JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 600 (sites) | 1195 (forums)Créer un compte
Forum jeux-vidéo>Neverwinter Nights
le Théâtre des Illusions
Fil fermé
Partager Outils Rechercher
Avatar de Sano Rong
Sano Rong
Impératrice
 
Avatar de Sano Rong
 
- Ne vous en faites pas pour la fuite Dit Sano a ses amis J'ai un merveilleux moyen de sortir d'ici.... Par contre il faudra que je vous quittes nous nous retrouverons à la sortie de la ville lorsque vous aurez Frohnir et Delroth...faites moi confiance c'est tout ce que je vous demande...

Il regarda Druss qui n'apprécia pas de nouveau l'idée du voleur de s'eclipser. Sano réenfila son foulard noir sur son visage et regarda ses armes dans les mains de Mëryl.

- Gardez les au chaud je viendrai peut-être les récuperer...

Il salua Jarlaxle d'un signe de tête et souhaita bonne chance a ses compagnons, il s'arreta en face de Mëryl et lui glissa un mot à l'oreille.

- Si...si vous ne me voyez pas au rendez vous précis....trouvez un autre moyen de sortie et dites à Frohnir... Puis il se ravisa en souriant non ne dites rien, vous a t'on déja dit que cette robe de mage vous allez à ravir ? hé hé

Puis Sano partit sans se retourner par la porte de l'auberge
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Llandràäd
Llandràäd
Roi
 
Avatar de Llandràäd
 
Druss réajusta son amulette, retrouvant son aspect Drow. D'une certaine manière, il se sentait en sécurité grâce à cela. Puis il demanda à Jarlaxle où il pouvait trouver la personne chargée des combats et s'en alla la retrouvée, laissant les trois femmes choisir leur cachette. Arrivé devant le maître des gladiateur, il se présenta.

D'reïkk Del Undur. Frère des trois soeurs qui viennent de fuir Arach Tinilith. J'ai décidé de participer au combat afin de tuer d'autres gladiateur en sacrifice pour Lloth ... afin de laver mon honneur salit par mes traîtresses de soeur dit-il.

Le Drow en face de lui le toisa et ricana.


- Vous ferez l'affaire je pense. Vous combattrez contre mes meilleurs gladiateurs afin de laver l'affront fait à la Grande Matriarche Vektra. Elle veut la tête de ses jeunes femmes mais surtout de ce .. Sano Rong. Mais elle suspecte vos soeurs de n'être que des imposteurs ayant pris la forme de Drow à l'aide de magie. Et de même elle vous suspecte d'utiliser de ce stratagème.

- Ces traîtresses ne sont plus mes soeurs et je tuerai la première d'entre elle que je verrais. Quand à Vektra, si elle me suspecte de ne pas être un Drow ... il rit dans ce cas qu'elle vienne elle même me privé de ma "magie" ou qu'elle m'envoi son champion afin de me défié dans les arènes .... à moins qu'elle accepte de se déshonoré elle-même en me défiant dans les arènes ...

- Je ne crois pas qu'elle le fera ... mais elle a déjà décidé de ses champions. Si vous sortez vainqueur des combats contre mes Gladiateurs, vous aurez à affronter le meilleur guerrier de la Fraternité du désespoir. je suppose que vous connaissez ces assassins qui n'obeïssent qu'à la volonté de Lloth ...

- Leur renommé a dépassé Menzoberranzan. fit Druss humblement. Que Lloth bénisse la main qui torturera vos ennemis fit Druss en guise de salut. Puis il se fît mener au camp d'entraînement afin de se rassasier et dormir avant les combat.
__________________
Si le savoir peut créer des problèmes, ce n'est pas l'ignorance qui les résoudra. (Isaac Asimov)
Seth Harper - Conseiller L.O.U.P.S - Prime Administrateur Arès Corp.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Acidamere
Acidamere
Alpha & Oméga
 
Avatar de Acidamere
 
Le mercenaire avait indiqué une cachette aux trois femmes. Il s’agissait d’une petite grotte creusée dans la paroi d’une Stalagmite qui abritait plusieurs tripots et quelques bordels. En traversant cet entrelacs de tunnels et de niches, Mëryl avait appris plus de choses sur le sexe qu’en soixante années de vie. Elle aurait d’ailleurs souhaité ne jamais savoir que certaines de ces choses puissent exister…

Elayne et Fëriany s’ignoraient superbement, et nouer la conversation avec l’une ou l’autre n’était pas aisée. Au bout de plusieurs heures, longues et moroses, l’elfe décida d’aller faire un petit tour. Sano avait disparu on ne savait où, Druss était parti aussi, décidément, l’aventure n’avait rien d’amusant…

Jarlaxle avait dit que les préparatifs de la cérémonie en l’honneur de la reine araignée dureraient jusqu’au lendemain. Cela laissait encore de nombreuses heures à tuer…


« - Vous êtes si naïve… »

Mëryl sursauta et pivota, affolée. Le mercenaire se trouvait là, face à elle, nonchalamment adossé à la paroi, les bras tranquillement croisés sur la poitrine.

« - Naïve ? vous voulez dire que vous nous avez déjà trahis ? »

« - Ne vous fiez jamais à un drow ! Mais pour répondre à votre question, non, je ne vous ai pas trahis. »

« - Alors pourquoi m’espionnez-vous ? »

« - C’est mon métier jeune fille. Et puis j’avais un peu envie de veiller sur vous. Vous me rappelez Drizzt. Si naïve, si pleine de bonté, si crédule… »

« - Mais lui aussi vous l’avez aidé n’est-ce pas ? Alors peut-être que vous n’êtes pas aussi mauvais que vous voulez bien le laisser croire… »

Le drow haussa un sourcil puis éclata de rire.

« - Vous me plaisez beaucoup jeune Myriel. Vous vendre à Matrone Baenre me rapporterais une fortune. »

« - Mais vous ne le ferez pas n’est-ce pas ? »

« - Qui sait ? Quoi qu’il en soit, trouvez-vous à l’entrée sud des arènes dans…» Il regarda Narbondel attentivement, « - 18 heures. Mes hommes vous feront entrer, après ce sera à vous de jouer. Bonne chance. »

Il caressa la joue de l’elfe puis disparu comme il en avait l’habitude, laissant Mëryl perplexe et apeurée. Elle retourna à la cachette et se coucha pour reprendre des forces.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sano Rong
Sano Rong
Impératrice
 
Avatar de Sano Rong
 
Après s'être éclipsés, Sano se dirigea dans les rues d'Arach Tinilith sans véritablement se cacher, cela aurait tiré encore plus l'attention des gardes et autres espions. Il avait néanmoins son foulard qui lui recouvrait la tête et il marchait d'un pas craintif et légèrement recourbé comme la plupart des esclaves chargés d'une mission par leur maîtresse.

Il refit le chemin en sens inverse et se redirigea vers la somptueuse demeure de l'elfe Vektra Chuss T’Nir, s'il avait dit à ses amis ou il se rendait, ils l'auraient attachés sur place et baillonné de façon a ce qu'il ne se jette pas dans la gueule du loup. Mais un problème se poserait dès qu'ils auraient libérés Frohnir et Delroth, l'alarme serait immédiatement donnée et les portes de la ville fermée. Il faudrait trouver un moyen de sortir de ce piège a rat et Sano pensait l'avoir trouvé.

La maison de la prêtresse était en effervescence, des gardes grouillaient aux alentours et on pouvait même entendre la voix de Vektra hurler toutes sortes d'injures. Des têtes allaient tomber c'était certain. Le voleur se glissa sur le côté du bâtiment, il fallait qu'il trouve un moyen de pénétrer dans cette maison sans se faire remarqué, l'expérience n'allait pas être facile mais pour Sano, plus c'était difficile et mieux le jeu en valait la chandelle.

Le roc dans lequel la maison était taillée, contenait des aspérités qui permettait de s'agripper plutôt facilement, il regarda en hauteur et vit qu'une fenêtre était ouverte à une dizaine de mètres, il jeta un oeil à droite et à gauche et ne vit personne dans la sombre rue qui jouxtait la demeure de la prêtresse. Il s'accrocha et monta avec l'agilité d'un félin et se tint en suspension sur le balcon. Des voix s'échappaient de la pièce.


- ...ce Olplyn m'a ridiculisée, il me faut sa tête ainsi que ces garces qui l'accompagnent !
- Comprenez moi grande prêtresse, si vous ne nous donnez pas plus d'informations nous ne pour...
- Silence ! Tu le retrouves un point c'est tout !
- Vektra essaie de me comprendre....
- Pauvre idiot je t'ai déjà dit de ne plus me tutoyer ! N'a tu pas compris qu'il n'y a plus rien entre nous ? Je me suis lassée de toi et de tes pauvres prouesses de mâle véreux !

Sano risqua un coup d'oeil par la fenêtre et ce qu'il vit faillit lui faire lâcher prise, le drow qui avait essayé de le tuer dans la cave du bâtiment dans le cormyr se tenait dans cette pièce. Vektra avait eu une liaison avec ce Drow.

- Alors je le tuerai et je ramènerai sa tête sur un plateau d'argent...
Le drow marchait rapidement vers la porte de sortie, il avait été blessé dans son amour propre et Sano savait qu'il devrait se méfier de ce genre d'individu. Il claqua la porte et Vektra se retrouva seule dans la chambre a coucher. Le jeune voleur en profita pour se glisser derrière les tentures. Vektra sentit un courant d'air et regarda vers la fenêtre, elle ne se souvenait pas de l'avoir ouverte aussi grande, elle se dirigea vers elle et la referma, elle se retourna et fut prise de stupeur, un homme habillé tout en noir et sa tête enroulée dans un turban de la même couleur se tenait face à elle

- Qu'est ce...
- Rebonjour Vektra saches que si tu cries je peux te tordre ton cou, je me trouves trop près de toi pour que tu en réchappes.

Sano savait très bien qu'il n'aurait pas le courage de tuer une femme, mais il fallait jouer au plus fin dans ce genre de situation.
- Tu est fou Sano Rong de te jeter dans la gueule du loup...
- Un vieux dicton de Kara-Tur dit :"lorsqu'on revient sur les lieux de notre naissance, on se rapproche de la mort...»j'essaie de faire déjouer les statistiques...hé hé
- Alors tu est soit fou soit un héros.
- Un héros ? Les héros de bataille ne vivent jamais très longtemps demoiselle Vektra la plupart meurent avant d'avoir atteint l'age de la raison... pour ma part j'espère devenir un héros lorsque j'aurai les cheveux blancs et que je serai gâteux
- Qu'est ce que vous voulez ?
- Un laissez passer.
- Jamais plutôt mourir vous ne sortirez pas vivant d'ici !
- Je pensais que vous m'aviez dit de prendre Frohnir et de déguerpir d'ici...il me semble que vous jouez un double jeu jeune prêtresse...je sais très bien que vos services de renseignements auraient très bien pus retrouver ma trace facilement dans ce dédale de rues et de bâtiment...pourquoi ne pas l'avoir fait...
- Je....je...j'ai une position difficile ici..
Elle regarda le voleur dans les yeux, il ne cillait pas puis elle lui parla franchement.

- je prie depuis quelques temps Eilistraee, la "Vierge Noire", j'en ai assez de tous ces sacrifices et ces injonctions en faveur de lloth, trop de gens ont souffert de ma main, j'ai tuée...j'ai tuée mon père et mon frère sur l'autel des sacrifices et depuis je suis prise de terribles remords...mais en moi coule encore le sang des elfes noires et je n'ai parfois même plus confiance en moi....
- Je peux vous faire sortir d'ici Vektra.
- Non ma place est ici et le monde de la surface n'est pas fait pour moi.
- Alors donnez moi un laissez passez, et je filerai d'ici avec Frohnir et Delroth
- Je...je ne peux pas...seule la matronne Baenre en a le pouvoir elle ne sera pas la avant la cérémonie et je doutes que vous parveniez a penêtrer ne serait ce que la porte d'entrée...
- Quant a lieu cette cérémonie ?
- Dans une petite vingtaine d'heure.
- Il faudra que vous m'aidiez a rentrer dans ce bâtiment...et que vous me cachiez ici en attendant.
Elle sourit, et regarda le voleur. La prêtresse se dirigea vers la porte et la ferma a clef. Sano se demanda en fin de compte si c'était véritablement une bonne idée de rester ici
- en attendant la suite des événements et pour faire passer le temps,...continuons ce que nous n'avions pas terminés avant que vous vous enfuyiez...
Puis elle se rendit sur sa couche en regardant le voleur avec un grand sourire.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Acidamere
Acidamere
Alpha & Oméga
 
Avatar de Acidamere
 
Ce furent les bruits de bottes qui réveillèrent Mëryl. Puis les cris des prostituées. Leur cachette devait avoir été découverte et une troupe armée cheminait à travers le dédale de tunnels pour les arrêter. Il était trop tôt pour se rendre aux arènes, les festivités n’auraient pas lieux avant plusieurs heures ; il fallait fuir !

Elayne devait avoir été faire un tour elle aussi car elle n’était pas visible dans la petite grotte. Fëriany était déjà debout avec sa rapière prête à en découdre, et elle regardait avec une rage féroce l’entrée de la caverne, guettant le premier soldat qui y pénétrerait.

Et ils arrivèrent.

Une vingtaine de drows en cotte de maille et armés de lames courbes et d’arbalètes de poing se suivaient en file indienne dans le couloir menant à leur cachette. Les fléchettes enduites de somnifère commencèrent à siffler aux oreilles des deux jeunes femmes, mais aucune ne parvint à traverser la cotte de Fëriany ou la robe de Mëryl.

La demi-elfe, malgré toute sa bravoure ne pu tenir l’entrée pendant plus d’une minute. Les drows étaient de fins combattants, et bien que quatre soient morts sous sa lame acérée, ils pénétrèrent en force dans la petite grotte après que l’un d’eux ai invoqué un globe de ténèbres, forçant Mëryl à tester pour la première fois son habileté aux poignards. Souple comme une panthère, elle évitait les épées de ses adversaires avec une déconcertante habileté, mais, gênée par son ample robe de mage, elle savait que cela ne durerait qu’un temps. Alors elle frappa. Parant avec son poignard gauche, elle trancha la gorge de son adversaire direct avec sa lame droite, faisant gicler du sang sur son avant-bras qu’elle retira instinctivement, affolée et dégoûtée. Lorsque Fëriany s’écroula, visiblement touchée par une fléchette au niveau du cou, Mëryl su que la fin était proche pour elle aussi. Elle virevolta une dernière fois puis, éloignée de deux pas de son plus proche adversaire incanta rapidement et fit apparaître la plus grosse boule de lumière qu’il lui fut possible.

Le petit soleil qui inonda subitement la caverne aveugla les drows qui durent fermer pendant un long moment leurs yeux endoloris, laissant ainsi à l’elfe le temps de s’échapper. Alors qu’elle se précipitait vers la sortie elle se retourna pour regarder une dernière fois Fëriany qui gisait inconsciente sur le sol de pierre. Le drow au-dessus d’elle semblait prêt à lui donner le coup de grâce, mais un examen plus attentif lui révéla qu’il se lamentait comme un perdu :


« - Vecktra va me tuer, elle va me tuer… »

Après avoir tourné dans plusieurs couloirs et plusieurs directions, Mëryl su qu’elle était sauvée temporairement. Sauvée, mais perdue. Elle s’accroupit dans une anfractuosité de la roche, regarda ses mains pleines de sang, et pleura. Elle pleura car elle avait donné la mort. Elle pleura aussi parce qu’elle avait abandonné Fëriany à son sort.

Où était Sano ? Où était Elayne ? Où était Druss, et où était-elle ? Et Fëriany, et Fröhnir, et Delroth ? Tous séparés, tous perdus. Cette escapade en Ombre-Terre était une véritable catastrophe.

Lorsqu’une main à la peau d’obsidienne lui tendit un mouchoir d’une blancheur immaculée, Mëryl leva les yeux.


« - Finalement vous n’avez pu résister à la tentation de nous vendre n’est-ce pas ? »

Visiblement froissé, Jarlaxle fit une grimace de dépit.

« - Vous vous trompez Myriel, je n’y suis pour rien. »

« - Que vais-je faire maintenant ? »

« - Votre amie a été emmenée à la prison. Là-bas elle rejoindra ceux qu’elle voulait libérer. »

« - Et Elayne ? »

« - Je ne sais où elle est. Mes hommes sont à sa recherche. Elle ne doit pas être bien loin, les portes de la cité sont hermétiquement closes sur ordre de Matrone Baenre. Je vais vous mener aux arènes et vous faire entrer. Je ferais de même avec votre amie si je la retrouve. A vous deux et avec l’aide des gardiens qui me sont dévoués vous devriez pouvoir libérer vos deux amis. »

« - Vous voulez dire vos TROIS amis !? »

« - Je n’en sais encore rien, mais ne soyez pas surprise si l’un d’eux n’est pas ce que vous attendiez… »

« - Que voulez-vous dire par là ? »

« - Nous n’avons pas le temps d’en parler ici. Suivez-moi ! »
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Llandràäd
Llandràäd
Roi
 
Avatar de Llandràäd
 
La cérémonie fût longue et fastidieuse ce qui mît les nerfs de Druss à vifs. Mais enfin arriva le moment des combats de Gladiateurs. Son premier combat fut rapide, se trouvant face à un esclave drogué qui ne chercha même pas à éviter sa hache, fonçant droit vers le coeur du barbare. Sa tête vola jusqu'aux pieds du gladiateur suivant. Les ennemis se succédèrent et Druss fatiguait de devoir combattre tant de monde avant de combattre le champion.
Mais soudain, ce n'est pas un gladiateur qui entra dans l'arène. Quatre gardes portaient une femmes blanches pieds et poings liés. Elayne !
Il la jetèrent aux pieds de Druss et à ce moment là Matrone Triel Baenre se leva et prononça ces paroles :


Nous savons qui vous êtes, Druss. Marche-mort. Vous pouvez ôtez votre artefact, il ne vous sert plus à rien. Vous ne sortirez pas vivant d'ici.

Druss était décontenancé. Il enleva l'amulette en se demandant qui les avait vendu, mais lorsqu'il vît Elayne à terre, il sut qu'elle avait été torturée et forcée à parler.

Votre pitoyable tentative de sauvetage se terminera dans un bain de sang. Déjà nous avons retrouver l'autre guerrière qui accompagnait cette jeune imprudente à vos pieds et il n'est qu'une question de temps avant que nous retrouvions vos deux autres compères. Vous avez échoué Marche-mort. Maintenant, vous allez danser sur la marche funèbre !

Une vingtaine de gardes se précipitèrent vers le centre de l'arène où se trouvait Druss. La colère monta en lui. Une colère qu'il n'avait pas connu depuis longtemps. La rage berserk le submergea et sa hache vire-volta. Fendant l'air comme un charognard, Snaga semblait chanter alors qu'elle s'abreuvait du sang qu'elle faisait couler. Tuant tout ceux qui arrivaient à portée, Druss protégeait le corps d'Elayne, cette femme qu'il avait toujours aimé malgré l'amour démesuré qu'elle portait à Delroth. Et à cause de lui maintenant, elle était à l'agonie. Il se maudit intérieurement de l'avoir mener dans cette aventure et il redoubla d'efforts ...
__________________
Si le savoir peut créer des problèmes, ce n'est pas l'ignorance qui les résoudra. (Isaac Asimov)
Seth Harper - Conseiller L.O.U.P.S - Prime Administrateur Arès Corp.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Acidamere
Acidamere
Alpha & Oméga
 
Avatar de Acidamere
 
Comme promis, le mercenaire guida Mëryl jusqu’aux arènes et la fit pénétrer dans l’enceinte où se déroulerait la cérémonie. Les cachots où l’on enfermait les gladiateurs et les esclaves se situaient aux sous-sols. Ils descendirent un étroit escalier aux parois suintantes, et grâce à ses connaissances, Jarlaxle mena l’elfe jusqu’au couloir de la mort.

Des cris, des lamentations, des coups de fouets qui claquaient dans le noir. Voilà l’ambiance sonore à laquelle elle fut confrontée. Une file d’esclaves enchaînés passa à côté d’eux, menés par plusieurs drows à la mine sévère. Tous saluèrent le chef de Bregan d’Aerthe d’un petit signe de tête et continuèrent leur trajet vers l’arène où les malheureux seraient sacrifiés.


« - Votre amie et le renégat ne sont pas ici. Ils sont sévèrement gardés à l’étage des loges des matrones. J’en ignore la raison. Mais votre sœur est dans le cachot du fond. Savourez vos retrouvailles, mais… soyez sur vos gardes. »

« - Que me cachez-vous Jarlaxle ? »

« - Rien que vous ne deviez apprendre de ma bouche. Maintenant c’est à vous de jouer. D’autres affaires réclament ma présence ailleurs. Soyez prudente jeune Myriel, je vous aime bien. »

L’elfe rougit dans le noir et répondit timidement :

« - Mon vrai nom est Mëryl. Pas Myriel. »

Le drow chauve à la tenue flamboyante sourit, puis, avec un clin d’œil se retourna et disparut dans l’escalier.

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Fröhnir était assise dans le noir sur sa paillasse, les jambes croisées. Ses haillons pendaient lamentablement sur son corps meurtri mais elle était bien au-delà de ce genre de considération vestimentaire. Elle avait surmonté la souffrance physique et avait opposé une terrible résistance aux tortures morales. Mais elle avait craqué. Son infra-vision s’était développée avec le temps passé dans l’obscurité, et lorsqu’elle vit une drow avec son visage s’approcher des barreaux de sa cellule elle crut que ses yeux lui jouaient un nouveau tour.

Muette de stupeur elle observa un instant cette elfe noire qui s’acharnait sur la serrure avec un long poignard à la lame recourbée. Sans succès. Secouant sa longue crinière blonde avec une moue de désespoir affichée sur son joli visage, Fröhnir se leva péniblement et s’approcha de la porte. La drow s’arrêta de jouer avec la serrure, recula d’un pas et la regarda avec de grands yeux étonnés. Ses yeux !

Fröhnir tendis la main à travers les barreaux, et comprenant son geste, l’autre lui remit son poignard. Huit secondes plus tard, la grille s’ouvrait en grinçant, libérant l’elfe blonde.

L’autre la regardait toujours avec un air ébahi. Fröhnir mit ce moment de latence à profit pour bondir et plaquer le poignard sous la gorge de cette maudite drow. La haine qui brillait dans son regard effrayait autant son adversaire que si elle avait eu une tête d’Illithid.


« - Ne me tue pas. » lui dit l’autre en ôtant une étrange amulette de son cou. La transformation fut immédiate. Fröhnir lâcha le poignard et recula d’un pas. Elle se retrouvait face à face avec elle-même. En plus jeune.

« - Qui es-tu ? » arriva-t-elle à bredouiller.

« - Ta demi-sœur. »

« - Sœur ? »

« - Je suis Mëryl Elendur. Les mêmes esclavagistes Calishites qui t’ont capturé ont tué ta mère. Notre Père a quitté le Thétyr pour s’installer dans la grande forêt. C’est là qu’il a connu ma mère. Ton vrai nom est Fënyr Edeldaë, et je suis ta sœur. »

Fröhnir recula encore jusqu’à pénétrer de nouveau dans son cachot, secouant sa tête en signe de négation, refusant de croire ce qu’elle voyait ou ce qu’elle entendait.

« - Non, non c’est impossible. Je suis Fröhnir. Je suis une tueuse et une voleuse. Pas une elfe ! »

Mëryl s’approcha d’elle, lui prit les deux mains et planta son regard dans celui de sa sœur.

« - Fröhnir, je ne suis pas venue seule. Fëriany, Sano, Elayne et Druss m’accompagnent. Tu dois m’aider à délivrer Delroth et Fëriany. Ils sont prisonniers à l’étage supérieur du bâtiment. »

« - Sano ? Sano est ici ? » L’elfe faisait visiblement un effort pour recouvrer une partie de sa mémoire défaillante.

Mëryl ne lui laissa pas le temps de réfléchir plus longuement, elle lui mit dans la main son deuxième poignard et lui demanda de la suivre.


« - Viens avec moi. Tu sais mieux t’en servir que moi si je me fis à mes rêves, alors sers-t-en si nécessaire. Nous montons à l’étage pour délivrer nos amis. »
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sano Rong
Sano Rong
Impératrice
 
Avatar de Sano Rong
 
Vektra était lovée sur sa couche comme un serpent, elle avait bien dormie. Quelqu'un frappa a la porte ce qui la reveilla en sursaut, son premier regard fut la place à coté d'elle, elle ne vit personne, elle regarda dans la chambre mais ne vit pas Sano...ou était il ? il avait encore refusé de passer la nuit avec elle et elle ne comprenait vraiment pas pourquoi. Le coup à la porte retentit une nouvelle fois. Elle se leva et enfila une robe de soie et se dirigea vers la porte en regardant partout ou Sano pouvait bien être.

- Maïtresse, nous avons capturés deux des quatres espions qui ont pénétré dans la cité...l'un deux combat en ce moment même dans l'arene...j'étais venus vous dire également que la Matronne Baenre vous demande à son palais...
- Bien j'arrives tout de suite, déguerpissez maintenant Dit elle dans une voix glaciale. Puis elle referma soigneusement la porte, elle soupira en voyant Sano remonter par le balcon.

- Ou étiez vous passé cette nuit ?
- Je ne pouvais rester dans cette chambre Vektra vous le savez bien..
- Moui... Puis elle changea de sujet vos amis ont été....
- Capturé oui je sais...je suis allé faire un tour à la prison, mais elle est bien gardée et je n'ai pus m'approcher suffisament pour en savoir plus.
- Il faut que nous allions voir la matronne Baenre, elle m'a demandée
- Je vous suis
Vektra sortit une laisse qu'elle approcha du cou de Sano, lequel recula instinctivement en fixant l'elfe noire de ses yeux profond.
- Ayez confiance Sano, je suis de votre côté, cette laisse sera un bon moyen de ne pas attirer l'attention des gardes..
Le jeune voleur plissa les yeux et c'est d'une méfiance naturelle qu'il tendit son cou à l'elfe noire

- Si je n'ai pas passée la nuit ici Vektra vous le savez pourquoi... Elle hocha la tête et se dirigea vers la porte, Sano suivait docilement. Les gens qui la verrait ne se douteraient de rien, peut etre avait elle fait l'acquisition d'un autre esclave, ou alors elle en ramenait à la matronne Baenre.

Quoiqu''il en soit, le chemin vers le palais n'attira aucunement l'attention, deux tyrannoeil gardaient l'entrée et ils s'écartérent en grommellant devant la prêtresse Vektra. Les couloirs étaient étrangement désert, Sano mit ca sur le compte des festivités qui se déroulaient en ce moment même dans l'aréne, Vektra et le jeune voleur en laisse montérent l'escalier en direction d'une grande porte, des ornements d'araignées et de femmes dans des positions lascives ne manqua pas d'attirer le regard du voleur, il fut à la fois dégouté et impressionné par les sculptures et le travail d'orfevre.


- Détachez moi maintenant Vektra nous y sommes je dois aller dans son bureau.
- non pas encore attendez !

Sano regarda en coin la prêtresse, pouvait il encore avoir confiance en cette femme ? Elle se dirigea vers la porte et frappa trois coups. Une voix décharnées répondit de l'autre côté, et cela glaca le sang dans les veines du voleur.

- C'est votre prêtresse, Matronne Baenre, puis-je entrer ?
- Entrez !

La voix était impérative et le jeune homme savait que la personne qui se trouvait derrière la porte devait avoir un age avancé, lorsque la porte s'ouvrit, une piece aux dimensions hors norme s'étendait dans toute sa splendeur. Un bureau avec une porte au fond en bois et derrière ce bureau une femme très agée avec des cheveux en broussaille. Ses traits démontraient que ce devait être uen très belle femme dans sa jeunesse et la matronne Baenre avait depuis longtemps laissé les jeux sexuels auxquels les femmes elfes noires s'adonnaient pour se concentrer sur les complots politiques.

- Ah ! Vektra je t'attendais...
- Oui Matronne...
- Je vois que tu as avec toi une nouvelle prise...
- Oui matronne il ne vaut rien au lit mais on pourra en faire un très bon ramasseur de fientes de Tyrannoeil.
- Je vois...Patiente ici je vais chercher quelque chose dans la pièce a coté... La vieille femme se leva et se dirigea vers la porte du fond qu'elle referma derriere elle. Sano en profita pour se diriger vers le bureau accompagné par Vektra, il fouilla dans les tiroirs rapidement.
- Elle doit cacher ses laissez passer dans ces tiroirs Dit Vektra
- Et qu'est ce que vous croyez que je cherches ? Son carnet intime ?
- Ne me parlez pas comme ca Jalûk !
Sano soupira et faillit sauter de joie lorsqu'il trouva ce qu'il cherchait, il regarda bien la lettre et la lut.

Par la présente missives , j'ordonnes à celui qui le lira d'obéir à la demande du porteur, Toute infraction a cette régle entrainera la mort Signé -Matronne Baenre-

Sano regarda Vektra et repris la place qu'il avait auparavant

- Filons maintenant j'ai ce qu'il faut...

La porte s'ouvrit et la matronne revint sur ce fait toute souriante si on pouvait appeler ca un sourire puis elle parla

- Sais tu Vektra que nous avons capturés 2 des 4 imbéciles qui ont osés souiller le sol de notre merveilleuse cité ?
- Oui matrone...
- et je ne pensais pas que ce serai aussi facile d'en trouver un autre...

Aussitôt, la porte de derrière s'ouvrit et elle deversa des dizaines de guerriers drows armés d'arbalétes à flechette tranquilisante

- C'est du beau travail Vektra, tu nous l'amene comme un petit chien, je suis fière de toi...
- De rien Maîtresse je n'ai fait que mon devoir...Cette femme avait trahis Sano il n'en revenait pas après tout c'était de sa faute il avait fait confiance a une elfe noire, elle l'avait attachait a une laisse. Le précieux sésame dans sa poche, si près du but, il fallait trouver un moyen de sortir de ce mauvais pas, et rapidement.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Acidamere
Acidamere
Alpha & Oméga
 
Avatar de Acidamere
 
Mëryl avait repassé son amulette autour de son cou et avait repris son apparence drow. Elle ouvrait la marche et, lorsqu’un garde plus zélé que les autres avait le malheur de s’approcher d’un peu trop près de cette étrange prêtresse suivie d’une elfe de la surface, Fröhnir prenait le relais et tuait l’importun avec une aisance déconcertante. Trois elfes à la peau noire avaient déjà péri sous les lames mortelles de la tueuse, provoquant une envie de nausée chez Mëryl qu’elle contrôlait difficilement.

Arriver à l’étage des loges fut plus aisé qu’elles ne l’auraient pensé de prime abord, mais la chance faisait aussi partie de l’aventure et ni Mëryl ni Fröhnir ne s’en soucièrent. La demi-douzaine de gardes qui faisaient le pied de grue devant la porte de l’une des loges ne furent pas surpris eux non plus de voir arriver les deux jeunes femmes ; l’un d’eux lâcha même un
« enfin ! » lourd de conséquences.

Alors que Fröhnir fonçait dans le tas, Mëryl lui cria d’arrêter, qu’il s’agissait d’un piège et qu’elles étaient attendues, mais l’elfe n’entendait rien. Seule comptait sa soif de sang. Lancée à pleine vitesse, Fröhnir se laissa glisser sur le sol de pierre polie au dernier moment, évitant ainsi un premier adversaire, et lui entaillant profondément l’entrejambe au passage. Se relevant d’un bond, elle para l’assaut simultané de deux autres drows, et lança son pied dans la figure d’un troisième, puis se retourna et planta un poignard dans la gorge d’un quatrième. Virevoltant, elle se tourna de nouveau vers les deux soldats qui faisaient front, esquiva une attaque sur sa gauche, et se penchant transperça l’aisselle de l’adversaire sur sa droite qui mourut sur le coup.

Mëryl observait ce déchaînement de fureur depuis le fond du couloir et se demandait si cette elfe à l’apparence si douce était bien sa sœur. Tant de haine dans un cœur d’elfe. Cela ne se pouvait !

Il restait trois adversaires à Fröhnir. L’un avait reculé pour bloquer l’accès de la porte, et les deux autres avaient entamé un mouvement tournant pour prendre l’elfe à revers. Observant leur manège, elle se fixa, ramena ses bras armés le long de son corps, ferma les yeux et attendit qu’ils frappent.

Mëryl ferma elle aussi les yeux et hurla.

Mais lorsqu’elle les rouvrit croyant voir sa sœur morte, elle aperçut les corps des deux soldats qui baignaient dans leurs sangs. Fröhnir avait esquivé simultanément les deux épées et avait tendu les deux bras en forme de croix au moment où les drows s’étaient rapprochés, s’embrochant ainsi sur les poignards de l’elfe.

Le dernier n’eut pas le temps de fuir. Fröhnir lui lança un couteau qu’il ne pu éviter. Son œil explosa lorsque la lame y pénétra avec une extraordinaire violence, traversant le crâne et se plantant dans le montant de la porte. L’elfe récupéra la lame, et s’agenouilla sur le sol près de sa première victime qu’elle avait émasculé. Elle l’acheva avec un rictus de haine affichée sur son visage constellé de petites gouttes de sang.

Elle récupéra alors deux dagues en adamantite sur le corps des soldats morts ainsi qu’une tunique et un pantalon pas trop tâchés, s’habilla et rendit les poignards à sa sœur qui affichait désormais un air tragique.


« - Qu’y a-t-il Mëryl ? »

« - Comment as-tu fais ? c’était un véritable massacre. »

« - C’étaient des drows. Nuance. »

« - C’étaient des êtres vivants ! »

« - C’étaient des tortionnaires ! Sais-tu ce qu’ils m’ont fait endurer pendant des semaines ? Veux-tu une liste détaillée des tortures et des humiliations que j’ai dû subir ? Je suis une tueuse Mëryl. Et même si j’ai cru le contraire pendant un moment, c’est là ce que je fais de mieux. Tu devras t’y habituer. »

« - N’y avait-il pas d’autre moyen ? »

« - Derrière cette porte se trouvent peut-être Delroth et Fëriany. Comment les aider sans tuer ? »

« - Tu as raison. Allons-y. »
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sano Rong
Sano Rong
Impératrice
 
Avatar de Sano Rong
 
- Ne bougez plus Sano Rong vous êtes cernés !

La voix venait de la mère Matronne, elle avait son doigt tendus vers le voleur et les gardes s'avançaient dans le bureau. Le jeune homme réagit au quart de tour, il prit le bras de Vektra, et se plaça derrière elle en se cachant au maximum.. La prêtresse fut prise au dépourvue qu'elle en lâcha la laisse qui pendait au cou de Sano. D'un mouvement rapide il enleva la laisse et la tint a bout de bras, la chaine de métal ne pouvait pas tuer mais il pouvait se défendre un peu avec elle.

- QU'EST CE QUE VOUS ATTENDEZ !! CHIENS !! TIREZ !!

Les drows pointèrent leurs arbalètes vers le couple et tirèrent leurs flèches tranquillisantes. Vektra fut criblés de flèches et Sano se maudit de ne pas avoir prévu ce cas de figure, il aurait voulu marchander avec eux, mais maintenant, vektra n'était plus d'aucune utilité. Il lâcha la prêtresse et profita que les armes avaient crachées leur projectiles pour tenter une sortie. Il fouetta l'air avec sa laisse et toucha deux drows a leurs mains qui lâchèrent leurs armes et crièrent leur souffrances. Un cimeterre trancha l'air et Sano fit un saut périlleux arrière, posa sa main droite dans son élan sur le bureau de la Matronne et se tint en extension un moment sous le regard ébahi des quelques drows restants.

- MAIS TUEZ LE !!

dans un déhanchement, ses jambes tournoyèrent pour frapper un garde et le jeune acrobate retomba sur ses pieds derrière le bureau, face a la matrone, il fouetta de nouveau l'air avec sa laisse elle atteignit les fesses de la mère matrone qui hurla et se plia en deux sous le sourire impétueux de Sano. Il fila par la porte de derrière et se retrouva dans un couloir, les gardes étaient occupés par la santé de la mère Matronne ce qui permit a Sano de prendre de l'avance. Il courut jusqu'à ce qu'il déboucha à une intersection et se retrouva nez à nez avec une escouades de gardes qui abaissèrent leur hallebarde face à l'intrus. Sano s'embrocha presque lui même et repartit en sens inverse.

Prit entre deux feux, le voleur croisa les gardes qui sortaient du bureau de la matrone sans infléchir sa course, il les dépassa et pénétra comme une trombe dans la pièce. Il n'eut même pas le temps de voir Baenre hurler comme une dératée s'arrêta pratiquement face a Vektra et la regarda. Elle n'avait pas les yeux d'une femme qui l'avait trahis et il le comprit aussitôt. Un moment il fut tenté de l'emmener avec elle mais déjà, elle chancelait et l'effet de la drogue commençait à agir dans son corps, elle aurait été un fardeau plus qu'autre chose. Le mot qu'elle lui glissa conforta son idée de non-trahison.


-Fuit...Sano...fuit !

Des voix retentirent dans le couloirs de derrière et Sano reprit sa course dans le bâtiment. Il arriva a l'escalier et sauta sur la rampe et se laissa glisser jusqu'au réz de chaussé.Par chance, les Tyrannoeil n'était plus a leur poste, il n'aurait pas fait dix mètres qu'il aurait été immobilisé par leur regard. Deux gardes par contre étaient a une vingtaine de mètres de lui, tout en courant il fit tournoyer la laisse au dessus de sa tête et lorsqu'il jugea le moment opportun lacha l'arme de fortune qui vint se figer dans les jambes du premier drow qui tomba a la renverse. Le second lança son cimeterre à la figure de Sano qui se baissa et envoya son pied retourné dans la face du garde.

La voie était libre maintenant, il courut à perdre haleine, tout ce qu'il espérait c'était que ses amis se trouvaient avec Frohnir et Delroth à la porte principale de la ville, il avait le laissez passer et déjà des cris et des hurlements se fit entendre dans son dos à croire que toute la cité était à ses trousses...
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Acidamere
Acidamere
Alpha & Oméga
 
Avatar de Acidamere
 
Fröhnir tourna la poignée.

Rien. La pièce était vide. De l’autre côté un rideau ouvrait sur un petit balcon qui donnait sur l’arène. Des clameurs et des cris pouvaient s’entendre de l’autre côté.

Mëryl s’approcha, souleva un pan du rideau et observa en catimini ce qui se passait dehors.

Elayne gisait au centre de l’arène, visiblement inconsciente, et Druss, le visage transfiguré par la rage se battait à ses côtés contre une vingtaine de soldats d’élite. De nombreux corps jonchaient déjà le sable autour de lui, et rien ne semblait pouvoir l’arrêter.

Où que se porte son regard, l’elfe ne distinguait aucune porte de sortie possible pour ses amis. Ni Delroth ni Fëriany n’étaient visibles. Alors que le désespoir venait de nouveau l’assaillir de doutes quant à leurs chances de succès, Triel Baenre parue au balcon d’en face. Elle était accompagnée de deux formes courbées et enchaînées.

Alors qu’elle allait crier sa joie, Mëryl fut bousculée par Fröhnir qui tenait une corde à la main.


« - Où as-tu trouvé ça ? » demanda-t-elle.

« - T’occupes, c’est eux tes amis ? » répondit sèchement Fröhnir en désignant Druss et Elayne.

« - Oui. »

« - EH LE GROS ! AMENES-TOI PAR ICI ! » et elle lança la corde par-dessus la balustrade, espérant que le barbare pourrait se frayer un chemin avec son amie sous le bras, puis grimper jusqu’à elles.

« - Mëryl, assures-toi qu’ils puissent nous rejoindre, ensuite prenez le couloir à gauche. Je vais essayer d’aller délivrer Delroth et Fëriany. Je vous rejoindrais là-bas ! » fit-elle en désignant une partie du bâtiment à mi-chemin entre leur loge et celle où se trouvait Delroth. Puis elle couru jusqu’à la porte et disparu.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Llandràäd
Llandràäd
Roi
 
Avatar de Llandràäd
 
Druss n'entendait plus rien. Sa rage berserk avait atteint un point qu'il n'avait jamais connu auparavant. Il se demandait pourquoi les gardes n'avaient pas encore utilisé d'arbalète ou autres projectiles afin de l'immobiliser. Il envoya encore trois de ses ennemis à terre, l'un d'eux presque coupé en deux par Snaga, la hache du barbare qui semblait hurlé sa joie de goûter à nouveau à du sang. Certains drows se regardèrent comme prient de panique. Mais la rage sanguinaire ne s'arrêtait pas et Druss envoya de nouveaux ennemis à terre, complètement lacérés par les lames monstrueuses.

Un écho vînt martelé l'esprit du berserker. "Souviens-toi Marche-mort ... souviens-toi !" et petit à petit sa rage diminua. C'est un son très lointain qui lui parvînt aux oreilles mais la phrase était assez explicite et devait sûrement s'adresser à lui. Il vît Matrone Baenre folle de rage à son balcon entourée par Delroth et Fëriany complètement enchaînés, puis de l'autre côté une corde pendait à un balcon sur lequel se trouvait Mëryl. Druss souleva Elayne sur son épaule aussi délicatement qu'une rose de cristal, frappant comme il le pouvait en tenant sa hache avec une seule main. Le dernier garde tomba sous ses coups mais il ne pouvait pas monté en tenant Elayne sur l'épaule car elle risquerait à tout moment de tomber. Très vite il attacha Elayne très solidement à la corde et demanda à Mëryl de la hisser jusqu'au balcon. De nouveaux gardes arrivèrent par une issue cachée et Druss leur fonça dessus avant que la porte ne se referme.


Rendez-vous au point de retour Mëryl. Dépêchez-vous ! Protégez Elayne !

La porte se referma alors derrière lui. Il tua les deux gardes qui avaient essayés de venir à la rescousse de leurs camarades puis fonça à travers les couloirs. Il devait absolument rejoindre l'entrée afin d'y bloquer le passage de tous les gardes qui viendraient en renfort. Machinalement, il libéra une dizaine d'esclaves qui prirent des armes dans la pièce suivante, le râtelier aux gladiateurs. Et tous se dirigèrent vers la sortie des arènes. La liberté leur tendait les bras ...

*******************

Delroth ne put s'empêcher de rire suite au carnage que venait de faire son ami. Décidement lorsqu'ils se trouvaient tout deux dans Menzoberranzan, un bain de sang ponctuait toujours leur départ. Ceci lui redonna quelques forces malgré toutes les souffrances qu'il avait enduré. Il lui était pénible ne serait-ce que de bouger un petit doigt mais il ne fît pas attention à cela et il regarda Triel Baenre, sa soeur aînée, les yeux remplis de haine. Il murmura quelques paroles qu'elle entendit très bien :


Les prophéties sont toujours obscures ma soeur. Deux fois pour vivre et deux fois pour mourir. Il rit. J'aurais vécu les deux fois ... mais toi la deuxième te sera fatale !

Triel le regarda avec toute la haine et le venin dont une Drow pouvait faire preuve. Elle allait lui lancer une de ses répliques sèches avant sûrement de lui trancher la gorge mais Delroth ne lui en laissa pas le temps.

Adieu .. ma soeur.

Il fonça dans la bas-ventre de la Matrone qui, prise par surprise, ne comprit pas ce qui se passait. Puis, réunissant toutes ses forces, il se releva brusquement fracassant la mâchoire de sa soeur. Mais il ne put finir ce qu'il voulait faire ... ses dernières forces l'abandonnèrent et il s'écroula par terre, inconscient. Cependant Triel Baenre, ivre de rage à cause de la douleur, les yeux injectés de sang et sonnées par le coup, ne se rendit pas compte qu'elle reculait vers la balustrade. Fëriany en profita alors pour finir ce qu'avait entamé Delroth. Elle fonça sur la Matrone, qui bascula dans l'arène et s'écrasa sur les corps des gardes que Druss avait réduit en charpie.
Malheureusement ceci ne l'acheva pas et elle hurla des paroles incompréhensibles.
Fëriany s'approcha de Delroth à terre et posa son visage contre la poitrine du Drow. Il respirait c'était le principale. Mais bientôt des gardes viendraient, et s'en serait fini d'eux ....
__________________
Si le savoir peut créer des problèmes, ce n'est pas l'ignorance qui les résoudra. (Isaac Asimov)
Seth Harper - Conseiller L.O.U.P.S - Prime Administrateur Arès Corp.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sano Rong
Sano Rong
Impératrice
 
Avatar de Sano Rong
 
Le voleur était a bout de souffle, il bifurqua sur la droite et se retrouva dans une rue parallèle à l'avenue principale. Ses deux mains sur ses genoux, Sano essayait de reprendre sa respiration. L'auberge dans laquelle ils s'étaient retrouvés le jour d'avant était au bout de la rue, Il se cacha derrière un baril en entendant un pas de course d'une escouade de guerriers drows. Le chemin du retour n'allait pas être facile et il se refusait toujours de suivre le chemin le plus facile pour sortir de cette ville.

Lorsque la compagnie fut passée il se redressa et regarda ou il était atterrit. Des bâtiments l'entourait de toute part, avec des escaliers en colimaçon sur le coté et derrière l'auberge du bout de la rue on pouvait voir le haut de l'arène qui semblait englober le paysage. Une voix le tira de sa contemplation


- Comme on se retrouve...Sano Rong !
Le voleur se retourna et il plissa les yeux devant cet homme qui se tenait la, c'était le drow, l'ancien amant de Vektra.

- Mais....laisses moi me présenter avant de te tuer, je suis Orgoloth Pharn Premier de la garde de la prêtresse. Tu m'a ridiculisé Sano Rong, je sais que tu as passés une nuit avec elle, Tu n'en avait pas le droit ! Et...je sais également que Vektra a succomber a la déesse Eilistraee, cette information vaut son pesant d'or...et la matrone m'augmentera certainement et je torturerai moi même Vektra, elle sera enchainée et je serai le bourreau ! Mais avant tu connaitra l'enfer Voleur !
- Si nous en discutions ?
-Ah ah ah tu veux discuter affaire avec un elfe noir ? Tu est fou Sano Rong prépare toi à mourir

Un homme apparut en face d'eux, un drow, Sano le reconnut tout de suite c'était Jarlaxle, il tournait le dos au voleur et regardait Orgoloth.

- Toi !! Sale chien que fais tu ici ?
- Restes calme Orgoloth tes querelles avec les gens de la surface ne m'intéresses pas, mais j'ai un contrat et ...je le respectes.
- Tu nous a encore trahis, tu retournes ta veste lorsqu'on s'y attend le moins..
- Oh non...je suis venu équilibrer les chances...si tu tues ce voleur, je n'interviendrai pas...ton honneur de guerrier lui laisse au moins le droit de se battre avec une arme non ?Il se retourna vers Sano et lui tendit une épée courte avec un sourire. Bonne chance voleur c'est tout ce que je peux faire.

Puis, Jarlaxle disparut après avoir tourner son anneau d'un quart de tour, laissant le voleur et le guerrier face a face, l'un tenant une épée courte et l'autre avec un équipement complet de protection, chemise de maille, bouclier et cimeterre. Sano eut un rire nerveux en voyant la scène, si ceci était équilibrer les chances, il en était heureux...

- En gardes Sano !
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Acidamere
Acidamere
Alpha & Oméga
 
Avatar de Acidamere
 
Lorsque Mëryl comprit ce que Druss attendait d’elle, un frisson lui parcouru l’échine. Elayne pesait plus que son propre poids ; arriverait-elle à la hisser jusqu’au balcon ?

Respirant profondément, elle empoignât la corde en même temps qu’elle prenait son courage à deux mains et commença à tirer le plus fort possible. La demi-elfe qui pendait au bout de la corde n’était pas très lourde en fin de compte se dit-elle. A moins que l’urgence de la situation ne lui donne un regain de forces…

Deux minutes plus tard, Mëryl faisait basculer le corps d’Elayne par-dessus la balustrade, puis sur ses frêles épaules et sortait de la pièce. Tournant à gauche comme Fröhnir le lui avait indiqué, elle suivit la piste sanguinolente laissée par sa sœur. A chaque intersection, un ou plusieurs cadavres gisaient dans une mare de sang. Pourtant, fait étrange, certains gardes ne semblaient pas avoir combattu ; comme si la mort les avait pris par surprise…

Alors qu’elle allait atteindre l’escalier pour descendre vers la liberté, un garde en gravissait les dernières marches. Tombant nez à nez avec une prêtresse en train de porter une rebelle, il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre qu’il tenait là une formidable occasion de promotion.

Avec le cri de
« - Gloire à Lloth ! » sur les lèvres il se lança à l’attaque, cimeterre au clair.

Mëryl, affolée, laissa tomber Elayne et dégaina ses deux poignards encore ensanglantés. Croisant ses lames elle para les deux premiers assauts, mais le troisième la toucha au bras, lui arrachant un cri de douleur. La blessure, bien que peu profonde saignait abondamment. Avec une pensée pour Sano, elle planta une de ses lames dans sa robe au niveau de sa hanche et descendit en découpant le tissu jusqu’en bas afin de recouvrer une certaine aisance dans ses mouvements. Le Drow qui n’avait pas perdu une miette du spectacle repassa à l’attaque, feinta et enfonça sa lame dans le ventre de Mëryl.

Mais l’elfe n’était déjà plus là. En tourbillonnant sur elle-même elle était passée à toute vitesse dans le dos de l’elfe noir et, avec une moue de désespoir planta ses deux lames dans la nuque du drow qui expira avec une expression de surprise figée sur son visage d’obsidienne.

Alors qu’elle regardait les vestiges de sa robe, elle repensa à Sano. Des gardes se rapprochaient de toutes parts, et toute retraite semblait coupée. En priant pour que Fröhnir, Fëriany et Delroth puissent trouver une échappatoire, elle tourna l’anneau d’or qui ornait sa main droite et, empoignant Elyane à bras le corps fut immédiatement téléportée vers l’homme qui recherchait sa sœur.


OOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Fröhnir était fatiguée. Elle ne comptait plus les gardes qu’elle avait éliminé, mais déjà plusieurs entailles pouvaient se voir sur ses bras et ses jambes. Combinées aux plaies issues de ses précédentes tortures qui s’étaient rouvertes pendants les combats, elle saignait abondamment. Lorsqu’elle eut tué les quatre soldats qui gardaient la loge de Triel Baenre, elle ouvrit la porte à la volée et pénétra dans la pièce. De l’autre côté, Fëriany était penchée sur Delroth visiblement inconscient.

L’elfe s’agenouilla à côté de ses amis et dit avec un demi sourire sur les lèvres :


« - Vous étiez venus pour nous sauver c’est ça ? »

« - Arrêtes tes sarcasmes Fröhnir, il faut sortir Delroth d’ici. »

L’elfe hocha la tête et en quelques secondes eut défait les chaînes qui entravaient les membres du drow et de la demi-elfe, puis, confiant la tâche de porter Delroth à Fëriany (qui ne demandait que ça… ) Fröhnir pris la tête du petit groupe et s’engouffra dans le couloir.

Des cris semblaient venir de toutes les directions. Le bâtiment entier était en proie à une agitation et une effervescence digne d’une invasion ou d’une guerre. Alors que des guerriers faisaient irruption des deux côtés du couloir, Fröhnir sembla se rappeler d’une chose importante et cria :


« - Demi-tour, dans la loge ! vite ! »

Elle bloqua la porte derrière elle en crochetant la serrure, et souleva les tapis qui ornaient le sol. L’un d’eux dévoila un boyau sombre qui s’enfonçait dans les entrailles de la terre.

« - C’est l’entrée privée des prêtresses ! »

« - Comment sais-tu cela ? »

« - Peu importe, viens laissons-nous tomber dedans, cela nous mènera bien quelque part ! »

Joignant le geste à la parole, Fröhnir plongea dans le noir.

Et rencontra dans sa chute plusieurs prêtresses qui lévitaient pour venir punir les impudents qui avaient mis à bas leur maîtresse. L’atterrissage fut plus doux que prévu grâce aux corps désarticulés des servantes de Lloth qui amortirent sa chute. Delroth et Fëriany suivirent.

Lorsque les deux fugitives et le renégat eurent disparus dans le boyau, une tenture se souleva dans la loge, laissant apparaître une énorme tête violette prolongée de petites tentacules qui s’agitaient, esquissant une forme de sourire illithid…


« - Très prometteuse… »
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Sano Rong
Sano Rong
Impératrice
 
Avatar de Sano Rong
 
Le combat battait son plein entre le drow et le voleur, Sano se défendait du mieux qu'il pouvait avec son épée courte, la chaine de maille et le bouclier de l'adversaire était impénétrable. Une suite de ripostes et de feintes venaient augmenter la tâche déjà bien difficile du voleur.

Sano était a bout de souffle lorsqu'il lança dans une attaque désespérée un coup par le bas, le drow n'était pas en reste, son bouclier le protégeant et son cimeterre levé il fonça sur le jeune homme. Une forme se matérialisa face a lui, deux femmes qui se tenaient l'une à l'autre, Sano le comprit tout de suite, Mëryl !

Il buta contre les jeunes femmes et il les poussa sur le côté pour qu'elles évitent le coup, elle tombèrent à la renverse. Les yeux agrandit par l'horreur, Sano vit fondre sur lui le cimeterre du Drow, il n'avait pas infléchi sa course et il n'avait qu'une envie, celle de frapper. La lame atteignit le voleur dans le dos et lui arracha un cri. Il para le deuxième coup et tituba sur le troisième qu'on lui donna. La lourde lame accomplissait son office, et les coups suivants, étaient un véritable supplice pour Sano. La longue zébrure qui ornait son dos saignait abondamment et sa tunique n'était que sang. Un coup violent cassa net l'épée courte du voleur, la lame vint se planter au pied des deux jeunes femmes et le drow avec un sourire triomphant parla


- Alors ! Voleur tu ne fais pas le poid contre un véritable guerrier, tu vas crever a mes pieds...

Sano regarda Mëryl qui tenait fermement Elayne dans ses bras, il ne pouvait abandonner, surtout qu'il avait le laissez passer dans sa tunique, son oeil se fixa sur le paquet que Mëryl tenait en bandoulière, elle avait gardée ses katanas ! Il hurla

- Mëryl !!
- Inutile de hurler sale chien tu vas mourir !

Le drow se lança dans un ultime assaut, toujours avec son bouclier le protégeant a son maximum et son cimeterre prêt a frapper comme le dard du scorpion. La jeune elfe lui lança le katana de feu que Sano rattrapa par la poignée et dévia le cimeterre dans un bruit de métal retentissant, arrachant une gerbe de flamme. Il pivota et fit un tour sur lui même, un oeil averti aurait pus voir la lame passer a travers le bouclier et Sano se déplacer a une très grande vitesse. Les deux hommes s'étaient croisés et dépassés et ils ne bougeaient plus, ils restèrent dans leur posture finale....puis, Sano s'écroula, face contre terre, le sang commençait a se répandre sur le sol d'ombre terre et la lame perdit son éclat de feu, il la lâcha. Le drow se retourna tout souriant

- Ah ah ah ! J'ai enfin tué ce vol....arrrghh.. les yeux du drow passèrent du violet au blanc, le bouclier se fendit et explosa en mille morceaux, le bras gauche de l'elfe noir se disloqua....et une grande marque au niveau du coeur s'agrandit. Il regarda son torse en titubant comme un homme ivre.

- Co...comment a t'il passé...a ...a travers mon bouclier ...c'est..c'est impossible...

Puis un flot de sang s'échappa de la bouche de l'elfe noir et tomba a la renverse, son coeur avait explosé lui aussi sous le coup du voleur. Un technique ancestrale avait été utilisée, comme passer a travers le coeur de la roche pour qu'elle implose. Le coup que Sano avait donné était destiné a un point bien précis. Et il avait réussi...mais a quel prix...
Lien direct vers le message - Vieux
Fil fermé
Les forums JOL > Forum jeux-vidéo > Neverwinter Nights > NWN - le Théâtre des Illusions > La vengeance du Voleur
   

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Les vidéos de Neverwinter Nights RSS
  • Aucune vidéo pour le moment...
Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 22h22.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite