JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 784 (sites) | 1458 (forums)Créer un compte
Forums divers
Le Bar de la Taverne
Les forums JOL > Forums divers > Le Bar de la Taverne > Roman d'une Caernite immigrée RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Thalie
Thalie
Alpha & Oméga
 
Avatar de Thalie
 
Mais c'est quoiiiiiiiiiiii ça ? *dérouté*
Propose le a un éditeur et fait en la promotion sur JOL (avec à la fin : Dédicace à JeuxOnline et à Norah m'ayant donné cette idée, pour éviter les problèmes de "pas de publicité" )
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Youpi
Youpi
Alpha & Oméga
 
Avatar de Youpi
 
non norah, c'est moi qui lui ai donné l'idée en premier sur un post de Caern, je veux un pourcentage

Bon sans rire voila mes impressions, j'ai tout lu a tête reposé hier soir et le reste ce matin. Tout d'abord ton écriture s'améliore, le récit est mieux conté sur la deuxième partie, après le premier (à suivre)

Pourquoi? Je trouve les descriptions plus proches de la réalité et les réactions des gens plus réalistes. Le début est un peu trop stigmatisé. Relis toi, si tu n'arrives pas bien a te comprendre tu peux reformuler. C'est moins vrai sur la 2e partie du récit mais sur la première j'ai eu parfois un peu de mal à saisir ce qui se passait.

Le rythme est bien soutenu sinon, on aimerait que tu détailles plus le caractère et les pensées de Sariel. Il faut se mettre à sa place avec son vécu et ses pensées.

Voilà c'étais mes conseils sur le vif comme ca, sinon j'avoue que j'attend la suite
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sasa, scribouillarde
Sasa, scribouillarde
Impératrice
 
Avatar de Sasa, scribouillarde
 
Je sympathisait très vite avec les deux filles de la maison. Je constatais qu’Améniel n’était pas forcement heureuse du choix de son fiancé. En effet, celui ci avait jeté son dévolu sur la jeune fille et lui faisait accomplir ses quatre volontés sous le prétexte de sa blessure, que je savais guérie complètement.
Enguerrand était un garçon charmant avec qui j’avais de nombreuses crises de fou rire. Il était drôle, facétieux mais savait redevenir sérieux et tenir une conversation passionnante. Je passais de nombreuses heures avec lui et ses sœurs à explorer le domaine pendant de longues chevauchées..
Dame Clotilde m’avait, elle, prise sous son aile, elle m’avait offert les anciennes robes de ses filles et ne se lassait pas de m’envoyer sa servante pour me coiffer, m’habiller, me parer.
Les soirs ou des invités venaient, on me présentait comme une grande magicienne, je devais montrer mes talents.
Avec répugnance, je faisais quelques sorts pyrotechniques qui impressionnait beaucoup et qui m’attirait des applaudissements qui me gênaient.
Le soir, je me retrouvaient dans ma chambre ou Mélicène me rejoignait et où elle me racontait ses rêves d’avenirs, rêve de jeune fille romantique qui me laissait songeuse, mais tout a fait décidée à ne pas suivre cette voie.
Au bout d’une quinzaine de jours, je m’ennuyais ferme, et je décidais de me trouver une occupation. J’allais trouver Godefroy et lui demandais s’il pouvait m’entraîner aux armes. Il rit d’abord puis me regarda d’un air sérieux.
« - En es tu sur ?
- Oui
- Bien, tu t’entraîneras avec Cydric, au moins, je suis sur qu’il veillera a ne pas te blesser »

Le jour de ma première leçon, on me prêta une épée d’entrainemnt, mais je ne me battais pas tout de suite. Cydric voulu que je m’échauffe d’abord. Il me fit faire 10 fois le tour de la cour, me fit sauter sur place, me fit porter des charges, si bien qu’au bout de l’échauffement j’étais rompue.
Cydric souriait d’un air narquois, mais il ne connaissait pas ma volonté, j’avais été l’élève de Magnus, ce n’était pas un jouvenceau qui allait avoir raison de moi.
Je saisissais mon épée et me mis en garde en face de lui.
Il m’apprit les différentes passes et parades. J’étais maladroite et trop pressée. Je remarquais qu’il veillait à ne pas me blesser et cela m’agaça.
« - Je n’apprendrais jamais si j’ai un professeur timoré ! » lui lançais-je.
Il se vexa et les cours prirent une autre tournure. Il n’hésitait pas à m’attaquer et j’étais obligée de me défendre.
Je me couchais le soir, brisée et les épaules douloureuses, mais j’apprenais vite, et je retrouvais mon maître d’armes avec plaisir, consciente de mes progrès.
De plus, j’étais encouragée par mes trois amis qui faisaient fi de leur cousinage avec Cydric pour me soutenir.
Enguerrand, quand à lui m’apprenait autre chose. Il avait une fascination pour les bateleurs et autres baladins et avait appris a jongler et à cracher le feu, choses qu’il m’enseigna.
Dame Clotilde, voulait faire de moi une jeune fille accomplie, la pauvre, et tentait de m’enseigner les danses et menuet que l’on pratiquait à la cour, elle tenta également de me donner une démarches gracieuse mais elle échoua.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sasa, scribouillarde
Sasa, scribouillarde
Impératrice
 
Avatar de Sasa, scribouillarde
 
Merci de vos conseils. Youpi, j'ai bien l'intention de le relire, mais j'attends un peu, si je me met à la relecture maintenant je vais me lasser et arrêter.
Si j'écris ici Norah, c'est justement pour vos encouragements qui m'aide à continuer. Je ne comprends pas pourquoi tu es déroutée, j'espère que tu aimes quand même.

Béné ljd Sariel
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Elladan Araphin
Elladan Araphin
Alpha & Oméga
 
Avatar de Elladan Araphin
 
Un lien vers ce sujet a été ajouté dans la bibliothèque du Bar.

Par contre si tu pouvais me donner un titre pour le roman ce serait pas mal parce que là j'ai mis : "Roman d'une Caernite immigrée" et je sais pas trop si tu veux conserver ça ou non.

Sinon, joli texte.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Youpi
Youpi
Alpha & Oméga
 
Avatar de Youpi
 
Citation:
Provient du message de Sasa, scribouillarde
Merci de vos conseils. Youpi, j'ai bien l'intention de le relire, mais j'attends un peu, si je me met à la relecture maintenant je vais me lasser et arrêter.
tu peux me tutoyer tu sais, je suis pas si vieux que ca

et en plus on est du même serveur mais c'est sur qu'on ne s'est pas croisé souvent

pour la relecture, je ne parlais pas maintenant. Moi quand j'écris, je fais ca d'un coup et par étape de l'histoire. Une fois que l'étape est finie, je relis avant de poster. Ca m'aide a corriger ou a reformuler certaines erreurs d'écritures.

Parce que c'est vrai que relire son roman on trouve généralement ca nul et ca décourage

ne te sens pas obligé de décrire le comportement de tous les personnages, fait nous les découvrir aussi des fois

bon sinon on attend la suite, au boulot la pigiste
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sasa, scribouillarde
Sasa, scribouillarde
Impératrice
 
Avatar de Sasa, scribouillarde
 
En février, tout était gelé, on ne sortait plus que rarement, le froid était mordant et la nature semblait s’être arrêtée sous l’épaisse couche de neige. Les paysages étaient tellement semblables qu’il nous arrivait de penser que le temps, lui aussi, était immobile.
J’en profitais pour explorer la bibliothèque du château. Elle était aussi riche qu’éclectique. Je me passionnais pour les récits de voyage, je dévorais les descriptions des animaux, je me plongeais dans les ouvrages militaires.
Un jour, que pelotonnée dans un large fauteuil en cuir près de la cheminée je lisais un ouvrage sur les chevaux, Godefroy entra dans la pièce. Sans un mot, il se dirigea vers moi et tira de sous sa chemise une petite clé. Il me prit par la main et m’emmena vers les rayonnages consacrés à la guerre et ses tactiques. Il en sortit un gros ouvrage sur les machines de guerre, libérant ainsi un large espace ou il glissa sa main qui tenait la clé ; J’entendis un léger déclic et un pan entier de mur pivota dévoilant une cavité obscure. Godefroy attrapa un chandelier, me reprit la main et m’entraîna dans la pièce.
Je découvris, un peu ébahie, une salle de modestes dimensions dont les murs étaient couverts de livres. Le bas des étagères étaient des placards fermés.
Je questionnais Godefroy du regard, il me fit signe d’aller examiner les livres.
J’en pris un au hasard. C’était un ouvrage de magie !
Je regardais Godefroy.
« - Je… je ne comprends pas, que fait une bibliothèque de magie ici ?
- Ce château appartenait à mon frère aîné, décédé il y a longtemps, il avait épousé une très jeune femme, c’est elle qui a fait construire cet endroit et qui a collecté les ouvrages. A la mort de mon frère, elle a disparue. Personne n’a pu expliquer la mort de mon frère, on a songé un moment accuser sa femme, mais aucune preuve n’a pu être fournie. Mon frère m’a révélé cette cachette avant de mourir, tu es la première à y pénétrer.
- Comment s’appelait cette femme ? »
Godefroy me répondit, un voile noir passa devant mes yeux et je m’évanouis.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sasa, scribouillarde
Sasa, scribouillarde
Impératrice
 
Avatar de Sasa, scribouillarde
 
Je me réveillais dans ma chambre, au dessus de moi des visages inquiets m'observaient. Mélicène était la, Enguerrand aussi, Dame Clotilde me passait de l'eau sur le front.
J'essayais de rassembler mes idées... Ma mère... Encore une fois elle faisait irruption dans ma vie. Elle avait été l'épouse du frère de mon hôte, peut être même l'avait elle assassiné.
Je demandais a tout le monde de sortir, mon ton un peu sec les surprit. Je demandais a voir Godefroy, je lui devais des explications.
Il arriva très vite, il devait être à l'affût de mes nouvelles, je décidais de ne rien lui cacher.
IL blêmit à mes paroles, me regarda d'un drôle d'air et sembla examiner mes traits.
"- Sariel, puisque tu m'as dit la vérité, à mon tour je te la dois...
Tu as un frère Sariel, il s'agit de Cydric.
- Cydric, mon frère.... mais, je ne comprends pas... Je pensais que votre frère était mort sans descendance puisque vous avez hérité du domaine.
- Cydric n'était qu'un petit garçon à la mort de son père, je suis son tuteur, Cydric est le véritable maitre de Tinville, mais il me laisse gérer ses affaires. "
Je me pris la tête entre les mains, cette famille de hasard que je m'étais choisi était un peu ma vraie famille. L'absence de mon père se fit douloureusement ressentir.
"- Devons nous le dire a Cydric? demandais je
- Comme tu veux, c'est à toi de décider.
- Je pense que c'est mieux, a moins qu'il n'ait idéalisé sa mère et qu'il soit déçu de son comportement.
- Non, il n'a pas eu vraiment le temps de la connaitre, et puis...
-Et puis?
- Je pense que Cydric te porte un intérêt ... particulier.... peut être serait il sage qu'il sage que tu es sa soeur."
Je sentis le rouge me monter aux joues.
" - Oui, en effet, cela me semble plus sage."
Godefroy s'apprêtait à sortir, mais je le rappelais.
" - Godefroy, puis je quand même étudier cette bibliothèque?
- Bien sur, si ton frère est d'accord" dit il en souriant.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Telefoneur OdO
Telefoneur OdO
Roi
 
Avatar de Telefoneur OdO
 
c'est de la bonne lecture de tout temps :qu'il pleuve qu'il vente ou qu'il neige...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de John Petrucci
John Petrucci
Bagnard
 
Avatar de John Petrucci
 
Tu peux nous faire un résumé ?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sasa, scribouillarde
Sasa, scribouillarde
Impératrice
 
Avatar de Sasa, scribouillarde
 
Hihi, voila le résumé pour ceux qui n'ont pas le courage de lire mon pavé
Sariel est née d'un père druide et d'une mère magicienne. Un jour qu'elle est agressée verbalement par un membre de la communauté druide ou elle vit (sa mère s'est enfuie à sa naissance) elle se rend compte de ses pouvoirs magiques et blesse son agresseur.
Elle est chassée.
Elle part par diverses aventures et rencontre un marchand qui l'emmène chez Magnus, grand magicien qui devient son maitre. L'apprentissage de la magie se fait dans la douleur, et lorsqu'on lui demande d'apprendre la nécromancie et de la tester sur un humain elle refuse et se sauve.
Dans ses errances, elle sauve un homme dans une auberge grace à sa magie. Elle est prise en charge par les compagnons de cet homme, et les suit jusqu'à chez eux pour veiller sur le blessé.
Elle passe quelques mois heureux chez ces gens là, jusqu'au jour ou elle apprend que sa mère fut l'épouse de l'ancien maitre des lieux et qu'elle à un frère...

On en est la
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de John Petrucci
John Petrucci
Bagnard
 
Avatar de John Petrucci
 
Arf :/
Non mais c'etait pour te KC en fait :/
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sasa, scribouillarde
Sasa, scribouillarde
Impératrice
 
Avatar de Sasa, scribouillarde
 
pour me KC? C'est pas très gentil si c'est bien ce que je comprends. Puis je savoir pourquoi? J'aime les critiques constructives, même si elles sont négatives!
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sasa, scribouillarde
Sasa, scribouillarde
Impératrice
 
Avatar de Sasa, scribouillarde
 
Mes relations avec Cydric changèrent du tout au tout, l’annonce de la nouvelle le surprit, bien sur, mais je crois qu’il en fut heureux. Nous eûmes de grandes discussions, nous nous découvrîmes des points communs. Il était mon ainé de quelques années et possédait une expérience que je n’avais pas. Quand aux enfants de Godefroy, savoir que j’étais leur cousine par alliance les ravit et notre complicité en fut confortée.

Parallèlement je commençais, avec l’autorisation de mon frère, à étudier la bibliothèque. Quel trésor ! Sans être à la hauteur de celle de Magnus, elle contenait des ouvrages rares, beaucoup de livres d’herboristerie curative, mais également des livres de poisons. Je me refusais à apprendre de nouveaux sorts, mais malgré moi, je me surpris en train de réciter les formules, pour les apprendre, comme j’en avais pris l’habitude chez Magnus.
Parfois, Cydric me rejoignait, il me regardait lire, il semblait qu’il n’ait, lui, hérité d’aucun pouvoirs.
Un soir, je me glissais subrepticement hors du château. Il gelait, la lune était pleine et les branches des arbres se découpaient, lugubres, sous le ciel blafard.
Je m’éloignais de quelques centaines de mètres, et poussée par un instinct qui me faisait peur, j’essayais de nouveaux sorts. Je réussis à soulever par la pensée une grosse pierre et à la laisser léviter quelques secondes. Puis, frissonnante, j’essayais sur moi. Je me sentis décoller du sol, mais je retombais immédiatement, lourdement sur la terre gelé. Furieuse, je réessayais encore et encore… La nuit passa. Au bout de la nuit, j’étais meurtrie et endolorie, mais je réussissais à rester en l’air presqu’une minute.
J’allais réessayer lorsque j’entendis qu’on criait mon nom. Je réalisais qu’il faisait jour et que l’on devait me chercher.
Enguerrand arriva vers moi, il me sourit. Je regardais son visage mur et viril, ses cheveux, curieusement blancs, et ses yeux bleus. Je fut subitement fière de l’avoir comme cousin. Il ne comprit pas lorsque je me jetais à son cou et que je couvrais ses joues de baisers rieurs.


Vint le printemps, mes escapades nocturnes n’inquiétaient plus personne. J’avais assimilé tout ce que je pouvais de la bibliothèque. Certains sorts me restaient interdits. Malgré mes efforts je n’arrivais pas à les assimiler. D’autres étaient écrits dans des langues que je ne comprenais pas.
Je commençais à m’ennuyer. Le renouveau de la nature m’avait charmée. Je m’étais surprise à réciter les prières que j’avais apprise dans ma jeunesse. J’avais cueilli les plantes de Printemps et j’avais appris à Dame Clotilde à fabriquer les décoctions qui guérissent. Mais à présent, j’errais dans le château ou dans le domaine avec Salto et je réfléchissais. J’avais trouvé une famille, mais je ne comptais pas rester ici toute ma vie.
J’allais attendre le mariage qui devait avoir lieu fin mai et j’annoncerais ma décision de partir. OU j’irais ? Je n’en avais aucune idée. L’image d’Osgard et de Clarisse me hantait parfois, j’avais tellement grandi et mûri depuis que je ne les avais vu…

Les préparatifs du mariage battaient leur plein. La maisonnée entière était en ébullition, préparation des menus, couture de la robe, composition des panières de fleurs. Tout le monde était très gai, mais je surprenais parfois dans les yeux d’Améniel une incommensurable tristesse.
Comme je la comprenais, Abélard était poseur et rasoir, il ne s’intéressait qu’au faucon et à la chasse et n’avait rien des idéaux romantiques qu’imagine une jeune fiancée.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sasa, scribouillarde
Sasa, scribouillarde
Impératrice
 
Avatar de Sasa, scribouillarde
 
La veille du mariage, tout était prêt. L’ambiance était à la réjouissance, mais l’on sentait chacun inquiets du déroulement de la cérémonie. Abélard posait déjà sur Améniel ce regard que l’on pose sur une chose déjà acquise et je la vit rougir à plusieurs reprises.
Je regrettais parfois d’avoir soigné cet homme, mais je chassais vite cette pensée de mon esprit.

Le soir, tout le monde se coucha tôt. J’étais moi même assez exténuée, la journée avait été longue, nous avions préparé les marinades, les confitures et les confits. J’étais également très excitée, Clotilde m’avait cousue une robe ravissante dans les tons de verts et j’avais hâte de la mettre .

Je peinais malgré tout à m’endormir, je savais que dans 3 jours, après les fêtes consécutives aux noces, je partirais de cet endroit ou j’étais si bien.
Je me tournais et retournais dans mon lit lorsque j’entendis un bruit dans le couloir. Je me levais silencieusement et entrebâillais ma porte. Dans le couloir, marchant sur la pointe des pieds, Améniel, toute habillée et un sac sur l’épaule s’apprêtait visiblement à s’enfuir.
J’ouvris ma porte et je me précipitais vers elle. Elle poussa un cri étouffée lorsque je lui mis la main sur l’épaule. Je l’entraînais dans ma chambre.
« - Que fais tu ?
- Je pars, je ne veux pas épouser cet homme.
- Ou vas tu ?
- je ne sais pas.
- Tu ne peux pas partir seule !
- Je ne sais pas si je peux partir seule ou non, mais je pars !
- En pleine nuit ?
- Oui, veux tu que demain matin j’annonce à tout le monde que j’annule mon mariage. Maman en mourrait de honte, papa serait furieux.
- Et là, a ton avis , quelle sera leur réaction.
- Je ne sais pas Sariel, mais je refuse, tu m’entends bien, je refuse de vivre ma vie auprès de ce pédant ! »
Je soupirais.
« - Bien, je pars avec toi, va en cuisine prendre quelque nourriture pour le voyage, je me prépare et je vais seller les chevaux.
- Mais… ?
- Pas de mais, descend je te dis ! »

Je fis mon paquetage, encore une fois, j’abandonnais une jolie robe. Je souris au souvenir de Clarisse. Je pris le temps d’écrire une lettre a Godefroy et Cydric, les assurant de mon affection. Je partais pour veiller sur Améniel dont la décision semblait irrévocable. Je repartais….
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > Le Bar de la Taverne > Roman d'une Caernite immigrée
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 19h44.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite