JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 300 (sites) | 571 (forums)Créer un compte
Forums divers
La Taverne
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Pendant ce temps, en Israel RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Pico Thy
Roi / Reine
 
Citation:
Provient du message de Melkart Tyr Pje
Une belle democratie qui met ses citoyens en prison lorsqu'ils ne veulent pas partir en guerre contre les Palestiniens, je parle-là des Soldats du Refus qui remplissent les prisons Israeliennes....
Il y a un prisonnier dont la propagande antisémite française parle peu, tout de même ... Pourtant, c'est un sujet d'actualité avec le méchant Saddam et ses armes de destruction massive ...

Citation:
Provient du message de Melkart Tyr Pje
Israel est plus qu'un etat juif, c'est un etat sioniste c'est a dire fasciste....
" L'Etat d'Israël est aujourd'hui un Etat judéo-nazi ".
Yeshayahu Leibowitz <---- un antisémite, très certainement ...

On peut être tenté de penser ça, oui ... A force ... Les nouvelles qui s'accumulent ... Un mur qui en rappelle un Autre, des éthiopiens autorisés à immigrer en Israel, alors que le même Etat refuse à un arabe le droit au retour sur sa terre natale, dans la maison de ses parents (rappel d'une résolution inappliquée, et non ça ne concerne pas l'Irak ...).

" De quoi rappeler cette résolution 3 379 de 1975 de l'Assemblée générale de l'Onu qui considérait le sionisme comme une forme de racisme. Elle a été annulée sur proposition de George Bush père en 1991, à la suite de la guerre du Golfe, sous prétexte de donner un élan au processus de paix. " source

Et pourtant ........

" Nous sommes persuadés qu'Israël ne souhaite pas voir ses soldats dépeints sous les mêmes couleurs que les miliciens qui ont sévi dans quelques uns des autres conflits du monde. "

Je ne suis pas d'accord, Melkart. Des juifs sont pro-palestiniens, des israeliens sont pro-palestiniens, et même des sionistes sont pro-palestiniens. Certains sionistes vivent leur foi religieuse ou leur attachement laïc à un état israelien garantissant leur sécurité, sans mépriser ni les droits de l'Homme, ni le Droit international.

Lis ce texte d'où est issue la citation ci-dessus, lis sur le même site les textes d'Uri Avnery et d'autres : certains juifs pacifistes restent sionistes malgré la politique israelienne actuelle, et ils ont le droit de vouloir vivre sur une terre qui leur est chère. La différence avec les Sharon et autres lobotomisés, c'est que leur foi ne les déshumanise pas.

Citation:
Provient du message de Alundra Hollow
Maintenant, paradoxallement, je doute que les pro-palestiniens ici presents (et meme ceux d'ailleurs) aient deja mis les pieds en Israel ou en Palestine...Par concéquent, font la guerre de leur fauteuil, devant la tv ou le pc, sur un forum, la ou il est facile de dire tout et n'importe quoi.
Oui, c'est "paradoxal", hein ...
D'ailleurs, dans ce genre d'organisation, les militants ne sont que des gens qui sont allés sur le terrain et qui savent de quoi ils parlent ? ou alors c'est peut-être une organisation partisane ? ha oui, ça doit être ça, c'est une organisation partisane, de propagande et manipulatrice. Limite antisémite.

Citation:
Provient du message de Thuf
Juste quelques remerciements.
Merci à Grosquick pour avoir rappelé quelques éléments historiques essentiels pour la compréhension la plus élémentaire des enjeux. [...]
NB : Avant, j'avais ici une réputation de "sale gauchiste de gauche" (sic !).
Une autre vision, plus "gauchiste" (?), de l'Histoire, par un journal que notre "historien" Grosquiick n'aime pas, mais alors pas du tout ...

Citation:
Provient du message de Tigonnea
Ce conflit ne se résoudra pas dans des prises de positions tranchées et belliqueuses et j'espère que le temps viendra bientôt où des nouveaux interlocuteurs -de part et d'autre- sauront se soustraire à cette escalade de violence et de déni de l'autre...
Je mets en lien deux interventions dans le Monde d'hier :
Inquiétude, par Stéphane Hessel
Qui (n')est (pas) antisémite ? par Stéphane Mosès
Tigonnea, dont la qualité des messages sur ce forum est souvent soutenue par des références intéressantes. Voici deux autres liens, je mets des extraits, mais tout est à lire.

" Seule une vision républicaine, démocratique et laïque persuadera les peuples israélien et palestinien qu'ils peuvent vivre – et pas seulement mourir – sur le même territoire.

S'ils souhaitent sincèrement favoriser une solution au conflit du Proche-Orient et voir leurs amis ou parents israéliens vivre enfin en paix, les Français juifs ont bel et bien un rôle à jouer. Premiers dans l'Histoire à bénéficier des bienfaits des principes républicains, pourquoi n'encouragent-ils pas les Israéliens à s'engager dans une voie similaire? Pourquoi ne s'appliquent-ils pas à développer en France des relations harmonieuses avec la communauté musulmane au lieu de l'accuser d'importer en France le conflit du Proche-Orient? Leur exemple serait une vraie contribution à la paix et servirait plus le judaïsme que le drapeau israélien. "

La dangereuse confusion des juifs de France, par Eyal Sivan

" En réalité, depuis sa création, Israël est le pays où les Juifs sont le moins en sécurité. Ce constat ne semble pas ébranler la conviction qu'il constitue un refuge pour les Juifs. C'est même le contraire qui se produit : plus la politique de l'Etat juif se heurte à la résistance des Palestiniens et à la réprobation de l'opinion publique internationale, plus la majorité de l'opinion publique juive israélienne et diasporique, confortée dans le sentiment que les Juifs sont encore et toujours les victimes de l'hostilité des non juifs, se raidit dans une attitude intransigeante. Ce qui favorise le développement, chez les Palestiniens, de sentiments de colère, d'humiliation voire de haine et de désespoir, ce désespoir qui amène de plus en plus de jeunes Palestiniens, ne trouvant plus de sens à leur vie, à chercher à en donner un à leur mort, en perpétrant des attentats-suicides au cœur d'Israël. Nous sommes là dans un tragique cercle vicieux. "

Par Michel Staszewski : L'Etat juif, de l'utopie au cauchemar
Lien direct vers le message - Vieux
TMQT
 


Lien direct vers le message - Vieux
Ex-voto
Alpha & Oméga
 
Citation:
Je ne suis pas d'accord, Melkart. Des juifs sont pro-palestiniens, des israeliens sont pro-palestiniens, et même des sionistes sont pro-palestiniens. Certains sionistes vivent leur foi religieuse ou leur attachement laïc à un état israelien garantissant leur sécurité, sans mépriser ni les droits de l'Homme, ni le Droit international.
je souhaite revenir là-dessus, mais je te remercie déjà de ne pas avoir réagi comme l'on fait bien d'autres : "Tu mens/ça ne vaut pas la peine de répondre/tu dis vraiment n'importe quoi"
je vois que tu as vu plus loin que la remarque que j'ai fait sous une tournure volontairement provocatrice et tu as meme compris ce que je voulais dire. Tu as répondu en argumentant ( la seule réponse argumentée et constructive a ma réfléxion, qui l'était peut-etre un peu moins). Pour en revenir à ma réflexion en elle même, bien je ne nie pas qu'il peut exister des sionistes intègres qui ne méprisent ni le droit international, ni les droits de l'homme...Je parlais réellement des méthodes fascisantes de l'Etat d'Israël en tant qu'institution et non des sionistes israëliens pris au cas par cas.

Citation:
" De quoi rappeler cette résolution 3 379 de 1975 de l'Assemblée générale de l'Onu qui considérait le sionisme comme une forme de racisme. Elle a été annulée sur proposition de George Bush père en 1991, à la suite de la guerre du Golfe, sous prétexte de donner un élan au processus de paix. "
je cite aussi cela, comme autre élément constructif a ma remarque...peut-etre cela peut eclaircir pour d'autres mes propos..

Citation:
L'Etat d'Israël est aujourd'hui un Etat judéo-nazi ".
Quant à ça, je ne m'y reconnais pas mais alors pas du tout
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Grosquick
Grosquick
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grosquick
 
Citation:
Oui, j'imagine, Grosquiick, bonne semaine pour toi : -30 à -4 en une semaine, beau score ! Arf arf arf !
Heu, j'ai pas compris ...

Citation:
Faites l'addition des km2, des "habitants", et jugez si cette résolution était juste. Je mets "habitants" entre guillemets car seuls les arabes habitaient majoritairement la région au sens strict. La majorité des juifs étaient des immigrés sionistes, ce qui, selon certains, ne leur ajoutait aucun droit supplémentaire par rapport à la majorité arabe réellement " habitante
Je n'appelle pas ca des immigrés mais des rescapés de la Shoah, maintenant si tu preferais qu'ils crevent pour ne pas "envahir la Palestine" il faut le dire.
Des mecs qui ont echappé a un génocide et qui viennent dans une région pour echapper aux persecutions et refaire leurs vie, je comprends pas qu'on leur dise vous avez rien a foutre la.

Citation:
Voici donc ce qu'on ne peut entendre qu'à une manif de la LCR ...
http://www.proche-orient.info/xjourn...d_article=9686

Citation:
Et le but de la colonisation ?
Ralentir d'autres attaques (on sait jamais hein, qui aurait pu prevoir en 73), etablir des points de peuplement dans des lieux saints pour les Juifs (Hebron, Shehem).

Citation:
L'argumentation est toujours aussi simple que "ça", lorsqu'on est le plus fort. Je suis d'accord.
Ce n'est pas du tout si on est le plus fort.
Israel vivait tranquillement, la ligue arabe attaque une fois, deux fois, trois fois, ca suffit, les territoires serviront contre la paix, s'il ne voulaient pas risquer l'occupation, ils ne fallaient pas attaquer, leur attaque n'est pas un coup monté d'Israel pour occuper des terres qui ne lui servent a rien a part de monnaie d'echange.

Citation:
Oui c'est vrai quoi merde à la fin et alors ?
" A ce jour, une seule enquête officielle a été menée, celle de la commission israélienne dirigée par Itzhak Kahane, le chef de la Cour suprême, rendue publique en février 1983. Elle charge les phalangistes et, dans une moindre mesure, M. Ariel Sharon. Le rapport parle d'abord d'une grave erreur de celui-ci, qui n'a « pris aucune mesure pour surveiller et empêcher les massacres ». [...] M. Sharon porte une « responsabilité personnelle » et « doit en tirer les conclusions personnelles ». "

Ce gars-là vient d'être réélu ...
Depuis 20 ans on ressort ca, imagine, tu fais une connerie, je suis la mais je ne t'empeche pas de la faire (je ne participe pas), est ce que c'est normal que c'est moi qui prenne tout apres alors que toi tu auras une vie tranquille (comme Elie Hobeika) ?

Citation:
Une autre vision, plus "gauchiste" (?), de l'Histoire, par un journal que notre "historien" Grosquiick n'aime pas, mais alors pas du tout ...
J'ai rappellé les guerres, je n'ai pas porté de jugement.

Citation:
Un dialogue avec l'un des réalisateurs de ce film - qui se veut partisan ... - , dont on comprend bien la "mentalité", en effet
Il est pro israelien, il le dit, ca te choque ? Ne va pas voir le film.

Citation:
Il y a un prisonnier dont la propagande antisémite française parle peu, tout de même ... Pourtant, c'est un sujet d'actualité avec le méchant Saddam et ses armes de destruction massive ...
Si mes souvenirs sont bons, c'est un agent secret travaillant sur l'energie atomique en Israel qui a laissé entendre qu'Israel avait la bombe atomique, si c'est le cas, il a été arreté et mis en prison comme n'importe quelle autre personne qui aurait devoilé des secrets d'etat, et ce dans n'importe quel pays.

Citation:
" L'Etat d'Israël est aujourd'hui un Etat judéo-nazi
Des connards y en a partout, ce n'est pas parce qu'un mec est juif qu'il faut dire amen a tout ce qu'il dit sur le judaisme et Israel.

Citation:
On peut être tenté de penser ça, oui ... A force ... Les nouvelles qui s'accumulent ... Un mur qui en rappelle un Autre, des éthiopiens autorisés à immigrer en Israel, alors que le même Etat refuse à un arabe le droit au retour sur sa terre natale, dans la maison de ses parents (rappel d'une résolution inappliquée, et non ça ne concerne pas l'Irak ...).
Les Ethiopiens qui immigrent sont juifs, ils ont été reconnus comme juifs par le leader du parti ultra orthodoxe du Shass. L'opération pour les rapatrier porte d'ailleurs son nom : Operation Yossef.
Et je comprends pas pourquoi tu t'obstines a parler du droit de retour.
Personne, je dis bien p.e.r.s.o.n.n.e, ne leur accordera le droit au retour, ca signerait la fin d'Israel en tant qu'etat juif, et tout ce qui s'est passé depuis sa creation n'aura servi a rien.
De plus, on estime a 600000 le nombre d'Arabes qui ont fui ou qui sont partis en 48, aujourd'hui ils sont plus de 4 millions de descendants (?!!?). Ils se foutent de qui franchement.

Citation:
D'ailleurs, dans ce genre d'organisation, les militants ne sont que des gens qui sont allés sur le terrain et qui savent de quoi ils parlent ? ou alors c'est peut-être une organisation partisane ? ha oui, ça doit être ça, c'est une organisation partisane, de propagande et manipulatrice. Limite antisémite.
Des gens, oui, je peux t'en trouver d'autres qui diront le contraire, mais si tu te laisse totalement guider par l'opinion des autres et que tu n'as jamais été ou jamais parlé avec un proche qui est ou qui a été la bas, tu ne peux rien savoir a part ce que tu lis dans les articles. Qui est etayé, selectionné, résumé, et tourné dans le sens d'une des parties selon les desirs de l'auteur.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Grosquick
Grosquick
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grosquick
 
Tiens et puisque tu aimes le monde, un chtit article :

http://www.lemonde.fr/article/0,5987...09967-,00.html

Droit au retour pour eux aussi ?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Serafel
Serafel [CdA]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Serafel
 
Citation:
Provient du message de Grosquiick


Ralentir d'autres attaques (on sait jamais hein, qui aurait pu prevoir en 73), etablir des points de peuplement dans des lieux saints pour les Juifs (Hebron, Shehem).



Ce n'est pas du tout si on est le plus fort.
Israel vivait tranquillement, la ligue arabe attaque une fois, deux fois, trois fois, ca suffit, les territoires serviront contre la paix, s'il ne voulaient pas risquer l'occupation, ils ne fallaient pas attaquer, leur attaque n'est pas un coup monté d'Israel pour occuper des terres qui ne lui servent a rien a part de monnaie d'echange.


encore une fois, le brillant historien que tu es oublies que ce sont les etats arabes (egypte, syrie) qui ont attaque Israel, pas les palestiniens vivant dans les territoires occupes. Ces nations n'avaient pas envie de liberer les palestiniens, mais bien de recuperer des territoires a leur compte. pourquoi alors israel tape sur les palestiniens, qui sont refoules par exemple a la frontiere jordanienne ?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Depi
Depi
Alpha & Oméga
 
Avatar de Depi
 
Citation:
Provient du message de Serafel
encore une fois, le brillant historien que tu es oublies que ce sont les etats arabes (egypte, syrie) qui ont attaque Israel, pas les palestiniens vivant dans les territoires occupes. Ces nations n'avaient pas envie de liberer les palestiniens, mais bien de recuperer des territoires a leur compte. pourquoi alors israel tape sur les palestiniens, qui sont refoules par exemple a la frontiere jordanienne ?
Citation:
la Syrie, qui venait d'assumer le rôle de «parrain» politique du Fatah de Yasser Arafat, voulait manifester sa présence au premier rang du combat arabe «contre Israël et pour la Palestine»; elle provoqua, dans les premiers mois de l'année 1967, une série d'incidents à la frontière israélo-syrienne.
Dans ton cas, tu es un piètre historien.

Le but des Etats Arabes situés autour d'Israel, excepté la Turquie on va dire, est le démantèlement d'Israel, et donc la création d'un Etat palestinien, et gagné quelques zones, comme les sources du Jourdain par exemple.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Serafel
Serafel [CdA]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Serafel
 
Citation:
Provient du message de Depi Marmotte !!MIB
Dans ton cas, tu es un piètre historien.

Le but des Etats Arabes situés autour d'Israel, excepté la Turquie on va dire, est le démantèlement d'Israel, et donc la création d'un Etat palestinien, et gagné quelques zones, comme les sources du Jourdain par exemple.
je suis loin d'etre aussi sur que toi que mleur but soit la formation d'un etat palestinien ... le depecage d'israel, certainement, mais pour leur propre compte.

ps : d'ou vient ta citation sur le syrie ?

Ah oui juste un truc ... a la fin de la 2eme guerre mondiale ce sont les allies vainqueurs de la guerre qui ont offert israel aux juifs, ca serait bien qu'ils reglent les problemes qu'ils ont cree la bas, je parle ici en particulier des americains qui en soutenant la creation de cet etat avaient a l'epoque (et ont toujours) interet a voir un etat leur etant favorable emerger au moyen orient, a l'epoque plutot la chasse gardee des anglais (et dans une moindre mesure des francais).
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Depi
Depi
Alpha & Oméga
 
Avatar de Depi
 
Citation:
La tension
L'année 1966 avait été marquée par une vive tension israélo-syrienne, dont l'enjeu principal était le contrôle des sources du Jourdain. En novembre 1966, l'Egypte signait avec la Syrie un accord de défense mutuelle. Le dirigeant égyptien Gamal Abdel Nasser avait bien signifié à cette occasion qu'il n'entendait pas se laisser entraîner dans une guerre prématurée contre Israël, aussi longtemps que le monde arabe n'était pas uni et que l'armée égyptienne n'y était pas prête (50 000 de ses soldats étaient à l'époque immobilisés au Yémen dans une guerre qui se prolongeait depuis cinq ans). Mais la Syrie, qui venait d'assumer le rôle de «parrain» politique du Fatah de Yasser Arafat, voulait manifester sa présence au premier rang du combat arabe «contre Israël et pour la Palestine»; elle provoqua, dans les premiers mois de l'année 1967, une série d'incidents à la frontière israélo-syrienne.

Le 7 avril, à titre d'avertissement, Israël envoyait ses avions au-delà de la frontière. Un combat aérien s'ensuivit, où six Mig syriens furent abattus sans aucune perte du côté israélien. Le chef d'état-major de Tsahal, Itzhak Rabin, fit à cette occasion des déclarations très dures contre le régime de Damas. Les Syriens, soutenus par leurs alliés soviétiques, affirmèrent alors qu'Israël massait des troupes pour une offensive contre la Syrie. Le premier ministre israélien Lévi Eshkol publia un démenti, proposa - en vain - à l'ambassadeur d'URSS en Israël de se rendre à la frontière pour vérifier qu'il n'y avait aucune concentration de troupes, et envoya un message dans le même sens à Nasser. Ce dernier décida alors d'une opération qui devait, à ses yeux, renforcer le prestige de l'Egypte sans lui faire courir le risque d'une guerre: le 15 mai, il mit l'armée égyptienne en état d'alerte, annonça une mobilisation générale et décida l'envoi de troupes dans la presqu'île du Sinaï (où une «force d'urgence» de l'ONU était stationnée depuis la guerre israélo-égyptienne de 1956).

En Israël, on estima qu'il ne s'agissait là que d'une opération symbolique et on se contenta de rappeler, discrètement, une seule unité de réservistes. Mais le lendemain, l'armée égyptienne demanda au commandant des forces de l'ONU de rassembler ses hommes en trois points du Sinaï. Celui-ci, après consultation avec le secrétaire général des Nations unies, U Thant, répondit que les soldats de l'ONU resteraient où ils étaient - sinon, ils s'en iraient. Nasser releva le défi et exigea le départ de l'ONU, qui fut effectué le 19 mai. L'escalade s'enclencha: des soldats palestiniens prirent la place des forces onusiennes à Gaza, le réserves égyptiennes affluèrent dans le Sinaï, et on enregistra des mouvements de troupes en Syrie et en Jordanie. Simultanément, Nasser commença à rapatrier ses forces d'élite, encore retenues au Yémen.

L'escalade
Le 20 mai, des parachutistes égyptiens prenaient position à Sharm-el-Sheikh, position stratégique qui commandait le détroit de Tiran (clé de la mer Rouge et point de passage obligé pour les navires à destination du port israélien d'Eilat), et où était installée jusque-là une division yougoslave de l'ONU. Le 22 mai, Nasser annonçait la fermeture du détroit de Tiran à tous les navires en provenance d'Israël ou s'y rendant ; le même jour, au cours d'une rencontre avec des aviateurs égyptiens dans une base du Sinaï, il déclara que si Rabin voulait la guerre «il était le bienvenu».

Le ministre israélien des affaires étrangères, Abba Eban, entreprit le 24 mai un tour des principales capitales occidentales, afin de les avertir du risque de guerre et de demander leur soutien. Il n'obtint sur quelques bonnes paroles, sans engagement concret. En revanche, on exigea de lui l'engagement qu'Israël n'ouvrirait pas les hostilités. Il y avait alors 100 000 soldats égyptiens dans le Sinaï, soit beaucoup plus que la totalité de l'armée israélienne. La «logique de guerre» était à l'œuvre. L'Etat juif procéda à une mobilisation générale, qui entraîna une paralysie de la plupart des activités économiques. Tout le pays vivait dans l'angoisse. Les réservistes étaient cantonnés dans des bases militaires, dans des terrains vagues et dans des orangeraies. Un peu partout dans le pays, les civils creusaient des tranchées et remplissaient des sacs de sable pour se prémunir contre des bombardements. Dans les capitales arabes, des manifestants appelaient à l'élimination des «sionistes». Le 26 mai le principal commentateur politique égyptien, Hassanein Heikal, écrivait qu'un affrontement armé avec «l'ennemi israélien» était devenu «inévitable». Le 27 mai, le gouvernement israélien débattit de l'éventualité d'une attaque préventive; 9 ministres étaient pour, et 9 contre; on décida d'attendre une intervention internationale. Le lendemain, Nasser exigea qu'Israël évacue le port d'Eilat et l'agglomération de Nitsana. Des forces palestiniennes installées à Gaza (sous contrôle égyptien) bombardèrent les kibboutzim voisins. Nasser annonça à une délégation arabe: «Ce sera une offensive générale pour la destruction d'Israël». Le 30 mai, le roi Hussein de Jordanie se rendit au Caire où il signa un accord avec Nasser et plaça son armée sous le commandement d'un général égyptien.

Le 1er juin, une force d'élite égyptienne arriva en Jordanie et on signala des mouvements de troupes en Irak. Le 2 juin, un «gouvernement d'union nationale» fut constitué en Israël, sous la direction de Lévi Eshkol avec Moshé Dayan au ministère de la défense. Le 3 juin, de Gaulle imposa l'embargo sur les livraisons d'armes françaises au Proche-Orient, ce qui revenait concrètement à priver Israël des équipements qui lui étaient nécessaires. Le même jour, il apparaissait qu'une intervention internationale était exclue et qu'une offensive arabe était inévitable. Le 4 juin, le gouvernement israélien décida l'entrée en guerre.
Article d'Ouri Nissan.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Depi
Depi
Alpha & Oméga
 
Avatar de Depi
 
Citation:
Provient du message de Serafel
je suis loin d'etre aussi sur que toi que mleur but soit la formation d'un etat palestinien ... le depecage d'israel, certainement, mais pour leur propre compte.

Ah oui juste un truc ... a la fin de la 2eme guerre mondiale ce sont les allies vainqueurs de la guerre qui ont offert israel aux juifs, ca serait bien qu'ils reglent les problemes qu'ils ont cree la bas, je parle ici en particulier des americains qui en soutenant la creation de cet etat avaient a l'epoque (et ont toujours) interet a voir un etat leur etant favorable emerger au moyen orient, a l'epoque plutot la chasse gardee des anglais (et dans une moindre mesure des francais).
Ils veulent les deux, se partager Israel et créer un Etat palestinien.
Solidarité Arabe.
Les Américains tablent sur une opération réussie en Irak et l'installation d'un régime pro-occidental en Irak pour changer le visage géopolitique de cette région à l'avantage de l'Occident et par la meme occasion régler le conflit israelo-palestinien.
Notamment en ne recevant plus d'aide du Liban ( et donc de la Syrie ) et de l'Iran.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Grosquick
Grosquick
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grosquick
 
http://www.net4war.com/history4war/d.../kippour01.htm
Lien direct vers le message - Vieux
Gen
Alpha & Oméga
 
[QUOTE]Provient du message de Grosquiick

Ce que beaucoup oublient aussi de dire, c'est que des millions de juifs arabes ont été expulsé de leurs pays et que personne ne parle de leur retour

Les Ethiopiens qui immigrent sont juifs, ils ont été reconnus comme juifs par le leader du parti ultra orthodoxe du Shass. L'opération pour les rapatrier porte d'ailleurs son nom : Operation Yossef.
Et je comprends pas pourquoi tu t'obstines a parler du droit de retour.
Personne, je dis bien p.e.r.s.o.n.n.e, ne leur accordera le droit au retour, ca signerait la fin d'Israel en tant qu'etat juif, et tout ce qui s'est passé depuis sa création n'aura servi a rien.
De plus, on estime a 600000 le nombre d'Arabes qui ont fui ou qui sont partis en 48, aujourd'hui ils sont plus de 4 millions de descendants (?!!?). Ils se foutent de qui franchement.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Depi
Depi
Alpha & Oméga
 
Avatar de Depi
 
Tu peux éditer je comprends pas trop ton message
Lien direct vers le message - Vieux
Gen
Alpha & Oméga
 
[QUOTE]Provient du message de Gen
Citation:
Provient du message de Grosquiick

Ce que beaucoup oublient aussi de dire, c'est que des millions de juifs arabes ont été expulsé de leurs pays (Maroc Irak Algérie etc) et que personne ne parle de leur retour

Les Ethiopiens qui immigrent sont juifs, ils ont été reconnus comme juifs par le leader du parti ultra orthodoxe du Shass. L'opération pour les rapatrier porte d'ailleurs son nom : Operation Yossef.
Et je comprends pas pourquoi tu t'obstines a parler du droit de retour.
Personne, je dis bien p.e.r.s.o.n.n.e, ne leur accordera le droit au retour, ca signerait la fin d'Israel en tant qu'etat juif, et tout ce qui s'est passé depuis sa création n'aura servi a rien.
De plus, on estime a 600000 le nombre d'Arabes qui ont fui ou qui sont partis en 48, aujourd'hui ils sont plus de 4 millions de descendants (?!!?). Ils se foutent de qui franchement.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Depi
Depi
Alpha & Oméga
 
Avatar de Depi
 
Citation:
Provient du message de Grosquiick

Ce que beaucoup oublient aussi de dire, c'est que des millions de juifs arabes ont été expulsé de leurs pays (Maroc Irak Algérie etc) et que personne ne parle de leur retour
Citation:
Provient du message de Gen
Les Ethiopiens qui immigrent sont juifs, ils ont été reconnus comme juifs par le leader du parti ultra orthodoxe du Shass. L'opération pour les rapatrier porte d'ailleurs son nom : Operation Yossef.
Et je comprends pas pourquoi tu t'obstines a parler du droit de retour.
Personne, je dis bien p.e.r.s.o.n.n.e, ne leur accordera le droit au retour, ca signerait la fin d'Israel en tant qu'etat juif, et tout ce qui s'est passé depuis sa création n'aura servi a rien.
De plus, on estime a 600000 le nombre d'Arabes qui ont fui ou qui sont partis en 48, aujourd'hui ils sont plus de 4 millions de descendants (?!!?). Ils se foutent de qui franchement.
Les réfugiés juifs originaires des pays arabes
Maurice Konopnicki


"Les réfugiés juifs originaires des pays arabes"

L'EXODE DES JUIFS DES PAYS ARABES

On comptait en 1948, 800.000 Juifs dans les pays arabes du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. Une génération plus tard, en 1976, la plupart des communautés juives de ces pays avaient disparu, ne laissant rien derrière elles que quelques milliers de Juifs dispersés dans un certain nombre de villes de ces régions. La disparition d'une des plus anciennes communautés juives du monde a été provoquée, en grande partie, par l'intolérance, les discriminations, les lois vexatoires et les persécutions violentes qu'elle a dû subir, depuis les conquêtes de l'Islam. A certaines époques, les Juifs ont bénéficié de la tolérance et de la protection des lois; il leur est même arrivé, dans les pays de la mouvance arabe, de s'élever à des fonctions très importantes. Mais ces périodes furent des exceptions. La proclamation de l'indépendance de l'Etat d'Israël, Etat juif indépendant au Proche- Orient, en 1948, fut d'une part, un prétexte nouveau pour l'intensification et la légitimation des règlements anti-juifs dans les pays arabes, d'autre part, une occasion pour ces pays de se débarrasser des Juifs en leur accordant la permission tacite d'émigrer. Plusieurs Etats arabes ont même dans certains cas encouragé indirectement cette émigration.

LA DEGRADATION DE LA SITUATION DES JUIFS

Au moment de la résolution des Nations Unies sur le partage de la Palestine, des émeutes contre de nombreuses communautés juives se sont produites dans tout le monde arabe. Les violences anti-juives se sont répandues : des synagogues, des maisons, des magasins juifs ont été brûlés et pillés; des centaines de Juifs ont été assassinés dans les rues; des milliers furent emprisonnés pendant des mois comme des criminels. La liberté de leurs déplacements fut contrôlée; l'émigration vers Israël interdite et de nombreux Juifs privés de leur citoyenneté. Les Juifs qui étaient dans le commerce furent spoliés de leurs biens, leurs comptes en banque gelés et leurs propriétés évaluées à des millions de dollars, graduellement confisquées. Comme au cours des siècles précédents, les Juifs furent écartés des administrations gouvernementales ou leur accès au fonctionnariat sévèrement limité. Ils étaient ainsi privés de leurs moyens de subsistance et devenaient des otages dans leur pays d'origine. Ils ne pouvaient plus, en conséquence, continuer à vivre dans ces pays. Les traces des communautés juives florissantes et prospères ont ainsi été totalement effacées à mesure que les Juifs étaient contraints d'émigrer en grand nombre. Le tableau ci-dessous résume éloquemment la disparition des communautés juives des pays arabes entre 1948 et 1976 .

POPULATION JUIVE DES PAYS ARABES EN 1948 ET 1976 (Estimation) 1948 1976
Maroc 265.000 17.000
Algérie 140.000 500
Tunisie 105.000 2.000
Libye 38.000 20
Egypte 75.000 100
Irak 135.000 400
Syrie 30.000 4.350
Liban 5.000 500
Yémen 55.000 1.000
Aden (Yémen du sud) 8.000 0
TOTAL 856.000 25.870


L'EXODE

L'Etat d'Israël a constitué un refuge naturel pour la majorité des Juifs originaires des pays arabes. Certains étaient partis seuls. D'autres ont été transportés en Israël au cours d'opérations massives de sauvetage organisées par les communautés locales et les autorités israéliennes. Les exemples les plus marquants ont été le transfert des Juifs d'Irak et du Yémen, qui ont été transportés en masse au moyen d'un pont aérien entre 1948 et 1951. Il en a été de même pour la communauté juive de Libye, qui a été transportée presque entièrement en Israël. 586.268 Juifs originaires des pays arabes se sont installés en Israël ; plus de 200.000 autres ont émigré vers la France, la Grande- Bretagne et les Amériques. Avec leur descendance, le nombre total des Juifs qui ont quitté leurs foyers dans les pays arabes et qui vivaient en 1977 en Israël était de 1.136.436 soit près de 41% de la population . Au moins 500.000 autres vivaient en France, au Canada, aux Etats-Unis et en Amérique latine. La majorité des réfugiés juifs venus des pays arabes sont arrivés en Israël dans les trois années qui ont suivi son accession à l'indépendance. Sur un total de 586.070 qui sont arrivés jusqu'en 1977, près de 400.000 sont entrés dans le pays entre 1948 et 1951. Les Juifs de ces pays qui immigrèrent en Israël en 1948 étaient inspirés par l'idéal du retour dans la patrie. Toutefois, ils étaient, pour la plupart, des réfugiés chassés de leurs foyers et forcés de quitter une tradition et une culture séculaires du fait de persécutions qui rendaient les conditions d'existence des Juifs dans les pays arabes extrêmement difficiles, voire intolérables. Le tableau ci-dessous montre le nombre de Juifs qui ont quitté les pays arabes pour se rendre en Israël en 1948 et 1972 .

IMMIGRATION EN ISRAEL DES JUIFS ORIGINAIRES DES ETATS ARABES DU 15 MAI 1948 AU 22 MAI 1972

Pays Nombre
Maroc*
Tunisie*
Algérie* 330.833
Libye 35.666
Egypte 29.325
Syrie*
Liban* 10.402
Yémen*
Yémen du sud (Aden)* 50.552
Irak 129.292
TOTAL 586.070
* Les statistiques par pays n'ont pas été enregistrées pour ces pays avant 1950; il est donc plus facile de donner le nombre global.

LES COMMUNAUTES JUIVES

Maroc

La communauté juive du Maroc existe depuis l'époque de la destruction du premier Temple (596 av. J.C.). Cette antique communauté, la plus grande d'Afrique du nord, comptait 265.000 âmes. 73% de cette population d'artisans, de changeurs, de commerçants, vivaient dans les villes et constituaient 9% de la population urbaine du Maroc. Casablanca comptait en 1947 une communauté juive importante de plus de 86.000 âmes. Marrakech, Fez, Meknès et Rabat, autres grandes villes du Maroc, comptaient chacune plus de 15.000 habitants juifs en 1947 .

L'émigration vers Israël commença à l'initiative de petits groupes arrivés à l'époque de l'accession d'Israël à l'indépendance. Toutefois, les grandes vagues d'immigrants qui amenèrent en Israël plus de 250.000 Juifs marocains furent le résultat de mesures anti- juives suscitées à l'occasion de la fondation de l'Etat d'Israël. Des émeutes éclatèrent le 4 juin 1948 dans le nord du Maroc; des dizaines de Juifs furent tués ou blessés et les Juifs émigrèrent en masse peu de temps après.

De 1955 à 1957, plus de 70.000 juifs marocains arrivèrent en Israël. En 1956, l'émigration vers Israël fut interdite et en 1959 les activités sionistes furent mises hors la loi. A la même époque, plus de 30.000 juifs partirent pour la France ou les Amériques. L'interdiction d'émigrer vers Israël fut levée en 1963 et 100.000 Juifs quittèrent le Maroc pour s'y installer.

Algérie

En 1948, on comptait 140.000 Juifs en Algérie. Avant 1962, 60 communautés possédaient chacune au moins une synagogue, un rabbin et ses propres écoles. De mai à juillet 1962, presque tous les Juifs d'Algérie ont quitté le pays à la suite des accords d'Evian, qui octroyaient à l'Algérie son indépendance. Moins de 500 Juifs sont restés sur place. Pendant la guerre d'Algérie des pressions furent exercées sur les Juifs pour qu'ils soutiennent la cause nationaliste. Un porte-parole du F.N.L. déclarait en 1960 : "Les Juifs supporteront les conséquences de leurs hésitations quand l'Algérie sera indépendante." Les Juifs subissaient les pressions de la part des autorités françaises également. En conséquence, 14.000 d'entre eux émigrèrent en Israël, tandis que 125.000 partaient pour la France, ne laissant derrière eux que qu'une infime fraction de la deuxième en importance des communautés juives d'Afrique du nord.

Tunisie

Comme en Algérie, l'émergence du nationalisme tunisien suscita une législation anti-juive qui provoqua une émigration importante en 1961. La communauté juive de Tunisie comptait, en 1948, 105.000 personnes dont 65.000 à Tunis. En 1961, on n'en comptait plus que 70.000; et en 1968, 12.000 seulement. Les émeutes et les mesures anti-juives suscitées à l'époque de la guerre des Six jours (1967) avaient amené le départ de 7.000 Juifs pour la France.

La communauté juive de Tunisie était prospère et son statut assez prestigieux pour envoyer un député au Parlement. L'évolution de la politique gouvernementale a suscité l'inquiétude et l'insécurité, et a poussé les Juifs à émigrer en grands nombres. Plus de 50.000 se sont établis en Israël. Le conseil de la communauté juive avait été supprimé en 1958. En 1977, deux mille Juifs vivaient en Tunisie.

Libye

La communauté juive de Libye comptait 38.000 personnes en 1948; les mesures anti-juives ont amené sa liquidation totale. Les émeutes anti-juives de 1945 et 1948 suscitèrent des pogroms, des meurtres et la destruction des biens de la communauté. Avec l'accession de la Libye à l'indépendance et son admission dans la Ligue Arabe en 1951, la situation empira.

Les Juifs furent forcés d'émigrer en masse. La plupart, 35.612 immigrèrent en Israël, et 30.000 y étaient déjà arrivés en 1951. L'émigration illégale vers l'Italie, commença dès 1949; elle amena finalement 2.107 Juifs libyens en Israël. Des communautés entières furent déracinées : celle de Zliten (604 personnes) arriva en Israël en juillet 1949. D'autres communautés encore, comme celles de Tripoli et, notamment, celles des antiques cités de Garian-Trigina et Jefren (près de 15.000 personnes) arrivèrent en Israël en 1950 . Il ne restait en Libye en 1960 que quelques centaines de Juifs. L'hostilité croissante après la guerre des Six Jours les obligea à fuir en abandonnant tous leurs biens. En 1977, il restait une vingtaine de Juifs en Libye.

Egypte

Le nombre des Juifs établis en Egypte en 1948 était évalué à 75.000. En 1956, ils n'étaient plus que 40.000; dix ans après, ils étaient 2.500 et en 1977 il n'en restait qu'une centaine. L'exode des Juifs d'Egypte a été suscité par une suite ininterrompue de mesures anti- juives. Les débouchés économiques et l'emploi des Juifs fut restreint en 1947. Leurs biens furent confisqués en 1948 et ils furent arrêtés par milliers.

Les Juifs furent donc forcés de fuir en abandonnant tous leurs biens. 25.000 Juifs égyptiens étaient arrivés en Israël en 1957. 10.000 autres s'étaient enfuis à Alexandrie. Toutefois, les institutions juives de bienfaisance, les écoles et les synagogues avaient été fermées dans la plupart des cas .

Irak

La communauté juive d'Irak est l'une des plus anciennes et des plus grandes du monde arabe; elle comptait 135.000 personnes en 1948. Plus de 77.000 vivaient à Bagdad, c'est à dire un quart de la population de la capitale. C'était une communauté prospère et prestigieuse. Les Juifs occupaient, avant la seconde Guerre Mondiale, des positions importantes dans le commerce et l'administration .

En 1977, il restait 400 Juifs en Irak. La grande majorité de cette population a été intégrée en Israël après qu'elle eut quitté l'Irak à la suite des persécutions anti-juives qui se sont intensifiées à partir du vote de l'ONU sur la partition de la Palestine, en 1947, et qui se sont poursuivies même après la signature des accords d'armistice en 1949. Des centaines de Juifs furent tués ou emprisonnés au cours d'émeutes anti-juives. Les biens juifs furent confisqués et le sionisme déclaré délit majeur.

Les Juifs furent ainsi forcés de fuir en abandonnant leurs biens. De 1949 à 1952, 123.371 Juifs irakiens furent transférés en Israël par un pont aérien au cours de l'"Opération Esdras et Néhémie" . Peu de Juifs sont restés en Irak et ils sont en butte aux vexations et aux menaces continuelles des autorités.

Syrie

Il y avait en Syrie, en 1943, 30.000 Juifs, répartis essentiellement à Alep (17.000) et Damas (11.000). Des émeutes anti-juives éclatèrent dès 1945 et 1947 et furent suivies de la suppression des droits civils de la population juive. L'émigration avait été limitée dès 1945.

Les biens juifs furent pillés et détruits et les comptes en banque bloqués en 1949. 15.000 Juifs avaient quitté la Syrie dès 1948; 10.000 vers les Etats-Unis, 5.000 vers Israël. En 1977, il restait 4.350 Juifs en Syrie : 3.000 à Damas, 1.000 à Alep et 350 à Kamishli. Leurs déplacements étaient limités et les contacts avec le monde extérieur interdits. Ceux qui possédaient de la famille en Israël étaient souvent en butte aux vexations des autorités.

Liban

L'émigration des Juifs du Liban a suivi un cours assez différent de celui des Juifs des autres pays arabes, dirigé par des Arabes chrétiens, le Liban et ses structures politiques permettaient une tolérance relative à l'égard des Juifs.

Malgré cette situation relativement favorable, les Juifs se sentaient en danger et émigrèrent vers la France, l'Italie, la Grande-Bretagne ou l'Amérique; une partie s'est établie en Israël en 1967.

En 1974, il restait 1.800 Juifs au Liban, en majorité à Beyrouth. En décembre 1976, une source informée évaluait leur nombre à 500.

Yémen

L'Opération "Tapis volant", le pont aérien qui amena 48.818 Juifs yéménites en Israël en 430 vols de 1949 à 1950, est un autre exemple de l'exode d'une communauté juive toute entière évacuée de son milieu d'origine dans le monde arabe. 55.000 Juifs vivaient en 1948 dans deux grandes villes et 150 agglomérations rurales. Quelques centaines seulement y sont restés.

L'émigration des Juifs du Yémen vers la Palestine a commencé en 1881, année où 2.000 d'entre eux y arrivèrent. Près de 15.000 les rejoignirent de 1919 à 1948, poussés par leurs convictions sionistes ou leur foi religieuse. Ceux qui vinrent en 1950 fuyaient la persécution et les difficultés croissantes de la condition qui leur était faite.

Aden

L'histoire moderne des persécutions subies par les Juifs à Aden est longue et douloureuse. Le 2 décembre 1947, les Arabes proclamaient une grève de solidarité contre la résolution de l'ONU sur le partage de la Palestine. Une centaine de Juifs furent assassinés, la grande synagogue incendiée, les biens juifs pillés et détruits. Ces émeutes se reproduisirent en 1958, 1965 et 1967.

Les 8.000 Juifs d'Aden furent forcés de fuir. En 1959, 3.000 d'entre eux se trouvaient en Israël. Beaucoup avaient fui vers les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Aucun n'est resté à Aden.

Conclusion

L'évolution du climat politique au Moyen-Orient après la seconde Guerre Mondiale, et la fondation de l'Etat d'Israël ont poussé les communautés juives qui vivaient dans cette région de si longue date, à chercher un refuge contre les persécutions et la sujétion auxquelles elles avaient été soumises de tout temps. Avant cette époque, peu de Juifs avaient quitté les pays arabes malgré l'insécurité et les explosions périodiques de violence de la populace. L'émigration même vers la Palestine, alors sous la domination ottomane, n'assurait pas la sécurité. Tout aussi important était le sentiment d'une affinité profonde avec la culture autochtone, partagé par la majorité des Juifs de ces pays, tout comme le sentiment d'un lien organique avec l'environnement, lien élaboré au cours des siècles et qui éloignait le désir de chercher refuge ailleurs. C'est l'intensification des persécutions, à la suite du nouveau climat suscité par la guerre, qui avait provoqué d'immenses déplacements de populations, et la création de l'Etat d'Israël, qui rendaient inévitable l'exode des Juifs des pays arabes.

Cependant, il convient de dénoncer le mythe selon lequel l'antisémitisme du monde arabe ne serait que l'expression d'une opposition au sionisme. Albert Memmi dénonce ce mythe dans l'introduction de son ouvrage Juifs et Arabes (Gallimard, Paris, 1974, p.8.) : "Les propagandistes arabes musulmans proclament que ces conflits sont la conséquence du sionisme... D'un point de vue historique, c'est un pur non-sens, le sionisme ne fut pas à la source de l'antisémitisme arabe. La vérité est tout à fait à l'opposé, comme ce fut le cas en Europe. Israël est la réponse à la répression que les Juifs ont rencontré dans le monde entier, y compris la répression que nous, les Juifs des pays arabes, eûmes à endurer."

LES EPREUVES DE L'EXODE VERS ISRAËL

Ainsi, la très grande majorité des 856.000 Juifs qui vivaient dans les pays arabes en 1948 se sont réfugiés en Israël. Le reste s'est dispersé dans le monde entier. Dans leurs pays d'origine, beaucoup étaient prospères et considérés dans leurs communautés. Ils furent, en fait, expulsés de force et durent abandonner leurs biens personnels et ceux de leurs communautés. La majorité d'entre eux se sont retrouvés en Israël dénués de tout.

Quand les Juifs quittèrent les pays arabes, ces gouvernement s'empressèrent de promulguer les décrets appropriés qui leur permettaient de confisquer leurs biens. De sorte qu'à leur arrivée en Israël, ils étaient dépourvus de tout moyen de subsistance et ils dépendaient entièrement du nouvel Etat qui, lui-même, luttait à cette époque pour sa survie. Le jeune Etat, pauvre et dépourvu de ressources naturelles, en butte à de graves difficultés économiques, était également attaqué quotidiennement par des voisins hostiles.

Les immigrants arrivaient par centaines de milliers (et beaucoup étaient les rescapés épuisés des camps de la mort nazis et des camps des personnes déplacées). En 1949 seulement, 240.000 immigrants furent accueillis en Israël . De 1948 à 1951, un total de 687.739 immigrants sont entrés dans le pays, c'est-à-dire pratiquement l'équivalent de la population de l'Etat en 1948.

Contrairement aux Etats arabes qui avaient laissé aux soins de l'ONU les réfugiés qu'ils auraient dû prendre en charge, Israël et les Juifs du monde s'employèrent, tant bien que mal, à leur intégration. Toutefois, du fait des circonstances, le processus de cette intégration fut long et pénible. Les immigrants étaient dénués de tout et il fallait tout leur fournir. Arrivés en grandes masses, ils durent attendre que les logements pour les abriter et qui faisaient défaut puissent être construits.

La ma'abara, le camp de transit (chez les Arabes les mêmes camps étaient nommés "camps de réfugiés ") était la forme la plus fréquente de logement temporaire. Des milliers d'immigrants furent entassés dans des camps étroits composés de baraquements, et de tentes de toute sorte. Souvent les immigrants ne trouvaient à leur arrivée qu'un terrain vide.

Le manque de main-d'œuvre à cette époque retarda la construction de logements pour les énormes masses d'immigrants. Ceux-ci n'avaient pas d'autre choix que de construire leurs propres logements avec les moyens du bord. Des familles de dix personnes ou plus furent obligées de s'entasser à l'étroit. Les vivres manquaient aussi et les maladies étaient fréquentes en ces années de détresse .

La relation ci-dessous décrit un des aspects des épreuves endurées par les réfugiés juifs venus des Etats arabes, à leur arrivée en Israël.

La grande majorité des réfugiés originaires des Etats arabes étaient logés dans des tentes détrempées par les pluies et inondées durant le dur hiver 1949-1950. Les prévisions envisageaient un séjour de quelques semaines seulement dans les camps d'immigrants ; après quoi, les immigrants devaient être transférés à leur domicile définitif. En réalité, toutefois, du fait du très grand nombre des immigrants qui étaient arrivés en Israël, le rythme de ces transferts était insuffisants et la durée du séjour se prolongeait à trois, quatre, puis six ou huit mois…

Un des principaux camps d'accueil des immigrants était celui de Roch-Ha'ayin, où se trouvaient au moment du plus haut taux d'occupation, en 1950, quelque 15.000 immigrants étaient yéménites. Ils étaient tous logés dans des tentes, à quinze par trente. Les quelques bâtiments du camp abritaient l'hôpital et les dispensaires, la crèche, la cuisine, le réfectoire et l'école. Beaucoup de ces immigrants étaient arrivés dans un état de faiblesse extrême et la mortalité était élevée ; on comptait parfois jusqu'à 20 morts en un jour. De ce point de vue, la situation s'améliora rapidement ; la mortalité baissa et les gens reprirent des forces. Presque tous souffraient du trachome (98% exactement) au moment où ils sont arrivés au camp de Roch-Ha'ayin. Après quatre mois de séjour et de soins constants, qui étaient souvent administrés contre le gré des parents, cette proportion tomba à 20%. L'état de santé des enfants était également très insuffisant. Beaucoup d'adultes et d'enfants souffraient de maladies vénériennes.

En 1951, on comptait encore 256.000 immigrants dans les camps de transit ; c'est-à-dire, le cinquième de la population d'Israël qui comptait alors 1.400.000 habitants.

Conclusion

La présence ininterrompue des Juifs en Palestine couvre 33 siècles ; au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Arabie, 25 siècles. Cette présence a suscité des liens moraux et matériels très profonds avec ces pays : 25 siècles de naissances, de mariages, de morts ; de communautés créées, développées puis quittées par décret de déportation ou par la ruine économique ; de foyers, synagogues, écoles, boutiques, construits et reconstruits après chaque pogrome ou catastrophe naturelle ; de routes de commerce parcourues ; de légendes, contes chansons, maximes sur les villes et les villages ; de fêtes et commémorations et solennités distinctes ; de coutumes diététiques, de vêtements, de folklore ; 25 siècles de communautés de docteurs, marchands, artisans, fermiers, poètes, médecins ; de communautés qui représentaient des années de labeur productif et d'amour ; de services rendus au pays ; de création de commerces, de presse d'imprimeries, de banques, de branches entières de l'économie.

C'est aussi 25 siècles de combat livrés par les Juifs aux côtés des non-Juifs pour repousser les envahisseurs : aux côtés des musulmans contre les croisés ; aux côtés de Turcs contre Napoléon, des Algériens contre les Espagnols (17e siècle) ; aux côtés de leurs compatriotes de France et de Grande-Bretagne dans les deux guerres mondiales, et dans les luttes de libération nationale des peuples parmi lesquels ils vivaient.

Après vingt-cinq siècles de présence juive dans ces pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, 95% des communautés juives ont disparu en l'espace d'une seule génération. En fait, cela n'a été possible que parce que pendant 13 siècles le monde arabe a refusé d'intégrer les Juifs. Les Juifs ont, au contraire, toujours été rappelés à leur statut d'infériorité par des mesures discriminatoires et par la violence ouverte. Ainsi s'est détruit tout sentiment d'égalité ou de sécurité qui aurait dû naître du fait d'une aussi longue cohabitation.
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > La Taverne > Pendant ce temps, en Israel
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 03h32.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite