JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 782 (sites) | 1425 (forums)Créer un compte
Forums divers
La Taverne
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > [aelita+eXistenZ] Pot-pourri essayisme sf RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Rollback
Alpha & Oméga
 
Wink
Délire sur les vaisseaux et les hangars
Citation:
Provient du message de Loupidoux
La prochaine fois que tu vois un film de Sf, regardes bien la forme des vaisseaux et leurs hangars ainsi que la manière dont ils les pénètrent...
Tiens au fait, voilà un sujet intéressant à joindre au chapitre "SF ou le sexe mécanisé" de l'essai en gestation !

Comme le fait si bien remarqué Loupidoux, pourquoi diable dans les films de SF y voit on toujours un vaisseau, ou pour être plus général, un véhicule pénétrant dans un hangar plus ou moins accueillant ???

Adepte de la psychologie de comptoir et pervers notoire, je pense tout naturellement que le vaisseau symbolise un pénis et le hangar un vagin. D'ailleurs, cette pénétration, souvent lente et ritualisée (procédurier comme des préliminaires ?) me conforte dans cette idée. Ainsi, voyez la danse de la navette avec la station spatiale dans 2001 l'Odyssée de l'Espace, magnifiquement mise en musique avec le Beau Danube Bleu de Strauss.

Mais attendez ! Si cette théorie s'avère vrai, que dire alors des assauts violents de bases spatiales ? L'attaque de l'Etoile Noire dans la Guerre des Etoiles peut-elle être considérée comme un viol ? Absurde ! Luke Skywalker est le gentil de l'histoire, il ne peut pas commettre un acte aussi vil !

Il me faut donc admettre que la symbolique derrière cette pénétration de hangar par des vaisseaux dans les films de SF n'est pas sexuelle ou du moins ne l'est pas complètement.
[/quote]

Citation:
Ainsi que la manière dont ils se rangent dans d'autres vaisseaux...
Ah ici réside peut-être la véritable symbolique : le gros vaisseau mange le petit. Dans l'ingestion, le hangar s'approprie le vaisseau qu'il avale. Il le fait sien et l'assimile. Malheureusement, l'idée quoique originale, ne tient pas la route car il arrive au petit vaisseau de sortir intact du hangar par la voie qu'il a utilisé pour y entrer. A la rigueur, s'il avait été endommagé, le doute aurait été permis.

On pourrait aussi penser à une sorte de retour matricielle, tentative désespérée de revenir dans un utérus nourricier et protecteur. Après tout, si le vaisseau entre dans le hangar, c'est souvent pour être réparé et reposé (faites le plein Pompiste !). En cela, l'acte ressemble étrangement à un comportement marsupial. Mais qui oserait dire que l'USS Enterprise est un kangourou ?

Non, je suis au regret de m'avouer vaincu : si une symbolique existe dans le phénomène du vaisseau entrant dans le hangar, elle m'échappe.
Lien direct vers le message - Vieux
Darkmore
Alpha & Oméga
 
Darkmore frime sa race...
Rahh les vandales ... déjà le titre laissait paraitre un avoeu et un paradoxe mais voila ti pas que certains en rajoutent.
Avoeu parce que Baai indique clairement que son post est un florilège d'idées ... paradoxe parce que eXistenZ n'est pas vraiment un film de science fiction.

Bon alors je m'en vais donner mon avis en quelques paragraphes ... ça va être long et inutile mais hé ! on est entre nous (et puis ça arrive si rarement ).

Bon déjà sur eXistenZ Rolleback ouvre la voie mais la referme un peu vite (comme dit plus ou moins Baai).
Il faut situer les choses et surtout le personnage de Cronenberg. Bien que certains essayent aujourd'hui de le faire oublier (les salauds) Cronenberg était autrefois un géniale et inventif réalisateur de séries B, voir même de séries Z (Scanners et ses têtes qui explosent, Rage et ses acteurs qui bavent abondamment avec leurs pédoncules sous le bras). Puis chemin faisant il a retravaillé son style pour aboutir à mon avis au top de sa carrière avec des films toujours aussi viscéraux (au sens premier du terme) mais plus fin et peut être plus intelligents (Faux semblant et ses gynecos barrés, La mouche et sa transformation humide, Le festin nu et ses anus qui parlent).
Donc un type effectivement très porté sur "la chose", mais je pense pas que le stade anal freudien soit vraiment la bonne approche. En fait Cronenberg dis lui même que les humains sont plus beau de l'intérieur. D'après moi c'est une approche assez naturaliste; En France Antoine avait déjà ouvert la voie entre le 19eme et le 20eme siècle en apportant directement des morceaux de viande sur la scène de son théâtre-libre: on ne peut pas tricher avec ce qui nous entoure, on doit reproduire les chose jusque dans les détails les plus vulgaires ... viendront ensuite le grand guignol et le film gore (et oui).
Si obsession anal il y a c'est plutôt parce que comme la bouche ou d'autre orifices c'est une porte ouverte sur l'intérieur.
Dans le festin nue (avec une grosse influence Burroughsienne quand même) c'est d'autant plus le cas que l'anus/machine à écrire est le moyen de communication entre le héros et ses employeurs fictifs (?).
Dans le film qui nous intéresse ici c'est encore une fois le cas ...

Rolleback a raison en disant que Cronenberg fait avec eXistenZ un film porno (comme tout ses autres films) ... mais par parce que le film est scatologique, parce que Cronenberg cherche encore une fois à étudier un moyen de pénétrer le corps autant que le psychisme de ses protagonistes.
A trouver "la chose", machine forcement organique avec laquelle fusionner pour aboutir au pure plaisir, à l'osmose ... pour Bev (ou l'autre frangin de faux semblant) ce n'est rien de moins que se greffer à son frères, pour Brundle c'est la mouche ect ect ...

Enfin bref tout ça pour dire que l'on est très loin de la science fiction.
... attention on s'accroche pour la deuxième partie

Quand est apparue la SF ?
Je serais incapable de répondre à la question, reste que pour moi son apparition se confond avec les premier romans d'anticipation de Verne (tiens tiens encore entre le 19eme et le 20eme)
Indéniablement la SF se nourrit du choque apparu avec l'avènement de la modernité dans l'art, avec les evolutions de la technique, les machines, les avancés scientifiques et les évolutions des moeurs.
Face à tant de nouveautés (et arrivées si rapidement !) l'homme se met à réfléchir, à penser l'avenir (pas penser A l'avenir!) : pour moi la SF est projection (pas boucle temporelle donc).
Mais pas forcement utopie ... elle est simplement vision de ce que sera l'homme ET la machine ... elle est science ET fiction (et oui).
Or beaucoup de film se passent dans le futur sans s'intéresser à la science et au rapport à la technique dans le fond.
En gros Gattaca serait un film de SF ... pas Star Wars (pas plus qu'un western mais c'est un débat à part entière Starwars ).

Cette projection est elle négative (punk ) ou positive (utopiste) ? ... les deux je pense ... d'ailleurs c'est come ça qu'elle est née.
Bien sur 45 et sa catastrophe humaine/scientifique sera une cicatrice profonde et un vrai poids sur la SF ... voir les nombreux films US propagando-naïfs avec leurs insects géants et le célèbre Godzilla au japon.
Mais bien avant on avait anticipé un monde dominé par des tyrans et déshumanisé ... bien sur Metropolis est un aboutissement de la SF ... mais Chaplin avec les temps modernes fait aussi de la SF !!!!

Aller, on a touché au sulfureux avec FV je me lance ..
Je pose deux influences majeurs pour la SF : Nietzche et Oswald Spengler (désolé).
Ces deux types vont finalement proposer chacun une vision de la position de l'homme dans son environnement vers la fin du 19eme ... l'un prévoit le déclin de l'occident et sa noble "Kultur" rurale dans la "Zivilisation" moderne et juive avec une bonne couche d'antisémitisme gerbant (punkisme) l'autre prône le surhumain (utopiste) et son propos sera honteusement détourné par les pangermanistes (utopisme gerbant).

Est ce un hasard si le plus grand film de SF est réalisé par un allemand de gauche en 1927.
Que non, les expressionistes avaient bien sentit que la révolution morte née leur enlevait tout espoires de changement dans ce monde "nouveau" et que les conservateurs allaient rester en place.
Ils avaient bien vue que la modernité qui aurait pu améliorer le style de vie de leur concitoyens servait essentiellement à engraisser les bourgeois et les industriels (Krupp, Stinnes et autre ... ceux là même qui les avaient poussé à la guerre) ... le surhumain en prend un coup.

Je serais tenter de penser que la SF serait indubitablement bolchevique, peut être parce que c'est l'un des rares courant à vraiment étudier le rapport des masses avec la technique ou peut être dans le sens ou on montre très souvent l'exploitations des masses et la dominance bourgeoise (comme dans Soleil Vert) plutôt qu'une société parfaite permettant une osmose entre technique et humain (ou alors les exemples me manques).
Il semble d'ailleurs que la SF soit régulièrement paranoïaque ... ce qui renforce l'idée de naissance dans le traumatisme.

Baai a citer le golem.
C'est assez significatif, le mythe du golem représente bien les promesses de la technique/modernité (il doit sauver le peuple juif) en même temps que son danger (il devient incontrolable).
Il n'est pas étonnant dans ce cas que beaucoup voit dans la bombe atomique de Einstein le golem ultime ... même si il a fallut 45 pour se rendre compte que le golem était une machine, l'idée était déjà dans le(s) film(s) de Weggner (encore en allemagne, encore au début 20 eme !).
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de FautVoir
FautVoir
Alpha & Oméga
 
Avatar de FautVoir
 
Citation:
Provient du message de baai
Ah c'est fourbe, me faire ça à moi... Quand j'aurais retrouvé le dico t'va voir ta gueule toi
Eh eh... je précise pour les autres (puisque je suppose que tu as retrouvé ton dico depuis) : une uchronie, c'est un "et si... ?", un monde semblable au nôtre, à notre époque, mais où un évènement a modifié le cours du temps. Cas d'école : "Et si l'axe avait gagné la guerre ?" Réponse la plus connue : "Le maître du haut-château" de Philip K. Dick.
Lien direct vers le message - Vieux
Darkmore
Alpha & Oméga
 
Citation:
Provient du message de FautVoir
Cas d'école : "Et si l'axe avait gagné la guerre ?" Réponse la plus connue : "Le maître du haut-château" de Philip K. Dick.
Ce qui me fait penser que j'ai complètement zappé la reflexion autour de l'intérêt d'une certaine science fiction pour les sentiments des machines ... a savoir "do androïdes dream of electric sheeps?"

Pas grave j'ai dit assez de conneries
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Elhystan/Loup
Elhystan/Loup [rev]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Elhystan/Loup
 
Euh, je revient à la charge avec la BD, vous connaissez Druillet ?

Vous seriez ravis pour ce qui concerne la scatophilie et le reste du Zizi sexuel...
Lien direct vers le message - Vieux
Rollback
Alpha & Oméga
 
Thumbs up
Hum tout ça prend une belle forme en tout cas. Si à la fin, on obtient la tête de Darth Vader, je dis chapeau !

<Rollback note "Festin nu" dans sa longue liste de films à voir>
<Rollback est un ignare en BD>
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de FautVoir
FautVoir
Alpha & Oméga
 
Avatar de FautVoir
 
Citation:
Provient du message de Darkmore
Pas grave j'ai dit assez de conneries
Oh non, bien peu, même si je vais m'employer à te contredire sur presque tous les points...
Citation:
Quand est apparue la SF ?
Je serais incapable de répondre à la question, reste que pour moi son apparition se confond avec les premier romans d'anticipation de Verne (tiens tiens encore entre le 19eme et le 20eme)
Indéniablement la SF se nourrit du choque apparu avec l'avènement de la modernité dans l'art, avec les evolutions de la technique, les machines, les avancés scientifiques et les évolutions des moeurs.
Face à tant de nouveautés (et arrivées si rapidement !) l'homme se met à réfléchir, à penser l'avenir (pas penser A l'avenir!) : pour moi la SF est projection (pas boucle temporelle donc).
Mais pas forcement utopie ... elle est simplement vision de ce que sera l'homme ET la machine ... elle est science ET fiction (et oui).
Or beaucoup de film se passent dans le futur sans s'intéresser à la science et au rapport à la technique dans le fond.
En gros Gattaca serait un film de SF ... pas Star Wars (pas plus qu'un western mais c'est un débat à part entière Starwars ).
Pas forcément utopie, non. Mais celle-ci en fait partie, se rattache en tous cas au même postulat de base de l'auteur devant sa feuille blanche. Sinon, comment rattacher 1984 à la SF ? Le meilleur des mondes ? Non, l'utopie fait décidément partie de la même famille que la SF (et les voyages extraordinaires, de Gulliver à Verne en passant par... euuuhh... pas d'autres exemples en vue, mais ça me reviendra peut-être avant la fin du post).

Or donc : si l'utopie est une branche essentielle de la littérature de SF (de la spéculation sur les sciences sociales et politiques), il faut donc remonter à Platon et la République, ou au moins à L'Utopie de Thomas More, en 1516, que l'on peut lire dans son intégralité ici, au format PDF (la description de l'île d'Utopie commence en page 33).

La définition de la SF par Pierre Versins, 30 ans après l'avoir lue, me semble toujours la plus juste, parce qu'elle ratisse large, mais pas trop large : "littératures conjecturales romanesques rationnelles. Quatre mots : ni trop, ni trop peu. Selon cette définition, Frankenstein est de la SF, Dracula n'en est pas (le fantastique peut d'ailleurs être défini de la même manière, en remplaçant rationnelles par irrationnelles). Dans le premier cas, et même si la mère Shelley en savait autant en matière de science que moi, et ne cherche d'ailleurs pas à faire illusion, elle prend tout de même le soin de justifier son monstre par une création mécanique. Stoker, lui, puise dans le folklore et prend soin de ne pas injecter la moindre dose de rationalité dans son petit monstre.

Selon cette définition, les films de Cronemberg sont bien de la SF. Ceux de Lucas aussi, même s'il se contente de réécrire Ulysse comme des milliers d'autres avant lui. La SF cesse d'être liée à une thématique (le futur, les robots, les ET) mais repose sur une spéculation. Elle permet de mettre dans la même famille Ballard, Verne, Heinlein et... Thomas More. Elle se détache, surtout, des littératures dites de genre, inéluctablement liées à une époque ou un milieu (polar, western...). Il y a toujours eu de la SF, et il y en aura toujours, elle ne sera simplement pas forcément identifiée comme telle, le terme lui-même étant relativement récent et constituant plus une facilité éditoriale qu'autre chose.
Citation:
Cette projection est elle négative (punk ) ou positive (utopiste) ? ... les deux je pense ... d'ailleurs c'est comme ça qu'elle est née.
L'utopie, dans son vrai sens, est forcément négative. Monde parfait, fatalement figé (puisque parfait), donc mort. Si nous le lisons comme tel, c'est précisément parce que nous venons après les utopies en marche qu'ont été le stalinisme et le nazisme, et que nous savons aujourd'hui que la route vers le monde parfait passe par l'élimination des réfractaires à la perfection. En ce sens, et j'ai un peur en disant ça de faire dévier le thread (surtout si Tauren traîne dans le coin ), le communisme utopique, nous l'avons vu en action, au même titre que le nazisme. D'où 1984, et tout le courant que l'on a appelé à mon sens à tort les contre-utopies.
Citation:
Bien sur 45 et sa catastrophe humaine/scientifique sera une cicatrice profonde et un vrai poids sur la SF ... voir les nombreux films US propagando-naïfs avec leurs insects géants et le célèbre Godzilla au japon.
Mais bien avant on avait anticipé un monde dominé par des tyrans et déshumanisé ... bien sur Metropolis est un aboutissement de la SF ... mais Chaplin avec les temps modernes fait aussi de la SF !!!!
/agree
Citation:
Je serais tenter de penser que la SF serait indubitablement bolchevique, peut être parce que c'est l'un des rares courant à vraiment étudier le rapport des masses avec la technique ou peut être dans le sens ou on montre très souvent l'exploitations des masses et la dominance bourgeoise (comme dans Soleil Vert) plutôt qu'une société parfaite permettant une osmose entre technique et humain (ou alors les exemples me manques).
Il semble d'ailleurs que la SF soit régulièrement paranoïaque ... ce qui renforce l'idée de naissance dans le traumatisme.
Lyssenko et l'agriculture communiste ? Jesaisplusqui et le programme secret eugéniste nazi dans les maternités de jesaisplusquelle région ? (bon bouquin en collection Pluriel sur ce sujet, mais j'ai oublié titre et auteur, grrrrr) On retombe sur le même motif : au XXème siècle, l'osmose spéculative entre technique et humain échappe aux littéraires et passe dans la vraie vie. Devant l'horreur, les littéraires prennent le contre-pied. Mais on ne peut pas parler de naissance. C'est un revirement brutal, un sorte de passage à l'âge adulte (décidément...). Les voyages ont cessé d'être extraordinaires.

Au final, l'écrivain qui a peut-être le mieux synthétisé toutes les formes de spéculation qui conduisent à écrire de la SF (délibérément ou à l'insu de son plein gré), est Herbert dans les 4 premiers volumes de Dune. On y trouve le voyage extraordinaire, le thème messianique, l'utopie en marche, et son horrible concrétisation. Le tout n'étant peut-être qu'une étude peu déguisée des absolus, mais de foutrement belle manière, et sans aucun respect pour les conventions de la littérature sérielle.

Edit :
Citation:
Provient du message de Loupidoux
Euh, je revient à la charge avec la BD, vous connaissez Druillet ?

Vous seriez ravis pour ce qui concerne la scatophilie et le reste du Zizi sexuel...
Oui oui, on connaît bien Druillet. Il fut même notre première occasion de discuter, à Baii et moi, il y a quelques mois. Fais une recherche vers septembre/octobre, ça devrait te plaire (baii a mis 2 mois à me pardonner d'avoir dit que Druillet faisait has-been)
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Pr Jozhef Kelso
Pr Jozhef Kelso
Alpha & Oméga
 
Avatar de Pr Jozhef Kelso
 
Citation:
Provient du message de Irfaela Leane

Quand à Matrix, ExitenZ, Bienvenue à Gattaca, Terminator, Brazil et compagnie, ce ne sont pas des films de science-fiction, fantastique certes mais pas de science-fiction,

Je ne suis pas d'accord avec tout. Si on suit la définition de Todorov, ("Le fantastique, c'est l'hésitation éprouvée par un être qui ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel.") ces films ne sont pas fantastiques.
Certes, le quotidien est bouleversé par un évènement hors du commun, mais Terminator n'est pas surnaturel, il est simplement très évolue.
De même Gattaca, aucun fantastique, un triomphe de la volonté humaine, Vincent n'a aucun pouvoir particulier, il veut simplement réussir.
Brazil, le quotidien établi d'un homme du futur est troublé, ensuite il bascule dans le rêve, mais rien n'est surnaturel.
ExistenZ, ne l'ayant pas vu, je ne prononcerai pas.
Lien direct vers le message - Vieux
Irfaela Leane
Reine
 
Citation:
Provient du message de Pr Jozhef Kelso
Je ne suis pas d'accord avec tout. Si on suit la définition de Todorov, ("Le fantastique, c'est l'hésitation éprouvée par un être qui ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel.") ces films ne sont pas fantastiques.
Certes, le quotidien est bouleversé par un évènement hors du commun, mais Terminator n'est pas surnaturel, il est simplement très évolue.
De même Gattaca, aucun fantastique, un triomphe de la volonté humaine, Vincent n'a aucun pouvoir particulier, il veut simplement réussir.
Brazil, le quotidien établi d'un homme du futur est troublé, ensuite il bascule dans le rêve, mais rien n'est surnaturel.
ExistenZ, ne l'ayant pas vu, je ne prononcerai pas.
Rah je ne voulais pas revenir sur ce qu'il était de la dénomination du fantastique ou science-fiction mais je me sens obligé.

Je vais donc reprendre ce morceau :
Citation:
Le fantastique, c'est l'hésitation éprouvée par un être qui ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel
On notera l'utilisation d'apparence surnaturel. Je doute fort que le voyage dans le temps ne soit pas pour le moment quelque chose en apparence de surnaturel, ensuite si un terminator venait à débarquer avec nos connaissances, il aurait pour moi comme une apparence de surnaturel.

Dans Bienvenue à Gattaca, on pourra admettre que s'y on se réfère aux normes actuelles, les différents protagonistes sont un peu surnaturels non ou tout du moins surhumains ...

Je veux bien faire mon mea culpa concernant Brazil, quoique mais bon Gilliam est hors norme dans son cinéma !

En plus je ne connais pas ce Todorov, c'est juste qu'étant un tantinet cinéphile les films suscités sont classifiés dans le fantastique, c'est arbitraire néanmoins ma façon de voir le fantastique c'est quelque chose qui peut être supposable dans un avenir proche ou en tout cas quelque chose de terrestre, la science fiction n'a rien à voir avec ce qui nous est connus humainement.

Je m'arrête là pour ce point, je travaille à répondre plus correctement chez moi pour débattre du sujet abordé ! Désolé pour le hors-sujet, messieurs !
Lien direct vers le message - Vieux
Darkmore
Alpha & Oméga
 
Citation:
Stoker, lui, puise dans le folklore et prend soin de ne pas injetcer la moindre dose de rationalité dans son petit monstre.
Ben non puisqu'il fait l'inverse ! mais là sur le coup le débat dérive dangereusement sur le fantastique.
En résumé le fantastique c'est l'intrusion d'un élément discordant dans un ensemble stable.
Mais même sans ça Dracula (Vlad Tepes) reste une créature purement romantique (pas au sens féminin Gnagnan du terme ) ... donc une créature qui est constamment "entre" = entre humain/animal, mort/vivant et surtout entre le héros (chasseur d'hérétiques) et le monstre (empaleur)... Stocker introduit une part d'irrationnel dans une figure bien réelle.
Pour Frankenstein c'est effetcivement de la SF parce que Shelley s'intéresse à ce que seront les possibilités (conjecture) apportées par la science (rationnel) vis à vis de la création de la vie (concurrence romanesque avec dieu ... et accessoirement rime riche )
Citation:
Selon cette définition, les films de Cronemberg sont bien de la SF. Ceux de Lucas aussi, même s'il se contente de réécrire Ulysse comme des milliers d'autres avant lui.
J'arrive pas à être d'accord pour SW... c'est vrai que ça a tout pour être de la SF ... sauf la science.
SW n'est pour moi rien d'autre que le mélange de l'Héroic fantasy (princesse en détresse, élue, chevalier baroudeur) et du space opéra (Lucas voulait à l'origine adapté Buck Rogers) ... mis part les costumes et décors on est surtout dans le romanesque.
eXistenZ s'en rapproche puisque le pod c'est la partie (pseudo)scientifique du sujet .. mais comme j'ai dit plus haut le discours est (avantageusement ?) piraté par "l'auteurisation".
Citation:
L'utopie, dans son vrai sens, est forcément négative. Monde parfait, fatalement figé (puisque parfait), donc mort. Si nous le lisons comme tel, c'est précisément parce que nous venons après les utopies en marche qu'ont été le stalinisme et le nazisme, et que nous savons aujourd'hui que la route vers le monde parfait passe par l'élimination des réfractaires à la perfection.
L'utopie est forcement négative d'accord à condition d'insister sur l'idée "a posteriori".
On sait aujourd'hui que la société parfaite se ferrait au prix de sacrifices (dans tous les sens du terme jusqu'au plus tragique).
On sais aujourd'hui comme tu dis que parfait = mort (voir "le meilleur des mondes" où le personnage principal réclame à grands cries le droit à l'inconfort, d'être malade, de vieillir ect)
Même sans cette expérience on peut effectivement dire que Platon et sa république frôle la "poète-phobie" et la "philosophe-philie" (?).
Mais j'insiste sur le fait l'utopiste n'est pas forcement Spenglerien, il peut être Nietzchien ... c'est à dire plein de bonnes intentions (qui a dit soixante huitard ).

Quand est il de la SF? Si elle est effectivement souvent utopiste ce n'est justement que pour mieux montrer les erreurs d'un tel raisonnement .. en gros elle utilise l'utopie pour la démonter en exposer les rouage ( mécaniques ?) et la critiquer ! Du coup je souscrit à l'idée de contre-utopie.
La SF dans la forme est très "révolutionnaire" (d'où bolchevisme) pour moi, ce n'est pas un hasard si elle se retrouve dans la plupart des révolutions récentes (1918, 1945, 1968).
La SF (re "pour moi") est forcement alarmiste, critique ... voltairienne quelque part.

Citation:
On retombe sur le même motif : au XXème siècle, l'osmose spéculative entre technique et humain échappe aux littéraires et passe dans la vraie vie.
Ce qui fait que sur le fond on est totalement d'accord ( ) puisque c'est de cette façon que j'envisage l'expressionnisme allemand post 14/18 (renforcé effectivement par les expériences désastreuse de 39/45 que ce soit en Allemagne ou en Russie).

PS : j'avais oublié - Verhoven fait des films Américains ?? Aarf la bonne blague.
Si Robocop est Américain alors Matrix est germano-slave pour rester dans l'actualité amusez vous à comparez la bouse infâââme qu'est Chicago avec le géniale et cynique Showgirl
PPS :
Citation:
/agree
Ahah enfin tu réveilles le Nerd qui est en toi FautVoir !!!


PPS: pour "les gens" qui débattent sur le fantastique, une définition acceptable (voir plus haut) peut être donnée en "mélangeant" la citation de Todorov et l'idée de Freud selon laquelle on ne peut avoir peur que de ce que l'on connais.
Le fantastique n'est donc pas pure surnaturel, ni pure naturel mais corruption/contamination du naturel par le surnaturel ...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de baai
baai
Alpha & Oméga
 
Avatar de baai
 
Re: Darkmore frime sa race...
Dites, il est vachement pointu ce fil. Je sais plus quoi dire, c'est dur d'attraper les mots qui volent haut

Ah si, une confession : le principe de départ (ma règle) était de rendre malléable la forme même des contributions, lettre à lettre, pour arriver à une représentation purement graphique de notre pensée sur cette Sf (allez, je vais dire anticipation plutôt) audio-visuellée. Les codes bibliques cachées et tout ce bazar, c'était pas une blague. Mais quels enfantillages de ma part, lala.

Je vais faire un exemple à partir d'un extrait Darkmorien... un peu trituré par mes soins pardon, un mauvais exemple, il faudrait plus axer le texte dans une hypothèse totale de la sf, et surtout structurer les choses sans qu'un arbitraire de mise en page se supplante à de saines conclusions qui feraient de la mise en forme une conséquence de la réflexion. Mais c'est pas grave.



Citation:

Rahh les vandales...
Où est-elle la Science ?
Je ne vois que fiction, que dalle,
son post est un florilège,
un couple redox,
un paradoxe.
En conscience,
ExistenZ je l'avale.
Bon alors je m'en vais donner mon a---vis ... ça va être long et inutile mais hé !
Rolleback ouvre la voie le genre est aux abois ?
Il faut situer les choses, surtout le personnage.
Bien que certains essayent aujourd'hui de dire la Sf c'est un huit
les salauds inventifs Z (Scanners Rage
Leurs pédoncules sous le bras. Leurs films toujours viscéraux
(Faux semblant et ses gynecos barrés, La mouche et ses anus qui parlent).

Je ne pense pas que le stade anal freudien soit la bonne approche.
Les humains sont plus beau de l'intérieur.
C'est naturaliste et scientiste d'ailleurs;
Et moi je trouve ça moche.

En France Antoine avait déjà ouvert la voie,
son film "l'hirondelle et la mésange" était une vraie fiction,
et elle n'appelait que la science. Voyez Abyss, voyons,
il fit dix fois mieux 50 ans avant qu'on le voit !

viendront ensuite guignol, gnafron et al gore (et oui).
A trouver "la chose", machine forcement organique
... pour Bev
000000c'est se greffer à Brundle ect ect ...
?
J'espère n'avoir pas trop trahi tes mots Dark...

En tout cas il me semble que nous avons déjà là les prémices d'un motif évident : un temps spiralé, oscillant vers le piriforme - littéralement c'est le futur et l'anticipation qui hésitent, comme si un éternel passé était indépassable. Les seuls lignes libres sont dérisoires et ne semblent là que pour tourner la page, mais à quoi bon dans la mesure où la spirale repart ? On en a déjà parlé : Star wars est complétement symptomatique (comme les autres mais dans une hypothèse poussée au maximum) de cette tendance au recyclage. Quelle conclusion en tirer ? Je manque d'éléments, mais je me demande : et si la SF n'existait pas, et si véritablement elle ne pouvait pas exister au-delà des politiques éditoriales forcément factices ?




Citation:
Provient du message de Loupidoux
Euh, je revient à la charge avec la BD, vous connaissez Druillet ?
La réponse est oui, et même, si ma mémoire est bonne : c'est en faisant un fil sur Druillet dans cette même Taverne que j'ai attiré et capturé FautVoir, hein FV ?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de baai
baai
Alpha & Oméga
 
Avatar de baai
 
Ah, je ne suis pas sûr de pouvoir abonder sur ce qui est dit de l'expressionnisme ici. En même temps comme ça ferait dévier et que ce n'est pas un fil-contradictoire, j'hésite.

Bon, l'osmose spéculative et l'expressionnisme qui réduiraient les littéraires à portion congrue au profit de la vraie vie : je ne vais pas dire que les littéraires qui auraient des liens avec le courant seraient de toute façon dans la vie, ce serait pour le moins bateau. Par contre je me demande, qui était dans la vraie vie à l'époque, dans l'Allemagne expressionniste ? Ou alors on réduit tout à ce signe distinctif d'un peuple qu'on appelle la "stimüng ? (peut-être 2 m)
Pour éviter la controverse, au mieux de l'hypothèse il me semble qu'on est dans un courant d'emblée déconnecté et qui le restera. C'est une féérie noir, on joue avec un impalpable pour se faire peur, et c'est à force de jouer qu'on le convoque. Et puis pour en revenir à la littérature, qui est la vraie référence des expressionnistes si ce n'est Goethe ? C'est bien avec le diable qu'on joue en triturant les proportions et en étendant les ombres. Et c'est un diable faussement connu comme toujours, un inconnu qui, encore une fois les ombres s'étendant, nous fait visualiser quelque chose qui pourrait bien être l'immensité spaciale.
J'en voudrais pour preuve qu'avec les proportions qui changent et les lignes qui partent en tous sens, ces films montrent des mondes en apesanteur.
La chose troublante, c'est l'espèce de schizophrénie des auteurs de cette époque par rapport à cet idée de démon : l'homme allemand est à la fois la victime et le bourreau : il est le démon et celui qui fuit le démon.
"Il faut qualifier tout simplement de démoniaque ce comportement énigmatique à l'égard de la réalité, de ce tout solide et fermé que représente le monde" - Leopold Ziegler.

En poussant un peu l'idée, j'ai envie de dire que la création du monde expressionniste ne sert ni plus ni moins qu'à repousser à l'infini les limites de ce monde clos, donc à dessiner l'espace qui préfigurera celui des films de science-fiction. (et c'est dans ces époques qu'il faut avec souffrance se rendre à cette évidence qu'il n'y a plus d'espaces vierges, plus de grandes zones en friche sur terre).

"Que m'importe mon ombre ! qu'elle me coure après ! Je me sauve et lui échappe... Mais lorsque j'ai regardé dans le miroir, j'ai poussé un cri et mon coeur s'est ébranlé : car ce n'est pas moi que j'ai vu, mais la face grimaçante d'un démon" - Nietzsche.
Dark vador a été fait à l'image de cet homme expressionniste, tiraillé dans ses ombres, au-dedans et à l'extérieur de lui même. Mais c'est presque une image d'Epinal, avec tant de paillettes et d'artifices inutiles : c'était inutile de faire mine qu'il fallait faire ce voyage, dans le temps et l'espace, pour mieux facer le démon - pour la circonstance ridiculement mis en conserve.
Ce qui renforce mes doutes sur la possibilité d'une SF - la composante science pourrait-elle être autre chose qu'un accessoire ?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Elhystan/Loup
Elhystan/Loup [rev]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Elhystan/Loup
 
Citation:
Provient du message de baai
Ce qui renforce mes doutes sur la possibilité d'une SF - la composante science pourrait-elle être autre chose qu'un accessoire ?
Pour relancer, un accessoire ?

Je serais plus enclin à dire que c'est un support et que c'est son emploi qui en fait un trait de fiction...

Je vais me servir de l'oeuvre d'Isaac Azimov sur les robots.

Il y a une grosse part d'anticipation, puis ensuite on parvient à la fiction par le biais de la science...

C'est par le biais d'un ressort qui mêle anticipation et science que l'on parvient à la science-fiction, déplacements sidéraux sidérants, colonisation de planètes, vaisseaux de l'espace... et plus si affinités...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de FautVoir
FautVoir
Alpha & Oméga
 
Avatar de FautVoir
 
Citation:
Ah si, une confession : le principe de départ (ma règle) était de rendre malléable la forme même des contributions, lettre à lettre, pour arriver à une représentation purement graphique de notre pensée sur cette Sf (allez, je vais dire anticipation plutôt) audio-visuellée. Les codes bibliques cachées et tout ce bazar, c'était pas une blague. Mais quels enfantillages de ma part, lala.
Cool ! Je viens enfin de comprendre le sujet ! Par contre, je sais plus trop quoi répondre, du coup...
Citation:
La réponse est oui, et même, si ma mémoire est bonne : c'est en faisant un fil sur Druillet dans cette même Taverne que j'ai attiré et capturé FautVoir, hein FV ?
C'est ce que j'ai dit 3 posts plus hauts... ouh les corneuuuus ! Baii, il lit pas les posts en entier sur ses propres threads... ouuuuuuuuuh !
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de baai
baai
Alpha & Oméga
 
Avatar de baai
 
Citation:
Provient du message de FautVoir
Par contre, je sais plus trop quoi répondre, du coup...
Mais tu as dû remarqué que j'ai moi-même beaucoup de mal, c'est peu dire.
Quant au pourquoi, tu l'as sans doute senti : créer un fil non contradictoire, non bagarreur. Le moyens est assez radical (qui peut se targuer de savoir de quoi on parle ?), mais c'est le seul que j'ai trouvé, et puis c'est une expérience nouvelle.



Citation:
C'est ce que j'ai dit 3 posts plus hauts... ouh les corneuuuus ! Baii, il lit pas les posts en entier sur ses propres threads... ouuuuuuuuuh !
Là je dois m'élever en faux et dire : même pas vrai, ce serait pas possible autrement. La vérité pure, c'est que cette réponse à laquelle tu fais allusion, je l'ai faite hier soir, mais jol ramait... je l'ai collé dans worpad puis tout à l'heure, collé dans le fil, la tête dans le guidon. Voilà. Si c'est hyper crédible, c'est parce que ça l'est
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > [aelita+eXistenZ] Pot-pourri essayisme sf
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 15h24.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite