cerf-volants, de véritables messagers se dit
elle


- Je m'appelle orphéa je suis Colportrice et toi tu es aussi marchande, une caravanière des
sables dit elle

- en effet dit la fyros.

- bien, alors faisons affaire veux tu ?

[i]Les principales babioles furent rapidement échangées ainsi que les graines de fleurs du desert
sans intéret pourles fyros dont avait parlé aeya,

Mais un objet retint l'attention d'Orphéa, il s'agissait d'une lance robuste fait de bois durci

et d'une pointe en ivoire,

- ça dit elle c'est magnifique, en retraillant la pointe on peut en faire facilement un superbe harpon,
tu en a d'autres, tu peux me les faire,

- je peux en avoir d'autres dit nanoko, seuls les artisans fyros de la cité interdite les font dans des forges
à haute température, je t'en apporterai,

- Je n'ai pas beaucoup de graines mais prends ce que tu veux en échange dit orphéa carressant la lance de ces
mains,

La fyros pris un bon paquet de matières premières, les artisans de la cité interdite lui avaient
fait confiance,

en échange elle devait ramener de la matière première introuvable dans les déserts et pourtant indispensable,

elle craqua tout de meme pour un magnifique collier de coquillages fins,

la trykette pris aussi ce qui lui semblait indispensable dont trois cerf-volants, une boite de maquillage, et finit
apres un coup de coude de nanoko, par l'outillage de base de l'artisanne tryker néophyte.

L'apres midi était déja bien entamée quand orphéa pris congés, s'éloigna et disparu à nouveau à l'horizon du lac.


Orphéa sur sa monture aquatique :
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de YaPaDeSouci
YaPaDeSouci
Alpha & Oméga
 
Avatar de YaPaDeSouci
 
Au campement, tout etait calme : Gozmoth et Khalzaam donnaient leurs directives se contredisant parfois l un l autre, AsSaSsiN tentait de se rendre util mais le bricolage n etait pas son point fort et on le lui faisait comprendre. Quand a Bhalou, il meditait un peu a l ecart.

Gozmoth avait bien recupere en l espace d une nuit. Elle boitait encore un peu mais cela etait compensee par sa forte voix.

Khalzaam s approcha du Matis a qui on avait demande de couper du bois a l ecart pour qu il evite de ralentir la construction du batiment.


Que veux tu Fyros ? demanda AsSaSsiN tout en continuant a couper son bois.
Tu travailles durement... C est bien ! felicita le Fyros.

La conversation continua sur des banalites affligeantes.

Puis je esperer un jour rejoindre votre puissante Armee ? demanda le Matis
Montre nous que l on peut te faire confiance aveuglement et peut etre un jour nous t accepterons. Nous nous mefions des homins de ton espece. Tu peux le comprendre je pense...

AsSaSsiN aquiesca d un geste de la tete.

J aimerais que tu ailles sur la plage surveiller Nanoko et Aëya. Je n aime pas beaucoup qu elles soient seules. Elles ne peuvent pas se defendre comme nous. Et puis entre nous je suis sur que cela t interessera plus que de couper ce bois dit le Fyros en clignant un oeil malicieux.
Bien je mis rend de ce pas repondit t il.

AsSaSsiN reequipa son armure et ses armes on ne savait jamais il valait mieux etre prudent et prit la direction de la plage.
Arrive sur les lieux il vit Aëya faire bronzette allonge au soleil alors que Nanoko griboullait avec acharnement des sortes de vieux parchemins.

Vous n avez pas de soucis ? demanda AsSaSsiN
Aëya etonne de le voir ici repondit un peu depite :

Nan mais Nanoko avait dit que l on jouerai et elle passe son temps a ecrire et a travailler... Je m ennuies...

Le Matis deposa ses armes et son armure principale a terre bien alignes.

Tu as pas besoin de nous montrer tes muscles. On s en fiche tu sais repondit Aëya.

AsSaSsiN s approcha d elle et avec un grand sourire l attrappa au niveau de la taille. Elle ne pesait pas bien lourd et la soulevait pour la mettre sur son epaule ne fut pas un gros probleme.

Lache moi tout de suite espece d imbecile ! Que comptes tu faire vil Matis ! Depose moi a terre ou je cri !

Il n avait que faire des cris cela l amusait d autant plus qu elle se debatait. Soudain, il se mit a courir en direction de l eau avec Aëya sur l epaule qui gigotait dans tous les sens. Arrive a mi taille pour lui il prit Aëya dans ses bras et la jetta dans l eau tout en rigolant aux eclats.

Aëya comprit a ce moment qu il allait joue avec elle dans l eau. Toute heureuse elle se mit a nager comme un poisson autour de ce Matis qu elle et son peuple haïssent tant pour l eclabousser.

Nanoko malgres les propositions de venir jouer refuser poliment pretextant un travail urgent sur ses vieux documents.

Le soleil se coucha doucement sur le lac. Il etait tant de rentrer.

Dis ? Dis ? Dis ? Demain, on recommence ? Hein s il te plait ?
Je ne sais pas M'Selle... Cela dependra du travail que l on me donne a effectuer.
Je veux que ce soit le meme que celui d aujourd hui ! J aime bien que tu travailles comme ca !

AsSaSsiN se mit a rire aux eclats.

On verra... Aller viens !
Il prit la jeune Trykette dans ses bras et l installa sur son epaule gauche. Elle n avait jamais vu le monde d aussi haut et elle en etait tres fiere.

Regarde Nanoko ! Je suis plus grande que toi !
Oui je vois ca repondit elle avec un sourire.

Le campement etait en vu AsSaSsiN posa la Trykette sur le sol et elle courru en direction du premier qui voudrait bien entendre tout ce qu elle avait fait durant l apres midi.
Nanoko et AsSaSsiN quand a eux se dirigerent vers le feu et prirent place au milieu des guerriers.

La situation semblait preoccupante...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Aëya
Aëya
Alpha & Oméga
 
Avatar de Aëya
 
Lorsque Nanoko et AsSaSsiN prennent place autour du feu, tout le monde écoute en silence Bhalou parler. Pour AsSaSsiN, habitué aux réunions souvent houleuses de son peuple, ce sens de la discipline est presque déroutant.

A intervalles réguliers, plantés sur des piques, des morceaux de viande rôtissent, et de temps en temps, un guerrier se penche pour plonger la main dans le feu.
Les flammes dansent alors contre son visage et les ombres projetées font penser à deux lutteurs qui se battent dans un ballet aérien. Et au milieu de son visage, ses yeux restent froids et fixent le foyer, il expriment le respect et la volonté, la lutte du Fyros contre les flammes.
Enfin, le guerrier se redresse, tenant dans sa main un morceau de viande grillée. Dans le feu, la pique vide témoigne du combat.

Le Zoraï ne parle pas fort, mais outre sa voix, on n'entend que le crépitement du feu.


- ... le mal fissure l'écorce et s'engouffre dans ses fissures pour remonter à la surface. Ainsi ai-je perçu la souffrance d'Atys, termine Bhalou.

Gozmoth et Khalzaam échangent un regard pendant qu'un guerrier se lève et plante sa lance dans le feu.


- Que triomphe le brave et périsse le goo! Par mon serment de Sentinelle, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour lutter contre les ennemis d'Atys!

L'intervention n'est pas relevée, mais pour bon nombre de vétérans, cette nouvelle recrue ne survivra pas à sa première chasse.
Une fois que l'éloquent Fyros s'est rassis, Khalzaam regarde Bhalou et lui demande:


- Aurais-tu des indices sur ce.. mal? Où peut-on le trouver? Nous luttons pour défendre Atys, mais nous avons besoin de savoir où Atys a besoin de notre aide.

- La souffrance d'Atys est difficile à supporter, et pour avoir plus d'information sur le mal, je dois partager la souffrance d'Atys suffisamment longtemps pour en savoir assez sur ce mal. Je devrai méditer, pendant longtemps, sans doute toute la nuit, mais je saurai où combattre ce mal, et sa nature.

- Soit! Médite donc pendant la nuit, nous partirons en chasse demain au petit matin, tranche Gozmoth, en s'appuyant sur sa lance pour se lever.

Khalzaam la regarde faire. Elle n'est pas en état de combattre, mais il se gardera bien de lui faire part de ses impressions. Il sait que demain, au petit matin, elle sera levée avant tout le monde, et qu'une fois de plus, elle dirigera la chasse.
Elle est fière et têtue, et aveuglée par son "devoir", mais elle devrait prendre un peu plus conscience de ses propres limites.

Bhalou part s'isoler dans un coin et commence sa méditation. Il dispose d'étranges objets autour de lui, pour l'aider dans sa communion avec Atys.

La plupart des guerriers, les valides, sont restés autour du feu, attendant que Khalzaam leur donne les instructions pour le lendemain.

Différents plan de chasse sont évoqués, et des guerriers sont nommés pour différents rôles.

AsSaSsiN suit en silence la discussion, et espère qu'une chance lui serait donnée au cours de cette chasse de prouver sa valeur.
(Je laisse jouer ça entre les concernés: Gozmoth, AsSaSsiN et Khalzaam.)

Nanoko ne se sent pas très concernée par ces préparatifs. Elle est venu pour commercer, par pour risquer sa vie. Aussi elle décide de quitter le cercle pour aller se coucher.

Entrant dans le comptoir, elle trouve Aëya endormie dans son hamac.
La Fyros trouve que son amie exagère quand même un peu là, et s'empresse de réveiller la Trykette.


- Aëya, c'est mon hamac ça. Descend et va dans le tiens, je veux dormir aussi.

- mmhh, il est plus grand celui-là, répond la Trykette dans un demi sommeil, puis elle se retourne.

- Ben évidement il est plus grand, c'est le miens! Et je suis plus grande que toi! Aller descend!

- T'es pas marrante toi.. en plus on ne s'est même pas amusées ensembles cet après-midi.. AsSaSsiN était plus drôle que toi même. T'as juste fait du commerce avec Orphéa et écrit des trucs sur tes papiers..

Aëya descend du hamac et va se coucher dans l'autre hamac sans rien dire. Rapidement, elle se rendort.

~ * ~

Le lendemain matin, Nanoko est réveillée par des bruits de coups répétés.
Du pied, elle écarte légèrement la tenture qui ferme le comptoir et constate que le soleil a déjà commencé sa course dans le ciel. Elle fait donc une rapide toilette et s'habille.

En sortant, elle constate que le camp est pratiquement désert. Seuls quelques guerriers montent la garde, la plupart sont blessés, et Aëya, assise non loin du chariot donne des coups de masse sur son morceau d'écorce du désert.
Les coups de la Trykette résonnent dans l'enceinte du camp, mais elle ne semble pas s'en soucier.


- Ainsi, ils sont parti chasser, commente-t-elle à voix haute, et se dirige vers Aëya pour voir ce qu'elle fait.

A quelques mètres de la Trykette, elle reconnaît la boite d'outils achetée la veille a Orphéa, intacte. Seul un emplacement est vide.


- Tu n'utilises pas les outils qu'on a acheté, Aëya?

- Non, je préfère les miens, ils sont mieux.

- Les tiens? Mais pourquoi tu m'en as fait acheté si tu en avais déjà? Nanoko n'en croit pas ses oreilles.

Aëya brandi un petit ciseau avec un grand sourire.


- J'en avais pas de comme ça, et c'est très pratique.

- Tu n'aurais pas pu prendre juste celui qui te manquait alors?

- Elle n'aurait pas voulu, les boites comme ça, ça se vend tout ensemble, toujours.

La Fyros est commerçante, et sait qu'Aëya dit vrai.

- Mais je ne savais pas que tu avais des outils.. Tu les as eu où?

Aëya ramène à elle un paquet soigneusement emballé dans un morceau d'étoffe. Elle déplie l'étoffe et révèle une boite magnifique en bois sculpté.
Elle ouvre la boîte, à l'intérieur, soigneusement rangés dans des compartiments et maintenus avec des cales, tout un jeu d'outils de qualité remarquable.


- C'est mon onc'Bara qui me les a donnés, dit-elle en guise d'explication.

- Eh bien! C'est un beau cadeau.. Il vaut très cher ton coffret, mais tu est assez douée pour avoir besoins de tels outils?

- Il avait dit que je pourrai les prendre, alors ils sont à moi maintenant.

Et Aëya tape avec plus de vigueur sur son morceau de bois, comme pour mettre fin à la discussion.

Nanoko ne sait que penser de la boîte à outils, ils sont dignes d'un artisan de très haut niveau, mais que font-ils dans les mains d'Aëya?
La Trykette aurait-elle plus de talent qu'elle ne le laisse croire?
A-t-elle volé la boîte à son oncle?
Nanoko chasse vite cette dernière hypothèse de sa tête. Aëya lui est très sympathique, et marchante qu'elle est, elle ne peut supporter l'idée de vol.

Elle décide de laisser Aëya à son ouvrage, et d'aller mettre sur pied l'organisation de son comptoir. Elle a toujours des accords à négocier avec les Sentinelles.

Elle s'installe sur le rebord du chariot et déroule ses parchemins. Elle remarque alors une tête souriante dessinée juste en dessous de "Maîtresse des vents".
Elle pousse un soupire et sort du comptoir en criant?


- Aëya...

- Oui? Regarde ce que j'ai fait..

Mais Nanoko ne regarde pas le bout d'écorce, elle brandit sa liste avec le dessin dessus.

- Je t'avais dit que c'était des choses sérieuses, qu'il ne fallait pas gaspiller bêtement.

- Tu m'avais dit de mettre mon nom quand je serais sûre, alors j'ai mis.

- Sûre? Ton nom? Moi je vois juste une tête dessinée.

- C'est moi.

- Un nom, Aëya, pas un dessin de tête.

- C'est plus joli comme ça je trouve moi, et puis mon nom, j'arrive pas.

- Tu ne sais pas écrire?

Sans un mot, Aëya attrape le registre et un crayon dans les mains de Nanoko, et trace très grossièrement à côté du visage les lettres A E Y A.
Nanoko la regarde faire sans un mot, elle est bonne pour refaire son registre de toute façon.
Puis elle regarde la Trykette avec sérieux, elle n'a que moyennement confiance en la notion de certitude d'Aëya.


- Et puis, tu es sûre? Je préfère qu'on en discute avant..

- On en discute: je suis sûre.

- Il y pas si longtemps, tu voulais "faire des aventures", et maintenant..

- Je veux toujours faire des aventures. Et je veux aussi faire des trucs, comme onc'Bara. Mais avant si je faisais des trucs, je ne pouvais pas faire d'aventure. Maintenant, si je vais avec toi, je peux faire des trucs et des aventures ensembles. Et puis toi, tu sais vendre les trucs. Moi j'arrive pas...
Lien direct vers le message - Vieux
Odysseus
Empereur
 
La tour des sentinelles ne finissait pas d'émerveiller Khalzaam et Gozmoth. Comme un rêve prenant enfin un début de réalité.

Dès l'aube, avant de partir à la chasse, ils décidèrent de l'inspecter
Leur visite ne fut pas aussi longue et précise qu'ils l'auraient voulu mais ils s'accordèrent pour revenir et inspecter la tour dans ses moindres recoins pour voir si tout avait été fait selon les directives qu'ils avaient donnés quelques mois auparavant.

Ils ne doutent pas vraiment que les travaux aient pu être baclés, les fyros mettent toujours un point d'honneur à bien faire les choses, mais ils doivent en avoir le coeur net.

Ils en firent le tour sans se parler.
A peine parfois échangeaient-ils un regard approbateur ou un froncement de sourcils quand ils voyaient une chose ou l'autre dont ils ne se rappelaient pas avoir parlé au cours des longues discussions qui avaient eu lieu avec les artisans chargés de la conception de la tour.
Ils prenaient note mentalement de toutes les questions qu'ils devraient poser aux artisans concernant ces détails.

Leurs pas les conduisirent naturellement à la forge. Plusieurs artisans étaient déjà à l'oeuvre pour parachever l'ouvrage.
Tous occupés qu'ils furent chacun d'entre eux avait remarqué leur entrée et les avait salué discretement à la manière Fyros, sans arrêter leur travail.

L'un d'eux pourtant arrêta son ouvrage et s'avança vers eux.

Khalzaam étonné qu'un artisan Fyros laisse tomber son travail jeta un oeil au plan de travail pour voir à quoi celui-ci était occupé.


-Ah!, se dit-il, des chevilles en os, rien de trop important...bizarre pourtant. Et en plus je ne le connais pas celui-là.

Jetant un coup d'oeil discret à Gozmoth il constata que celle-ci était au moins aussi perplexe que lui et nettement plus méfiante.

Arrivé près d'eux l'inconnu s'inclina suivant le salut des présentations officielles.

C'était un Fyros de taille moyenne encore jeune, sérieux comme la majorité de sa race et connaissant manifestement très bien les us et coutumes du désert de sciure.


-Je suis Oddyss, Artisan.

Connaissant parfaitement eux aussi les usages Gozmoth et Khalzaam lui rendirent son salut.

-Je suis Gozmoth, Guerrière répondit-elle d'un ton rèche.

-Je suis Khalzaam, autre Guerrier répondit-il avec humour et un sourire pour atténuer la froideur de l'acceuil de Gozmoth.

-Que fais-tu donc ici frère Artisan ajoute-til sans se départir de son sourire.

-J'ai fait un long voyage pour avoir l'occasion de me joindre à vous frère Guerrier. En votre absence j'ai mis mes mains et mes capacités au service de mes pairs en cet endroit.

-Sais-tu que tu devras prouver ton utilité et te soumettre à des épreuves pour te joindre à nous demanda Gozmoth sèchement.

L'Artisan hoche la tête en signe de compréhension et d'acceptation.

-Bien! dit Gozmoth. Parmis les gens qui veulent aussi nous rejoindre il y a une jeune marchande qui veut installer son comptoir sous la protection et en association avec les sentinelles. Elle s'appelle Nanoko. Il me semble avoir vu son comptoir déjà installé.

-Je lui rendrais visite dès que j'aurais terminé ces quelques travaux

-Gozmoth dit Khalzaam il est l'heure de partir à la chasse.

-AU revoir frère Artisan dirent-ils presque choeur! Que ta main soit sûre.

-Au revoir souer et frère Guerrier, Que la chasse vous soit profitable répondit-il rituellement.

Les deux guerriers paris sans plus de cérémonie, il retourne a son travail et le termine consciencieusement avant de se mettre à la recherche de la nommée Nanoko.
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums des temps anciens > Ryzom > Ryzom - L'âge de la Graine > Nanoko & les sentinelles d' Atys
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Modérateurs et équipe


Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Les vidéos de Ryzom RSS
Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 17h37.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite