JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 391 (sites) | 762 (forums)Créer un compte
Forums divers
La Taverne
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Irak : Manif anti-guerre ou pro-Saddam ? RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Grosquick
Grosquick
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grosquick
 

Irak : Manif anti-guerre ou pro-Saddam ?

Un texte edifiant que je viens de lire, un article paru dans le Jerusalem Post, l'auteur est Amir Taheri, ecrivain et journaliste iranien.

Citation:
"Pourrais-je avoir le micro une minute pour dire aux gens comment je vis ?", a demandé la grand-mère irakienne.

J'ai passé une partie de la journée de samedi dernier avec ceux qu’on appelle les manifestants "anti-guerre", à Londres, en compagnie de quelques amis irakiens. Notre but était de persuader les organisateurs de permettre à au moins une voix irakienne de se faire entendre. Très vite, pourtant, il apparut clairement que les organisateurs étaient soucieux d’étouffer la voix des Irakiens en exil qui voulaient dire comment Saddam Hussein se comporte en Irak.

Les Irakiens étaient venus avec des plaquettes où l’on pouvait lire : "Liberté pour l'Irak !" et "Un pouvoir américain, c’est cent mille fois préférable à la tyrannie de Takriti!"

Mais les gros durs qui surveillaient la marche n’étaient pas d’accord avec ça. Seules étaient autorisées des affichettes officielles, fabriquées par milliers et distribuées aux manifestants "volontaires". On pouvait y lire : "Bush et Blair, tueurs de bébés!" "Pas en mon nom !" "Liberté pour la Palestine !" et "Inculpez Bush et Sharon !"

Aucune affichette n’exigeait que Saddam désarme pour éviter la guerre.

Ces voyous stipendiés ont également confisqué des photographies montrant la tragédie de Halabja, la ville kurde, où les forces de Saddam gazèrent à mort 5.000 personnes, en 1988.

Nous avons réussi à aborder quelques vedettes de la manifestation, et, parmi eux, le Révérend Jesse Jackson, champion autoproclamé des droits civiques américains. Une personne de notre groupe, Salima Kazim, une grand-mère irakienne parvint à attirer l'attention du révérend et lui raconta comment Saddam Hussein avait assassiné ses trois fils, parce qu'ils étaient des dissidents du parti Ba'ath; et comment l’un de ses petits-fils était mort dans la guerre que Saddam avait menée contre le Koweit, en 1990.

"Pourrais-je avoir le micro une minute, pour dire aux gens comment je vis?" demanda la vieille Salima, âgée de 78 ans.

Cela n’a pas plu au révérend.

"Aujourd'hui, il ne s’agit pas de Saddam Hussein", s’irrite-t-il. "Aujourd'hui, il s’agit de Bush et de Blair, et du massacre qu'ils projettent de perpétrer en Irak". Salima a dû battre une retraite, et nous à sa suite, tandis que les 'gorilles' du révérend s’approchaient pour protéger Sa Sainteté.

Après cela, nous avons repéré l'ancienne vedette de cinéma, Glenda Jackson, qui, à ce qu’il semble, tenait un stand où des personnalités "pacifistes" pouvaient s’engager à devenir "boucliers humains", afin de protéger les installations militaires de Saddam contre des attaques aériennes américaines.

"Ces gens sont dingues", dit Awad Nasser, un des poètes modernes les plus célèbres d'Irak. "En réalité, ils s’engagent à sacrifier leur vie pour protéger l’arsenal de mort du tyran."

L'ancienne vedette de film, aujourd’hui députée et membre du parti travailliste, n'avait pas de temps à consacrer aux "problèmes secondaires" tels que les 1,2 millions d'Irakiens, d’Iraniens et de Koweitiens, morts à cause des différentes guerres de Saddam.

Nous nous sommes dit que nous aurions peut-être plus de chance avec Charles Kennedy, un rouquin écossais à l’allure juvénile, qui dirige le (mal nommé) Parti Libéral Démocrate. Mais, lui non plus, n’avait pas de temps pour les "questions complexes" qui ne pouvaient être abordées dans un rassemblement de masse.

"Notre rôle, ici, c’est de dire aux gouvernements américain et britannique que nous sommes contre la guerre", proclame-t-il pompeusement. "Il y aura largement assez de temps pour les autres problèmes".

Mais n'était-il pas étonnant qu'il puisse y avoir une manifestation concernant l'Irak, sans la moindre mention de ce que Saddam et son régime avaient fait durant près de trois décennies? Juste une petite suggestion : peut-être Saddam continuait-il d’assassiner des gens dans sa prison de Qasr al-Nayhayah (Palais de la Fin), et, tandis que les Occidentaux défilaient, peut-être des Irakiens continuaient-ils à mourir…

Aucun risque [qu’on nous écoute].

Nous avons alors rencontré Tony Benn, un septuagénaire gauchiste recyclé en journaliste de télévision pour interviewer Saddam à Bagdad.

Mais nous avons appris qu’il ne valait pas la peine de lui parler. Le soir précédent, il était apparu à la télévision pour dire aux Anglais que son ami Saddam défendait la cause des "petites gens" contre "l'Amérique hégémonique".

"Ces gens sont-ils des ignorants, ou sont-ils aveuglés par leur haine des Etats-Unis?" a demandé Nasser, le poète.

Les Irakiens auraient beaucoup à dire aux manifestants "pacifistes", s’ils avaient la chance de pouvoir parler. Fadel Sultani, président de l'association nationale des auteurs irakiens, aurait dit aux manifestants que leur action encouragerait Saddam à intensifier sa répression.

"J’avais quelques questions pour les manifestants", dit Sultani. "N’ont-ils pas pris conscience que l'oppression, la torture et le massacre de civils innocents sont également des formes de guerre? Les manifestants pacifistes sont-ils seulement contre une guerre qui libérerait l'Irak, ou s'opposent-ils également à la guerre que Saddam a menée contre notre peuple durant une génération?"
Sultani aurait pu dire aux pacifistes comment les partisans de Saddam ont tué les poètes et les écrivains dissidents, en leur enfonçant dans la gorge, une par une, des pages de livres interdits, jusqu’à ce qu’ils meurent étouffés.

Hashem al-Iqabi, l’un des auteurs et intellectuels éminents d'Irak, espérait que les manifestants mentionneraient le fait que Saddam avait chassé de leurs maisons près de quatre millions d'Irakiens et rasé jusqu’au sol plus de 6.000 villages.

"Les morts et les destructions causées par Saddam dans notre pays sont les pires depuis Nebuchadnezzar", dit-il. "Ces Européens prospères, paisibles et bien nourris manifestent pour soutenir le mal incarné". Et de confier qu’en observant la manifestation, il avait senti que le nazisme était "bel et bien vivant, et qu’il se faisait les muscles à Hyde Park".

Abdel-Majid Khoi, fils du défunt Grand Ayatollah Khoi, le plus éminent dignitaire religieux d'Irak depuis près de 40 ans, a parlé de "la douleur morale profonde" qu'il ressent en entendant le prétendu discours "pacifiste".

"La nation irakienne est comme un homme maintenu en captivité et torturé par une bande de gangsters", dit Khoi. "L’attitude morale appropriée est de voler au secours de cet homme et de l’aider à se libérer et à mettre en fuite les tortionnaires. Mais ce dont nous sommes témoins, en Occident, c’est du contraire: on soutient les tortionnaires et l’on méprise totalement la victime."

Et Khoi d’assurer qu'il dirait "wasahlan ahlan" (bienvenue) à quiconque libérerait l'Irak.

"Quand vous avez été torturés à mort, vous ne faites pas le fin bec à propos de celui qui vous sauve", dit-il.

Ismail Qaderi, ancien dignitaire du Ba'ath, et aujourd’hui dissident, aurait voulu expliquer aux manifestants comment Saddam a systématiquement détruit même son propre parti, en commençant par l’assassinat de 15 sur 16 de ses dirigeants historiques.

"Ceux qui voient Saddam comme un symbole de socialisme, de progrès et de laïcité dans le monde arabe doivent être fous", dit-il.

Et Khalid Kishtaini, l'auteur satirique le plus célèbre d'Irak, d’ajouter sa récrimination à celles des autres :

"Ces participants à la marche [contre la guerre] ignorent-ils que la seule marche possible, en Irak, sous Saddam Hussein, est celle qui mène de la prison au peloton d’exécution?"

Et de conclure : "Les manifestants occidentaux se comportent comme si les Etats-Unis voulaient envahir la Suisse, et non l'Irak de Saddam Hussein."

Toutes les portes nous ayant été claquées au nez, nous avons décidé d’abandonner la manifestation et d'observer la zoologie politique de la marche depuis les marges…

Qui étaient ces gens qui ressentent une telle haine envers leurs gouvernements démocratiques et une haine de soi aussi intense ?

C’étaient les coupables bien connus: les restes de la gauche, depuis les Staliniens et les Trotskistes jusqu’aux socialistes-caviar. Il y avait les pro-avortement, la foule des anti-OGM, les opposants à la peine capitale, les gourous des droits des Noir, les antisémites, le lobby du "brûlez Israël !", les fanatiques du "Bush-n’a-pas-gagné-en-Floride", les partisans du désarmement unilatéral, les marchands de l’"exception culturelle" anti-Hollywood, les postmodernes à cheval sur leur culpabilité, et les philosophes du "tout équivaut à n’importe quoi d’autre".

Mais la majeure partie de la foule consistait en compagnons de voyage, citoyens innocents qui, mus par un idéal ou par l’ennui, sont toujours prêts à jouer le rôle d’"idiots utiles", comme Lénine avait coutume de les nommer.

Ils ignorent que les peuples d'Irak sont unanimes dans leurs prières pour que la guerre de libération se produise aussi rapidement que possible.

Le nombre des manifestants n'a pas impressionné Salima, la grand-mère.

"Ce qui est faux ne devient pas juste parce que beaucoup de gens l’affirment", dit-elle, en nous faisant ses adieux, tandis que les manifestants criaient : "Pas en mon nom!"

Espérons que quand l'Irak sera libéré, comme il le sera bientôt, le monde se rappellera que cela ne s’est pas fait au nom du Révérend Jackson, de Charles Kennedy, de Glenda Jackson, de Tony Benn ni de leurs compagnons de cette manifestation de la honte.

Amir Taheri *


* Ecrivain et journaliste iranien, Amir Taheri est rédacteur en chef de Politique Internationale, média ayant son siège à Paris.


© The Jerusalem Post pour l'original anglais.
Traduction en francais de Menahem Macina pour reinfo-israel.com
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Smokeur
Smokeur
Alpha & Oméga
 
Avatar de Smokeur
 
.. un article qui n apprend pas beaucoup de chose mais qui au contraire fait douter encore et toujours sur le bien fondé ou non de cette guerre...

très intéressants quand même ... j aimerai bien trouver des sources de ce genre plus souvent....
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Depi
Depi
Alpha & Oméga
 
Avatar de Depi
 
Cela ne fait que confirmer mon opinion sur le courant anti guerre qui émerge.
Je suis d'accord avec l'auteur.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Calligan
Calligan [PvP]
Bagnard
 
Avatar de Calligan
 
Le probleme c'est quil ya du mensonge dans les deux camps, mais pourqoi devoir recourir a la force massive...
Moi je pense que sa va tout destabiliser pas seulement le moyen orient , sa risque de faire une crise entre certains pays pour et contre surtout la france et les us.

Si on prouve pas qu'on peu etre indépendant des américains dans nos choix , on sera jamais pris au serieux et toujours dans l'ombre des us.

Defois je me pose des questions , et franchement j'enviseage meme dans les pires cas une guerre us / europe ( ce qui signifirai a mon avis la destruction totale de la planete ).

Bush jr et tellement obstiné qu'il me fait peur , et il na pas peur de manipuler tout le monde en se servant d'un evenement qui nous a tous choqué le 11 septembre ( sa vien de la bouche d'un acteur mais j'agree a 100% se servir du malheur de son peuple pour manipuler les gens , sa nous donne bien la façon de penser du gugusse.)
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Bolex / Jugulaire
Bolex / Jugulaire
Alpha & Oméga
 
Avatar de Bolex / Jugulaire
 
J'avais également hésité à poster l'interview d'un exilé irakien dans un quotidien Suisse. C'est assez amusant de constater que les premiers concernés, ou les seconds plutôt puisque exilé, ne sont pas vraiment du même avis que les pacifistes. Merci pour cet article.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Calligan
Calligan [PvP]
Bagnard
 
Avatar de Calligan
 
Pour l'instant je dirai quil son ex aequo niveau massacre , l'un avec les gaz , lautre avec l'embargo de medic et les malformation du a luranium appovris mais les us commence a etre limite il respecte pas les conventions de geneve avec les prisonnier de guantanamo ( oui se sont des terroristes et alors ?) il manipule l'opinion publiquent en profitant d'une faiblesse de celui ci (le pretexte du terrorisme ainsi que du 11 septembre) etc ...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Kolaer
Kolaer
Alpha & Oméga
 
Avatar de Kolaer
 
L'article original in extenso, en anglais pour ceux et ceusses qui aime bien voir l'ensemble des opinions et articles.
J'aurais pu mettre un lien me direz vous, mais cela requiert une inscription. Autant ne polluer qu'une seule adresse email.

Citation:
Feb. 20, 2003
Reverend Jackson, let me speak!
By Amir Taheri

'Could I have the microphone for one minute to tell the people about my life?' asked the Iraqi grandmother

I spent part of last Saturday with the so-called "antiwar" marchers in London in the company of some Iraqi friends. Our aim had been to persuade the organizers to let at least one Iraqi voice to be heard. Soon, however, it became clear that the organizers were as anxious to stifle the voice of the Iraqis in exile as was Saddam Hussein in Iraq.

The Iraqis had come with placards reading "Freedom for Iraq" and "American rule, a hundred thousand times better than Takriti tyranny!"

But the tough guys who supervised the march would have none of that. Only official placards, manufactured in thousands and distributed among the "spontaneous" marchers, were allowed. These read "Bush and Blair, baby-killers," " Not in my name," "Freedom for Palestine" and "Indict Bush and Sharon."

Not one placard demanded that Saddam should disarm to avoid war.

The goons also confiscated photographs showing the tragedy of Halabja, the Kurdish town where Saddam's forces gassed 5,000 people to death in 1988.

We managed to reach some of the stars of the show, including Reverend Jesse Jackson, the self-styled champion of American civil rights. One of our group, Salima Kazim, an Iraqi grandmother, managed to attract the reverend's attention and told him how Saddam Hussein had murdered her three sons because they had been dissidents in the Ba'ath Party; and how one of her grandsons had died in the war Saddam had launched against Kuwait in 1990.

"Could I have the microphone for one minute to tell the people about my life?" 78-year old Salima demanded.

The reverend was not pleased.

"Today is not about Saddam Hussein," he snapped. "Today is about Bush and Blair and the massacre they plan in Iraq." Salima had to beat a retreat, with all of us following, as the reverend's gorillas closed in to protect his holiness.

We next spotted former film star Glenda Jackson, apparently manning a stand where "antiwar" characters could sign up to become " human shields" to protect Saddam's military installations against American air attacks.

"These people are mad," said Awad Nasser, one of Iraq's most famous modernist poets. "They are actually signing up to sacrifice their lives to protect a tyrant's death machine."

The former film star, now a Labor Party member of parliament, had no time for "side issues" such as the 1.2 million Iraqis, Iranians and Kuwaitis who have died as a result of Saddam's various wars.

We thought we might have a better chance with Charles Kennedy, a boyish-looking, red-headed Scot who leads the misnamed Liberal Democrat Party. But he, too, had no time for "complex issues" that could not be raised at a mass rally.

"The point of what we are doing here is to tell the American and British governments that we are against war," he pontificated. "There will be ample time for other issues."

But was it not amazing that there could be a rally about Iraq without any mention of what Saddam and his regime have done over almost three decades? Just a little hint, perhaps, that Saddam was still murdering people in his Qasr al-Nayhayah (Palace of the End) prison, and that as the Westerners marched, Iraqis continued to die?

Not a chance.

We then ran into Tony Benn, a leftist septuagenarian who has recycled himself as a television reporter to interview Saddam in Baghdad.

But we knew there was no point in talking to him. The previous night he had appeared on TV to tell the Brits that his friend Saddam was standing for "the little people" against "hegemonistic America."

"Are these people ignorant, or are they blinded by hatred of the United States?" Nasser the poet demanded.

THE IRAQIS would had much to tell the "antiwar" marchers, had they had a chance to speak. Fadel Sultani, president of the National Association of Iraqi authors, would have told the marchers that their action would encourage Saddam to intensify his repression.

"I had a few questions for the marchers," Sultani said. "Did they not realize that oppression, torture and massacre of innocent civilians are also forms of war? Are the antiwar marchers only against a war that would liberate Iraq, or do they also oppose the war Saddam has been waging against our people for a generation?"

Sultani could have told the peaceniks how Saddam's henchmen killed dissident poets and writers by pushing page after page of forbidden books down their throats until they choked.

Hashem al-Iqabi, one of Iraq's leading writers and intellectuals, had hoped the marchers would mention the fact that Saddam had driven almost four million Iraqis out of their homes and razed more than 6,000 villages to the ground.

"The death and destruction caused by Saddam in our land is the worst since Nebuchadnezzar," he said. "These prosperous, peaceful and fat Europeans are marching in support of evil incarnate." He said that, watching the march, he felt Nazism was "alive and well and flexing its muscles in Hyde Park."

Abdel-Majid Khoi, son of the late Grand Ayatollah Khoi, Iraq's foremost religious leader for almost 40 years, spoke of the "deep moral pain" he feels when hearing the so-called " antiwar" discourse.

"The Iraqi nation is like a man who is kept captive and tortured by a gang of thugs," Khoi said. "The proper moral position is to fly to help that man liberate himself and bring the torturers to book. But what we witness in the West is the opposite: support for the torturers and total contempt for the victim."

Khoi said he would say "ahlan wasahlan" (welcome) to anyone who would liberate Iraq.

"When you are being tortured to death you are not fussy about who will save you," he said.

Ismail Qaderi, a former Ba'athist official but now a dissident, wanted to tell the marchers how Saddam systematically destroyed even his own party, starting by murdering all but one of its 16 original leaders.

"Those who see Saddam as a symbol of socialism, progress and secularism in the Arab world must be mad," he said.

Khalid Kishtaini, Iraq's most famous satirical writer, added his complaint.

"Don't these marchers know that the only march possible in Iraq under Saddam Hussein is from the prison to the firing-squad?" he asked. "The Western marchers behave as if the US wanted to invade Switzerland, not Iraq under Saddam Hussein."

WITH ALL doors shutting in our faces we decided to drop out of the show and watch the political zoology of the march from the sidelines.

Who were these people who felt such hatred of their democratic governments and such intense self-loathing?

There were the usual suspects: the remnants of the Left, from Stalinists and Trotskyites to caviar socialists. There were the pro-abortionists, the anti-GM food crowd, the anti-capital punishment militants, the Black-rights gurus, the anti-Semites, the "burn Israel" lobby, the "Bush-didn't-win-Florida" zealots, the unilateral disarmers, the anti-Hollywood "cultural exception" merchants, and the guilt-ridden postmodernist "everything is equal to everything else" philosophers.

But the bulk of the crowd consisted of fellow travelers, those innocent citizens who, prompted by idealism or boredom, are always prepared to play the role of "useful idiots," as Lenin used to call them.

They ignored the fact that the peoples of Iraq are unanimous in their prayers for the war of liberation to come as quickly as possible.

The number of marchers did not impress Salima, the grandmother.

"What is wrong does not become right because many people say it," she asserted, bidding us farewell while the marchers shouted "Not in my name!"

Let us hope that when Iraq is liberated, as it soon will be, the world will remember that it was not done in the name of Rev. Jackson, Charles Kennedy, Glenda Jackson, Tony Benn and their companions in a march of shame.
Lien direct vers le message - Vieux
Pico Thy
Roi / Reine
 
Passons sur le jugement de visu que l'auteur fait des manifestants, un superbe mélange a priori de tout ce qu'il hait (les gourous des droits des Noirs aussi ? ...) dont la description rapide révèle tout de suite son attirance politique ...

Il fait même allusion à "ceux qui voient Saddam comme un symbole de socialisme, de progrès et de laïcité dans le monde arabe" ... Il est certain qu'ils devaient être nombreux, ceux-là, surtout en Angleterre ! Et représentatifs de la manifestation ...

Ensuite, se plaindre de ne pouvoir s'adresser à une foule pour lui dire qu'elle manifeste pour de mauvaises raisons, relève d'une naïveté bien hypocrite ...

Quant au débat sur le fond, a-t-on du crédit si l'on refuse aux Etats-Unis le droit d'envahir militairement un pays, fût-il prisonnier d'une dictature, tant qu'il n'a pas reçu l'aval d'une Organisation Internationale garante de la légitimité d'un éventuel droit d'ingérence qui reste encore à définir ?

Même si un tel regroupement peut attirer une immense variété de militants, le message qu'il faut retenir des manifestations était essentiellement celui-là. En extraire un autre est une tentative d'extrapolation dont l'intention est de cautionner l'impérialisme ricain. Les victimes de Saddam auraient-elles une telle tribune si tous les évènements actuels ne se passaient pas ?

Enfin, utiliser fort-à-propos les histoires des victimes de Saddam pour justifier son envie de voir les Etats-Unis administrer militairement le deuxième pays producteur de pétrole est assez bas.
Puisque l'auteur se préoccupe du sort des victimes en Irak, qu'il aille faire un tour sur un site de ce genre, et qu'il m'explique pourquoi il FAUT absolument commencer par l'Irak ? La Stratégie des Etats-Unis est une réponse.
Lien direct vers le message - Vieux
LoneCat
Invité
 
Titre stupide: personne que je sache ne prétend que Saddam est un saint. Donc manif anti-guerre et basta.

C'est sympa de nous traduire la propagande belliciste, merci.

Ciao,
LoneCat
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Serafel
Serafel [CdA]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Serafel
 
c'est bien parce que les gens qui disent "oui aller liberer l'irak de la poigne de fer de sadam hussein" sont des gens qui ne vont pas crever sous les bombes !

C'est pas bien de dire que les gens qui sont anti guerre sont pro saddam hussein, moi je prefererais qu'il ne soit pas la mais il y a d'autres moyens de le virer qu'une guerre, et la CIA s'y connait, elle qui a soutenu et mis au pouvoir plusieurs gouvernements fantoches en amerique du sud et centrale (pinochet au chili, noriega a panama). Pourquoi ca serait pas possible ici ? Ah oui, il y a du petrole et de nouvelles armes a tester.

Pour finir pourquoi si sadam hussein est si terrible que ca les americains et la coalition ne l'ont pas vire en 1991 alors qu'ils avaient l'occasion de le faire ?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Labour d'humus
Labour d'humus
Bagnard
 
Avatar de Labour d'humus
 
Je crois que l'essentiel de l'article est là :
Citation:
Toutes les portes nous ayant été claquées au nez, nous avons décidé d’abandonner la manifestation et d'observer la zoologie politique de la marche depuis les marges…

Qui étaient ces gens qui ressentent une telle haine envers leurs gouvernements démocratiques et une haine de soi aussi intense ?

C’étaient les coupables bien connus: les restes de la gauche, depuis les Staliniens et les Trotskistes jusqu’aux socialistes-caviar. Il y avait les pro-avortement, la foule des anti-OGM, les opposants à la peine capitale, les gourous des droits des Noir, les antisémites, le lobby du "brûlez Israël !", les fanatiques du "Bush-n’a-pas-gagné-en-Floride", les partisans du désarmement unilatéral, les marchands de l’"exception culturelle" anti-Hollywood, les postmodernes à cheval sur leur culpabilité, et les philosophes du "tout équivaut à n’importe quoi d’autre".
Forcément, avec de tels préjugés... L'auteur n'avait même pas besoin de se déplacer

A quoi bon répondre à ce qui se révèle n'être qu'un pamphlet ?

Au pire un opposant à la guerre (ou un partisan de la paix) est un partisan de Saddam Hussein, au mieux c'est un idiot qui vote avec ses pieds. Forcément, le contraste entre un occidental-blasé-par-la-démocratie-pacifiste-bêlant-qui-ne-connaît-pas-la situation et un opposant-exilé-ayant-connu-la répression-l'emprisonnement-la-censure-la-torture est saisissant.

On apprendra au passage - scoop ! - qu'il ne fait pas bon vivre sous une dictature, et que des réfugiés politiques sont en désaccord avec le gouvernement de leur pays d'origine, merci pour ces révélations

J'ai bien aimé aussi la déclaration sur l'unanimité de la population en faveur d'une guerre.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Godzilla
Godzilla
Alpha & Oméga
 
Avatar de Godzilla
 
Le problème en Irak est Saddam. Pas besoin d'une guerre avec multitudes d'avions, navires & co pour l'éliminer.

Suffit d'envoyer des tueurs à gages ou des commandos voire même des chasseurs de primes et le problème sera vite réglé.
Lien direct vers le message - Vieux
B****** ****
Bagnard
 
Citation:
Suffit d'envoyer des tueurs à gages ou des commandos voire même des chasseurs de primes et le problème sera vite réglé.
mais n'importe quoi ,tu te crois dans un jeux video ou un film


quand au texte c'est criant de verité ,yavais de tout et nimpote quoi dans ces manifestations ,et c'est vrais que les exiles irakiens on les pas entendus
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Lyrian
Lyrian
Bagnard
 
Avatar de Lyrian
 
PERSONNE ne peut nier que ceux ayant manifesté contre la guerre sont des gens qui ne sont absolument pas concerné par l'Irak.

Ces exilés Irakiens sont les SEULS que nous pouvons entendre.

J'ai vu pas mal de conneries sur JoL.
Une des plus récurrente était :

Pfff mais laissez les se débrouiller seuls, une population, si elle ne voulait pas de Saddam elle se serait rebellée

Franchement. Faut il réellement répondre a cela?

/agree le texte

d'avoir rappelé des évidences que beaucoup oublient.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thuf
Thuf
Alpha & Oméga
 
Avatar de Thuf
 
Euh...je vais te répondre une connerie... Vu de très loin de Bagdad, il est toujours un peu facile de réclamer des bombes qui ne feront pas le tri elle-même des cibles qu'elles atteindront. En clair, je trouve assez curieux de réclamer des bombes qui tomberont sur d'autres têtes... fussent-elles pour les liberer.

Il est vrai que les irakiens de Bagdad risquent d'être libérés de leur tyran. Ils risquent même d'être libérés de tout fardeau...
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Irak : Manif anti-guerre ou pro-Saddam ?
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 09h11.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite